Navigation – Plan du site
Une revue en mouvement

Pour des sciences sociales pluralistes et plurielles

Nicoletta Diasio
p. 6-8

Notes de l’auteur

Un remerciement particulier va aux rédactrices et aux rédacteurs en chef qui se sont succédé, et notamment Marie-Noële Denis, Anny Bloch, Patrick Schmoll et Patrick Ténoudji.

Texte intégral

1Ce premier numéro de 2018 marque une transition dans la vie de la Revue des Sciences Sociales. Il constitue la première livraison qui, depuis longtemps, n’a pas été préparée sous le regard expert de Freddy Raphaël. Une nouvelle convention avec les Presses universitaires de Strasbourg a été mise en place et, depuis juin 2018, la Revue des Sciences sociales est hébergée par OpenEdition Journals, le portail des revues scientifiques en accès libre sur internet, augmentant ainsi notre visibilité, mais nous engageant aussi en exigence et en transparence. Quarante-six ans après la fondation de la revue, ce passage se présente alors comme un moment propice à la réflexion et à la distance critique, il introduit « the mood of may be », pour reprendre l’expression de l’anthropologue Victor Turner (1986 : 42), grand spécialiste des seuils et des changements, et il nous interpelle sur le type de revue que nous souhaitons.

2Quand, en juin 2017, Freddy Raphaël m’a proposé, avec une grande bienveillance et générosité, de reprendre la responsabilité scientifique de la Revue des Sciences Sociales, mon esprit a été traversé par des sentiments mêlés : le bonheur de pouvoir contribuer à l’existence d’une revue, à laquelle m’attachent tant d’années de collaboration, a rivalisé avec l’inquiétude de ne pas parvenir à assurer ce rôle face aux défis qui s’imposent actuellement aux revues scientifiques. Malgré le soutien de nos tutelles, nous sommes confrontés à des contraintes économiques dans un contexte généralisé de crise de la presse écrite. Des défis organisationnels nous guettent, car la multiplicité d’opérations nécessaires au fonctionnement d’une revue (réception des articles, recherches des relecteurs, traitement des avis, navette avec les auteurs, travail sur les images, valorisation et diffusion des numéros…) ne se satisfait pas de ressources humaines et matérielles de plus en plus rares. Je salue le travail impressionnant fait par mes prédécesseurs et, la main à la pâte, je mesure l’ampleur de la charge à accomplir et qu’ils ont accomplie. Je suis en cela accompagnée par une rédaction en chef composée de trois chercheur.e.s, Vulca Fidolini, Christophe Humbert et Virginie Wolff, que je remercie pour leur engagement, pour leur compétence et pour leur passion. Des défis scientifiques s’imposent enfin, face à l’évolution du paysage éditorial et aux exigences accrues de conformité à des standards dits internationaux, mais très souvent mobiles, enchâssés dans les pratiques et les idéologies des moments et des lieux. Ce sera sur ce point que je m’arrêterai dans ce bref éditorial.

  • 1 Nous adhérons par-là à l’approche compréhensive formulée par Ernesto De Martino quand il dénonçait (...)

3En sciences sociales, la langue, les « traditions » intellectuelles, les positionnements épistémologiques, les techniques d’enquête, les formes d’expression varient d’un contexte à l’autre, d’une institution à l’autre : ne pas le reconnaître serait adhérer à un positivisme réductionniste et scientiste qui se situe en porte-à-faux par rapport aux exigences de compréhension et d’interprétation des sociétés dans leur diversité et dans leur dynamique. C’est, en revanche, par la reconnaissance d’une commune historicité que les populations, et les savoirs qu’elles produisent, peuvent se penser ensemble, les uns par rapport aux autres (Gadamer 1963)1. Certes, la rigueur méthodologique et théorique, la visibilité internationale, la nécessité de déplacer les frontières du savoir, sont reconnues comme des gages de qualité. Tous les articles publiés dans la revue sont soumis à l’expertise en double aveugle et nous demandons aux auteur.e.s de fonder leurs contributions sur des recherches solides, qui permettent d’être au plus près de l’expérience des acteurs, en tout ce qu’elle a de complexe, de multiple, de contradictoire, entre contraintes et créativités sociales. Il nous revient toutefois de réfléchir à la manière dont nous souhaitons remplir, ici et maintenant, cet engagement avec nos lecteurs et lectrices. Comment laisser surgir une parole autre qui ne se plie pas à une uniformisation de codes souvent empruntés aux sciences expérimentales et qui reflètent parfois la tentation d’une pensée hégémonique ? Quelles marges garder pour qu’une revue respecte son originalité tout en s’inscrivant dans les exigences de la communauté scientifique internationale ?

4Cette originalité se nourrit d’une fondation et d’une communauté d’approches dessinées par une histoire, par une inscription spatiale et institutionnelle. Fondée à Strasbourg, la Revue des Sciences Sociales porte l’empreinte de cet ancrage dans un pays marqué par les conflits et les recompositions, mais également par le souci d’ouverture, d’internationalisation et de renouvellement face aux défis du monde contemporain. La présence de la frontière, qui rapproche et sépare par un rapport, à la fois conflictuel et intime, avec l’autre, nous rappelle à quel point les individus et les collectifs reformulent sans cesse des appartenances à travers la construction du différent, de l’étranger, de l’ennemi. Depuis la marge, il est possible de débusquer les fictions dont les identités se nourrissent, ou d’explorer les résistances à l’homogénéisation et aux rapports de pouvoir. Centre ou périphérie du continent européen, suivant les métamorphoses de l’idée d’Europe, éclairées par l’historien Federico Chabod (1961), ce pays frontalier a connu à la fois l’humanisme rhénan et la barbarie guerrière, la coexistence difficile des confessions et la confrontation des idées. Cette expérience historique rend non seulement attentif aux manifestations multiples d’un sentiment d’être européen qui, entre mythes, crises, illusions et désenchantements, a précédé la construction politique et économique de l’Europe ; elle aiguise aussi la sensibilité pour tout ce que les savoirs ont de segmentaire, de discontinu, de pluriel. Camper sur la frontière permet de prendre en compte la diversité des langues, les discordances, la polyphonie, la violence épistémique qui trace des lignes de fracture entre centres et périphéries dans la production légitime des savoirs, tout en « brisant l’homogénéité apparente des cultures représentées […] et en rappelant que le savoir des autres n’est pas “local”, il est savoir » (Saillant 2011 : 117-118).

5Carrefour de mémoires, cultures et savoirs, pont entre les héritages scientifiques français et allemands, Strasbourg a été « un carrefour de sociologies », pour reprendre le titre d’un numéro de 2008 dirigé par Maurice Blanc et Freddy Raphaël. Cette histoire nous invite à préserver et à entretenir un pluralisme épistémologique, de plus en plus mis à mal par la raréfaction des moyens alloués à la recherche et par la logique de compétition qui essaime dans les milieux académiques. Ce pluralisme souhaite esquiver tant les risques d’homologation que « les théories scientifiques trop bien-pensantes de l’humain et du social », les replis nostalgiques arc-boutés sur la défense des acquis, mais également la tentation de céder sans résistances à l’esprit du temps (sur ce point cf. Schnapper 2017). Une sociologie plurielle et pluraliste en appelle à « un dialogue critique et exigeant […]. On ne peut pas faire de confrontation véritable sans sortir d’une logique binaire. Il ne s’agit pas d’opposer pour exclure, mais de “travailler” les oppositions pour les rendre fécondes » (Blanc et Raphaël 2008 : 9).

6Les frontières qui nous interpellent sont alors également celles qui existent entre disciplines et entre science et société. La vocation interdisciplinaire de la revue apparaît dès sa fondation. Le premier numéro de 1972, dirigé par Julien Freund, est construit autour de trois rubriques soigneusement distinguées où la sociologie, la démographie et l’ethnologie se succèdent, chacune avec ses objets propres, ses méthodes et ses cadres intellectuels. Les pratiques de la recherche ont changé et ce dialogue se présente aujourd’hui autrement que sous la forme d’une juxtaposition. Autour d’une même thématique, les dossiers présentent des manières différentes de construire un objet d’étude. D’autres disciplines sont convoquées : l’histoire, la philosophie, les études littéraires, la géographie, l’histoire de l’art apportent un regard complémentaire aux sciences sociales. Croiser différentes approches constitue ainsi une autre manière, chère à la tradition de la revue, d’appliquer le doute, l’incertitude face aux évidences faciles, sur lesquelles l’esprit est tenté de se refermer. Décloisonner les savoirs permet d’une part de mesurer les biais des différentes formes de connaissance, mais également de comprendre comment « les instruments et les sensibilités propres dotent [leurs] détenteurs d’une foulée spécifique qui fait qu’ils ne trébuchent pas, ou pas toujours, sur les mêmes seuils » (Adell 2018 : 10). La réception des auteurs allemands, l’influence de la sociologie compréhensive et le dialogue plus récent avec l’anthropologie réflexive, nous amènent à penser la place du sujet dans l’intelligence du social. Ainsi que le mentionne la ligne rédactionnelle de la revue, par « sujet » nous pensons autant au sujet acteur des faits sociaux observés, dont la participation permet aux systèmes de se reproduire, mais aussi de se transformer, qu’au sujet observateur, inévitablement impliqué dans ce qu’il étudie et interagissant avec son objet en même temps qu’il le décrit.

7Le rapport entre savoir et société revient enfin dans la manière dont les numéros sont construits. Il ne s’agit pas de courir derrière l’actualité ou de se saisir des questions « à la mode ». Les temps de fabrication d’une revue ne le permettent pas et de toute manière, sans vouloir céder au stéréotype du chercheur froid, dépassionné et surplombant les faits qu’il décrit, la réflexion scientifique n’est pas séparable du « regard éloigné » (Lévi-Strauss 1983), qui situe les événements dans le temps long des processus. Les préoccupations sociétales changent, elles constituent un horizon indépassable qui se déplace avec le scientifique et qui l’oblige à revoir ses cadres de pensée. Sortir des sentiers battus, faire bouger les lignes, suivre des pistes sans que cela produise immédiatement des « opérations de recherche » (comme on dirait des ‘opérations de guerre’) ou des publications reconnues, constituent la respiration du – ou de la – chercheur.e. Loin du publish or perish de l’époque contemporaine, Georges Dumézil écrivait qu’« il faut lâcher la bride à l’imagination. Et ensuite laisser reposer la bête et l’étriller – ou la tuer » (1987 : 182). Le temps affranchit la pensée, et la rareté de l’un ne peut entretenir la force de l’autre.

8Généraliste, scientifique et interdisciplinaire, la revue s’adresse également aux non-spécialistes par sa présentation et son style. Elle souhaite valoriser les différents langages des sciences sociales, en donnant une place particulière à l’image, dans la conviction que le regard d’artiste permet de lire autrement les phénomènes sociaux. Nous devons à Anny Bloch cette sensibilité iconographique qui fait désormais partie intégrante de la ligne rédactionnelle. C’est la raison pour laquelle ce numéro, centré sur la performance du paraître, ouvert sur des disciplines qui ne sont pas la sociologie, donne une part si importante à la représentation et au visuel.

9Cette livraison s’ouvre enfin avec un article de Freddy Raphaël, « La part de l’autre. De l’hospitalité de la langue », qui, rapprochant la démarche du traducteur à celle de l’anthropologue, invite au décentrement, à « un déplacement qui ouvre la carapace du mot et qui ébranle le sens figé ». À partir de l’exemple des traductions de la Bible et de l’apparition de l’hébreu contemporain, l’auteur révèle comment toute opération scripturale permet de faire apparaître « l’altérité infinie des modalités d’expression ». Insistant sur le rapport à l’autre, sur l’historicité de la langue et du savoir, mais également sur la menace d’érosion, d’instrumentalisation et de falsification de la communication par le pouvoir (suivant les différents visages qu’il prend dans l’histoire), Freddy Raphaël nous livre ainsi le meilleur viatique que nous pouvions souhaiter pour accompagner l’activité future de la revue.

Haut de page

Bibliographie

Adell N. (2018), « L’anthropologie d’Ethnologie française », Ethnologie française, vol. 1, n° 169, p. 5-14.

Blanc M., Raphaël F. (2008), « Strasbourg, carrefour de sociologies (1872-1972) », Revue des Sciences Sociales, n° 40, p. 8-11.

Chabod F. (1961), Storia dell’idea d’Europa, Bari, Laterza.

De Martino E. (1961), La terra del rimorso. Contributo ad una storia religiosa del sud, Milano, Il Saggiatore.

Dumézil G. (1987), Entretiens avec Didier Eribon, Paris, Gallimard.

Gadamer H. G. (1963), Le problème de la conscience historique, Louvain, Publications Universitaires de Louvain.

Lévi-Strauss Cl. (1983), Le regard éloigné, Paris, Plon.

Raphaël F. (2018), « La part de l’autre. De l’hospitalité de la langue », Revue des Sciences Sociales, n° 59, p. 10-15.

Saillant F. (2011), Savoir, in Saillant F., Kilani M., Graezer Bideau F. (dir.), Manifeste de Lausanne. Pour une anthropologie non-hégémonique, Montréal, Liber, p. 116-119.

Schnapper D. (2017), « De la difficulté à comprendre la société », Le Débat, vol. 5, n° 197, p. 114-118.

Turner V. (1986), Dewey, Dilthey and Drama: An Essay in the Anthropology of Experience, in Turner V., Bruner E. M. (dir.), The Anthropology of Experience, Urbana, Chicago, University of Illinois Press, p. 33-44.

Haut de page

Notes

1 Nous adhérons par-là à l’approche compréhensive formulée par Ernesto De Martino quand il dénonçait les contradictions d’une science « humaine » dans son objet, mais aux méthodes prétendument naturalistes et la réification qui faisait des populations étudiées par l’anthropologie « une humanité fortuite, un monstrueux commérage de l’histoire humaine, dont l’étrangeté minutieusement chiffrée n’arrivait pas à en corriger la futilité » (1961 : 19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicoletta Diasio, « Pour des sciences sociales pluralistes et plurielles », Revue des sciences sociales, 59 | 2018, 6-8.

Référence électronique

Nicoletta Diasio, « Pour des sciences sociales pluralistes et plurielles », Revue des sciences sociales [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/1121 ; DOI : 10.4000/revss.1121

Haut de page

Auteur

Nicoletta Diasio

Institut universitaire de France

Université de Strasbourg

Laboratoire Dynamiques européennes (UMR 7367 CNRS/ Unistra)

<nicoletta.diasio@misha.fr>

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals