Navigation – Plan du site
Recompositions des frontières d'État

Les frontières camerounaises entre héritages historiques et contestations nouvelles

Cameroonian Borders between Historical legacies and New Contestations
Calvin Minfegue Assouga
p. 26-35

Résumés

L’ambition de cet article est de proposer une lecture territoriale et critique, liant espace et temps des nouvelles contestations des frontières du Cameroun (pays ayant connu une triple domination coloniale : allemande, britannique et française). Ces contestations sont à l’œuvre autour et dans les actions du mouvement Boko Haram en territoire camerounais et dans la « crise anglophone » qui secoue ce pays depuis 2016. Elles concernent à la fois les frontières internes et celles externes. Il s’agit de faire cas des modalités selon lesquelles ces situations mettent en scène des réactivations singulières du passé et également des logiques d’instrumentalisation de ce capital symbolique qu’est l’histoire territoriale. En exploitant ces deux cas, l’article propose une réflexion sur les enchevêtrements entre passé et présent dans la dynamique territoriale (et frontalière) camerounaise et ses incidences éventuelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’exemple de l’Éthiopie et de l’Érythrée.
  • 2 Au titre des espaces frontaliers comme enclaves rebelles, l’on peut évoquer l’Est de la RDC (même s (...)

1En dépit de l’évolution des cadres d’analyse des dynamiques frontalières dans le grand ensemble des Border Studies (Brunet-Jailly 2005, Amilhat Szary 2015), les frontières africaines font toujours l’objet d’une analyse en termes de conflit, violence, désordre et urgence. Cette orientation s’appuie sur la persistance de certaines tensions inter-étatiques autour des frontières1, la sanctuarisation des marges étatiques comme zones de rébellion, de grande criminalité ou comme réceptacles humanitaires2. Il n’a pourtant pas échappé à de nombreux chercheurs, travaillant sur le continent, que les espaces frontaliers étaient le cadre de dynamiques productives dont les formes et les effets avaient à voir avec les structures économiques ou le remodelage des entités étatiques (Bennafla 2002, Roitman 2005, Walther 2010). Au-delà, il est opportun de s’intéresser à ces processus en prêtant attention aux logiques d’enchevêtrements dans l’espace et dans le temps auxquelles ils donnent lieu. Ce positionnement permettrait de revisiter les continuités et les discontinuités, les persistances et les ruptures à l’œuvre dans les dynamiques frontalières et par là, dépasser quelques lectures courantes des frontières africaines.

2Spécifiquement, l’enveloppe frontalière camerounaise a été marquée, ces dernières décennies, par l’opposition ouverte avec le Nigéria autour de la péninsule de Bakassi (Njeuma 2005, Sumo 2017). En 2008, une décision de la Cour internationale de La Haye attribuait cette zone au Cameroun. Avec ses autres voisins (Congo, Gabon, Guinée-équatoriale, RCA et Tchad), les incidents n’ont jamais pris des ampleurs similaires. Ces frontières partagées avec des voisins (autres que le Nigéria) n’en sont pas moins des cadres de rapports singuliers à l’espace, à l’État ou le lieu d’expression singulière de tensions entre groupes humains vivant de part et d’autre de la ligne séparatrice et parfois selon des logiques a-territoriales (Bennafla 2002, Loungou 2010). Ces cinq dernières années, les frontières camerounaises ont pourtant connu une mise à l’épreuve d’un autre type. Il s’agit de leur remise en question, parfois tacite, par des dynamiques portées par des acteurs non étatiques ou assumées par des positions qualifiées d’extrémistes. Deux situations récentes peuvent fonder ce point de vue : les attaques de Boko Haram et l’implicite territorial (très peu évoqué) contenu dans la tournure prise par les revendications venues des régions anglophones du pays. Il y est question des frontières externes et internes. Cette réflexion propose une lecture territoriale et critique, liant espace et temps, de ces deux situations en ne les détachant pas de leurs composantes sociales et surtout politiques.

  • 3 Les observations concernées ici ont été menées dans le cadre de courts séjours effectués dès 2015 d (...)

3À ce titre, la réflexion s’arrime à deux courants. D’une part, elle avoue sa dette à un cadre socio-historique dont la finalité est de reconstituer des dynamiques historiques en rendant intelligibles et visibles leurs socles socio-anthropologiques. Cette démarche socio-historique ne se limite pas mécaniquement à une association entre histoire et sociologie. Elle propose, plus largement, de tirer parti de la manière dont la socio-histoire réinvestit les relations de pouvoir repérables dans l’histoire des sociétés et comment celles-ci s’articulent subtilement ou non à des éléments territoriaux. Ces derniers pouvent et doivent être considérés comme des formes de langage qui déterminent et caractérisent les interactions sociales à la base des relations de pouvoir. L’inscription des objets et phénomènes analysés sur la durée est ici de mise et permet des allers-retours dans le temps. Une telle posture est évoquée en des termes différents par Gérard Noirel (2008) qui insiste sur l’idée selon laquelle le passé est lourdement inscrit dans le présent et que l’analyse de l’historicité des sociétés permet de le mettre à jour. D’autre part, elle s’insère dans une lecture de géopolitique dite critique qui, ici, ne s’intéresse pas uniquement à la manière dont l’État mobilise des référents géographiques pour son déploiement, mais surtout à la manière dont des entités d’essence politique (au-delà de la seule forme étatique) s’approprient la grammaire spatiale pour soutenir leurs projets. Une telle perspective autorise alors une lecture territoriale des deux situations ciblées, à savoir les attaques du mouvement Boko Haram au Cameroun et les revendications anglophones dans ce même pays, tout en s’affranchissant des contraintes virtuelles inhérentes à des périodes antérieures à l’émergence locale du modèle étatique moderne. Le matériau mobilisé pour cette analyse est constitué d’un corpus d’articles de presse, de reportages vidéographiques et d’extraits de discours ou d’interventions d’autorités et de personnalités publiques, notamment du Cameroun. Des données issues d’observations portant sur la région de l’Extrême-nord du Cameroun ont été partiellement mobilisées3. Un recours important a été fait à la littérature spécialisée portant sur les questions frontalières, sur les évolutions multiformes des frontières camerounaises, sur l’histoire du Cameroun dit « anglophone » et plus largement sur l’historicité de l’insécurité et du jihad dans la zone comprenant aujourd’hui l’Extrême-nord du Cameroun.

4L’argumentaire s’organise en trois moments. Le premier accorde une attention au rapport entre Boko Haram et les frontières camerounaises. Il s’agit de revisiter son action (essentiellement violente) au Cameroun, ses références politiques et idéologiques et les imaginaires territoriaux à l’œuvre dans sa confrontation à l’État camerounais. Le deuxième moment est une lecture territoriale, en trois points, de la « crise anglophone ». D’abord, sont succinctement exposés ses ressorts (historiques). Ensuite, le regard se déplace vers ses incidences, notamment l’implicite qu’elle suggère quant aux contenus des frontières internes. Enfin, il est fait cas de l’utopie frontalière sous-jacente à cette crise. La troisième articulation discute des modalités selon lesquelles les imaginaires territoriaux anciens, ont été retravaillés. Elle aborde deux points : la question de la mobilisation « stratégique » du passé et les enjeux sous-jacents aux tensions du territoire national pris entre un statisme institutionnel diversement perçu et une dynamique sociétale flagrante.

Boko-Haram, les frontières camerounaises et la (re) construction des imaginaires territoriaux

5Les actions de Boko Haram au Cameroun, depuis 2014, s’inscrivent dans un contexte régional d’instabilité. Toutefois, ces interventions puisent dans des imaginaires qui mettent en évidence une opposition manifeste vis-à-vis du modèle camerounais d’organisation de la société. Ses postures révèlent des référents territoriaux en compétition ouverte avec l’imaginaire territorial dominant au Cameroun.

Boko Haram au Cameroun

  • 4 On évoque l’hypothèse d’une installation (détectée par les services de renseignement) du mouvement (...)

6Discuter de Boko Haram impose des choix relatifs, notamment, à la qualification de cet acteur. Les qualificatifs abondent pour le caractériser : « groupe », « organisation », « secte », « nébuleuse ». Sans élargir le débat relatif à cet enjeu de qualification, le choix est fait ici de considérer Boko Haram comme « mouvement » plutôt que comme « groupe ». Cette position permettant d’éviter la réduction de Boko Haram en une figure unique, est celle d’un auteur comme Corentin Cohen. Selon ce dernier, Boko Haram serait issu de la fusion de mouvements se proclamant « disciples du prophète » ou « talibans du Nigéria » (Cohen 2015). Boko Haram, dont les origines se situent au Nord-est du Nigéria, est un mouvement qualifié d’« islamiste » dont les actions ont donné corps à une violence d’ampleur régionale (Pérouse de Montclos 2012, 2015 ; Cohen 2015). Sa « radicalisation » s’est nourrie d’emmêlements spécifiques entre visées de nature politico-religieuse et constat d’un délitement des conditions socio-économiques d’une partie de la population nigériane. Il convient de noter que les adeptes du mouvement préfèrent le nommer Jama’atu Ahl al-Sunna li-l-Da’wa wa-l-Jihad (Bayart 2018). Les affrontements ayant opposé les membres de ce mouvement aux forces nigérianes ont progressivement et largement débordé le cadre de ce pays. En effet, pour Boko Haram acculé, les pays voisins ont constitué des bases arrière et des terreaux fertiles pour des activités de kidnapping et de vandalisme censées leur fournir des ressources. Le Cameroun n’y a pas échappé. Entre avril 2012 et mai 2014, au moins une dizaine d’incidents a été attribuée ou revendiquée par le mouvement (voir tableau 1)4. Face à cette menace, le Cameroun, représenté par son chef d’État, prit part au Sommet de Paris consacré à la sécurité au Nigéria, le 17 mai 2014. Le président camerounais y déclara officiellement la guerre au mouvement.

Tableau 1 : Quelques incidents commis par et/ou attribués à Boko Haram entre 2012 et 2014

Sources : Le Jour n° 1689 26/05/2014 ; L’œil du Sahel 23/08/2014.

7Depuis cette date, l’armée camerounaise s’est déployée et fait face aux attaques du mouvement dans la zone septentrionale, précisément dans la région de l’Extrême-Nord. Boko Haram a essuyé de nombreux revers le conduisant à modifier son mode opératoire, reflet ponctuel de son affaiblissement selon des médias nationaux. Il privilégierait désormais des attaques de type « kamikaze » et sporadiques. Entre-temps, l’organisation interne et son système d’alliances ont évolué. Ce changement est aussi une expression de la connexion du mouvement à des dynamiques transnationales. Il se montre alors capable de s’approprier des modes opératoires courants ailleurs. Cette « guerre » se poursuit et s’inscrit depuis deux années, dans une coopération régionale avec des pays voisins. Nous nous intéresserons ici au substrat politico-idéologique qu’on peut attribuer aux actions du mouvement et à travers lui, en saisir l’implicite territorial.

Références politiques et idéologiques du mouvement face au modèle politico-territorial camerounais

8Le discours politique attribué et revendiqué par le mouvement semble s’être développé sur l’idée d’une mise à mal de la justice sociale par des élites politiques et administratives corrompues (Pérouse de Montclos 2015). Ce discours s’associe à des éléments religieux. L’idéologie du mouvement ou ce qui en tient lieu, à en croire certains analystes, s’est construite sur la prétention d’une application stricte de préceptes religieux, entre autres la Charria. Il s’agit de donner des fondements totalement religieux à la gestion politique des sociétés dont les membres du mouvement se réclament. Cette ambition s’oppose évidemment au modèle étatique ambiant, en vigueur notamment au Nigéria (État fédéral), dont le mouvement proclame l’échec mais aussi dans les États voisins comme le Cameroun. Cette incompatibilité aboutit à des oppositions violentes dont les confrontations armées sont les formes les plus flagrantes.

Carte 1 : La zone de déploiement de Boko Haram dans la région de l’Extrême-nord du Cameroun.

Source : Fond de Cartes ING / conception Calvin Minfegue Assouga.

9Le mouvement réactive également l’imaginaire spécifique des anciens empires musulmans en s’en réclamant directement ou non. Il s’agit des empires de Sokoto et du Kanem-Bornou. Cette réactivation s’accomplit par des prises de position publiques, des prêches mais également par des actes. Il s’agit de redonner vie à ces empires dont les contours territoriaux transposés aux configurations géopolitiques actuelles, se retrouvent disséqués entre plusieurs pays (Nigéria, Cameroun, Niger et Tchad). La mobilisation de ce passif historique, à visées expansionniste et symbolique, entre une nouvelle fois en contradiction avec les États de la sous-région dont les frontières sont plus que symboliquement contestées. Ces dernières s’en trouvent virtuellement redéfinies car incorporées dans l’ensemble imaginaire voulu par le mouvement. Pratiquement, cela donne lieu aux multiples formes de transgressions territoriales dont le Cameroun fait l’objet. Les membres de Boko Haram traversent les frontières camerounaises pour mener des exactions, et à travers cela, ils en nient la situation et les significations. La « guerre » menée contre Boko Haram correspond aussi à une lutte territoriale visant à conserver les contours territoriaux camerounais, reflet spatial d’une organisation politique aujourd’hui dominante, l’État nation, auquel le Cameroun a souscrit. L’État nation est contesté par le mouvement à la fois religieusement (donc politiquement) et territorialement. Sans nier les contours politiques, idéologiques et religieux de la lutte contre Boko Haram, il n’est pas injuste de préciser qu’elle a aussi un enjeu territorial repérable, non pas uniquement dans l’extension et l’expansion spatiales de son action (visible à travers ses attaques), mais aussi dans les imaginaires territoriaux autour desquels se structurent ses actions.

Des référents territoriaux en compétition : l’État contre et pour l’Empire

10La lecture de la situation s’avère plus complexe. Le premier niveau de complexité relève du positionnement du mouvement qui conteste ces contours territoriaux tout en s’en référant pour conduire ses actions. En effet, le différentiel territorial entre son pays d’origine (le Nigéria) et le Cameroun est mobilisé tactiquement par le groupe (Seignobos 2015). Ce différentiel lui a permis de disposer d’une base arrière et d’un lieu de constitution de ressources. Caitriona Dowd estime d’ailleurs à ce sujet que le transnationalisme associé au mouvement serait davantage « tactique » et « stratégique » plutôt qu’« idéologique » (Dowd 2017). Le second niveau de complexité réfère à la dynamique interne même du mouvement qui n’est ni stable, ni homogène sur la moyenne et la courte durée. Il a été fait cas de diverses tendances présentes en son sein (Pérouse de Montclos 2015). Il est par exemple admis qu’à la mort de Muhammad Yusuf, leader historique du mouvement, ses partisans se seraient dispersés en divers « noyaux autonomes » qui se seraient reformés ensuite (Cohen 2015). Boko Haram serait encore aujourd’hui composé de plusieurs factions qui ne sont pas nécessairement portées par les mêmes objectifs opérationnels. À de potentielles dissensions internes, il convient d’ajouter au décor les multiples groupuscules qui s’insèrent dans le sillage du mouvement pour conférer une ossature particulière à leurs actions (vols armés, kidnappings, etc.). Cela participe à faire du mouvement un cadre de recyclage, de remobilisation de diverses activités criminelles (Cohen 2015).

11L’imaginaire spatial dont serait porteur le mouvement est lui-même particulier. Nous l’avons dit, Boko Haram semble avoir un ancrage représentationnel aux empires de Sokoto et du Kanem-Bornou. Comme l’ont montré des travaux (Lefebvre 2015, Walther, Miles 2017), l’empire Sokoto, dont le Jihad d’Usman Dan Fodio est érigé en modèle par le mouvement, était sous le leadership du groupe Fulani tandis que l’empire rival du Kanem-Bornou était majoritairement dirigé par des Kanuri. Bien évidemment, la position de Camille Lefebvre qui vaut précaution et argument, est de ne pas croire que les frontières entre ces deux empires, comme entre la plupart des entités politiques de la région entre le xive et le début du xixe siècle, étaient de type ethnique (Lefebvre 2015). Elles étaient davantage politiques et, en leur sein, on retrouvait divers groupes et registres d’appartenance. Le mouvement Boko Haram mobiliserait encore aujourd’hui de nombreux individus s’identifiant et identifiés comme Kanuri (davantage présents dans le Bornou), pourtant son référentiel d’action et même territorial est associé au Califat de Sokoto (à dominante Fulani). Cette assignation pouvant d’ailleurs se révéler incriminante en contexte camerounais où des suspicions ont été portées à l’endroit des Kanuri considérés comme complices du mouvement. Le fait « ethnique » devenant alors facilement la grille privilégiée pour expliquer la progression et l’extension géographiques du mouvement (Mbowou 2017). Les représentations territoriales s’ancrent alors plus que jamais sur des considérations de type « ethnique ». À cela, il convient de noter un fait majeur rappelé par William Miles (2017) : le descendant d’Usman Dan Fodio, le sultan de Sokoto, est l’un des ennemis désignés du mouvement. Cet imaginaire territorial est émaillé de contradictions leur donnant un statut de « paradoxes géo-historiques » (Miles 2017 : 197). Nous l’avons relevé, l’imaginaire territorial du mouvement entre en contradiction avec le référentiel territorial des États postcoloniaux de la région dont le Cameroun. Cette contradiction est le reflet, d’après William Miles citant Caitriona Dowd, d’une opposition des repères spatiaux du mouvement et de ces États. Si pour ces derniers l’envergure spatiale de Boko Haram est « subnationale » ou « transnationale », pour le mouvement, cette envergure est fortement associée à un imaginaire antérieur à la domination occidentale en Afrique. Elle serait plutôt « trans-impériale » (Miles 2017 : 199).

12Les questions sociales, politiques, idéologiques, posées par les actions de Boko Haram peuvent être associées à des implicites territoriaux multiformes. Ceux-ci participent à donner une teinte complexe à ses actions. Les tensions observées dans les régions anglophones du Cameroun impliquent également des mobilisations particulières des imaginaires territoriaux.

La crise anglophone et le spectre de la redéfinition des frontières internes et externes du Cameroun

13Les tensions ayant cours depuis octobre 2016 dans les régions anglophones s’articulent à des revendications anciennes. Politiques et plurielles, elles prennent ancrage dans des référentiels territoriaux historiques dont elles en contestent certains, elles en redéfinissent ou essaient d’en produire d’autres.

Les ressorts d’une crise aux fondements anciens

14La série d’événements qualifiée par de nombreux médias, comme la « crise anglophone », se réfère originellement à un ensemble de revendications corporatistes portées par des avocats et des enseignants des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, dès octobre 2016. Ils se plaignaient particulièrement, de situations de marginalisation en leur défaveur. Ils fondaient leurs revendications sur des déséquilibres systémiques, qui en dépit d’un bilinguisme et d’un dualisme officiellement consacrés, étaient marqués du sceau de la domination francophone. Les avocats faisaient état de l’absence de traduction de certains textes de lois, de l’affectation dans ces zones de magistrats ne maîtrisant pas le Common Law ou la langue anglaise. Les enseignants faisaient cas de la présence d’un nombre trop important d’enseignants francophones dans des établissements (écoles, lycées et universités) des deux régions. Ces revendications se sont consolidées autour de la mise en place, le 6 décembre 2016, d’un Consortium de la société civile du Cameroun anglophone. Les mobilisations tenues entre octobre et décembre 2016 donneront lieu à des confrontations entre manifestants et forces de l’ordre, faisant des morts et entraînant au moins 81 arrestations. Le 9 janvier 2017, aura lieu la première « ville morte » (forme de désobéissance civile caractérisée par l’inactivité) dans les régions.

Carte 2 : Les régions anglophones au Cameroun dans le sillage de la démarcation Cameroun anglais et Cameroun français.

Source : Fond de Cartes ING / conception Calvin Minfegue Assouga.

  • 5 Entre autres, les revendications relatives à la traduction des textes relatifs à l’OHADA ont été sa (...)
  • 6 D’après International Crisis Group, le groupe sécessionniste le plus important serait aujourd’hui l (...)
  • 7 Entre février et mars 2018 on peut mentionner le kidnapping du sous-préfet de Batibo (région du Nor (...)

15Après un temps de latence, marqué par la non-reconnaissance d’un problème anglophone de la part du gouvernement, des négociations ont été ouvertes et ont permis de satisfaire certaines demandes notamment celles des enseignants le 13 janvier 2017, mais également certaines portées par les avocats5. Suite à de nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, les négociations prendront du plomb dans l’aile avec l’arrestation de certains leaders du consortium. Dans la foulée, les deux régions seront privées d’un accès à internet entre janvier et avril 2017. Dès février 2017, du fait de la conjonction de nombreux facteurs (mobilisation massive, colère populaire, exactions attribuées aux forces de l’ordre…), l’agenda des revendications devient clairement politique avec des appels à un retour au fédéralisme et l’expression d’une sécession pour les acteurs les plus radicaux, présents notamment dans la diaspora. La position du gouvernement camerounais à ce sujet a été clairement précisée : il n’y aura pas de négociations sur la forme de l’État. En dépit de la libération des leaders du consortium arrêtés, la situation demeure tendue avec désormais, des attaques armées contre les forces de l’ordre dans les régions anglophones. Cette escalade armée rend compte des divergences au sein même des acteurs porteurs des revendications. Ces divergences s’articulent autour du choix d’un positionnement en faveur du fédéralisme ou de la sécession, d’un recours ou non à la violence, des oppositions organiques et historiques entre les deux régions ou encore des divergences entre des acteurs de la diaspora et ceux résidant dans les deux régions (Pommerolle, Heungoup 2017). Face à l’impossibilité d’un débat sur la forme de l’État s’opposent les partisans d’une décentralisation approfondie, ceux d’un retour au fédéralisme et ceux favorables à la sécession (minoritaires)6. Aujourd’hui, la crise donne lieu à des modes opératoires propres à des contextes de conflits : kidnapping d’autorités politico-administratives et traditionnelles, demandes de rançons, destructions d’infrastructures publiques, arrêts d’activités, assauts contre des villages ou des villes, entre autres7.

  • 8 C’est le cas de John Ngu Foncha, premier ministre du Cameroun britannique (1959-1961) et premier mi (...)

16La tournure politique de cette crise s’origine, en réalité, dans une trajectoire plus ancienne. Cette dernière a à voir avec le moment colonial qui a vu cet espace, qui deviendra le Cameroun, successivement assujetti par l’Allemagne (de 1884 à 1916) puis par la France et l’Angleterre (de 1916 à 1961). Ce cheminement singulier a, au lendemain de la seconde guerre mondiale, questionné la qualité et la nature de la place des « anglophones » et des régions considérées comme telles dans ce qui deviendrait la République du Cameroun au terme d’un processus politique majeur : la Réunification. Dès 1961, la structure originellement fédérale des régions anglophones a été progressivement vidée de sa substance par des mécanismes d’ajustements constitutionnels et des stratégies exploitant par exemple les divisions internes des leaders politiques « anglophones » comme John Ngu Foncha et Emmanuel Endeley. Une marginalisation de l’héritage anglophone du Cameroun se serait progressivement mise en place (Konings, Nyamnjoh 2003). Cette mise au ban graduelle de l’héritage dual du pays a été souvent dénoncée par d’emblématiques figures anglophones ou des organisations depuis les années 19608.

17La crise démarrée en 2016, sur des détails corporatistes, a donc réactivé des revendications anciennes. Elle a mobilisé l’attention des médias nationaux et internationaux et polarise l’opinion publique nationale. Elle a été moins abordée sur son corollaire territorial. En ouvrant la brèche à un débat sur la forme de l’État, cette crise est aussi d’ordre territorial en ce sens que dans ses diverses tendances (au sein des mouvements dits anglophones), elle appelle à des imaginaires spatiaux chargés de nouveaux (ou anciens) repères des frontières internes du pays.

De nouveaux contenus aux frontières internes

  • 9 Loi 2004/017 du 22 juillet 2004 portant orientation de la décentralisation.

18Nous l’avons évoqué précédemment, les positions en faveur d’une décentralisation avancée ou celles pro-fédéralistes comptent parmi quelques-unes des revendications désormais politiques de la crise. Les deux scénarii supposent, a minima, une réaffirmation des frontières internes du pays, en l’occurrence celles régionales. Une décentralisation avancée (qui se fonderait sur l’application complète des dispositions de la loi relative à la décentralisation9) permettrait de doter les régions d’une autonomie spécifique à travers notamment la mise en place des conseils régionaux. Elle ouvrirait la voie à une action publique plus que jamais localisée. Une telle configuration offrirait des possibilités de différenciation régionale en matière de politiques locales. Les frontières régionales, peu évoquées dans les analyses relatives au mouvement territorial camerounais, renverraient également à des « styles de politiques publiques », à des spécificités politiques variées. Cette diversité se refléterait dans la présence (souhaitée) d’une administration porteuse d’enjeux spécifiques et localisés. L’expérience serait substantiellement approfondie en cas d’un retour au fédéralisme (que le pays a connu entre 1961 et 1972) puisque chaque région, prenant la forme d’un État fédéré, fonctionnerait avec quelques règles propres. Passer d’une région (d’un État) à une autre (un autre) aurait une incidence administrative et juridique. Les frontières internes seraient alors densifiées aux plans politique et juridique sans être nécessairement des obstacles à la mobilité des citoyens du pays. Cela réaffirmerait l’idée selon laquelle les « frontières territoriales internes », dans des situations spécifiques (régionalistes ou fédéralistes) sont aussi des frontières à forte signification politique (Durazo-Herrmann 2007) dont les formes s’incarnent dans des institutions et des histoires propres.

  • 10 Il faut relever que le titre X de la constitution du 4 mars 1960 annonçait déjà la création prochai (...)
  • 11 Décret n° 61/DF/15 du 20 octobre 1961.
  • 12 Voir par exemple, Elle P. B. (1997).
  • 13 Voir à ce sujet, Bureau Central du Recensement (1984).
  • 14 Ce changement s’opérera à la faveur du décret n° 2008/376 du 12 novembre 2008 portant organisation (...)

19Dans les deux cas, demeurent tout aussi constantes, les possibilités de redéfinition desdites frontières internes. Le Cameroun a connu depuis son accession à l’indépendance, une évolution de ses subdivisions administratives, de sa configuration territoriale. Aux régions, divisions et subdivisions avant d’1960, ont succédé dès l’accession du pays à l’indépendance (en 1960), des départements (qui ont remplacé les régions), des arrondissements et des districts10. Dès le 20 octobre 1961, la structuration territoriale comprenait des États fédérés (2), des régions dirigées par des Inspecteurs Fédéraux d’Administration délégués du président de la République (5 régions dans le Cameroun français et 1 dans le Cameroun britannique), des départements, des arrondissements et des districts11. À côté de ces entités incarnant une forme de déconcentration administrative, existaient des municipalités et des chefferies traditionnelles. Avec l’avènement de la République Unie du Cameroun en 1972, 7 provinces (2 « anglophones ») viendront remplacer les 6 régions existantes12. Les municipalités restaient toujours en vigueur. Cette configuration a évolué, entre 1976 et 1983. À la faveur du décret 83-390 du 22 août 1983, le Cameroun est passé de 225 (en 1976) à 271 unités administratives. On passera de 7 à 10 provinces (2 « anglophones »), de 40 départements (9 « anglophones ») à 49 départements (9 « anglophones »), de 138 arrondissements (24 « anglophones ») à 182 arrondissements (28 « anglophones »)13. Les provinces deviendront des régions le 12 novembre 200814. À la faveur de divers ajustements, le pays compte aujourd’hui 10 régions (2 régions « anglophones »), 58 départements (13 « anglophones ») et 360 arrondissements (65 « anglophones »). Ces faits montrent bien que le pays ne s’est jamais soustrait à des réformes territoriales même si la tendance globale est celle d’un fractionnement territorial visible notamment (mais pas exclusivement) sur l’évolution des arrondissements « anglophones ».

20Au-delà de ces projections associées à la nature et à la manière dont la forme de l’État se donne à voir, la situation actuelle puise elle aussi dans le capital frontalier du Cameroun. La frontière ayant séparé, entre 1916 et 1961, le Cameroun anglais et le Cameroun français (voir carte 2), se voit aujourd’hui réactivée par les acteurs de la crise notamment ceux porteurs de revendications. Le but étant d’en faire une limite pertinente visant à séparer « anglophones » et « francophones ». Cette limite, que certains associent symboliquement au fleuve Moungo mais qui ne suit pas uniquement le tracé de cette entité fluviale, n’a jamais été capable de marquer de manière claire et définitive la limite entre deux territoires alors régis par des pouvoirs coloniaux distincts. Sa porosité a toujours favorisé une circulation des populations tentant d’échapper aux contraintes fiscales ou politiques jugées particulièrement marquées dans le Cameroun francophone, recherchant de meilleures opportunités d’épanouissement économique suscitées par le développement agricole du Cameroun anglophone ou cherchant à rejoindre, vers l’un et l’autre des territoires, des parents séparés par une ligne arbitraire. C’est donc cette frontière coloniale qui, dans le cas d’espèce, a été revendiquée comme ligne de démarcation des territoires « francophones » et « anglophones » dans le cadre d’un État soit fédéral, soit mieux décentralisé ou même dans le contexte plus utopique d’un nouvel État. Paradoxalement et/ou mécaniquement, ce sont aussi les contours de cette limite qui ont été investis, dans une logique sécuritaire, par le gouvernement camerounais à travers l’érection de checkpoints via lesquels s’effectuent diverses opérations de contrôle des mobilités, de contrôle des personnes. Ces points reflètent le positionnement avancé d’un déploiement défensif aujourd’hui à l’œuvre dans et autour des régions « anglophones ». Ils s’insèrent, comme cela est précisé dans une littérature spécialisée, dans un dispositif vaste de securitization où ils donnent du sens à un « pouvoir de contrôle » (Ritaine 2009 : 27) particulièrement expressif dans des environnements de hautes tensions sécuritaires. Les checkpoints y signifient alors « arrêt », « contrôle » mais aussi sanction(s) pour ceux qui ne répondraient pas aux critères d’une mobilité sélectivement restrictive. Ils reflètent aussi la volonté de l’expression d’une supériorité : celle du gouvernement sur les acteurs porteurs des revendications, notamment les plus radicaux. Bien que juridiquement surannées, les limites franco-anglaises demeureraient donc actives.

L’utopie (?) de nouvelles frontières externes

21En poussant la réflexion, on peut estimer que l’option sécessionniste ouvrirait la voie à une redéfinition des frontières internationales du Cameroun. Il partagerait alors, sur sa façade occidentale, des frontières avec le Nigéria et le nouvel État. L’option semble très peu envisageable, sinon utopique pour l’instant. Trois raisons l’expliquent.

  • 15 Voir l’interview accordée par le ministre de la communication du Cameroun à Radio France Internatio (...)

22Un : la position sécessionniste est minoritaire dans le champ des mobilisations anglophones. Elle existe depuis les années 1960 et semble aujourd’hui être le fait d’activistes de la diaspora mais qui trouvent néanmoins des relais locaux. Face aux mesures répressives de l’État, des organisations telles qu’International Crisis Group estiment que la masse de ces relais et acteurs locaux favorables à la sécession s’accroît (ICG 2017). Deux : la position se heurte à une intransigeance de l’État camerounais qui ne souhaite pas une nouvelle partition de son territoire. D’où la position constamment affichée : « on ne négociera pas sur la forme de l’État »15. Il assimilerait donc un débat sur la forme de l’État à un potentiel débat sur la sécession. Une telle discussion présenterait pour lui des risques importants, quant à la préservation de son intégrité territoriale. Trois : Cette option manque de soutien au niveau international. Au plan continental, l’Union Africaine est peu favorable à un émiettement territorial qui remettrait en cause ses interventions en matière de stabilisation, de valorisation des frontières à travers son programme Frontières par exemple. Les expériences existantes se sont révélées justement incapables de résoudre les problèmes qui les ont initialement justifiés. Le cas du Soudan du Sud aujourd’hui en proie à des tensions internes, en est une illustration.

  • 16 Voir l’intervention d’Achille Mbembe à la 21e édition de la série des « Éminents conférenciers » de (...)

23L’option sécessionniste peut être envisagée comme un projet d’affirmation et de redéfinition territoriale peu viable. Elle est à rebours de certaines positions en faveur d’une banalisation des frontières à l’intérieur du continent. Ces frontières feraient des Africains, des « prisonniers » sur leur propre continent16. La position sécessionniste souffre, en outre, de son rapport ontologique, délictueux et défectueux avec le passé colonial. Les partisans de la sécession, entretiendraient le « mythe d’une colonisation heureuse » (Mbembe 2017) qui nierait alors l’existence, antérieure au moment colonial, de formes sociales plurielles dans l’espace qui deviendrait le Cameroun. Pour clore ce point, il est opportun de considérer cette crise comme l’énonciation diffuse d’une mise en tension des contours territoriaux, internes et externes, du Cameroun.

Imaginaires territoriaux, passé et essentialisme stratégique

24Les deux situations examinées offrent des réflexions utiles sur les trajectoires de construction territoriale (et frontalière) et sur la persistance d’imaginaires territoriaux « anciens ». Dans les deux cas, il est difficile de faire l’impasse sur les instrumentalisations à l’œuvre autour de ces dynamiques et qui sont difficilement masquées. Deux arguments (non exclusifs) peuvent à cet égard être développés.

Les options de mobilisation « stratégique » du passé

  • 17 L’expression a été développée par Gayatri Spivak Chakravorty (2009). L’auteure a pris des distances (...)

25Ces situations mettent en scène un « essentialisme stratégique » (Spivak Chakravorty 2009)17. La crise anglophone a justement donné lieu à des « stratégies qui visent à organiser les collectifs sur la base d’une identité assignée » (Giraut 2017 : 93). Il s’agit ici de diluer dans une identité « anglophone » des groupes socialement et culturellement pluriels. Cette identité « anglophone » est, en outre, d’essence coloniale car elle s’applique aux ressortissants « originaires » de localités du pays ayant été sous la domination coloniale britannique. Sur ce point, ce n’est pas la légitimité et le bien-fondé des revendications qui sont mis en cause mais les stratégies qui se construisent autour de ces réclamations. Ce sont elles qui rendent compte des modalités de construction d’imaginaires territoriaux au service de causes spécifiques. La catégorie « anglophone » est donc ici revendiquée et renforcée pour servir une cause aux ressorts complexes. Ces procédés mettraient de côté, la catégorie « anglophone » d’essence linguistique, autrement dit les nombreux Camerounais qui ont, pour langue pratiquée, l’anglais.

26L’ambivalence des contenus associée à cette anglophonie a, indistinctement, servi les partisans et les opposants de la cause anglophone. Les derniers ont mobilisé son essence coloniale pour contester la légitimité et la pertinence des revendications posées par les premiers. Les partisans de la cause ont pour leur part insisté sur le fait que l’histoire du pays avait bel et bien créé une spécificité anglophone, consacrée par les textes fondamentaux de la République. Dans tous les cas, il semble y avoir, soit l’occultation du poids et de l’héritage de l’histoire dans la construction contemporaine du vivre collectif, soit un refus de la prise en compte de l’évolution de certains registres d’identification. Si l’anglophonie et la francophonie de certaines régions sont incontestablement des legs du passé, ils rendent aussi compte d’opérations de tri historique visant à choisir l’utile et à mettre de côté le moins important. L’une des expressions caractéristiques de ce tri est l’occultation du legs de la colonisation allemande (1884-1916). La germanophonie des régions tout comme les propriétés sociétales antérieures au moment colonial sont mises sous le boisseau. Certaines limites des régions « anglophones » instaurées par l’ordre colonial britannique reprenaient par exemple, les tracés frontaliers délimitant les possessions coloniales britanniques et allemandes (Njeuma 2005).

27Le rapport de Boko Haram aux frontières et au territoire camerounais relève de comportements stratégiques. L’essentialisme stratégique qui y est à l’œuvre a un ancrage au passé : celui de la réactivation de « frontières-fantômes » (Von Hirschausen 2017) d’anciens empires. Ce faisant, le mouvement attribue à ces entités impériales une homogénéité supposée et fortement idéalisée, et que leurs actions visent à retrouver. Un tel positionnement, nous l’avons vu, est contraire à certaines évidences historiques comme le révèle par exemple le travail de Camille Lefebvre (2015) à propos des délimitations et des enchevêtrements humains dans ces anciennes organisations territoriales. Un autre trait de cet usage singulier des anciens contours territoriaux est l’affectation de nouvelles fonctions figées à ces limites impériales. Les frontières, dans ces empires, ne renvoyaient pas uniquement à la délimitation d’un ordre social, politique ou juridique fortement marqué. Elles servaient surtout de lien, de brassage, de connexion et de conventions diverses avec les organisations (sociale, politique ou religieuse) connexes. Elle facilitait alors une mise en réseau productive car la valeur pour ces sociétés, s’appréhendait aussi dans la circulation, le mouvement, le lien avec l’extérieur. La propagande territoriale du mouvement semble alors mobiliser les anciennes limites impériales en les chargeant de contenus contemporains, paradoxalement d’inspiration occidentale, et ayant à voir avec la fixité, la limitation du contact ou l’inscription d’un rapport de force rigide (extrêmement violent) dans l’espace. Après tout, il ne faudrait pas oublier que l’imaginaire recourt à des images qui sont en soi des représentations, des imitations d’un objet, d’une réalité et dans le cas d’espèce, d’une structure impériale tombée en déclin. À ce titre, l’imitation devient, à la fois, déformante et performative dans sa capacité à produire (via l’énonciation et l’affichage discursif) la réalité qu’elle est censée incarner. Les réactions contre l’image contribuant aussi à lui donner une certaine épaisseur. L’imaginaire mobilise également des signes qui sont nécessairement arbitraires car ne renvoyant pas systématiquement à un lien cohérent entre signifiant et signifié. Ce caractère arbitraire (lié justement à une mobilisation stratégique) étant perceptible dans la mobilisation a-temporelle des structures impériales anciennes. Ce recours reconstruit au passé, participe autant que le cas anglophone, à une mobilisation instrumentale.

Le territoire national entre statisme institutionnel et dynamique sociétale

28La crise anglophone remet au goût du jour les aléas des découpages entre provinces ou régions. Ces découpages internes reposent aussi sur une volonté fantasmée de fixation des groupes supposément homogènes ou liés par des socles culturels prétendument uniformes. Ils sont emprunts d’éléments statiques. Le facteur « ethnique » ou « communautaire » est ici omniprésent. L’État, pour asseoir son action, a besoin de créer des catégories qui facilitent ses interventions. Cette catégorisation territoriale serait alors un outil de régulation du vivre-ensemble. La question devient délicate quand cette action est insensible aux dynamiques humaines ou lorsqu’elle fait l’objet d’instrumentalisation de divers ordres (par les élites, à des fins électorales, notamment). La catégorisation régionale devient alors une donnée figée incapable d’épouser les dynamiques sociales qui imposent des ajustements, des adaptations constantes. La non-traduction politique de ce besoin d’actualisation de l’outil catégoriel à la fluidité des rythmes sociétaux, est finalement une des variables évoquées pour expliquer la persistance de la crise. Les oripeaux institutionnels étant toujours utilisés pour habiller des corps sociaux qui ont bien évolué.

  • 18 La politique dite de « l’équilibre régional » est notamment visée. Elle a consisté et consiste enco (...)

29Il a été justement reproché à l’État camerounais d’avoir une gouvernance inadaptée aux évolutions sociétales. Cette inadaptation est par exemple perceptible dans les lenteurs de la mise en œuvre du processus de décentralisation, peu attentive aux nombreuses sirènes d’une localisation du pouvoir. La crise anglophone a également été l’occasion de l’expression d’une désaffection vis-à-vis de l’élite politique jugée illégitime dans certaines localités anglophones. Elle consacre alors l’échec de mesures prétendument politiques, régulatrices des jeux sociaux et zonaux, mais toujours au bénéfice des élites18. Il est par exemple fait cas des réactions hostiles dont ont été l’objet certains membres du gouvernement dans leurs localités « anglophones » d’origine, au plus fort de la crise. Ces arguments montrent bien que les territoires sont des constructions permanentes, parfois tendues ou consensuelles mais (toujours) dynamiques. Leurs frontières n’en sont pas exemptes. Si de nombreuses voix envisagent l’issue de cette crise à travers un dialogue « franc », « inclusif » (ICG 2017) et « sans tabous » qui ne ferait pas l’impasse sur certains sujets, celui-ci devra énoncer un rapport plus décomplexé, plus banal avec l’idée des frontières internes, des limites des registres identitaires.

30En conclusion, les idées développées ici ouvrent la voie à une réflexion plus large sur les soubresauts que traversent certains États en lien avec leurs territoires, leurs limites intérieures et extérieures. Ne se limitant pas à leurs expressions présentes, les recompositions sociales et les reconfigurations territoriales ont à voir avec les dynamiques du passé, les imaginaires (territoriaux) anciens. Les deux situations, à partir desquelles a été construit notre argumentaire, révèlent à quel point espace et temps s’entremêlent. À partir de l’action du mouvement Boko Haram en terre camerounaise et de la crise anglophone qui secoue ce pays, nous avons voulu montrer à quel point ces deux situations, au-delà de leurs substrats politique, social, voire religieux, ont également à voir avec la question territoriale et les structurations toutes aussi sociales, politiques et religieuses qui accompagnent ses délimitations. L’enchevêtrement des imaginaires mis en exergue dessine des adhésions, des oppositions, voire des contradictions, à des formes territoriales parfois spectrales. Pour clore cette réflexion, il nous semble utile d’en dégager quelques perspectives. D’abord, il y a lieu d’approfondir les possibilités qu’offre l’approche socio-historique dans l’exhumation d’archives de tout ordre qui transcendent le temps et éclairent plus que jamais les dynamiques contemporaines. Ensuite, dans le cas de la « crise anglophone », l’analyse menée ici se révèle incomplète car n’offrant pas de place à une discussion sur le rôle du versant nigérian de la frontière des régions « anglophones » dans la structuration (imaginative ou opérationnelle) des revendications ou dans la stratégie gouvernementale. Au-delà de ces suggestions d’approfondissement thématique, la réflexion aurait mérité des interrogations spécifiques sur les postures politiques des gouvernements prises dans l’étau d’un aggiornamento imposé par l’évolution des sociétés et dans le besoin de s’extirper du fétichisme de l’État-nation mythique et de ses attributs. Enfin, plus que jamais, la frontière se révèle être une entrée conceptuelle qui, extirpée de sa conception westphalienne, se révèle extrêmement utile à l’explicitation de questions sociétales majeures.

Haut de page

Bibliographie

Amilhat Szary A.-L. (2015), Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Paris, PUF.

Bayart J.-F. (2018), Violence et religion en Afrique, Paris, Karthala.

Bennafla K. (2002), Le commerce frontalier en Afrique centrale, Paris, Karthala.

Brunet-Jailly E. (2005), « Theorizing Borders: an interdisciplinary perspective », Geopolitics, 10, p. 633-649.

Bureau Central du Recensement (1984), Recensement général de la population et de l’habitat d’avril 1976. Volume III – Fichier des villages et des quartiers de grandes villes, Yaoundé.

Cohen C. (2015), « Boko Haram, une impossible sociologie politique ? Un groupe armé catalyseur de la violence armée régionale », Afrique contemporaine, 255, p. 75-92.

Dowd C. (2017), Nigeria’s Boko Haram: Local, National and Transnational Dynamics, in Walther O. and Miles W., (eds.), African Border Disorders. Addressing Transnational Extremist Organizations, London, Routledge, p. 114-135.

Durazo-Herrrmann J. (2007), « Frontières territoriales et frontières politiques : États subnationaux et transition démocratique au Mexique », Revue internationale de politique comparée, 2007/3,14, p. 449-466.

Elle P. B. (1997), Évolution politique et administrative du Cameroun : de l’autonomie interne à l’État unitaire (1957-1972), Université de Yaoundé 1/École normale supérieure, mémoire de DIPES II.

Giraut F. (2017), Frontières communautaires, ethno-régionalismes et apartheids, in Staszak J.-F. (dir.), Frontières en tous genres, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 81-102.

International Crisis Group (2017), Cameroun : l’aggravation de la crise anglophone requiert des mesures fortes, Briefing n° 130, octobre 2017.

Konings P., Nyamnjoh F., (2003), Negotiating an Anglophone Identity. A study of the Politics of Recognition and Representation in Cameroon, Leiden, Boston, Brill.

Lefebvre C. (2015), Frontières de sable, Frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières du Jihad de Sokoto à la Colonisation française du Niger, xixE-xxE siècles, Paris, Publications de la Sorbonne.

Loungou S. (2010), « La libre circulation des personnes au sein de l’espace de la C.E.M.A.C : entre mythes et réalités », Belgeo, 3 : http://belgeo.revues.org/7096.

Mbembe A. (2017), « Au Cameroun, le crépuscule d’une dictature à huis clos », Le Monde, 09/10/2017 : <www.lemonde.fr/afrique>.

Mbowou C. (2017), Between the “Kanuri” and Others. Giving a face to a Jihad with neither borders nor tribes in the Lake Chad Basin, in Collombier V., Roy O. (dir.), Tribes and Global Jihadism, Oxford, Oxford University Press, p. 131-152.

Miles W. (2017), Jihads and borders. Social networks and spatial patterns in Africa, present, past and future, in Walther O. and Miles W. (dir.), African Border Disorders. Addressing Transnational Extremist Organizations, London, Routledge, p. 187-205.

Njeuma M. Z. (2005), Contributions diplomatiques et administratives à la paix sur la frontière entre le Cameroun et le Nigéria (1885-1992), in UNESCO/CISH, Des frontières en Afrique du xiiE au xxE siècle, Paris, p. 160‑185.

Noiriel G. (2008), Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte.

Pérouse de Montclos M. A. (2012), « Boko Haram et le terrorisme islamiste au Nigéria ; insurrection religieuse, contestation politique ou protestation sociale », Questions de recherche, 40, CERI, Sciences po, p. 1-33.

Pérouse de Montclos M. A. (2015), « Boko Haram et la mise en récit du terrorisme au “Sahélistan”. Une perspective historique », Afrique contemporaine, 3, 255, p. 21-41.

Pommerolle E., Heungoup H. M. (2017), « The anglophone crisis: A tale of the cameroonian postcolony », African Affairs, 116, 464, p. 526‑538.

Ritaine É. (2009), « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures & Conflits, 73, p. 1533 : <https://doi.org/10.4000/conflits.17500>.

Roitman J. (2005), Fiscal disobedience. An anthropology of economic regulation in central Africa, Princeton and Oxford, Princeton University Press.

Seignobos C. (2015), « Boko Haram et le lac Tchad. Extension ou sanctuarisation ? », Afrique contemporaine, 255, p. 93-120.

Spivak Chakravorty G. (2009), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Amsterdam.

Spivak Chakravorty G. (2011), Nationalisme et imagination, Paris, Payot-Rivages.

Sumo Tayo R. (2017), Héritage colonial et gestion des conflictualités des frontières internationales du Cameroun de 1960 à 2008, Thèse de doctorat en Histoire des relations internationales, Université de Yaoundé I.

Von Hirschhausen B., (2017), « Leçon des frontières fantômes : les traces du passé nous viennent (aussi) du futur », L’Espace géographique, 2, 46, p. 97-105.

Walther O. and Miles W. (2017), African Border Disorders. Addressing Transnational Extremist Organizations, London, Routledge.

Walther O. (2008), Affaires de patrons. Villes et commerce transfrontalier au Sahel, Berne, Peter Lang.

Haut de page

Notes

1 À l’exemple de l’Éthiopie et de l’Érythrée.

2 Au titre des espaces frontaliers comme enclaves rebelles, l’on peut évoquer l’Est de la RDC (même si leurs termes ont évolué) ou le Nord-Est de la RCA, etc. La frontière entre le Mali et le Niger délimite aujourd’hui un espace d’action de groupes dits radicaux en plus de tensions « communautaires ». L’Est de la RDC, l’Est et le Nord (région de l’Extrême-Nord) du Cameroun peuvent être indiqués comme zones de forte emprise humanitaire.

3 Les observations concernées ici ont été menées dans le cadre de courts séjours effectués dès 2015 dans la région de l’Extrême-nord du Cameroun.

4 On évoque l’hypothèse d’une installation (détectée par les services de renseignement) du mouvement au Cameroun vers 2011 sur la base de certaines solidarités familiales (Cohen 2015).

5 Entre autres, les revendications relatives à la traduction des textes relatifs à l’OHADA ont été satisfaites, un contenu relatif à la Common Law a été introduit à l’École nationale d’administration et de magistrature.

6 D’après International Crisis Group, le groupe sécessionniste le plus important serait aujourd’hui le Southern Cameroons Ambazonia Governing Council (SCAGC) qui aurait supplanté le mouvement sécessionniste historique : le Southern Cameroons National Council (SCNC). Des leaders de cette mouvance séparatiste ont été arrêtés au Nigeria au mois de janvier 2018, parmi eux le président autoproclamé de l’Ambazonie (nom donné à l’entité politique qui se détacherait du Cameroun).

7 Entre février et mars 2018 on peut mentionner le kidnapping du sous-préfet de Batibo (région du Nord-Ouest), du délégué régional des affaires sociales du Nord-Ouest et l’enlèvement du président du conseil du General Certificate of Education (GCE) Board.

8 C’est le cas de John Ngu Foncha, premier ministre du Cameroun britannique (1959-1961) et premier ministre de l’État fédéré du Cameroun occidental (1961-1965), de Bernard Fonlon, brillant intellectuel et ministre sous la présidence d’Ahidjo (premier président du Cameroun) ou de Fon Gorji Dinka, avocat réputé et premier bâtonnier du Barreau du Cameroun. Cette revendication sera portée par une organisation comme le SCNC.

9 Loi 2004/017 du 22 juillet 2004 portant orientation de la décentralisation.

10 Il faut relever que le titre X de la constitution du 4 mars 1960 annonçait déjà la création prochaine des provinces.

11 Décret n° 61/DF/15 du 20 octobre 1961.

12 Voir par exemple, Elle P. B. (1997).

13 Voir à ce sujet, Bureau Central du Recensement (1984).

14 Ce changement s’opérera à la faveur du décret n° 2008/376 du 12 novembre 2008 portant organisation administrative de la République du Cameroun.

15 Voir l’interview accordée par le ministre de la communication du Cameroun à Radio France Internationale, le 25 janvier 2017.

16 Voir l’intervention d’Achille Mbembe à la 21e édition de la série des « Éminents conférenciers » de la Banque africaine de développement (BAD) le 29 septembre 2017 à Abidjan : <www.afdb.org/fr/news-and-events/mbembe-makes-a-strong-case-for-africa-integration-through-open-borders-17398/>.

17 L’expression a été développée par Gayatri Spivak Chakravorty (2009). L’auteure a pris des distances quant à la portée de cette expression coupable, selon elle, d’avoir favorisé de nombreuses confusions (Spivak Chakravorty 2011).

18 La politique dite de « l’équilibre régional » est notamment visée. Elle a consisté et consiste encore en une répartition des privilèges politico-économiques selon une logique qui contenterait l’ensemble des régions du pays. Dans ce jeu particulier, les élites originaires des différentes régions sont les principaux bénéficiaires de la mesure. Cette politique fonctionne comme un rituel de récompenses politiques aux « fidèles » du régime en place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Calvin Minfegue Assouga, « Les frontières camerounaises entre héritages historiques et contestations nouvelles », Revue des sciences sociales, 60 | 2018, 26-35.

Référence électronique

Calvin Minfegue Assouga, « Les frontières camerounaises entre héritages historiques et contestations nouvelles », Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/1269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.1269

Haut de page

Auteur

Calvin Minfegue Assouga

Laboratoire PACTE / Université Grenoble-Alpes, CNRS, Science Po Grenoble

Laboratoire IPIS / Université Catholique d’Afrique Centrale

<minassc@yahoo.fr>
<calvin.minfegue-assouga@umrpacte.fr>

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals