Navigation – Plan du site
Les frontières aux défis des migrations

Lampedusa, frontière de l’Europe

La crise migratoire entre alarme et compassion
Lampedusa, Border of Europe. The Migration Crisis between alarm and compassion
Francesco Vigneri
p. 46-55

Résumés

Face à un flux croissant de migrants, la petite île italienne de Lampedusa a été dotée, au cours des années, d’un système complexe de gestion des frontières, se composant d’une multitude d’acteurs militaires et humanitaires. Leurs pratiques et leurs comportements ont fait l’objet d’une observation participante et ont été mis en relation avec les orientations principales dans la narration médiatique de l’immigration – souvent bâtie sur la médiatisation des débarquements à Lampedusa – ainsi que dans les mesures politiques. On a pu noter une certaine correspondance entre ces dimensions : d’un côté, entre la manière dont les migrants sont traités aux frontières et celle dont ils sont représentés par les médias ; de l’autre, entre le récit médiatique sur la migration et les principales politiques visant à sa gestion. Le migrant n’est pas seulement représenté, mais aussi traité selon une image stéréotypée.

Haut de page

Texte intégral

1L’attention médiatique qu’a reçue l’île de Lampedusa au cours des dernières années suite au phénomène migratoire a fait de son petit territoire le symbole de la frontière en Europe.

  • 1 L’île est située à 205 km des côtes italiennes, à seulement 113 km de la Tunisie et à 280 km de la (...)
  • 2 Les données relatives aux arrivées de migrants à Lampedusa au cours des dernières années sont : 51  (...)

2Ce petit fragment d’Italie, situé à quelques centaines de kilomètres des côtes libyennes1, a été la destination de flux importants de migrants maghrébins et subsahariens désireux de gagner l’Europe, surtout au lendemain des révolutions arabes de 20112. Cela n’a pourtant pas été tout à fait nouveau pour Lampedusa qui, au moins depuis une vingtaine d’années, est considérée comme une des « portes de l’Europe ». Ce qui est plus récent, et qui a rendu son nom célèbre hors d’Italie, est, d’une part, la concentration sur son territoire d’acteurs – migrants, forces de l’ordre, agences humanitaires, politiciens, etc. – et de pratiques de gestion des flux migratoires, qui concourent à accroitre son statut de frontière (Cuttitta 2012) ; d’autre part, la médiatisation de ces mêmes pratiques et acteurs (Lendaro 2015b), qui a fait de l’île la « frontière symbole » de l’Europe.

3Les acteurs impliqués dans le système de gestion des flux migratoires aux frontières se distinguent de par leurs motivations, leurs objectifs et les besoins auxquels ils répondent dans des contextes spécifiques. Les migrants arrivent à Lampedusa en quête d’un avenir meilleur en Europe et les intervenants s’occupent de gérer leurs arrivées. Les médias, ainsi que les acteurs politiques, s’efforcent de répondre aux attentes de leurs propres publics, de plus en plus sensibles aux sujets de l’accueil des migrants et de la sécurité intérieure (Commission européenne 2016). Pourtant, un lieu de contact entre ces acteurs multiples existe. Il s’agit de la frontière, c’est-à-dire l’endroit où ces acteurs entrent en relation, dans l’objectif, pour chacun d’eux, de répondre à ses besoins.

  • 3 Quelques exemples : en mars 2011, en pleine « crise » migratoire à Lampedusa, la dirigeante de l’ex (...)

4En effet, Lampedusa n’est pas seulement un lieu d’accostage pour les embarcations de migrants en direction de l’Europe, ni simplement le siège du principal centre de premier accueil en Italie, elle a aussi attiré – surtout en 2011 et 2013, les années les plus critiques de sa « crise » migratoire – l’attention d’une multitude de journalistes, ainsi que de plusieurs politiciens européens. Ceux parmi eux qui s’y sont rendus en ont fait le principal terrain sur lequel construire ou renforcer un discours précis sur la question migratoire, susceptible d’influencer les politiques visant à sa gestion3.

5L’article cherche à mettre en lumière les dynamiques mettant en relation ces dimensions, sans chercher à établir de relation de causalité directe entre elles. Par l’observation des pratiques de traitement des migrants à Lampedusa, il a pour objectif de montrer une correspondance entre celles-ci et certains des traits distinctifs de la narration de la presse. En outre, il tente de montrer qu’une convergence existe entre le récit médiatique sur la migration et les politiques visant à sa gestion, dont s’inspirent ces mêmes pratiques ayant lieu à la frontière.

6En effet, les pratiques de traitement que les migrants reçoivent des intervenants à Lampedusa – où alternent « humanitarisme » (sauver des vies en danger) et « sécuritarisme » (placer ces vies sous surveillance) – s’inspirent des politiques publiques de gestion de la « crise » migratoire, auxquelles elles font référence. Ces politiques ont tendance à se baser sur une image stéréotypée du migrant, similaire à celle proposée par les médias, une image réduite à la dichotomie entre alarme (invasion d’étrangers) et pitié (accueil d’êtres humains). Les médias ont souvent basé leurs représentations sur les faits dramatiques liés aux débarquements, en mettant l’accent sur les contextes critiques des premières arrivées (surtout Lampedusa) pour décrire la situation générale de l’immigration en Italie et en Europe. De même, les politiques migratoires ont tendance à insister sur la question des arrivées et à alterner les mesures sécuritaires et humanitaires. Un nombre important d’intervenants impliqués dans la gestion des flux migratoires est alors déployé aux frontières : police, marine, garde-côtes, personnel médical, organisations humanitaires, etc. Leurs pratiques sont ainsi soumises à une surexposition médiatique qui contribue à renforcer un imaginaire précis des migrants, sur lequel ces mêmes politiques ont tendance à s’appuyer.

  • 4 INMP (Institut National pour la promotion de la santé des Migrants et le contrôle des maladies liée (...)

7Cette recherche ethnographique s’inscrit dans un travail de thèse doctorale portant sur les dynamiques relationnelles entre migrants et opérateurs de l’urgence à Lampedusa. Les relations entre les migrants et les intervenants sur l’île en 2011 et en 2013 ont été analysées grâce à la technique de l’observation participante, réalisée dans le cadre d’activités de médiation culturelle et de monitorage ainsi que d’assistance logistique avec différentes organisations4. Il s’agit de deux périodes significatives de l’immigration en Italie : le déclenchement des révolutions arabes en Tunisie, Égypte et Libye en 2011 et de la guerre civile en Syrie en 2013 ont provoqué d’importants flux migratoires sur les côtes de Lampedusa.

8L’observation participante a permis d’analyser le modus operandi des intervenants aux frontières et leurs pratiques de traitement à l’égard des migrants. Appartenant à l’une de ces deux catégories d’acteurs de la frontière (les intervenants), nous avons pu expérimenter les pratiques d’interférence dans les interactions suite à la présence de reporters et de leurs caméras – nombreuses dans les espaces réduits des quais de l’île – et remarquer l’influence de la narration médiatique sur les pratiques de traitement réservées aux migrants. En tant que médiateur culturel, les zones où les opérations de débarquement avaient lieu nous étaient accessibles, ce qui nous permettait d’y participer activement et d’entrer en contact direct avec les migrants et les intervenants. Ainsi, il a été possible d’observer de très près les dynamiques en cours et de mener des entretiens informels avec les acteurs observés. Le rôle de chercheur étant dissimulé, les observations et entretiens informels ont fait l’objet de notes succinctes a posteriori.

9La décision de ne pas dévoiler le rôle du chercheur est due à des considérations scientifiques et éthiques. La dissimulation de la recherche peut aider à dévoiler ce qui est sous-jacent, sans altérer la nature de la réalité observée, en particulier lorsque les sujets étudiés sont des groupes ou des individus vulnérables, marginalisés et stigmatisés (Li, 2008 : 111), tels que les migrants. En outre, compte tenu des spécificités du contexte – une frontière exposée à d’importants flux migratoires – où le chercheur intervenait en tant que médiateur culturel, la révélation du rôle d’observateur aurait sans doute entravé les activités de médiation, cruciales dans de telles circonstances. Le rôle du médiateur culturel pendant les opérations de débarquement consiste surtout à faciliter le triage et les soins médicaux destinés aux migrants, en permettant au personnel soignant (médecins, infirmiers, psychologues) d’évaluer correctement leur état de santé et de répondre adéquatement à leurs besoins psycho-physiques. Il nous a paru plus éthique de préserver le rôle de médiateur. Les migrants, en particulier, auraient pu éprouver un certain malaise à dévoiler des aspects intimes et personnels, tels que des pathologies physiques, ou à extérioriser des troubles psychologiques.

  • 5 « Dans l’immédiat, l’impératif absolu est le devoir de protection des personnes dans le besoin » es (...)

10Quant au récit médiatique de la question migratoire, on a fait référence aux résultats d’études précédentes, notamment l’analyse menée par Ieracitano et Rumi (2014), sur les contenus et les frames utilisés dans la presse italienne en 2011, l’année la plus intense en termes d’arrivées de migrants sur l’île de Lampedusa et, en général, une des plus significatives dans l’histoire récente de l’immigration en Italie. L’étude des orientations principales de la presse nationale au sujet des débarquements à Lampedusa a facilité l’identification d’éléments de convergence entre le traitement des migrants par la presse italienne et leur traitement par les opérateurs déployés sur l’île que nous avons observé. On a aussi cherché à mesurer les tendances prédominantes dans les politiques migratoires et leur convergence avec certains éléments typiques du récit médiatique ; les principales étapes de l’évolution des mesures politiques ainsi que les épisodes les plus médiatisés concernant les flux migratoires pendant les mêmes périodes ont été retracés à cette fin. Même lorsque ces politiques sont présentées comme des « solutions du drame des migrants »5, une certaine correspondance a pu être remarquée, de manière générale, avec les orientations principales dans les médias, qui projettent souvent une image désubjectivisée du migrant lui-même.

  • 6 À titre d’exemple : « Lesbos, en Grèce, nouveau Lampedusa » (Euronews, 19/06/2015) ; « Calais sera (...)

11Le choix de focaliser l’analyse sur les évènements qui ont eu lieu à Lampedusa est dû au fait que l’île a représenté un observatoire privilégié pour comprendre le lien entre gestion et médiatisation de la crise migratoire aux frontières. Le système de gestion des arrivées des migrants à Lampedusa (qui s’inspire de politiques axées sur l’urgence et la sécurité : débarquement, identification, hébergement/enfermement dans des structures temporaires souvent bondées, etc.) est aujourd’hui proposé et repris dans la régulation des flux migratoires qui ont récemment concerné d’autres zones frontalières de l’Europe (Tassin 2016). Il en est de même pour sa représentation médiatique : Lampedusa a continué à représenter au cours des années un lieu, voire un modèle, emblématique sur lequel les médias ont construit leur narration et leur rhétorique relatives aux problématiques liées à l’immigration (Ieracitano, Vigneri 2016). Les autres « frontières » de l’Europe qui ont été touchées par la crise migratoire plus récemment – Lesbos, Vintimille, Bardonecchia, Calais, – ont souvent été qualifiées de « nouveaux Lampedusa »6 dans les unes des journaux européens.

Lampedusa, frontière et symbole de la frontière

12Une frontière est toujours le signe d’une initiative anthropique, même si elle possède les conditions « naturelles » pour pouvoir prétendre à ce rôle. « La frontière, écrit G. Simmel, n’est pas un fait spatial avec des effets sociologiques, mais un fait sociologique qui prend une forme spatiale » (Simmel 1999 : 607) ; elle est donc une construction artificielle qui, explique P. Zanini (1997 : 11), naît « de motivations sociales et non géographiques ». Elle est alors toujours le produit d’une relation sociale, le résultat d’un rapport de pouvoirs entre des sujets individuels (tels que les migrants qui cherchent à la franchir) ou collectifs (telles que les institutions intervenant pour la protéger).

  • 7 Par ailleurs inférieure à celle d’une autre île italienne, Pantelleria, située à seulement 70 km de (...)

13Lampedusa ne fait pas exception et, au-delà de sa proximité géographique avec l’Afrique du Nord7, c’est surtout par rapport à la gestion des débarquements des « clandestins », qu’elle a vu concentrer sur elle-même les acteurs et les pratiques qui font d’un lieu une frontière et, dans son cas, la frontière « par excellence » (Cuttitta 2012).

  • 8 Le leader politique de la Lega Nord, Matteo Salvini, a souvent utilisé les réseaux sociaux pour dif (...)

14C’est surtout à partir de 2002 que l’île a connu une augmentation importante des débarquements de migrants, notamment en raison de l’entrée massive de la Lybie dans le business des migrants irréguliers (Monzini 2008). En même temps, les politiques migratoires nationales sont devenues de plus en plus strictes. Un membre clé de la majorité de centre-droite au pouvoir à l’époque était le parti d’extrême droite de la ‘Lega Nord’, le même parti qui est revenu au pouvoir en mars 2018, après une campagne basée sur la rhétorique de l’invasion8 et qui poursuit aujourd’hui une politique migratoire encore plus restrictive, axée sur la fermeture des ports italiens aux navires transportant les migrants secourus en mer. En 2002, cette majorité approuvait une législation assez rigide en matière de migration : la Loi ‘Bossi-Fini’, qui prévoit, entre autres, l’expulsion forcée des migrants irréguliers et l’extension de 30 à 60 jours de leur rétention administrative (Parlamento Italiano 2002 : art. 12 et 13). Cela a eu un impact important sur la gestion des migrations à Lampedusa, cette petite île a vu augmenter, non seulement le nombre des migrants débarquant sur ses côtes, mais aussi le personnel chargé de leur gestion.

15Le centre d’accueil de l’île a été ouvert en 1998 et a subi plusieurs transformations au cours des années, parallèlement aux évolutions politiques en Italie et en Europe : Centre de Permanence Temporaire (CPT), Centre de Premier Secours et Accueil (CPSA), et récemment Hotspot, le premier en Europe, dont la fonction principale est de trier entre demandeurs d’asile, qui seront orientés vers une procédure d’asile, et « personnes n’ayant pas besoin d’une protection », qui devront retourner dans leur pays d’origine, comme prévu par l’Agenda européen en matière de migration de 2015 (Commission européenne 2015 : 7). Ses fonctions ont aussi évolué : en plus de sa nature d’accueil, le centre a été de plus en plus utilisé comme un centre d’enfermement, destiné à organiser l’expulsion des migrants (Tassin 2014). Son ouverture, ainsi que les développements de ses fonctions, représentent certainement des étapes fondamentales du processus de construction et de renforcement de la frontière à Lampedusa.

16Les facteurs d’ordre géopolitique doivent également être considérés dans ce processus. Depuis les accords de Schengen de 1985, Lampedusa est une frontière à la fois italienne et européenne. Les conditions socio-économiques entre les sociétés se situant au nord et au sud de l’île sont très différentes, ce qui pousse une partie des habitants du sud de l’île à essayer d’obtenir les mêmes conditions qu’au nord. Leurs aspirations se heurtent toutefois très souvent au refus du visa aux candidats à l’émigration par les ambassades européennes dans les pays d’origine des migrants, ce qui les incite à emprunter des voies d’accès illégales vers l’Europe. La traversée en bateau pour Lampedusa, qui fait partie de la « route de la Méditerranée centrale », en est devenue l’une des principales.

  • 9 Par le nom « Frontex » on se réfère communément à l’Agence européenne de garde-frontières et de gar (...)
  • 10 Par « frontiérisation » l’auteur entend la concentration des facteurs qui font d’un lieu une fronti (...)

17En tant que lieu de première arrivée pour des milliers de migrants, l’île a été dotée au fil du temps d’un système de gestion des frontières, qui les intercepte et décide « où les faire débarquer » (Cuttitta 2012 : 83). Au cœur de ce système se situe son centre d’accueil, autour duquel gravite tout un microcosme exogène, se composant d’une part des migrants eux-mêmes et d’autre part, du personnel et des dispositifs militaires, humanitaires et sanitaires impliqués dans ce système de gestion. Une multitude d’intervenants et opérateurs peuple l’île depuis le début de la gestion politique des migrations, comme la garde-côtière, la police des frontières, Frontex9, l’agence de santé locale (ASP de Palerme), le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) ou la Croix Rouge, par exemple. Ces acteurs comptent tous parmi les personnels et dispositifs qui marquent en profondeur le petit territoire de Lampedusa. Ceux-ci œuvrent souvent en présence des caméramans, qu’ils côtoient dans les espaces réduits des quais, où ont lieu les débarquements. L’intense couverture médiatique assurée par ces derniers finit ainsi par amplifier et dramatiser les effets de cette œuvre de « frontiérisation » (Cuttitta 2012)10.

18La surexposition médiatique des faits se déroulant à Lampedusa a fait l’objet de différentes études sur la spectacularisation de la gestion de la crise migratoire sur l’île (Gatta 2011, 2012, Cuttitta 2012, Lendaro 2015b). Les auteurs ont mis en évidence les dynamiques caractérisant ce que N. De Genova (2002, 2004) avait déjà appelé le « spectacle de la frontière ». Ce spectacle sert à cacher les conséquences réelles des politiques migratoires et à rendre possible ce que l’auteur a défini comme : « [la] production légale de l’illégalité des migrants » (2004). Les migrants sont souvent présentés comme des individus « par nature » illégaux alors que leur illégalité est en grande partie le résultat des politiques migratoires qui n’offrent pas d’alternatives aux voyages clandestins. Un tel processus est également rendu possible par les médias, qui n’accordent que très peu d’attention à la voix des migrants (Binotto et al. 2016). D’ailleurs, les médias se concentrent souvent sur les « sujets émotionnellement et politiquement porteurs » (Lendaro 2015b) – présents en abondance dans les lieux-frontière, tels que Lampedusa – sans pour autant s’attarder « à décrire ce qui attend les survivants une fois rentrés dans l’engrenage administratif qui régule leur séjour » (ibid.).

19La presse italienne a, par exemple, eu fréquemment recours aux évènements, liés aux débarquements à Lampedusa, pour raconter et représenter le phénomène migratoire en général, en insistant en particulier sur la traversée dramatique et sur les chiffres importants des arrivées. Le naufrage au large des côtes de Lampedusa le 3 octobre 2013, qui a causé la mort de plus de 360 migrants, a notamment contribué à conférer à cette question une visibilité accrue (Belluati 2014, Szczepanik 2016), au point de faire de cette petite île, non seulement une frontière, mais aussi le symbole de la frontière en Europe.

La représentation de l’immigration dans la presse

20Différentes études ont accordé une attention particulière au phénomène des débarquements en Italie (Belluati 2014, Binotto et Martino 2004, Ieracitano et Rumi 2014, Sciortino et Colombo 2004) qui, selon M. Bruno et V. Lai (2016 : 56), représentent une « media icon » de l’ensemble de la question migratoire. Plus précisément, le moment de l’arrivée est devenu un véritable « topos » littéraire dans la narration médiatique du phénomène. Comme Bruno (2014) et Ieracitano et Rumi (2014) le soulignent, la presse italienne utilise, pour raconter les flux migratoires entre 2011 et 2013, des frames souvent basés sur le domaine sémantique de l’alarme et de l’urgence. Ce type de narration apparaît clairement dans le recours fréquent aux chiffres des débarquements(Ieracitano et Vigneri 2016).

21Ieracitano et Rumi ont analysé, en particulier, les titres et les contenus des articles sur la question migratoire parus en 2011 – l’année record pour le nombre d’arrivées de migrants à Lampedusa – dans les principaux quotidiens italiens, à diffusion nationale, choisis en fonction de leur orientation politico-culturelle : Corriere della Sera (libéral), Il Giornale (de droite), Libero (de droite), La Repubblica (progressiste), La Stampa (modéré) et l’Unità (de gauche). Selon cette étude, les titres choisis pour raconter les débarquements sur l’île évoquent surtout l’image de l’invasion : « tsunami humain » (La Stampa, 02/04/2011), « record des débarquements » (La Stampa, 09/04/2011) ou « L’urgence Lampedusa : plus de migrants que d’habitants » (La Repubblica 23/03/2011). Lampedusa, en particulier, était souvent associée à l’idée de l’urgence, parfois présentée comme un « district militaire » ou une « frontière assiégée » (Bruno et Lai, 2016 : 173), concernée par une invasion ennemie : « L’île attend l’invasion, débarquements sans-cesse » (La Stampa, 03/03/2011), « Lampedusa assiégé » (Il Giornale, 27/03/2011).

22Bien que les frames de l’alarme semblent prévaloir, des représentations plus orientées vers le frame du piétisme sont aussi présentes. Ces représentations – limitées par rapport à celles de l’alarme – apparaissent surtout dans la presse plus progressiste et sont utilisées généralement pour traiter des naufrages. L’image du « tsunami humain » est remplacée par celle du « cimetière méditerranéen » (L’Unità). L’« immigré illégal », représenté comme une menace, devient le « naufragé » (Corriere della Sera), le « pauvre » (L’Unità) et, en général, le « désespéré » (Belluati 2014).

23Le ton du discours médiatique change à nouveau lorsque les migrants deviennent les protagonistes de protestations ou insurrections à l’intérieur et en dehors du centre d’accueil. Les « révoltes » des migrants représentent un autre moment emblématique, attirant l’attention des médias. La terminologie utilisée dans ce cas concourt à la création symbolique d’un ennemi traité comme un individu « non-désiré » (Il Giornale), « séditieux » (La Repubblica) ou encore « terroriste » (Libero). En d’autres termes, celui qui, se trouvant dans le besoin, n’a pas le droit de se plaindre (Gatta 2011). Ces représentations, notamment lorsqu’elles apparaissent dans les premières pages, contribuent à orienter la représentation médiatique du migrant vers un discours sécuritaire, renforçant l’association entre l’immigration et la déviance ou l’immigration et le risque. D’un côté, il catalyse les craintes de l’opinion publique, de l’autre, il légitime des politiques plus rigides en matière de gestion et d’accès des migrants (Cerase, Lai 2016). Par des observations directes menées à Lampedusa en 2011 et en 2013, on a pu remarquer l’impact de ces politiques dans les pratiques de traitement réservées aux migrants. Ceux-ci sont traités comme des vies en danger, mais aussi (et surtout) comme des individus dangereux (Gatta 2012). Ainsi, une fois sauvés et soignés, les migrants sont identifiés et mis sous surveillance dans un centre d’accueil.

Les pratiques de traitement des migrants à la frontière

  • 11 En février 2017, le Parquet de Catane (et ensuite ceux de Trapani et Palerme) a ouvert une enquête (...)

24Les acteurs interagissant aux frontières, telles que Lampedusa sont, d’une part, les intervenants (le personnel des agences humanitaires, des instituts de santé, des forces de l’ordre, du centre d’accueil, etc.) impliqués dans la gestion des arrivées de migrants, et d’autre part, les migrants eux-mêmes. Les pratiques des intervenants sont souvent basées sur une certaine complémentarité entre humanitarisme et sécuritatisme, malgré la récente mise en question de la composante humanitaire par les institutions étatiques. Des tentatives de criminalisation ont en effet été menées par les autorités italiennes à partir de 201711. Ces mesures ont pourtant concerné, presque exclusivement, les organisations privées (non-gouvernementales) et non pas les institutions de santé (unités sanitaires locales) ou les organisations internationales, telles que les agences onusiennes (le HCR et l’Organisation internationale pour les migrations), qui participent souvent et activement aux consultations institutionnelles pour la proposition de réponses politiques et qui sont souvent chargées de l’exécution de projets publiques en matière de migration.

Porta di Lampedusa – Porta d’Europa : un monument aux migrantes et migrants décédés en mer par l’artiste Mimmo Palladino.

© Photographie de Vito Manzari, 2004.

  • 12 Suite à un accord bilatéral conclu entre l’ancien ministre des Affaires étrangères italien et le go (...)

25Des pratiques sécuritaires et humanitaires ont donc lieu parallèlement sur les quais de Lampedusa. D’un point de vue humanitaire, les institutions impliquées dans les opérations de sauvetage (marine, garde-côtière, police financière) sauvent des vies en danger et les transportent en sécurité sur la terre ferme. Au moment de leur arrivée, les opérateurs se positionnent sur deux cordons parallèles, afin de former un couloir menant les migrants du pont mobile accroché au bateau à une zone de repos où ils reçoivent des couvertures en aluminium, des aliments et des boissons chaudes, avant d’être transférés dans le centre d’accueil de l’île. En outre, l’équipe sanitaire identifie les cas cliniques les plus urgents pour les transférer immédiatement dans le petit centre médical de l’île. D’un point de vue sécuritaire, les agents de sécurité comptent les migrants un par un pendant qu’ils descendent du bateau et séparent les hommes des femmes et des mineurs, et les Tunisiens – destinés aux rapatriements forcés12 – des personnes d’autres nationalités. Chacune de ces catégories est hébergée dans des sections distinctes du centre. Une fois dans le centre, ils sont identifiés et fichés par la police de frontière qui enregistre leurs données, relève leurs empreintes et photographie leurs visages. Un code d’identification personnel leur est attribué, imprimé sur une carte indiquant aussi le jour de l’arrivée. Ils reçoivent un kit de toilette et d’hygiène et des vêtements, en général des survêtements synthétiques de couleurs vives, le signe visible d’une différentiation attribuée et présentée comme nécessaire et rassurante.

26Les pratiques de traitement se basent donc, d’un côté, sur cette idée de « pitié » : sauver des vies humaines. Les migrants sont ainsi secourus par les autorités de frontière et soignés à leur arrivée par le personnel médical. En même temps, leur « illégalité » et « dangerosité » sont considérées comme des caractéristiques inhérentes à leur condition, alors qu’il s’agit plutôt d’une conséquence des politiques publiques de gestion des flux migratoires, qui ne leur donnent pas d’alternatives aux voies illégales pour rejoindre l’Europe. Les migrants sont traités par les forces de l’ordre comme des « irréguliers » ou des « clandestins » ayant franchi une frontière illégalement, et donc comme des individus potentiellement dangereux. Les forces de sécurité s’occupent alors de les compter et de les séparer par catégorie à leur arrivée, et de les transférer dans un centre d’hébergement, où ils les fichent et d’où ils peuvent les rapatrier. Les migrants sont aussi traités comme des individus vulnérables et malades, ce qui justifie la présence du personnel médical et des nombreuses organisations humanitaires et de bénévolat.

27Il a été intéressant de noter, à cet égard, que tous les intervenants (forces de l’ordre et personnel humanitaire) sont invités, pendant les opérations de débarquement, à respecter des mesures précises de sécurité. Ils sont obligés de porter des gants et un masque, parfois même des combinaisons de protection, afin d’éviter tout risque de contamination, alors que le mauvais état de santé des migrants à leur arrivée est souvent la conséquence des politiques migratoires elles-mêmes, qui les obligent à des conditions précaires, voire extrêmes, dans les pays tiers et pendant la traversée.

28Il est à noter que la présence des organisations humanitaires, y compris celle des organisations non gouvernementales, quoique limitée aujourd’hui, finit par confirmer cette idée de vulnérabilité, de maladie du migrant et contribue aussi à produire un effet de victimisation. Tout comportement des migrants en contraste avec leur image misérabiliste est souvent interprété comme le signe de leur mensonge (Gatta 2012), de leur mauvaise foi et donc de leur dangerosité. La possession d’un smartphone et / ou la demande de cigarettes à l’arrivée, contribuent par renforcer cette image stéréotypée du migrant (Stangor, Schaller 2000) ; une personne dans le besoin ne peut pas posséder un smartphone et n’a d’autres priorités que celle de se nourrir. Des phrases telles que : « Regarde ! Leurs portables sont plus coûteux que les nôtres ! » étaient prononcées par le personnel de sécurité pendant les débarquements à Lampedusa, ce qui confirme ce que G. Gatta (2012 : 140) définit comme l’effort de « trouver le mensonge » dans les corps des migrants, privés de la parole. Le migrant est donc traité comme un sujet passif : qu’il soit considéré comme un pauvre désespéré ou comme un clandestin dangereux, il est souvent privé de sa subjectivité, voire de sa voix. Comme le rappelle aussi L. Malkki (1996 : 378),

cet universalisme dé-historicisant crée un contexte dans lequel il est difficile que les personnes appartenant à la catégorie des réfugiés soient traitées comme des acteurs historiques plutôt que comme de simples victimes muettes.

  • 13 Le règlement de Dublin – Règlement (UE) n° 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin (...)

29Les migrants ne subissent pourtant pas de manière passive ces formes de traitement ; leur épaisseur personnelle et leur force créative, dont leur expérience migratoire fait déjà la preuve, restent plutôt dans un état de latence, susceptibles de réapparaître, parfois de manière violente. Des protestations, des sit-in, voire des actes de violences ou d’automutilation ne sont pas rares à Lampedusa. Durant l’automne 2013, par exemple, les Syriens et les Érythréens protestaient souvent contre le relevé obligatoire de leurs empreintes, qui les aurait obligés à interrompre en Italie leur projet migratoire13 ; ils organisaient souvent des sit-in à l’entrée du centre d’accueil pour bloquer l’accès aux autorités. Parfois, ils organisaient aussi des défilés à travers les rues de Lampedusa pour réclamer le droit de se déplacer librement (Lendaro 2015a, Sciurba, Tazzioli 2015).

30À cet égard, on peut remarquer que les actes de démonstration des migrants n’étaient pas légitimes, car leur présence dans les espaces publics de l’île était formellement interdite : s’ils pouvaient sortir librement du centre, cela n’était possible que grâce à une brèche dans la barrière barbelée entourant la structure. A. Lendaro (2015a) définit ce « laissez-faire » des forces de l’ordre comme une « “exception ordinaire” qui ne les rend pas “légitimes” pour autant en tant que citoyens, manifestants ou simplement personnes réclamant des droits ». Malgré la nature souvent pacifique des manifestations des migrants, la légitimité des leurs réclamations était donc toujours mise en cause, ne serait-ce que pour leur condition d’irrégularité, qui ne leur donnerait pas le droit de se plaindre et de protester. Comme le souligne l’auteure, « étant tous formellement enfermés dans un centre pour migrants en situation irrégulière, ils sont illégitimes dans l’espace public » (ibid.).

31Cette liberté de sortir du centre n’était, d’ailleurs, pas toujours garantie et était souvent liée à la période de l’année (on cherchait à éviter une « promiscuité » avec les touristes durant la saison estivale), ainsi qu’à la nationalité du migrant. C’était le cas des Tunisiens, destinés aux retours forcés directement de Lampedusa ; ils devaient en effet rester sous le contrôle des autorités à l’intérieur du centre, jusqu’au moment de leur transfert dans l’aéroport de l’île. Néanmoins, cela ne les empêchait pas de s’organiser pour rendre visible leurs protestations. En septembre 2011, par exemple, un groupe de migrants tunisiens a mis le feu au centre, pour protester contre leur rapatriement forcé. Pour la même raison, certains d’entre eux avalaient intentionnellement des rasoirs dans l’espoir d’être transférés dans l’hôpital d’une ville italienne, ou parfois cousaient leur bouche en réponse au silence dans lequel leurs aspirations étaient souvent laissées. Empêchés de s’exprimer publiquement, les migrants recouraient parfois à des actes violents, ou aux blessures corporelles auto-infligées (Le Breton 2003), pour faire émerger leur subjectivité.

32Avant même d’être la scène d’un spectacle, cette petite île-frontière est un espace de lutte, un « champ de force » (Sciurba 2009) qui se crée entre les politiques et pratiques de gestion des migrants à la frontière et les initiatives par lesquelles les migrants eux-mêmes cherchent à réagir. Ces affrontements qui ont lieu à la frontière, et que Mezzadra et Neilson (2014 : 335) ont définis, à juste titre, « luttes de frontière » – nous révèlent toute la force politique des migrants, qui sont donc bien loin d’être seulement des sujets vulnérables et passifs (Lendaro 2015a).

33Ces actions finissent pourtant par être souvent perçues comme le signe de leur dangerosité, comme des actes arrogants et irrationnels, susceptibles d’engendrer une réaction de désapprobation et de condamnation au lieu d’obtenir la sensibilisation recherchée. Par exemple, une véritable guérilla entre les migrants, les forces de l’ordre et les habitants de l’île, filmée par des nombreuses caméras, a fait suite à l’incendie du centre en 2011. La diffusion d’images de ce type contribue ainsi à étayer une image du migrant comme un sujet menaçant et un renforcement des mesures sécuritaires en est ainsi justifié. Par conséquent, la manifestation de leurs frustrations se tourne souvent contre les migrants eux-mêmes, en légitimant aux yeux de l’opinion publique leur mise sous surveillance physique (dans un centre d’accueil) et juridique (par un permis temporaire et toujours révocable).

34C’est donc l’action des médias, nombreux dans des contextes de « crise », tels que Lampedusa, qui expose ces dynamiques à une œuvre de spectacularisation, par laquelle ces mêmes dynamiques entrent en contact avec le sentiment collectif et le débat public et politique en la matière. Malgré l’impossibilité d’établir si une relation de cause à effet existe entre la médiatisation de la question migratoire et sa gestion politique, il a été possible de remarquer une certaine correspondance entre les traits distinctifs du récit médiatique sur l’immigration et les principales politiques migratoires.

Médias et politiques migratoires

35Le système de gestion des flux migratoires à Lampedusa se base donc sur cette ambiguïté entre les dimensions sécuritaire et humanitaire : les pratiques de traitement comprennent des actes « nobles » de sauvetage et de soin des migrants, ainsi que des mesures pour leur insertion immédiate dans des centres d’accueil, où ils sont dotés d’une identité numérique et deviennent des « prisonniers administratifs » (Lendaro 2015a). Ces dynamiques complémentaires font l’objet d’une mise en scène rendue possible par la présence importante des médias sur les quais de l’île, ainsi que par le recours dans leur narration aux frames de l’alarme (invasion, menace) et de la pitié (secours, soin). Une double représentation, déshumanisante, des migrants – présentés comme des individus dans le besoin mais aussi potentiellement dangereux – est ainsi produite.

36Cette dichotomie est aussi présente dans les principales mesures politiques en matière de migration, qui semblent osciller elles-aussi entre les deux pôles opposés de la sécurité et de l’humanitarisme. Il est possible de voir dans cette alternance une certaine correspondance avec les différentes phases de prédominance d’une de deux orientations principales (alarmiste ou piétiste) du récit médiatique.

  • 14 Art. 33 de la Convention de Genève de 1951 et art. 3 de la Convention européenne des droits de l’ho (...)

37L’accord entre l’ancien gouvernement italien et le gouvernement tunisien de transition en avril 2011 a établi le rapatriement immédiat des migrants tunisiens arrivés à Lampedusa, avant même qu’ils puissent demander asile, malgré le principe de non-refoulement prévu par le droit international14. Une décision si rigoureuse arrivait peu après la diffusion des images proposées instamment par les médias des milliers de migrants tunisiens concentrés sur les quais du port de Lampedusa pendant les trois premiers mois de la même année, au lendemain du déclenchement de la révolution du Jasmin.

  • 15 Cette opération humanitaire a été menée par la marine italienne : un exemple tangible de la contami (...)

38De même, les faits survenus sur l’île et au large de ses côtes à l’automne 2013 confirmeraient cette convergence entre la narration médiatique et les principales politiques migratoires. Le 15 octobre de cette même année, au lendemain du naufrage du 3 octobre, le gouvernement italien a lancé l’opération militaire « Mare Nostrum », visant à secourir directement en mer les migrants et minimiser ainsi le risque de mort151. Le naufrage eut lieu à quelques kilomètres de la côte sud de Lampedusa et causa la mort par noyade de 366 migrants d’origine érythréenne. L’opération « Mare Nostrum » a été activée dans la foulée de ce drame, alimenté par la diffusion constante, par les médias, d’images de cercueils entreposés dans le hangar de l’aéroport et des pleurs des rescapés.

39Au cours des dernières années, la question des arrivées illégales de migrants a cessé d’être une question exclusivement italienne, atteignant les institutions de l’Union Européenne et de ses États membres. En 2015, les flux migratoires, principalement en provenance du proche orient et d’Asie centrale, ont commencé à concerner la route de la Méditerranée orientale et les Balkans. Le récit des médias s’est à nouveau focalisé sur les aspects les plus émotionnels du phénomène, en reproduisant, comme c’était le cas pour les débarquements à Lampedusa, des images mettant surtout en évidence cette double dimension de l’urgence. D’une part, les images des milliers de migrants en marche à travers les Pays des Balkans occidentaux transmettaient l’idée d’une imminente invasion ; d’autre part, celles des chavirages dans la mer Egée entre les côtes turques et les îles grecques insistaient sur la dimension tragique du phénomène. En particulier, les images du corps du petit Alan Kurdi, le petit garçon syrien noyé le 2 septembre 2015, gisant mort sur une plage turque, a provoqué une vague d’indignation dans l’opinion publique européenne, relançant ainsi le débat sur l’accueil des réfugiés, y compris au sein des institutions de l’UE.

40Là encore, il est possible de voir une analogie entre les caractéristiques de la narration médiatique des faits liés aux flux migratoires et les orientations des politiques approuvées au sein de l’UE pour répondre aux défis posés par ce phénomène.

41Cela est particulièrement évident dans le texte de l’Agenda européen en matière de migration de 2015, qui représente le cadre politique de référence dans tous les États de l’UE pour la gestion du phénomène migratoire. La combinaison des rhétoriques piétistes et alarmistes trouve son point culminant dans la double priorité politique du document, réitérée aussi bien dans la section initiale relative aux actions immédiates que dans celle relative aux mesures globales. Ces priorités incluent la nécessité de garantir la sécurité des migrants en détresse en mer, mais aussi la sécurité des frontières européennes, grâce au renforcement de l’Agence européenne de garde-frontière et de garde-côtes (Frontex), au déploiement de dispositifs militaires destinés à lutter contre le trafic de migrants, à une gestion plus efficace des rapatriements et à une coopération plus forte avec les Pays tiers pour le contrôle des frontières. Le deuxième paragraphe de la section sur les politiques globales est très emblématique à cet égard : « Gestion des frontières : sauver des vies et assurer la sécurité des frontières extérieures » (Commission européenne 2015 : 13). L’agenda stipule aussi la création des hotspots aux zones de frontière exposées à d’importants flux migratoires ; or celui de Lampedusa fut le premier. Il s’agit de centres de premier accueil, où les nouveaux arrivants sont triés entre « demandeurs d’asile » (à accueillir) et « migrants irréguliers » (à rapatrier). Le tri est effectué par les autorités de sécurité nationales, assistées par les agences de support de l’UE, immédiatement après le screening médical assuré par le personnel de santé. Les forces de l’ordre pré-enregistrent les données des migrants et indiquent le motif de leur migration, en déduisant celui-ci de la sûreté de leur pays d’origine. Il s’agit d’un tri préalable, qui sert à faciliter la gestion de l’accueil et à accélérer le traitement des demandes d’asile, mais qui n’empêche pas le migrant de s’adresser aux autorités compétentes par la suite. Cette procédure n’a pourtant pas de fondement juridique : tous les migrants, indépendamment de leurs origines, peuvent demander protection une fois en Europe et obtenir un permis de séjour temporaire pour une demande d’asile. En outre, leur statut légal ne peut être défini que par l’autorité judiciaire et sur la base d’un entretien individuel mené en présence d’un interprète.

Conclusions

42L’article a proposé une analyse des comportements des acteurs intervenant sur la « scène » de la frontière Lampedusa, transformée en symbole de la frontière en Europe par les médias, suite à son exposition aux flux migratoires. Les pratiques de traitement des intervenants et les comportements des migrants ont fait l’objet d’une observation participante menée sur l’île dans les années les plus critiques de l’histoire récente de l’immigration en Italie, au cours desquelles la concentration de personnel et de dispositifs sécuritaires et humanitaires s’est accrue sur son petit territoire.

43Comme observé sur le terrain, ces pratiques se basent sur une complémentarité entre humanitaire et sécuritaire : alors même que les migrants sont sauvés, ils sont immédiatement placés sous surveillance. Qu’ils soient considérés comme des individus dans le besoin ou dangereux, ils subissent des traitements déshumanisants – comptage et séparation par catégorie après leur sauvetage, insertion immédiate dans des centres d’hébergement d’où ils ne sont pas toujours libres de sortir, attribution d’un code d’identification, retour forcé sur la base de leur provenance, négation ou stigmatisation des leurs actions de protestation, etc. – ne répondant que rarement à leurs aspirations et exigences.

44Une des valeurs ajoutées de l’article a été la mise en relation des caractéristiques principales de ces pratiques avec les orientations prédominantes (alarmiste et compassionnelle) dans la narration médiatique, retracée à partir d’analyses préalables d’articles issus de la presse italienne. La représentation que les médias offrent des migrants se construit souvent par le recours aux frames de l’alarme (invasion) et de la pitié (secours), de même que les pratiques de gestion des migrants aux frontières, qui se basent sur des actes humanitaires (sauver des vies) et sécuritaires (surveiller ces vies). D’ailleurs, la représentation médiatique se focalise souvent sur les faits liés aux débarquements à Lampedusa, en contribuant à théâtraliser les dynamiques qui y ont lieu et à renforcer une image stéréotypée du migrant, celle d’un sujet à la fois misérable et menaçant. Il en a été de même dans d’autres contextes de frontières, tels que Lesbos, Vintimille, Calais, qui ont par la suite connu le même phénomène et ont souvent été définis par les journaux comme « les nouveaux Lampedusa ».

45Un autre élément novateur du présent article a été l’observation des tendances prédominantes dans les politiques migratoires et leur convergence avec certains des traits distinctifs du récit médiatique. On a également pu retrouver une dichotomie similaire entre alarme et pitié dans les principales politiques en matière de migration, où s’alternent des mesures humanitaires et sécuritaires. Ces politiques, puisqu’elles réglementent la gestion des flux migratoires, conditionnent les pratiques de traitement ayant lieu aux frontières, telles que Lampedusa, en présence des nombreuses caméras. Le migrant est alors non seulement représenté, mais aussi traité à l’aune de son image stéréotypée.

Haut de page

Bibliographie

Belluati M. (2014), « Lampedusa 3 Ottobre 2013. Cronaca di una tragedia », Associazione Carta di Roma. Notizie alla deriva. Secondo Rapporto Annuale, Rome, Ponte Sisto, p. 63-68.

Binotto M., Martino V. (dir.) (2004), Fuori luogo. L’immigrazione e i media italiani, Cosenza, Pellegrini/Rai-Eri.

Binotto M., Bruno M., Lai V. (dir.) (2016), Tracciare confini, Milan, FrancoAngeli.

Bruno M. (2014), « Lampedusa/Italia. La costruzione giornalistica dell’“emergenza” e la politica televisiva dei numeri », Comunicazione.doc, 9, p. 55-76.

Bruno M., Lai V. (2016), Tracciare i confini esterni. Arrivi, sbarchi, clandestini e l’eterna « invasione », in Binotto M. et al. (dir.), Tracciare confini, Milan, FrancoAngeli, p. 162-183

Cerase A. et Lai V. (2016), Migranti e criminalità: Il racconto dell’immigrazione nell’agenda dei media, in Binotto M. et al. (dir.), Tracciare confini, Milan, FrancoAngeli, p. 45-59.

Commission européenne (2015), Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions : un agenda européen en matière de migration, Bruxelles, 13.5.2015, COM(2015) 240 final.

Commission européenne (2016), Communiqué de presse. Enquête Eurobaromètre standard de l’automne 2016 : l’immigration et le terrorisme continuent d’être considérés comme les questions les plus importantes dans l’UE, Bruxelles, 22.12.2016.

Cuttitta P. (2012), Lo spettacolo del confine. Lampedusa tra produzione e messa in scena della frontiera, Sesto San Giovanni, Mimesis.

De Genova N. (2002), « Migrant “illegality” and deportability in everyday life », Annual Review of Anthropology, 31, p. 419-447.

De Genova N. (2004), « The legal production of Mexican/migrant “illegality” », Latino studies, 2/2004, p. 160-185.

Gatta G. (2011), « Le violenze dei salvatori e dei salvati. Scenari lampedusani », Trickster. Rivista del Master in Studi Interculturali, 10.

Gatta G. (2012), « Corpi di frontiera. Etnografia del trattamento dei migranti al loro arrivo a Lampedusa », Pagina bianca, 33, 34, p. 129-161.

Ieracitano F., Rumi C. (2014), « La rappresentazione mediale dell’emergenza: Il caso degli sbarchi a Lampedusa », Sociologia, 1, p. 85-93.

Ieracitano F., Vigneri F. (2016), « The Interference of the Mass media in the Intercultural Dialogue during the Emergency Landings in the Mediterranean: Between Reality and Representation », Journal of Mediterranean Knowledge-JMK, 1, 2, p. 143-163.

Le Breton D. (2003), La peau et la trace. Sur les blessures de soi, Paris, Métailié.

Lendaro A. (2015a), « “No finger print!” : les mobilisations des migrants à Lampedusa, ou quand l’espace compte », L’Espace politique, 25, 1. <https://journals.openedition.org/espacepolitique/3348>.

Lendaro A. (2015b), « La “crise des migrants” et sa méditisation », Mondes sociaux, <https://sms.hypotheses.org/5417>.

Li J. (2008), « Ethical Challenges in Participant Observation: A Reflection on Ethnographic Fieldwork », The Qualitative Report, 13, 1, p. 100-115.

Malkki L. (1996), « Speechless Emissaries: Refugees, Humanitarianism, and Dehistoricization », Cultural Anthropology, 11, 3, p. 377-404.

Mezzadra S., Neilson B. (2014), Confini e frontiere. La moltiplicazione del lavoro nel mondo globale, Bologna, Il Mulino.

Monzini P. (2008), « Il traffico di migranti per mare verso l’Italia. Sviluppi recenti (2004-2008) », CeSPI – Centro Studi di Politica Internazionale, Working Papers, 43, p. 3-48.

Parlamento Italiano (2012), « Legge 30 luglio 2002, n. 189: Modifica alla normativa in materia di immigrazione e di asilo », Gazzetta Ufficiale, 199, 26.08.2002.

Sciortino G., Colombo A. (2004), « The flows and the floss: The public discourse on immigration in Italy, 1969–2001 », Journal of Modern Italian Studies, 9, p. 94-113.

Sciurba A. (2009), Campi di forza. Percorsi confinati di migranti in Europa, Verona, Ombre corte.

Sciurba A., Tazzioli M. (2015), « “No fingerprints, we want to move”: la lotta a oltranza dei migranti a Lampedusa contro la trappola di Dublino e il sistema Hot Spot », Tutmonda, <https://tutmonda.wordpress.com/2016/01/09/no-fingerprints-we-want-to-move-la-lotta-a-oltranza-dei-migranti-a-lampedusa-contro-la-trappola-di-dublino-e-il-sistema-hot-spot-di-alessandra-sciurba-e-martina-tazzioli/>.

Simmel G. (1999), Sociologie, Paris, PUF.

Stangor C., Schaller M. (2000), Stereotypes as individual and collective representations, in Stangor C. (dir.), Stereotypes and prejudice: essential readings, Philadelphia, Psychology Press, p. 64-84.

Szczepanik M. (2016), « The Good and Bad Refugees? Imagined Refugeehood(s) in the Media Coverage of the Migration Crisis », Journal of Identity and Migration Studies, 10, 2, p. 23-33.

Tassin L. (2014), « Accueillir les indésirables. Les habitants de Lampedusa à l’épreuve de l’enfermement des étrangers », Genèses, 3, 96, p. 110-131.

Tassin L. (2016), « Le mirage des hotspots. Nouveaux concepts et vieilles recettes à Lesbos et Lampedusa », Savoir/Agir, 2, 36, p. 39-45.

Zanini P. (1997), Significati del confine. I limiti naturali, storici, mentali, Milano, Bruno Mondadori.

Haut de page

Notes

1 L’île est située à 205 km des côtes italiennes, à seulement 113 km de la Tunisie et à 280 km de la Libye.

2 Les données relatives aux arrivées de migrants à Lampedusa au cours des dernières années sont : 51 753 en 2011 (sur un total de 62 692 en Italie) ; 5 202 en 2012 (sur 13 267) ; 14 753 en 2013 (sur 42 925) ; 2 867 en 2014 (sur 170 100) ; 21 160 en 2015 (sur 153 842) ; 11 557 en 2016 (sur 181 436) et 9 057 en 2017 (sur 119 310). Sources : Ministère de l’Intérieur, Fondation Leone Moressa, Agence sanitaire de Palerme.

3 Quelques exemples : en mars 2011, en pleine « crise » migratoire à Lampedusa, la dirigeante de l’extrême droite française, Marine Le Pen, a effectué une visite éclair sur l’île pour réclamer le refoulement des « clandestins », ce qui a effectivement eu lieu à partir d’avril 2011 pour les migrants tunisiens ; en octobre 2013, au lendemain du naufrage des 360 Érythréens, l’ancien président de la Commission européenne José Barroso et l’ancien premier ministre italien Enrico Letta se sont rendus sur l’île pour affirmer leur volonté de répondre au « drame » des migrants par des actions concrètes : la mission de secours « Mare Nostrum » a été lancée un mois après leur visite. Des visites de députés nationaux et européens ont régulièrement lieu sur l’île.

4 INMP (Institut National pour la promotion de la santé des Migrants et le contrôle des maladies liées à la Pauvreté), ASP 06 (Agence Sanitaire de la Province de Palerme), Borderline Sicilia Onlus et Caritas.

5 « Dans l’immédiat, l’impératif absolu est le devoir de protection des personnes dans le besoin » est affirmé dans l’introduction de l’Agenda européen en matière de migration de 2015, le document politique de référence pour l’UE et ses États membres pour l’élaboration de mesures politiques en matière de gestion de la « crise » migratoire (Commission européenne 2015 : 2).

6 À titre d’exemple : « Lesbos, en Grèce, nouveau Lampedusa » (Euronews, 19/06/2015) ; « Calais sera Lampedusa » (El Mundo, 30/07/2015) ; « Migrazioni, Ventimiglia e Como le ‘Lampedusa’ del Nord » (La Repubblica, 16/12/2016) ; « Bardonecchia, la Lampedusa de la montagne » (Franceinter, 25/02/2018) ; « Calais, la Lampedusa francese » (Corriere della Sera, 23 octobre 2014).

7 Par ailleurs inférieure à celle d’une autre île italienne, Pantelleria, située à seulement 70 km de la Tunisie.

8 Le leader politique de la Lega Nord, Matteo Salvini, a souvent utilisé les réseaux sociaux pour diffuser des messages, au sujet des migrations, portant surtout sur l’idée de l’invasion. Ses tweets, par exemple, ont mis souvent l’accent sur les chiffres, y compris ceux concernant les demandes d’asile déposées au cours des années, comme le montre le tweet suivant : http://www.ilpost.it/wp-content/uploads/2017/01/matteo.salvini1.jpg.

9 Par le nom « Frontex » on se réfère communément à l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, chargée du contrôle et de la gestion des frontières extérieures de l’UE, dont le siège est à Varsovie.

10 Par « frontiérisation » l’auteur entend la concentration des facteurs qui font d’un lieu une frontière.

11 En février 2017, le Parquet de Catane (et ensuite ceux de Trapani et Palerme) a ouvert une enquête sur les activités de certaines ONG engagées dans le secours de migrants en mer, suspectées d’avoir des liens avec les trafiquants de migrants. Ces faits ont alimenté un débat public de plus en plus intense dans le pays. En juillet 2017, un code de conduite a été lancé par l’ancien ministre de l’intérieur Marco Minniti, limitant les activités de secours en mer des ONG. Des mesures plus agressives ont été prises par son successeur, Matteo Salvini, qui a refusé à maintes reprises le permis d’accoster dans les ports italiens aux navires des ONG en 2018.

12 Suite à un accord bilatéral conclu entre l’ancien ministre des Affaires étrangères italien et le gouvernement de transition tunisien en avril 2011, les migrants tunisiens sont directement rapatriés à partir de l’aéroport de l’île.

13 Le règlement de Dublin – Règlement (UE) n° 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013 – attribue au premier pays d’arrivée du migrant la responsabilité de l’évaluation de sa demande d’asile.

14 Art. 33 de la Convention de Genève de 1951 et art. 3 de la Convention européenne des droits de l’homme de 1950. Le principe de non-refoulement stipule qu’aucun État ne refoulera de quelque manière que ce soit un réfugié vers un pays où sa vie ou sa liberté peuvent être menacées.

15 Cette opération humanitaire a été menée par la marine italienne : un exemple tangible de la contamination entre les composantes humanitaire et sécuritaire du système de gestion des flux migratoires aux frontières.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Porta di Lampedusa – Porta d’Europa : un monument aux migrantes et migrants décédés en mer par l’artiste Mimmo Palladino.
Crédits © Photographie de Vito Manzari, 2004.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1375/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Vigneri, « Lampedusa, frontière de l’Europe », Revue des sciences sociales, 60 | 2018, 46-55.

Référence électronique

Francesco Vigneri, « Lampedusa, frontière de l’Europe », Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/1375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.1375

Haut de page

Auteur

Francesco Vigneri

Laboratoire Dynamiques Européennes
UMR 7367, CNRS / Université de Strasbourg
Université LUMSA de Rome
<f.vigneri@outlook.it>

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals