Navigation – Plan du site
Circulation et transferts culturels au-delà des frontières

Off-Limits : les territoires des gangs de cholos mexicains à l’ère de la globalisation

Off limits: Mexican Cholos Gangs Territories in the Era of Globalization
Nathalie Augier de Moussac
p. 68-79

Résumés

Au début des années quatre-vingt-dix, des gangs de rue constitués par des cholos (terme mexicain qui désigne une personne appartenant à un gang) formés dans les rangs des gangs chicanos de Los Angeles, émergent à Ciudad Nezahualcóyotl, ville satellite de la capitale mexicaine. Ils ont adopté le mode de vie et la « subculture » des gangs californiens. Grâce à cette stratégie, ils sont parvenus à sortir du cloisonnement des frontières matérielles par la création ou l’aménagement d’espaces imaginaires pourvus de limites qu’ils ont eux-mêmes déterminées. Ces nouveaux territoires « hors la loi » sont des espaces « réservés », autrement dits, interdits aux non-initiés.

Haut de page

Texte intégral

[off-limits (adj.):
1. Not to be entered;
out of bounds (hors limites).
2. Not allowed (interdit)]
Collins English Dictionary

  • 1 Après une période de sommeil, il semblerait que les Cacos 13 la Perla soient à nouveau en activité. (...)
  • 2 Sont considérés comme Sureños les gangs mexicains dont les territoires sont situés, pour la plupart (...)

1Cet article ne prétend pas être exhaustif. Il se focalise sur les Cacos 13 (XIII, ou encore 3C qui se prononce en espagnol comme le chiffre 13, respectivement « tres C ou tresce ») et les Cacos 13 la Perla (du nom du quartier qu’ils « défendent ») actifs jusqu’en 20121 à Ciudad Nezahualcóyotl, ville-satellite de la capitale mexicaine. Leurs membres sont désignés par le terme cholos. Il n’y est pas traité des gangs de rue apparus au Mexique et aux USA à la fin du siècle dernier et jusqu’à la première décennie du xxisiècle, ni des gangs chicanos des grands centres urbains états-uniens, à l’exception des Sureños2de Los Angeles dont les clikas (gangas ou pandillas : terminologie chola pour gangs de rue) du centre du Mexique sont la réplique.

Droit à l’image

  • 3 Christian Poveda, réalisateur d’un documentaire sur la MARA 18, a été assassiné en 2009 pour n’avoi (...)

2On ne dira jamais assez à quel point il est délicat de collaborer avec un gang de rue : il convient dans un premier temps de se faire accepter, puis de convaincre ses membres de se laisser photographier, ce qui est loin d’être aisé et peut déboucher sur des tragédies3. Enfin et surtout, il est indispensable de les suivre dans leur quotidien, non pas sur plusieurs mois, mais sur plusieurs années comme l’a fait le reporter Federico Gama (Gama 2007, 2011). Les gangs sont des structures sociales mouvantes, dont la hiérarchie n’est pas figée. Les Cacos 13 n’y font pas exception. Dans les rangs des affiliés, certains disparaissent, soit parce qu’ils ont été abattus, soit parce qu’ils sont emprisonnés, soit parce qu’ils ont décidé d’émigrer clandestinement aux USA. Les accords conclus avec les membres les plus influents du gang ne sont plus valables lorsque ceux-ci ne sont plus là pour en garantir l’application. C’est donc un terrain extrêmement dangereux.

3Mais grâce au reportage photographique au long cours réalisé par Federico Gama à partir du milieu des années quatre-vingt-dix, j’ai pu disposer de documents exceptionnels. Un corpus qui s’est enrichi au fil de ma propre expérience de terrain (2010-2012), lorsque je suis entrée en contact avec les Cacos 13 La Perla par le biais de la congrégation des missionnaires clarétains, très présents dans les zones difficiles de la ville de Mexico, tout comme dans le reste de l’Amérique latine. Le temple qui leur a été confié, au cœur du centre historique de la ville de Mexico, abrite la statue du saint des causes désespérées, San Judas Tadeo, objet d’une dévotion populaire qui ne cesse de croître et dont les cholos ne sont pas les moins fervents adeptes.

4Les Cacos « opèrent » à Ciudad Nezahualcóyotl, dont la proximité géographique avec la capitale mexicaine en fait un terrain particulièrement intéressant du point de vue de notre problématique. L’analyse comparée des iconographies cholas de Los Angeles (que nous ne sommes malheureusement pas autorisés à reproduire ici, pour des questions de copyright) et de Nezahualcóyotl, montre que les pandilleros (cholos) de Neza ont inventé un univers virtuel inspiré de celui créé par les gangs chicanos de la mégapole californienne, mais cependant très différent car déterminé par le milieu qui l’a généré. Notre propos est de montrer comment les cholos sont parvenus à sortir du cloisonnement des frontières matérielles par la création d’espaces imaginaires qui s’entrecroisent mais qui sont néanmoins pourvus de limites territoriales qu’ils ont eux-mêmes choisies. Ces nouveaux territoires « hors la loi » sont des espaces « réservés », autrement dits, interdits aux non-initiés.

Ill. 1 : Identidades, de la série 12D (abréviation pour le 12 décembre, jour de la fête de la Vierge). À gauche, l’image de la Vierge de Guadalupe. À droite, tatouage des armes de la ville préhispanique de Mexico-Tenochtitlan qui figurent aujourd’hui sur le drapeau mexicain. La Villa, sanctuaire « national », Mexico, 2009.

© Federico Gama.

Méthodologie

5Notre approche est pluridisciplinaire ; elle emprunte alternativement les outils de l’historien et de l’anthropologue combinés à ceux du photographe (si tant est que ce mot ait encore un sens aujourd’hui) pour qui les images constituent la matière première, au sens littéral et figuré. Car ce sont les images qui sont au cœur de notre étude. Elles sont à la fois sources primaires et objets d’analyse : ici, pas de sources secondaires ou tertiaires. L’image, par nature, est reproductible (Benjamin 1935). Elle l’est d’autant plus que les procédés de duplication sont multiples, bien au-delà de l’imprimerie et/ou de la reproduction photographique à l’ancienne. Avec le numérique, sa capacité à se répliquer est devenue infinie. De plus, elle se joue des limites matérielles, puisqu’elle évolue dorénavant dans le domaine du virtuel, c’est-à-dire dans une apparence fonctionnelle, libérée de toute contrainte physique, grâce à l’informatique et ses applications.

Définition de l’objet

  • 4 Photographe de nombreuses fois primé, le Mexicain Federico Gama se distingue par l’intérêt qu’il té (...)

6« Rien à voir avec un corpus : seulement quelques corps » devait écrire Roland Barthes (1980 : 8) dans La Chambre Claire. Un champ limité de photographies, une quinzaine tout au plus, parmi lesquelles des portraits en plan américain : certaines images ont été prises par Federico Gama4, d’autres par un membre du gang des Cacos 13 la Perla, Mr Chino, ou par moi-même. On remarquera la présence au sein de ce corpus de la silhouette de la Vierge de Guadalupe, symbole de mexicanidad (Augier de Moussac 2017 : 7), au même titre que l’aigle aztèque posé sur un nopal et tenant dans son bec un serpent qui figure sur la bannière nationale.

Ill. 2 : Placa ou placazo del barrio la Perla. Sigle du gang des Cacos XIII La Perla, Ciudad Nezahualcóyotl, 2010.

© Nathalie Augier de Moussac.

7Les corps donc : leurs enveloppes (les codes vestimentaires) mais aussi les tatouages. Nous avons laissé de côté les manifestations « subculturelles » du gang : les graffitis, les murales (peintures murales ou graphs) ou encore les placazos (sigle du gang taggé sur les murs du quartier pour délimiter un territoire) ; nous renvoyons pour cela le lecteur aux travaux d’historiens ou de sociologues tels que Tréguer (2000, 2004) ou encore Cohen et Tréguer (2004). De même, nous avons délibérément écarté l’étude de la musique (gansta rap, hip hop), ou l’iconographie associée aux ranflas (argot pour les voitures au châssis rabaissé), ou aux baykas (les bicyclettes customisées).

Ill. 3 : Cacos X3 : Vierge de Guadalupe et nom du gang en lettres gothiques, montage graphique, 2012.

© Mr Chino.

8Pour Paul Valéry (1960 : 215-216), « ce qu’il y a de plus profond chez l’homme c’est la peau… en tant qu’il se connaît ». La peau constitue une frontière entre le dedans et le dehors. Chacun est pour lui-même son propre poème, autrement dit, selon l’étymologie grecque, sa propre création (poiêsis) : « l’être qu’il fait exister à la surface du vide d’où il émerge » (Manon 2008). L’identité chola est gravée dans la peau. Alors que les graffitis peuvent être recouverts de chaux, le code vestimentaire modifié et la musique remixée, les tatouages ne sont pas interchangeables.

Ill. 4 : Mural représentant la Vida Loca, Ciudad Nezahualcóyotl, 2010.

© Nathalie Augier de Moussac.

9C’est à partir de l’univers hybride des cholos de Los Angeles que ceux du centre du Mexique ont mis en place leur propre stratégie pour s’inscrire dans un monde globalisé, tout en s’imposant au sein de leur propre pays, qui leur nie toute reconnaissance identitaire. Pour mieux comprendre les raisons de ces choix, il convient de revenir sur le contexte urbain de Los Angeles, plus de trente ans en arrière.

Ill. 5 : Virgen del Barrio, mural de East L. A., 2000.

© Nathalie Augier de Moussac.

Flash-back sur La Cité des Anges

  • 5 Il existe des gangs de femmes, qui sont toutefois moins nombreux et que nous avons délibérément lai (...)

10Première destination d’émigration mexicaine dans les années quatre-vingt (Levine 2005), Los Angeles regroupe par territoires rivaux à East Los, la partie orientale de la mégapole, des gangs de rue constitués pour la plupart de jeunes gens d’origine mexicaine. Désignés sous les termes de vatos ou de cholos, leurs membres, majoritairement des hommes5, affichent un style vestimentaire qui va très vite s’imposer aux autres gangs et aux rappeurs de la West Coast, avant d’être récupéré trois décennies plus tard par les industries mondiales de la mode et du showbiz. Sans oublier les tatouages qui, à l’instar de l’engouement dont ils bénéficient aujourd’hui à l’échelle planétaire, témoignent du repli identitaire qui résulte de l’accélération de la globalisation.

Ill. 6 : Le rituel du tatouage : Mr Chino se fait tatouer le nom du gang Cacos 13 en lettres gothiques, 2011.

© Mr Chino.

  • 6 D’une part les Anglos, de l’autre les Latinos ; cette répartition est en train de changer puisqu’au (...)

11Personae non gratae dans la mégapole californienne, les cholos chicanos ont su transgresser la frontière matérialisée par le fleuve qui coupe la ville en deux6, en exportant l’image de leur « subculture ». Ils sont donc virtuellement sortis du ghetto latino tout en créant de nouvelles limites (boundaries) qu’ils sont seuls à contrôler et qui maintiennent les non-membres à l’écart de l’espace dont ils se sont emparés.

12Pour l’historien Daniel Nordman (2003 : 1205), un territoire relève de ce qui est appropriable, possède des limites et porte un nom (toponyme ou anthroponyme) :

Un territoire est donc un espace pensé, dominé, désigné. Il est un produit culturel, au même titre qu’un paysage est une catégorie de la perception que l’homme choisit à l’intérieur d’ensembles encore indifférenciés.

  • 7 À Bangkok, on a vu apparaître des bandes de jeunes qui revendiquent le style des cholos californien (...)

13Pour survivre dans un environnement adverse, les cholos de Los Angeles ont dû, dans un premier temps, constituer leurs propres territoires, clairement délimités et soumis à des règles strictes : codes, rites et langages, iconographie et symbolique. Mais très vite, ces univers fictifs ont dépassé les frontières spatiales du barrio. Leur sphère culturelle – les sociologues emploieront le terme de « subculture » –, telle une bulle de savon, a franchi les barrières matérielles, portée par l’air du temps. Elle s’est dilatée et a rejoint d’autres sphères, d’autres ensembles culturels qui l’ont intégrée : exactement comme deux bulles savonneuses en collision finissent par n’en former qu’une seule. Les clips musicaux diffusés dans les années quatre-vingt par la télévision hertzienne sur l’intégralité du territoire états-unien, et repris sur la Toile dans la première décennie du xxie siècle, sont à l’origine de l’engouement planétaire pour le style singulier des vatos de Los Angeles7.

Lost Angeles

  • 8 « L’irritation du Nord-Américain vient, selon moi, de ce qu’il voit dans le pachuco un être mythiqu (...)

14Qualifiés d’espèce hybride par Octavio Paz, les cholos de Los Angeles sont les descendants directs des pachucos, auxquels l’écrivain allait consacrer le premier essai de son Labyrinthe (1950). En poste dans la Cité des Anges dans les années quarante, le futur prix Nobel de littérature jugeait bien terne la communauté ouvrière mexicaine, clairement dominée par les Anglos, alors même que les jeunes pachucos, dont le terme désigne familièrement les Mexicains qui vivent le long de la frontière (Durán 2002), avaient décidé d’affirmer leur présence de manière ostentatoire. À partir des années trente, ces frontaliers, qui pour la plupart avaient migré vers les grands centres urbains tels que Los Angeles à la recherche d’un travail, allaient contribuer à renforcer ce phénomène (Cummings 2011). Face à l’hostilité ambiante, les jeunes rebelles avaient fait le choix de l’expression « exaspérée » de leur personnalité en affichant « un dandysme grotesque et une conduite anarchique », selon les termes de l’écrivain, dont la singularité perturbatrice inquiétait, tout comme elle fascinait (Paz 1995 : 11-31)8.

  • 9 Rattachés au monde de la délinquance, certains mots sont récupérés aujourd’hui par la jeunesse doré (...)

15Entre eux ils parlaient caló, un argot des quartiers populaires utilisé essentiellement dans la capitale mexicaine9 et issu du parler des gitans ibériques qui nomment ainsi leur propre langue (Castro 2001). Notons qu’il s’agit d’une langue utilisée par des nomades, c’est-à-dire par des gens qui refusent de se sédentariser, en d’autres termes, de s’intégrer.

  • 10 Le terme soldado revient souvent, d’autant que nombreux sont ceux qui ont été formés dans les rangs (...)
  • 11 Sur la question du style, voir les recherches du courant d’études du CCCS, Centre For Contemporary (...)

16À l’opposé de l’excentricité vestimentaire de leurs aînés, mais tout aussi obstinément réfractaires à l’intégration et, qui plus est, beaucoup plus dangereux, les nouveaux bad boys latinos prônent une élégance vestimentaire minimaliste ultra-codifiée qui s’approprie les éléments emblématiques de la société états-unienne. T-shirts ou chemises Ben Davis associés à des pantalons extra-larges (Dickies ou Carhartt) intègrent l’uniforme cholo, mix entre le workwear made in USA, les tenues pénitentiaires et/ou celles de l’armée US10accompagnées de chaussures de sport de type Converses, et lorsque la saison s’y prête, de débardeurs blancs (tank tops) qui mettent en valeur leur musculature et la couleur cuivrée de leur peau11.

17Délaissant les chemises à jabot ou à pois, les chaussures bicolores ou vernies et les pantalons zazous des pachucos, les nouvelles générations rebelles d’origine mexicaine s’orientent vers des vêtements de travail ultra-résistants, version XXL, assortis de l’incontournable maillot de corps que Marlon Brando, qui incarne un ouvrier polonais immigré, devait sacraliser dans le film mythique d’Elia Kazan, Un tramway nommé désir (1951). Convertis en icônes de mode, le pouvoir de séduction des cholos augmente avec le nombre de tatouages qu’ils arborent jusque sur le visage. Car si leur style vestimentaire puise dans un vestiaire états-unien, les tatouages monochromes sont en revanche indubitablement chicanos.

Origines du terme cholo au Mexique

  • 12 En Amérique du Sud (Bolivie, Colombie, Panama, Pérou), le terme fait référence à une personne d’ori (...)

18Dans son Vocabulario en Lengua Castellana y Mexicana paru à Mexico12 en 1571, le franciscain Alonso de Molina (1571 : 160) traduit le mot Xolo – qui se prononce « cholo » – par paje, mozo, criado o esclavo, « page, jeune homme, serviteur ou esclave ». Le mot est lié à l’adolescence et à la servilité, à des degrés divers. Par ailleurs, Xolotl désigne en nahuatl le dieu à tête de chien chargé d’accompagner les défunts dans le Mictlán, le royaume des morts situé au centre de la terre et l’équivalent mexica (aztèque) de l’enfer chrétien. La connotation est tout à la fois animale et morbide.

  • 13 Frères jumeaux, Quetzalcóatl incarne par conséquent la lumière et la vie ; Xólotl, l’obscurité et l (...)

19Mais Xolotl est aussi le frère jumeau du dieu Quetzalcóatl. Dans le firmament mexica, il est associé à l’étoile vespérale, à l’inverse de son double qui s’apparie avec l’étoile du matin ; il incarne l’aspect obscur de la dualité. C’est lui qui accompagne Quetzalcóatl dans l’inframonde, afin de récupérer les ossements de ceux qui ont occupé le monde précédent, le Nahui Atl, afin de créer une vie nouvelle dans un processus vital lié au mouvement du soleil, le Nahui Ollin. Cette re-création se rejoue chaque nuit et Xolotl est chargé de guider l’astre solaire à travers les ténèbres13.

  • 14 Limpieza de sangre, littéralement « pureté du sang », fait référence à la « pureté de la race ».
  • 15 Sur la question du métissage voir Serge Gruzinski (1999) mais aussi Jean-Louis Amselle (2001).
  • 16 Terme par lequel les membres des gangs latinos désignent leur style de vie.

20Les mots voyagent et se transforment au fil du temps. Ils acquièrent des extensions sémantiques qui varient selon les lieux. L’usage du mot cholo devient discriminatoire au xviie siècle. Il est synonyme d’impureté, car il est perçu à travers le filtre de la limpieza de sangre qu’impose le monarque ibérique et qui concerne tout ce qui n’est pas chrétien de longue date14. Au xviiie siècle, il intègre la catégorie des curiosités lorsque les castas (castes) de Nouvelle-Espagne sont mises en scène dans des peintures destinées à être exportées en Europe pour y montrer la singularité et la diversité de l’Amérique tropicale : une imagerie exotique qui révèle les multiples combinaisons du métissage15 biologique de la société coloniale au sein de laquelle le vêtement, la coiffe mais aussi la présence (ou l’absence) de chaussures font partie des critères fondamentaux de distinction. Dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, le terme cholo devait acquérir une nouvelle signification. Désormais associé aux chicanos, aux gangs de rue et à la vida loca, « la folle vie »16 mais toujours lié à la jeunesse, il conserve cependant sa connotation négative, car il est devenu synonyme de délinquance.

Une nouvelle symbolique ?

  • 17 Gabriel Figueroa est un directeur de la photographie mexicain actif entre le début des années trent (...)

21Coupés de leurs racines, les cholos de la Cité des Anges ont réinventé, à la manière des Indiens du xvie siècle confrontés à l’invasion ibérique, un univers mythique métis qui abolit la chronologie pour exalter à la fois la grandeur de l’empire aztèque et la bravoure des généraux rebelles de la Révolution, qui n’hésitèrent pas à prendre les armes pour défendre leurs droits. Et pour mieux s’identifier avec les guerriers légendaires, que furent Villa et Zapata, ils portent la moustache « à la mexicaine », à laquelle vient s’ajouter parfois une sorte de petit bouc. Crânes rasés pour la grande majorité d’entre eux et corps d’athlètes solidement entraînés par de longs séjours dans les pénitenciers californiens ou dans l’armée, sur lesquels se déroulent, tels d’immenses lienzos (toiles peintes) la symbolique chola, ces êtres robotisés, archétypes de virilité, incarnent une nouvelle espèce hybride. Une véritable métamorphose quand on songe à ces paysans passifs, chétifs et misérables, va-nu-pieds et porteurs de sombreros, immortalisée par le cinéma d’Eisenstein dans ¡Qué Viva Mexico! (1931) ou la photographie de Gabriel Figueroa dans les films d’Emilio Fernández, réalisateur fétiche du cine de oro17. Une image qui se situe à mille lieues de celle, délétère, qu’Octavio Paz devait attribuer aux Mexicains de los Angeles, ainsi qu’à leur version masochiste incarnée selon lui par les pachucos, ou bien encore de l’apparente placidité des compagnons de César Chávez, ce chicano de troisième génération qui allait lutter de manière non-violente, pour créer en 1966 avec une autre activiste, Dolores Huerta, le premier syndicat d’ouvriers agricoles des USA, le UFW (United Farm Workers).

22Les tatouages pandilleros constituent une forme de curriculum vitae pictographique, dont le décryptage nous renseigne sur l’état civil du cholo et son « parcours ». Outre le nom du barrio (littéralement « quartier », il désigne le territoire en caló) et son appartenance à un gang déterminé, ainsi que son allégeance à la Eme, la mafia mexicaine, il est possible de vérifier son expérience criminelle au nombre de larmes censées figurer celui des ennemis abattus. Véritable condensé visuel de l’histoire personnelle du vato, où la silhouette mariale guadalupéenne apparaît parfois en lévitation au-dessus des gratte-ciel de Los Angeles, tel l’astre solaire autour duquel gravitent, pêle-mêle, les figures du Christ et celle de Zapata ; Marylin Monroe ou autres pin-up ; sa propre mère, sa femme ou ses enfants ; l’image du payaso, le clown au double visage qui rit et qui pleure (évoquant les masques du théâtre grec), ou encore des cœurs transpercés ou des croix qui symbolisent l’aspect sacrificiel de la vida loca. Sans doute conviendrait-il mieux de nommer via crucis ces « courses de vie » qui mènent directement au trépas.

Codex urbains

23Gravée à même la peau, incrustée jusqu’à la dernière heure, l’identité chola n’est pas interchangeable. Incarcéré, dépouillé de ses propres vêtements, le cholo est certain de conserver ce qui le définit. Abattu, exposé sur la paillasse en acier d’un établissement funéraire, il demeure avant tout un chicano fier de ses racines, dont l’encre guadalupéenne lui servira de viatique pour le passage dans l’au-delà. Car la plupart exhibe en sus de pyramides ou des héros de la Révolution, un tatouage de la Vierge de Guadalupe, label de garantie de ses origines mexicaines.

  • 18 L’Ancien Testament prohibe les marquages du corps (scarifications) (Lévitique 19 : 28).

24L’altération du corps, de manière temporaire ou définitive, faisait partie de la tradition précolombienne (Bautista Martinez 2001-2002 : 115-33). Interdits par la nouvelle religion18, les tatouages et autres signes distinctifs corporels devaient cependant réapparaître près de quatre cent cinquante ans après la Conquête sous les traits, entre autres, de l’effigie canonique de l’Église mexicaine.

  • 19 Les Maras Salvatruchas y sont rattachés comme leurs rivaux, les Barrio 18 – 18th Street Gang – un g (...)

25Les tatouages cholos se distinguent par leur absence de couleur et par un rendu très particulier de gris, qu’il est très difficile d’obtenir autrement que par l’injection de cendres de cigarettes. C’est en effet dans les prisons californiennes qu’apparaissent à la fin des années soixante les premiers tatouages en noir et blanc des pandilleros réalisés avec les moyens du bord. Ils comportent le chiffre symbolique du gang qui permet d’identifier immédiatement l’appartenance mafieuse : le 13 pour la Eme, la mafia mexicaine, dont le symbole est le M, qui se prononce « émé » en espagnol et qui occupe la treizième place dans l’alphabet latin et à laquelle sont affiliés la plupart des Sureños reconnaissables à la couleur bleue qui domine leurs tenues vestimentaires19 ; le chiffre 14 quant à lui désigne Nuestra Familia, la mafia rivale, identifiée par la lettre N ; ses membres sont désignés comme Norteños et ont opté pour la couleur rouge.

26Outre les figures mythiques de Villa et Zapata, qui sont représentées avec leurs armes et leurs munitions, les symboles préhispaniques sont très populaires : « calendrier » aztèque, glyphe de Nahui Ollin, reproduction des divinités ou des crânes des victimes sacrifiées du Templo Mayor de Tenochtitlán. Des images souvent sinistres, destinées à impressionner l’adversaire tout en exaltant la noblesse des guerriers aztèques mais aussi leur cruauté. Tandis que les devises Mexican pride, « Orgueil mexicain », Raza Azteca « Race aztèque », imprimées en lettres gothiques, côtoient les glyphes mexica, les chefs révolutionnaires et la Vierge de la Guadalupe s’imposent comme les figures tutélaires de la « mexicanité » chola.

27Suivant en cela la voie tracée par leurs prédécesseurs pachucos, les pandilleros de Los Angeles ont opté pour la rupture, en inventant un univers hybride, mais néanmoins exclusivement latino, qui vient combler la « défaillance » culturelle des premiers. S’exprimant en spanglish, un mélange d’espagnol et d’anglais, ils ont créé de nouvelles « sphères d’influence » qui dépassent et transgressent les frontières territoriales nationales, et celles du « ghetto latino » de la Cité des Anges. Toutefois, pour intégrer un gang cholo il ne suffit pas de posséder des origines mexicaines : il faut se soumettre aux rites de passage. Ceux qui réussissent à surmonter les épreuves rejoignent alors une communauté, la plupart du temps fortement hiérarchisée, dont il est impossible de sortir au risque d’être exécuté. Nouvelles frontières « raciales », communautaires, élitistes (tous ne sont pas acceptés : il faut montrer du courage et une certaine force physique), basées sur le genre (les femmes ont leurs propres gangs et les transgenres sont ignorés) ou sur la préférence sexuelle car les gangs latinos affichent publiquement leur homophobie.

De l’autre côté du mur

28Par un effet de miroir, les cholos mexicains présents dans la plupart des centres urbains frontaliers du nord du pays comme Tijuana et Mexicali, mais aussi dans les grandes agglomérations telles que Chihuahua, Monterrey, Guanajuatao, Guadalajara ou Mexico, se présentent aujourd’hui comme les héritiers du Chicano Civil Rights Movement (el Movimiento) apparu aux USA dans le prolongement du Mexican American Civil Rights Mouvement, amorcé dans les années quarante. Et reprennent à leur compte les concepts ainsi que l’iconographie symbolique développés par les activistes chicanos autour de la Raza morena, « la Race brune », ou la Raza de bronce, « la Race de bronze ».

29Émergée des terres spongieuses de l’ancien lac de Texcoco, au nord-est du centre historique de la capitale mexicaine, Netzahualcóyotl, ou encore Nezayork, MiNezota ou Nezapolis (Gama, Hernandez Sanchez 2009 : 67), est une zone suburbaine où s’installent dans les années soixante, dans des conditions de grande précarité, des populations issues des campagnes : une migration interne, partie des états les plus pauvres du sud du pays en direction du centre industriel.

Cholos de la « Neza » à l’interface de deux univers

  • 20 Identité vient d’idem (lat.) qui signifie « semblable, similaire ».

30En dépit de son étymologie, l’identité20 s’affirme souvent dans l’altérité. Elle se définit en opposition à quelque chose qui existe déjà, ou qui prédomine. Les cholos de Ciudad Netzahualcóyotl que leurs pères ont bien souvent fini par abandonner pour émigrer aux USA en laissant derrière eux femmes et enfants, se situent dans un « entre-deux » qui les contraint d’aller chercher dans un ailleurs virtuel leurs référents communautaires. Bien que la majorité d’entre eux ne soit jamais sortie du pays, les pandilleros de Neza sont fascinés par l’esthétique et le style de vie mis en exergue dans les clips des rappeurs gangstas chicanos, grâce à ceux qui ont été formés dans les clikas, californiennes, les manières des gangsters d’origine mexicaine. Car, si aujourd’hui New York est devenue la destination privilégiée de la plupart des habitants de Netzahualcóyotl (Rivera Sanchez 2002), c’est toutefois Los Angeles et sa vida loca qui hantent les rêves des enfants de Neza.

31Les fils et petits-fils de migrants installés depuis les années quarante dans les zones urbaines périphériques de Mexico sont confrontés à une véritable crise identitaire. Incapables de s’identifier avec leurs voisins chilangos (terme qui désigne les habitants de la capitale mexicaine) et encore moins avec leurs cousins de province (Valenzuela Arce 1989), ils ont pris pour modèle des Mexicains établis aux USA depuis une ou deux générations, autrement dit, des chicanos, mais pas n’importe lesquels : ceux qui ont réussi à imposer leur style de vie à la société états-unienne. Et donc à s’en faire respecter. En d’autres termes : les cholos états-uniens, ces membres des gangs de Los Angeles qui, plus que tous les autres gangs latinos, ont su dicter leur loi depuis qu’ils sont passés (pour la plupart) sous le contrôle de la Eme au début des années quatre-vingt-dix. Contrairement à leurs prédécesseurs, qui ont longtemps vécu en exil dans un pays étranger dont ils parlaient rarement la langue et qui, avant d’obtenir un permis de séjour ou une double nationalité, étaient confrontés à des conditions irrégulières de travail, avec tout ce que cela comporte de vexations et d’exploitations, les vatos de Los Angeles se sont approprié des barrios, territoires symboliquement conquis sur l’ennemi, qu’il s’agisse d’un gang rival (afro ou latino-américain) ou des Anglos, à défaut d’être reconnus comme des citoyens états-uniens à part entière.

  • 21 Clicka, ganga, pandilla sont des termes équivalents qui désignent le gang.

32Parce qu’elle est exclue du jeu gouvernemental mexicain, la jeunesse de Netzahualcóyotl a le sentiment d’être indésirable à l’intérieur des frontières de son propre pays. À l’exemple de leurs homonymes chicanos, les cholos de Neza se sont octroyé des territoires qu’ils s’engagent à défendre jusqu’à la mort. Intégrer une clika21 signifie contrôler un espace délimité, s’approprier ce que précisément la société mexicaine leur nie. Livrés à eux-mêmes dans cette zone à haut risque qu’est Nezahualcóyotl, abandonnés par l’État, désavoués par une société qui les rejette, les adolescents n’ont souvent d’autre choix que de rejoindre une pandilla, dont la structure, régie par des codes stricts, vient pallier le manque d’assistance parentale ou sociale. Enfin, l’idée d’appartenir à un barrio lui confère une légitimité qu’on lui refuse par ailleurs.

33Dans les années quatre-vingt, on recensait à Neza une vingtaine de bandes rivales constituées d’adolescents désœuvrés, qui se livraient à de petits trafics, vols ou extorsions au sein des quartiers dont ils avaient le contrôle. Au début de la décennie suivante, de nouvelles bandas largement influencées par les codes pandilleros de la Cité des Anges remplacent les premières et se partagent un espace qui rassemble près de quatre-vingts quartiers (Gama, Hernandez Sanchez 2009 : 70). Au milieu des années 2000, divers gangas, dont la majorité sont affiliées à la Eme, se disputent le territoire et la revente des stupéfiants. Il est probable que la mafia mexicaine ait souhaité mettre un terme à cela : en 2011, il ne subsistait plus que deux clickas rivales, los Ojos rojos et los Cacos 13.

  • 22 À Los Angeles, tous les gangs de rue mexicains relèvent de la Eme depuis 1992. Par ailleurs, celle- (...)
  • 23 Ces informations ont été glanées sur le terrain avec un ex-membre des Cacos 13 en 2010, M, ou bien (...)

34En 2010, les Cacos XIII faisaient allégeance à la Eme, tout en entretenant des liens avec le cartel de la Familia Michoacana, officiellement dissout depuis la disparition de ses principaux leaders, et dont les ramifications s’étendaient bien au-delà des frontières nord ou sud22. Il semblerait qu’ils n’aient été associés qu’à la revente de stupéfiants tels que la Marijuana et/ou la cocaïne, parfois à celui des armes, ainsi qu’à la petite délinquance (rapines en tout genre, braquages, vols de voitures), plus rarement aux extorsions et aux enlèvements qui sont devenus monnaie courante au Mexique. Ce qui n’exclut pas que certains membres aient été recrutés comme sicaires dans le cadre d’opérations ponctuelles. Cela reste toutefois exceptionnel23.

35Après 2012, on pouvait croire que les membres des derniers gangs de rue de Neza, lorsqu’ils n’avaient pas été jetés en prison ou qu’ils n’avaient pas quitté la ville pour rejoindre les USA24,avaient tous été absorbés par les cartels qui se partagent dorénavant l’ensemble du pays avec la complicité de divers acteurs gouvernementaux au niveau local et même fédéral : fonctionnaires de l’État comme certains politiques, policiers et militaires. En 2018, après quatre années d’absence, de nouvelles vidéos apparues sur Youtube montrent des hommes mûrs, bien en chair, qui revendiquent leur appartenance aux Cacos 13 la Perla25.

La vie rêvée des Anges

  • 26 Il convient toutefois de ne pas confondre les bandas de quartier avec les cartels, qui sont de puis (...)

36Nombre de médias nationaux se sont fait le relais de l’image négative qui colle à la peau des cholos mexicains soupçonnés, à juste titre, de délinquance. Un cliché qu’ils ont contribué à parfaire grâce à la diffusion sur Youtube de vidéos, où ils se mettent en scène à grand renfort de dollars, de stupéfiants et d’armes à feu26. Adolescents victimes des stéréotypes véhiculés par les clips et les jeux vidéo qui inondent la Toile et auxquels ils s’adonnent en super-héros, ou au contraire dangereux criminels ? La réalité est évidemment beaucoup plus complexe. Les activités, les motivations et la perception que les cholos ont d’eux-mêmes valent la peine qu’on y regarde d’un peu plus près.

37Si le phénomène des gangs états-uniens est ancien27 et que l’émergence de pandillas latinas en Californie remonte aux années quarante28, les cholos de Mexico, au style de vie inspiré des vatos californiens, n’apparaissent qu’au début des années quatre-vingt-dix avec les expulsions massives de 1992. Les premiers barrios de Netzahualcóyotl sont constitués de membres des gangs mexicains de Los Angeles expulsés des USA. Ils sont le produit direct de la politique états-unienne en Amérique centrale et du Traité de libre-échange (ALENA), mis en place en 1994. Formés à « l’école californienne », ils en ont rapporté le mode opératoire et les rituels, ainsi que l’iconographie associée. Les causes de l’apparition de ces bandes organisées en périphérie de la capitale sont diverses. Le contexte social (chômage élevé, absence d’encadrement gouvernemental) favorise le processus de marginalisation de cette zone sinistrée qu’est Neza.

38À deux pas du centre de la capitale mexicaine, les Cacos 13 se présentent, eux aussi, comme des résistants, des combattants en lutte permanente contre la discrimination. En caló, le terme caco désigne un voleur qui s’introduit dans une maison vide et qui, par superstition, défèque dans les lieux (Jimenez 2008 : 31). La provocation ne passe pas inaperçue. L’image liée au nom du gang est celle de quelqu’un qui entre par effraction dans une habitation désertée et qui « marque son territoire ». La symbolique ne pourrait être plus forte : elle fait référence à la ville qui se vide de ses habitants (au profit des grands centres urbains états-uniens) et à l’indifférence des pouvoirs publics devant cette situation. Et les Cacos de squatter les lieux abandonnés, tout en délimitant leur territoire avec leurs placazos (peinture murale qui représente le sigle du gang), tandis que l’image de la Vierge de Guadalupe, symbole de résistance, s’empare des corps comme elle avait investi les murs de East Los, définissant ainsi celui de la communauté mexicaine.

39Issus eux aussi de la migration, ils revendiquent un univers culturel spécifique qui se matérialise, entre autres, dans les tatouages, les graffitis, les murales et les placazos, et rassemble pêle-mêle tout ce qui, à leurs yeux, symbolise leur propre mexicanidad (identité mexicaine). Au-delà de l’incontournable image de la Guadalupe et du héros máximo de la Révolution, Zapata, des figures préhispaniques soigneusement choisies par leurs cousins chicanos s’imposent aux côtés du glyphe de la fondation de Mexico-Tenochtitlán, l’ancienne capitale mexica : l’aigle dressé sur un nopal et dévorant un serpent qui figure au centre de la bannière nationale. Enfin, une apparence physique et des tenues vestimentaires proches du look chicano, ainsi qu’un style musical plus ou moins affirmé à mi-chemin entre le rap et le rock mexicain, complètent la galaxie chola chilanga.

40Extrêmement soucieux de leur apparence, toujours impeccables à l’image de leurs oncles pachucos, et bien que la plupart n’ait jamais quitté l’agglomération CDMX (Ciudad de México, c’est-à-dire l’agglomération urbaine qui englobe le centre historique de la capitale et sa périphérie, au sein de la vallée éponyme), les Cacos 13 ont adopté l’uniforme des affiliés à la Eme où prévaut la couleur bleue. Une symbolique importée de la côte ouest états-unienne qui fonctionne comme marqueur identitaire pour cette jeunesse rejetée par une société mexicaine qui ne leur concède aucune place à l’intérieur des frontières. Déplorant que le terme cholo fasse référence à « une personne de mauvais goût » voire « ringarde », socialement exclus de leur propre pays et afin de ne pas passer pour des provinciaux, les cholos de Neza s’appliquent à parler spanglish. Et ce d’autant plus que leurs cousins chicanos (ou salvadoriens/ les Maras) sont devenus des icônes de mode dont l’image de mauvais garçons est exploitée tant par l’industrie du vêtement que par celle de la musique pour le plus grand bonheur de leurs fans. Aujourd’hui, les vatos incarnent une marginalité devenue très « tendance » depuis que des célébrités états-uniennes telles que Justin Bieber parmi tant d’autres, dont les moindres faits et gestes sont reproduits dans la presse people, se sont emparées de cette nouvelle esthétique.

41À l’instar des cholos de Los Angeles, ils ont conservé le code d’honneur auquel tout homie (terme dérivé de l’anglais homeboy qui désigne les membres d’un même gang) s’engage lorsqu’il intègre une pandilla : une règle qui impose le respect de soi et celui des autres, dans la mesure où ils vous respectent ; la solidarité au sein du même barrio ; l’honneur et la fierté de ses origines. Sans oublier la dévotion à la Vierge du Tepeyac (la Guadalupana). Tout comme l’interdiction de quitter la clika. Ainsi, pour les Cacos 13, le cholismo chilango, comme celui de la Cité des Anges, est bien davantage qu’un style de vie, c’est un engagement à vie et même au-delà.

Ill. 7 : Cholo hasta las cachas, Ciudad Nezahualcóyotl, Estado de México, 1997.

© Federico Gama.

A Tale of Redemption

  • 29 L’expression caló qui s’y rapporte est « tirar barrio ».

42L’univers des cholos de Neza ne serait-il qu’un décalque de celui des pandilleros de Los Angeles ? À y regarder de plus près, quelques indices semblent désigner une piste qui diverge de celle suivie par leurs cousins chicanos. Une image prise par Federico Gama lors d’un pèlerinage au sanctuaire de la Vierge de Guadalupe à Mexico retient notre attention : celle d’un jeune Cacos torse nu, au dos tatoué de l’effigie mariale qui, tête baissée et nuque courbée, se livre dans un geste christique à l’étreinte de son carnal (synonyme de homie) lequel, les yeux braqués sur l’appareil photographique et le regard fier, forme avec les doigts de la main le signe identitaire du gang29. Une image qui symbolise toute l’ambigüité des cholos de Mexico : d’une part, une certaine fragilité qui transparaît dans le geste d’abandon du premier (révélateur d’un certain besoin de protection), de l’autre, une provocation délibérée, un défi jeté à la face du spectateur par son acolyte et qui n’est pas sans évoquer les images de guerriers d’une autre aire, les combattants de Daesh, confrontés à l’appareil photographique des journalistes ou à leur propre caméra d’enregistrement lors des exécutions programmées pour être diffusées sur la Toile. Un regard noir qui ne peut que transpercer celui qui le regarde : le nôtre.

43Quoi qu’il en soit, les Cacos 13 ont pris l’habitude de se rendre rituellement en pèlerinage à la Villa (le sanctuaire « national » de la Vierge de la Guadalupe, situé dans le nord de la capitale) et ne craignent pas d’afficher leur religiosité, à la différence des cholos de Los Angeles. Leurs tatouages sont moins complexes et surtout moins envahissants que ceux qu’arborent leurs cousins chicanos. On y retrouve le sigle du gang, le prénom de leur petite amie, de leur femme ou de leurs enfants, et outre l’incontournable masque du payaso (le clown) qui symbolise la vida loca, l’image de la Vierge de Guadalupe ou de San Judas Tadeo.

Ill. 8 : Hijo Mío Madre Mía, de la série 12D. Sanctuaire de la Vierge de Guadalupe, Mexico, 2010.

© Federico Gama.

44À Neza, il n’est pas nécessaire de rappeler d’où l’on vient, ni de revendiquer un territoire aujourd’hui aux mains des Anglos. Point de pyramides ou de référence à Aztlán, lieu mythique dont seraient originaires les Mexica, d’autant moins que la plupart des Cacos sont d’origine zapotèque, voire maya. À noter également l’absence des chefs révolutionnaires. En revanche, les symboles religieux sont très présents, de l’image guadalupéenne à celle du saint des causes désespérées (San Judas), censés leur assurer la protection nécessaire pour survivre à l’intérieur des prisons fédérales mexicaines où ils auront toutes les chances de séjourner, à moins qu’ils ne réussissent à passer clandestinement aux USA.

Ill. 9 : Divina comedia, de la série 12D, parvis de la Villa, sanctuaire de la Vierge de Guadalupe, Mexico, 2012.

© Federico Gama.

45Les Cacos 13 sont rapados, à l’image des pelones chicanos, c’est-à-dire rasés, mais portant rarement la moustache et s’épilant les sourcils, ce qui leur confère un aspect quelque peu grotesque, à l’image du clown précédemment cité (ill. 10). Octavio Paz avait relevé chez les pachucos une attitude à mi-chemin entre le sadisme et l’auto-humiliation dans laquelle il décelait une façon particulière d’établir une relation avec la société états-unienne : en tant que martyr, le pachuco occupait une position dans le monde qui, jusqu’à présent, l’ignorait ; délinquant, il en devenait l’un des héros maudits. Depuis longtemps déjà les pandilleros de Los Angeles ne se posent plus en victimes mais se présentent au contraire comme des hommes forts, des soldats d’élite, archétypes de la virilité (l’homosexualité est rejetée parce qu’elle est, à leurs yeux, un signe de passivité, donc de faiblesse) et s’attachent à prouver leur dangerosité à travers des tatouages faciaux qui témoignent de leur expérience criminelle.

Ill. 10 : Cholo avec statuette de San Judas Tadeo, lors de la fête mensuelle du saint, temple de San Hipólito, Mexico, 28 mai 2010.

© Nathalie Augier de Moussac.

46Très différente est la posture des cholos de Neza qui affirment ne pouvoir échapper à la vida loca qui s’impose à eux comme la seule issue possible, avec au bout du chemin, une mort violente, inévitable. Héros maudits comme les pachucos, c’est au travers de la réalisation de leur destin, autrement dit, par la persécution dont ils font l’objet de la part des gangs rivaux, de la police, mais aussi et surtout de la société et de l’Église mexicaines, qu’ils trouvent leur légitimité : celle du paria programmé pour le sacrifice, incontournable pour atteindre la Rédemption. Leur physique est moins imposant que celui de leurs cousins chicanos : plus frêles et moins musclés, souvent moins grands, leurs corps n’ont pas la robustesse des vatos californiens. « L’ostension » de leurs tatouages religieux, à l’occasion des grandes célébrations liturgiques auxquelles ils participent volontiers, révèle cette fragilité qui les distingue des premiers. Leurs visages glabres ou leurs torses nus, convoquent les images de la Passion du Christ voire celles de saint Sébastien et bien d’autres martyrs issus des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale.

47Lorsque l’on regarde l’image de Federico Gama évoquée plus haut, c’est l’idée de compassion qui vient à l’esprit. Ces cholos qui se rendent en pèlerinage à la Villa, tout en veillant à ne pas se faire repérer par la Police, viennent chercher le Salut auprès de la Vierge. Car c’est auprès d’elle, et nulle part ailleurs qu’ils sauront trouver l’empathie qui leur fait défaut. Et la réhabilitation à laquelle ils aspirent, ici-bas ou dans l’autre monde.

Hybride : « Je est un autre »

  • 30 Au cours d’un colloque sur la culture créative des jeunes et le développement culturel à Mexico (Sa (...)

48Hommes de l’entre-deux, ces nonos30, plutôt que d’être confrontés à la banalité de leur quotidien, font tout ce qu’ils peuvent pour conserver cette distance, indispensable à l’invention de l’univers de leur choix et à l’accomplissement de leur destin. À mi-chemin entre les USA et le Mexique, les cholos de Mexico ont préféré opter pour le virtuel d’une vie rêvée, celle de la Cité des Anges, en vouant un véritable culte aux vatos de la mégapole californienne, ces héros des temps modernes valorisés par les clips musicaux de gangsta rap qui les montrent au volant de rutilantes low riders, escortés des plus jolies filles du quartier. Pour l’heure, à défaut de posséder une voiture états-unienne au châssis rabaissé, capable de brincar, « sautiller, bondir », comme celles apparues à la fin des années soixante-dix dans le sud des USA, les cholos de Neza ont opté pour les low bykas (ou baikas), la version à deux roues des belles américaines.

Ill. 11 : Mr Chino’s selfie avec casquette de baseball, New York, 2011.

© Mr Chino.

Ill. 12 : Mr Chino’s baika, New York, 2011.

© Mr Chino.

Ill. 13 : Selfie with the Virgin of Guadalupe. Mr Chino pose devant l’écran de son ordinateur où apparaît l’image de la Vierge de Guadalupe. On distingue également sur le mur, au dessus de la commode, une reproduction sulpicienne de la Vierge mexicaine. New York, 2011.

© Mr Chino.

Ill. 14 : Altar conmemorativo de Neza, autel votif en céramique. la Vierge de Guadalupe apparaît entourée des prénoms des membres du gang des Cacos XIII la Perla tombés « au combat », Ciudad Nezahualcóyotl, 2010.

© Nathalie Augier de Moussac.

La fin de l’American dream

49La discrimination dont les cholos font l’objet au sein de leur propre pays, qui les considère comme « impurs » parce qu’ils sont dans un « entre-deux » culturel, les pousse à faire le choix d’un ailleurs idéalisé, incarné par Los Angeles, cité de tous les possibles. Neza est ghettoïsée, sa jeunesse, marginalisée. Elle n’a d’autre issue que de s’inventer un univers où les choses redeviennent possibles, un univers enraciné en terre mexicaine mais modelé par un style de vie venu du Nord. La tête dans un firmament californien peuplé d’étoiles pandilleras, les pieds dans un pays qui subit aujourd’hui la domination économique, et donc culturelle, de son voisin septentrional et qui ne se donne pas les moyens de préparer l’avenir de sa jeunesse, surtout lorsque celle-ci est d’extraction modeste, les enfants de Neza sont pris au piège de la globalisation.

50Leur destinée, à défaut d’un changement radical de politique gouvernementale, est aujourd’hui entre les mains des cartels. Livrés à eux-mêmes, les Cacos 13 n’ont eu d’autre choix que de rallier ceux qui contrôlent le pays, avec, pour seule protection sociale, l’image de la Vierge de Guadalupe. Image qui par ailleurs tend à perdre son exclusivité miraculeuse, puisqu’elle apparaît aujourd’hui de plus en plus souvent accompagnée de San Judas Tadeo, voire même de la Santísima Muerte (divinité figurée par un squelette humain revêtu de parures qui diffèrent selon la protection requise), unique garante à leurs yeux d’un accueil de qualité dans l’au-delà.

Haut de page

Bibliographie

Amselle J. L. (2001), Branchements : anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Anderson B. (1991), Imagined Communities. Reflections on the origin and spread of nationalism, Londres, Vero.

Augier de Moussac N. (2017), Magnum Signum Mexicanum. Révélations autour de l’image de la Vierge de Guadalupe, xviE-xxiE siècles, thèse doctorale dirigée par Serge Gruzinski, Paris, EHESS.

Barthes R. (1980), La Chambre Claire. Note sur la photographie, Paris, Cahiers du Cinéma, Gallimard.

Bautista Martinez J. (2001-2002), « Alteraciones culturales en el cuerpo del hombre prehispánico », Estudios Mesomaricanos, 3-4, p. 115-133.

Benjamin W. ([1936] 2011), L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Allia.

Bernand C., Gruzinski S. (1991), Histoire du Nouveau Monde. De la découverte à la Conquête, une expérience européenne, Paris, Fayard.

Bourgois P. (2003), In Search of Respect : Selling Crack in El Barrio, New York, Cambridge University Press.

Castillo Grisworld del R. (2000), « The Los Angeles “Zoot Suit Riots” revisited : Mexican and Latin American perspectives », Mexican Studies/Estudios Mexicanos, 16, 2, p. 367-391.

Castro R. G. (2001), Chicano Folklore. A guide to the Folktales, Traditions, Rituals and Religious Practices of Mexican Americans, New York, Oxford University Press.

Codex Borbonicus, ouvrage collectif, auteurs inconnus (début du xvie), conservé à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Paris.

Cohen P. (2002), New Ethnicities, Old Racisms, Londres, Zed Press.

Cohen J., Tréguer A. (dir.) (2004), Los Latinos des USA, Paris, IHEAL.

Cummings L. (2011), Pachucos y Pachucas in Tucson, Situated Border Lives, Tucson, The University of Arizona Press.

Debray R. (2010), Eloge des frontières, Paris, Gallimard.

Duran J. (2002), « Nation and Translation : The Pachuco in Mexican popular culture : German Varldez’s tin tan », Journal of the Midwest Modern Language Association, 35, 2, p. 41-49.

Foucrier A. (2001), Les gangsters et la société américaine (1920-1960), Paris, Ellipses.

Gama F., Hernandez Sanchez P. ([2007] 2009), Cholos a la Neza, otra identidad de la migración, Mexico, Injuve.

Gama F., Mendoza E. (2011), Historias en la piel, Mexico, Artes de México.

Garcia Canclini N. (2010), Cultures Hybrides. Stratégies pour entrer et sortir de la modernité, Laval, Presse de l’Université Laval.

Gruzinski S. (1999), La pensée métisse, Paris, Fayard.

Hebdige D. ([1979] 2008), Sous-culture : le sens du style, Paris, La Découverte.

Horowitz R. (1983), Honor and the American Dream : Culture and Identity in a Chicano Community, New Jersey, Rutgers University Press.

Ianni F. (1974), Black mafia : Ethnic Succession in Organized Crime, New York, Simon and Schister.

Jimenez A. (2008), Nueva Picardia Mexicana, Mexico, RM.

Klein M. (1998), The American Street Gang, New York, Oxford University Press.

Levine E. (2005), « El proceso de incorporación de inmigrantes mexicanos a la vida y el trabajo en Los Angeles, California », Migraciones internacionales, 3, 2, p. 108-136.

Macias A. (2014), Black and Brown Get Down: Cultural Politics, Chicano Music, and Hip-Hop in Racialized Los Angeles, in Lashua, B., Spracklen, K., Wagg, S. (eds.) Sounds and the city, Popular music, Place and Globalization, Carnegie Faculty, Leeds Metropolitan University, Palgrave Macmillan, p. 55-75.

Manon S. (2008), « Ce qu’il y a de plus profond en l’homme c’est la peau. Valery », PhiloLog, <https://www.philolog.fr/ce-quil-y-a-de-plus-profond-en-lhomme-cest-la-peau-valery/>.

Merton R. K. (1938), « Social Structure and Anomie », American Sociological Review, 3, 5, p. 672-682.

Milton Thrasher F. (2013), The Gang, A study of 1313 Gangs in Chicago, Chicago, University of Chicago Press.

Molina de A. (1571), Vocabulario en Lengua Castellana y Mexicana, Mexico, Antonio de Spinoza.

Nordman D. (2003), Territoire, in Bely J. (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime Paris, PUF, p. 1204-1206.

Padilla F. (1992), The Gang as American Enterprise, New Brunswick, Rutgers University Press.

Paquot T. (2011), « Qu’est-ce qu’un “territoire” ? », Vie sociale, 2, 2, p. 23-32.

Patterson J. T. (2000), America’s Struggle against Poverty in the Twentieth Century, Cambridge, Harward University Press.

Paz O. ([1950] 1995), El Pachuco y otros extremos, in Paz O., El laberinto de la soledad, Mexico, F.C.E., p. 8-45.

Portes A., Rumbaut R. G. (2001), Legacies: The Story of the Immigrant Second Generation, Berkeley, University of California Press.

Rivera Sanchez L. (11-12 octobre 2002), «Searching Expressions of Identity: Belonging and Spaces. Mexican Immigrants in New York», Communication présentée au colloque Indigenous Mexican Migrants in the US: Building Bridges between Researchers and Community Leaders, Santa Cruz, University of California.

Rodriguez J., Martinez R., Rodriguez L. (1998), East Side Stories, Gang life in East L.A., Los Angeles, Powerhouse books.

Sanchez-Jankowski M. (1991), Islands in the Street. Gangs and American Urban Society, Berkeley, University of California Press.

Sanchez-Jankowski M. (1994), « Les gangs et la presse : la production d’un mythe national », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, p. 101-117.

Sanchez-Jankowski M. (2003), « Gangs and Social Change », Theoretical Criminology, Sage Publications, 7, 2, p. 191-216.

Schloss J. G. Foundation (2009), B-Boys, B-Girls, and Hip-Hop Culture in New York, New York, Oxford University Press.

Taylor C. (1990), Gang Imperialism, in Huff C. R. (dir.) Gangs in America, Newbury Park, California, Sage Publications, p. 103-115.

Taylor C. (1993), Girls, Gangs, Women and Drugs, East Lansing, Michigan State University Press.

Tréguer A. (2000), Chicanos. Murs peints des États-Unis, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

Tréguer A. (2004), À propos de l’art mural chicano : d’un mur à l’autre in Cohen J., Tréguer A. (dir.), Los Latinos des USA, Paris, IHEAL, p. 146-158.

Sullivan M. L. (1989), “Getting paid”: Youth Crime and Work in the Inner City, Ithaca, Cornell University Press.

Valenzuela Arce J. M. (1989), ¡A la brava Ese!, Mexico, El Colegio de la frontera norte.

Valéry P. (1960), L’idée fixe ou Deux Hommes à la mer, Œuvres II, Paris, La Pléiade 148.

Vigil J. D. (1988), Barrio Gangs, Street Life and Identity in Southern California, Austin, University of Texas Press.

Vigil J. D., Chong Yun S. (1996), Southern California Gangs: Comparative Ethnicity and Social Control, in Huff C. R. (dir.) Gangs in America, Newsbury Park, Sage Publications, p. 139-156.

Wacquant L. (1994), « Le gang comme prédateur collectif », Actes de la Recherche en Sciences Sociales 101/102, p. 88-100.

Haut de page

Notes

1 Après une période de sommeil, il semblerait que les Cacos 13 la Perla soient à nouveau en activité. Cf. <https://www.youtube.com/watch?v=YK_8WQdlZog>.

2 Sont considérés comme Sureños les gangs mexicains dont les territoires sont situés, pour la plupart, au sud de Delanoe en Californie.

3 Christian Poveda, réalisateur d’un documentaire sur la MARA 18, a été assassiné en 2009 pour n’avoir pas respecté l’accord de non-diffusion de son film au Salvador.

4 Photographe de nombreuses fois primé, le Mexicain Federico Gama se distingue par l’intérêt qu’il témoigne aux phénomènes de société tels que l’identité culturelle, les codes vestimentaires et les migrations. Il est l’auteur de plusieurs publications : Historias en la piel (Artes de México, 2011), Mazahuacholoskatopunk (IMJuve, 2009) et co-auteur des livres Jóvenes, cultura e identidades urbanas (Porrúa-UAM Iztapalapa, 2002), Cholos a la Neza, otra identidad de la migración (IMJuve, 2008), Tinta y Carne (Cultura Contracultura, 2009), Mexico D. F. Then And Now (Salamanders Books, Londres, U.K. 2009), Migración procesos productivos, identidad y estigmas sociales (UAEM/Juan Pablos Editores, 2010), Jóvenes y Espacio Público (Bellaterra Edicions, Barcelona, España, 2012). Il a participé à trente-sept expositions individuelles et soixante-sept expositions collectives au Mexique et en Amérique latine (Argentine, Brésil, Colombie, Guatemala), en Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Italie, Irlande, Pologne, Portugal) mais aussi en Chine et en Turquie tout comme aux USA et au Canada.

5 Il existe des gangs de femmes, qui sont toutefois moins nombreux et que nous avons délibérément laissés de côté (voir à ce sujet les photographies de Graciela Iturbide).

6 D’une part les Anglos, de l’autre les Latinos ; cette répartition est en train de changer puisqu’aujourd’hui de nombreux Mexicains ont investi les quartiers ouest de la ville comme Silver Lake.

7 À Bangkok, on a vu apparaître des bandes de jeunes qui revendiquent le style des cholos californiens. Voir le travail du photographe Zanya Tanantpapat.

8 « L’irritation du Nord-Américain vient, selon moi, de ce qu’il voit dans le pachuco un être mythique et dès lors virtuellement dangereux. Sa dangerosité surgit de sa singularité. Tous coïncident pour voir en lui quelque chose d’hybride, de perturbateur et de fascinant » (Paz 1995 : 19).

9 Rattachés au monde de la délinquance, certains mots sont récupérés aujourd’hui par la jeunesse dorée chilanga. Notons que le cinéma mexicain, en plein apogée dans les années quarante, met en scène, à la même époque, des personnages des barrios populaires de la capitale qui parlent ce langage imagé et gouailleur.

10 Le terme soldado revient souvent, d’autant que nombreux sont ceux qui ont été formés dans les rangs de l’armée états-unienne ou de l’US Navy. Rapport FBI 2011.

11 Sur la question du style, voir les recherches du courant d’études du CCCS, Centre For Contemporary Cultural Studies, fondé en 1964 (fermé en 2002) de l’Université de Birmingham. Notamment celles de Dick Hebdige (1979) sur le mouvement punk britannique (1976-1977) et celles de Phil Cohen (2002) sur la jeunesse de l’East London.

12 En Amérique du Sud (Bolivie, Colombie, Panama, Pérou), le terme fait référence à une personne d’origine indigène.

13 Frères jumeaux, Quetzalcóatl incarne par conséquent la lumière et la vie ; Xólotl, l’obscurité et la mort. Ils sont toutefois complémentaires (Codex Borbonicus : 16).

14 Limpieza de sangre, littéralement « pureté du sang », fait référence à la « pureté de la race ».

15 Sur la question du métissage voir Serge Gruzinski (1999) mais aussi Jean-Louis Amselle (2001).

16 Terme par lequel les membres des gangs latinos désignent leur style de vie.

17 Gabriel Figueroa est un directeur de la photographie mexicain actif entre le début des années trente et le milieu des années quatre-vingt. Le réalisateur Emilio Fernandez, également mexicain, a tourné de nombreux films, notamment Maria Candelaria qui devait remporter la palme d’or à Cannes en 1946.

18 L’Ancien Testament prohibe les marquages du corps (scarifications) (Lévitique 19 : 28).

19 Les Maras Salvatruchas y sont rattachés comme leurs rivaux, les Barrio 18 – 18th Street Gang – un gang de Mexicains ouverts aux étrangers.

20 Identité vient d’idem (lat.) qui signifie « semblable, similaire ».

21 Clicka, ganga, pandilla sont des termes équivalents qui désignent le gang.

22 À Los Angeles, tous les gangs de rue mexicains relèvent de la Eme depuis 1992. Par ailleurs, celle-ci a conclu un accord avec la Familia Michoacana afin de garantir aux membres du cartel, au moins jusqu’en 2013, protection à l’intérieur des geôles états-uniennes et fourniture d’armes en échange de l’approvisionnement en drogue – héroïne, cocaïne mais surtout méthamphétamine – laquelle est ensuite revendue dans les rues de Los Angeles par les gangs Sureños. NBC News Los Angeles, 6 août 2013.

23 Ces informations ont été glanées sur le terrain avec un ex-membre des Cacos 13 en 2010, M, ou bien à travers des conversations téléphoniques et des échanges électroniques avec un membre exilé à New York (2011 et 2012), Mr Chino. Pour des raisons évidentes, il n’est pas possible de citer leurs patronymes.

24 Les Cacos 13 ont fait l’objet d’une opération conjointe de la police et des forces fédérales en 2008. Ce qui a entraîné l’émigration illégale de nombres de Cacos aux USA.

25 Cf. <https://www.youtube.com/watch?v= YK_ 8WQdlZog>.

26 Il convient toutefois de ne pas confondre les bandas de quartier avec les cartels, qui sont de puissantes organisations criminelles internationales qui contrôlent le trafic des stupéfiants, et dont les revenus annuels dépassent ceux du pays.

27 Milieu du xixe siècle à New York. Voir à ce sujet l’excellent film de Martin Scorsese, Gangs of New York, sorti en 2002.

28 Années quarante pour les premières pandillas mexicaines. Cf. <http://www.streetgangs.com/hispanic- sthash.0QC6o28q.8P7NxOUM.dpbs>.

29 L’expression caló qui s’y rapporte est « tirar barrio ».

30 Au cours d’un colloque sur la culture créative des jeunes et le développement culturel à Mexico (San Luis Potosi, 2013), Nestor Garcia Canclini a nommé ceux qui ni trabajan, ni estudian, « ceux qui ne travaillent pas et qui n’étudient pas » : ninis, ou nonos qui veut dire la même chose. À quoi s’ajoute aujourd’hui le terme titi, titulaire d’un titre universitaire mais sans emploi.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Identidades, de la série 12D (abréviation pour le 12 décembre, jour de la fête de la Vierge). À gauche, l’image de la Vierge de Guadalupe. À droite, tatouage des armes de la ville préhispanique de Mexico-Tenochtitlan qui figurent aujourd’hui sur le drapeau mexicain. La Villa, sanctuaire « national », Mexico, 2009.
Crédits © Federico Gama.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-1.png
Fichier image/png, 297k
Légende Ill. 2 : Placa ou placazo del barrio la Perla. Sigle du gang des Cacos XIII La Perla, Ciudad Nezahualcóyotl, 2010.
Crédits © Nathalie Augier de Moussac.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-2.png
Fichier image/png, 435k
Légende Ill. 3 : Cacos X3 : Vierge de Guadalupe et nom du gang en lettres gothiques, montage graphique, 2012.
Crédits © Mr Chino.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-3.png
Fichier image/png, 216k
Légende Ill. 4 : Mural représentant la Vida Loca, Ciudad Nezahualcóyotl, 2010.
Crédits © Nathalie Augier de Moussac.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-4.png
Fichier image/png, 606k
Légende Ill. 5 : Virgen del Barrio, mural de East L. A., 2000.
Crédits © Nathalie Augier de Moussac.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-5.png
Fichier image/png, 307k
Légende Ill. 6 : Le rituel du tatouage : Mr Chino se fait tatouer le nom du gang Cacos 13 en lettres gothiques, 2011.
Crédits © Mr Chino.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-6.png
Fichier image/png, 361k
Légende Ill. 7 : Cholo hasta las cachas, Ciudad Nezahualcóyotl, Estado de México, 1997.
Crédits © Federico Gama.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-7.png
Fichier image/png, 500k
Légende Ill. 8 : Hijo Mío Madre Mía, de la série 12D. Sanctuaire de la Vierge de Guadalupe, Mexico, 2010.
Crédits © Federico Gama.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-8.png
Fichier image/png, 740k
Légende Ill. 9 : Divina comedia, de la série 12D, parvis de la Villa, sanctuaire de la Vierge de Guadalupe, Mexico, 2012.
Crédits © Federico Gama.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-9.png
Fichier image/png, 695k
Légende Ill. 10 : Cholo avec statuette de San Judas Tadeo, lors de la fête mensuelle du saint, temple de San Hipólito, Mexico, 28 mai 2010.
Crédits © Nathalie Augier de Moussac.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-10.png
Fichier image/png, 447k
Légende Ill. 11 : Mr Chino’s selfie avec casquette de baseball, New York, 2011.
Crédits © Mr Chino.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-11.png
Fichier image/png, 571k
Légende Ill. 12 : Mr Chino’s baika, New York, 2011.
Crédits © Mr Chino.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-12.png
Fichier image/png, 537k
Légende Ill. 13 : Selfie with the Virgin of Guadalupe. Mr Chino pose devant l’écran de son ordinateur où apparaît l’image de la Vierge de Guadalupe. On distingue également sur le mur, au dessus de la commode, une reproduction sulpicienne de la Vierge mexicaine. New York, 2011.
Crédits © Mr Chino.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-13.png
Fichier image/png, 484k
Légende Ill. 14 : Altar conmemorativo de Neza, autel votif en céramique. la Vierge de Guadalupe apparaît entourée des prénoms des membres du gang des Cacos XIII la Perla tombés « au combat », Ciudad Nezahualcóyotl, 2010.
Crédits © Nathalie Augier de Moussac.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1467/img-14.png
Fichier image/png, 477k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Augier de Moussac, « Off-Limits : les territoires des gangs de cholos mexicains à l’ère de la globalisation », Revue des sciences sociales, 60 | 2018, 68-79.

Référence électronique

Nathalie Augier de Moussac, « Off-Limits : les territoires des gangs de cholos mexicains à l’ère de la globalisation », Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/revss/1467 ; DOI : 10.4000/revss.1467

Haut de page

Auteur

Nathalie Augier de Moussac

Centre de recherches sur les mondes américains
EHESS Paris
<nathalie.augierdemoussac@ehess.fr>

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals