Navigation – Plan du site
Lieux de savoir

L’incendie du Musée national de Rio de Janeiro

Appel de la Commission pour la reconstruction de la Bibliothèque Francisca Keller
Agnès Clerc-Renaud
p. 136-137

Texte intégral

Je remercie très chaleureusement Renata Menezes, professeure au PPGAS/MN/UFRJ pour la mise à disposition des données ayant servi à élaborer cette notice. Les éventuelles erreurs et limites demeurent entièrement miennes.

  

Quelques chiffres d’une perte incommensurable

  • 1 In : Roza, Gabriele, entretien avec Lima, Antonio Carlos de Souza et Pereira Edmundo : « Falar do M (...)

1Dans l’incendie de l’ancien palais impérial où elles étaient installées depuis 1892, c’est la majeure partie des collections du Museu Nacional qui ont été détruites le 2 septembre dernier, soit 90 % estime la directrice adjointe de l’institution1. Le musée a été rattaché à l’université du Brésil en 1946, puis dans les années 1960 à l’Université fédérale de Rio de Janeiro. Depuis lors, responsables et chercheurs ne cessaient d’alerter sur l’insuffisance des moyens alloués par l’État à son entretien et fonctionnement et sur les possibles conséquences de la faiblesse des crédits ; en baisse drastique depuis 2014. Si l’histoire du bâtiment est attachée à l’époque impériale, celle de l’institution muséale et de ses collections est étroitement liée dès sa fondation à l’histoire des sciences au Brésil.

2Situé sur un terrain de 21 000 m2, dont 11 417 m2 bâtis, au sein du parc de la Quinta da Boa Vista à São Cristovão, un quartier nord de Rio de Janeiro aisément accessible en métro, 3 500 m2 de surfaces dédiées aux expositions recevaient jusqu’au 2 septembre 2018 150 000 visiteurs par an, en faisant ainsi un lieu unique de diffusion de connaissances en direction du grand public. 121 158 personnes ont participé à des évènements de diffusions scientifiques entre 2012 et 2016 au cours de ses 358 jours d’ouverture par an.

3Outre ses missions de diffusion du savoir, le Museu nacional était et est un lieu d’enseignement et de recherche en biologie, géologie, paléontologie, linguistique, anthropologie, archéologie, constitué d’équipes d’enseignants-chercheurs enthousiastes, travaillant souvent en interdisciplinarité entre sciences de la nature et sciences de la société.

4À la fois muséum d’histoire naturelle et musée d’ethnologie, ses collections étaient les témoins de la formidable diversité naturelle et culturelle du pays. Celles-ci comportaient un herbier constitué de 550 000 extraits de plantes et 17 915 exemplaires de descriptions originales de types d’espèces, une collection géologique de 15 672 échantillons. 261 160 de fossiles figuraient dans les collections paléontologiques, 6 500 000 exemplaires d’espèces animales dans les collections zoologiques, parmi lesquels des espèces rares et éteintes.

5Éteintes également, par la colonisation, certaines langues autochtones dont des enregistrements audio constituaient les traces et la mémoire qui ont brûlé avec les archives du département de linguistique.

6Une faible partie des archives de recherche et des collections, ainsi que les 1 560 œuvres rares dans la bibliothèque centrale – la plus ancienne date de 1481 – abrités dans des bâtiments annexes récemment construits sur les 40 748 m2 de son jardin botanique ont échappé au feu.

7Tel n’est pas le cas des 130 000 items des collections d’anthropologie, accumulés depuis le xixe siècle. 42 000 artefacts témoignaient de l’histoire coloniale, de l’occupation du territoire national et des apports des multiples peuples qui ont constitué le pays, des cultures matérielles afro-brésiliennes, paysannes, autochtones, mais aussi des relations du Brésil avec le monde. Les collections comportaient des objets en provenance d’Afrique, d’Asie, d’Océanie.

8Le Programme de master et doctorat d’anthropologie sociale du Museu Nacional dont le siège, les laboratoires et les salles de cours sont partis en fumée venait de fêter ses 50 années d’existence, au cours desquelles ont été formés 800 étudiants de master et doctorat. Ses enseignants-chercheurs et étudiants sont fortement impliqués dans l’établissement des bases scientifiques de la cartographie des 670 territoires autochtones aujourd’hui reconnus sur le territoire brésilien. Ils sont engagés dans un travail collaboratif avec les membres des sociétés autochtones dont les 30 000 artefacts des collections qui en provenaient étaient le support. « Au moment où j’entrais dans chaque salle, c’était un livre écrit sur moi » a commenté Glicéria Tumpinambá, appartenant au groupe indien éponyme à l’issue de sa visite du musée.

9« Notre plus grande richesse est constituée par ceux qui y ont appris à travailler. Leur mobilisation ne peut que renforcer l’engagement envers une connaissance produite dans le cadre d’une université publique et de qualité » affirme un communiqué de ses enseignants-chercheurs.

10Dans un jeu de mots qui sonne comme un mot d’ordre, les bandeaux de sites internet dédiés au sauvetage de ce qui pouvait l’être affichaient dès les jours qui ont suivi cette perte incommensurable : « Nous ne sommes pas en “deuil” (luto) mais en “lutte” (luta) ».

11Cette lutte inclut la reconstruction des collections – 13 000 objets des collections anthropologiques ont été numérisés –, et des bibliothèques.

12                                                                     Strasbourg le 4 octobre 2018

Haut de page

Notes

1 In : Roza, Gabriele, entretien avec Lima, Antonio Carlos de Souza et Pereira Edmundo : « Falar do Museu nacional é falar dos povos indígenas e da historia do Brasil », <https://apublica.org/2018/09/falar-do-museu-nacional-e-falar-dos-povos-indigenas-da-historia-do-brasil/>. Voir également la traduction française « Parler du Musée National, c’est parler des peuples indigènes et de l’histoire du Brésil » par le collectif de soutien au Museu Nacional <https://soutienmuseu.weebly.com/> de cet entretien.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/1647/img-1.png
Fichier image/png, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Clerc-Renaud, « L’incendie du Musée national de Rio de Janeiro »Revue des sciences sociales, 60 | 2018,  136-137.

Référence électronique

Agnès Clerc-Renaud, « L’incendie du Musée national de Rio de Janeiro »Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/1647 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.1647

Haut de page

Auteur

Agnès Clerc-Renaud

Universit. de Strasbourg
Dynamiques europ.ennes
UMR 7367, CNRS / Unistra
<agnes.clerc-renaud@misha.fr>fr

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals