Navigation – Plan du site
Lieux de savoir

Deuil, lutte et réflexion

Le témoignage d’un étudiant brésilien en anthropologie
Vinícius Dino
Traduction de Alejandro Gorr et Virginie Wolff
p. 138-141

Texte intégral

1En 1807, avec l’invasion imminente de son pays et la destitution de son trône par l’armée de Napoléon Bonaparte, le prince-régent du Portugal, Dom João VI, a décidé de transférer toute la cour dans la capitale de la colonie portugaise la plus riche et la plus importante : Rio de Janeiro, une ville brésilienne de 50 000 habitants, essentiellement des esclaves africains ou d’origine africaine.

2Cet épisode – le seul cas historique d’un monarque européen déplacé dans l’une de ses colonies tropicales, accompagné de 15 000 courtisans et fonctionnaires – a généré d’importantes transformations pour Rio de Janeiro soudainement devenue le siège d’une cour. La ville a été restructurée par de nombreuses réformes et par la création d’institutions, toujours au cœur de la vie brésilienne actuellement, telles que la Banque du Brésil et la Bibliothèque nationale. Au même moment, en 1818, a été fondé le Museu Nacional, avec pour objectif d’encourager les recherches scientifiques et d’abriter les premières collections d’archéologie et d’ethnographie.

3L’histoire de la nation brésilienne découle directement de la transplantation de la famille royale portugaise de Lisbonne à Rio de Janeiro, car, après la fin de l’ère napoléonienne, si Dom João VI est retourné au Portugal avec une partie de sa cour, son fils aîné, Dom Pedro I, est resté au Brésil pour proclamer son indépendance en 1822 et devenir le premier empereur de la seule monarchie nationale du continent américain.

4Si la famille royale résidait d’abord dans le centre de la ville de Rio, le besoin d’un logement plus confortable et éloigné du chaos urbain l’a amenée à s’installer dans la maison de campagne offerte par l’un des plus riches marchands d’esclaves de la colonie, Elias Antônio Lopes. Située sur une terre éloignée, qui deviendra plus tard la Quinta da Boa Vista (le parc de la belle vue) en raison de sa vue privilégiée sur la topographie de Rio, cette maison est transformée en Palais impérial de São Cristóvão, pour abriter la famille de l’empereur jusqu’à la proclamation de la République. Après le changement de régime politique du pays, c’est-à-dire le passage de la monarchie à la République, en 1889, le lieu de résidence des monarques dû prendre une autre fonction, et ce fut l’occasion pour le Museu – situé dans le centre-ville de Rio jusqu’alors – d’être transféré au Palais Impérial en 1892.

5L’historien Sergio Buarque de Holanda a observé en 1936, dans son ouvrage Raízes do Brasil, Racines du Brésil dans la traduction française, une contradiction qui conditionne encore aujourd’hui la vie culturelle brésilienne et qui découle de la transplantation de ce microcosme portugais au Brésil : « En ramenant de pays lointains nos formes de coexistence, nos institutions, nos idées, et en cherchant à tout maintenir dans un environnement très défavorable et hostile, nous sommes même exilés dans notre propre pays » (Buarque de Holanda 1995 : 31). Dans ce contexte, peu d’institutions parviennent à traverser les siècles en maintenant leur action, tout en se recréant au gré des mouvements et des exigences des temps nouveaux, en réinventant une tradition à chaque nouvelle génération. Le Museu Nacional est l’une de ces institutions.

6Au cours des années, le Museu Nacional est devenu l’un des principaux musées d’histoire naturelle et d’anthropologie des Amériques, constituant également un important centre de recherche scientifique. En 1946, il est devenu partie intégrante de l’actuelle Université fédérale de Rio de Janeiro, et dans les décennies suivantes, il a accueilli six programmes de troisième cycle en anthropologie sociale, en linguistique et langues autochtones, en archéologie, en botanique, en zoologie et en géosciences.

  • 1 Fin octobre 2018, des fragments du fossile ont été retrouvés dans les décombres.

7Or, le soir du dimanche 2 septembre 2018, année du bicentenaire du Museu Nacional, les flammes ont dévasté la plus ancienne institution scientifique du Brésil. L’incendie a détruit le bâtiment principal et la quasi-totalité de la collection : objets uniques, beautés naturelles et artefacts, créations et souvenirs d’êtres humains et non humains ayant foulé le sol de l’Amérique du Sud et d’autres continents. Parmi les pièces les plus remarquables disparues à jamais, il y avait Luzia, un crâne humain de plus de onze mille ans, le plus ancien trouvé dans les Amériques, et qui avait révolutionné la recherche sur la population du continent1 ; un trône du royaume africain de Daomé du xixe siècle ; des squelettes de dinosaures ; des artefacts d’archéologie méditerranéenne ; des collections grecques, égyptiennes, amérindiennes, africaines et pacifiques ; ainsi que des documents liés à l’histoire politique du continent. Il y avait aussi des vestiges d’espèces animales et de cultures humaines éteintes, des traces de langues indigènes disparues et des fossiles qui n’avaient pas encore été étudiés.

8J’ai rejoint le Museu Nacional pour participer à son prestigieux cursus en anthropologie sociale (Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social – PPGAS) début 2018, et depuis lors, j’ai pu confirmer le sérieux et l’engagement des travaux intellectuels et scientifiques qui y étaient réalisés. La qualité des réflexions, des discussions théoriques et des recherches empiriques, basées sur les expériences ethnographiques de chercheurs rigoureux, compétents et dévoués, sont le résultat d’une accumulation solide et progressive d’un savoir-faire. Ces connaissances sont le fruit de rencontres et de collaborations entre professeurs, chercheurs, étudiants, visiteurs, interlocuteurs, qui ont contribué à façonner notre pratique et notre pensée actuelle. Bien que cette richesse se soit également matérialisée dans les pièces irremplaçables du patrimoine ethnographique, archéologique, géologique, paléontologique et biologique, elle n’a pas été perdue dans l’incendie, car cette richesse est profondément intériorisée dans les corps des nombreux·ses chercheurs formés dans les salles et laboratoires du Museu Nacional.

9Le tragique incendie du 2 septembre reflète l’abandon de longue durée qu’a subi le Museu. À titre d’exemple, le dernier président brésilien à l’avoir visité personnellement, était Juscelino Kubitschek, en 19582. Au début des années 2000, le Brésil a vécu une période de stabilité démocratique, de croissance économique et d’inclusion sociale. Cette phase s’est traduite par l’expansion des universités publiques et l’évolution du profil de leurs étudiants, avec l’entrée, pour la première fois dans l’histoire du Brésil, de personnes issues de milieux socio-économiques défavorisés. Néanmoins, même en cette période d’investissements publics accrus dans la science et la culture, le Museu Nacional n’a pas eu la valorisation, ni l’attention dont il avait besoin : trop peu de ressources ont été allouées pour pouvoir mettre en œuvre les réformes structurelles nécessaires, telles qu’exposées dans la déclaration officielle du Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social, l’équivalent de la faculté d’anthropologie sociale3. Cette situation contraste avec celle du stade de Maracanã, situé à côté du parc de la Quinta da Boa Vista, complètement rénové avant la Coupe du Monde de la FIFA en 2014, avec un budget de quelques centaines de millions d’euros4, tandis que le Museu restait sous-financé et avec des problèmes d’infrastructure de base.

  • 5 Un amendement à la Constitution brésilienne permet de mettre en œuvre le « Novo Regime Fiscal ».
  • 6 Le gouvernement a dû reculer sur cette mesure après une grande mobilisation de la société civile.

10Cette tendance à l’abandon a été considérablement aggravée par la crise économique, l’intensification du conflit distributif interne de la société brésilienne et la procédure d’impeachment dirigé contre Dilma Rousseff en 2016. Le moment politique est grave au Brésil, et les ruines du Palais Impérial de São Cristóvão, nous sont imposées comme une allégorie de la nation et de la science nationale. Actuellement, les institutions culturelles et scientifiques publiques sont étranglées par un sous-financement brutal. Les coupes budgétaires ont commencé en 2015, lorsque le gouvernement de Dilma Rousseff a adopté un programme économique libéral d’ajustements fiscaux. Elles se sont intensifiées après le coup d’État parlementaire visant à la destitution de la première femme présidente du Brésil, soutenu par les médias locaux, les élites du secteur financier et du pouvoir judiciaire. Depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement du président intérimaire Michel Temer – dont la légitimité est contestée – les réformes budgétaires s’inscrivent dans un « nouveau régime fiscal »5 orwellien et les ressources consacrées aux sciences, à l’éducation et à la culture ont été drastiquement réduites, en allant même jusqu’à la suppression du ministère de la Culture en 20166.

11La plus grande défaite de la science7a été approuvée par un amendement constitutionnel fin 2016, interdisant l’augmentation de tous les investissements publics dans des domaines tels que l’éducation et la santé, les gelant à leur niveau actuel pour les vingt prochaines années. Concrètement, cet amendement – un cas sans précédent et dont les effets se sont déjà fait ressentir – signifie un veto aux transformations sociales, dans un pays qui a intégré l’austérité néolibérale dans sa Constitution. L’Université fédérale de Rio de Janeiro, la plus grande université fédérale du pays, dont fait partie le Museu Nacional, souffre du manque de ressources pour financer ses activités et ses infrastructures. Ces difficultés trouvent une triste métaphore dans la séquence des incendies que l’université a subis ces dernières années, puisqu’avant l’incendie du Museu Nacional, ce sont les bâtiments du Rectorat et de l’École des Beaux-Arts (aussi bicentenaire), qui avaient brûlé en 2016, et des logements étudiants en 2017.

12Les effets de ce que l’on appelle le « plafond » des dépenses publiques se font également sentir pour les chercheurs : le 1er août 2018, la Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior (CAPES), l’une des principales agences nationales de promotion de la recherche, liée au ministère de l’Éducation, a envoyé une lettre interne au ministre pour l’informer du risque, en cas de réduction du budget du ministère pour l’année suivante, de suspension du versement de toutes les bourses d’études supérieures à compter d’août 2019, concernant ainsi plus de 93 000 chercheurs8. Outre les coupes budgétaires, les attaques de la part des médias ont été fréquentes : les journaux à large diffusion ont tenté de monter l’opinion publique contre les universités publiques gratuites, en suggérant la mise en place de mesures d’exclusion, telles que des frais de scolarité mensuels. Le 17 septembre 2018, le journal O Globo, appartenant à l’un des plus grands groupes médiatiques d’Amérique latine, a par exemple publié un éditorial accusant la défense de la gratuité de l’enseignement supérieur d’être un « drapeau partisan », une « rhétorique vide » et une « faillite virtuelle » pour les universités fédérales et les universités d’État de Rio de Janeiro, bien qu’elles soient toutes les deux des institutions de qualité reconnue et très bien positionnées dans les classements internationaux, par rapport aux autres universités brésiliennes.

13Ces attaques contre les universités interviennent à un moment où elles deviennent plus inclusives. Elles semblent illustrer un désir de détruire des formes de vie et des projets pour l’avenir. Au cours des dernières années, le profil des étudiants des universités publiques s’est diversifié, avec un peu moins de discriminations socioéconomiques et « raciales ». Le Museu Nacional n’est pas étranger à cet important processus : le Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social a été l’un des premiers programmes de troisième cycle au Brésil à adopter une politique d’action positive par quotas pour les étudiants noirs et autochtones. Ce processus ne fait que commencer et ne doit pas être interrompu : il ne s’agit là que d’un premier pas vers la réparation de la dette historique envers ces groupes, affectés par le racisme structurel de la société brésilienne. En outre, le Museu Nacional, l’un des principaux espaces de culture et de loisir des habitants de la périphérie de la ville, s’est particulièrement occupé de la population la plus pauvre de Rio de Janeiro. En raison des vicissitudes du destin, le Museu et la Quinta da Boa Vista sont à proximité des quartiers périphériques et pauvres. Or, avec la croissance urbaine vertigineuse de Rio au xxe siècle, le quartier impérial de São Cristóvão a fini par devenir un quartier populaire. Ainsi, en plus de profiter des espaces verts du parc de la Quinta da Boa Vista, les enfants de la périphérie ont pu, durant ces dernières années, contempler les fossiles de dinosaures, les vases anciens ou les momies égyptiennes, sans avoir à se rendre dans des villes ou des pays lointains. Cependant, en raison de l’abandon et du manque de ressources allouées, les enfants brésiliens du futur en sont brutalement privés. Or, cela ne se produit pas parce que le Brésil est un pays pauvre, privé de richesses. Cet incendie, ses causes et conséquences mettent en évidence la structure inégalitaire du pays et pose la question de la concentration croissante des revenus et du pouvoir.

  • 9 La militarisation des favelas de Rio de Janeiro a une longue histoire, dont le chapitre le plus réc (...)

14Dans les grandes villes comme Rio de Janeiro, la concentration des revenus s’accompagne d’une militarisation de la vie quotidienne. Début 2018, le gouvernement a décrété une intervention fédérale dans le domaine de la sécurité publique de l’État de Rio de Janeiro, donnant à l’armée le pouvoir d’agir en tant que force de police9. Cette mesure a intensifié la violation des droits humains, par l’État, dans les favelas et les périphéries. En mars dernier, nous avons été témoins de l’assassinat politique brutal de la conseillère municipale Marielle Franco, sociologue, femme noire et LGBT et l’une des principales militantes contre la violation des droits de la population noire et pauvre des favelas de Rio. Elle faisait partie d’une commission parlementaire chargée de superviser l’intervention fédérale dans le domaine de la sécurité de l’État, et environ six mois après sa mort, les enquêtes policières n’ont toujours pas abouti.

15Dans le cas du Museu Nacional, l’autoritarisme a aussi des conséquences, car, le matin suivant l’incendie, la manifestation menée par des étudiants de diverses institutions a été réprimée par la police avec des gaz lacrymogènes. Beaucoup d’entre nous se sont vus interdire de dépasser la Quinta da Boa Vista et d’atteindre les ruines du Museu. Quelques heures après le tragique incendie, toujours en souffrance de voir notre lieu de travail détruit, c’est avec indignation que nous avons observé des fonctionnaires, professeurs, chercheurs et scientifiques de renom, empêchés d’approcher le bâtiment où elles et ils vivaient et travaillaient depuis des décennies.

16Si l’intervention fédérale et militaire à Rio de Janeiro a été accompagnée d’investissements dans le domaine de la sécurité publique et de la répression du banditisme, les autres services publics, comme les pompiers, n’en ont pas bénéficié. Le retard et l’inefficacité dans la lutte contre l’incendie sont particulièrement frappants, non pas en raison de celles et ceux qui ont lutté contre les flammes, mais en raison du manque de dispositifs de secours et de moyens étatiques disponibles pour réfréner un tel feu. Selon la couverture médiatique10, l’incendie aurait été signalé pour la première fois vers 19h00 le 2 septembre 2018, et n’aurait été maîtrisé qu’à 3h le lendemain matin. Quelqu’un en Amérique du Nord ou en Europe occidentale pourrait-il concevoir l’image du Louvre, du British Museum ou de l’American Museum of Natural History en flammes pendant plus de six heures ? Qu’est-ce qui justifie tant de retard dans une métropole de la taille de Rio de Janeiro ?

  • 11 L’investissement de ces ressources dans d’autres domaines (par exemple l’armement) constitue un vas (...)

17Si les crises financières et fiscales qui affectent les comptes publics depuis de nombreuses années sont évoquées pour justifier ces défaillances, il me semble important de rappeler qu’il s’agit avant tout d’un choix d’allocation des ressources : ces investissements manqués dans l’éducation et la recherche semblent s’allier à l’incendiaire du Musée National dans ce qui peut être vu comme un « épistémicide » (Nascimento 1978, Clastres 2004)11.

18Malgré toutes ces difficultés, la volonté de se battre et la résistance sont profondes, intenses, fermes. Avec la force et la délicatesse d’un phénix, le Museu renaîtra de ses cendres. Sa reconstruction a déjà commencé et son histoire est trop vaste pour être éteinte. Dès la première semaine qui a suivi l’incendie, sa communauté de chercheurs et de responsables s’est réunie pour travailler d’arrache-pied aux premières étapes de cette reconstruction.

19Les questions qui se posent quant à l’avenir du Museu Nacional sont nombreuses et profondes, et posent de nouveaux problèmes à notre imagination. Les projets de reconstruction constituent une opportunité pour repenser le Museu dans un sens antiraciste et anticolonial. Les objets de la collection qui ont été perdus dans le feu étaient beaux et puissants dans leur unicité, mais beaucoup d’entre eux ont été recueillis dans le cadre de relations asymétriques de pouvoir et de domination. C’est aussi pour cette raison qu’ils étaient importants, parce qu’ils racontaient l’histoire du projet colonial tout en permettant d’imaginer différents destins collectifs, de préserver la culture matérielle des colonisés et de les projeter dans un avenir promettant à ces peuples plus d’autonomie.

20Reconstruire le Museu Nacional, dorénavant, devra répondre, implicitement ou explicitement, à de telles questions. Qui occupera les positions stratégiques de la conservation de musée ? Quels récits peuvent être inventés pour surmonter notre tragédie collective et pour que des catastrophes, telles que cet incendie, ne se reproduisent plus ?

21À en juger par ce que j’ai vécu avec mes collègues et professeurs depuis le 2 septembre, le courage, le travail et la passion pour l’enquête n’ont pas été abandonnés suite à cette catastrophe. Faire de la science avec excellence et enracinement social n’a jamais été facile dans des conditions comme celles du Brésil, marqué par les grandes inégalités et la violence qui constituent notre histoire coloniale et postcoloniale. Les sciences brésiliennes et mondiales ont indéniablement subi une grande perte, mais une institution est bien plus que le bâtiment qui l’abrite. Une institution se compose avant tout de personnes, de ses ressources sociales et humaines, de sa solidarité, de sa mémoire, de son savoir incorporé, de ses traditions héritées, de ses projets actuels et de ses aspirations pour l’avenir. Nous savons que cette richesse humaine est abondante. Ce sera à partir de là que le Museu Nacional sera reconstruit. Au Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social, en particulier, nous poursuivons nos cours, séminaires et autres activités dans le bâtiment Horto Botânico du parc Quinta da Boa Vista et dans d’autres bâtiments universitaires. La bibliothèque Francisca Keller, qui était l’une des bibliothèques de sciences sociales les plus complètes d’Amérique latine, commence déjà à recevoir de l’aide et des dons du monde entier, dans un réseau de soutien qui, je l’espère, ne sera pas affaibli par le temps. L’anthropologie réalisée dans le cadre de ce programme est reconnue internationalement pour sa qualité et sa vitalité, et continuera de l’être grâce à la force et à l’excellence de la formation de ses chercheurs. De même, nos collègues des cinq autres programmes de troisième cycle ont également été réorganisés et ont poursuivi leurs activités. Nous continuons et continuons la lutte, animés par l’esprit exprimé dans le hashtag qui apparaît maintenant dans nos profils personnels et institutionnels dans les réseaux sociaux : #MuseuNacionalVive! #LeMuséeNationalVit !

Haut de page

Bibliographie

Buarque de Holanda S. (1995), Raízes do Brasil. São Paulo, Companhia das Letras, en français : Racines du Brésil, Paris, Gallimard, 1998.

Clastres P. (2004), « Sobre o etnocídio », in Arqueologia da Violência: pesquisas de antropologia política, São Paulo, Cosac Naify, en français : Archéologie de la Violence, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2016.

Nascimento (do) A. (1978), O Genocídio do Negro Brasileiro: processo de um racismo mascarado, Rio de Janeiro, Paz e Terra, en anglais : “Racial Democracy” in Brazil: Myth or Reality? Ibadan, Sketch Publishing Co.

Haut de page

Notes

1 Fin octobre 2018, des fragments du fossile ont été retrouvés dans les décombres.

2 Cf. <https://br.noticias.yahoo.com/ultimo-presidente-visitar-museu-nacional-foi-juscelino-kubitschek-em-1958-190647052.html>.

3 Página do Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social do Museu Nacional. <http://www.ppgasmn-ufrj.com/uploads/1/1/6/8/116889285/nota_ppgas_inc%C3%AAndio_museu_nacional-2.pdf>.

4 Cf. <https://esportes.estadao.com.br/noticias/futebol,custo-do-maracana-fica-mais-caro-e-chega-a-r-1-192-bi,1056174>

5 Un amendement à la Constitution brésilienne permet de mettre en œuvre le « Novo Regime Fiscal ».

6 Le gouvernement a dû reculer sur cette mesure après une grande mobilisation de la société civile.

7 Publiée sur le site de la revue Nature, <https://www.nature.com/news/brazil-s-scientists-battle-to-escape-20-year-funding-freeze-1.21014 et https://www.nature.com/news/brazilian-scientists-reeling-as-federal-funds-slashed-by-nearly-half-1.21766>.

8 Cf. <https://sei.capes.gov.br/sei/controlador_externo.php?acao=documento_conferir&codigo_verificador=0746852&codigo_crc=6755A444&hash_download=ef5e65b749e9b6a0c124c56e438345f0dbb86d4b097fccd29f4b4221365642ee971b5a5e507aea925d83d67d1d4d79f08696fa5be30b507aa19122ff68c396a9&visualizacao=1&id_orgao_acesso_externo=0>.

9 La militarisation des favelas de Rio de Janeiro a une longue histoire, dont le chapitre le plus récent était ce que l’on appelle les UPP’s – « Unités de Police de Pacification ».

10 Cf. <http://agenciabrasil.ebc.com.br/geral/noticia/2018-09/incendio-no-museu-nacional-foi-controlado-por-volta-das-3h-da-manha>.

11 L’investissement de ces ressources dans d’autres domaines (par exemple l’armement) constitue un vaste sujet, qui mériterait une tractation plus vaste, mais il qu’il n’est pas possible de développer ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinícius Dino, « Deuil, lutte et réflexion »Revue des sciences sociales, 60 | 2018,  138-141.

Référence électronique

Vinícius Dino, « Deuil, lutte et réflexion »Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/1658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.1658

Haut de page

Auteur

Vinícius Dino

Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social, Université Fédérale de Rio de Janeiro

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals