Navigation – Plan du site
Revues d’ailleurs

Entre la partie et le tout

La question de la représentation dans l’histoire de l’ethnologie slovène
Between Part and Whole: the Issue of Representation in the History of Slovenian Anthropology
Jurij Fikfak
p. 110-117

Résumés

Un chercheur qui s’intéresse à la culture populaire, au mode de vie ou encore à la science empirique de la culture, aborde toujours la question de la représentation d’une totalité en tant qu’expression de la vie d’une communauté dans un environnement donné. Quels énoncés et quels informateurs faut-il choisir et présenter ? Les différentes réponses à ces questions révèlent autant de manières d’envisager le « peuple » et la « culture ». À partir de quelques travaux ethnologiques et ethnographiques slovènes, l’auteur montre comment, entre la fin du xixe et le milieu du xxe siècle, ces concepts ont changé suivant des projets de construction de la nation et de réforme sociale.

Haut de page

Texte intégral

Comment représenter une culture ? Particularité, totalité, typologie

1Ulrich Oevermann, le fondateur de la méthode objective herméneutique (2004), a démarré sa conférence d’adieu au Département des Sciences Sociales de l’Université Johann Wolfgang Goethe à Francfort (2008) en démontrant que l’un des principaux problèmes des sciences expérimentales (Erfahrungswissenschaften) est la relation entre les énoncés scientifiques et la réalité explorée. Il y a toujours un écart entre les deux ; on peut dire que les énoncés scientifiques illustrent seulement des axes du langage paradigmatiques-métaphoriques ou bien métonymiques-syntaxiques (Lotman 1990).

2Il est alors possible d’affirmer que l’expérience de l’individu est toujours une expérience particulière de la totalité, liée dans une large mesure à son corps, à ses sens et à leur indissociabilité dans la perception. Richard H. Brown (1989 : 79) affirme que, dans l’appréhension du monde, les métaphores constituent « l’outil de base grâce auquel nous associons différents phénomènes et points de vue, sans annuler les différences entre eux ». Après tout, nous pouvons nous appuyer sur la sémiotique de Charles Sanders Peirce et sur sa théorie du signe, selon laquelle l’homme ne peut pas accéder directement à la réalité, il s’en approche toujours par des signes (Collins 1994).

3Toute énonciation, y compris scientifique, est de ce fait restrictive : ce qu’elle donne à voir est soit une présentation partielle de la totalité, soit la présentation d’un contenu partiel. C’est la raison pour laquelle il y a des différences constantes entre les interprétations, ce qui permet d’abord une remise en question d’anciens énoncés et ensuite la formulation d’énonciations et de représentations nouvelles. Il en est ainsi de ma réflexion qui, quoique contingente, souhaite aborder certaines questions sous un angle nouveau, en sélectionnant du matériel, des points de vue, une focale et un cadre interprétatif. La relation entre la partie et le tout constitue l’entrée, sélective, qui déterminera les choix et les réflexions qui vont suivre.

  • 1 Une première version, plus longue et moins contextualisée, a été publiée en langue slovène en 2008 (...)

4Un chercheur qui s’intéresse à la culture populaire, au mode de vie, à une science empirique de la culture, à la culture de l’autre, aborde toujours la question de la représentativité de cet ensemble, à savoir la possibilité de rendre compte de la totalité de la vie d’une communauté dans un environnement donné. Quels informateurs, quels énoncés choisir ? Ce questionnement peut avoir plusieurs réponses et solutions1.

  • 2 Cet article marque le début d’un questionnement sur la construction de l’objet de recherche, sur la (...)

5Cet article analyse quelques écrits ethnographiques et ethnologiques slovènes qui, entre la fin du xixe siècle et le milieu du xxe siècle, ont soulevé ces questions2. Je ne peux donner ici qu’un aperçu des solutions esquissées par ces savants et ma contribution se limite à l’étude de deux positions différentes, au sein de l’histoire de l’ethnologie et des études du folklore en Slovénie, au sujet de la représentation de la totalité. Par totalité, je ne me réfère pas à la conceptualisation de l’infini chez Lévinas (1976), mais seulement à ce qui s’oppose à la particularité. La totalité est ce qui échappe à la possibilité d’être décrit, ce qu’on expérimente toujours d’une manière singulière. Les exemples choisis illustrent les différentes possibilités d’accès à une réalité, qui ne nous est accessible qu’indirectement et qui est donc aussi particulière (Laclau s.d.).

6Les concepts de particularité et de totalité comportent plusieurs réflexions qui concernent directement la représentation ethnographique ou ethnologique. La première examine l’idée de culture populaire : qu’entend-on par peuple ? Que signifie-t-il et que représente-t-il ? La deuxième porte sur la manière de construire la population d’étude et de choisir des objets de recherche en vue de représenter la totalité. À partir de là, une troisième réflexion se dégage autour du concept de typologie : comment préserver la cohérence de la représentation en tenant compte de ses relations internes, de la dimension processuelle, ou plus précisément de la notion de chronotope dans la compréhension des événements ou processus.

7Les différentes réponses à ce questionnement correspondent à autant de ruptures de paradigmes, et donc d’interprétations, dans la manière d’envisager le peuple et la culture. Dans cet article, j’en rappellerai deux parmi les plus caractéristiques dans leur genre, car elles traitent du folklore d’une manière très différente :

  1. La première possibilité peut être trouvée dans le paradigme fondé par Herder sur la nation en tant que créatrice et porteuse de culture ; elle est représentée ici par le court écrit de Gregor Krek dans son ouvrage principal Einleitung in die slavische Literaturgeschichte (« Introduction à l’histoire de la littérature slave ») (Krek 1887), qui apparaît comme une formulation de la question du folklore. Pour un chercheur contemporain, se pose la question de savoir sur quoi s’est fondé Gregor Krek dans son traité et qu’est-ce qu’il voulait montrer. Son cadre conceptuel est issu en grande partie des écrits et des illustrations publiés dans l’encyclopédie monumentale « La Monarchie austro-hongroise en mots et en images » (Die osterreichisch-ungarische Monarchie in Wort und Bild) (Fikfak, Johler 2008) ; ainsi que de beaucoup d’autres ouvrages, jusqu’à ce qu’une césure plus ou moins définitive dans les années 1970 aboutisse à un changement de paradigme.

  2. L’analyse de l’œuvre de Vinko Möderndorfer (1938), Slovenska vas na Dolenjskem (« Slovenska Vas en Basse-Carniole »), une œuvre très engagée, inspirée du Capital de Marx et publiée dans les années 1930, offre une autre clé de lecture, qui peut être qualifiée de sociocritique et qui est caractéristique de la période d’entre-deux-guerres. Quoiqu’avec des points de départ différents, mais toujours sociocritiques, les travaux de Franjo Baš (1938) sur le paysan, publiés dans un livre coécrit avec Ivo Pirc, premier hygiéniste slovène d’entre-deux-guerres, soulèvent des interrogations similaires. La question est de savoir à quel peuple se réfèrent les deux essais, quel genre d’horizon ils désignent et quel type de réflexion ils veulent susciter.

  • 3 Dans son étude sur le développement dans le monde allemand, Andre Gingrich s’intéresse en particuli (...)

8Dans le livre Une discipline, quatre voies – Anthropologie britannique, allemande, française et américaine, Fredrik Barth, Andre Gingrich3, Robert Parkin et Sydel Silverman (2005) montrent les différentes voies prises par quatre anthropologies culturelles et sociales dans le monde. Ces parcours sont envisagés à partir du développement de la discipline dans des environnements linguistiques particuliers (anglais, allemand, français et américain). Il s’agit de présenter non seulement quels contenus différentiels ont été développés et quelles focalisations ont dominé au cours de périodes distinctes, mais également de croiser des points de vue sur ces différents focus.

9En Slovénie, nous pouvons constater la même diversité, entre la « Revue du développement de l’ethnographie slovène » (Pregled razvoja slovenskega narodopisja) (1944) de Kotnik, la revue critique de Kremenšek sur le développement de la pensée socio-historique (1978), la semi-biographie de Novak Les chercheurs de la vie slovène (Raziskovalce slovenskega življenja) (1986), et un recueil sur la méthodologie du travail ethnologique (Kremenšek, Bogataj 1980). Toutes ces études, en slovène, témoignent de l’intérêt pour le développement du point de vue ethnographique ou ethnologique à partir de trois paradigmes fondamentalement différents.

Peuple et folklore chez Gregor Krek

10Dans la seconde moitié du xixe siècle, Gregor Krek a été le premier à introduire une démarche scientifique dans l’étude du folklore (Fikfak 1999, 2006). Je me limiterai ici à décrire le sujet sur lequel il a travaillé, comment il l’a choisi, défini et étudié. Dans la partie la plus importante d’Einleitung in die slavische Literaturgeschichte (1887), à savoir dans l’étude de la littérature traditionnelle slave (c’est ainsi qu’était compris dans son œuvre tout ce qui fait partie aujourd’hui de la chanson et de la narration populaire ou folklorique), Krek a entrepris une démarche totalisante avec un esprit de collectionneur et en prenant en compte toutes les ressources disponibles, y compris la littérature.

11Courte mais indicative, la description de Krek sur les chansons populaires ou folkloriques − qu’il a publiée plusieurs fois, d’abord in Über die Wichtigkeit der slavischen traditionellen Literatur als Quelle der Mythologie (« Sur l’importance de la littérature traditionnelle slave comme source de mythologie ») (1869), puis dans la partie centrale de l’Introduction à l’histoire de la littérature slave, peut être considérée comme la question prototypique que ce chercheur se pose (Krek 1869 : 68) :

  • 4 Sprechen wir von Volks- oder Naturliedern, so meinen wir darunter diejenigen, die nicht bloss vom V (...)

Lorsque nous parlons de chansons folkloriques ou de Naturlieder (en français « chansons sur la nature »), nous voulons non seulement parler de celles que le peuple chante, mais aussi de celles qu’il compose. Dans une certaine mesure, tout un peuple devient poète, en ce sens que la chanson, si elle n’est vue que comme l’œuvre d’une personne, reflète la façon de penser du peuple tout entier. La poésie devient alors la poésie du peuple, un bien commun au peuple tout entier, car elle a été chantée en partant d’un esprit populaire.44

12Le chant populaire étudié par Krek est, selon Helge Gerndt (1992), une objectivation culturelle produite par le peuple ou un membre du peuple. Il reflète sa façon de penser, le poète est un poète pour tout le peuple et le chant populaire devient un bien commun du peuple entier, car il a été chanté par l’esprit du peuple. Par cette description de la chanson folklorique, Gregor Krek créé une boucle, à la façon d’un ruban de Möbius, dans lequel les concepts de peuple, d’esprit populaire, de chanson folklorique et de chanteur folklorique sont successivement et simultanément superposés et mélangés. Ce qui les lie est l’attribut de « peuple », fondé sur la conception qu’Herder avait de la chanson folklorique en tant que catégorie distinctement esthétique, production d’un peuple et témoin vivant de l’ancienneté des cultures : le peuple devient le cadre d’explication, ce par quoi la culture populaire et celle de la nation peuvent être réalisées.

13À partir de ces prémisses, les recherches de Krek proposent d’appréhender l’idée de totalité sous différents angles. La première perspective se réfère au peuple et à la culture populaire, au corpus de chansons et récits populaires, ainsi qu’à l’ensemble de la production créative basée sur l’esprit du peuple. Cette totalité ressemble à une boucle tautologique qui se justifie par elle-même.

14Une deuxième manière de « faire de la totalité », passe chez Krek par la méthode documentaire. À chaque fois qu’il décrit un phénomène, il essaie de reconstituer une totalité en mettant par écrit tous les témoignages, les documents et les références disponibles de la manière la plus précise et diligente possible. Les notes de bas de page sont souvent plus longues que le texte de base afin d’assurer aussi bien à l’écrivain qu’au lecteur, que tous les phénomènes ou questions ont été passés en revue, documentés et réfléchis, dans la mesure de ce qui était à la portée de l’auteur. Les livres ne peuvent donc pas être écrits en un ou deux ans, mais plutôt en dix ans ou plus. Le champ des références utilisées par Krek est extrêmement large en termes de langage et de contenu. Il a essayé d’épuiser toutes les possibilités de saisir la réalité, en particulier dans l’œuvre de toute sa vie, Einleitung in die slavische Literaturgeschichte.

15Le troisième concept au cœur de ses travaux est l’exclusion de l’idée de sous-culture et de sous-littérature. Dans la triade horizontale : Belles Lettres – Littérature traditionnelle – Sous-littérature (Fikfak 2006 : 151), Krek rejette la dimension de la sous-littérature pour créer une nouvelle triade verticale : Belles Lettres – Littérature traditionnelle – Culture. La littérature traditionnelle et artistique est l’expression de la créativité littéraire « légitime » ; le pouvoir de l’esprit créateur – autrement dit le pouvoir de la culture –, se reflète dans les créations individuelles.

16La relation avec le peuple est également présentée de manière spécifique dans le projet encyclopédique Die osterreichischungarische Monarchie in Wort und Bild, initié par Rodolphe d’Autriche, prince héritier de l’empire austro-hongrois. Sa volonté d’améliorer la compréhension mutuelle entre les peuples austro-hongrois à travers le travail et les explications données dans cette œuvre, émerge dans les textes et les illustrations. Avec plus de 12 000 pages de textes et plus de 4 500 images, la dernière œuvre monumentale ethnographique achevée, a étudié presque tous les peuples de l’Empire, de façon à mettre en avant leurs caractères distinctifs, leurs particularités et, sauf dans des cas exceptionnels (par exemple, chez les Čič), la fascination qu’ils suscitent. L’intention de Rodolphe est annoncée dès l’introduction :

Les études sur les peuples vivant dans les frontières de la monarchie ne sont pas le seul domaine des érudits, mais elles ont aussi une valeur pratique, afin de susciter un amour général pour leur patrie. En examinant de plus près les avantages et les particularités des différents groupes nationaux, leur dépendance mutuelle et matérielle, le sentiment de solidarité, qui devrait relier tous les peuples de notre patrie, doit en ressortir considérablement renforcé. Tout peuple qui, par la langue, les coutumes et un développement historique en partie singulier, se sent seul par rapport aux autres, sera agréablement ému, car son individualité a trouvé, dans la littérature scientifique de la monarchie, la compréhension et la reconnaissance qui lui reviennent ; cela l’incitera également à rechercher son centre de gravité spirituel en Autriche-Hongrie. (Fikfak, Johler 2008)

17Dans ce cadre, l’ethnographie continue à accomplir deux tâches. D’une part, elle participe à la construction de l’État, dans un contexte où les sciences étatiques sont orientées de manière à mieux « connaître » les différences entre les peuples et, en même temps, à contribuer à leur compréhension mutuelle. Elles doivent ainsi permettre la connexion, le renforcement et l’existence de l’Autriche-Hongrie, en décrivant le caractère populaire, les caractéristiques de base des peuples et des groupes individuels (Coronini 1891). D’autre part, à travers ces connaissances, une prise de conscience nationale et « ethnique » devient enfin possible, ces textes permettant aux peuples d’identifier, de découvrir et de reconnaître leur nation en tant qu’entité distincte. Konrad Köstlin (2008), en particulier, a attiré l’attention sur l’importance des illustrations dans ce travail et, plus généralement, dans l’ethnologie de l’époque ; il identifie dans l’image un nouvel outil « esthétique », une nouvelle technique culturelle qui établit des distinctions et des formes de construction du consensus de type moderne. Il s’agit d’une dualité typique de la fin du xixe siècle.

18Par l’ethnographie, s’affirme ainsi l’attitude « éclairée » et orientée vers le gouvernement propre à Rodolphe en tant que futur empereur socialisé par une éducation intellectuelle intense, bénéficiant des meilleurs professeurs d’université. En même temps, la découverte de « l’ethnique » est importante pour les classes intellectuelles de toutes les nations de la monarchie des Habsbourg. Elle est si centrale que, par exemple pour les Tchèques ou les Slovaques, les intentions de la série monumentale semblent trop axées sur l’État et sont donc inacceptables. Dans la conception ambivalente de l’œuvre, se retrouvent ainsi les tensions de l’époque entre les efforts de préservation de l’État et les demandes d’une plus grande reconnaissance des nations dans la monarchie. Il s’agit de l’image du monde qui, chez les chercheurs slovènes, est sous-jacente au concept d’austro-slave : d’une part, l’appartenance à l’État, à la patrie, et d’autre part, au peuple ou à l’ethnie. L’idée d’appartenance au peuple et d’auto-affirmation par sa culture constitue l’un des fondements permettant de comprendre le peuple sans médiations, une évidence pour laquelle aucune réflexion n’est nécessaire.

19On peut dire alors que la relation axiomatique et non réfléchie avec le peuple et sa production, est une constante de la pensée scientifique, notamment dans les études de folklore, jusqu’à la deuxième moitié du xxe siècle, jusqu’à Richard Weiss (Metzen 1970), au changement de paradigme dans la compréhension de la culture populaire et à l’interprétation de la tradition en termes de socialisation et d’internalisation (Berger et Luckmann 1988). Plus que le concept de peuple, ce qui semble problématique est la logique subsumée, selon laquelle il y aurait une culture typique et homogène pour un grand nombre, pour une foule, et l’idée que cette dernière se caractérise par un style de vie harmonieux. La promesse romantique, qui perçoit et résout son image du monde, sa conception et son aboutissement dans la répétition de la soi-disant dimension folklorique, semble ainsi pouvoir se réaliser. Par ce processus, elle rassemble et construit le plus souvent des images incontestables du monde. C’est précisément cette question de l’incontestabilité qui est aussi la base sur laquelle repose et de laquelle se nourrit la perception de la culture folklorique.

20Une rupture de paradigme se produit alors de plusieurs manières, d’abord en problématisant la notion de peuple. Dans sa critique des concepts de Richard Weiss, Thomas Metzen (1970) a le plus clairement questionné le folklore et le peuple en Allemagne. Hermann Bausinger a évité les problèmes conceptuels et la tautologie conventionnelle, d’abord en renommant l’Institut de Tübingen, Institut de recherche culturelle empirique (Institut für Empirische Kulturwissenschaft) puis, en le rattachant à la Faculté des sciences sociales (Sozialwissenschaften) plutôt qu’à celle des sciences humaines (Geisteswissenschaften). Il devient important de remettre en question le concept de peuple en le remplaçant par celui de population, de stratifier les foules en groupes identifiables et de reconsidérer la notion de tradition. Si les thèmes de la littérature folklorique, de la poésie, des us et coutumes sont surtout explorés par l’approche philologique, d’autres courants de recherche se penchent sur la culture matérielle et sur la découverte de cultures « particulières », de groupes définis d’un point de vue social et professionnel. Un tournant important marque ainsi les années 1930, alors que dans les études sur le monde rural, se développe une réflexion sur sa segmentation sociale.

L’élargissement du concept et le déplacement du centre de gravité : du peuple à la population

La théorie sociocritique

21Will E. Peuckert est le premier en Allemagne à avoir élargi le concept de peuple et d’ethnographie (Volkskunde) dans son ouvrage paru en 1931 Volkskunde des Proletariats. I. Aufgang der proletarischen Kultur (« Le folklore du prolétariat I. La montée de la culture prolétaire »). En Slovénie, c’est à Vinko Möderndorfer, à la fin des années trente, d’entamer ce mouvement intellectuel.

22Pourquoi ne s’agit-il pas simplement d’une innovation, mais d’un changement de paradigme ? Peuckert et Möderndorfer se sont tous deux appuyés sur une théorie sociocritique. Si on s’en tient à ses références, Peuckert s’est penché principalement sur la théorie sociocritique de Sombart, dérivée du Capital de Marx et du discours tenu par les cercles socialistes à la fin du xixe siècle. Werner Sombart, en effet, dans sa première période, quand Friedrich Engels le définissait comme le seul professeur allemand comprenant Le Capital de Marx, et en partie encore dans sa deuxième période, durant laquelle il s’est éloigné progressivement de certaines vues marxistes, dans ses œuvres Sozialismus und soziale Bewegung (1905), Das Prolétariat. Bilder und Studien (1906), Der Moderne Kapitalismus (1987), introduit tous les concepts utilisés par Peuckert dans la description de la vie et du travail des tisserands de Silésie. Il s’agit des notions de population, de force motrice, de prolétariat. En même temps, les descriptions de la (non-) culture de ce groupe social, chez Sombart dans son œuvre sur le prolétariat et chez Peuckert au sujet des tisserands, donnent une impression de désespoir, d’absence de culture et de famille.

23Pour se distinguer de Peuckert, Vinko Möderndorfer s’est directement appuyé sur Le Capital de Marx. Son engagement social et, plus tard, surtout après la Première Guerre mondiale, sociopolitique, ainsi que sa vie à la campagne, lui permettent d’examiner le village et les conditions de vie en milieu rural d’une autre façon. Chez Möderndorfer, le village n’est plus seulement un lieu d’harmonie et de « sainteté », tel que celui décrit par la culture folklorique, mais la société villageoise s’avère divisée de façon très marquée, faisant face à de nombreux problèmes sociaux et à l’importance d’éléments comme la taille des propriétés, des biens et des terres, qui donnent accès aux sources du pouvoir. Dans la totalité de la communauté villageoise d’antan, dans laquelle les écrivains ethnographes cherchent et trouvent la culture folklorique, les conflits internes et les déséquilibres sont évidents ; pour Möderndorfer, ils sont particulièrement importants, car ils démontrent la pauvreté et la misère auxquelles sont confrontées les couches les moins fortunées de la population, à savoir les propriétaires de quart de fief ou de petites parcelles et les valets.

24Mais cela nécessite un point de départ différent, ainsi qu’une autre vision du rapport entre la partie et le tout. Au début de son livre Slovenska vas na Dolenjskem, Möderndorfer écrit : « Les chiffres gouvernent le monde, mais ils sont aussi l’image la plus fiable de qui gouverne et de comment le monde est gouverné » (Möderndorfer 1938 : 5).

25Au lieu de présenter une organisation villageoise harmonieuse, sur le modèle de ce qui émerge dans les écrits produits jusque-là, ou un conglomérat de structures sociales méconnaissables, Möderndorfer introduit des relations chiffrées, en ouvrant la voie à une démographie historique socialement critique et en essayant d’attirer l’attention sur les problèmes du monde rural. Son ambition est d’encourager et d’attirer l’attention des responsables sur les problèmes réels du village, c’est pourquoi il s’engage dans la voie de l’ethnologie appliquée. Aussi, il œuvre au moins en deux directions : d’abord, en révélant une société très dispersée, et non une communauté villageoise jusqu’alors considérée comme relativement homogène et que personne n’avait problématisée, puis en découvrant la possibilité d’utiliser les résultats de la recherche.

26Comme déjà mentionné, Möderndorfer s’appuie, d’une part, sur certaines théories sociocritiques de Marx, tout en tenant compte des œuvres contemporaines axées sur le rapport coûts-bénéfices de la production de bétail, de la culture des sols et de l’exploitation des terres arables. L’analyse des recettes et des dépenses revêt pour lui une grande importance. Il décrit aussi, par des statistiques, le niveau de vie dans les zones rurales (par exemple, le rapport entre le nombre de personnes et celui des pièces d’habitation ou des lits, le type de toilettes, etc.) et il le classe en sept catégories selon la propriété (terres et forêts). Outre ces statistiques de base, il a également identifié les groupes sociaux qui dominent le milieu rural et leur manière de s’adapter à la structure du pouvoir existante. En s’appuyant sur la théorie sociale, il est le premier chercheur de la vie folklorique du xxe siècle à s’interroger sur les lois sociales et culturelles fondamentales de la vie rurale et à analyser sa structure d’exploitation. Il constate enfin que les membres de l’élite sociale occupent des positions importantes et il met en doute le caractère raisonnable et l’efficacité économique de la reproduction en vase clos des hiérarchies établies, ainsi que la manière dont elles empêchent l’accès au pouvoir des autres groupes. Pour lui, un paysan, un propriétaire terrien, ne constituent pas l’expression d’une culture folklorique, mais plutôt les représentants du pouvoir social en milieu rural. Le cœur de la conception du monde de Möderndorfer est donc le conflit entre différentes catégories sociales et entre les nombreux intérêts de ses membres. Il est ainsi le premier des ethnographes slovènes à mettre l’accent sur la structure conflictuelle de la société.

27Toutefois, sa narration des us et coutumes des paysans, de leurs exceptions, du lien qu’ils entretiennent avec la situation difficile des agriculteurs, est plutôt idéologique. Par exemple les coutumes paysannes renvoient une image du monde dominée par la superstition. Möderndorfer cherche avant tout ces éléments qui attestent l’ignorance du paysan et sa dépendance de la nature. Dans ces cas, il se pose comme le Möderndorfer éclairé, qui offre au lecteur et au paysan une image plus rationnelle et plus organisée du monde.

L’approche par l’hygiène et la santé

28En 1938, l’année de parution du livre Slovenska vas na Dolenjskem de Möderndorfer, un autre livre est également publié : il s’agit de Socialni problemi slovenske vasi I. (trad. « Les problèmes sociaux du village slovène ») (Pirc in Baš 1938) dans lequel Ivo Pirc, le principal hygiéniste slovène de l’époque, (Zupanič Slavec 2005) et l’historien, géographe et ethnologue Franjo Baš (Baš 1938, Baš et al. 1984) décrivent les grandes difficultés qui caractérisent le milieu rural.

  • 5 Dr. Ivo Pirc a été le premier directeur de l’Institut d’hygiène de Ljubljana, qui l’a dirigé dans l (...)

29Cependant, leurs études ne sont pas ancrées dans les approches marxistes, elles n’utilisent pas non plus la théorie sociocritique sur laquelle s’appuient, par exemple, Peuckert et Möderndorfer. Leur point de départ est la question du niveau de vie et des normes sanitaires qu’Ivo Pirc, en tant qu’hygiéniste, souhaite établir à l’époque en Slovénie5.Cette attention se base sur le désir et la nécessité d’une réforme de la santé et de l’hygiène, qui présente des caractéristiques analogues en Europe et qui s’inspire des idées de la médecine viennoise d’Andrija Štampar et de sa préoccupation pour l’évolution et la modernisation des zones rurales. Le cadre dans lequel mûrit ce questionnement, montre bien à quel point les concepts de culture folklorique et de peuple sont inappropriés et inutiles pour l’épidémiologiste. Il y a tout d’abord des circonstances concrètes qui rendent les soins de santé plus difficiles, par exemple, des toilettes non réglementées, l’humidité, une mauvaise hygiène en général. Au lieu du type idéal de paysan ou de la culture folklorique étudiée par des savants inspirés par le ruralisme et l’idéal du retour à la vie de campagne, ce sont plutôt les conditions de vie en milieu rural qu’intéressent les deux chercheurs. Par exemple, Franjo Baš décrit la situation des agriculteurs, en séparant les paysans des fermiers suburbains, et Ivo Pirc prend comme point de départ le niveau de santé général concret dans les campagnes. Leur vision est intéressante car, d’une certaine manière, elle montre comment les questions sont déterminées par les objectifs de recherche. Dans ce cas, il ne s’agit ni de la quête d’authenticité ou d’identité, ni d’une étude des relations entre les classes, mais de ce que Norbert Elias définit comme un « processus de civilisation » (1939) : ce qui importe ici est l’éducation à l’hygiène et l’action civilisatrice à l’égard du paysan en général. C’est pourquoi la distinction de Baš entre le fermier suburbain et le fermier rural est intéressante, elle établit une différence de niveaux et une distinction dans la réception de la civilisation.

30L’œuvre Socialni problemi slovenske vasi I. montre qu’un changement considérable de paradigme dans l’observation de « l’autre » relève de sollicitations qui ne sont plus idéologiques au sens large – ni conservatrices ni sociocritiques – mais plutôt d’objectifs d’ordre démographique et médical. Une autre question importante travaille la médecine préventive et sociale de l’époque : comment anticiper, sur le terrain, les problèmes médicaux avant leur apparition et comment rapprocher des soins de santé des personnes habituées à demander de l’aide seulement en cas de besoin ?

31Toutes ces tendances occasionnent un besoin fondamental de réformer l’humanité, de modifier les principes par lesquels les gens opèrent.

Changer de paradigme pour créer « l’homme nouveau »

32Ces trois différentes approches du monde rural dans l’entre-deux-guerres, sont marquées par le désir d’utiliser les connaissances pour rechercher et se rapprocher de valeurs envisagées comme fondamentales :

33– pour le positionnement sociocritique, la valeur principale est constituée par le social tel qu’il est pensé dans l’imaginaire socialiste et par l’égalité des classes ;

34– dans la mise en œuvre des normes d’hygiène, il s’agit d’améliorer les niveaux de santé, d’hygiène et de vie, dans l’objectif de promouvoir une vie plus longue et de meilleure qualité ;

35– au sein du courant représenté par Niko Kuret (entre autres) avec ses adaptations de pièces populaires, par exemple Pasijon / La Passion ou Izgubljeni sin / Le Fils Perdu de Drabosnjak, et inspiré des mouvements ruralistes d’entre-deux-guerres, il y a le souhait de revaloriser auprès des citadins la compréhension et les valeurs de la culture folklorique, de souligner sa dimension chrétienne et de donner une signification nouvelle à ses objectivations culturelles. Dans ce contexte, la culture folklorique joue un double rôle : dans un monde de plus en plus technicisé, voire même aliéné, elle devient utile ; vivre dans son horizon constitue un objectif central et c’est au citadin essentiellement de la propager.

36Le travail de Möderndorfer marque la première rupture fondamentale dans l’approche au folklore et à la culture folklorique. Suite à la lecture du Capital de Marx, sous l’influence de la théorie des oppositions entre classes, strates, groupes et intérêts, inspiré par l’idée du prolétariat comme force motrice, l’écrivain commence à explorer de manière très concrète et précise les hiérarchies et les contradictions sociales, les formes de reproduction du pouvoir et de la pauvreté, les relations sociales et les conflits ruraux. En même temps, il s’agit à cette époque de l’appel d’un chercheur isolé, ne bénéficiant pas d’une situation susceptible d’influencer d’autres recherches. Au moment de sa mort, Milko Matičetov (1959) attire l’attention sur la valeur de l’œuvre Slovenska vas na Dolenjskem et rappelle les nombreuses archives de Möderndorfer, dont il n’y a toujours pas de trace.

  • 6 Outre Milko Matičetov (1959), Slavko Kremenšek (1976, 1978), Ingrid Slavec Gradisnik (2000) et Juri (...)

37Le travail d’Ivo Pirc et de Franjo Baš qui aboutit dans Les problèmes sociaux du village slovène offre un regard différent, négligé par l’approche ethnographique ou ethnologique6 : il permet au chercheur moins proche du marxisme ou intéressé par le peuple et par le folklore en tant que refuge moderne du citadin, d’avoir une vision fondamentalement différente de la culture et du niveau de vie de l’homme en tant qu’objet d’études.

38Ainsi, entre les deux guerres, il existe trois approches de recherche distinctes, apparentées néanmoins par l’idée qu’il est possible d’intervenir et d’agir sur la réalité.

39La première, dominante, est l’orientation philologique. Ses acteurs sont des philologues instruits, par exemple des slavistes ou des romanistes. Elle se développe principalement dans le cadre de réflexions nationales chrétiennes-catholiques sur le renouveau de l’homme ou du peuple ; son intention est le mieux illustrée par Ljudski oder (en français « La scène du théâtre populaire ») de Niko Kuret (1934-1940). Le courant philologique considère l’ethnographie uniquement dans le cadre des sciences humaines ou Geisteswissenschaften (Weiss 1946). Le principe ethnique régit ce nouveau romantisme : la société, soit-elle urbaine ou rurale, était envisagée par ces chercheurs comme relativement non problématique ou non conflictuelle.

40L’idée d’« homme nouveau » ou de « renouveau de l’humanité », qui circule activement entre les deux guerres, est également soutenue par les deux autres approches, moins visibles, mais dont les principes fondamentaux sont instructifs. Elles fournissent d’autres types de connaissance sur la population, tout en étant très différentes entre elles.

41La deuxième orientation est celle sociocritique, fondée sur le besoin de changement social, de transformation du monde, et animée par l’utopie socio-marxiste. Son représentant est Vinko Möderndorfer, qui, à travers l’étude la plus complexe menée jusqu’alors, a abordé presque tous les aspects sociaux et économiques du milieu rural. Möderndorfer a systématiquement examiné de nombreux aspects de la vie paysanne, tels le rapport au sexe des nouveau-nés ou la relation entre pouvoir social et étendue des possessions. Il s’agit d’une étude systématique qui a été reproduite plus de cinquante ans plus tard par les auteurs de la monographie Kruh in politika (en français « Le Pain et la politique ») (Krnel-Umek, Šmitek 1987). Cependant, Slovenska vas na Dolenjskem n’a jamais connu de suite véritable.

42La troisième approche, animée par ce désir de changer le monde, est illustrée par Franjo Baš et Ivo Pirc, qui ont documenté les différentes normes de vie, de santé et surtout d’hygiène (au sens le plus large du terme). Ils ont aussi étudié leurs différences selon que les paysans communiquent avec la ville et en sont éloignés. Pirc, notamment, a également décrit, du point de vue épidémiologique, toutes les possibilités permettant d’améliorer les conditions de vie et d’hygiène et de réduire la morbidité et la mortalité, en particulier chez les nouveau-nés.

43Même si leurs présupposés sont différents, ces trois orientations sont basées sur un statut d’autorité accordé à l’auteur et sur le regard omniscient du chercheur. Gregor Krek s’assure cette position par la documentation, d’une part grâce à une abondante littérature, d’autre part à travers sa conception du folklore en tant que « boucle tautologique » et courroie de transmission entre la sous-culture et la « haute » culture. L’évidence présumée du peuple comme une catégorie à part donne lieu à des interprétations différentes : celle de Naumann, par exemple, avec sa théorie de la haute et de la basse culture, basée sur l’idée de « biens culturels disparus » (gesunkenes Kulturgut), ou encore celle de Richard Weiss et de ses adeptes théoriques sur la découverte de la catégorie psychologique du « folklore général ».

44Dans ces travaux, les chercheurs du domaine philologique (la « folkloristique ») sont perçus comme des experts qui, par le biais de recherches sur le terrain, de questionnaires et d’autres méthodes peuvent accéder à une connaissance totale, à la mise en place d’un « tableau périodique de Mendeleïev » ethnographique et ethnologique, une « carte » de la culture folklorique.

45Dans le cas des deux autres paradigmes déjà mentionnés, Möderndorfer et Baš écrivent aussi de manière « auctoriale » : le premier décrit la réalité sociale et les positions des membres des différentes catégories et groupes sociaux ; le deuxième s’appuie abondamment sur les données épidémiologiques, car il évoque la nécessité de modifier la norme, en distinguant au sein de la culture « paysanne », jusque-là impénétrable, harmonieuse ou « organique », ses différentes stratifications suburbaines et rurales.

Conclusion : l’adieu à une certaine idée de « totalité »

46La dichotomie entre peuple et population est introduite avant Berthold Brecht et le concept de population est utilisé à plusieurs reprises par Werner Sombart, à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Cette distinction peut nous aider à illustrer deux points de vue fondamentalement différents sur la culture et la recherche.

  • 7 Ainsi deux postes de professeur sont créés à Graz et ils sont occupés par des philologues aux aspir (...)
  • 8 Le concept de biologie organique est un des principes fondamentaux de la sociologie de Durkheim (Co (...)

47La nécessité d’affirmer l’ethnicité est inhérente à l’approche philologique, puisque la philologie a été au cœur des recherches sur les entités ethniques au moment de leur affirmation. Cette orientation a prévalu au moins à partir du milieu du xixe siècle77 se concentrant sur le peuple, sur ses trésors et sur les témoins de cette richesse (Fikfak 2006) ; elle ne problématise pas et elle ne peut pas problématiser la société elle-même, car elle cherche l’organique (Novak 1956)88 en s’intéressant au rôle qu’y jouent les poèmes ou les récits.

48Le concept macrosociologique d’organique et d’organisme (Collins 1992) satisfait de manière heureuse le besoin et le désir d’explorer les phénomènes individuels dans la société. Par la totalité de l’organique, il est possible d’étudier les particularités et les fonctions des éléments individuels ; lorsque le citadin explore ce « temps organique », habituellement identifié à celui de la campagne, il assiste à son insu à un temps qui n’est plus, qui s’est échappé.

49Le paradoxe de l’évolution de la société et la totalité de l’organique sont mis en question par deux perspectives scientifiques : premièrement, la conception de Marx de la société en tant que conflit de classe, deuxièmement, celle de Weber d’une société pensée à partir du conflit d’intérêts et entre les groupes. Après la publication de Slovenska vas na Dolenjskem et de Socialni problemi Slovenske vasi, l’aspect sociocritique, nourri par le concept de population, qui considère la société comme un domaine aux multiples intérêts et antagonismes, et l’aspect épidémiologique, qui s’intéresse au niveau de vie et aux normes de santé de la population, ont disparu jusqu’aux années soixante-dix du siècle dernier.

50En ce qui concerne l’ethnologie européenne, une importante percée dans la compréhension du folklore s’est produite, entre autres, dans l’espace allemand, principalement à travers deux livres. Dans le premier, Volkskultur in der technischen Welt, Hermann Bausinger (1961) problématise le concept de peuple et s’appuie sur la définition de Brecht au sujet de la relation entre le peuple et la population. Dans un deuxième ouvrage composé de plusieurs articles, Abschied vom Volksleben (Geiger, Jeggle, Korff 1970, en français « L’adieu à la vie populaire »), Thomas Metzen a notamment problématisé le cadre théorique des notions de Richard Weiss. Utz Jeggle a attiré l’attention sur la nécessité, pour les ethnologues, de lire des ouvrages sociologiques, en particulier ceux de Max Weber et de Jürgen Habermas. Ces considérations ont alerté les chercheurs sur le fait que le concept de « totalité », sur lequel ont travaillé les prédécesseurs, n’est pas le même que celui susceptible d’intéresser les contemporains. Abschied vom Volksleben/ L’adieu à la vie populaire, est un adieu à une certaine idée de la compréhension de la culture folklorique. Un changement fondamental est survenu enfin dans la compréhension des concepts de société, de tradition et de réalité sociale grâce aux théories de la socialisation : La Construction sociale de la réalité, œuvre de Peter L. Berger et Thomas Luckmann (1988), est devenue ainsi une référence pour l’ethnologie européenne.

Haut de page

Bibliographie

Barth F., Gingrich A., Parkin R., Silverman S. (2005), One Discipline, Four Ways. British, German, French and American Anthropology, Chicago and London, Chicago University Press.

Baš F. (1938), Življenjski nivo kmeta, in Pirc I. et Baš F., Socialni problemi slovenske vasi I, Ljubljana, Socialno ekonomski institut, p. 115‑122.

Baš A. (1974), « Slovo od ljudskega življenja », Slovenski etnograf, p. 25-26

Baš A., Baš F., Žmavc-Baran I., Novak, V. (1984), Stavbe in gospodarstvo na slovenskem podeželju. Izbrani etnološki spisi, Ljubljana, Slovenska matica.

Bausinger H. (1961), Volkskultur in der technischen Welt, Stuttgart, Kohlhammer.

Berger, P. L., Luckmann T. (1966), The Social Construction of Reality: A Treatise in the Sociology of Knowledge, Garden City, NY, Anchor Books.

Brown R. H. (1989), A Poetic for Sociology. Toward a Logic of Discovery for the Human Sciences, Chicago, The University of Chicago Press.

Collins R. (1992), Sociological Insight. An Introduction to Non-Obvious Sociology, Oxford, Oxford University Press.

Collins R. (1994), Four Sociological Traditions, New York, Oxford, Oxford University Press.

Coronini-Cromberg F. K. (1891), „Zur Volkskunde des Küstenlandes“, Die österrichisch-ungarische Monarchie in Wort und Bild. Das Küstenland (Görz, Gradiska, Triest und Istrien), Wien, Verlag der kaiserlich-königlichen Hof- und Staatsdruckerei, p. 161-190.

Eberhart H. (1994), Von Karl Weinhold bis Rudolf Meringer : Zu den Anfängen der Volkskunde in Graz, in Jacobeit W., Lixfeld H., Bockhorn O. (dir.), Völkische Wissenschaft : Gestalten und Tendenzen der deutschen und österreichischen Volkskunde in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts, Wien, Köln in Weimar, Böhlau, p. 403-406.

Elias N. (1939), Über den Prozess der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen. Erster Band: Wandlungen des Verhaltens in den weltlichen Oberschichten des Abendlandes. Zweiter Band: Wandlungen der Gesellschaft. Entwurf einer Theorie der Zivilisation, Basel, Verlag Haus zum Falken.

Fikfak J. (1999), Ljudstvo mora spoznati sebe. Podobe narodopisja v drugi polovici 19. stoletja, Ljubljana, Forma 7 in Založba ZRC.

Fikfak J. (2006), « Gregor Krek in začetki znanstvenega raziskovanja kulture drugega », Traditiones, 35, 2, p. 141-154.

Fikfak J., (2008), « Between Part and Whole. Issues in Ethnological Research and Representation », Traditiones, 37, p. 27-44.

Fikfak J., Johler R. (dir.) (2008), Ethnographie in Serie. Zu Produktion und Rezeption der „österreichisch-ungarischen Monarchie in Wort und Bild“, Wien, Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Ethnologie der Universtität Wien.

Geiger K., Jeggle U., Korff G. (dir.) (1970), Abschied vom Volksleben, Tübingen, Untersuchungunen der Ludwig-Uhland-Instituts der Universität Tübingen.

Gerndt H. (1992), Studienskript Volkskunde. Eine Handreichung für Studierende. 2, München, Münchner Vereinigung für Volkskunde.

HafsteinV. (2001), « Biological Metaphors in Folklore Theory. An Essay in the History of Ideas », Arv, 57, p. 7-32.

Köstlin K. (2008), Ethnographie als Aestetischer Kitt, in Fikfak J., Johler R. (dir.), Ethnographie in Serie. Zu Produktion und Rezeption der „österreichisch-ungarischen Monarchie in Wort und Bild“, Wien, Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Ethnologie der Universtität Wien, p. 192-216.

Kotnik F. (1944), Pregled slovenskega narodopisja, in Rajko L. (dir.), Narodopisje Slovencev I, Ljubljana, Klas, p. 21-52.

Krek G. (1869), Ueber die Wichtigkeit der slavischen traditionellen Literatur als Quelle der Mythologie, Wien, Druck von L. Sommer.

Krek G. (1887), Einleitung in die slavische Literaturgeshichte. Akademische Vorlesungen, Studien und kritische Streifzuege, Graz, Verlag von Leuschner & Lubensky.

Kremenšek S. (1976), « Uvod », Etnološka topografija slovenskega etničnega ozemlja, Ljubljana, Poročila, p. 1-52.

Kremenšek S. (1978), Družbeni temelji razvoja slovenske etnološke misli, in Kremenšek S. et Baš A., Pogledi na etnologijo, Ljubljana, Partizanska knjiga, p. 9-65.

Kremenšek S., Bogataj J. (dir.) (1980), Poglavja iz metodike etnološkega raziskovanja – 1, Ljubljana, Filozofska fakulteta, Knjižnica Glasnika SED, 4.

Krnel-Umek D., Šmitek Z. (dir.). (1987), Kruh in politika. Poglavja iz etnologije Vitanja, Ljubljana, Partizanska knjiga.

Kuret N. (dir.) (1934-1940), Ljudski oder. List za poglobitev našega igranja. Glasilo odrov prosvetne zveze 1-7, Kranj in Ljubljana, Založba ljudskih iger.

Laclau E. (no datation), Philosophical roots of discourse theory. <http://www.essex.ac.uk/centres/Theostud/papers/Laclau%20%20philosophical%20roots%20of%20discourse%20theory.pdf>.

Levinas E. (1976), Totality and Infinity: An Essay on Exteriority, Pittsburgh, PA, Duquesne University Press.

Lotman Y. M. (1990), Universe of the Mind. A Semiotic Theory of Culture, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press.

Matičetov Milko (1959), « Vinko Möderndorfer », Slovenski etnograf, 12, p. 221-222.

Metzen T. (1970), Anmerkungen zur „Volkskunde der Schweiz“ von Richard Weiss, in Geiger K., Jeggle U., Korff G. (dir.) (1970), Abschied vom Volksleben, Tübingen, Untersuchungunen der Ludwig-Uhland-Instituts der Universität Tübingen, 27, p. 173-190.

Möderndorfer V. (1938), Slovenska vas na Dolenjskem, Ljubljana, Natisnila tiskarna Merkur.

Novak V. (1956), O bistvu etnografije in njeni metodi, Slovenski etnograf, 9, p. 7-16.

Novak V. (1986), Raziskovalci slovenskega življenja, Ljubljana, Cankarjeva založba.

Oevermann U. (2004), Manifest der objektiven sozialen Hermeneutik, in Fikfak J. et al. (dir.), Qualitative Research. Emerging Trends - Developing Perspectives, Ljubljana, Založba ZRC idr., p. 101-133.

Oevermann U. (2008), Abschiedsvorlesung von Ulrich Oevermann: „Krise und Routine“ als analytisches Paradigma in den Sozialwissenschaften. <http://www.archive.org/details/AbschiedsvorlesungOevermannVideo>.

Peuckert W.-E. (1931), Volkskunde des Proletariats. I. Aufgang der proletarischen Kultur, Frankfurt, Neuer Frankfurter Verlag.

Pirc I. in Baš F. (1938), Socialni problemi slovenske vasi I, Ljubljana, Socialno ekonomski institut.

Slavec Gradišnik I. (2000), Etnologija na Slovenskem. Med čermi narodopisja in antropologije, Ljubljana, Založba ZRC.

Slavec Gradišnik I., Hudales J. (dir.) (2016), Kar ustvariš, ostane. Svetu cvet. Tebi rane. Vinko Möderndorfer: Učitelj, politik, raziskovalec, Ljubljana, ZIFF.

Sombart W. ([1896] 1905), Sozialismus und soziale Bewegung, Jena, Verlag von Gustav Fischer. <http://www.archive.org/details/socialismsocialm00sombuoft>.

Sombart W. (1906), Das Proletariat. Bilder und Studien. Die Gesellschaft, vol. 1, Berlin, Rütten & Loening. <http://www.archive.org>.

Sombart W. (1987), Der moderne Kapitalismus. Historisch-systematische Darstellung des gesamteuropäischen Wirtschaftslebens von seinen Anfängen bis zur Gegenwart, München, dtv.

Weiss R. (1946), Volkskunde der Schweiz. Grundris, Erlenbach-Zürich, Eugen Rentsch.

Zupanič Slavec Z. (2005), Razvoj javnega zdravstva na Slovenskem med prvo in drugo svetovno vojno in njegov utemeljitelj dr. Ivo Pirc, Ljubljana, Inštitut za varovanje zdravja.

Haut de page

Notes

1 Une première version, plus longue et moins contextualisée, a été publiée en langue slovène en 2008 (Fikfak 2008).

2 Cet article marque le début d’un questionnement sur la construction de l’objet de recherche, sur la représentation, sur la relation entre particularité et totalité. Dans un texte historique, bien plus étendu, l’auteur explore la relation entre les recherches quantitatives et qualitatives, les questions démographiques, l’écriture, la construction d’un objet de recherche dans les textes postmodernes, la mise en scène de la totalité dans la description, les enjeux de l’auctorialité. Présenter des études plus anciennes permet une prise de distance historique et favorise la réflexion. Une grande partie de cet article a été rédigée pour des cours et des exercices destinés à desaux étudiants viennois pendant l’année académique 2008-2009 ; je me permets de citer, à cette occasion, les documents du séminaire du Dr Karl Pusman sur l’école de Vienne, ceux de Matthias Heinzl sur Herder, ceux d’Astrid Petrson sur le mouvement philologique « Wörter und Sachen » (en français « Les mots et les choses ») et de Margareth Mann sur Hans Naumann.

3 Dans son étude sur le développement dans le monde allemand, Andre Gingrich s’intéresse en particulier à la Völkerkunde (en français l’« ethnologie ») et seulement en partie au Volkskunde (en français le « folklore »).

4 Sprechen wir von Volks- oder Naturliedern, so meinen wir darunter diejenigen, die nicht bloss vom Volke recitirt werden, sondern auch von demselben gedichtet wurden, wo also gewissermasssen ein ganzes Volk Dichter ist in dem Sinne, dass das Lied, das allerdings irgend einmal nur von einem, in dem sich aber die Denkungsweise des ganzen Volkes abspiegelt und in dem Falle fuer das ganze Volk Dichter ist, geschaffen ward, eilends Gemeingut des ganzen Volkes wird, weil es aus dem Volksgeiste herausgesungen worden.

5 Dr. Ivo Pirc a été le premier directeur de l’Institut d’hygiène de Ljubljana, qui l’a dirigé dans les années 1924-1932 et 1935‑1945. Parmi les fonctions de l’institut en 1930 (huit ans avant la publication du livre susmentionné) figurent entre autres les domaines suivants : l’hygiène personnelle, sociale et générative, l’étude et l’enseignement national, l’assainissement des parties communes : l’agencement hygiénique des bâtiments résidentiels, des égouts, des toilettes, des fosses septiques, des boues, de l’approvisionnement en eau, la coordination du développement de la médecine scolaire, le développement des centres de santé, l’organisation, l’établissement et la supervision de toutes les institutions d’hygiène de la banovine (n.d.t. : une subdivision administrative). Le musée de l’hygiène, quant à lui, aménageait des expositions itinérantes sur l’hygiène. Cf. <http://www.ivz.si/index.php?akcija=podkategorija&p=43>.

6 Outre Milko Matičetov (1959), Slavko Kremenšek (1976, 1978), Ingrid Slavec Gradisnik (2000) et Jurij Fikfak (2008) ont écrit au sujet des travaux de Vinko Möderndorfer. J. Hudales et I. Slavec Gradisnik ont édité une série d’articles sur Möderndorfer (2016), dans laquelle toutefois il n’y a pas de contextualisation internationale de ses travaux.

7 Ainsi deux postes de professeur sont créés à Graz et ils sont occupés par des philologues aux aspirations ethnologiques : le poste de germanistique a été fondé et dirigé par Karl Weinhold (Eberhart 1994) et le poste de slavistique par Gregor Krek.

8 Le concept de biologie organique est un des principes fondamentaux de la sociologie de Durkheim (Collins 1992). L’organisme constitue l’un des concepts fondamentaux de l’idée de folklore ; par exemple on retrouve l’utilisation historique de l’arbre de métaphores métonymiques dans les écrits romantiques. Cf. la discussion de Valdimar Hafstein (2001), à travers la comparaison entre la nation (identifiée à la société) et les arbres en tant qu’organismes similaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jurij Fikfak, « Entre la partie et le tout », Revue des sciences sociales, 60 | 2018, 110-117.

Référence électronique

Jurij Fikfak, « Entre la partie et le tout », Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/1742 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.1742

Haut de page

Auteur

Jurij Fikfak

Research Centre by Slovenian
Academy of Sciences and Arts
Institute of Slovenian Ethnology
<fikfak@zrc-sazu.si>

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals