Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

Barbara Morovich, Miroirs anthropologiques et changements urbains. Qui participe à la transformation des quartiers populaires ?

Simona Tersigni
p. 147-149
Référence(s) :

Barbara Morovich, Miroirs anthropologiques et changements urbains. Qui participe à la transformation des quartiers populaires ?, préface de Monique Selim, Paris, L’Harmattan, « Anthropologie critique », 2017, 294 p.

Texte intégral

  • 1 En prenant ses distances de terrains ruraux exotiques, Althabe voulait notamment émanciper son anal (...)
  • 2 La référence au paradigme du post-colonial n’est pas développée dans l’ouvrage au sujet de ces aute (...)

1Barbara Morovich a réalisé de nombreuses recherches anthropologiques dans des quartiers populaires en mutation urbaine de France, d’Argentine et d’Afrique du Sud. En publiant Miroirs anthropologiques et changement urbain, elle entend mettre en avant l’idée selon laquelle la recherche anthropologique contemporaine ayant trait à la ville nécessite des ponts avec d’autres disciplines cousines étudiant l’urbain. En se centrant sur le contexte français, la démarche de l’auteure consiste tout d’abord à historiciser l’anthropologie urbaine d’ici sur le plan intellectuel et politique, sans la couper des autres sciences humaines et sociales. En situant la recherche par rapport à l’essor d’une anthropologie urbaine française née dès les années 1950-1960 avec les travaux de Paul-Henry Chombart de Lauwe (1965), puis d’Henry Lefebvre (1960, 1974), l’auteure entend souligner que l’anthropologie des mondes contemporains s’oriente principalement du côté de l’urbain1. Tout en puisant dans les méthodes des urban studies anglo-saxonnes, cette anthropologie est aussi redevable à des chercheurs pluridisciplinaires, à l’instar de Georges Balandier, et est par ailleurs traversée par des questions ayant trait aux politiques coloniales2. L’auteure inscrit sa démarche dans le sillage des deux laboratoires du CNRS qui ont porté cette « nouvelle » anthropologie, le LAU (Laboratoire d’Anthropologie urbaine) et le CAMC (Centre d’Anthropologie des mondes contemporains) et défendu la fin du « grand partage » entre les espaces d’enquête de la sociologie (ici) et de l’anthropologie (ailleurs). Quelques divergences méthodologiques et des débats émergés entre ces deux laboratoires sont abordés et clarifiés de manière dépassionnée, notamment pour ce qui est du traitement des rapports sociaux de domination et de l’oppression. Cette socio-anthropologie pose notamment le problème de la distance avec l’objet et de l’unité de l’objet de recherche lui-même. L’auteure met en miroir les apports de Colette Pétonnet et de Gérard Althabe. Selon Colette Pétonnet (1982) l’observation flottante garantit l’accès à différents milieux (professionnels, religieux, étrangers) en restant fidèles à la démarche ethnologique, mais elle estime qu’un « quartier est difficilement concevable comme ‘une partie séparable du tout’ » (p. 38). En revanche Gérard Althabe (1984) pointe davantage le risque d’enfermer les terrains choisis au lieu de les inscrire dans un regard susceptible « de donner une signification aux pratiques dont ces lieux sont le théâtre ». La lecture de la déstructuration qui suit l’immigration est différemment appréhendée par ces deux anthropologues. Morovich souligne que Pétonnet (1979) s’est focalisée sur le bidonville comme lieu de résistance globale à l’égard d’un « autoritarisme qui ne tolère plus aucune singularité dans le mode d’habiter ». Celle-ci pointe que la destruction du bidonville déclenche une prolétarisation fondée sur une démolition matérielle et symbolique d’individus déjà précaires. En revanche, il est relevé que le regard d’Althabe (1985) se place dans un moment qui suit la destruction des bidonvilles, ce qui le conduit à pointer l’ethnicisation des pauvres. Dans l’analyse althabienne des banlieues, les familles d’ascendance maghrébine deviennent des acteurs idéologiques situés au pôle négatif des classes populaires en raison de leur distance physique et morale à l’égard de la société socialement majoritaire, alors que ces familles deviennent dans la plupart des cas numériquement majoritaires dans leurs lieux de résidence. Morovich souligne dans le regard d’Althabe (1985, 1993) la manière dont l’étranger porte l’accusation d’avoir trahi la norme éducative et de comportement, par la dégradation matérielle et morale qui lui est attribuée. Selon l’auteure, la résistance pointée par Pétonnet (1979, 2012) au sein du bidonville ne trouve pas de correspondance chez Althabe (1985), quelques années après. En tant qu’« acteurs idéologiques », les migrants et leurs descendants sont selon lui captifs des normes et des valeurs des classes favorisées. L’analyse se déplacerait du côté d’un modèle tout puissant à suivre, perdant de vue l’agentivité, la résistance, les interstices, les ruses populaires et plus largement propres aux groupes socialement minorisés.

2Barbara Morovich revient également sur la progressive émergence de la prise en compte du rapport entre le chercheur et ses interlocuteurs. Elle montre que c’est par l’analyse de la « situation de terrain » et de la distinction entre ethnologie de/dans la ville qu’Althabe (2008) interroge la re-négociation permanente de l’identité locale face aux enjeux globaux, ce qui impose une démarche en prise avec la contemporanéité, puisque selon lui, il y aurait « quelque chose d’anthropologiquement fondamental dans l’urbain » (p. 46). Si le « regard éloigné » s’éloigne, comme le souligne l’auteure lui-même (p. 46), en se centrant sur le temps présent, l’anthropologie ne perd pas pour autant son rapport à la temporalité. Toutefois, la prise en compte des rythmes urbains et l’épaisseur mémorielle de la ville, à l’instar des travaux sur l’agentivité minoritaire (p. 50) d’Anne Raulin (2009, 2012) auraient pu être employés davantage dans son approche de la mémoire locale de Hautepierre.

  • 3 Créée par la loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine (01/08/20 (...)

3Dans les chapitres suivants de l’ouvrage, l’auteure analyse les liens entre les processus sociaux et les changements spatiaux, dans la conjoncture des rénovations urbaines ANRU (Agence nationale de la rénovation urbaine)3 des quartiers populaires. Une telle démarche est pertinente et utile pour relier l’histoire de la pensée anthropologique et l’expérience empirique de l’auteure dans le quartier strasbourgeois de Hautepierre. Ses « mailles résidentielles » ont été bâties entre 1969 et 1981 selon un esprit d’aménageurs imaginant « non seulement des espaces, mais aussi des désirs et des besoins » (p. 135). Cet espace a connu des changements importants (« au début tout était prévu pour que cela soit une réussite », p. 141) pour ce qui est des politiques publiques de « mixité », mais aussi en termes de rénovation urbaine. Barbara Morovich interroge les différentes recompositions, mais également les contestations et les oppositions induites par ces rénovations, au prisme de sociabilités associatives très hétérogènes de Hautepierre, une « ruche laborieuse » pour le dire avec les mots de l’auteure (p. 135). Alors que l’accélération dans le rythme des rénovations n’a pu évacuer les formes de stigmatisation, ni les inégalités propres aux quartiers populaires, le tissu associatif continue d’exister et de se transformer. L’anthropologue montre d’ailleurs que déjà dans les années 1960-1970, la naissance des structures associatives de Hautepierre exerce « un impact dans l’organisation d’autres structures sociales et leur lien avec les institutions » (p. 145), au point que les pouvoirs locaux « ont souvent la crainte de voir émerger une vie sociale forte et autonome » (ibidem). Ainsi la mobilisation institutionnelle de la « mixité » dissimule la « peur de la dégradation de l’image du quartier dans le cas d’un accès important de familles étrangères ‘maghrébines’ » (p. 173). Enfin, dans le dernier chapitre de l’ouvrage, l’anthropologue montre qu’à partir des années 1980, la volonté de construire une nouvelle société est mise de côté et les populations étrangères sont définitivement pointées du doigt par les ouvriers et les autres résidants de classe moyenne sans passé migratoire : le rejet moral s’impose. Ainsi, dans le sillage des théories anthropologiques sur l’urbain abordées au début de l’ouvrage, l’analyse diachronique des mutations de Hautepierre conduit à montrer comment se construit localement la stigmatisation (p. 185). Si la spatialisation des inégalités demeure une réalité, l’auteure souligne que « le fait d’attribuer un impact déterminant au spatial (des barres et des tours) sur le social (les « déviances », le mal de vivre) est une manière de détourner les causes politiques des inégalités » (p. 270).

4Le titre de l’ouvrage souligne précisément la nécessité de faire jouer à l’anthropologie un rôle de miroir grossissant de dynamiques politiques et infra-politiques, sans pour autant glisser du côté d’un militantisme dogmatique, et tout en situant les articulations nécessaires entre cet objet de recherche et les politiques de la ville. Selon Morovich, l’enjeu principal est d’interroger autrement les sujets individuels et surtout collectifs qui participent à présent à la rénovation urbaine, dans une « approche située et de long terme » (p. 269). L’auteure tient compte des injonctions participatives qui pèsent sur les habitants de ces quartiers, sans pour autant couper de l’analyse la place des anthropologues au sein du tissu relationnel construit sur le terrain. Morovich a dans un premier temps fait le choix d’être sur le terrain sans contrat de recherche, puis d’associer son regard scientifique avec la participation aux activités d’une association, Horizome, à travers un projet pluridisciplinaire « bénéficiant de quelques financements liés à la politique de la ville » (p. 81). Cette « endo-ethnologie » reposant sur une posture hybride a induit, pour le dire avec les mots de Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000), un dédoublement statutaire associant des ressources nouvelles, mais également des contraintes en partie inattendues. Enfin, l’auteure montre avec beaucoup de finesse les manières de faire société et d’agir dans un quartier populaire en situation de rénovation urbaine, à l’heure où les pouvoirs publics pointent l’ethnicisation des rapports sociaux qu’ils ont préalablement contribué à produire. C’est une heureuse réconciliation entre la démarche d’Althabe et de Petonnet. Morovich ose assumer la pertinence d’articuler, dans l’analyse, domination et subjectivation. Si tout système contraignant ne peut qu’engendrer des formes de résistance, les caves associatives de Hautepierre sont dans cet ouvrage le parangon des interstices urbains qui fonctionnent comme des espaces de transformation résidentielle et de résistance.

  • 4 Vivre ensemble, vivre en grand pour une réconciliation nationale, avril 2018, cf. <http://www.cohes (...)

5Pour conclure, cet ouvrage nourrit une question épineuse. Il montre, par un travail empirique ancré dans une connaissance solide de la tradition anthropologique urbaine, l’urgence contemporaine de travailler encore et encore sur les effets des rénovations des banlieues populaires et leurs enjeux contemporains. Implicitement, des pistes de recherche se dégagent de cet ouvrage et elles auraient sans doute mérité une plus grande valorisation susceptible de les croiser entre elles. Tout d’abord, l’étude du quartier de Hautepierre permet de montrer que les lieux où s’invente la ville sont également des espaces où continuent de s’installer des migrants nouvellement arrivés croisant ceux qui sont déjà là depuis fort longtemps, alors que l’anthropologie des migrations contemporaine (Agier 2014), en France, a tendance aujourd’hui à évacuer la banlieue de son analyse. Il n’est pas question de nourrir une quelconque forme de concurrence entre les espaces d’enquête, laissant penser qu’il faille privilégier les banlieues au détriment des centres-villes dégradés qui ont été dans le focus de la recherche urbaine au début de l’anthropologie urbaine, dans les années 1950. Il s’agit plutôt de souligner la pertinence de regards scientifiques faisant la connexion entre des lieux centraux pour les rapports de pouvoir, qu’ils soient du côté du centre ou de la périphérie. En ce sens, les banlieues, ce sont également des lieux de sociabilités intenses et spécifiques pour les enfants : à Hautepierre comme dans d’autres banlieues ils connaissent une expérience du jeu (Morovich, Desgrandchamp 2016) dans la rue, que leurs pairs de centre-ville n’ont plus désormais le droit de vivre (Gayet-Viaud et al. 2015) sans que les sciences sociales de l’enfance n’interrogent ce décalage. Enfin, si Morovich pointe les risques du déterminisme spatial (p. 270) dans les formes de stigmatisation appréhendées, elle montre comment différents groupes sociaux « se retrouvent transformés ou comment ils transforment cette situation de rénovation » (p. 270). Ainsi, la dernière piste d’analyse portant sur la « capacité de la religion à fournir des outils propices à la refonte identitaire d’un contexte en mutation, qu’elle soit chrétienne ou musulmane », émerge dans une partie conclusive alors que l’ouvrage aurait pu être davantage nourri par la permanence de cette imbrication entre le monde associatif et les formes de religiosité. L’anthropologue souligne que le christianisme social qui a caractérisé le militantisme des premières années de Hautepierre et qui était mobilisé dans l’obtention de services pour les habitants, est aujourd’hui remplacé par l’engagement des croyants musulmans. L’engagement par l’islam conduit aujourd’hui à fonder des associations en lien avec l’aide aux devoirs, l’enseignement du français pour les migrants nouvellement arrivés, ainsi que pour la construction des mosquées. Faut-il en déduire que le bénévolat « à la gauche du Christ » (Pelletier et Schlegel 2012) s’est réfugié en centre-ville ? Si c’est le cas il faudrait resituer l’engagement chrétien en matière d’immigration à présent (Tersigni 2014) et s’interroger à la fois sur les marges de manœuvre associatives, religieuses notamment, à l’échelle locale. Quel serait par ailleurs l’impact de cette transformation si la « cité éducative » prônée par le dernier rapport de Jean-Louis Borloo4 en tant que « regroupement à partir du collège et des écoles de tous les lieux et de tous les acteurs prêts à soutenir, ensemble, l’éducation des enfants » pour lutter contre les inégalités devait voir le jour ?

6Les questions soulevées pas cet ouvrage ne font que confirmer l’épaisseur scientifique et l’intérêt d’un travail qui mérite d’être lu, débattu et divulgué.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (dir.) (2014), Un monde de camps, Paris, La Découverte.

Althabe G. (1984), « L’ethnologie urbaine : ses tendances », Terrain, 3, p. 3-4.

Althabe G. (1985), « Production de l’étranger, xénophobie et couches populaires urbaines », L’Homme et la société, 77-78, p. 63-73.

Althabe G. (1993), Urbanisation et enjeux quotidiens, Paris, L’Harmattan.

Althabe G. (2008), Entretiens, in Paquot T. (dir.), Conversations sur la ville et l’urbain, Gollion, Infolio, p. 10-22.

Chombart de Lauwe P.-H. (1965), Paris. Essais de sociologie, 1952-1964, Paris, Éd. Ouvrières.

Crenn C. (2018), Des migrations internationales aux relations interethniques et hiérarchies sociales : de l’absence à la présence de l’alimentation, mémoire de synthèse d’HDR vol. 1, Université de Paris Nanterre, novembre 2018, 254 p.

Gayet-Viaud C., Rivière C., Simay P. (2015), « Les enfants dans la ville », Métropolitiques, <https://www.metropolitiques.eu/Les-enfants-dans-la-ville.html>.

Lefebvre H. (1960), « Les nouveaux ensembles urbains. Un cas concret : Lacq-Mourenx et les problèmes urbains de la nouvelle classe ouvrière », Revue Française de Sociologie, 1, p. 186-201.

Lefebvre H. (1974), La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Morovich B., Desgrandchamp P. (2016), « Créations sonores et émotions : une géographie strasbourgeoise », Carnets de géographes, 9, <https://journals.openedition.org/cdg/689>.

Olivier de Sardan J.-P. (2000), « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 41, p. 417-445.

Pelletier D., Schlegel J.-L. (dir.) (2012), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Éditions du Seuil.

Perrot M. et Pétonnet C. (1982), « Anthropologie culturelle dans le champ urbain », Ethnologie française, 12, p. 115-116.

Pétonnet C. ([1979] 2012), On est tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues, Paris, Éd. Galilée.

Pétonnet C. (1982), « L’observation flottante. L’exemple du cimetière d’un cimetière parisien », L’Homme, 22, 4, p. 37-47.

Pétonnet C. (2008), Entretiens, in Paquot T. (dir.), Conversations sur la ville et l’urbain, Gollion, Infolio, p. 650-659.

Raulin A. (2009), « Minorités urbaines : des mutations conceptuelles en anthropologie », Revue Européenne des Migrations Internationales, 25, 3, p. 33-53.

Raulin A. (2012), « La vie quotidienne, entre colonisation et émancipation », L’homme et la société, 185-186, p. 19-32.

Tersigni S. (2014), Le fait religieux : croyances, pratiques et revendications in J.-Y. Blum-Le Coat et Eberhard M. (dir.), Les immigrés en France, Paris, La Documentation Française, p. 165-181.

Haut de page

Notes

1 En prenant ses distances de terrains ruraux exotiques, Althabe voulait notamment émanciper son analyse du joug colonial et simultanément placer l’anthropologie dans les lieux centraux du pouvoir pour garantir une analyse des rapports de domination (Crenn 2018). En revanche, l’anthropologie des mondes contemporains a dû réfléchir plus récemment aux recompositions dans la continuité entre le rural et l’urbain, et à la manière dont l’étalement de la ville notamment contribue à reconfigurer une ruralité qui n’est pas coupée des enjeux du capital, au point de rendre nécessaires des mises en scènes du rural en ville (idem).

2 La référence au paradigme du post-colonial n’est pas développée dans l’ouvrage au sujet de ces auteurs qui l’ont pourtant nourrie et rendue possible : elle serait anhistorique.

3 Créée par la loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine (01/08/2003), l’ANRU a été chargée de la mise en œuvre du Programme national de rénovation urbaine (PNRU) entre 2003 et 2015. Cette Agence a contribué à financer les collectivités locales, les établissements publics et les organismes privés ou publics conduisant des opérations de rénovation urbaine. La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine (21/02/2014) lui a ensuite confié la réalisation du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) pour la décennie 2014-2024 afin de renforcer la « diversification des quartiers ». Elle s’attache à modifier les fonctions attribuées à ces quartiers, la nature et le statut du bâti qui s’y trouve, à renforcer la trame viaire par la séparation claire des domaines publics et privés notamment, puis vise désenclavement par le recours à la démolition et à la reconstitution de nouveaux logements sociaux nécessitant ensuite de nouvelles formes de répartition, réhabilitation ou résidentialisation.

4 Vivre ensemble, vivre en grand pour une réconciliation nationale, avril 2018, cf. <http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/rapport-de-jean-louis-borloo-vivre-ensemble-vivre-en-grand-pour-une-reconciliation-nationale>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Tersigni, « Barbara Morovich, Miroirs anthropologiques et changements urbains. Qui participe à la transformation des quartiers populaires ? », Revue des sciences sociales, 60 | 2018, 147-149.

Référence électronique

Simona Tersigni, « Barbara Morovich, Miroirs anthropologiques et changements urbains. Qui participe à la transformation des quartiers populaires ? », Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/revss/1823

Haut de page

Auteur

Simona Tersigni

Université Paris Nanterre
<stersigni[@]parisnanterre.fr>

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals