Navigation – Plan du site
Revues d’ailleurs

Notre invitée

Nicoletta Diasio
p. 108-109

Texte intégral

  • 1 Le scientifique polonais Ludwik Fleck élabore en 1935 l’idée de « collectif de pensée » et il dével (...)

1Avec ce numéro nous démarrons une nouvelle rubrique, « Revues d’ailleurs », qui ponctuellement mettra à l’honneur une revue de sciences sociales publiée en Europe et au-delà. Dans un contexte de valorisation de la recherche de plus en plus marqué par la compétition et par une standardisation de l’écriture et de la présentation des résultats, nous souhaitons jouer la carte opposée : celle qui récuse la concurrence pour l’hégémonie en promouvant l’échange et la collaboration. Chaque revue invitée présente sa philosophie éditoriale et propose la republication d’un nombre limité d’articles qui, en écho avec la thématique du dossier ou de manière indépendante, reflètent les orientations épistémologiques, les questionnements, les thèmes de prédilection d’une autre « tradition » intellectuelle. Notre objectif est de faire circuler de la manière la plus ample possible des travaux de qualité et d’ouvrir notre lectorat à d’autres « collectifs de pensée », pour reprendre la terminologie de Ludwik Fleck1, parfois moins visibles dans la recherche française : une autre manière de « dépasser les frontières ».

  • 2 Luigi Meneghello (2000), Il dispatrio, Milano, Rizzoli, p. 170.

2Par leur inscription dans un autre milieu scientifique, ces revues nous renvoient à ce qu’il y a d’historique, de culturel et de contingent dans notre propre réflexion. Le détour permet de penser à nouveaux frais des questions qui nous interpellent, d’en saisir à la fois ce qui est familier et ce qui est étranger et, dans la brèche qui s’ouvre entre les deux, de nous interroger sur d’autres manières de faire et de penser les sciences sociales. La communication interculturelle et inter-linguistique n’est jamais simple : les mots, les concepts, les objets d’étude peuvent parfois se teinter d’exotique, ou encore se ressembler, mais de manière imparfaite, « comme un gant gauche ressemble à un gant droit »2. Autour de ces ressemblances imparfaites, toutefois, se construit un espace européen de la recherche.

  • 3 Reinhard Jöhler (2012), « Doing European Ethnology in a Time of Change. The Meta­morphosis of a Dis (...)
  • 4 Les articles publiés depuis 2004 dans Traditiones sont disponibles sur <https://ojs.zrc-sazu.si/tra (...)

3Nous ouvrons cette collaboration en accueillant la revue du Centre de Recherche de l’Académie Slovène des Sciences et des Arts, Traditiones. Cette publication « peer-reviewed » a été fondée en 1972 par Niko Kuret et Milko Matičetov. Publiée trois fois par an, elle interroge les transformations de la société slovène et européenne à partir d’une vision renouvelée de la culture populaire et des études du folklore. Elle constitue une passerelle entre des approches épistémologiques différentes, convoquées autour de thématiques comme la construction européenne et l’étude des nationalismes, le patrimoine matériel et immatériel, la religion et le symbolisme, le rituel et les performances culturelles. Les travaux de la revue Traditiones questionnent également l’histoire de l’anthropologie dans un creuset culturel où se rencontrent différents styles de pensée, tel le double numéro de 2017 consacré à l’espace de « l’Alpe-Adria » (entre Alpes et Adriatique). De ce fait, par l’anthropologie slovène il est possible d’interroger les métamorphoses de l’ethnologie de l’Europe dans la diversité de ses expressions, comme le rappelle Reinhard Jöhler3. Depuis 1999, elle héberge aussi les travaux de l’Institut d’ethnomusicologie4.

  • 5 L’article de Jurji Fikfak fait partie du projet Ethnological Views and Images. Il a été publié dans (...)

4L’article de Jurji Fikfak5, qui ouvre la rubrique, montre à quel point l’étude du folklore a été modifiée en profondeur par les nouvelles conceptions de la société et de la population qui, entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, se développaient dans d’autres disciplines, telles la sociologie ou la médecine. Ce phénomène n’est pas isolé en Europe, mais l’adieu à une vision idéalisée et irénique du peuple, à une conception holistique de la culture prend en Slovénie des connotations particulières en lien avec son histoire et tout un projet de construction de la nation et de réforme sociale. La proximité avec le monde intellectuel autrichien et germanique permet d’interroger autrement des questions qui se posaient de manière analogue en France ou ailleurs.

  • 6 L’article de Božidar Jezernik fait partie du projet Cultural Heritage of the First World War. C’est (...)

5La contribution de Božidar Jezernik6 sur le souvenir des morts de la Première Guerre mondiale, montre la difficulté de construire une mémoire partagée dans une terre traversée par de nombreuses frontières et entre des peuples, les Croates, les Slovènes et les Serbes, qui se sont battus les uns contre les autres : « un abysse sans pont », selon la belle formule citée par l’auteur. Le récit officiel sur la guerre élaboré après 1918 a été très différent de celui construit par ces trois populations au moment des affrontements, comme s’il s’était agi de deux conflits distincts dans leurs objectifs, leurs motivations et leurs conséquences : d’où la difficulté de construire une mémoire commune avec des héros et des symboles propres, fonctionnant comme le ciment du nouvel État, le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes. L’auteur montre comment, dans une nation « marâtre » à l’égard des sujets qui avaient combattu aux côtés des anciens ennemis, la mémoire constitue un enjeu politique et conflictuel, voire un outil de reconnaissance sociale. Cette difficulté à concilier des mémoires antagonistes rappelle le travail de l’oubli et du souvenir qui a caractérisé, à l’issue de la Première Guerre mondiale, d’autres zones-frontière, comme l’Alsace et la Moselle, même si avec des présupposés et des essors très différents.

  • 7 L’article de de Tatiana Bajuk Senčar et Jeffrey David Turk a été publié dans le n° 2, vol. 40, 2011 (...)
  • 8 Tom Wengraf (2011), Guide to BNIM Biographic-narrative interpretive method: interviewing for life-h (...)

6Tatiana Bajuk Senčar et Jeffrey David Turk7, enfin, interrogent l’intégration européenne à partir des récits biographiques des eurocrates slovènes. À travers la méthode de l’observation et celle dite biographique-narrative-interprétative (BNIM) élaborée par Wengraf8, les auteurs analysent comment les Slovènes récemment arrivés à Bruxelles, donnent un sens à leur expérience dans les institutions européennes. Le souhait des auteurs est de reformuler le concept d’intégration sociale en évitant deux écueils possibles. Le premier est la minimisation du pouvoir d’agir individuel, une absence d’agency qui présupposerait, chez les Eurocrates, une sorte d’adhésion acritique à la culture institutionnelle de l’Union européenne et le renfermement dans une « bulle » sociale composée par l’ensemble des fonctionnaires et employés travaillant dans ses services administratifs. Le deuxième écueil est constitué par la tentation essentialiste, qui est en contradiction avec une vision de l’intégration faite d’échanges, de flux, de transgression des frontières sociales et culturelles. À travers les récits de ces acteurs et leur expérience marquée par la mobilité et le contact interculturel, ce que Bajuk Senčar et Turk questionnent est la possibilité même d’analyser les processus d’européanisation.

7La circulation des savoirs, la mémoire, l’Europe, ses confins et ses métamorphoses : autant de questions qui rapprochent nos deux revues et qui nous amènent à accueillir avec plaisir les contributions de nos collègues slovènes.

Haut de page

Notes

1 Le scientifique polonais Ludwik Fleck élabore en 1935 l’idée de « collectif de pensée » et il développe ce concept dans l’ouvrage Genèse et développement d’un fait scientifique, traduit en français en 1935 et réédité en 2005, Paris, les Belles Lettres.

2 Luigi Meneghello (2000), Il dispatrio, Milano, Rizzoli, p. 170.

3 Reinhard Jöhler (2012), « Doing European Ethnology in a Time of Change. The Meta­morphosis of a Discipline in Germany and in Europe », Traditiones, 41, 2, p. 245-255.

4 Les articles publiés depuis 2004 dans Traditiones sont disponibles sur <https://ojs.zrc-sazu.si/traditiones/index>.

5 L’article de Jurji Fikfak fait partie du projet Ethnological Views and Images. Il a été publié dans le n° 2, vol. 37, 2008, <https://ojs.zrc-sazu.si/traditiones/article/view/1071>.

6 L’article de Božidar Jezernik fait partie du projet Cultural Heritage of the First World War. C’est une reproduction de la contribution parue dans le n° 1, vol. 47, 2018, <https://ojs.zrc-sazu.si/traditiones/article/view/1010>.

7 L’article de de Tatiana Bajuk Senčar et Jeffrey David Turk a été publié dans le n° 2, vol. 40, 2011, <https://ojs.zrc-sazu.si/traditiones/article/view/6762>.

8 Tom Wengraf (2011), Guide to BNIM Biographic-narrative interpretive method: interviewing for life-histories, lived situations and ongoing personal experiencing. Short Guide and Detailed Manual Downloaded. Cf. <tom@tomwengraf.com> consulté le 12/10/2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicoletta Diasio, « Notre invitée », Revue des sciences sociales, 60 | 2018, 108-109.

Référence électronique

Nicoletta Diasio, « Notre invitée », Revue des sciences sociales [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/1845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.1845

Haut de page

Auteur

Nicoletta Diasio

Institut Universitaire de France
Université de Strasbourg
Dynamiques européennes
UMR 7367 CNRS/Unistra
<nicoletta.diasio@misha.fr>

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals