Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Lu – à lireHélène Brembech, Niklas Hansson, ...

Lu – à lire

Hélène Brembech, Niklas Hansson, Michèle Lalanne, Jean-Sébastien Vayre, Life Phases, Mobility and Consumption. An Ethnography of Shopping Routes

Philippe Hamman
p. 110-111
Référence(s) :

Hélène Brembech, Niklas Hansson, Michèle Lalanne, Jean-Sébastien Vayre, Life Phases, Mobility and Consumption. An Ethnography of Shopping Routes,Farnham, Ashgate, 2015, 193 p.

Texte intégral

1Dans un format accessible (193 pages) et publié auprès d’un éditeur international reconnu en sciences humaines et sociales – Ashgate –, Life Phases, Mobility and Consumption offre une passionnante plongée ethnographique dans la société de consommation urbaine occidentale, en saisissant des individus et des familles dans leur vie quotidienne, en tant que consommateurs, lorsque ces derniers vont « faire les courses ».

2L’ouvrage a été rédigé par quatre chercheurs : Hélène Brembech et Niklas Hansson, respectivement professeure et docteur en ethnologie à l’Université de Gothenburg, en Suède, ainsi que Michèle Lalanne et Jean-Sébastien Vayre, respectivement professeure et doctorant en sociologie, membres de l’UMR CERTOP du CNRS et de l’Université Toulouse Jean Jaurès, ainsi que du Centre universitaire d’Albi. Il se situe dans le prolongement d’une partie d’un projet de recherche franco-suédois Era-Net intitulé Consumer Logistics. La dimension comparative entre deux terrains suédois et français, dans et autour du centre des villes de Gothenburg et de Toulouse, est originale en soi, et le livre, de belle facture (incluant un appareil critique utile : bibliographie, index, liste des figures…), met bien en valeur les enquêtes empiriques conduites auprès de deux groupes de population : des familles avec de jeunes enfants et des seniors (âgés de 65 à 83 ans).

  • 1 En suivant la démarche, exposée p. 29-30 (il manque simplement la référence de Peters et al., 2006, (...)
  • 2 Les auteurs insistent : « For the participants in our study, “the project” is undoubtedly the succe (...)

3Le lecteur pourra aborder l’ouvrage de deux façons. D’une part, il présente de solides résultats de recherche, dépliés de façon logique et charpentée : une introduction, à la fois théorique et méthodologique, et une conclusion, reprenant de façon claire les principaux résultats, encadrent des développements organisés en deux chapitres, consacrés respectivement aux familles et aux seniors. La logique d’exposition est volontairement symétrique, autour de deux notions liées, qui sont aussi deux « moments » : Projects / Passages1, renvoyant schématiquement aux deux questions du pourquoi et du comment se jouent les motifs et les processus effectifs de consommation. L’idée est en effet de suivre in concreto des familles et des seniors dans leurs courses, du domicile jusqu’au commerce, et retour, d’un point de vue ethnographique. Ceci permet d’entrer dans l’ouvrage en fonction du groupe de référence que l’on pourrait vouloir privilégier, comme de lire avec profit l’ensemble avec un cadre de raisonnement comparatif. Cette approche évite la succession des deux terrains nationaux au profit d’un regard croisé des chercheurs et d’une approche des courses – ou plutôt shopping trip, pour reprendre le terme des auteurs – en tant que projet, c’est-à-dire une activité de shopping/consommation qui comprend le fait de se projeter en amont chez soi puis de s’adapter en situation dans le magasin. Le passage correspond alors à la réalisation du projet, en termes de mobilité et d’espace-temps. Grâce à ce cadre analytique, les auteurs saisissent de façon relationnelle, dans le projet en train de se faire, les trois sphères du domicile, de la ville et du commerce, mises en lien avec les moments et âges de la vie pour les enquêtés2. Les chercheurs insistent spécialement sur la connexion étroite entre consommation et mobilité (c’est-à-dire entre projet et passage), y compris durant les courses elles-mêmes et dans les magasins.

4D’autre part, le volume revient sur une recherche au concret et sa méthodologie empirique. Cette deuxième dimension est à saluer, car elle assoit d’autant mieux la portée de la première qu’elle rend raison, au sens de Karl Popper, de la « falsifiabilité » du travail mené, et donc du domaine de validité des énoncés et matériaux recueillis et analysés – ce qui est de première importance s’agissant d’une démarche comparative, où l’on ne peut jamais complètement éluder la question de la comparabilité (des structures socio-économiques et morphologiques des villes en question, des processus socio-historiques ayant façonné les terrains d’étude, des conditions de déroulement des enquêtes au quotidien, etc.). C’est en particulier en multipliant les matériaux qu’Helene Brembech, Niklas Hansson, Michèle Lalanne et Jean-Sébastien Vayre emportent la conviction ; ils tiennent ensemble les exigences des démarches sociologique et ethnologique : observations in situ et entretiens (dont des extraits mis en valeur abondent le fil démonstratif des développements), mais aussi des journaux de bord confiés à certains participants à l’enquête, et des méthodes visuelles (en particulier, de nombreuses photographies prises sur le vif et valant comme autant de traces, mais aussi de pistes dans un paradigme indiciaire de la quotidienneté « banale »), sans oublier des focus groups. Les annexes proposées p. 177 à 188 sont également précieuses pour la mise en parallèle des démarches entreprises à Gothenburg et à Toulouse, et afin de disposer du profil sociologique des groupes enquêtés. De même, les schémas, plans et surtout les photographies reproduites dans l’ouvrage font pleinement sens, pour restituer au concret les enquêtes conduites et d’autant mieux appuyer les interprétations dégagées.

5Il n’est bien sûr pas possible de rentrer dans le détail de l’ouvrage. Nous soulignerons plutôt ses principaux apports transversaux. Son intérêt fort provient du croisement d’une quadruple perspective, qui en fonde toute la portée ; pour les auteurs, il s’agit à la fois de montrer :

  • en quoi l’étude de ce qui peut sembler le plus quotidien ou routinier, en termes de consommation, traduit une dépendance, individuelle et collective, vis-à-vis d’un ensemble de dispositifs et de réseaux, économiques, sociaux et techniques, dont les usages et les appropriations différenciés révèlent les capacités différentes des acteurs à l’endroit des équipements, des aménités et in fine de la ville elle-même ;

  • en quoi, dans ce cadre socio-spatial, la figure du consommateur mérite à la fois d’être éclatée (et donc stratifiée sociologiquement) et suivie en termes de trajectoires de vie. Autrement dit, aux parcours matériels dans la ville se superpose la variable temporelle, celle de l’épaisseur du social qui se dégage d’une lecture processuelle au fil des âges de la vie. C’est là un autre intérêt notable que de se demander ce que l’arrivée d’un ou plusieurs enfant(s), l’évolution de la condition physique ou l’avancée en âge – c’est-à-dire plusieurs phases de la vie, et non une seule (au contraire de la plupart des monographies) – font aux actes quotidiens consistant à aller acheter tel ou tel produit ou service en tel ou tel lieu.

    • 3 Ce point a été relativisé par Dominique Lorrain, sous l’angle des espaces-temps d’accès aux aménité (...)

    d’où un troisième intérêt, corrélatif, celui de lier une interrogation de sociologie de la consommation et de la famille / du vieillissement à un questionnement en termes de mobilités urbaines (parmi d’autres, les travaux de Vincent Kaufmann sur mobilité et motilité sont notamment convoqués). La problématique devient alors plus originale encore, par rapport à des angles morts de la recherche, tant dans la compréhension des processus de vieillissement que des déplacements en ville et des enjeux de l’« accès à » en fonction des positions sociales occupées sur la longue durée, c’est-à-dire de manière non fixiste. Car ces derniers ne se limitent pas à la question des services publics, comme les écoles ou les bureaux de poste, ni à celle des équipements sportifs ou culturels (piscine, médiathèque…), pas plus qu’aux débats sur les ségrégations socio-spatiales centrées sur des quartiers « en relégation » (les banlieues qui seraient synonymes d’enfermement matériel3).

    • 4 Pensons notamment au poids des commerçants et à la place de l’accès au centre-ville et aux centres (...)
    • 5 Pour une tentative de synthèse, voir par exemple Ronan Paddison, Eugene McCann (eds.), Cities & Soc (...)

    si l’on perçoit de la sorte des pistes de relecture possible de ce qui fonde une sociologie de la ville (morphologie urbaine, « politique de la ville », dynamiques instituées et instituantes – à l’instar des systèmes socio-techniques : les travaux de Michel Callon et Bruno Latour sont cités d’emblée…, et à travers la quotidienneté des pratiques), c’est également un éclairage – rarement privilégié en la matière – sur le répertoire à succès mais protéiforme de la « ville durable » que livrent les quatre co-auteurs. C’est d’abord le cas sous l’angle de la mobilité durable ou « partagée »4. Mais là n’est pas tout : plus largement, on peut aussi voir dans ce livre une invite à penser empiriquement les multiples énoncés de la durabilité urbaine dont il est aujourd’hui question dans la littérature, en particulier anglo-saxonne, autour de la « ville juste » : child friendly, friendly, cool, happy, liveable, desirable, multicultural city, etc.5.

6In fine, en promouvant la notion de « logistique de consommation » (consumer logistics), au centre du raisonnement, en liaison avec les moments et âges de la vie, les capacités de mobilité (et les contraintes : les enfants, la santé ou le vieillissement…) ainsi que les problématiques de durabilité dans la ville contemporaine, cet ouvrage repose la question essentielle du lien social, à travers les « solidarités spatiales » des espaces-temps du quotidien, marquées par des routines ou des continuités (ne serait-ce que des itinéraires matériels), mais aussi par des ruptures, des écarts ou des modes de ségrégation auxquels on ne pense pas immédiatement – la conclusion du livre l’expose nettement.

7Cette belle enquête, située à l’interface entre différents champs, est à recommander à un large lectorat en sciences sociales, qu’il soit intéressé par une sociologie de la consommation, de la famille, du vieillissement, de la ville ou de la durabilité urbaine, ou encore par la pratique concrète d’une comparaison à la fois internationale et territorialisée.

Haut de page

Notes

1 En suivant la démarche, exposée p. 29-30 (il manque simplement la référence de Peters et al., 2006, en bibliographie), de Peter Peters, Sanneke Kloppenburg et Sally Wyatt, « Co-ordinating Passages : understanding the resources needed for everyday motility », Mobilities, 5 (3), 2010, p. 349-368.

2 Les auteurs insistent : « For the participants in our study, “the project” is undoubtedly the successful completion of acts of consumer logistics » (p. 29).

3 Ce point a été relativisé par Dominique Lorrain, sous l’angle des espaces-temps d’accès aux aménités urbaines, y compris les commerces, pour une « cité » de banlieue parisienne par rapport à une commune en milieu rural : « La dérive des instruments », Revue française de science politique, 56 (3), 2006, p. 429-455.

4 Pensons notamment au poids des commerçants et à la place de l’accès au centre-ville et aux centres commerciaux dans les controverses (notamment durant la période des travaux pour réaliser les lignes) et la mise en œuvre de projets urbains de tramway dans les grandes villes françaises. On se permet de renvoyer à Philippe Hamman, Christine Blanc, Cécile Frank, La négociation dans les projets urbains de tramway. Éléments pour une sociologie de la « ville durable », Bruxelles, PIE – Peter Lang, 2011, coll. ÉcoPolis.

5 Pour une tentative de synthèse, voir par exemple Ronan Paddison, Eugene McCann (eds.), Cities & Social Change, London, Sage, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamman, « Hélène Brembech, Niklas Hansson, Michèle Lalanne, Jean-Sébastien Vayre, Life Phases, Mobility and Consumption. An Ethnography of Shopping Routes »Revue des sciences sociales, 55 | 2016, 110-111.

Référence électronique

Philippe Hamman, « Hélène Brembech, Niklas Hansson, Michèle Lalanne, Jean-Sébastien Vayre, Life Phases, Mobility and Consumption. An Ethnography of Shopping Routes »Revue des sciences sociales [En ligne], 55 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/2054 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2054

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

Professeur de sociologie
Institut d’urbanisme et d’aménagement régional
Laboratoire Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe
UMR 7363 SAGE, CNRS
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search