Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Lu – à lirePaul Veyne, Palmyre. L’irremplaça...

Lu – à lire

Paul Veyne, Palmyre. L’irremplaçable trésor

Marie-Noële Denis
p. 113
Référence(s) :

Paul Veyne, Palmyre. L’irremplaçable trésor, Paris, Albin Michel, 2015, 141 p., 13 photos couleurs.

Texte intégral

1Paul Veyne, en tant qu’ancien professeur, historien de l’antiquité gréco-romaine et être humain, a considéré de son devoir « d’esquisser un portrait de ce qui fut la splendeur de Palmyre qu’on ne peut désormais connaître qu’à travers les livres ». Il ne s’agit pas d’un ouvrage d’érudition, mais il s’adresse au lecteur ordinaire, peu au fait de cette histoire ancienne du Proche Orient, qui pose certaines questions, en relation avec les évènements actuels.

2Palmyre est une oasis du désert syrien qui doit sa fortune et ses monuments à ses marchands qui importaient de Perse des produits d’Inde, de Chine et d’Arabie, pour les revendre dans les territoires romains. Ce commerce somptuaire rapportait des fortunes grâce aux bénéfices abyssaux qui séparaient le prix de vente du prix d’achat (qui atteignait le décuple ou même le centuple). Palmyre allait chercher en Perse les trésors de l’Inde et de l’Arabie qui y parvenaient par deux chemins : le Golfe Persique ou la route de la soie. La part de Palmyre était de faire franchir aux marchandises les 1 200 km. qui séparent les villes et ports de Syrie du Golfe Persique et de la route maritime, en traversant le désert jusqu’aux rives de l’Euphrate. C’était l’aventure annuelle des grandes caravanes.

3L’épopée de Palmyre remonte au iiisiècle de notre ère. L’empereur romain, retenu par la guerre à l’ouest, confie à Odainath, prince héréditaire de Palmyre, et à ses nomades, la défense de la région. Celui-ci, vainqueur des Perses à Sapor, sur le fleuve Oronte, devient de facto le vrai maître de la Syrie et de la Mésopotamie. Sa sœur Zénobie régnera ensuite à l’ombre de son fils qui devient « roi à la face du monde ». Après avoir élaboré le projet d’un double empire romain (d’Orient et d’Occident), après la conquête de l’Égypte, elle pénètre en Anatolie avec l’intention d’aller jusqu’à Rome pour reconstruire à son profit l’unité de l’Empire. Elle est vaincue par l’empereur Aurélien, à la tête de la redoutable armée danubienne, qui la refoule d’Ankara à Antioche, jusqu’à Palmyre qui est prise en 272. Le rêve impérial de Zénobie n’aura duré que deux ans.

4L’histoire de Palmyre est celle d’une petite société qui vit aux frontières de l’empire romain. Ses élites étaient largement imprégnées d’une culture mixte, au grand nombre d’influences : Mésopotamie, Syrie araméenne, Phénicie, Perse, Arabie, et enfin culture grecque et cadre politique romain. Elle est la seule cité (avec Edesse) où le dialecte oriental (araméen) soit demeuré la langue officielle. L’architecture est grecque, « la culture des élites est celle du reste de l’Empire ainsi que le décor de leur vie ». La ville avait adopté certaines mœurs grecques (les bains publics par exemple), mais en ignorait d’autres comme les combats de cirque, le théâtre et les jeux concours d’athlétisme qui étaient la grande manifestation annuelle des cités grecques. Les Palmyréniens ont gardé leurs propres dieux, traduits en grec. L’architecture publique et privée est hellénistique, puis gréco-romaine, tandis que la sculpture religieuse et funéraire mêle l’Orient et l’Occident, tels les célèbres « portraits palmyréniens ». Ces bustes de défunts ont fait beaucoup pour la réputation d’orientalisme de l’antique cité, avec ces hommes aux riches vêtements brodés, et ces femmes aux lourdes parures.

5« Palmyre ne ressemblait à aucune autre cité de l’Empire ». On y sent souffler un frisson de liberté, de non-conformisme et de multiculturalisme. Tout est venu s’y mêler : Aram, Arabie, Perse, Syrie, hellénisme, Orient et Occident. Paul Veyne démontre magistralement que, loin d’aboutir à l’universelle uniformité, tout patchwork culturel ouvre la voie à l’universalité. Son livre retrace en une synthèse vivante, mais non anachronique, l’histoire peu connue pour le lecteur non spécialiste, des marges orientales de l’Empire Romain, et de l’une de ses cités parmi les plus brillantes. Avec sa destruction incompréhensible, tout un pan de notre culture vient de voler en éclats. Et pourtant « ne connaître, ne vouloir connaître qu’une seule culture, la sienne, c’est se condamner à vivre sous un éteignoir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Paul Veyne, Palmyre. L’irremplaçable trésor »Revue des sciences sociales, 55 | 2016, 113.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Paul Veyne, Palmyre. L’irremplaçable trésor »Revue des sciences sociales [En ligne], 55 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/revss/2086 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2086

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search