Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Lu – à lireÉvelyne Morin-Retureau (dir.), 19...

Lu – à lire

Évelyne Morin-Retureau (dir.), 1914-1918 : combats de femmes

Marie-Noële Denis
p. 115-116
Référence(s) :

Évelyne Morin-Retureau (dir.), 1914-1918 : combats de femmes, Paris, Autrement, collection Mémoires, 2004, 248 p., 31 illustrations.

Texte intégral

1Cet ouvrage, auquel ont participé 12 auteurs, a précédé de 10 ans l’avalanche bibliographique de la commémoration du centenaire de la Grande Guerre. Tous les articles, sauf un, ont été écrits par des femmes, spécialistes du domaine qu’elles développent. Je ne parlerai ici que de ceux qui m’ont particulièrement intéressée.

2L’idée répandue que la Grande Guerre a libéré les femmes françaises doit être quelque peu nuancée. Si elles ont gagné en autorité familiale, participé à l’effort de l’industrie de guerre, remplacé les hommes dans les emplois indispensables, elles ont dû, à la fin des hostilités, regagner leur foyer sans même avoir obtenu le droit de vote.

3« Les féministes en guerre » (Florence Rochefort) ont d’abord participé à l’Union Sacrée, mettant en veilleuse leurs revendications pour se faire la voix de la patrie en danger et organiser les secours par le biais de leurs associations. Mais rapidement ces actions limitées ne suffisent plus et les engagent à reprendre le combat pour les femmes. Devant l’accroissement des inégalités et les conditions épouvantables faites aux « munitionnettes » dans les usines d’armement, elles militent pour le droit au travail et pour le principe « à travail égal, salaire égal ». À la fin de la guerre, suite à leurs échecs, le suffragisme renaît.

4Le statut de la femme va s’inverser au cours du conflit, comme le constate Jean-Yves Le Naour dans « Épouses, marraines et prostituées : le repos du guerrier ». Au début, la guerre se fait moralisatrice. L’épouse au foyer doit soutenir le moral du soldat par de nombreuses lettres, des colis de réconfort. Pour les « poilus » originaires des régions occupées du nord et de l’est, coupés de leur famille, est créé le système des marraines de guerre. Le dispositif sera étendu et multiplié à tous les soldats. Les prostituées sont bannies du Front, comme perturbatrices des couples. Puis la guerre se prolongeant, les valeurs s’inversent. Les épouses sont accusées « d’amollir le soldat », de mal se conduire à l’arrière. Les marraines sont discréditées, accusées de légèreté et même d’espionnage. Marraines et épouses ne sont plus des soutiens pour le moral des troupes, mais des menaces pour la morale. Par contre, la prostitution passe au service de la nation. D’indésirable elle devient un mal nécessaire. Une circulaire du 13 mars 1918 crée des bordels militaires. La guerre s’achève donc sur l’inversion des valeurs concernant les femmes.

5Annette Becker développe, quant à elle, un thème oublié, celui du « Sort des femmes pendant l’occupation allemande du nord de la France ». Ignorées des commémorations et des livres d’histoire, elles subirent pourtant « restrictions, travail forcé, viols, déportation dans des camps ». Leur triste sort est exploité aussi bien par les occupants pour leur effort de guerre, que par les Alliés pour leur propagande anti-germanique. Après la guerre elles devront s’effacer devant le culte des héros et disparaîtront des cérémonies et des monuments aux morts qui, en zone occupée, calqueront leurs modèles sur les autres régions françaises. L’expérience des tranchées tendait à rejeter dans l’oubli les douleurs minoritaires et peu glorieuses des femmes, des personnes âgées et des enfants. Nous aurions aimé en savoir plus, que cet article soit plus précis dans les faits et plus resserré sur le sujet et la période concernée.

6Les discriminations faites envers les femmes sont plus flagrantes en ce qui concerne « La pension des veuves de guerres de 14-18 » étudiée par Stéphanie Petit. Elles sont 600 000 en France. La pension octroyée est-elle considérée comme un droit à réparation ou une pension de fidélité à la mémoire du défunt époux mort pour la France ? Sans droit de vote les veuves de guerre n’auront pas la parole. La loi du 31 mars 1919 fait varier le taux de cette pension en fonction des causes du décès et du grade du mari. Les concubines y eurent droit sous certaines conditions. Ces pensions devaient être garanties par les indemnisations de guerre versées par l’Allemagne, que celle-ci ne paya jamais. De plus, elles ne furent pas revalorisées en fonction de l’inflation. De ce fait leur pouvoir d’achat fut réduit de moitié dès 1920. Ce ne fut qu’en 1928 qu’un réajustement significatif eut lieu. Mais l’État en banqueroute les réduisit de 3 % en 1934, puis de 10 % en 1935. Les réajustements effectués en 1936 par le Front Populaire furent insuffisants. Entre 1919 et 1939 le pouvoir d’achat des veuves ne fut intéressant que pendant quelques mois de l’été 1937. Le droit à pension des veuves qui se remariaient (42 % d’entre elles) se posa en terme plus moral qu’économique, la veuve remariée ayant toujours été mal considérée dans la société, surtout dans le contexte de nationalisation du deuil.

7Enfin Florence Brachet-Champsaur s’est penchée sur l’évolution de la mode pendant la guerre dans son article : « de l’odalisque de Poiret à la femme nouvelle de Chanel : une victoire de la femme ? ». Dès les premiers mois du conflit, les magazines spécialisés n’ont pas de mots assez durs pour qualifier la mode : ridicule, exagérée, incohérente. Néanmoins, des changements sont déjà là. Paul Poiret a abandonné le corset et raccourci les jupes. Gabrielle Chanel habille les belles de Deauville d’une marinière souple, imitée de la tenue de matelot. Les restrictions de la guerre, la pénurie de tissus, le ton moralisateur de la presse, mais aussi la nécessité de maintenir les activités de la haute couture, source de revenu pour des milliers de femmes, va orienter celle-ci vers plus de simplicité, de commodité. Ce sera le triomphe du costume tailleur et du jersey le jour où la firme Rodier de Troyes cédera à Mlle Chanel un stock de tissu beige et rêche, jusqu’ici invendable. Seules les veuves seront tenues à la plus stricte convenance, tout de noir vêtues, avec vêtements et tissus autorisés, chapeaux, voiles et accessoires tout en noir. Si la mode pendant la guerre a effectivement émancipé le corps des femmes, c’est surtout parce qu’elle a cristallisé des enjeux économiques, patriotiques, commerciaux, et a dû prendre parti pour le présent.

8D’autres articles encore permettront au lecteur de mesurer cette émancipation. Il n’en reste pas moins qu’en 1919 les femmes doivent regagner leur foyer et reprendre leur rôle traditionnel. Et la journaliste Séverine de constater que « Les femmes n’ont été que les domestiques de la guerre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Évelyne Morin-Retureau (dir.), 1914-1918 : combats de femmes »Revue des sciences sociales, 55 | 2016, 115-116.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Évelyne Morin-Retureau (dir.), 1914-1918 : combats de femmes »Revue des sciences sociales [En ligne], 55 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/2114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2114

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search