Navigation – Plan du site
Savoir voir

Le croquis ethnographique

L’expérience d’un autre médium par un groupe d’étudiants de l’Université de Strasbourg 
dans le cadre d’un atelier culturel
The Ethnographic Sketching
Rachel Perrel
p. 40-49

Résumés

Cet article propose le récit et l’analyse d’une expérience menée avec un groupe d’étudiants (majoritairement non-spécialistes) portant sur la prise de croquis ethnographiques dans le cadre d’une recherche empirique. La démarche exposée vise à questionner l’intérêt d’un changement de médium d’un point de vue méthodologique ainsi que pédagogique. Il s’agit de cerner les impacts de la prise de dessins sur la recherche, mais aussi de montrer comment la prise de dessin permet de sensibiliser les étudiants aux problématiques méthodologiques et divers biais qui traversent toute tentative de représentation du réel, notamment grâce à l’impression de « ne pas savoir faire ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciement aux étudiants des ateliers de croquis ethnographiques de 2013-2014 et 2014-2015 avec qui les rêveries ont pris lentement réalité…

Texte intégral

Coulisses et contexte de l’expérience

  • 1 Ce cours est reconnu en tant qu’UE7 (dite aussi UE optionnelle) pour des étudiants de L2 ou L3, tou (...)

1Afin de financer mon doctorat et de m’expérimenter non plus devant mais « derrière le bureau », j’avais décidé de postuler aux « ateliers culturels » proposés à la faculté de Strasbourg. Ces ateliers durent le temps d’une trentaine d’heures sur un semestre et sont conçus comme un cours d’initiation à d’autres filières (art, théâtre… et notamment anthropologie) pour les étudiants de deuxième et troisième années de licence1, ainsi que pour tout curieux qui voudrait y participer en auditeur libre. J’ai formulé un projet et l’ai soumis au service universitaire des ateliers culturels ; peu de temps après j’étais l’heureuse encadrante d’un atelier de « croquis ethnographiques ». J’allais devoir initier les étudiants à la recherche anthropologique et au croquis comme méthode de recueil de données analysables. Autrement dit, faire du dessin non pour illustrer l’analyse mais pour former le support des analyses (un outil, non un supplément).

La place et l’usage de l’œuvre visuelle en anthropologie

  • 2 Films et vidéos qui ne sont pas toujours produits pas les ethnologues qui les analysent, surtout da (...)
  • 3 Supports audio-visuels produits par la population observée elle-même.

2La prise de dessin durant l’expérience de terrain est quelque chose de fréquent dans les travaux ethnographiques, que ce soit pour reproduire un masque, un type d’habitation ou encore pour schématiser l’organisation d’un espace, etc. Il se retrouve ainsi régulièrement au fil des ouvrages anthropologiques mais trop souvent en tant qu’illustration et support visuel des descriptions. Cependant, l’anthropologie visuelle a donné la part belle aux photographies et films produits2 ou récoltés sur le terrain3 en les employant au-delà de leur fonction illustrative première. Ce courant promeut la photographie et la vidéo comme outils d’observation et de collecte de données, moyen d’analyse des faits observés, mais aussi moyen de restitution des résultats de la recherche et de transmission des savoirs ethnographiques. Toutefois, si l’anthropologie visuelle a su saisir la valeur informative des images, elle a tendance à privilégier celles qui sont produites par la machine et non par la main de l’homme, comme si celles-ci gageaient d’une plus grande précision et objectivité.

  • 4 Cela pose la question de la spécificité anthropologique, scientifique de ces produits audio-visuels (...)
  • 5 On pourrait aussi ajouter le biais de la présence de matériel audiovisuel sur le terrain, susceptib (...)
  • 6 J’entends par là des produits réalisés à la main : peintures, dessins, etc. réputés imparfaits et o (...)

3Comme c’est le cas en sciences naturelles, où la photo a aussi fini par remplacer le croquis scientifique, la scientificité de l’analyse produite est fonction de la précision de l’image et de sa capacité à retranscrire le réel4. Il apparaît donc logique de prime abord de privilégier les méthodes permettant de créer les images les plus fines et sensibles à la complexité du réel. Or la photo et le film sont fonction du matériel employé mais aussi de la sélection opérée par l’auteur et donc de l’angle de vue5. Ces productions portent en elles l’empreinte de celui qui les a créées à l’instar des productions manuelles…6 : même caché derrière l’objectif, le chercheur oriente le produit.

Une démarche qui se distingue de la tradition de l’anthropologie visuelle

4Partant du principe que toute production humaine est, par essence, incomplète et limitée, il n’y a pas forcément intérêt à privilégier l’outil censé être le plus apte à rendre le réel. Il s’agit plutôt de cerner les avantages et les inconvénients de chaque méthode en fonction de l’objet de recherche, du terrain mais aussi des capacités du chercheur et de son aisance avec des méthodes artistiques et de sélectionner le plus adapté. Le croquis peut alors offrir une alternative intéressante à l’écrit mais aussi à la production photo et vidéographique. Il a pour particularité de ne pas limiter la prise de trace à l’apparente réalité : il met l’accent sur celui qui le produit, son style, son regard, et sur ses difficultés à rendre le réel ; ce qui facilite grandement l’effort de réflexivité. Il offre aussi la possibilité de monter en abstraction (ne pas dessiner ce qu’on voit mais ce que ça nous évoque), de faire preuve d’imagination et de compléter le dessin par l’écrit. En effet, nécessitant le même matériel, dessin et écrit peuvent alors s’alterner, se remplacer au besoin et offrir des angles de vue différents sur un même objet. Ainsi il s’agit ici de faire du croquis un moyen de prise de notes à part entière qui offre une autre approche des phénomènes sociaux, étant donné que les règles et contraintes de ce médium divergent de celles qu’imposent l’écrit et qu’il offre une vue intéressante sur l’un des plus grand défis du chercheur : être le plus fidèle possible au réel.

  • 7 Motif louable mais dont la notion de collection de produits culturels authentiques est largement cr (...)

5D’autre part, l’anthropologue Margaret Mead a largement défendu la prise de photos et de films sur le terrain. Elle est reconnue comme une pionnière en la matière. Elle a donné à l’anthropologie visuelle l’objectif de créer des traces visuelles des coutumes originales en voie d’extinction en vue de conserver des documents témoignant de la diversité culturelle7 (Mead, 1979). Or, dans la démarche que propose le présent article, le dessin n’est pas pensé principalement comme un moyen d’immortaliser des objets et comportements culturels, mais plutôt un moyen de lire le monde différemment. Il s’agit de profiter du regard, de la gymnastique visuelle que le désir de « prendre le réel par le dessin » nous impose pour changer notre expérience, notre contact au monde.

6Il fallait poser les principes d’une méthode que je n’avais pas encore testée moi-même. J’ai décidé de construire la pratique qui allait être proposée aux étudiants sur trois principes. Le principe premier consiste à ne pas chercher impérativement à faire du « beau », mais toujours chercher à faire « du sens », pour soi avant tout, pour autrui aussi si cela s’y prête. Bien entendu, ce qui est esthétique est également riche de sens mais ce qui doit motiver le crayon doit avant tout tendre vers la retranscription de ce qui nous intéresse (et certes la beauté peut être l’un de ces intérêts), de ce que l’on voit, ou parfois de ce que l’on y a vu. Ce principe est posé en vue de débloquer les étudiants face à leur croyance en l’absence de savoir-faire, de « savoir dessiner », qu’ils évoqueront régulièrement durant l’expérience. Problématique à laquelle j’ai choisi de proposer comme seule réponse l’entraînement, le développement individuel d’une méthode et non l’imposition d’une méthode pré-faite. L’appréhension de « ne pas savoir faire » a souvent poussé les étudiants (moi y compris) à dévaluer leurs premières ébauches car elles manquent d’esthétisme ou qu’elles semblent ne pas parvenir à représenter « fidèlement » le réel. Elles ne répondent pas aux codes du « beau » et du « bien » auxquels nous aspirons mais elles n’en sont pas moins riches en informations comme nous l’avons constaté lors des débriefings de groupe. Le second principe consiste à annoter les dessins avec le lieu et la date et nom ou pseudo du chercheur afin de contextualiser les prises de traces. Il s’agit de données primordiales qui serviront à produire des comparaisons susceptibles d’avoir une portée scientifique mais aussi à relativiser les interprétations que nous pourrons produire sur la base de ces croquis. Enfin, nous avons fait en sorte d’être minimum deux observateurs pour un même terrain afin de faciliter la réflexivité et la distinction des différents points de vue posés sur une même situation.

7Maintenant que le cadre de l’expérience est posé, je vais organiser la suite de mon propos autour d’une description de croquis recueillis (et des souvenirs de ces prises de croquis) lors d’un entraînement d’escrime au gymnase des Deux Rives de Strasbourg. La description servira à mettre en relief les intérêts distinctifs de l’usage de croquis ainsi que les problématiques méthodologiques que cette méthode pose au chercheur. Je tâcherai de poser les atouts et limites de ce médium et défendrai l’intérêt de la complémentarité écrit-croquis pour une prise plus large et plus ajustée des notes de terrain. Enfin, dans un second temps je reviendrai sur la récurrence des problématiques liées à la prise de notes, quelle que soit la méthode et le médium employé, et j’argumenterai l’intérêt pédagogique que représente la prise de croquis auprès d’étudiants dressés à écrire et non à dessiner en vue de construire un regard anthropologique et une conscience de biais divers liés à la recherche anthropologique.

  • 8 J’ai participé au même titre que les étudiants à la recherche, notamment lors de la première année (...)
  • 9 Datant de novembre 2014.

8Avant de poursuivre ma description, il faut noter que les analyses qui seront proposées font suite à deux ans de pratique (soit 60 heures de réflexion de groupe et d’expérimentation sur le terrain) avec deux groupes d’étudiants différents autour de deux recherches différentes dont l’objet fut décidé collégialement avec chaque groupe au gré des curiosités et désirs d’investigations émis lors des débats. Les analyses sont donc le fruit d’une maturation personnelle de la technique8 qui, cependant, est indissociable d’un travail de production et de réflexion de groupe. Ne pouvant parler au nom des autres, j’ai choisi de présenter une expérience subjective récente9 qui, selon moi, permet d’illustrer les découvertes qui ont émergé de la réflexion du groupe. Le récit sera donc rédigé à la première personne car les mots employés pour décrire sont les miens, mais les expériences et analyses développées font écho à un « nous », à mes partenaires de recherche.

Description et analyse d’une prise de croquis lors d’un cours d’escrime au gymnase des deux rives

Le vivant plus rapide que le coup de crayon

9Arrivée dans un cours d’escrime pour adolescent.e.s débutant.e.s, il apparaît très vite que le vivant est trop rapide. Il me sème sans vergogne en me laissant face à une ébauche incomplète et donc à l’apparence insignifiante et par conséquent inutilisable : les sportifs s’échauffent et font des mouvements répétitifs et rapides de bras qui semblent simuler l’usage d’une arme (constatez comme c’est difficile de dire cette chose rien qu’à l’écrit). Assise au sol contre le mur de la salle, je tente de reproduire cet enchaînement de mouvements par le dessin et tout ce que j’arrive à faire c’est un bras sans corps, flottant sur la feuille, à l’esthétisme et aux proportions douteuses. Je n’ai non seulement pas réussi à rendre le mouvement, mais je ne suis même pas parvenue à rendre ne serait-ce qu’une image fixe et fidèle du bras en question. Heureusement, plusieurs des jeunes observés produisent ce mouvement et en les observant je peux donc compléter mon bras d’un bout de corps tout aussi approximatif et qui ne possède même pas de tête (et encore moins de genre, d’âge, etc.). Le dessin ainsi produit est une sorte de composition à la Frankenstein : un assemblement de bouts d’humains dans l’espoir de produire une image à peu près complète et représentative du mouvement en question.

  • 10 J’emploie ce terme car nous sommes avant tout là pour prendre des croquis et éviter au maximum l’éc (...)

10À travers cet unique croquis je n’ai pas dessiné un individu faisant un mouvement mais plusieurs individus reproduisant plus ou moins le même mouvement. En y réfléchissant je m’aperçois que ma production oblitère toute variabilité individuelle dans la manière de faire le mouvement. Le dessin est un schéma du geste en théorie, une fiction, la tentative de croquer un archétype et non son interprétation par un individu en particulier, faute de temps. Pour pallier ce problème de lenteur dans la prise de trace, je me vois contrainte de faire un compromis avec mes désirs de réalisme et je m’en tiens à tracer des « bonhommes-bâton » comme j’en avais déjà rencontré en feuilletant les calepins de mes collègues. Ces bonhommes très schématiques, rappelant parfois les dessins des enfants, permettent de composer un corps et donc une posture globale plus rapidement. Cependant l’individu en perd encore de sa spécificité (corporelle et sociale) au profit du mouvement : il n’a même plus de chair et d’épaisseur, il n’est que traits impersonnels. J’en produis plusieurs dans l’espoir d’obtenir au moins une représentation satisfaisante du mouvement. Je rajoute aussi le croquis d’une main, très rapidement dessinée, pour préciser le positionnement des doigts, mettre en avant le fait que l’individu agit comme s’il maniait un objet. Enfin je laisse échapper quelques lettres honteuses10 pour former un « PAM ! », bruit qui marquait la fin du mouvement et qui met en exergue l’importance du reste du corps et notamment l’intention et la puissance mise dans les pieds. Le mouvement m’apparaît alors de plus en plus complexe. Enfin je tente sur la fin un ultime bonhomme-bâton représentant ce mouvement de jambes qui, sur le dessin, semble suivi par des traits-erreurs : des traits qui n’ont apparemment aucun sens. Pourtant je me souviens que ces traits ne sont pas là par hasard car ils sont là pour essayer de marquer le mouvement observé. Mouvement que je ne tenterai même pas de décrire tant c’est compliqué, surtout sur la base de ce dessin. Pourtant, ces traces génèrent un souvenir plutôt précis du mouvement en question, au point que je me sens potentiellement capable de le reproduire physiquement.

  • 11 Ici il est plus question de corps que d’individus puisque les traces marquent peu, voire pas, de di (...)

11Ainsi la vitesse du monde, ou la lenteur du chercheur-croqueur, et la complexité des phénomènes corporels observés posent plusieurs problèmes pour la conception de traces : il faut bien souvent faire le deuil du réalisme pour privilégier d’autres méthodes de dessin plus aptes à rendre la chose ou le phénomène observer comme : la schématisation, l’abstraction/ symbolisation, le codage, etc. Ma première prise de conscience, largement partagée par mes collègues, est celle de la frustration constante et de l’incapacité à rendre le réel, à la fois dans sa globalité et dans ses détails les plus subtils. Quand bien même je serais parvenue à décrire parfaitement le mouvement, j’en aurais sans doute oublié de préciser le genre de l’individu, son âge et peut-être sa position dans l’espace et son rapport aux autres individus sur le moment. Prendre des traces précises impose de faire abstraction d’autres choses. Si je veux décrire la forme de la main dans l’acte, je n’aurai pas le temps de dessiner toute la posture de l’individu. Ou bien je le ferai mais par recomposition, par collage, à force de voir ce mouvement généré par d’autres corps11, ce qui met en avant aussi le biais mémoriel. En effet, le temps de noter les choses intéressantes, elles sont déjà achevées ou sur le point de l’être. Or le peu de trace que j’en garde n’a souvent aucune autre signification que celle de l’inachevé, s’il n’est pas complété, ou bien est le symptôme de l’inadéquation entre mon rythme de prise de notes et la folle dynamique du monde.

La difficulté de représenter : les détails qui font la différence

  • 12 Car cela peut être parfois source d’illusions comme l’avait noté Laplantine concernant la prise de (...)

12La tentation de compléter de mémoire est toujours forte, à tort ou à raison12, ou bien en recomposant le souvenir avec la technique de Frankenstein décrite plus haut. Je m’aperçois que certains dessins, même plus complets, ne parviennent pas toujours à donner satisfaction, à rendre ce qu’on voulait mettre en exergue. Par exemple, durant la séance d’entraînement, des parents avaient amené un petit enfant (3 ans maximum) qui jouait avec un sabre en plastique aussi grand que lui. Dessiner cet enfant était assez aisé car il passait son temps à planter maladroitement son sabre dans le sol pour le plier. C’était enfin un objet lent et intéressant ! Seulement, le dessin terminé et apparemment complet (j’avais pour une fois un individu au corps quasi complet avec même certains détails vestimentaires) je m’aperçus qu’on ne distinguait pas clairement qu’il s’agissait là d’un enfant et non d’un adulte.

  • 13 J’entends ici non pas un désir inné mais un désir qui serait culturellement acquis et qui découlera (...)

13Je me suis aperçue que les marqueurs de l’enfance n’étaient pas présents ; je n’avais pas détaillé le visage, là où se marque finalement l’âge. L’enfant ne disposait pas non plus d’objets typiques de sa catégorie d’âge (ex : totoche, dessins sur les vêtements, doudou, etc.) ; le seul indice était l’aberrante disproportion entre l’individu et son sabre qui, à mon sens, ne suffisait pas pour marquer clairement l’âge de mon individu. Par conséquent le seul moyen de faire apparaître son jeune âge était réaccentuer sa petite taille en rajoutant un détail au décor : la rambarde qui le séparait du terrain d’entraînement. J’ai pris conscience non seulement de la subtilité des marqueurs de l’âge mais aussi de la difficulté à représenter cette variable. Ici l’usage du dessin marque la complexité de certains concepts rarement approfondis à l’écrit, qui ne sont autres que des raccourcis : dire que c’est un « enfant d’environ 3 ans » ne remet pas en question le chercheur quant aux variables (souvent subtiles) qui font de cet individu un enfant. Le dessin brise certaines évidences discursives. En outre, cet exemple souligne l’importance de la contextualité les choses, montre qu’un détail peut changer toute la signification du dessin. Le croquis révèle la densité des phénomènes observés qu’il s’agisse d’une variable sociale telle que l’âge ou encore d’un mouvement tel que je l’ai décrit précédemment. La difficulté de rendre le réel par le dessin et la volonté quasi instinctive13 d’être fidèle à ce qu’on a vu peut pousser le croqueur à rentrer dans les détails et à prendre ainsi toute la mesure de l’infinie délicatesse des choses. Bien entendu, ces détails sont aussi susceptibles d’être révélés via l’écrit, cependant l’écrit pose plusieurs écueils difficiles à esquiver, entre autres l’usage de mots (et donc de notions) vagues ou de comparaisons qui peuvent rendre une fausse impression de précision. Par exemple : la tentation que j’avais de décrire le mouvement présenté précédemment par écrit en le comparant à celui des mousquetaires attaquants l’ennemi dans les films de cape et d’épée : cela m’aurait semblé précis, mais en réalité c’est une façon de décrire sans décrire car on invoque un socle de connaissances culturelles et donc supposé commun qui nous permet de ne pas nécessairement entrer dans le détail de la chose observée. Sans compter que le regard qui cherche à décrire à l’écrit ne se pose pas forcément sur les mêmes choses que celui qui tente de décrire par le dessin…

Prise de conscience de l’impact du désir de produire du « beau » et du « bien » sur l’observation et les prises de traces

  • 14 Je mets un accent sur cette fatigue d’ordre visuel car la prise de croquis et le désir de précision (...)
  • 15 J’évoque par là une description fine, précise, et dont la forme discursive respecte les règles voir (...)
  • 16 Ce sur quoi on possède une méthode, des traditions, pour le rendre compte en espérant toucher un la (...)

14Au fur et à mesure que la séance avance mon crayon s’habitue. Certains mouvements me semblent déjà plus familiers et j’ai la sensation d’avoir de moins en moins de difficulté à les produire sur ma feuille. Toutefois, la fatigue14 et la frustration me pèsent et, comme pour me reposer, je commence à axer mon regard sur les costumes des joueurs, sur cet étrange pyjama à string et bretelles intégrées ainsi qu’à leur arme et casque. Soudain les dessins gagnent en détail et rendent une certaine esthétique. Pourtant, comme précédemment, les humains sont toujours en morceaux. Je ne dessine que les parties qui m’intéressent : les morceaux qui me permettent de faire du beau, de faire « bien ». Je m’aperçois de l’impact de la « capacité à garder une trace », notamment une « belle trace », sur la section des morceaux de réels méritant l’immortalisation. Ces objets et phénomènes sont alors attractifs pour le regard, ce qui risque de braquer notre attention sur certaines choses plutôt que d’autres et par conséquent limiter, voire biaiser, la recherche. Cela me fait me rappeler certaines descriptions écrites où je passais beaucoup de temps sur certains détails par pur plaisir esthétique, car je savais que j’arriverais à « bien les décrire »15 et à produire non juste une trace mais une trace plaisante, artistique. Est-ce que la capacité à pouvoir garder une trace considérée comme « belle » pousserait notre regard sur certains détails plutôt que d’autres ? Sommes-nous condamnés à produire des traces sur du « connu », du « plus accessible »16 afin de performer au mieux nos arts ?

Un atout majeur du croquis : une relecture rapide qui peut réorienter le regard durant le terrain et faciliter le travail de comparaison

  • 17 Posture que les deux individus prenaient avant le début du combat et qu’ils reprenaient entre chaqu (...)

15L’hypothèse formulée en amont de la recherche, selon laquelle le médium peut impacter l’orientation du regard que le chercheur pose sur le monde et donc la sélection des objets et phénomènes recueillis, semble alors se confirmer. Cependant mon expérience suggère aussi un impact du croquis sur la perception du terrain. Ainsi, durant un combat entre deux joueurs, je tentais à nouveau de prendre la posture de base17 des deux individus, en vain. J’avais beau faire : bonhommes-en-chair, bonhommes-bâtons, mon dessin me donnait sans cesse l’impression d’un individu assez mollasson, ne rendait aucune vigueur, aucune intensité. Pourtant, en les observant, j’avais une tout autre impression, je les percevais vifs et prêts à l’attaque. Comment mon dessin pouvait-il rendre un effet aussi mou d’une chose aussi vive ! En relisant mes traces (chose qui est facile et rapide à faire même sur le terrain grâce aux dessins), je me suis aperçue que l’impression de mollesse provenait notamment du second bras qui apparaissait comme ballant, inactif, ce qui a valu une note de « main morte ? » accolée au dessin. J’ai pris conscience de l’apparente inactivité de ce bras et cela ouvrit une brèche à ma curiosité. Ce bras a commencé à obséder mon regard et ma pensée : pourquoi est-il si peu employé ? Ou bien la posture de ce bras est pensée ? Maîtrisée ? Stratégique ? Cette découverte m’a encouragé à aller trouver les réponses auprès du coach qui m’expliqua que ce bras n’était pas inerte mais fortement maîtrisé afin d’éviter d’offrir une zone de touche et donc des points faciles à l’adversaire. La prise de croquis et surtout sa relecture facile et très rapide, permettent de créer des effets de surprise alors qu’on est encore sur le terrain.

  • 18 Long et fin bout de tissu qui sert à maintenir le haut du vêtement vers le bas et à ne découvrir au (...)

16Ces effets de relecture, qu’on obtient aussi par l’écrit, qui permettent de faire émerger de nouveaux intérêts et de cibler l’attention sur des détails significatifs, semblent facilités par le dessin et la distance que l’on peut observer entre le phénomène et sa trace, directement sur le terrain. En outre, la récurrence de certains dessins peut, à la relecture (notamment en groupe), soulever certaines monomanies du chercheur. En effet, dans notre groupe une spécialiste de l’espace avait une tendance à axer ses dessins sur les lieux, la salle du gymnase, tandis que mes dessins révélaient une forte attention sur le bas des costumes des joueurs, notamment cette fine bande de tissu qui leur passe entre les jambes18 rattachée à l’avant et à l’arrière de leur haut de costume. Or, ce détail vestimentaire n’évoque rien d’autre qu’un string à mes yeux, ce qui érotise toute la tenue et donc le sport. Mais est-ce étonnant de la part d’une anthropologue qui tend à se spécialiser via sa thèse sur les questions de sexualité ? Les dessins permettent donc l’effort de réflexivité : la prise de recul quant aux marques prises (et donc aussi au regard posé) en prenant en compte l’individualité du chercheur (sa socialisation, sa sociographie, son parcours de vie, etc.). Chose qui est une fois de plus réalisable aussi sur un corpus de traces écrites quoique moins rapidement et efficacement, quand il s’agit de le faire en groupe car la lecture des notes écrites nécessite plus de temps que les lectures de croquis. La prise de croquis simplifie le travail de comparaison : les différences des regards et des styles pour en rendre compte sautent aux yeux.

Les limites du croquis et la nécessité d’accepter la fiction

  • 19 Ou cela demanderait un codage, des hiéroglyphes, trop longs et fastidieux à créer alors que nous av (...)

17J’observe au fil des feuilles une triste récurrence de mots, d’onomatopées, et parfois même de bouts de phrases, qu’elles soient citations extirpées du terrain ou bouts de pensées personnelles (ex : « tauromachie », terme que j’ai noté car c’était ce à quoi me faisaient songer certains combats). Je rencontre ici les limites du dessin. Rares sont ceux qui ont résisté à la retranscription de quelques phrases marquantes prononcées par les joueurs ou bien au titrage de certains de leurs croquis. L’écrit apparaît comme un complément à certains dessins insuffisants et marque aussi l’incapacité à rendre les discours grâce au dessin19. Ainsi, citations ou informations sur la dynamique des choses (lente, rapide) viennent compléter bon nombre de dessins. Représentation statique d’un instant T, le croquis peine à rendre sensiblement le mouvement et sa dynamique, même si régulièrement certains codes empruntés, notamment à la bande dessinée, viennent compléter les croquis. J’observe notamment des traits droits ou courbés qui viennent auréoler ou rayer certains endroits des corps pour signifier que cette partie est en mouvement et parfois aussi dans quel sens elle se meut.

  • 20 Cela me semble possible par l’écrit tout comme par le croquis, mais plus complexe voire impossible (...)
  • 21 J’entends par là que la trace est autre que photos ou vidéos.
  • 22 Car toute prise de trace implique traitement par le prisme de l’individualité du chercheur et donc (...)

18Ainsi malgré le manque de « savoir-faire » manifesté par les deux groupes, je constate l’invocation de codes culturels, des traditions artistiques (ou communicatives car la BD sert avant tout à conter une histoire via le dessin) permettant de coder certains phénomènes mais aussi de les rendre plus largement compréhensibles, ce qui n’est pas forcément le cas de nos codages personnels. En effet, certains tracés abstraits, créés en fonction des besoins, ont une signification pour leur auteur mais ont peu de sens pour d’autres lecteurs. Cela nécessite alors une explication de la part du créateur et une fois de plus un détour par la formulation discursive. D’autre part, dans mes descriptions écrites j’évoque souvent des comparaisons échappées de mon imaginaire, de mes représentations. Cela éloigne de la description froide, thin, et fait apparaître un début d’interprétation assumée car il s’agit de décrire ce que le terrain me fait ressentir, penser. Rappelons ici que, selon Clifford Geertz, l’interprétation fait partie de la description anthropologique, elle est ce qui différencie le simple « clignement d’œil » du « clin d’œil », exemple qu’il a emprunté à Gilbert Ryle pour marquer la différence entre thin et thick description (Geertz, 1973). Ainsi, en écrivant « tauromachie », c’est mon univers personnel, stimulé par ce que je regarde, qui s’exprime. Mais ces phénomènes d’interprétation (riches en information sur le terrain, comme évoqué dans l’introduction) peuvent se manifester aussi à travers le croquis. Apparaît alors, sorti de nulle part, parmi mes morceaux d’humains, le dessin d’une souris dressée sur ses pattes arrière, comme agressée. Cette souris je ne l’ai pas vue sur le terrain mais dans mes pensées. Cette souris était le moyen de marquer l’impression qu’un combattant bien spécifique créait en moi. En effet, dès qu’il était attaqué par son partenaire, il se dressait, droit comme un I, montait sur la pointe de ses pieds comme pour se grandir et prenait une posture que je ne saurais décrire autrement que comme une manifestation de défense teintée d’une pointe d’arrogance. Or, quand mes rats domestiques se battaient, souvent, celui qui était agressé se mettait au fond de la cage et montait sur la pointe de ses membres arrière pour se grandir, s’éloigner du danger tout en le surplombant. Ainsi le croquis permet de mettre en exergue certaines pensées qui surgissent durant l’expérience de l’observation, chose qui n’est possible que par la prise de trace manuscrite20. Le fait de produire des traces manuellement21 permet alors de marquer aussi les mouvements de l’esprit, de l’imagination et des questionnements. Les deux médiums ouvrent une opportunité au travail de fiction comme complément de traces d’apparences plus fidèles au terrain mais qui n’en sont pas moins « fictionnées »22.

Comparaison des atouts de l’écrit 
et du dessin

  • 23 Nous avons choisi d’anonymiser au maximum les individus car cela se fait habituellement à l’écrit m (...)
  • 24 Je précise toutefois que ce n’est pas le cas pour tous les croquis. Le croquis en bonhomme-bâton pa (...)

19Au-delà des atouts communs, il faut reconnaître que l’écrit a ses objets privilégiés tout comme le dessin a les siens : objets qui permettent la meilleure performance de ces arts ainsi que la prise de notes la plus fine et rapide. L’écrit s’impose pour la prise de discours et la description des choses en mouvement, bien que dire que telle chose se déroule « lentement » ou « rapidement » reste finalement plutôt flou, tandis que le dessin montre son intérêt notamment dans la prise de posture/positions, de choses fixes, d’organisation des corps et des objets dans l’espace. Cependant, le dessin montre aussi une disposition particulière au détail individualisant qui manque parfois à l’écrit. Je m’explique par une anecdote de terrain : pour limiter la gêne et les craintes des sportifs acceptant de se laisser croquer par nos soins, nous leur avons exposé en début de séance notre démarche et nous avons aussi précisé que nous ferions notre possible pour produire des dessins aussi anonymes que possible, autrement dit, pour qu’on ne puisse pas reconnaître à coup sûr la personne dont il est question23. Ainsi notre groupe avait pour consigne d’éviter de reproduire des signes trop distinctifs de type : lunettes, marques (omniprésentes sur les vêtements de sport !), etc. Au fil de la séance d’escrime décrite précédemment, une collègue me demande si elle peut dessiner la queue-de-cheval d’une joueuse. D’abord amusée par la question, je m’aperçois en y réfléchissant que cela pourrait être problématique car susceptible de désigner la personne croquée. Le plus marquant c’est que la sportive n’était de loin pas la seule à s’être attaché les cheveux de la sorte, elles étaient plusieurs à avoir fait une « queue-de-cheval ». Toutefois le souci réside dans le fait que par le dessin, aucune queue-de-cheval ne se ressemble. Pour peu que le dessinateur soit assez précis : marque si elle est positionnée plus ou moins haute sur le crâne, si elle utilise un chouchou (très visible) ou un simple élastique (quasi invisible de loin), etc. On peut alors sans trop de difficulté reconnaître la personne concernée : la précision du tracé élimine le doute. Prendrait-on le temps de décrire cela aussi précisément à l’écrit ? À moins de faire une étude sur les coutumes capillaires des sportives ? Non pas que le placement et la modélisation individualisée de la queue-de-cheval soient des informations transcendantes pour notre recherche, mais cet exemple simple me permet de soulever la potentialité du croquis à rendre certains détails uniques alors que l’écrit risquerait de les noyer à travers un terme générique. Pour donner une individualité, une distinction propre à une chose, nous sommes contraints de nous épancher dans de longues descriptions en employant des mots qui renvoient nécessairement à des représentations génériques et non à une version distincte dudit objet. Le dessin, quant à lui, par quelques traits, peut marquer très rapidement certaines distinctions qui, selon la recherche, pourraient s’avérer précieuses. Ce n’est pas là une critique de la prise de trace écrite, mais simplement l’invocation d’un atout majeur24 de la pratique du croquis dans la démarche anthropologique. Tout le travail de cette science se faisant sur la base de la comparaison, une comparaison sensible nécessite alors les traces les plus fines possible pour que le résultat/l’analyse soit de qualité. Or, selon les objets de recherche et les contraintes du terrain l’écrit et/ou le dessin peuvent tour à tour s’imposer comme la méthode la plus ajustée à la prise de trace : aucun des deux ne me semble suffisant pour rendre au mieux la complexité de ce qui s’offre à nos regards. Je prends donc le parti de plaider pour l’usage des croquis comme complément de l’écrit et vice versa. Ce sont là deux médiums qui selon moi se complètent, à l’avantage du chercheur, et qui ne nécessitent pas forcément d’autre apprentissage que celui de la curiosité. D’ailleurs partir avec l’impression de ne pas savoir faire, notamment de pas savoir dessiner, peut certes en bloquer certains vis-à-vis du désir légitime d’être productif (notamment en termes de qualité), mais cet apprentissage est possible et je suppose que le manque de cadre, de normes, de connaissances dans le domaine ouvre non seulement une porte à la créativité, à la création de nouveaux codages, mais aussi permet de ressentir de plein fouet cette terrible frustration qui nous fait par moments défaut à l’écrit : celle de ne pas arriver à rendre le réel. Sentiment qui est, selon moi, le garant d’une certaine attention quant aux biais de la méthode.

Réflexions méthodologiques
et pédagogiques

Des problématiques transversales 
à toutes formes de prises de traces

20Il n’y a rien de bien nouveau à la plupart des problématiques et biais évoqués lors de la description de l’usage du croquis comme méthode de prise de notes, aucun intérêt propre au croquis qui ne pourrait être accessible par l’écrit. Ils sont simplement plus ou moins performants et plus ou moins adaptés aux besoins de la recherche et aux contraintes posées par le terrain. Le dessin a toutefois quelques atouts distinctifs en la matière qui, selon ma précédente réflexion, sont :

  • un important gain de temps et de précision pour rendre notamment tous les éléments relativement fixes ou lents ;

  • un gain de temps dans la lecture et le partage des informations (même si certains dessins, spécialement codés, nécessitent un accompagnement verbal de la part du créateur) ;

  • un moyen d’orienter et de poser son regard différemment sur le monde lié au souci de précision et de réalisme recherché dans la prise de notes par le croquis.

21Quant aux autres découvertes mises en avant, elles relèvent d’une difficulté à prendre des traces qui, d’après mon expérience, traverse les deux médiums manuscrits cités. Qu’il s’agisse de la capacité à révéler des informations sur le chercheur (socialisation, sociographie, croyances, etc.), sur son expérience sensible et subjective du terrain ou encore la mise en évidence de la difficulté à rester fidèle au réel, tout cela se retrouve à travers l’usage de l’écrit comme du croquis dans le travail de description. Peu importe le médium, le travail de description n’est pas sans difficultés et impasses méthodologiques comme le précise Laplantine :

  • 25 Laplantine, François, La description ethnographique, Paris, Nathan Université, 1996, p.  8.

(…) La description ethnographique (qui signifie l’écriture des cultures), sans laquelle il n’y a pas d’anthropologie au sens contemporain du terme, ne consiste pas seulement à voir, mais à faire voir, c’est-à-dire à écrire ce que l’on voit. C’est un processus généralement implicite, tant il paraît aller de soi alors qu’il est d’une complexité inouïe »25.

  • 26 Entendu ici comme une prise de recul vis-à-vis du produit et de la manière dont il a été construit (...)

Laplantine souligne un point important concernant, ici, la description écrite : elle est complexe, certes, mais surtout c’est un processus qui semble aller de soi. Écrire, décrire, c’est quelque chose qui nous est familier et que l’on apprend à faire dès le plus jeune âge, c’est quelque chose qui peut nécessiter peu de réflexion et de prise de recul, cependant, la description ethnographique ne peut se passer de réflexion ou, plus précisément, de réflexivité26 : de quoi doit-on rendre compte ? Quoi regarder et comment le regarder ? Décrire dans le détail ou dans la globalité ? Et quels mots employer pour coller au plus près de la réalité sans surfer sur des représentations culturelles qui pourraient déformer la trace vis-à-vis du fait, de l’objet ? Or ces difficultés qui habitent le travail d’écriture ne sautent pas toujours aux yeux.

L’intérêt de « ne pas savoir faire » comme moyen de sensibiliser 
aux difficultés méthodologiques 
de la prise de trace

  • 27 Ce qui n’inclut pas certains étudiants venus des arts ou bien d’autres auditeurs libres qui sont dé (...)
  • 28 Ce à quoi nous avons réfléchi en groupe et avons décidé que c’était possible mais qu’il fallait le (...)

22Au sein de notre groupe, nous avons non seulement tous appris à écrire mais surtout nous avons aussi appris à « bien » écrire. Les étudiants sont amenés à s’entraîner quotidiennement à l’écriture via la prise de notes en cours et les examens, lesquels sont pour la plupart écrits. Leur évaluation portera autant sur le fond que sur la forme, et donc sur une bonne maîtrise des codes de l’écrit. Pour une large partie de la population c’est un mode d’expression privilégié, et non problématique de prime abord. Poser des mots sur le réel est une chose profondément ancrée dans notre quotidien tandis que le dessin peut nous sembler bien plus étranger et complexe. Nous sommes rarement amenés à dessiner27, certains ont même abandonné cette pratique en grandissant. Cela me rappelle cette phrase récurrente des étudiants intégrant l’atelier : « je ne sais pas dessiner, est-ce que ça pose problème ? », crainte que je tâchais de désamorcer en rappelant la règle de base de la méthode « on cherche à faire du sens, pas du beau ». Cependant ils étaient nombreux à évoquer le besoin d’apprendre, de pratiquer ou au moins de se perfectionner. Pourtant, lors d’un exercice de présentation mêlant écrit et dessin, chacun avait montré une capacité à communiquer par le dessin. « Savoir (ou ne pas savoir) dessiner » renvoyait alors non pas à être en capacité de transmettre une information via le dessin mais plutôt à savoir la transmettre avec une certaine esthétique. Moi-même, je me suis sentie « mauvaise » à cet exercice malgré les années de pratique de « recopiage » accumulées dans mon enfance. En effet, sur le terrain, on observe, on soulève un fait intéressant et quand on tente de le reproduire sur le papier, la principale chose que l’on perçoit est la frustration : celle de ne pas être une assez bonne photocopieuse, celle de ne pas parvenir à égaler les grands peintres réalistes qui offrent parfois une concurrence de taille aux photographes. Or c’est justement cette impression, cette croyance de « ne pas savoir faire » qui permet de faire émerger, parfois violemment, les problématiques qui traversent toute prise de notes. C’est parce qu’on se sent soudain en posture d’apprentissage ou de création d’une méthode que toute sa complexité apparaît. Les questions fusent : qu’est-ce que je peux/dois dessiner ? Comment ? Est-ce que je peux retravailler le croquis à la maison ?28 Or la pratique de la description, comme dit précédemment, ne peut se passer de ces questionnements savants, pendant et après l’effort de description : sentir les contraintes et les biais est primordial pour l’acquisition d’une certaine sensibilité et dans la production de traces fines, susceptible de fournir une base informative de qualité pour la recherche anthropologique.

23Finalement l’apport central de cette expérience anthropologico-artistique reste l’acquisition d’une sensibilité anthropologique, sensibilité qui passe par un regard, une curiosité et une capacité à la prise de recul. Toujours selon Laplantine, la perception, la manière de regarder, nécessite tout un apprentissage pour l’ethnologue :

  • 29 Laplantine, François, La description ethnographique, Paris, Nathan Université, 1996, p.  16

(…) si la perception ethnographique est bien de l’ordre du regard plus que de la vue, il ne s’agit pas de n’importe quel regard. C’est la capacité de bien regarder et de tout regarder, en distinguant et en discernant ce que l’on voit, qui est ici mobilisé et cet exercice – à l’opposé de ce que l’on perçoit «  en un clin d’œil », de ce qui « saute aux yeux », nous « frappe »… – suppose cette fois un apprentissage29.

  • 30 Je choisis de remplacer ethnographique par anthropologique aussi afin de mettre l’accent sur la not (...)

24Pour ma part je préfère parler de « développement d’une sensibilité anthropologique30 » plutôt que de « la perception ethnographique » et d’« apprentissage » de celle-ci. Cette formulation vise à mettre l’accent sur plusieurs choses. Premièrement, l’apprentissage suggère l’acquisition par la répétition d’une méthode, d’un savoir-faire, tandis que la notion de développement induit un investissement en temps et attention qui ne vise pas nécessairement l’acquisition d’un savoir-faire précis. Il s’agit plutôt de s’exercer en vue de découvrir sa propre manière de faire « sa perception ethnographique ». Deuxièmement il me semble intéressant de parler de « sensibilité », afin d’ouvrir la question de la formation anthropologique non seulement à la perception, au recueil de l’information, mais aussi à son traitement intellectuel. L’anthropologue, pour embrasser son terrain, investit du temps et de l’attention dans sa manière d’observer mais aussi, dans l’orientation de sa curiosité, dans sa capacité à être critique et à prendre du recul vis-à-vis de sa démarche et des analyses qui en découlent. Le dessin me semble une bonne amorce à ce travail sur soi.

Conclusion

  • 31 Il pourrait aussi se penser comme un exercice intéressant pour des chercheurs déjà expérimentés, qu (...)

25Ainsi je profite de cet exposé sur la méthode pour ouvrir sur une hypothèse à confirmer par des années d’expérience. L’hypothèse selon laquelle priver l’individu, en l’occurrence l’étudiant, de son médium privilégié, celui en lequel il a confiance et se fait confiance pour correctement le mettre en œuvre, peut faciliter l’expérimentation et la prise de conscience des problèmes liés à la prise de traces en général. Le croquis pourrait être, entre autres, un médium permettant cette décolonisation, cette remise en question de ce que l’on pense acquis31. Il peut s’avérer un outil pédagogique non négligeable dans la transmission des méthodes scientifiques de la prise de dessin (et notamment de leur limite) mais aussi dans, non pas l’acquisition du regard anthropologique, mais le développement d’un regard anthropologique capable de s’intéresser aux zones d’ombre qui se cachent sous les évidences.

Haut de page

Notes

1 Ce cours est reconnu en tant qu’UE7 (dite aussi UE optionnelle) pour des étudiants de L2 ou L3, toutes filières confondues, et est par conséquent sanctionné d’une note qui comptera pour la validation du semestre en question.

2 Films et vidéos qui ne sont pas toujours produits pas les ethnologues qui les analysent, surtout dans le contexte colonialiste où les missionnaires, géographes et autres voyageurs s’en chargeaient.

3 Supports audio-visuels produits par la population observée elle-même.

4 Cela pose la question de la spécificité anthropologique, scientifique de ces produits audio-visuels, question que Howard Becker a travaillée (Becker Howard S. « Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme » In : Communications, 71, 2001. p. 333-351.) : il relevait que cette spécificité n’avait qu’un effet rhétorique et discursif.

5 On pourrait aussi ajouter le biais de la présence de matériel audiovisuel sur le terrain, susceptible de modifier les comportements observés, sans compter que cette volonté de photographier et de filmer change aussi l’expérience et le rapport du chercheur au terrain. Observer une scène et la filmer correspondent à deux expériences différentes à deux manières d’observer.

6 J’entends par là des produits réalisés à la main : peintures, dessins, etc. réputés imparfaits et où le style de l’auteur semble transparaître avec plus d’évidence.

7 Motif louable mais dont la notion de collection de produits culturels authentiques est largement critiquée par James Clifford de par la difficulté de cerner l’authenticité d’un produit culturel dans un monde où les cultures voisines et s’échangent arts et coutumes.

8 J’ai participé au même titre que les étudiants à la recherche, notamment lors de la première année d’expérimentation.

9 Datant de novembre 2014.

10 J’emploie ce terme car nous sommes avant tout là pour prendre des croquis et éviter au maximum l’écrit. Cependant, nous avons décidé d’une certaine souplesse sur ce point afin de cerner ce qui ne se laisse pas prendre par le dessin, les limites de la méthode, et questionner l’intérêt de la complémentarité des méthodes, mais j’y reviendrais plus tard.

11 Ici il est plus question de corps que d’individus puisque les traces marquent peu, voire pas, de distinctions sociales et physiques à travers l’usage de la technique de l’homme-bâton. La subjectivité n’est pas marquée.

12 Car cela peut être parfois source d’illusions comme l’avait noté Laplantine concernant la prise de notes écrites : « Il existe une autre illusion : celle de la simultanéité du regard et de l’écriture ou, si l’on préfère, de l’immédiateté du texte, conçu comme un décalque de la vue. Or la vision n’est jamais contemporaine du langage. » Laplantine, François, La description ethnographique, Paris, Nathan Université, 1996, p.  38.

13 J’entends ici non pas un désir inné mais un désir qui serait culturellement acquis et qui découlerait de l’histoire de l’art et notamment de certains courants (le courant réaliste notamment) qui ont pendant longtemps cherché à rendre le plus fidèlement le réel. Désir que l’on retrouve encore aujourd’hui avec l’usage de la photo et de la vidéo.

14 Je mets un accent sur cette fatigue d’ordre visuel car la prise de croquis et le désir de précision évoqués plus haut provoquent une gymnastique des yeux qui très rapidement vont et viennent entre le terrain et la feuille pour prendre le plus de détails possible avant l’achèvement du phénomène intéressant. Le mouvement des yeux n’est pas le même non plus entre pratique du dessin et pratique de l’écrit ce qui a d’ailleurs poussé certains à dessiner sans regarder leur feuille. Travail intéressant mais au résultat limité de par le manque d’organisation parfois des formes sur le papier et donc l’impression de fouillis et de non-sens.

15 J’évoque par là une description fine, précise, et dont la forme discursive respecte les règles voire s’avère plaisante et attrayante à la lecture : on écrit toujours pour être lu !

16 Ce sur quoi on possède une méthode, des traditions, pour le rendre compte en espérant toucher un large public et s’attirer des retours positifs.

17 Posture que les deux individus prenaient avant le début du combat et qu’ils reprenaient entre chaque attaque.

18 Long et fin bout de tissu qui sert à maintenir le haut du vêtement vers le bas et à ne découvrir aucune partie du corps, comme me l’a précisé le coach.

19 Ou cela demanderait un codage, des hiéroglyphes, trop longs et fastidieux à créer alors que nous avons déjà les dessins et codes typiques de notre langue : l’écriture, une forme de dessin ?

20 Cela me semble possible par l’écrit tout comme par le croquis, mais plus complexe voire impossible lors d’une prise de trace via l’usage de la caméra ou l’appareil photo car ces médiums permettent souvent au chercheur de se mettre hors du champ d’action, caché derrière l’objectif, et on peut se douter que les commentaires qui seraient audibles ou lisibles sur le montage final (pour la vidéo par exemple) ne sont pas forcément des impressions annotées durant du terrain.

21 J’entends par là que la trace est autre que photos ou vidéos.

22 Car toute prise de trace implique traitement par le prisme de l’individualité du chercheur et donc une certaine part de fiction Geertz : partial truth : chose à la fois partiale et partielle.

23 Nous avons choisi d’anonymiser au maximum les individus car cela se fait habituellement à l’écrit mais aussi parce que nous leur proposions à la fin des séances de venir s’observer à travers nos croquis. Nous avions peur que certains soient montrés du doigt et ne se sentent pas respectés, voire ridiculisés, par nos représentations.

24 Je précise toutefois que ce n’est pas le cas pour tous les croquis. Le croquis en bonhomme-bâton par exemple n’offre pas cette perspective, il est question ici uniquement de croquis plus détaillés tendus par cette volonté de rendre ce qui s’offre à notre regard.

25 Laplantine, François, La description ethnographique, Paris, Nathan Université, 1996, p.  8.

26 Entendu ici comme une prise de recul vis-à-vis du produit et de la manière dont il a été construit (ce qui inclut l’environnement, l’auteur, les modifications apportées a posteriori, etc.).

27 Ce qui n’inclut pas certains étudiants venus des arts ou bien d’autres auditeurs libres qui sont déjà de fervents pratiquants du croquis sauvage.

28 Ce à quoi nous avons réfléchi en groupe et avons décidé que c’était possible mais qu’il fallait le préciser sur le dessin en le codant car ce n’est alors plus un croquis de terrain, mais un croquis de mémoire sur une base de trace de terrain.

29 Laplantine, François, La description ethnographique, Paris, Nathan Université, 1996, p.  16

30 Je choisis de remplacer ethnographique par anthropologique aussi afin de mettre l’accent sur la notion de comparaison qui est essentielle et centrale selon moi dans tout travail en science social. Ce terme met aussi en relief la notion de référentiel qui permet de créer l’étrange et le familier par un effet de comparaison. Ainsi, le chercheur ne se contente pas d’observer passivement les coutumes nouvelles qui s’offrent à lui, au contraire, il regarde tout en interprétant et pose son attention sur ce qui lui semble familier ou étranger en mobilisant plus ou moins consciemment ses propres références culturelles. Je pense ainsi la comparaison comme un phénomène constant qui permet justement la description et l’interprétation du monde et c’est ce pourquoi je privilégie l’emploi du terme anthropologique.

31 Il pourrait aussi se penser comme un exercice intéressant pour des chercheurs déjà expérimentés, qui ont déjà forgé leur regard anthropologique, pour réinsérer du doute, de l’incertitude et du questionnement dans une pratique qui est sans doute rodée et dont le style a sans doute dû se rigidifier au fil des années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Perrel, « Le croquis ethnographique »Revue des sciences sociales, 54 | 2015,  40-49.

Référence électronique

Rachel Perrel, « Le croquis ethnographique »Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2278

Haut de page

Auteur

Rachel Perrel

Doctorante en sociologie
laboratoire DynamE – UMR7367
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals