Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

La fondation 
de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR) de la Faculté des Sciences sociales 
de l’Université de Strasbourg

The Foundation of the Institute of Regional Urbanism and Amenagement at Strasbourg University
Stéphane Jonas
p. 142-147

Résumés

La création de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Strasbourg en 1976 s’est faite en trois étapes. D’abord, en 1961, a été créé un Certificat d’études supérieures (CES) mention « sociologie » à la Faculté des Lettres. Ensuite, après 1968, a été fondée une Faculté des Sciences sociales. Et enfin, entre  1974 et 1976, a été créé un Institut d’urbanisme autonome au sein de cette même Faculté. La caractéristique académique et scientifique fondamentale de ces étapes est que la discipline de sociologie a toujours été le socle sur lequel s’organisaient l’enseignement et la recherche. Le plus difficile a été de convaincre notre Université que les disciplines pour s’occuper de l’urbanisme n’étaient pas uniquement et nécessairement la géographie, l’architecture ou l’économie.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les 40 ans de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR) sont l’occasion de revenir sur le « moment » de la fondation de cet institut statutaire de l’Université de Strasbourg, rattaché dès l’origine à la Faculté des Sciences sociales. Il s’agit pour la Revue des Sciences sociales de contribuer non seulement à l’histoire de la sociologie et de l’Université à Strasbourg et en Alsace (on rappellera le dossier du n° 40, 2008 : « Strasbourg, carrefour des sociologies »), mais aussi à celle de la construction nationale, en France, d’un champ pluriel des études urbaines et de l’urbanisme, au sein duquel le site de Strasbourg apparaît ainsi à la fois visible et identifié : visible, par les formations et la réalité institutionnelle de l’IUAR, terme que l’on retrouve ailleurs, à Aix-Marseille Université, par exemple ; et identifié, par un positionnement ancré de longue date dans les sciences sociales.

Texte intégral

« La mémoire est une reconstruction partielle et sélective du passé » (Maurice Halbwachs)

  • 1 Au cours du débat du colloque « La ruralité entre savoirs et imaginaires » organisé les 25-26 septe (...)

1La création entre  1974 et  1976 de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR) au sein de la Faculté des Sciences Sociales de ce qui était alors l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg (USHS) s’est faite, grosso modo, en trois étapes bien distinctes. Première étape : la création, en 1919, d’une chaire et d’un cursus de sociologie à l’Université de Strasbourg, suivie en 1961, à sa Faculté des Lettres, de la création d’un Certificat d’Études Supérieures (CES) avec mention « sociologie ». En second lieu : la fondation de la Faculté des Sciences Sociales au sein de l’USHS issue de l’éclatement en trois universités autonomes de l’ancienne Université de Strasbourg, après 1968. Et enfin troisièmement : la décision de la Faculté des Sciences Sociales, entre 1974 et 1976, de créer une structure interne pédagogique et statutaire autonome en urbanisme et en aménagement, en l’occurrence l’IUAR, en imposant celui-ci à l’USHS hésitante au début. Ces trois étapes ont une caractéristique académique et universitaire fondamentale : dans notre Faculté des Sciences Sociales, la sociologie a toujours été la discipline principale autour de laquelle s’organisait l’interdisciplinarité de l’enseignement et de la recherche. C’est pourquoi la compréhension de l’évolution, au début quelque peu paradigmatique, de la discipline de sociologie à l’Université de Strasbourg, est essentielle pour mieux connaître la naissance de l’IUAR. L’opération la plus délicate dans la lutte pour la fondation de l’IUAR a sans doute été de faire admettre à l’USHS naissante que la discipline principale pour enseigner l’urbanisme et l’aménagement n’était pas uniquement et nécessairement la géographie, l’architecture, le droit ou l’économie. L’existence de 40 ans de l’IUAR et son développement ultérieur dynamique et élargi au sein de notre Faculté prouvent que notre position initiale a été la bonne et qu’elle a été par la suite bien comprise et acceptée par notre communauté universitaire1.

  • 2 S. Jonas, « Gustav Schmoller et la sociologie naissante », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p (...)
  • 3 Ch. de Montlibert, « Maurice Halbwachs à Strasbourg : une philosophie rationaliste en action », Rev (...)
  • 4 C. Rol, « Le “moment” Strasbourg de Georges Gurvitch (1935-1948) », Revue des Sciences Sociales, 40 (...)
  • 5 M. Jolé, « La sociologie urbaine à Strasbourg avec Henri Lefebvre », Revue des Sciences Sociales, 4 (...)

2Au cours de la première étape, période la moins connue mais très importante pour notre sujet, il a fallu par deux fois « réanimer » le cursus et la chaire de sociologie, créés en 1919 et rattachés alors à l’Institut de Philosophie de l’Université de Strasbourg redevenue française. Le cursus et la chaire de sociologie ont été créés principalement à cette date en vue de nommer à Strasbourg le professeur Maurice Halbwachs (1877-1945), un représentant éminent de l’école française de sociologie durkheimienne, qui connaissait bien aussi cette nouvelle discipline qu’on a appelée urbanisme. La France avait décidé cette création pour Strasbourg pour deux raisons principales. D’une part, à cause de l’introduction, déjà dans l’Université Impériale allemande de Strasbourg, de l’enseignement de la sociologie, notamment par les deux professeurs allemands influents, à savoir Gustav Schmoller (1838-1917) et Georg Simmel (1858-1918)2. D’autre part, la seconde raison était que Maurice Halbwachs, dont la famille était d’origine strasbourgeoise, installée à Reims après l’annexion de l’Alsace-Moselle à l’Allemagne en 1871, était un spécialiste reconnu en France de la sociologie allemande naissante3. Le professeur Halbwachs reste à Strasbourg jusqu’à sa nomination à la Sorbonne en 1935. Après son départ, c’est d’abord seul le cursus de sociologie qui est prolongé pour son successeur, le professeur Georges Gurvitch (1894‑1965), d’origine russe, docteur d’État en droit social, parce qu’il ne pouvait être nommé à la chaire de sociologie qu’à titre temporaire jusqu’en 1939, n’étant alors naturalisé français que depuis peu. G. Gurvitch se réfugie aux États-Unis pendant la deuxième Guerre Mondiale. Après la Libération, les deux composants de la discipline de sociologie sont à nouveau mis en hibernation, suite à son départ pour la Sorbonne en 19484. Leur réintroduction nouvelle, cette fois définitive, n’a cependant été faite qu’en 1961, par l’attribution de la chaire de sociologie à Henri Lefebvre (1901-1991) et par la création, en même temps, d’un poste d’assistant de sociologie – transformé rapidement en poste de maître assistant – pour Abraham Moles (1910-1992). Après leur arrivée, ils ont rapidement modernisé et enrichi le cursus de sociologie, notamment en introduisant l’enseignement et les enquêtes en sociologie urbaine et rurale. La présence et l’activité dynamique de ces composants nouveaux de la sociologie à Strasbourg seront fondamentales pour la naissance relativement rapide de l’IUAR5.

  • 6 S. Jonas, Le cœur de la ville, thème fondamental de la cité humaine, Diplôme d’Études Supérieures ( (...)
  • 7 S. Jonas, « La pyramide des âges des maisons : essai d’application d’une méthode démographique à la (...)

3Dès lors, la discipline de sociologie avait enfin gagné définitivement son autonomie au sein de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, qui a continué à la développer, en créant d’abord un second cycle pour cette formation renouvelée. Ensuite, dans la foulée, elle a créé un Certificat d’Études Supérieures (CES), avec mention « sociologie », certificat alors unique dans cette discipline en France, en dehors de la Sorbonne. J’ai eu la chance de faire partie de la première promotion de ce second cycle et aussi de ce CES, en faisant sous la direction d’Henri Lefebvre et d’Abraham Moles un Diplôme d’Études Supérieures (DES) de sociologie urbaine en 19646. La même année, j’ai été admis d’abord comme stagiaire, et puis pendant cinq ans comme attaché de recherches, au Centre de Recherche d’Urbanisme (CRU) de Paris. Cette admission au CRU, je la devais au professeur de géographie strasbourgeois, Étienne Juillard (1914-2006), une grande figure de l’enseignement et de la recherche en urbanisme et en aménagement régional et rhénan, sur sa recommandation. C’est lui aussi qui a publié en 1968 mon premier article en français portant sur une recherche urbaine sur Strasbourg7.

4Le professeur Juillard considérait à cette époque, sans doute avec justesse, que c’était bien la discipline de géographie qui comportait le cursus le plus adapté aussi bien statutairement que scientifiquement pour pouvoir enseigner l’urbanisme et l’aménagement à l’Université de Strasbourg. En outre, pour lui, la dimension régionale de l’urbanisme était une des directions fondamentales de la recherche et de l’enseignement en géographie humaine locale. Il ne faut donc pas s’étonner qu’il ait envisagé alors de créer un Institut d’Urbanisme au sein de sa discipline ; un projet qu’il n’a cependant jamais réussi à réaliser dans son Unité de formation et de recherche (UFR). Il est vrai que sa grande priorité à ce moment-là a été de renforcer la géographie humaine dans l’Université Louis Pasteur (ULP), où les géographes sont partis après 1968, en espérant avoir dans cette nouvelle université, où les sciences « dures » étaient dominantes, une assise statutaire plus favorable. En m’envoyant au CRU à la place d’un de ses étudiants en géographie, le professeur Juillard m’a fait clairement comprendre qu’il comptait sur moi, après mon retour à Strasbourg, pour travailler dans son équipe dans le domaine de l’urbanisme. Mais en me faisant entrer dans ce nouveau centre de recherche du Ministère de la Construction, il comptait aussi sur moi en tant que jeune sociologue, dont la discipline avait pour lui désormais sa place dans les équipes pluridisciplinaires s’occupant de l’urbanisme et de l’aménagement (Au cours de mon second cycle de sociologie, je me suis déjà initié aussi aux enquêtes d’urbanisme et d’aménagement à l’UFR de Géographie). Je suis resté comme chercheur au CRU à Paris entre 1964 et 1969. Cela a été pour moi une période décisive et un bon apprentissage pour m’orienter définitivement vers l’urbanisme, l’aménagement et la sociologie urbaine.

  • 8 L. Braun, Pour Georges Livet, USHS, Strasbourg, 1986, 20 p. ; Les Amis des Universités de l’Académi (...)

5Après les événements de 1968, d’autres disciplines existant à Strasbourg qui s’occupaient de l’espace et de la société pensaient aussi pouvoir créer un Institut d’Urbanisme. C’était le cas également des historiens. Le professeur d’histoire Georges Livet (1916-2002), Doyen de la Faculté des Lettres entre 1963 et 19698, depuis 1958 aussi mon protecteur alors que j’étais un étudiant réfugié politique hongrois s’installant à Strasbourg après la révolution hongroise de 1956 écrasée par les Russes. J’ai commencé à faire sous sa direction des études d’histoire. Le Doyen Livet m’a informé un jour qu’il avait le projet de créer un Institut d’Urbanisme au sein de la Faculté des Lettres. Comment et à partir de quand l’idée de la nécessité de fonder cet institut a-t-elle germé dans son esprit ? Il est fort probable que sa décision ait été prise au moment de la création, dans les années 1960, du campus universitaire de l’Esplanade. Il a sans doute été influencé par les problèmes d’urbanisme passionnants que cette extension en bonne situation de centralité de l’Université de Strasbourg a soulevés. Il faut, en effet, rappeler qu’il était un des trois Doyens interlocuteurs auprès de l’État et de la Ville de Strasbourg, pour la cession de 17 hectares de terrains militaires de l’Esplanade à l’Université de Strasbourg. Connaissant et encourageant mon option pour l’urbanisme, l’aménagement et la sociologie urbaine, le Doyen Livet m’a laissé entendre que si je revenais rapidement à Strasbourg je pourrais éventuellement faire partie de l’équipe de ce futur Institut d’Urbanisme.

  • 9 S. Jonas, « L’Institut d’Urbanisme de Strasbourg, 1923-1929 : un projet étatique et municipal audac (...)
  • 10 S. Jonas, Le cœur de la ville : problèmes de centralité, thèse de 3cycle, Université Louis Pasteu (...)

6Savait-il alors qu’avec son idée il était en train de suivre, lui aussi, comme le professeur Juillard, la tradition des élites locales du siècle dernier de projeter de créer, dès le retour de l’Alsace et de Strasbourg à la France, un Institut d’Urbanisme à Strasbourg ? Connaissaient-ils tous les deux le projet qu’avait voulu réaliser avant eux et pour la première fois, dans les années 1920, le député-maire socialiste de Strasbourg, Jacques Peirotes (1869-1935) ?9 Ce n’est pas impossible. Il faut, en effet, savoir que ce premier projet municipal audacieux avait été conçu principalement, mais non exclusivement, pour la formation des employés communaux, en suivant le modèle de l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP) et avec la participation de l’Université de Strasbourg. Pendant ma période de chercheur au CRU, je suis revenu régulièrement à Strasbourg, où, d’une part, j’ai préparé sous la direction d’Abraham Moles, devenu professeur et Directeur de l’Institut de Psychologie Sociale de l’ULP, un doctorat de 3e cycle en sociologie urbaine et, d’autre part, j’ai aussi été son chargé de cours en psychosociologie urbaine10. À partir de là, j’ai commencé à m’intéresser de plus près à tous les deux projets de création d’un Institut d’Urbanisme à Strasbourg, par les géographes et les historiens.

  • 11 Th. Paquot, « Julien Freund, l’intellectuel frontière qui n’a pas de frontière », Revue des Science (...)

7Au cours de la deuxième étape, dans l’USHS naissante, le nouveau professeur de sociologie Julien Freund (1921-1993), successeur de Henri Lefebvre parti pour l’Université de Nanterre en 1966, a rapidement réussi à créer une Faculté des Sciences Sociales11, au sein de laquelle l’Institut de Sociologie a été enfin et définitivement fixé et sa direction confiée au sociologue Freddy Raphaël. Il est important à souligner ici que les alliés principaux de Julien Freund dans cette création ont été le Doyen Livet et les historiens. La discipline de sociologie et l’Institut de sociologie ainsi enrichis et autonomes sont devenus, tout naturellement dirais-je, la base et le pivot de cette nouvelle Faculté créée ex nihilo, et c’est autour d’eux que s’organiseront les composantes de base qui seront en outre et dès le début, les Instituts d’Ethnologie, de Démographie et de Polémologie. En 1970, je suis revenu définitivement à Strasbourg où j’avais été nommé à l’Unité Pédagogique d’Architecture de Strasbourg (UPAS), créée après 1968, pour y enseigner l’urbanisme, l’aménagement et la sociologie urbaine.

  • 12 Le Doyen Livet, présent à la réception que j’ai organisée en 1996 à l’occasion du vingtième anniver (...)

8Le Doyen Livet m’a rapidement recontacté et m’a informé qu’il a proposé en 1970 à l’USHS la création d’un Institut d’Urbanisme et qu’il y a associé le professeur de sociologie Julien Freund, qui s’intéressait à ce projet12. Il m’a également expliqué qu’après le départ des géographes pour l’ULP, c’étaient à son avis la Faculté des Sciences Sociales et la discipline de sociologie qui étaient les meilleures structures dans l’USHS pour la réalisation de son projet de l’Institut d’Urbanisme. Julien Freund, qui, à sa demande, m’a reçu à ce sujet en 1971, m’a confirmé son intérêt pour le projet déposé par le Doyen Livet et il m’a encouragé à poser ma candidature pour un poste de sociologie qu’il espérait obtenir. Le Doyen Livet avait conçu son projet également dans le but d’enrichir et de compléter la formation universitaire des historiens, dont le cursus était quelque peu affaibli par le départ des géographes. Il a par la suite aussi été content que j’aie accepté en 1972 le poste d’assistant « associé » en sociologie – j’étais encore réfugié politique – que la commission de spécialistes de la Faculté des Sciences Sociales avait voté pour moi, sans que j’aie même posé ma candidature. J’ai la conviction que l’intérêt de Julien Freund pour le projet de l’Institut d’Urbanisme du Doyen Livet a facilité mon intégration rapide à la Faculté des Sciences Sociales. Le Doyen Livet m’a encouragé à préparer au sein de la Faculté les conditions favorables pour réaliser son projet. Il faut savoir qu’à cette époque le Doyen Livet enseignait l’histoire dans la Faculté, dans le cadre du second cycle de sociologie, invité par Julien Freund ; et d’abord Freddy Raphaël, puis moi-même, nous avons enseigné la sociologie dans le programme du premier cycle d’histoire.

9La troisième étape est celle des deux années décisives pour imposer, entre 1974 et  1976, à l’USHS et à la Faculté des Sciences sociales, la nécessité de créer une structure statutaire propre aux enseignements et aux recherches en urbanisme et en aménagement, à savoir créer un Institut d’Urbanisme. L’USHS n’y était pas très favorable au début. En effet, les littéraires et les linguistes, qui étaient majoritaires dans les Conseils, considéraient que l’USHS avait déjà accordé assez de soutiens financiers et de postes à la Faculté des Sciences sociales. Celle-ci a initialement eu une position de « neutralité axiologique » (au sens de Max Weber), à savoir accueillante à l’idée, mais un peu attentiste pour la réalisation. En effet, Julien Freund, qui connaissait bien le projet du Doyen Livet et l’approuvait, m’a certes laissé carte blanche pour pousser les études de sociologie urbaine au sein de l’Institut de Sociologie, cursus et recherche compris, mais étant en conflit quasi permanent avec le Conseil de l’Université pour développer la nouvelle Faculté, il pensait qu’il n’était pas opportun alors d’accorder une priorité au projet de créer un Institut d’Urbanisme. Pour lui, à ce moment-là, la priorité était de renforcer le cursus de sociologie. Il faut encore savoir qu’il a aussi lancé en 1972 la Revue des Sciences Sociales de la France de l’Est et doté la Faculté d’un Laboratoire de Sociologie Régionale du CNRS en 1973. Il m’a proposé d’attendre. J’ai accepté sa proposition et j’ai compris sa position.

10Cependant, l’idée du projet a rapidement gagné du terrain, surtout grâce à plusieurs jeunes enseignants de la Faculté, tels que le démographe Jacques Demanges, l’informaticien Henri Rosenfeld, les sociologues Robert Froehlicher et Dominique Baas, et l’ethnologue Pierre Vogler. Ils ont, en effet, poussé le professeur de démographie, Claude Régnier, le nouveau Doyen de la Faculté, – favorable au projet – à tenter la stratégie de contourner le Conseil de l’Université, en lui demandant seulement qu’il accepte les modifications des statuts de la Faculté permettant d’y inclure le nouvel Institut. La création de l’Institut ainsi entamée entre 1974 et  1976 a été finalement réalisée en trois étapes. La première comprenait la création, pour la rentrée en octobre 1974, d’un Certificat de sociologie C4 (niveau maîtrise) intitulé « Urbanisme et aménagement régional », approuvé sans difficulté par le Conseil de l’Université. Il faut savoir que j’ai élaboré à cette occasion aussi, avec notre équipe en formation, un projet d’Institut d’Urbanisme, mais le Conseil de Faculté nous a déconseillé de présenter les deux en même temps au Conseil de l’Université. Ce conseil s’est avéré bon et utile.

  • 13 P. Erny, « L’Institut d’Ethnologie a vingt ans », Revue des Sciences Sociales, 9, 1980, p. 271-277.

11La deuxième étape a été l’élaboration, le 9 avril 1975, d’une demande de notre équipe adressée au Conseil de l’Université pour la création d’un Institut d’Urbanisme, adoptée le 17 avril à l’unanimité par le Conseil de la Faculté. La troisième étape a été l’acceptation par le Conseil de l’Université, le 18 juin 1976, des modifications des statuts de la Faculté en y incluant le nouvel Institut d’Urbanisme. Le rôle du démographe Claude Régnier, Doyen de la Faculté, qui soutenait sa thèse d’État en géographie, a été important pour la création du futur Institut d’Urbanisme, parce qu’il permettait de garantir l’interrelation équilibrée entre les disciplines présentes à la Faculté, à une époque où les sociologues exerçaient parfois en France un véritable « impérialisme sociologique » – pour reprendre le terme, quelque peu dur, de l’ethnologue Pierre Erny, se référant à sa discipline13 – dans les commissions de spécialistes concernant les composants non sociologiques de leur cursus. Si, à Strasbourg, dans le projet d’Institut d’Urbanisme, tous les enseignants de base sur poste relevaient de la sociologie, la position favorable au projet de Freddy Raphaël, Directeur de l’Institut de Sociologie, a facilité l’évolution positive de son acceptation au sein de notre Faculté.

12L’option interne a donc fonctionné et l’USHS n’était désormais certes plus réservée vis-à-vis de notre projet, mais elle ne l’a pas non plus financé. Je suis convaincu que, dans les coulisses du pouvoir, le Doyen Livet a joué un rôle important dans cette attitude conciliante du Conseil de l’Université, au sein duquel les historiens avaient déjà à cette époque aussi une grande influence. Les enseignants de la Faculté étaient d’accord pour redistribuer et repartager les postes et les ressources, pourtant limités, et l’IUAR a pu ainsi démarrer ses activités dans des conditions convenables, avec un effectif modeste mais suffisant, composé d’enseignants sur poste et sur vacations. Pour commencer, nous sommes tombés d’accord pour participer à la préparation des certificats des premiers et des seconds cycles de sociologie, d’ethnologie et de démographie. Le Doyen Claude Régnier m’a chargé de préparer, en collaboration avec tous les enseignants intéressés, un projet d’enseignement et de recherche et de le présenter au Conseil de la Faculté.

13Dans mon rapport, je suis resté autant que possible fidèle à l’esprit du projet du Doyen Livet, puisqu’il s’agissait d’un ensemble de propositions qu’il ne voulait pas nous imposer, dont la composition disciplinaire comprenait l’histoire, la sociologie, la géographie, la démographie et l’économie. J’ai également retenu plusieurs idées du professeur Juillard sur le sujet, à qui j’ai demandé des conseils et qui nous a aussi encouragés à établir dans notre Faculté cet Institut d’Urbanisme attendu à Strasbourg. Pour le cursus, il insistait sur l’importance de la géographie, de la sociologie, de l’histoire, du droit et de la démographie. Ma seule proposition ferme pour la composition disciplinaire du cursus a été de donner une place fondamentale à l’économie urbaine, dont j’avais découvert le rôle important au CRU à Paris. La participation au sein de notre équipe de l’ethnologue Pierre Vogler a montré notre volonté d’élargir notre cursus vers sa discipline. Nous avons créé aussi une relation étroite et suivie avec l’École d’Architecture de Strasbourg, notamment à travers moi-même, Henri Rosenfeld et Bernard Maesani, économiste de l’École, un spécialiste compétent, qui a dirigé notre programme d’économie urbaine. Nous avons projeté également de travailler avec les organismes locaux et régionaux d’aménagement.

14Dans le projet ainsi élaboré, les enseignants de l’Institut d’Urbanisme ont accepté le souhait de la Faculté d’ajouter à l’urbanisme comme axe majeur l’aménagement à l’échelle régionale, déjà abordé comme sujet d’enseignement dans le projet du Doyen Livet. Il était facile de l’accepter, d’autant plus que la dimension régionale était déjà importante dans tous les composants de la Faculté. C’est ainsi qu’est né l’IUAR, avec, initialement, ces trois composantes principales : sociologie urbaine, sociologie rurale et économie urbaine. Nous avons aussi créé un programme de collaboration étroite avec l’UFR de Géographie de l’ULP, que nous avons confié à Bernard Woehl. Avec l’histoire, il existait déjà une collaboration au niveau des deux Facultés. Ce schéma de fonctionnement a duré longtemps, jusqu’à l’introduction de l’axe Environnement et de la participation au troisième cycle de la Faculté avec le DESS « Villes et Conflits » proposé en commun par l’IUAR et l’Institut de Polémologie, dirigé par le professeur Patrick Watier qui nous a soutenus. L’IUAR est rapidement devenu aussi un centre de recherche important, bénéficiant de la vitalité de la Faculté. Les collègues de l’équipe m’ont à l’unanimité élu Directeur et ils m’ont par la suite régulièrement réélu, jusqu’à ma retraite en l’an 2000, exceptée une période de deux ans, quand nous avons élu Directeur le sociologue Bernard Woehl, avec comme Adjointe la sociologue Josiane Stoessel, qui avaient souhaité faire l’expérience de cette fonction. Il faut mentionner ici le rôle fondamental qu’a joué, dans la direction de l’IUAR sous ma longue mandature, le sociologue rural Robert Froehlicher, qui m’a secondé, voire souvent remplacé, dans la direction de nos affaires et dans l’élaboration de nos projets d’enseignement et de recherche.

  • 14 J. Duvignaud, « Préface », in : G. Namer, Mémoire et société, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987, p (...)

15Il ne peut pas être question d’aborder ici l’histoire de vie de quarante ans de l’IUAR. D’autres s’en chargeront peut-être un jour. Cependant, je voudrais dire quelques mots pour terminer, sur le caractère parfois très personnalisé de ce témoignage écrit, où la mémoire-savoir et la mémoire professionnelle s’entrecroisent souvent et régulièrement avec des éléments mémoriels autobiographiques. J’ai tenté volontairement, en effet, d’éviter une analyse sociologique uniquement professionnelle des événements universitaires ou autres du passé, une reconstruction mémorielle uniquement savante de la période de la lutte pour la création de l’IUAR. La devise de cette approche de pluralité de la mémoire pourrait être cette phrase profonde – qui mérite réflexion – du sociologue français Jean Duvignaud (1921-2007), à propos du travail de la mémoire : « Ce n’est pas la société qui pense ou se souvient […] mais les hommes vivants qui reconstituent le passé avec ce qu’ils savent du présent »14.

  • 15 G. Livet, « Préface », in : S. Jonas, Le Mulhouse industriel : un siècle d’histoire urbaine, 1740-1 (...)

16In fine, observons bien que de son vivant, le Doyen Georges Livet a toujours considéré que l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional, créé en définitive et statutairement certes par la Faculté des Sciences Sociales, mais où il a enseigné, rappelons-le, pendant plusieurs années dans le programme de sociologie du second cycle, était aussi « son projet », qu’il a lancé initialement et officiellement en 1970, et enfin réalisé au sein de cette Université en 1976, où il a joué pendant longtemps un rôle de leader fécond et profond. En effet, il en parle en ces termes, quelque peu sentimentaux mais attachants et pour moi sans doute trop flatteurs, dans sa Préface du livre de ma thèse d’État – il était mon Directeur de thèse – publiée en 1994 chez L’Harmattan à Paris : « Quand il y a plus de vingt ans, alors Doyen de la Faculté des Lettres, sur le vu de ses premiers travaux, je lui confiais la direction de l’Institut d’Urbanisme récemment fondé à notre Université, je lui ai fait confiance. Depuis, cette confiance n’a jamais été démentie »15.

Haut de page

Notes

1 Au cours du débat du colloque « La ruralité entre savoirs et imaginaires » organisé les 25-26 septembre 2014 à l’Université de Strasbourg, les participants ont évoqué aussi la création de l’IUAR, sans se souvenir exactement de la date de sa fondation. Présent au colloque, j’ai signalé qu’il s’agissait du 40e anniversaire des premières pierres de cette fondation. Certains détails de mes informations sur la fondation ont surpris les participants et surtout les jeunes collègues présents de notre Université. Par la suite, le professeur Philippe Hamman, un des organisateurs du colloque et membre de l’IUAR, m’a demandé de préparer pour lui une « histoire très succincte » de la fondation. Malgré mes efforts, mon papier est devenu beaucoup plus long que prévu et pas tout à fait complet. J’ai donc eu envie, par la suite, de compléter le texte initial envoyé à Philippe et de l’annoter pour en faire un texte de témoignage. Je considère, en effet, qu’il est temps aujourd’hui de faire mieux connaître l’histoire de la naissance des Instituts de la Faculté des Sciences sociales. Voilà, pour commencer, ma contribution à ce « devoir de mémoire ».

2 S. Jonas, « Gustav Schmoller et la sociologie naissante », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p. 28-35 ; H. Becher, « Georg Simmel à Strasbourg (1914-1918) », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p. 42-49.

3 Ch. de Montlibert, « Maurice Halbwachs à Strasbourg : une philosophie rationaliste en action », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p. 82-93.

4 C. Rol, « Le “moment” Strasbourg de Georges Gurvitch (1935-1948) », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p. 114-130.

5 M. Jolé, « La sociologie urbaine à Strasbourg avec Henri Lefebvre », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p. 134-141 ; S. Jonas, « Abraham Moles, l’Université de Strasbourg et la Hochschule für Gestaltung d’Ulm (1961-1968) », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p. 142-149.

6 S. Jonas, Le cœur de la ville, thème fondamental de la cité humaine, Diplôme d’Études Supérieures (DES), Centre Universitaire des Hautes Études Européennes, Université de Strasbourg, 1964, 126 p. (dir. H. Lefebvre et A. Moles).

7 S. Jonas, « La pyramide des âges des maisons : essai d’application d’une méthode démographique à la discipline d’urbanisme », Revue Géographique de l’Est, janvier-juin 1968, p. 67-74. Voir aussi : É. Juillard, « La région : essai de définition », Annales de Géographie, 387, septembre-octobre 1962, p. 483-499.

8 L. Braun, Pour Georges Livet, USHS, Strasbourg, 1986, 20 p. ; Les Amis des Universités de l’Académie de Strasbourg (AUAS), Hommage au Doyen Georges Livet, Strasbourg, 2002, 40 p.

9 S. Jonas, « L’Institut d’Urbanisme de Strasbourg, 1923-1929 : un projet étatique et municipal audacieux inachevé », Revue des Sciences Sociales, 23, 1996, p. 234-243. S’inspirant du programme pédagogique de l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IAUUP), fondé en 1924, le projet du Député Maire socialiste de Strasbourg, Jacques Peirotes, était principalement destiné à former en urbanisme le personnel municipal, départemental et préfectoral, avec un cursus universitaire de formation continue. L’échec des socialistes aux élections municipales de 1929 et l’élection du Maire communiste Charles Hueber (1929-1935) ont fait capoter le projet qui était prêt en 1928.

10 S. Jonas, Le cœur de la ville : problèmes de centralité, thèse de 3cycle, Université Louis Pasteur de Strasbourg, 1972, 273 p. (dir. Prof. A. Moles).

11 Th. Paquot, « Julien Freund, l’intellectuel frontière qui n’a pas de frontière », Revue des Sciences Sociales, 40, 2008, p. 154-161.

12 Le Doyen Livet, présent à la réception que j’ai organisée en 1996 à l’occasion du vingtième anniversaire de l’IUAR, a confirmé le fait qu’il a bien associé Julien Freund à son projet de 1970 pour créer un Institut d’Urbanisme. Ainsi, la formulation dans la demande de la Faculté des Sciences Sociales de la création d’un Institut d’Urbanisme du 9 avril 1975, adressée au Conseil de l’Université, selon laquelle « dès 1970, le Professeur Julien Freund avait présenté au Doyen Livet un projet d’Institut d’Urbanisme », est à corriger et s’explique sans doute par la stratégie de notre Faculté de montrer l’antériorité de notre projet. Je n’ai pas protesté à l’époque contre cette formulation glissée dans mon projet, introduite à la demande de quelqu’un – suite à un amendement ? – de toute façon signée par le Doyen Claude Régnier. Je suis intimement convaincu que ce n’était pas Julien Freund qui l’avait demandé.

13 P. Erny, « L’Institut d’Ethnologie a vingt ans », Revue des Sciences Sociales, 9, 1980, p. 271-277.

14 J. Duvignaud, « Préface », in : G. Namer, Mémoire et société, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987, p. 8.

15 G. Livet, « Préface », in : S. Jonas, Le Mulhouse industriel : un siècle d’histoire urbaine, 1740-1848, 2 vol., Paris, L’Harmattan, 1994, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Jonas,
« La fondation 
de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR) de la Faculté des Sciences sociales 
de l’Université de Strasbourg »
Revue des sciences sociales,
54 | 2015,  142-147.

Référence électronique

Stéphane Jonas, « La fondation 
de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR) de la Faculté des Sciences sociales 
de l’Université de Strasbourg »
Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015,
mis en ligne le 30 juin 2018,
consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/revss/2410 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2410

Haut de page

Auteur

Stéphane Jonas

Sociologue-urbaniste, Professeur honoraire

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR)
, Faculté des Sciences sociales, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals