Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

L’expérimentation en immersion

Une méthode d’enquête ethnographique pragmatiste
Experimentation in Immersion
Irène Pereira
p. 148-155

Résumés

L’article propose de présenter une méthode d’enquête en immersion qui met l’accent sur l’expérimentation. Cette approche entend s’inscrire dans une perspective pragmatiste qui accorde une prépondérance non pas à une simple observation, mais à l’expérimentation d’hypothèses sur son terrain par l’enquêteur. Sur le plan épistémologique, l’intervention du chercheur sur son terrain n’est pas conçue ici comme un risque de biaisage, mais comme un révélateur. Dans cet article, il s’agit plus spécifiquement d’établir un répertoire de techniques d’enquête qui ont été utilisées par l’auteur sur différents terrains. Enfin, l’étude se termine sur les garde-fous déontologiques qu’implique l’usage de l’expérimentation.

Haut de page

Texte intégral

1Une ethnographie en immersion est sans doute toujours engageante : le sociologue ou l’ethnologue se trouve, non seulement en tant que chercheur mais aussi que personne, immergé dans un terrain. Les ethnographies que j’ai menées en immersion ont bien souvent impliquées en plus une autre forme d’engagement : l’engagement militant syndical, politique ou associatif. Je vais m’attacher ici à montrer comment ces deux formes d’engagements ont été amenées à se confondre en partie dans le cadre de la méthode d’enquête ethnographique, inspirée du pragmatisme philosophique, que j’ai été conduite à adopter.

  • 1 Charles Sanders Peirce, « Comment se fixe la croyance ? », Revue philosophique de la France et de l (...)
  • 2 John Dewey, Logique, la théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1993.
  • 3 Katia Angue, « Rôle et place de l’abduction dans la création de connaissances et dans la méthode sc (...)

2L’ethnographie, en tant que méthode de recueil de données, est l’héritière de l’épistémologie empiriste du positivisme du 19e siècle. Elle trouve l’une de ces principales sources dans le naturalisme : il s’agissait alors de recueillir des données ethnologiques tout comme on collecte des données sur la flore ou la faune. Cette méthode assure un primat à l’observation comme le rappelle la devise « voir, c’est savoir »,  inscrite sur le frontpice du pavillon d’anthropologie de la World’s Columbian Exposition de Chicago en 1893. Pour sa part, l’épistémologie du pragmatisme philosophique de Peirce1 et de Dewey2, rompt avec l’intellectualisme du rationalisme, mais sans se réduire à la passivité de l’empirisme. En effet, il s’agit d’expérimenter des hypothèses, élaborées par un raisonnement abductif3, afin d’en évaluer la validité par leurs effets pratiques.

  • 4 Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865), Paris, Livre de Poche, (...)
  • 5 René Barbier, La recherche-action, Paris, Economica, 1996.

3L’expérimentation comme méthode en sciences sociales a principalement trouvé deux types d’application. La première réside dans les expériences de laboratoire en psycho-sociologie : on se situe ici dans l’héritage de la méthode hypothético-déductive issue de la biologie4. La psycho-sociologie, dans son usage de la méthode expérimentale, a soulevé certaines critiques : caractère non-mécanique et donc non reproductible des comportements humains, problèmes éthiques liés à l’instrumentalisation à des fins expérimentales des personnes… La seconde application qu’il est possible de citer réside dans la recherche-action : celle-ci de Kurt Lewin à René Barbier5, par exemple, se réfère explicitement à l’expérimentalisme de John Dewey. Ce dernier, comme on le sait, a eu en effet une influence sur les sciences sociales via l’école de Chicago. Ce qui est mis en avant dans la recherche-action, c’est cette fois la visée d’effets pratiques qui tendent à une transformation sociale non à des fins de recherche appliquée.

  • 6 Hubert De Luze, L’ethnométhodologie, Paris, Economica, 1997.

4L’ethnographie semble de son côté être restée relativement étrangère à l’expérimentation. Il est néanmoins possible de citer par exemple la méthode du breaching (provocation expérimentale) utilisée par Harold Garfinkel qui vise à créer une rupture avec les usages conventionnels de manière à faire apparaître les normes implicites qui sont à l’oeuvre dans ceux-ci6. Élaborer une méthode expérimentale en ethnographie, c’est se situer dans la continuité d’une telle démarche qui consiste à faire émerger ce que la simple observation passive ne nous permet pas d’atteindre. C’est en effet, le rôle qu’assigne Francis Bacon au dispositif expérimental : il doit forcer la nature à parler.

  • 7 Voir sur ce point ce qu’écrit Richard Shusterman de John Dewey : Vivre la philosophie, Paris, Klinc (...)

5Mais une telle attitude peut ne pas aller sans difficultés éthiques : le projet de Bacon peut être vu comme inaugurant une domination, par la science, de la nature. Or dans le cas de l’ethnographie, où il s’agit d’êtres humains, la question de leur instrumentalisation à des fins scientifiques se trouve posée. L’immersion interprétée dans un sens pragmatiste de « continuité de l’expérience »7 constituerait néanmoins ici la garantie d’une position d’authenticité existentielle contre la facticité que supposerait l’instrumentalisation.

6Ainsi, après avoir situé le contexte des enquêtes en immersion en milieu militant que j’ai menées, je reviendrai sur les dispositifs d’expérimentation que j’ai été conduite à utiliser, pour terminer en m’interrogeant sur les conséquences éthique et déontologique que pose cette méthode.

L’enquête en immersion comme continuité existentielle de l’enquête scientifique et de l’engagement militant

  • 8 Richard Shusterman, op. cit.
  • 9 Gérard Deledalle, L’idée d’expérience dans la philosophie de John Dewey, Paris, PUF, 1967.

7Richard Shusterman8 a montré comment John Dewey remet en cause la séparation des sphères de l’activité propre à la modernité tel que l’a énoncé Max Weber. À la fois dans son œuvre philosophique et dans son existence, Dewey remet en question la séparation entre l’éthique existentielle, l’art, la science et l’engagement politique. La notion d’expérience9 est centrale pour appréhender sa philosophie. Il y a donc une continuité expérientielle de l’existence et non une séparation entre des sphères d’activité incommensurables.

  • 10 Dominique Schnapper, « L’expérience-enquête au Conseil constitutionnel », Sociologie, n°  3, vol.   (...)

8Avec la notion d’expérience-enquête, Dominique Schnapper10 a théorisé une forme d’enquête ethnographique en immersion qui récuse la coupure épistémologique entre le monde vécu de l’expérience quotidienne et l’activité scientifique. En effet, ce qui selon elle distingue sa démarche de l’observation participante, c’est qu’elle n’a pas effectué une entrée dans le terrain pour mener son enquête, mais c’est parce qu’elle a été nommée membre du Conseil constitutionnel, qu’elle a commencé à mener une enquête sur cette institution.

  • 11 Pierre Ansart, Naissance de l’anarchisme, Paris, PUF, 1970.

9Je me suis retrouvée dans une situation similaire lorsque j’ai commencé ma thèse de doctorat en sociologie. J’étais militante depuis un peu moins d’une année dans une organisation politique libertaire et un syndicat SUD lorsque j’ai décidé d’en faire mes terrains pour une thèse sur le militantisme. Ce choix a été guidé par plusieurs préoccupations. Je souhaitais travailler sur une hypothèse visant à dégager des « homologies structurales »11 entre la philosophie pragmatiste et des pratiques militantes. J’avais été conduite à formuler cette hypothèse à partir de l’expérience, à laquelle j’avais participé, de la mobilisation contre le Contrat Première Embauche (CPE). Mon hypothèse était donc déjà la conséquence d’une expérience d’immersion et d’engagement militant. En 2005-2006, j’effectuais alors un Master II sur la philosophie de John Dewey. Or il me semblait déceler des parallèles entre les théories formulées par cet auteur et les pratiques militantes durant ce mouvement. Je souhaitais donc voir s’il était possible de modéliser la grammaire de ces pratiques militantes à partir de la philosophie pragmatiste.

10Pour mener à bien ce projet, il était nécessaire que je m’appuie sur un ou plusieurs terrains. S’ouvraient alors trois possibilités. La première aurait consisté à prendre d’autres terrains que ceux dans lesquels je militais déjà. Mais d’un point de vue pratique, cela semblait impossible : non seulement je militais déjà dans deux organisations, mais en outre j’étais également salariée. La seconde option aurait consisté à abandonner mes engagements militants pour aller observer des organisations dans lesquelles je n’avais pas déjà une immersion militante : cependant du point de vue de mes premiers engagements militants, cela aurait pu paraître relativement opportuniste. Il me restait donc une option : prendre comme terrain les organisations dans lesquelles j’étais déjà en situation d’immersion militante.

Présentation des terrains : SUD Culture Solidaires (2006-2011)

11Durant les années 1994-1998, je milite à la CNT-FAU (syndicat étudiant anarcho-syndicaliste). En 1998, je deviens agent de surveillance vacataire dans un musée de la Région parisienne, avant de passer un concours en 2000 et d’être titularisée en 2003. La principale organisation syndicale sur mon lieu de travail, est la CGT Culture. Mais je ne partage pas les pratiques militantes de cette organisation syndicale que je trouve trop verticale. Durant l’été 2005, un collègue m’annonce qu’il est en train de créer une section syndicale SUD Culture Solidaires et me propose d’y participer. Je décide donc de rejoindre cette organisation durant le dernier trimestre de l’année 2005.

12SUD Culture Solidaires est un syndicat adhérent à l’Union syndicale Solidaire et qui a été créé en 1996. Il s’agit d’une organisation nationale implantée dans différents secteurs publics et privés de la culture : musées, archéologie préventive, spectacle vivant, édition, journalisme… Au moment où j’y adhère, il s’agit de la troisième force syndicale du Ministère de la Culture. L’organisation comprend officiellement environ 1 000 adhérents au moment où je la quitte.

13J’ai soutenu ma thèse de doctorat en 2009. J’ai continué par la suite mon enquête sur ce terrain et j’ai été conduite à publier en novembre  2010 un ouvrage qui faisait la synthèse de mon travail sur ce terrain sous le titre Les travailleurs de la culture en lutte, Paris, D'ores et déjà, 2010. Au printemps 2011, j’ai passé un concours pour être professeure de philosophie dans le secondaire et j’ai quitté SUD Culture pour rejoindre SUD Éducation en septembre 2011 : ce qui a signifié ma sortie de ce terrain.

Présentation des terrains : Alternative libertaire (2006-2011)

14Lorsque je décide d’adhérer à SUD Culture Solidaire, j’effectue également la démarche d’entrer en contact avec des militants de l’organisation politique Alternative libertaire dont je sais qu’un certain nombre d’entre eux sont également militants dans les syndicats SUD. Je rejoins alors un groupe qui est localisé dans le sud de Paris, zone géographique où je résidais également à cette époque.

15Alternative libertaire est une organisation constituée en 1991 et dont les militants se reconnaissent dans un courant du mouvement anarchiste, le communisme libertaire. L’organisation revendique officiellement 300 militants répartis sur l’ensemble de la France. En théorie, les statuts d’Alternative libertaire supposent que tous les adhérents soient des militants actifs. Ceux qui ne peuvent pas être militants basculent normalement sous le statut de sympathisants.

16Je milite jusqu’en juin 2009 dans le groupe (CAL – Collectif pour une alternative libertaire) du sud de Paris, puis durant l’année 2010, dans le groupe qui se situe dans le nord de Paris. À partir de septembre  2011, je rejoins le département du Cher et je ne suis plus rattachée à un groupe. En septembre  2012, je change d’affectation professionnelle et je rejoins le groupe qui se trouve à Orléans. À partir de l’été 2013, une nouvelle affectation professionnelle dans les Yvelines, où un groupe est en cours de constitution, me conduit à quitter le statut de militante nationale et à limiter mon engagement à celui de cotisante locale.

  • 12 Georges Lapassade, L’ethnosociologie, Paris, Klincksieck, 1991.
  • 13 Bastien Soule, « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de (...)

17Lorsque je commence mon enquête ethnographique, je suis donc déjà dans en situation d’immersion dans mes terrains. Néanmoins, le fait de mener une enquête ethnographique va m’inciter à intensifier mon engagement dans ceux-ci. En effet, je ne souhaite pas adopter une attitude « d’observation participante périphérique », mais « d’observation participante complète »12. Je ne désire pas seulement observer les pratiques militantes sur mon terrain, mais bien participer pleinement aux activités à l’instar d’une militante active. Néanmoins, cette attitude, que l’on pourrait même qualifier de « participation observante »13, me conduit à sauter une étape en passant de l’observation à l’expérimentation comme je vais le montrer par la suite.

  • 14 Georges Lapassade, op. cit.
  • 15 X Irène Pereira, « L’actualité d'une idéologie de la Belle époque : Le syndicalisme révolutionnaire (...)
  • 16 Irène Pereira, Travailler et lutter, Paris, L’Harmattan, 2016.
  • 17 Avec Nada Chaar, « La souffrance au travail des enseignants stagiaires », in Jean Ferrette, Souffra (...)
  • 18 Situation dans laquelle se trouve un certain nombre d’enseignants débutants : Laurence Begugnat sur (...)
  • 19 « Lost in transition – Essai d’auto-ethnobiographie » : à paraître dans Chercheurs critiques, terra (...)

18Néanmoins, je dois préciser que la situation d’immersion, et même d’engagement militant, ne conduit, pas nécessairement à l’ethnographie comme expérimentation participante. En effet, toutes les autres enquêtes que j’ai menées jusqu’à présent ont comporté une part d’immersion et pour certaines d’engagement militant, mais pas nécessairement d’expérimentation. Il m’est possible de dégager trois autres types de situation. La première est « l’observation non-participante »14 : j’ai été conduite à utiliser cette méthode pour une recherche-action dans le cadre d’un syndicat du bâtiment où j’ai observé les activités des membres, même si j’ai pu être conduite à participer à certaines activités de ce syndicat – donc à être en situation d’immersion - pour mener mes observations15. J’ai été amenée à utiliser la méthode de l’observation participante complète pour effectuer deux enquêtes ethnographiques en sociologie du travail : l’une sur les agents d’accueil et de surveillance dans les musées16 et l’autre sur les enseignants stagiaires dans l’Éducation nationale dans le cadre de la réforme Chatel de la formation des enseignants17. Cette situation de continuité existentielle qu’implique la recherche en immersion, n’est pas sans risque pour le sujet-chercheur puisque dans le cas de la situation des enseignants stagiaires, elle m’a conduite à un burn-out professionnel18. Enfin, j’ai mené une enquête en situation d’observation participante complète comme adhérente active dans une association qui autogérait un café militant19. Ces différentes expériences d’immersion n’ont pas été, selon moi, des situations d’enquête en immersion mettant en œuvre une expérimentation participante. En effet, l’expérimentation conduit selon la définition que je vais adopter dans le cadre de cet article à produire des effets sur le terrain et à pouvoir potentiellement le transformer. Le chercheur n’est donc plus alors dans une attitude d’observateur neutre. Sa présence ne modifie pas involontairement le terrain comme un biais inévitable de l’observation qui supposerait une relation entre le sujet observant et l’objet étudié, mais l’expérimentation constitue, comme on le verra par la suite, une tentative délibérée de modifier le terrain dont aussi bien la réussite que l’échec sont porteurs d’enseignements scientifiques.

  • 20 Marc Bessin et al., Bifurcactions – Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris (...)
  • 21 Michaël Vogtli, « Du jeu dans le Je : ruptures biographiques et travail de mise en cohérence », Lie (...)

19Enfin, il est nécessaire d’effectuer une remarque sur la relation entre désengagement militant, sortie du terrain et continuité existentielle de l’expérience. Comme je l’ai précisé en introduction, la condition de l’authenticité, et donc comme on le verra d’un respect déontologique des acteurs dans cette démarche pragmatiste d’immersion, se trouve dans la continuité existentielle de l’expérience. De fait, cette démarche ne conduit pas à une entrée artificielle sur le terrain dans le seul but de mener une enquête scientifique, de même sa poursuite ou son achèvement sont liées aux bifurcations20 ou aux ruptures21 biographiques du chercheur.

Répertoire de dispositifs d’expérimentation en situation d’enquête en immersion

20Comme je l’ai rappelé en introduction, l’expérimentation est utilisée en recherche-action. Mais la différence entre la recherche-action et l’expérimentation participante se situe à deux niveaux. D’une part, parce que la recherche-action est compatible avec une position de chercheur en situation d’observation non-participante. D’autre part, la recherche-action se situe dans le cadre de la recherche appliquée et non pas de la recherche fondamentale. Dans le cadre de l’expérimentation participante, la continuité existentielle entre militantisme et recherche scientifique fait que les objectifs pratiques propres au militantisme et les objectifs de connaissance sont indissociablement liés. Il n’y a pas de séparation entre les deux sphères d’activité. Je vais ci-dessous proposer un répertoire des expérimentations que j’ai été conduite à mener sur mon terrain.

Expérimenter pour apprendre : quand « connaître c’est faire »

21Le premier degré de rupture avec une épistémologie de l’ethnographie qui identifie « voir » et « savoir » consiste à « faire pour connaître ». Cette identité du faire et du connaître a été énoncée par le philosophie italien Giambattista Vico affirmant la réciprocité du « vrai » et du « fait » : ainsi l’on ne connaît bien que ce que l’on fait.

  • 22 Samuel Joshua, « Savoirs militants : une approche didactique », L’engagement en question, Contretem (...)
  • 23 La sociologie du travail peut elle aussi supposer l’acquisition de tels savoir-faire comme le montr (...)

22Effectuer une ethnographie en milieu militant, supposerait qu’acquérir les savoir-faire propres à l’activité militante22. Ces savoir-faire peuvent être acquis au cours de formations militantes, mais pour un certain nombre d’entre eux, ils supposent également une pratique23. Ainsi, dans le cas du syndicalisme, une grande partie de l’apprentissage s’effectue sur le tas et non dans le cadre de sessions de formation.

23Mais l’expérimentation par le sujet sociologue, en vue d’un apprentissage dont il puisse restituer le procès, implique également une mise à l’épreuve. Le chercheur doit se mettre à l’épreuve par l’expérimentation de réussir cette acquisition de compétence. L’enquête ethnographique en immersion est-elle même une expérience existentielle dans laquelle est engagé le scientifique.

Expérimenter d’être une militante syndicale

  • 24 Pour une analyse plus détaillée de cette expérimentation voir : Irène Pereira, Les travailleurs de (...)

24Au moment où j’entreprends ma thèse de doctorat, je n’ai que peu d’expérience du militantisme syndical24 comme salariée et la section syndicale que j’ai rejoint est balbutiante. Elle a vivoté pendant sa première année d’existence et elle connaît à ce moment-là un désengagement de l’un de ses membres fondateurs. Il s’agit d’une section syndicale non représentative avec peu d’adhérents : nous ne sommes plus alors que deux adhérents-militants sur le site.

25Cinq ans plus tard, la section syndicale compte une dizaine de militants actifs, le double d’adhérents et obtient la représentativité aux élections syndicales. L’une des mises à l’épreuve durant ma thèse de doctorat a donc consisté à devenir une militante syndicale et à être en capacité d’être l’une des animatrices d’une section syndicale reconnue sur mon lieu de travail.

26Parmi les apprentissages que cela supposait, se trouvait la prise de parole en assemblée générale. L’animation de l’assemblée générale était en effet une épreuve redoutée par les nouveaux militants syndicaux en particulier parce que celle-ci s’effectuait sans microphone dans un hall d’entrée : ce qui supposait de parler suffisamment fort pour être entendu de tous et d’être capable de déployer un argumentaire susceptible de convaincre les collègues de faire grève.

27La mise à l’épreuve était donc double. Être capable par imitation des autres syndicalistes chevronnés de prendre la parole selon les règles de l’Assemblée générale et être capable de porter une voix audible.

  • 25 Marcel Mauss, « Les techniques du corps », Journal de psychologie, n° 32, 1936.

28Lors de la première Assemblée générale, durant laquelle je prends la parole, je crains de ne pas réussir l’épreuve de parler assez fort pour être entendue. Mais en réalité je parviens assez bien à surmonter cette difficulté par la reconversion des techniques du corps25 liées à la projection du souffle que j’avais appris par la pratique des arts martiaux.

29En revanche, peu habituée aux règles implicites des assemblées générales intersyndicales, c’est sur ce plan que j’échoue totalement. Appliquant les règles de l’assemblée générale étudiante où les interventions des syndicalistes ne sont pas régulées par des stratégies intersyndicales antérieures, mon intervention provoque un appel furieux du secrétaire général de la CGT Culture à la Secrétaire nationale de SUD Culture lui expliquant que je viens de « péter une AG et qu’il faut me virer ».

30Cet exemple montre ainsi que l’expérimentation des pratiques indigènes par le chercheur le conduit à devoir apprendre, non seulement à maîtriser des techniques du corps, mais aussi les règles qui norment implicitement les usages. L’échec peut alors apparaître comme un révélateur de ce que l’ethnologue se doit d’apprendre à maîtriser pour réussir son enquête.

L’expérimentation comme méthode en sociologie des controverses

  • 26 Luc Boltanski et Laurent Thevenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

31L’expérimentation en immersion constitue également une méthode applicable en sociologie des controverses à plusieurs titres. Tout d’abord, l’expérimentation peut-être utilisée dans des arènes militantes pour permettre au sociologue une meilleure explicitation des grammaires26 sous-jacentes aux argumentations qui opposent les acteurs entre eux.

32Néanmoins, là encore, il faut tenir compte de la continuité existentielle de l’expérience. Le sociologue est lui-même situé au sein de ces débats : sa position n’est pas neutre. En participant aux controverses comme acteur lui-même, il est en position de lancer des sujets de débat ou de soulever des questions qui font controverse. La réflexivité, qui est une caractéristique du sociologue, n’est pas nécessairement étrangère à la position militante. C’est à la fois en tant que chercheur et militant que l’on peut souhaiter mieux comprendre les tenants et les aboutissants des débats qui nous opposent à d’autres militants ou qui opposent certains militants entre eux. L’expérimentation d’arguments ou des questions posées lors de la participation à des réunions militantes permet de constituer un dispositif comparable à l’entretien collectif, mais sans présenter le même caractère d’artificialité. Les interventions du sociologue ne se distinguent pas fondamentalement de celle d’autres militants. Il arrive couramment qu’un militant novice demande à se faire expliciter un débat durant une réunion. Par ailleurs, le fait d’être un militant engagé sur son terrain, qui intervient dans les controverses, peut-être porteur d’apprentissages pour le sociologue. En tant qu’acteur, il est fort probable que la position qu’il défend est portée également par d’autres militants. Cela lui permet alors par exemple de juger de la polarisation des opinions sur une question ou de faire expliciter les arguments qui sont opposés à cette position.

  • 27 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de force – Essai de balistique sociologique, Paris (...)

33L’expérimentation peut être aussi utilisée dans le cadre d’une sociologie balistique27 des controverses. Il s’agit alors de tenter de tester la portée d’une argumentation. Celle-ci peut donner lieu à deux types de test. Le premier consiste à vérifier la manière dont un type d’argument est reçu par ceux dont on partage les positions. Le second test consiste à essayer d’évaluer les effets d’un argument sur ceux à qui on l’oppose. Néanmoins, comme on va le voir, ce type d’évaluation sur la portée d’un argument s’avère complexe.

Expérimenter la portée d’une argumentation

  • 28 Pour l’analyse de l’ensemble de cette controverse voir : Travailler et lutter, op. cit.

34Alors que je milite à Alternative libertaire, je suis conduite à devenir l’une des actrices d’une dispute qui oppose Alternative libertaire et le Strass (Syndicat du travail sexuel)28.

  • 29 Alternative libertaire, Dossier « Prostitueurs », été 2010.

35Sur les circonstances de ce débat, il me semble nécessaire de préciser deux points qui me paraissent illustrer certaines caractéristiques de la démarche d’expérimentation participante dont je tente de tracer les contours. Tout d’abord, je ne suis pas à l’origine des événements qui déclenchèrent cette controverse, à savoir la publication d’un dossier sur la prostitution dans le mensuel d’Alternative libertaire29. En revanche, je saisis la proposition qui m’est faite d’y participer pour en apprendre davantage sur les controverses militantes liées à la prostitution. Cependant, dans un second temps, lorsque la controverse se déclenche, je prends la décision de participer activement à celle-ci et d’en tirer des enseignements. Je vais m’attacher plus particulièrement ici à mettre en valeur quelques points relatifs à cette expérimentation.

36Une des formes de cette expérimentation a consisté à rédiger les propositions de réponse au Strass qui étaient ensuite validées par le Secrétariat fédéral d’Alternative libertaire. Cela m’a permis de constater quelle était la réception de tel ou tel type d’arguments. Il m’est arrivé également par la suite d’écrire, en mon nom propre, des textes publics sur le sujet, par conviction personnelle. Cela m’a permis également d’évaluer là encore la réception qu’ont pu avoir ces textes : repris sur d’autres supports ou conduisant à me demander d’intervenir publiquement sur la question de la prostitution.

  • 30 Irène Pereira, « Quel rapport entre prostituée et femme de ménage ? », Prostitution et société, n°  (...)
  • 31 Irène (AL Paris-Nord), « Prostitution: le cheval de Troie du capitalisme », AL, n° 212, février 201 (...)

37En revanche, il m’est apparu plus difficile d’évaluer la portée d’un type d’argumentation sur ces opposants. En particulier, j’ai été conduite à écrire d’une part un texte sur l’argument visant à comparer les prostituées et les femmes de ménage30 et d’autre part un autre texte discutant le caractère marxiste de la syndicalisation des prostituées31. En ce qui concerne par exemple la première comparaison que j’avais vu émerger à l’automne 2009, je ne l’ai plus revu apparaître dans le débat militant par la suite. Néanmoins, rien ne permet d’affirmer, si ce n’est à titre d’hypothèse possible, que le texte que j’ai publié à ce moment-là et qui a été repris sur plusieurs supports militants a eu une portée sur la limitation de la diffusion de cet argument. On voit donc que l’expérimentation participante peut certes constituer un outil, mais elle n’est pas nécessairement suffisante à elle-même pour mesurer ses effets.

Expérimenter l’introduction d’innovations

38La forme d’expérimentation participante la plus radicale consiste dans celle qui vise à transformer le terrain d’étude. La construction d’une section syndicale reconnue sur un lieu de travail, et pas seulement l’apprentissage des savoir-faire militants, constitue une expérience de ce type. De même, l’intervention dans le débat sur la prostitution, en introduisant des arguments qui ne figurent pas nécessairement dans le répertoire argumentatif habituellement utilisé par les militants des deux bords, peut constituer un autre exemple de cette dimension de l’expérimentation participante.

  • 32 Giambattista Vico, De l’antique sagesse de l’Italie, Paris, Flammarion, 1993
  • 33 Bruno Latour, Petite réflexion sur le culte moderne des dieux faitiches, Paris, Éditions Synthélabo (...)

39Sur le plan épistémologique, ce type d’intervention présuppose une rupture forte avec la théorie de la vérité comme représentation de la réalité. Elle implique un présupposé nettement constructiviste : le sujet connaissant construit la réalité qu’il connaît. Il n’est pas extérieur à cette réalité, mais un acteur immergé dans celle-ci. Néanmoins, on aurait tort d’opposer trop simplement constructivisme et réalisme. Telle n’est d’ailleurs pas la position de Vico dans De l’antique sagesse de l’Italie32. Tout d’abord, parce que comme l’affirme Bruno Latour, ce qui est construit a une réalité33. Mais au-delà même de cela, c’est que ce qui est construit ne pourrait pas exister s’il était impossible dans un contexte donné. Une hypothèse – militante ou scientifique – peut réussir ou échouer. Mais l’une ou l’autre conséquence est également source de connaissance. Ainsi, la réussite semble montrer que le contexte rendait possible la réalisation effective d’une telle hypothèse. À l’inverse, il est également intéressant du point de vue scientifique de produire des interprétations de ce qui a conduit à l’échec d’une hypothèse. Cet échec ouvre alors la voie à plusieurs types d’interprétation.

Expérimenter une innovation, interpréter son échec

  • 34 Pour une analyse plus détaillée de cette expérimentation : Irène Pereira, « Épreuve de légitimité e (...)

40Au sein d’Alternative libertaire, j’avais pu constater une polarisation en deux des opinions sur le rapport entre luttes sociales et sociétales34. Une partie des militants adoptait une position qui plus ou moins explicitement accordait une place centrale à la lutte contre le capitalisme. À l’inverse, d’autres militants considéraient qu’il y avait plusieurs systèmes d’oppression équivalents. Ces débats peuvent paraître théoriques, mais il est possible de remarquer qu’il existe une certaine congruence entre les discours et les actions des militants. De fait, ces débats avaient également un versant stratégique organisationnel.

41Les militants partisans de la pluralité de fronts de lutte équivalents, investis en particulier dans la commission anti-patriarcat et anti-raciste, souhaitaient que cette égalité se traduise par un changement organisationnel avec la reconnaissance d’un statut de branche à ces commissions et donc un pouvoir de décision accru conféré à ces entités. Cela se traduisit par la décision de présenter deux motions lors du congrès d’AL de 2010 : l’une sur la pluralité des fronts de lutte et l’autre sur l’organisation en branche. Je me propose pour écrire la première tandis qu’une autre militante se charge de la seconde motion.

42Lors du congrès, ces deux motions sont rejetées. Le premier enseignement que l’on peut tirer de ce rejet, c’est que ces deux positions sont semblent-ils minoritaires au sein de cette organisation.

43Néanmoins, il est possible sur un plan sociologique de s’intéresser à la composition de l’organisation. Elle comprend moins de 20 % de femmes et les personnes racisées y sont également très minoritaires. Du point de vue d’une sociologie de l’articulation des rapports sociaux, il est alors possible de mettre en avant cette réalité pour expliquer ce résultat.

44Cependant, il faut faire attention là également à ne pas tomber dans un déterminisme sociologique simpliste. En effet, l’observation ethnographique des interventions lors des débats laisse apparaître que parmi les défenseurs de ces deux motions, on trouve une minorité d’hommes « blancs » tandis que parmi les adversaires de ces motions se trouvent également des femmes.

45Sur le plan épistémologique, on associe le pragmatisme de William James à un vérificationnisme : le vrai c’est ce qui réussi. La mise en œuvre de la méthode expérimentale en ethnographie conduit à montrer que la question de la vérification des hypothèses par leur réussite n’est pas nécessairement l’enjeu central. Cela d’autant plus qu’il n’est pas possible d’isoler une hypothèse et de répéter l’expérience afin de vérifier que l’effet produit est imputable à celle-ci. En revanche, l’échec d’une hypothèse peut s’avérer tout à fait intéressant à deux titres. Le premier car il peut conduire le chercheur à déceler des éléments, par exemple des normes, qui ne lui apparaissaient pas dans le cadre de la simple observation. Le second tient au fait que l’échec suppose d’être interprété pour en comprendre les raisons ou les causes. La complexité du monde des usages que restitue l’ethnographie, à la différence de l’espace artificiel du laboratoire, ne permet pas néanmoins de prétendre clore l’interprétation. Il n’est possible que de proposer différentes hypothèses interprétatives.

Limites éthiques et déontologiques de l’expérimentation dans une enquête en immersion

  • 35 Cela apparaît par exemple dans un projet de Charte déontologique élaborée par l’AFS : « La recherch (...)

46La recherche en immersion soulève des questions éthiques en particulier lorsqu’elle se fait à couvert ou de manière dissimulée35. Mais l’expérimentation en soulève également. Elles sont de mon point de vue principalement de trois types. Le premier est celui du rapport éthique de soi à soi : il s’agit des limites personnelles que se fixe le chercheur dans son rapport à lui-même. Les deux autres touchent les questions de déontologie professionnelle. D’une part, il s’agit du respect dû à la personne des acteurs. D’autre part, il s’agit de la question du rapport entre engagement et objectivité scientifique.

47Les limites éthiques du chercheur liées à l’expérimentation me semblent de deux types. Tout d’abord, ce sont les limites qu’il se fixe par rapport à son intégrité physique et mentale. Par exemple, pour ma part, bien que consacrant une partie de mon activité à la sociologie du militantisme, j’évite à titre personnel les situations de violence politique alors même que par ailleurs je me confronte dans des salles de sport de combat à un usage réglementé de la violence physique. La seconde limite est celle que se fixe le chercheur en fonction de son éthique personnelle. Par exemple, à titre personnel, il me semblerait acceptable de mener une enquête à couvert sur un groupe d’extrême droite, mais pas sur une organisation de la gauche radicale. Tout simplement parce que dans le premier cas, il me semble que la recherche ne pourrait pas être envisageable si elle n’était pas dissimulée, alors que dans la seconde situation des relations de proximité idéologique peuvent favoriser des relations de confiance avec les acteurs du terrain.

48Les deux autres limites sont liées à la déontologie professionnelle. La première porte sur le rapport à autrui dans le cadre de pratiques d’expérimentation en situation d’immersion. Il me semble que le rapport authentique à soi (c’est-à-dire ce que j’ai appelé dans le paragraphe précédent l’éthique) est le premier critère. Une expérimentation me paraît déontologiquement acceptable dans la mesure où elle est toujours liée à un rapport existentiel authentique à soi et pas seulement à des fins scientifiques. Si l’on prend l’exemple d’une immersion militante, il me semble qu’une expérimentation est déontologiquement acceptable si le chercheur l’effectue pour des raisons de conviction militante, comme indigène sur son terrain, et jamais simplement à des fins scientifiques. C’est-à-dire qu’il agit d’abord pour ce qu’il est pour les autres acteurs de son terrain, à savoir comme un militant.

49Néanmoins, comme j’ai pu m’en apercevoir, même lorsque l’on agit en essayant d’être dans un rapport authentique à son éthique personnelle, cela n’empêche pas des malentendus avec certains acteurs sur le terrain. Lorsque j’ai commencé mon enquête à Alternative libertaire, je me suis tournée vers le Secrétariat fédéral de l’organisation pour avoir un interlocuteur qui m’autorise officiellement à mener cette enquête : c’était pour moi une exigence éthique. L’annonce de mon travail est parue dans le bulletin intérieur de l’organisation sans susciter de réactions. J’ai également demandé à pouvoir utiliser des extraits des courriels envoyés sur les listes internes de l’organisation. Le Secrétariat fédéral de l’organisation me demanda alors d’envoyer un courriel sur les listes pour prévenir de cet usage sans que des militants n’y opposent d’ailleurs de veto en retour. En revanche, une fois ma thèse soutenue et mise en ligne, cet usage suscita une polémique interne pour plusieurs raisons. La première tenait au fait que certains militants n’avaient pas été prévenus de ce travail : certains n’étaient pas encore adhérents ou d’autres n’ont pas prêté attention à l’information. La seconde tient au fait que nombre de militants ignoraient les méthodes de l’ethnographie, pensant que la recherche sociologique se contentait d’effectuer des entretiens et des statistiques. Ils virent dans l’usage de ces éléments internes une divulgation excessive d’informations qu’ils jugeaient confidentielles. Les derniers éléments tinrent sans doute au fait que j’étais moi-même située en tant que militante dans les débats dont je rendais compte comme chercheuse. Les éléments qui ont fait polémiques sont le jugement porté par certains militants dans les entretiens sur d’autres ou encore l’objectivation de la trajectoire sociale de certains militants avec leur classement dans des catégories sociologiques. Ces polémiques conduisirent le Secrétariat fédéral de l’organisation à édicter de nouvelles règles concernant les conditions d’observation ethnographiques, avec des demandes d’autorisation assez compliquées, qui conduisirent à mon relatif « désengagement ethnographique » avant même mon relatif désengagement militant pour raisons géographiques.

50La dernière dimension déontologique de cette expérimentation en immersion militante me semble résider dans les relations entre activité scientifique et activité militante. J’ai énoncé le fait que d’un point de vue pragmatiste, il y avait une continuité entre les deux sphères et non une séparation. Cependant qui dit continuité ne signifie pas non plus une confusion totale et une absence d’autonomie. En effet, le premier écueil consiste à utiliser l’expérimentation participante comme une forme de légitimation par le statut scientifique d’un pouvoir militant. Dit autrement ce qui me semblerait contestable, c’est de revendiquer une légitimité scientifique pour justifier une intervention militante sur le terrain : « je suis légitime à agir et à être suivie en tant que militante parce que je suis sociologue ». L’écueil inverse consiste à se servir de sa position de sociologue pour légitimer dans le champ scientifique une position militante qui n’aurait pas de réalité empirique. Il est sans doute difficile de prétendre à un total désintéressement scientifique sauf à faire du chercheur un être coupé de toute insertion sociale. C’est pourquoi le chercheur doit mettre en place des dispositifs d’objectivation de son travail : il doit s’affronter à des épreuves d’objectivation scientifique. La critique de ses pairs, mais aussi la critique militante, constitue une des épreuves qui permettent d’objectiver la recherche scientifique. Par exemple, en sociologie des controverses, le fait d’être situé ne constitue pas de mon point de vue un obstacle insurmontable, si en revanche le travail mené restitue correctement les logiques internes des argumentations de chaque partie.

Conclusion

51J’ai voulu au cours de cet article mettre en relief plusieurs points. Tout d’abord, il s’agissait d’expliciter les deux caractéristiques majeures de ce qui constitue pour moi, une méthode d’enquête ethnographique pragmatiste : la continuité existentielle de l’expérience et l’expérimentation. La première dimension implique par conséquent la nécessaire immersion du scientifique dans son terrain.

52J’ai dans un second temps donné trois illustrations possibles de la méthode expérimentale en ethnographie. La première a consisté à montrer la place de l’expérimentation dans une épistémologie qui suppose que « connaître, c’est faire ». La seconde avait pour objectif de rendre compte de l’usage de cette méthode expérimentale en sociologie des controverses. Enfin, la dernière a décrit en quoi consiste l’expérimentation ethnographique au sens le plus fort : à savoir l’introduction d’innovations sur un terrain.

53La dernière partie de cet article a été consacrée à discuter les questions éthiques et déontologiques posées par l’expérimentation lors d’une enquête ethnographique en immersion à partir de la notion de continuité de l’expérience. D’une part, il s’agissait de montrer comment l’authenticité de la position que supposait la continuité existentielle de l’expérience évitait de réduire l’expérimentation à une instrumentalisation. D’autre part, il s’agissait de montrer que la continuité des sphères d’expérience ne supposait pas leur confusion totale et impliquait des autonomies relatives.

Haut de page

Notes

1 Charles Sanders Peirce, « Comment se fixe la croyance ? », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n°  6 (Décember 1878), p.  553-569 et « Comment rendre nos idées claires ? », Revue philosophique de la France et de l’étranger, n°  7 (janvier 1879), p.  39-57.

2 John Dewey, Logique, la théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1993.

3 Katia Angue, « Rôle et place de l’abduction dans la création de connaissances et dans la méthode scientifique peircienne », Recherches qualitatives, vol. 28 (2), 2009, p.  65-94.

4 Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865), Paris, Livre de Poche, 2011.

5 René Barbier, La recherche-action, Paris, Economica, 1996.

6 Hubert De Luze, L’ethnométhodologie, Paris, Economica, 1997.

7 Voir sur ce point ce qu’écrit Richard Shusterman de John Dewey : Vivre la philosophie, Paris, Klincksieck, 2001.

8 Richard Shusterman, op. cit.

9 Gérard Deledalle, L’idée d’expérience dans la philosophie de John Dewey, Paris, PUF, 1967.

10 Dominique Schnapper, « L’expérience-enquête au Conseil constitutionnel », Sociologie, n°  3, vol.  2 2011, mis en ligne le 6 janvier 2012, consulté le 11 juillet 2013. http://sociologie.revues.org/1035

11 Pierre Ansart, Naissance de l’anarchisme, Paris, PUF, 1970.

12 Georges Lapassade, L’ethnosociologie, Paris, Klincksieck, 1991.

13 Bastien Soule, « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », in Recherches qualitatives, vol. 27(1), 2007, p. 127-140.

14 Georges Lapassade, op. cit.

15 X Irène Pereira, « L’actualité d'une idéologie de la Belle époque : Le syndicalisme révolutionnaire », Les cahiers de psychologie politique, n° 20, janvier 2012. http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=2050

16 Irène Pereira, Travailler et lutter, Paris, L’Harmattan, 2016.

17 Avec Nada Chaar, « La souffrance au travail des enseignants stagiaires », in Jean Ferrette, Souffrances hierarchiques au travail : l'exemple de la fonction publique, L’Harmattan, 2014, p. 131-146.

18 Situation dans laquelle se trouve un certain nombre d’enseignants débutants : Laurence Begugnat sur « Les déterminants et les conséquences de l’épuisement professionnel des enseignants débutants », 2013. http://institut.fsu.fr/IMG/pdf/burnout_enseignant_debutant_rapport.pdf

19 « Lost in transition – Essai d’auto-ethnobiographie » : à paraître dans Chercheurs critiques, terrains critiques.

20 Marc Bessin et al., Bifurcactions – Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Recherche, 2009.

21 Michaël Vogtli, « Du jeu dans le Je : ruptures biographiques et travail de mise en cohérence », Lien social et Politiques, n°  51, 2004, p.  145-148.

22 Samuel Joshua, « Savoirs militants : une approche didactique », L’engagement en question, Contretemps, n° 19, 2007, p. 16-24.

23 La sociologie du travail peut elle aussi supposer l’acquisition de tels savoir-faire comme le montre des scènes d’ethnographie, par exemple : Nicolas Dodier, Les hommes et les machines, Paris, Métailié, 1995.

24 Pour une analyse plus détaillée de cette expérimentation voir : Irène Pereira, Les travailleurs de la culture en lutte, op. cit.

25 Marcel Mauss, « Les techniques du corps », Journal de psychologie, n° 32, 1936.

26 Luc Boltanski et Laurent Thevenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

27 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de force – Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Petra, 2011.

28 Pour l’analyse de l’ensemble de cette controverse voir : Travailler et lutter, op. cit.

29 Alternative libertaire, Dossier « Prostitueurs », été 2010.

30 Irène Pereira, « Quel rapport entre prostituée et femme de ménage ? », Prostitution et société, n° 2010. http://www.prostitutionetsociete.fr/eclairage/comprendre/quel-rapport-entre-prostituee-et

31 Irène (AL Paris-Nord), « Prostitution: le cheval de Troie du capitalisme », AL, n° 212, février 2012.

32 Giambattista Vico, De l’antique sagesse de l’Italie, Paris, Flammarion, 1993

33 Bruno Latour, Petite réflexion sur le culte moderne des dieux faitiches, Paris, Éditions Synthélabo, 1996.

34 Pour une analyse plus détaillée de cette expérimentation : Irène Pereira, « Épreuve de légitimité et de force au sein des rapports sociaux de sexe en milieu militant », Les cahiers du genre, n° 55, 2013, p. 131-148.

35 Cela apparaît par exemple dans un projet de Charte déontologique élaborée par l’AFS : « La recherche dissimulée consistant à cacher son identité d’enquêteur à une partie ou la totalité des enquêtés soulève des problèmes éthiques importants mais est justifiée dans certaines circonstances. Elle peut être entreprise par exemple pour étudier des groupes sociaux qui refusent tout regard extérieur. Elle peut prendre la forme d’observation participante, ou non participante, dans des espaces privés. La recherche dissimulée ne doit être entreprise que si les autres méthodes de recherche ne permettent pas d’obtenir des informations essentielles pour la recherche. Le sociologue doit alors veiller à préserver à tout prix l’anonymat des participants à la recherche. Dans le cadre d’une enquête sans le consentement explicite des enquêtés, les sociologues doivent veiller à anticiper et résoudre toutes les questions éthiques et déontologiques soulevées. » http://www.afs-socio.fr/sites/default/files/congres09/FormCharte.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Pereira, « L’expérimentation en immersion », Revue des sciences sociales, 54 | 2015, 148-155.

Référence électronique

Irène Pereira, « L’expérimentation en immersion », Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2418

Haut de page

Auteur

Irène Pereira

HDR Sociologie, Chercheuse associée DynamE-PRCE ESPE de Creteil

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals