Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

François Icher, Les compagnons ou l’amour de la belle ouvrage

Marie-Noële Denis
p. 176-177
Référence(s) :

François Icher, Les compagnons ou l’amour de la belle ouvrage, Paris, Découvertes-Gallimard, 1995, 144 p.

Texte intégral

1Le compagnonnage, très ancienne association de travailleurs manuels aux multiples réseaux, à l’origine des syndicats ouvriers modernes, n’a cessé d’intéresser historiens et sociologues.

2À l’origine de l’institution, comme pour beaucoup d’autres, se situent plusieurs légendes qui, en dépit de leurs nombreuses différences, se rejoignent pour placer l’origine symbolique du compagnonnage dans la Bible, lors de la construction du temple de Jérusalem. Aux côtés du roi Salomon se positionnent d’autres personnages supposés avoir joué un rôle essentiel dans la création de l’ordre compagnonnique. Maître Jacques, maître des tailleurs de pierre, le Père Soubise, maître des charpentiers, forment ainsi, aux côtés du roi de Palestine, le triptyque des origines. La Bible et les récits légendaires insistent sur le nombre considérable d’ouvriers : 70 000 manœuvres, 80 000 tailleurs de pierre, constitués en ordre fortement structuré. Afin de payer chacun selon ses mérites Salomon, et son architecte Hiram, instituent une hiérarchie qui n’est pas sans rappeler l’organisation des corporations médiévales : apprenti, compagnon et maître. Chaque corps d’état se voit attribuer une couleur distincte, des signes de reconnaissance et des mots de passe pour éviter les tricheries. Des assemblées se tiennent dans les souterrains du temple afin de recevoir dans l’Ordre ceux qui en sont dignes.

3En fait, l’apparition des premières sociétés compagnonniques se situe dans les derniers siècles du Moyen Âge. Aux métiers de la cathédrale viennent se greffer d’autres corps d’état. Les premiers acceptés en compagnonnage furent, entre le commencement du xiiie et la fin du xive siècle, les tailleurs de pierre et les charpentiers, suivis par les menuisiers et les serruriers. L’émergence de ces premières sociétés secrètes, à caractère compagnonnique, se situe dans le champ historique, en liaison avec les corporations, les cathédrales et les croisades. Il s’agissait de contrer les règles des corporations, trop rigides dans leur système hiérarchique, et qui interdisaient pratiquement à tout ouvrier la liberté de voyager. Un réseau d’accueil se constitue et les compagnons sont hébergés aux étapes de leur périple dans une auberge tenue par une femme appelée « la mère ». Pour construire les cathédrales ils vont jusqu’à Rhodes, à Uppsala en Suède, en Hongrie.

4Mais les réceptions de nouveaux compagnons, les baptêmes symboliques, l’ensemble des cérémonies jugées impies, sacrilèges et superstitieuses, sont de plus en plus mal vues par l’Église. La révocation de l’édit de Nantes (1685) entraîne de grands bouleversements. Ceux qui pratiquent la religion réformée sont obligés de s’exiler à l’étranger. Au xviisiècle il existe de fait deux catégories de compagnons : Les Compagnons du Devoir (rites Jacques et Soubise), de confession catholique, et les Non du Devoir, regroupant les Protestants. Le terme Devoir de Liberté ne remplacera définitivement cette dernière expression qu’à la Révolution.

5En dépit de leurs divisions, mais fortes du nombre et de la qualité de leurs adhérents, les sociétés compagnonniques mettent en place, au xviiisiècle, tout un système de contre-pouvoirs, qui font d’elles les ancêtres du mouvement syndical. Elles imposent des conventions d’embauche, le montant des tarifs des journées de travail, fomentent des grèves, l’« interdit de ville », constituant leur arme ultime.

6Mais le compagnonnage est affaibli par les divisions entre ceux du « Devoir » et du « Non Devoir ». Compagnons catholiques et protestants s’affrontent dans des rixes parfois sérieuses. Des rivalités apparaissent pour le contrôle exclusif d’une ville. La Révolution et la loi Le Chapelier (1791), qui interdit toute association entre ouvriers, vise les corporations, mais aussi le compagnonnage. Néanmoins, il traverse cette crise avec succès du fait de son rôle incontournable sur le marché du travail. Il accueille de nouveaux métiers, organise solidement ses réseaux. Dans chaque étape et pour chaque métier est nommé un « rouleur » chargé de l’accueil et du placement du nouvel arrivant. Un « premier compagnon » et un secrétaire assurent la direction et la gestion des assemblées et des lieux de réunion, « chambres ou cayennes ». Le compagnonnage se trouve au xixe siècle aux sources de l’économie sociale, accordant des repas gratuits aux arrivants, un crédit à certains membres en difficulté financière, en assurant l’embauche et la formation, en versant une pension à ceux qui ne peuvent plus travailler. Les sociétés compagnonniques constituent de véritables laboratoires de ce qui sera plus tard l’économie sociale française.

7Le voyage est le fondement même de l’identité compagnonnique. Le « Tour de France » permet la transformation de l’adolescent en homme de métier qui découvre de nouvelles habitudes de travail, de nouveaux ateliers, de nouveaux employeurs, de nouveaux outils, de nouveaux chantiers. Le Tour de France est strictement encadré par le rouleur qui inscrit chaque arrivant sur le « rôle ». À la fin de la période de travail il procède au « levage d’acquit » qui met fin au contrat moral entre l’ouvrier et l’employeur, il effectue la « conduite » du voyageur, cérémonie qui accompagne le partant. Chaque aspirant possède un passeport compagnonnique qu’il remet aux responsables de sa société à chaque étape, et qui atteste de son passage dans la ville. Après plusieurs mois, le jeune ouvrier est invité à tailler une pièce en vue de son adoption. Il devient alors « aspirant ». L’aspirant deviendra « compagnon » après avoir réalisé un chef-d’œuvre.

8La fin du xixsiècle verra les difficultés s’accumuler avec la naissance du machinisme et de l’industrie capitaliste qui recrute une main-d’œuvre pléthorique, peu coûteuse et sans formation. S’y ajoutent la naissance conjointe du syndicalisme ouvrier, les querelles et l’incapacité des différents courants compagnonniques à se fédérer. Toutes ces nouvelles donnes ont failli sonner le glas du compagnonnage. Mais après la fin de la Seconde Guerre mondiale, quelques difficultés à caractère politique, il survivra grâce à une adaptation réussie à de nouveaux métiers, à une formation d’excellence, à la réputation de ses ouvriers sur des chantiers prestigieux (tels que les monuments du patrimoine, la restauration de la statue de la liberté, à New York) et à son extension à d’autres pays européens.

9Légendes, rites vocabulaire, traditions, structures internes, réseaux, entraide et fraternité ont su traverser les siècles et représenter, encore en notre temps, l’image de l’excellence et de l’éthique du travail manuel. Ce livre nous permet de mettre un terme à bien des légendes. Les témoignages écrits de compagnons, les nombreuses illustrations qui accompagnent traditionnellement les ouvrages de cette collection, et les références en annexe complètent utilement notre information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « François Icher, Les compagnons ou l’amour de la belle ouvrage »Revue des sciences sociales, 54 | 2015,  176-177.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « François Icher, Les compagnons ou l’amour de la belle ouvrage »Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2450

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals