Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

David Le Breton, Disparaître de soi, une tentation contemporaine

Pierre-Emmanuel Niedzielski
p. 177-178
Référence(s) :

David Le Breton, Disparaître de soi, une tentation contemporaine, Paris, Métailié, 2015, 208 p.

Texte intégral

1« Nos existences parfois nous pèsent ». Dès l’ouverture, David Le Breton, donne le ton avec cette phrase qui illustre bien le pouvoir de séduction et l’imaginaire auquel renvoie le sujet de ce livre. Qui n’a jamais rêvé, souhaité aux minima, quelques instants, quelques heures, prendre des vacances de sa vie ? Qui n’a jamais voulu s’éloigner des rôles que l’on se doit de tenir, des liens sociaux qu’il faut maintenir, des injonctions de réussite, d’immédiateté, bref de tous les efforts que nous commande notre existence ? Disparaître de soi, s’intéresse aux formes que prennent ces envies de recul, de couper, de changer sa vie pour un jour ou pour toujours. C’est un sujet original pour une recherche scientifique. Il s’inscrit dans le sillon des travaux précédents de l’auteur sur la voix, les sens ou encore le silence. À travers ces recherches, David Le Breton se préoccupe de ce qui fait la spécificité de l’individu, il se concentre sur les aspects microsociologiques de nos vies, et y trouve des témoignages d’humanité tout en défrichant des chemins encore vierges de balises, avec cette même capacité à observer et à s’inspirer des interstices de nos existences.

2L’auteur prend le soin dans un travail à mi-chemin entre une exploration exhaustive et un choix sélectif de mettre au jour un ensemble de formes que peut revêtir cette volonté de disparaître de soi. Qu’il s’agisse d’une disparition volontaire sans laisser d’adresse, d’un effacement de soi, de plongées dans des activités chronophages et tant d’autres. Celles-ci sont réparties et ordonnées en six chapitres, qui offrent un panorama aussi subtil que complet. Les différents exemples sont mis en lumière par un remarquable travail anthropologique, qui se nourrit tout aussi bien de littérature, de cinéma que de recherches scientifiques. Cet effort mérite d’être signalé tant il rend la lecture passionnante et vivante ; nous voyageons ainsi de Kitano à Perrec, des hikokomori aux ouvrages précédents de l’auteur. En effet, David Le Breton a déjà travaillé sur la recherche de blancheur qui semble être le point de départ de ce livre, qu’il définit comme : « cet état d’absence à soi plus ou moins prononcé, le fait de prendre congé de soi sous une forme ou sous une autre à cause de la difficulté ou de la pénibilité d’être soi » (p. 17).

3Parmi les types de disparition observés certaines m’ont plus saisi que d’autres, non pas qu’elles soient mieux dites, ou plus intéressantes, elles ont simplement raisonné plus fortement chez moi, histoire de sensibilité. Nul doute que chaque lecteur aura la sienne et trouvera dans cette lecture des exemples qui lui seront plus personnels. Nous ne développerons pas tous les sujets dont traite le livre pour se concentrer sur ceux qui nous ont le plus interpellés. Les chapitres sont construits de la même façon : à l’intérieur d’un grand thème, de nombreux exemples servent à le mettre en évidence autant qu’à en définir les contours. Celui sur les adolescents est sans conteste le plus dense, il est vrai que cet âge est un temps complexe de la construction de soi et de son rapport au monde, et que l’auteur a en plus déjà beaucoup écrit sur le sujet.

4Le premier chapitre navigue, avec un rythme assez doux, mais sûr de son fait, à travers des exemples de vies impersonnelles. On replonge dans des lectures connues, un homme qui dort de Perec ou l’histoire de Bartleby dans une nouvelle de Melville, mais en réglant la focale sur ce refus, ce décalage, cet effacement de la vie sociale. Cet éloignement de soi-même, l’auteur la décrit de la sorte : « l’indiffèrent pose une sorte de vitre entre soi et le monde, un mur invisible, afin de ne pas être touché par un évènement ou un personnage susceptible de l’emporter hors des routines auxquelles il préfère se vouer, et l’individu devient un étranger pour ceux qui lui sont proches. Il est sans émotion, sans douleur, sans sensations, sans peur, sans désir, il est ailleurs là ou rien ne l’affecte ; là où il ne craint rien » (p. 40). Le chapitre consacré à la maladie d’Alzheimer avance l’idée d’une interrelation entre la maladie dégénérative et le choix du patient de se retirer du jeu de la vie. De se mettre en retraite de soi-même. L’idée est délicate puisqu’elle questionne la part de responsabilité individuelle dans la maladie, mais elle s’inscrit dans la continuité des travaux de Balier 1979 et Le Ru 2008 : « nous devons appréhender le syndrome démentiel comme une interrelation entre l’atteinte organique et la personnalité ».

5On peut s’interroger sur le sous-titre « une tentation contemporaine », Car tout au long de la lecture, si nous sommes saisis par l’ensemble des formes prises par cette volonté de retrait, c’est surtout par leur existence au cours des époques que nous sommes surpris. Le fait n’est pas nouveau, mais plus visible. Si l’étiquette « burnout » est récente, que le phénomène s’appuie sur des contraintes managériales modernes et un rythme excessif (p. 62), la lecture amène à penser que cette tendance à vouloir s’éloigner de soi-même a parcouru les siècles. D’ailleurs, c’est selon moi une des forces principales de ce livre, le thème est universel plus que culturel, les origines des exemples le démontrent, l’envie de disparaître existe partout et depuis toujours. C’est une sociologie du sensible, de l’être, à laquelle on assiste durant ces deux cents pages remplies par ce regard à la fois curieux et empathique sur nos existences.

  • 1 Luhmann, Niklas, La confiance, Economica, « études sociologiques », 2006, Paris.

6Cette exploration détaillée des formes de disparition de soi, en fait un cadre d’analyse propice à la poursuite de travaux sur ce sujet, pour celui qui le souhaitera. Et ce, en donnant au lecteur une assise bibliographique foisonnante. Si ce découpage précis, documenté, riche et finement ordonné est notable, les chapitres ne trouveront sans doute pas tous le même intérêt aux yeux de certains lecteurs, et peuvent parfois donner une impression de catalogue. Cette impression s’efface, ou s’estompe grâce au style de l’auteur, fluide et aérien. Il faut souligner ce point, le lecteur béotien, étranger aux sciences sociales ne sera pas exclu. Le style est inclusif et permet un partage des idées plutôt que de chercher à instaurer une hiérarchie entre les deux parties, le lecteur et l’auteur, celui qui détient le savoir celui qui le recherche. Les idées sont faites pour être partagées et sans adouber Boileau (ce qui se conçoit bien s’énonce clairement) un registre de langue complexifié s’apparente très souvent à une posture puisqu’elle résulte d’un choix. Niklas Luhman, a fait ce choix pour son ouvrage Systèmes sociaux : Esquisse d’une théorie générale, en expliquant que le degré d’abstraction nécessaire à sa théorie nécessitait une rupture avec le langage courant1. Ce n’est pas le cas ici, les phrases sont toutes porteuses de sens et se suivent en se dispensant de conjonctions de coordination. Les idées s’enchaînent avec une impression de musicalité en laissant le soin au lecteur de les lier les unes aux autres. Cette foultitude d’exemples peut aussi laisser sur sa faim en donnant l’impression de survoler certains sujets. C’est tellement réussi qu’on a du mal à abandonner certains exemples pour passer au suivant, on en voudrait encore ! On se pose la question à la lumière de cette lecture, si les disparitions progressives, mais sans retour, de soi telles quel l’alcoolisme ou la toxicomanie peuvent l’être sur le long terme, en transformant la personne, en détruisant sa personnalité la rendant dangereuse et étrangère à ses proches, ne mériteraient pas une place dans ce livre. Il est vrai que la part belle est donnée aux formes de disparition, épisodiques, qui impliquent un retour. On souhaiterait aussi se poser la question d’un point de vue macrosocial : si déjà à l’échelle d’un individu, la tentation de disparaître est présente qu’en est-il à celle d’une société ? Le mérite principal du livre est de créer un cadre qui par l’analyse fine de plusieurs exemples met au jour une tendance, une caractéristique, une volonté, un aspect de la condition humaine ; vouloir y échapper.

Haut de page

Notes

1 Luhmann, Niklas, La confiance, Economica, « études sociologiques », 2006, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Emmanuel Niedzielski, « David Le Breton, Disparaître de soi, une tentation contemporaine »Revue des sciences sociales, 54 | 2015,  177-178.

Référence électronique

Pierre-Emmanuel Niedzielski, « David Le Breton, Disparaître de soi, une tentation contemporaine »Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2461

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals