Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

Suzie Guth (coord.), Saul Alinsky. Conflit et démocratie locale

Maurice Blanc
p. 181
Référence(s) :

Suzie Guth (coord.), Saul Alinsky. Conflit et démocratie locale, Paris, L’Harmattan, 2013, 214 p.

Texte intégral

  • 1 Le community organizer est celui ou celle qui structure les revendications et la mobilisation de la (...)

1Saul Alinsky est surtout connu comme l’organisateur hors pair des luttes et des revendications des habitants des ghettos de Chicago. Il a en même temps théorisé son action avec le concept, difficile à traduire, de community organizer1. Alinsky est très connu dans le monde anglophone et en Europe du nord ; de nombreux travailleurs sociaux contestataires ont fait le pèlerinage à Chicago pour se former à ses méthodes. En France, il est pratiquement inconnu et, pire encore, sa pensée a été émasculée. Son livre majeur, Rules for Radicals : A Pragmatic Primer for Realistic Radicals (1971), a été traduit avec le titre très affadi de : Manuel de l’animateur social. Une action directe non violente (Seuil, 1976). Une nouvelle traduction, avec un bien meilleur titre, est parue récemment : Être Radical, Manuel pragmatique pour radicaux réalistes (Bruxelles, Aden, 2011).

2La découverte tardive en France d’Alinsky est liée au succès de la notion d’empowerment dans les débats sur la participation des habitants dans la politique de la ville, même si Alinsky ne l’a pas utilisé ; il l’aurait sans doute trouvé trop fade : « le pouvoir ne se concède pas, il se prend ». Mais il y a au moins trois interprétations de l’empowerment (Bacqué et Biewener, 2013). D’abord la version « radicale », au sens anglais du terme : elle encourage les pauvres à s’émanciper de toutes les institutions qui cherchent à les domestiquer, y compris les institutions « sociales ». Il existe à l’opposé une version néo-libérale et réactionnaire qui connaît un succès grandissant : elle voudrait supprimer les institutions étatiques qui produiraient des « assistés sociaux ». Ici, l’empowerment vise à faire de chaque individu un « entrepreneur de soi », seul responsable de ses échecs et de ses réussites. Entre les deux, une version « social-démocrate » vise à bousculer le travail social pour qu’il se mette à l’écoute des habitants, au lieu de les traiter en « clients ».

3Le président des USA, Barack Obama, s’est formé dans les ghettos de Chicago à l’école d’Alinsky et sa femme lui a consacré sa thèse d’économie. Beaucoup s’imaginent que ce sont deux disciples qui sont restés fidèles à leur maître, ce qui est une profonde erreur : ils ont cru pouvoir changer le système politique de l’intérieur, alors qu’Alinsky n’y a jamais cru. Même si Alinsky n’est pas exempt de contradictions, il a conservé sa radicalité. Ce livre vient au bon moment pour éclairer les lecteurs francophones sur le personnage, son action et sa pensée. Il permet ainsi de dissiper quelques malentendus.

4Alinsky est né à Chicago, en 1909, dans une famille juive orthodoxe originaire de Russie et il est mort en 1972. Étudiant en sociologie dans les années 1920, il a été formé par les fondateurs de la célèbre « École de Chicago », Robert Park et Edward Burgess. La coordinatrice de l’ouvrage, Suzie Guth, souligne qu’il a été un étudiant « indiscipliné », faisant une lecture hétérodoxe d’un des concepts centraux de cette école, la « désorganisation sociale », tout en étant fidèle à la vision de Georg Simmel : la désorganisation sociale appelle une nouvelle organisation sociale. Adepte de la sociologie du conflit, il a l’art de créer un rapport de force qui permet de faire monter les enchères, pour aboutir à un compromis favorable aux démunis dont il épouse la cause.

5Deux contributions présentent ses méthodes de travail : l’organisation communautaire à Chicago (Marie Fleck) et l’usage de la violence ou, plus précisément, de la menace de recourir à la violence pour obtenir gain de cause (Sophie Body-Gendrot). Deux autres contributions analysent les rapports ambigus de la gauche avec Alinsky, en particulier la gauche radicale américaine (Mike Miller et Daniel Zamora). Pierre Lannoy fait un rapprochement pertinent entre la pensée d’Alinsky et celle de Michel Foucault. Enfin, Hélène Balazard montre comment l’influence d’Alinsky est présente au Royaume-Uni, dans les Broad Based Community Organizations (organisations communautaires sur une base élargie).

6Mais S. Guth donne surtout à entendre la parole d’Alinsky. Elle a retrouvé et traduit un texte de l’étudiant Alinsky sur le Dirty Dancing (la danse « dégueulasse ») dans les boîtes de nuit populaires de la Californie des années 1920. Elle a aussi traduit de larges extraits d’une très intéressante interview d’Alinsky, réalisée et publiée par Playboy, peu avant sa mort.

7Ce livre mérite une large diffusion, d’abord chez les sociologues francophones, qui ignorent pour la plupart l’existence même d’Alinsky ; il s’adresse aussi aux travailleurs sociaux qui ont vaguement entendu parler d’Alinsky, mais en ignorant sa radicalité et son originalité.

Haut de page

Notes

1 Le community organizer est celui ou celle qui structure les revendications et la mobilisation de la communauté territoriale (village ou quartier : traduire par « communauté ethnique » est un contresens fréquent. Empowerment est attribué à tort à Alinsky : ce concept vient des féministes nord-américaines (M. H. Bacqué & C. Biewener, 2013, L’empowerment, une pratique émancipatrice, La Découverte). C’est un « pouvoir d’agir », ou un processus d’émancipation : donner la possibilité à un mineur d’agir en adulte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Blanc,
« Suzie Guth (coord.), Saul Alinsky. Conflit et démocratie locale »
Revue des sciences sociales,
54 | 2015,  181.

Référence électronique

Maurice Blanc, « Suzie Guth (coord.), Saul Alinsky. Conflit et démocratie locale »
Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015,
mis en ligne le 30 juin 2018,
consulté le 24 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/revss/2501

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals