Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

Jean Bastide, Marie-José Bernardot, Roger Bertaux, Pierre Scharff (coord.), Éthique, laïcité, engagement. Enjeux de société et formations sociales

Maurice Blanc
p. 182-183
Référence(s) :

Jean Bastide, Marie-José Bernardot, Roger Bertaux, Pierre Scharff (coord.), Éthique, laïcité, engagement. Enjeux de société et formations sociales, École pratique de service social (EPSS), Nancy, PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 260 p.

Texte intégral

1Fondée en 1913 par le pasteur protestant Paul Doumergue, l’École pratique de service social (EPSS) a célébré son centenaire par une réflexion sur les enjeux et défis du travail social aujourd’hui, pour concilier fidélité à la tradition et nécessité de l’innovation. Les textes débattus constituent : Éthique, laïcité, engagement. Enjeux de société et formations sociales. Selon ses coordinateurs, « (l’ouvrage) présente in fine les positions de l’EPSS en matière d’action sociale et de travail social, pour contribuer ainsi aux débats des États généraux du travail social [prévus en 2014, mais régulièrement retardés par le Ministère] » (p. 9).

2La première partie, « Responsabilité, laïcité : une nécessaire réflexion sur les valeurs », revisite deux valeurs fondatrices du travail social qui, à un siècle d’écart, se déclinent différemment : la responsabilité et la laïcité. La deuxième partie, « Place des associations, transformations des institutions et des professions », analyse la dynamique partenariale complexe entre les associations et l’État dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques sociales. Elle envisage aussi les « justices sans palais », c’est-à-dire les juridictions sociales, plus maltraitées que les autres institutions judiciaires. La troisième partie, « Question sociale, politiques d’intégration et territoires », se centre sur deux questions liées et distinctes : la politique de la ville et l’intégration des immigrés. La quatrième partie esquisse l’histoire de la formation des travailleurs sociaux. Elle dégage ensuite les enjeux et les défis d’aujourd’hui.

3Philosophe à l’université de Strasbourg, Gilbert Vincent introduit la réflexion sur la responsabilité en regrettant un double glissement de sens. D’un côté, la responsabilité individuelle est mise en valeur par le néo-libéralisme, chacun étant « entrepreneur de soi » et seul responsable de ses réussites et de ses échecs. De l’autre, la responsabilité collective est mise en avant par les défenseurs d’un État-providence (rarement défini). Pour Vincent, ces deux perspectives détiennent chacune une part de vérité et elles sont complémentaires et opposées. En s’inspirant de Paul Ricœur, il propose une analyse magistrale du concept de responsabilité : si la tension entre l’individuel et le collectif est indépassable, il est possible d’opérer une conciliation dialectique. C’est le fil rouge qui donne à l’ouvrage sa cohérence : sortir de la logique binaire du Bien contre le Mal, pour entrer dans une logique complexe conciliant des exigences opposées, mais d’égale légitimité.

4Sociologue à l’Institut régional de travail social (IRTS) de Lorraine, Roger Bertaux illustre les implications de cette dialectique dans la pratique concrète des travailleurs sociaux. Il distingue la logique de la proximité et celle de la distance. Dans la seconde, le travailleur social met l’accent sur la responsabilité individuelle. Il cherche à se distancier des usagers et à distinguer ceux qui méritent d’être aidés et les autres. Cette logique s’enracine dans une tradition séculaire, qui remonte au Moyen-Âge. La logique de la proximité met l’accent sur la responsabilité de la société, faisant de la personne en difficulté une victime innocente. Bertaux propose une logique d’implication contractuelle, faisant « tenir ensemble les deux bouts de la chaîne », à la manière de Ricœur.

5Sociologue et historien de la laïcité, Jean Baubérot analyse les débats qui ont conduit à la loi de séparation de l’Église et de l’État en 1905, ce qui éclaire les débats actuels. Quatre conceptions de la laïcité se sont opposées à l’époque et elles sont toujours présentes aujourd’hui. Deux autres sont apparues récemment dans le contexte français. La plus ancienne forme de laïcité est antireligieuse, ou anticatholique. « L’impérialisme » de l’église catholique est tel qu’il faut la combattre pour instaurer la liberté de conscience et de religion. La laïcité antireligieuse est aujourd’hui présente au Front national, de façon sélective contre l’islam. Une seconde forme de laïcité est moins connue et Baubérot la nomme « gallicane ». Elle n’est pas antireligieuse, mais « antipapiste ». Comme Philippe Le Bel, puis Bonaparte, elle rêve d’une église catholique de France indépendante de Rome et bénéficiant du plein soutien de l’État français. Il y a ensuite deux formes de laïcité dites a posteriori « séparatistes » : La première exige une séparation stricte entre les églises et les institutions de l’État. Elle n’est pas athée et elle reconnaît la liberté des individus de pratiquer la religion de leur choix, même dans l’espace public ; mais elle ignore les églises. La laïcité séparatiste inclusive considère que les églises sont des institutions qui appartiennent à la société civile. L’État laïque doit les respecter, mais aussi « s’assurer que l’adhésion ou le retrait soient libres » (p. 96).

6Baubérot voit deux nouvelles formes de laïcité : la laïcité identitaire, appelée positive par Nicolas Sarkozy en 2007 ; elle met en avant « les racines chrétiennes de la France et trouve que la morale laïque est moins bien que la morale religieuse » (p. 99) ! La dernière est dite concordataire car elle s’inspire du concordat en Alsace-Moselle. Sans vouloir le généraliser à toute la France, elle voudrait autoriser des partenariats entre l’État et les églises sur des sujets d’intérêt commun, par exemple la prévention du djihadisme et de toute forme d’extrémisme religieux. Mais s’agit-il vraiment d’une nouvelle forme de laïcité ? La distinction avec la laïcité séparatiste inclusive n’est pas évidente.

7La seconde partie présente deux points de vue décalés mais convergents sur la place des associations : sont-elles les partenaires ou les sous-traitants des pouvoirs publics dans les politiques sociales ? Pour Nicole Maestracci, ancienne présidente de la FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale), magistrate et membre du Conseil constitutionnel, les associations n’ont pas conscience de leur poids économique et politique et elles doivent améliorer leur communication. Les associations sont durablement en position de co-construction des politiques sociales. Elle préconise aux associations de se professionnaliser et de prendre du recul vis-à-vis de leur quotidien. Elles doivent éviter le piège du « néo-libéralisme managérial » : si les chiffres sont nécessaires, tout n’est pas quantifiable dans le social ; mais aussi le piège de « l’innovation pour l’innovation » : pour s’inscrire dans la durée, il faut des repères stables.

8Chercheuse à l’université de Grenoble, Élisabeth Maurel fait une analyse critique des politiques sociales en France à partir d’un double paradoxe : le premier est à l’intérieur du discours : il souligne la dignité des personnes, en suspectant les demandeurs d’aide d’être des fraudeurs et des profiteurs ; le second est l’écart entre les discours et les pratiques : au lieu de favoriser l’accès aux droits, elles ciblent et catégorisent les populations, laissant beaucoup de monde sur le bord du chemin. Pour en sortir, Maurel propose des pistes pour concilier les contraires : tenir compte des cas singuliers, dans une perspective universaliste qui ouvre sur le bien commun ; développer la coopération entre acteurs sociaux et acteurs économiques au niveau local, etc. Il faut reconnaître les personnes et les traiter comme les acteurs et les co-constructeurs de la solution de leurs problèmes ; c’est une « révolution culturelle » et Maurel conclut avec Nelson Mandela : « Tout ce qui est pour moi, mais sans moi, est contre moi ».

9Ancien ministre de l’Intérieur, président de la Cour des Comptes puis membre du Conseil constitutionnel, aujourd’hui avocat bénévole des plus démunis, Pierre Joxe ne prend pas de gants et dit que « la France est un des pays les plus rétrogrades parmi les démocraties européennes en matière de juridictions sociales » (p. 141). Si la justice ordinaire a ses palais, la justice sociale en est dépourvue. Joxe compare avec humour la France à ses voisines (Allemagne, Belgique et Suisse). Que la justice qui concerne directement les pauvres soit dans cet état d’abandon et de délabrement le scandalise. Il plaide pour qu’elle devienne une justice comme les autres. Mais la « remise à niveau » des « justices sans palais » passe-t-elle par l’abandon de leur spécificité : la présence de juges non professionnels ? Le monopole des magistrats professionnels pourrait être un remède pire que le mal.

10La troisième partie inclut trois textes assez différents. Spécialiste de la rénovation urbaine en France et aux États-Unis, Jacques Donzelot analyse brièvement comment on passe de « faire du social » à « faire société ». Mais le modèle américain de « faire société » est ici enjolivé et il faudrait l’examiner du point de vue des Noirs victimes du racisme meurtrier de la police. Sous-Préfet Ville et conseiller pour le développement économique du Ministre délégué à la Ville en 2014, Thierry du Bouëtiez de Kerorguen analyse les obstacles à la coordination des politiques publiques sur un même territoire, en particulier entre acteurs économiques et acteurs sociaux. Selon lui, la loi en préparation résoudra tous ces problèmes, c’est « la loi du genre (littéraire !) » dans sa fonction.

11Spécialiste de l’intégration des immigrés, Marie-José Bernardot analyse 25 ans de politique d’intégration en France, dans une perspective institutionnelle. Rattacher l’intégration des étrangers au Ministère des Affaires sociales ou à celui de l’Intérieur traduit des inflexions politiques importantes. Bernardot analyse de façon très pertinente les continuités et les ruptures de ces politiques. Mais elle n’interroge pas le champ de cette politique, censée se limiter aux jeunes et/ou aux étrangers : il faudrait ouvrir un vaste débat sur le concept d’intégration et concevoir l’intégration dans la société comme la formation : « l’intégration de tout un chacun, tout au long de la vie ».

12La quatrième partie se centre sur l’EPSS. Son président, Jean Bastide, retrace son histoire singulière et il en tire des enseignements plus globaux, notamment sur ses origines protestantes : en France, où le protestantisme est minoritaire (2 % de la population au début du xxe siècle, p. 206), il est très ouvert à la laïcité (ce qui n’est pas le cas aux États-Unis). Ancienne directrice pédagogique, Brigitte Wera analyse l’extension de l’EPSS en 1993. À l’étroit dans ses locaux parisiens, le département de formation initiale s’installe dans la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, dans une période de création de campus universitaires à la périphérie. Une nouvelle pédagogie découle de ce changement de lieu, orientée vers le partenariat avec les acteurs locaux et entre les professions, etc.

13La directrice générale, Noah Derfouli, identifie les enjeux que l’EPSS doit relever, ainsi que l’ensemble des établissements de formation au travail social. Les injonctions au rapprochement sont multiples : entre écoles, avec les universités et les employeurs, etc. Il faut y répondre intelligemment : on peut mutualiser des moyens sans fusionner et perdre son identité propre ; la laïcité est un défi majeur à relever dans les formations en travail social. Ancien Directeur de l’Action Sociale et Président de l’UNAFORIS (réseau national des établissements de formation et de recherche en intervention sociale), Pierre Gauthier va dans le même sens. Deux conceptions du travail social s’opposent et il faut concilier « la gestion de la marge » et « la promotion des individus et des groupes, de leur autonomie » (p. 246-247). Il propose d’aller vers une nouvelle architecture des formations et la mise en place de Hautes Écoles Professionnelles en Action Sociale et Santé (HÉPASS).

14La conclusion, signée par le Conseil d’Administration de l’EPSS, est une sorte de synthèse de l’ouvrage. Pour ma part, j’exprime d’abord un petit regret : l’introduction présente la responsabilité et la laïcité comme les deux piliers de la réflexion (p. 10) ; il est dommage que l’excellente contribution de Jean Baubérot soit pratiquement la seule à traiter de la seconde. Dans une période d’interrogation sur l’avenir du travail social et de la formation des travailleurs sociaux, ce livre est une contribution importante à la réflexion collective. Il apporte des constats et des analyses, mais aussi des questions qui n’ont pas encore de réponses. C’est une ouverture et non une conclusion du débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Blanc, « Jean Bastide, Marie-José Bernardot, Roger Bertaux, Pierre Scharff (coord.), Éthique, laïcité, engagement. Enjeux de société et formations sociales »Revue des sciences sociales, 54 | 2015,  182-183.

Référence électronique

Maurice Blanc, « Jean Bastide, Marie-José Bernardot, Roger Bertaux, Pierre Scharff (coord.), Éthique, laïcité, engagement. Enjeux de société et formations sociales »Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2511

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals