Navigation – Plan du site

Ligne rédactionnelle

La Revue des Sciences Sociales a été fondée en 1972 à Strasbourg, carrefour de cultures, savoirs et mémoires, mais également pays frontalier, marqué par les conflits et les recompositions. Les implications historiques de cet ancrage résonnent avec les défis du monde contemporain. Ouverte à l’internationalisation et au renouvellement, la revue garde un intérêt pour les questions scientifiques et sociales, propres à son originalité et à plus de quarante ans de productions et d'échanges.

Une histoire irriguée par l'humanisme rhénan et la Réforme, par la coexistence difficile des confessions, par l'invention de l'imprimerie et par la confrontation des idées, a sensibilisé de longue date ses chercheur.e.s aux intégrismes idéologiques et religieux, au statut des minorités et des individus, dans l'élaboration des théories et dans les pratiques sociales et politiques.

La frontière, qui rapproche et sépare, met en évidence les manières dont les individus et les collectifs reformulent sans cesse des appartenances à travers la construction de l'autre, du différent, de l'étranger, de l’ennemi. Depuis la marge, il est possible de débusquer les fictions dont les identités se nourrissent ou d’explorer les résistances à l'homogénéisation et à l'entropie, qu'elles soient administratives, économiques ou sociales.

Le rapport à l’Europe engage à une réflexion plus large sur la coexistence des sociétés, des cultures, des religions, des langues, au sein d'un espace "commun", à la fois territoire physique aux frontières incertaines et issue problématique d'une histoire et d'un projet partagés. Il rend attentif aux manifestations multiples d’un sentiment d’être européen qui, entre mythes, crises, illusions et désenchantements, a précédé la construction politique et économique de l’Europe.

Strasbourg, ville universitaire et pont entre les traditions scientifiques françaises et allemandes, a été un carrefour d'auteur.e.s et d’idées, et continue à être le lieu d'une hybridation des théories de l'humain et du social. Les "frontières" à interroger sont aussi celles qui existent entre disciplines scientifiques, et entre science et société.

Cette histoire intellectuelle, souvent engagée, se conjugue aujourd'hui au présent et au futur. La mondialisation de l'économie, les nouveaux médias, la circulation intense des populations, les manipulations du vivant et de l'environnement, les nouveaux statuts du corps et de la personne, la reconfiguration des conflits, la montée des violences, les jeux de la mémoire et de l’oubli, les formes toujours renouvelées de catégorisation des individus et des groupes, sont autant de terrains où s'exprime l'exacerbation des logiques de la modernité, tiraillant les sociétés entre la tentation du repli nostalgique et le dépassement vers des modèles qui restent à inventer.

C'est pour contribuer à cette invention que la revue est ouverte aux articles qui répondent à des exigences de penser fortes :

  • interroger les représentations, qu'elles soient images, monuments, discours, idéologies, voire théories scientifiques trop bien-pensantes de l'humain et du social : il s'agit d'appliquer le doute, l'incertitude aux évidences faciles sur lesquelles l'esprit est tenté de se refermer ;

  • analyser les pratiques, par une valorisation de recherches empiriques méthodologiquement solides, qui permettent d’être au plus près de l’expérience des acteurs, en tout ce qu’elle a de complexe, de multiple, de contradictoire, entre contraintes et créativité ;

  • penser la place du sujet dans l'intelligence du social : le sujet acteur des faits sociaux observés, dont la participation permet aux systèmes de se reproduire, mais aussi de changer ; le sujet observateur qu'est le ou la scientifique, inévitablement impliqué dans ce qu'il étudie et interagissant avec son objet en même temps qu'il le décrit ;

  • décloisonner les savoirs, croiser différentes approches au sein des sciences humaines et sociales, confronter les élaborations des savants et celles des acteurs socio-professionnels. Scientifique et interdisciplinaire, la revue s’adresse également aux non-spécialistes par sa présentation et son style.

  • valoriser les différents langages des sciences sociales : la sensibilité iconographique fait partie intégrante de la ligne rédactionnelle, dans la conviction que le regard d’artiste permet de voir autrement les phénomènes sociaux et de décaler le texte par l'insolite des images.

  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals