Navigation – Plan du site
Présentation

Entre douleurs et souffrances

David Le Breton et Chiara Moretti
p. 6-7

Texte intégral

1La douleur est une donnée de la condition humaine, nul n’y échappe à un moment ou à un autre. Elle frappe provisoirement ou durablement selon les circonstances. Mais la plupart du temps elle est sans autre incidence qu’un malaise de quelques heures aussitôt oublié dès lors que le ressenti pénible s’est retiré. Comme la maladie ou la mort, la douleur est la rançon de la dimension corporelle de l’existence mais aussi condition de la saveur (du savoir) du monde.

2Elle est le privilège et le tragique de la condition humaine. Même si la douleur partagée par tout homme, son paradoxe est d’apparaître toujours comme radicalement étrangère à soi quand elle frappe ; pourtant une vie sans douleur est impensable.

3Souvent la douleur ressentie est sans lésion décelable et inversement des lésions sérieuses ne suscitent aucune douleur. Si elle avertit d’une menace pour l’intégrité corporelle, n’est jamais proportionnée au dommage qu’elle signale. Parfois utile pour signaler un processus pathologique, la douleur est souvent absente pour marquer la progression d’une maladie grave découverte trop tard. La douleur est souvent elle-même la maladie à combattre car elle s’impose sans aucune nécessité. La douleur chronique surtout soulève maintes interrogations. Mise en échec de la médecine, elle brise la vie des patients et les amène à une longue quête de soulagement en sollicitant des professionnels de la santé de différents bords souvent vouée à des résultats mineurs. Dans nos sociétés médicalisées, une douleur qui persiste est une anomalie.

4La douleur et sa perception renvoient toujours à un contexte personnel, historique, politique et social qui en module le ressenti. L'anthropologie médicale et la sociologie de la santé ont clairement montré comment chaque personne, dans un contexte historique et social, perçoit, interprète et fait face à la maladie d’une manière étroitement liée à son expérience personnelle et a son expérience sociale. Le sens attribué à cet «événement» est en effet lié aux perceptions et aux représentations du sujet, mais il est aussi donné et façonné par la relation que l’individu entretient avec le contexte socio-culturel dont il fait partie. Les concepts de santé et de maladie sont alors liés à cette relation et sont construits, définis et interprétés selon des représentations à chaque fois différentes. Santé et maladie ne sont donc pas (seulement) des réalités physiques et objectivés, mais elles doivent être perçues comme le résultat d’un ensemble d’éléments qui voient le sujet et le contexte en relation dialectique constante. De même la douleur, surtout si elle se présente sous une forme chronique et quand elle devient une maladie cessant d’être un simple symptôme. Elle doit être analysée et comprise en ce sens.

5La multidimensionnalité et la complexité qui caractérisent la douleur font de cette dernière un sujet difficile d’analyser dans sa totalité. L’anthropologie médicale et la sociologie de la santé ont à plusieurs reprises abordé analytiquement la douleur ; certaines études ont analysé l'histoire de la douleur et l’ont perçues comme une catégorie médicale socialement construite au sein d'un processus plus large de médicalisation des expériences humaines, d’autres plus attentives aux acteurs, ont mis l’accent sur l’importance de l’expérience vécue de la douleur, en essayent de s’approcher à la complexité phénoménologique de la souffrance. Cependant, rares sont les tentatives d'analyser les racines et les déterminants sociaux de la douleur et de la souffrance ; rares également les théories qui s’en sont approchées à travers une vision critique-interprétative pour se concentrer surtout sur les aspects socio-politiques de la douleur et sur les processus de naturalisation de la souffrance.

6D’autre part, la douleur a conduit la médecine occidentale à adopter une approche définie comme « holistique » et plus compréhensive, capable d’analyser l’état de mal-être et de maladie comme résultat de l’interrelation entre plusieurs facteurs, à savoir les éléments biologiques, psychologiques et sociaux. Cependant, cette approche en médecine a conduit à mettre un accent important sur la relation entre les facteurs biologiques et ceux psychologiques, en donnant un poids analytiquement inférieur aux éléments sociaux impliqués dans l’apparition de l’état de mal-être et de maladie. La dimension anthropologique manque souvent à ces travaux.

7La collection d’articles ici présentée entend explorer le caractère pluriel qui distingue la douleur, sa dimension historique et sociale, et les jeux complexes de la relation douleur-souffrance (de la douleur imposée par les circonstances – torture, maladies, douleurs chroniques, etc., à la douleur choisie – sport, body art, modifications corporelles, pratiques SM, etc.). Nous avons sollicité plusieurs chercheurs pour approfondir cette exploration : médecins, psychanalystes, sociologues, philosophes et anthropologues travaillant sur ce domaine avec leur registre propre. La perspective est donc résolument ouverte car, d’une part, il y a peu de recherches en matière de sociologie ou d’anthropologie de la douleur et, d’autre part, nos disciplines n’ont pas le monopole de la connaissance à ce propos. L’intention était donc de s’approcher à la douleur à travers un regard pluridisciplinaire, avec la conviction que sa dimension multidimensionnelle nécessite une analyse vaste et capable de la saisir comme une expérience humaine complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Le Breton et Chiara Moretti, « Entre douleurs et souffrances », Revue des sciences sociales, 53 | 2015, 6-7.

Référence électronique

David Le Breton et Chiara Moretti, « Entre douleurs et souffrances », Revue des sciences sociales [En ligne], 53 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2691

Haut de page

Auteurs

David Le Breton

Professeur de sociologie
Dynamiques Européennes (UMR 7367), de l'IUF et de l'USIAS
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Chiara Moretti

Doctorante en Sciences Sociales
UMR7367 Dynamiques Européennes
Université de Strasbourg
Université de Perugia (ITA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals