Navigation – Plan du site
Individus à l'épreuve

Suspensions : le corps à l’épreuve

Réflexions sur la genèse d’une pratique corporelle contemporaine
Philippe Liotard
p. 117-127

Texte intégral

A : Non, Deux hommes qui attendent de combattre c’est la noblesse des corps qui cherchent d’autres corps par n’importe quel moyen. C’est encore une fois une histoire de chair. Ça pourrait ressembler à l’amour.
B : Non, Deux hommes qui attendent de combattre, c’est cette misère du corps à comprendre quoi que ce soit du monde.
David Defendi et Tarik Noui, Versus 0.1

Prologue

17 septembre 2007, Saint-Romain au Mont d’Or

  • 1 La Demeure du Chaos est un espace pluriel situé à Saint-Romain au Mont d’Or, dans le Rhône, France. (...)
  • 2 Le personnage d’Hannibal Lecter a été popularisé par Anthony Hopkins : Le Silence des Agneaux (The (...)

1La scène se situe dans un bunker métallique au sein de la Demeure du Chaos1, près de Lyon. Deux performeurs s’affrontent sur un ring de boxe long et étroit, sous un éclairage instable : à gauche, Lukas Zpira, face à lui, xEddyx. Le torse nu, ils portent comme tenue de scène leurs tatouages, leurs piercings et leurs implants. Le bas de leur visage est caché par un demi-masque en silicone rappelant celui que porte Hannibal Lecter, le criminel du Silence des Agneaux2.

2En arrière-plan, Satomi Zpira fait office d’arbitre-prêtresse. Un texte est lu pendant la performance, « Versus 0.1 » de Tarik Noui et David Defendi.

3Une jeune femme m’accompagne au spectacle.

4Sur le ring, les combattants se préparent. xEddyx enfile des gants chirurgicaux en latex stérile. Il place à hauteur des omoplates deux crochets sous la peau de Lukas Zpira, agenouillé. Il est à son tour équipé de la même manière par Lukas Zpira pour la suspension. Les crochets sont ensuite reliés à une corde, de type corde d’escalade que chacun d’eux saisit. xEddyx et Lukas Z. se hissent alors à la force des bras. Tirant sur la corde fixée aux crochets ils s’élèvent progressivement. La masse de leur corps étire la peau du haut du dos où passent les crochets.

  • 3 Dans le deuxième volet de Mad Max (Mad Max : Beyond Thunderdome, George Miller et George Ogilvie, 1 (...)

5Une fois suspendus, Lukas Z. et xEddyx se livrent à un simulacre de combat, tels deux gladiateurs aériens. La rencontre des corps suspendus est rythmée par Satomi Zpira qui accentue le contact des corps flottants en frappant sur les parois métalliques du bunker. Le public a le regard levé vers ce combat de mutants post-apocalyptiques dans une arène mad-maxienne3.

  • 4 Fight club est un film de David Fincher, 1999 qui met en scène un lieu de combat clandestin où s’af (...)
  • 5 Les Mixed Martial Arts organisent des combats autorisant des techniques issues de toutes les formes (...)

6Les deux corps ornés à la peau étirée préfigurent de nouvelles pratiques clandestines d’affrontement à la Fight club4 ou encore un sport nouveau qui se codifierait au cours du xxie siècle pour générer un spectacle économiquement rentable, à l’instar des Mixed Martial Arts (MMA)5. Les références au cinéma (Mad Max, Fight Club) construisent une atmosphère irréelle. Mais ce qu’on voit là, ce sont des corps bien réels à la peau incroyablement étirée par les crochets, des corps vivants pendus comme on pend de la viande morte.

  • 6 Je fais ici référence aux recherches m’ayant conduit à publier la revue Quasimodo, n° 7, « Modifica (...)

7Je prends la jeune femme dans mes bras pour l’apaiser. Elle n’a pas aimé le spectacle de ces corps se balançant devant nous, pendus par la peau étirée par des crochets. Je la comprends. Sensibilisé à ces pratiques depuis plusieurs années, je n’ai pas été attentif à leur réception par une personne qui les découvre. Familiarisé à leur spectacle par mes recherches antérieures6, j’ai occulté le fait que les suspensions peuvent être perçues violemment, générer de l’incompréhension, du rejet voire du dégoût. En tout cas, un malaise. D’ailleurs, lors d’une conférence faite à partir des notes qui allaient donner ce texte, les questions de la salle manifestaient à la fois malaise et incompréhension.

  • 7 Philippe Liotard, « Bob Flanagan : ça fait du bien là où ça fait mal », Quasimodo, n° 5, « Art à Co (...)

8Les crochets passés dans la peau sont en effet au centre de la réception de ce genre de performance. Ils sont aussi au centre de l’expérience vécue par les performers. C’est la présence des crochets qui rend ces pratiques souhaitables ou critiquables, appréciables ou désagréables. Elles sollicitent chaque personne du public dans son rapport à la douleur. Comme pour les performances artistiques de Bob Flanagan, celles qui mettent en scène ce type de suspensions conduit « les spectateurs à expérimenter émotionnellement le spectacle d’un corps martyrisé »7 ou tout au moins supposément martyrisé pour celles et ceux qui découvrent ces peaux percées et étirées sous le poids du corps. Apprécier la performance de Lukas Z. et xEddyx suppose, de fait, une forme d’initiation et implique une proximité minimale avec la culture de l’underground qui soumet les corps à de nouvelles épreuves. Une telle performance était impensable dix ans plus tôt, même si les pratiques de suspension étaient, elles, déjà ré-explorées notamment en Amérique du Nord, avant de se diffuser en Europe à l’aube de l’an 2000.

9Le texte qui suit expose d’une part leur genèse puis la diversité des usages auxquels elles donnent lieu désormais. Il apporte des réponses à des questions qui s’enchaînent ordinairement lorsque je parle de ces pratiques. La plupart d’entre elles me sont posées avec un arrière-plan d’incrédulité et d’implicites jugements de valeur. Elles sont posées selon les mêmes modalités par les collègues universitaires comme par les étudiants. La question du « pourquoi » est souvent la première, suivi d’une affirmation : « mais ce sont des malades ! ». Comment des individus sains d’esprit pourraient se livrer à ces pratiques venues d’un autre âge et d’un autre espace ? Les jugements contenus dans ces questions s’appuient sur une certaine idée de l’intégrité corporelle.

10La perception spontanée de ces pratiques trace en effet la ligne de démarcation nette entre les personnes qu’elles rebutent et celles pour qui elles deviennent désirables. Au centre de cette perception se trouve l’usage des crochets et les imaginaires qui y sont associés : imaginaires de la mort, de la douleur, mais aussi des imaginaires identitaires, des désirs forts comme des peurs enfouies.

Suspensions occidentales. Genèse

11Il est assez facile d’identifier l’apparition et la genèse de ces pratiques contemporaines de suspension corporelle. Dans les années 1980, deux publications initient les Occidentaux aux pratiques de suspension en restituant l’expérience de deux explorateurs du corps :

  • 8 James D. Paffrath & Stelarc, Obsolete Body Suspensions Stelarc, Californie, JP Publications, 1984.
  • 9 Vivian Vale et Andrea Juno, « Modern Primitives », RE/Search, San Francisco, 1989.
  • 10 Un travail en cours sur les pionniers des modifications corporelles de l’apparence en France (pierc (...)

– d’une part, Obsolete Body Suspensions Stelarc8, est publié en 1984. L’ouvrage reprend les premières expériences de suspension de Stelios Arcadiou (officiellement renommé Stelarc sur son passeport australien).
– quelques années plus tard, en 1989, le numéro spécial de la revue RE/Search intitulé « Modern Primitives »9, expose le travail de Fakir Musafar, présenté parmi d’autres défricheurs du corps bricolé qui – au tournant des années 1970-1980 aux États-Unis – expérimentent de nouvelles formes de tatouage (Ed Hardy, Leo Zulueta), de piercing (Fakir Musafar, Jim Ward, Sheree Rose et Bob Flanagan), ou de scarifications esthétiques (Raelyn Gallina)… « Modern primitives » fait ainsi figure de référence historique en ce qui concerne ces nouvelles pratiques de marquage du corps10.

12Nous sommes à quelques années de l’arrivée d’Internet et ces publications révèlent des pratiques encore marginales. Dans « Modern primitives », le tatouage prend une nouvelle orientation à visée esthétique sans pour autant s’affranchir de ses significations politiques ; le piercing s’expose (y compris les piercings génitaux) et commence ainsi à sortir des milieux de l’underground gay et sadomasochiste ; les premières scarifications se montrent. Enfin, la publication de ce numéro spécial succédant de quelques années à Obsolete Body Suspensions rend public de nouvelles expériences corporelles réalisées après un percement de la peau où sont fixés des crochets sous lesquels pend le corps des pratiquants.

13Néanmoins, les pratiques de suspension décrites dans Obsolete Body Suspensions et dans « Modern primitives » ne recourent pas aux mêmes techniques ni ne visent les mêmes finalités. D’un côté Stelarc se situe dans une expérimentation du potentiel du corps humain dans une perspective que nous pourrions qualifier aujourd’hui de post-humaniste. De l’autre, Fakir Musafar revisite les rites des sociétés traditionnelles d’initiation ou de pénitence qui impliquent une mise à l’épreuve du corps, notamment par une atteinte faite à la chair. La formule « primitifs modernes » (« Modern Primitives ») vient de la réinvention qu’il produit, dans la société américaine de la Côte Ouest, des mises en jeux du corps observées dans des civilisations très éloignées de la sienne. D’un côté donc, les suspensions de Stelarc à visée post-humanistes, de l’autre, celles de Fakir Musafar visant au contraire à s’ancrer dans les expériences humaines les plus ancestrales. Deux logiques certes mais une même catégorie de pratiques, les mêmes objets : les crochets et les cordes. Stelarc et Fakir Musafar éprouvent leur corps suspendu et diffusent leur expérience bien au-delà des initiés.

14Dans Obsolete Body Suspensions, Stelarc expose sa théorie du corps obsolète. Sans elle, il n’est pas possible de comprendre son travail qui se situe d’une part dans la volonté de questionner les limitations du corps humain tel qu’il est constitué et, par ailleurs, dans le désir de dépasser le potentiel organique. Ces expériences de suspensions s’inscrivent en effet dans une démarche plus large visant à la fois à saisir ce qui se passe à l’intérieur du corps et à explorer sur lui les effets de l’environnement et de situations inhabituelles. Dès 1971 au Japon, Stelarc expérimente ainsi la question de « l’homme amplifié » à partir d’une exploitation des courbes sonores des muscles, de l’estomac ou du cerveau (avec des vidéos prises de l’intérieur de son corps – notamment de son estomac – grâce à une sonde dès 1973).

15C’est dans cette perspective qu’il retrace dans Obsolete Body Suspensions son expérimentation des suspensions, tout d’abord par des cordes et des harnais – de 1971 à 1976 – puis par des crochets, à partir de 1976. Le passage du harnais aux crochets s’impose pour lui par la différence de sensations et par les effets sur le corps d’une position inhabituelle. Dans le harnais, le corps est posé. Il est supporté. Cela ne bouscule pas particulièrement les sensations. Les repères de terriens ne sont pas mis à mal : ni la verticalité du regard ni l’impression ressentie de son propre poids pesant sur les sangles. L’expérience n’est pas celle d’un corps dans le vide mais d’un corps soulevé de terre.

16En revanche, par les crochets, le corps est suspendu et l’étirement de la peau génère des sensations corporelles inédites. L’humain se retrouve à la fois dans la position d’un petit mammifère transporté par la peau du cou dans la gueule de sa mère et dans celle d’un corps flottant dans l’espace. Stelarc introduit un renversement de l’expérience : il efface le corps supporté au profit du corps suspendu. Il éprouve l’apesanteur du corps suspendu par la peau plutôt que la gravitation du corps posé dans un harnais.

  • 11 Stelarc, Obsolete Body Suspensions, Stelarc, op. cit., p. 16, traduction par mes soins.

17L’insertion de crochets a pour corollaire l’étirement de la peau qu’il considère comme un élément nécessaire à l’expérience gravitationnelle : « D’une certaine manière, la peau rend plus authentique la procédure de suspension car vous ressentez ainsi votre corps dans un champ gravitationnel d’1G »11. Pour Stelarc, la douleur est un élément de l’expérience, dans la mesure où elle constitue un signal d’alerte naturel pour l’organisme. C’est une expérience désagréable mais nécessaire pour explorer les limites du supportable.

18C’est en 1975, qu’il prévoit une première « performance pour peau étirée » à Adelaide. Il ne peut pas la réaliser car elle est alors jugée trop « masochiste » par les autorités locales. Elle est alors interdite pour des raisons médicales autant que morales. Il s’inspire des techniques des Sadhus en Inde et ne connaît pas encore les rites des Amérindiens des Grandes plaines qu’il découvrira une dizaine d’années plus tard grâce au travail de Fakir Musafar. Comme ce dernier pourtant, il est nourri de logiques de mises à l’épreuve du corps venues d’ailleurs.

19En 1976, à Tokyo, Stelarc réalise sa première « performance pour peau étirée ». Il le fait sans spectateurs. Pour lui, « la peau étirée constitue l’évidence de la position non naturelle du corps dans un champ gravitationnel d’1 G. Le corps est transformé en paysage gravitationnel. » Les deux points sont importants : la position non naturelle (qui permet d’explorer les sensations) et la gravitation. Il enchaîne ensuite de multiples expériences de suspension avec étirement de la peau dans des espaces clos et des positions variées. Une des photos de lui les plus connues de cette époque le montre « assis » en tailleur dans le vide, suspendu à une vingtaine de crochets placés dans le dos, la poitrine, les bras, les mollets et flottant dans une salle, la masse de son corps étant contrebalancée par la masse d’une vingtaine de blocs de pierre… Cette photo présente clairement le flottement du corps de Stelarc. Après avoir expérimenté ces diverses formes de suspension choisies pour leurs effets en matière de sensation corporelle, il va sortir de l’espace clos du musée ou de l’atelier et réaliser d’autres performances en plein air dans des arbres, au-dessus de l’Océan voire dans au-dessus d’une rue de New-York.

20Ces suspensions en plein air lui permettent d’expérimenter encore autrement les sensations de son corps flottant sous sa peau étirée, comme lors de la performance intitulée « Seaside Suspension : Event for wind and waves », sur l’île de Jogashima (Japon, 1981) durant laquelle il reste vingt minutes suspendu par des crochets, allongé latéralement bras et jambes tendus, parallèlement à la ligne d’horizon, face à la mer, éprouvant le balancement du vent et recevant les embruns des vagues venant se briser sur les rochers. La diversité des suspensions auxquelles s’est livré Stelarc présage de leur classification ultérieure (j’y reviendrai) mais aussi de la très grande diversité de positions et d’espaces dans lesquels il est possible de se « laisser aller » à son propre poids, pendu à des crochets.

21À travers ces expériences de suspension, Stelarc soumet sa chair à l’épreuve dans une perspective futuriste du corps obsolète s’inscrivant dans des orientations post-humanistes. Les mêmes pratiques consistant à étirer la peau par des crochets peuvent pourtant prendre une tout autre signification.

  • 12 Un Regard moderne est une librairie inclassable où l’on trouve dans un joyeux capharnaüm à peu près (...)
  • 13 Vivian Vale et Andrea Juno, « Fakir Musafar », Re/Search, « Modern Primitives », op. cit., p. 6-36.

22Après l’ouvrage de Stelarc, Obsolete Body Suspensions, en effet, le numéro de RE/Search intitulé « Modern primitives » constitue la seconde référence importante par laquelle les pratiques de suspension vont être présentées puis diffusées aux Occidentaux (notamment aux États-Unis puis en Europe). Coordonné par Vivian Vale et Andrea Juno – et disponible par exemple dans une librairie aussi alternative qu’Un Regard moderne à Paris12 – ce numéro va se diffuser auprès de l’avant-garde française du piercing et contribuer à rendre publiques des pratiques secrètes ou réservées à des groupes de l’underground américain (communauté gay, culture sado-masochiste, punks…). Mis à part l’article portant sur Fakir Musafar, il ne porte pas à proprement parler sur les suspensions. Mais il a un impact sur les acteurs les plus éclairés de la communauté du tatouage et du piercing français et popularise auprès de ce qui est alors une avant-garde, des usages jusque-là très souterrains comme les piercings génitaux par exemple et les suspensions. L’association entre les deux dans l’article sur Fakir Musafar13 construit d’ailleurs un pont entre piercing et suspension à travers le travail fait sur la chair mais aussi par le déplacement des imaginaires et la redéfinition du possible et du souhaitable. Des pratiques considérées comme « barbares » ou « primitives » deviennent désirables pour les jeunesses occidentales.

  • 14 Philippe Liotard, « Le Poinçon, la lame et le feu : la chair ciselée », Quasimodo, n° 7, (« Modific (...)
  • 15 On trouve trace de ces premières expérimentations de la peau étirée dans l’ouvrage de Sylvie Huet, (...)
  • 16 C’est d’ailleurs une des raisons qui conduira Stéphanie Heuzé à publier Changer le Corps, Paris, La (...)

23Ce numéro de RE-Search se présente comme une tentative de réponse à une énigme sociale contemporaine : les pratiques d’intervention sur le corps depuis un engagement approfondi dans le tatouage ou les piercings jusqu’aux pratiques de suspension et de « body play », des jeux avec le corps très invasifs le soumettant à l’épreuve de l’aiguille, des crochets ou du poinçon14. Pour la nouvelle scène du piercing notamment à Paris, Lyon ou Avignon, ce numéro constitue une entrée majeure vers les espaces d’expérimentation qui vont se développer tout au long des années 1990. Mais au-delà des pratiques d’ornementation qui vont se diffuser un peu partout en France durant ces années (Tribal Act à Paris, Marquis à Lyon, Body-Art à Avignon, Rings et Needles à Rouen, Crass à Strasbourg…) ce sont les pratiques de mise à l’épreuve du corps impliquant un étirement de la peau qui vont également commencer à circuler dans les mêmes réseaux de pierceurs. Ainsi, non seulement des suspensions mais aussi des mises en tension de la peau sont expérimentées lors de performances réalisées devant un public d’initiés, déjà familiarisé à l’infraction cutanée, par le biais du tatouage ou du piercing15. Ces premières pratiques sont peu documentées car leurs adeptes se méfient des médias qui ont tendance à associer piercing à risques et danger et à juger un peu vite ces pratiques émergentes comme des marques de décadence16.

  • 17 La formule peut surprendre, mais je tiens à les caractériser comme des pratiques de loisir car elle (...)
  • 18 Je traduis « Body play » par jeux avec la chair pour caractériser ce sur quoi ils jouent. Pour Musa (...)
  • 19 Stéphanie Heuzé, Changer le corps, op. cit.
  • 20 Pour l’émission l’Atelier intérieur « le tatouage et les muscles » d’Aurélie Charon du 1er avril 20 (...)

24Ces activités de suspension ne relèvent pas d’une génération spontanée de pratiques de loisir corporelle17. L’impact de Re/Search sur la diffusion des suspensions doit sans doute beaucoup à l’importance accordée dans ce numéro au travail de Fakir Musafar, et au-delà aux différents « jeux » avec la chair que ce dernier a d’ailleurs lui-même catégorisés à travers la revue qu’il a créée18. Cette importance trouve sa confirmation dans la traduction de cet article que Stéphanie Heuzé va réaliser un peu plus de dix ans plus tard, dans Changer le corps19, ouvrage qui sert encore de référence pour France Culture en 201320. Re / Search fait de lui, le père des Modern Primitives. La mise en page renforce cette impression : la première image du numéro présente en effet en pleine page une suspension de Fakir Musafar. Il est suspendu, nu, en plein air dans ce qui paraît être un désert californien, par deux crochets placés au niveau des pectoraux. Aujourd’hui, il fait office de grand-père, ayant influencé d’une manière ou d’une autre des acteurs de la suspension en France, comme Lukas Zpira, Olivié Laizé, « les jumeaux » Léo et Maili, Jano ou xEddyx… qui ont à leur tour initié les jeunes adeptes de moins de trente ans aujourd’hui.

  • 21 Par cette formule, je résume la manière dont il a – à l’époque sur une trentaine d’années – expérim (...)

25Le long article consacré à Fakir Musafar présente l’histoire de ses expériences anthropo-corporelles21. Il se conclut par le compte rendu de ses premières expériences de suspension. Avant cela, l’article présente également les expériences d’étirement du pénis (auquel Fakir Musafar suspend des poids), ou d’étirement du scrotum par la pose d’anneaux métalliques, ces pratiques étant inspirées de celles auxquelles se livrent les Sadhus indiens à des fins de renoncement. L’article présente également les expériences de contention (corsets) ou celles des rites de pénitence auxquels Fakir s’est livré, tel que le port des épées de Shiva qui consiste à endosser une parure métallique fixée par des épées plantées dans la peau… Bref, l’article présente la manière dont Fakir Musafar a expérimenté sur son propre corps la majorité des rites traditionnels soumettant le corps à l’épreuve de la chair dont les suspensions ne constituent qu’un des aspects. L’atteinte faite à la chair dans des perspectives initiatiques ou mystiques nourrit l’article.

  • 22 Doug Malloy, « Body piercings », Re/Search, « Modern Primitives », op. cit., p. 25-26. Lire aussi D (...)
  • 23 Jim Ward, Running the Gauntlet. An intimate history of the modern body piercing movement, Gauntlet (...)

26Le lien entre piercing génitaux et suspensions – qui contribue tout autant à faire de Fakir Musafar un individu hors-norme qu’à populariser ces pratiques – se fait également par la juxtaposition dans l’article d’une photo du sexe percé de Fakir Musafar suivie, quelques pages plus loin, d’un long encart de Doug Malloy22 sur les différents piercings génitaux. La présence de Jim Ward aux côtés de Fakir Musafar lors de ses suspensions n’est pas anodine non plus. Jim Ward en effet fait figure de pionnier du piercing « professionnel » en créant la première boutique de piercing au monde, Gauntlet, à Los Angeles, en 197523.

  • 24 Cette logique de rapprochement se retrouve dans l’ouvrage de Blake Andrew Perlingieri qui consacre (...)

27Dans l’article sur Fakir Musafar, deux références anthropologiques sont présentées en matière de suspension. D’une part celles qui ont été observées chez les Sadhus (en Inde) et par ailleurs celles qui avaient cours dans les rites d’initiation des Amérindiens des grandes plaines d’Amérique du Nord. Ces deux références donnent à Fakir Musafar non seulement un prétexte à expérimenter des épreuves corporelles venues des différentes civilisations mais encore une possibilité d’élévation spirituelle. Qu’il s’agisse des pratiques issues des Sadhus ou de celles des cérémonies initiatiques d’Amérique du Nord, Fakir tente d’éprouver des sensations corporelles à partir desquelles il atteint un état altéré de conscience. L’appellation Modern Primitives tient à ces rapprochements entre les expériences de mise à l’épreuve du corps par Fakir et leur origine anthropologique24.

28Depuis ces deux productions, Internet est arrivé. Ce qui relevait d’un échange entre avant-gardes de l’underground corporel s’est largement diffusé, à défaut de se populariser. Stelarc n’a pas publié d’autres ouvrages. En revanche, Fakir Musafar, via sa revue Body play, tout comme Jim Ward avec PFIQ ont contribué à diffuser une culture du piercing clairement associée à la mise à l’épreuve du corps, par les suspensions mais aussi par l’exploration du génital. Ces revues ont fourni un temps un système de références sur les manières de modifier artisanalement son corps.

  • 25 Formule construite sur la contraction de Body et Modifications.
  • 26 Shannon Larratt s’est tué le 15 mars 2013, pour échapper à une maladie dégénérative. En complément (...)

29Puis, l’arrivée d’Internet a accéléré la diffusion des images, des pratiques et des savoirs sur les bodmods25 associés aux suspensions, notamment à partir d’une initiative remarquable, celle de Shannon Larratt à Toronto de recueillir l’ensemble de ce qui se fait en matière de modifications corporelles et de le diffuser sur son site Body Modifications Ezine, plus connu sous son acronyme BME. Ce site continue à fonctionner malgré la mort de son concepteur26 et à connecter partout dans le monde de nouveaux adeptes, qu’ils soient inspirés des « Primitifs modernes » dans la foulée de Fakir Musafar ou d’une interaction avec les technologies comme l’expérimente Stelarc. Non seulement en effet BME a fait œuvre de conservatoire des bodmods modernes, mais encore a-t-il été le lieu où ont été répertoriées les pratiques de suspensions et autres « rituels » contemporains auxquels est consacrée une rubrique spécifique. Le terme « rituel » (« Ritual ») est en effet utilisé par leurs adeptes pour rendre compte de toutes les pratiques de mise à l’épreuve du corps à visée ludique, y compris (et surtout) si elles utilisent lames, aiguilles et crochets, bref, si elles interviennent sur la peau de manière invasive. Le terme fonctionne comme appellation générique dans le milieu du piercing, du tatouage et des suspensions. Ces dernières, de pratiques marginales explorées par quelques prophètes du corps, se sont transformées en loisirs corporels certes diffus mais qui se structurent selon au moins deux axes : un axe hédoniste et un axe artistique.

  • 27 Décrites par Georges Catlin en 1867 et publiées un siècle plus tard : O-kee-pa, a Religious Ceremon (...)
  • 28 Michael Crichton, Coma, Metro-Goldwyn-Mayer, 1978.

30Ces jeux corporels de pendaison par la peau peuvent se classer selon huit catégories en fonction de la position dans laquelle ils sont réalisés. Cette énumération atteste du double processus de normalisation et de diversification des suspensions depuis les expérimentations de Fakir Musafar et Stelarc. Les suspensions appelées « Chest » (poitrine) sont les plus proches des celles que réalisaient les Indiens Mandans sous le nom d’« O-kee-pa »27 (ou danse du Soleil). Elles consistent à se suspendre par deux crochets placés au niveau des pectoraux. C’est dans cette position qu’est photographié Fakir Musafar, pleine page, en toute première page de Re/Search. Les suspensions « Suicide » sont sans doute les plus répandues, même s’il est impossible de quantifier précisément les divers types de pratiques, faute de chiffres. Ce sont celles que Lukas Zpira et xEddyx utilisaient pour la performance décrite en début d’article : les crochets, en général deux, sont placés au niveau des omoplates, le corps se balançant à l’image d’un pendu. Les « Crucifix » en fournissent une variante, avec des crochets placés sur les bras ainsi maintenus à l’horizontale, comme si le corps était fixé sur une croix. Une autre catégorie de suspensions est nommée « Coma ». Le corps est accroché par deux séries de crochets placés sur la poitrine, le torse, et les jambes, allongé, face vers le ciel, à l’image des personnages du film de Michael Crichton, Coma28 dans lequel les corps des personnes en état de mort cérébrale sont suspendus dans cette position. Dans les « Superman », au contraire, le corps est tourné vers le sol, à l’image de Superman survolant la ville. « Knee » rassemble les suspensions réalisées par des crochets placés au niveau des genoux, ce qui implique de se retrouver la tête en bas. « Résurrection » est un type de suspension réalisé par des crochets placés au niveau de l’abdomen. Les personnes sont ainsi suspendues en arc de cercle par la peau du ventre, donnant l’impression de « se réveiller » de la mort.

31À partir de ces catégories d’autres variantes sont possibles. Un peu à l’image des expérimentations artistiques de Stelarc, il existe une grande diversité des manières de se suspendre et d’éprouver des émotions intenses, au moins autant qu’il est possible d’en imaginer. Ces formes se diversifient à l’occasion des conventions de suspensions, rassemblements réalisés sur plusieurs jours où il est possible de réaliser et d’expérimenter des suspensions publiques. À l’image des conventions de tatouage, elles rassemblent les actrices et les acteurs de ces jeux corporels charnellement engagés. La diversité des suspensions réalisées seule ou à plusieurs semble sans limites, d’autant que pour une même forme, la pratique varie selon le contexte et la finalité de la suspension. Deux personnes qui réalisent une suspension « Suicide » (accrochées par deux crochets placés à hauteur des omoplates) semblent réaliser la même chose. Mais elles peuvent vivre des expériences totalement différentes en fonction du contexte dans lequel elles les réalisent et des significations véhiculées par le groupe.

32Ce qui peut sembler surprenant aux observateurs novices, c’est que les pratiques contemporaines de suspension recherchent le bien-être sinon l’extase. À ce titre, elles s’inscrivent dans le cadre de pratiques hédonistes, bien loin des représentations masochistes associées à l’usage de crochets. Il ne s’agit pas de se confronter à la douleur, au contraire. La seconde génération des adeptes des suspensions s’inscrit dans une recherche de plaisir et fait des suspensions une pratique hédoniste. Des acteurs comme Aneta et Samppa Von Cyborg (Finlande), Steve Haworth (USA), Rolf Bucholz ou Roland et Ralf de Visavajara (Allemagne), Georges de Tribe Hole (Genève), ou encore Lukas Zpira et xEddyx (France), pour n’en citer que quelques-uns ont contribué à renouveler les formes et les significations de ces pratiques. Mais surtout, ils ont joué ou continuent à jouer un rôle d’initiateurs.

  • 29 Aesthetic Meat Front est un collectif, emmené par l’allemand Louis Fleischauer qui produit des perf (...)

33Les émotions ressenties lors des suspensions, de Stelarc à Zpira en passant par Aesthetic Meat Front29 sont de deux ordres : d’une part celles qui sont ressenties par celles et ceux qui s’y livrent et par ailleurs sur celles et ceux qui regardent. Le décalage peut sembler surprenant entre le bien être voire les sourires sur les visages des personnes suspendues et le regard fasciné ou au contraire réprobateur des observateurs. Toutes les suspensions ne sont pas destinées à être vues. Néanmoins, qu’elles s’inscrivent dans une performance artistique ou dans un rituel plus intime, chacune d’entre elles contribue à rendre acceptable sinon désirable l’expérience de soi suspendu.

  • 30 Daniel Wojcik, Punk and neo-tribal body art, Jackson, University Press of Mississippi, 1995.
  • 31 Victoria Pitts, In the Flesh, The Cultural Politics of Body Modification, New York, Palgrave Macmil (...)
  • 32 Therèsa M. Winge, Body style, New-York-Oxford, Berg, 2012.

34Stelarc et Fakir Musafar, les grands-pères des suspensions contemporaines, ont ouvert la voie à un nouveau volet de la culture corporelle qui, tout au long des années 1990 s’est diffusée au moment où commençaient à se populariser les pratiques d’ornementation liées au piercing. Avec la chair comme terrain de jeu et d’expérience, ils ont également généré, en complémentarité du mouvement punk30, des pratiques de résistance politique à la consommation de loisirs corporels policés auxquels se livrent des groupes sociaux très divers qui trouvent là un espace commun de partage31. Dans tous les cas, les pratiques de suspension interrogent non seulement le corps mais la manière dont les individus produisent la culture et la politique à partir de styles de vie alternatifs32 dont une des caractéristiques majeures réside dans l’incompréhension que ces pratiques génèrent pour le grand public. Cet article – en posant les bases de ce qui les a rendues possibles aujourd’hui – a pour projet d’ouvrir les pistes pour de prochaines explorations visant à mieux comprendre la diversification et la fluidité de leurs usages contemporains, notamment auprès des jeunes générations.

Haut de page

Bibliographie

Ewers J. C. (1967), O-kee-pa, a Religious Ceremony and Other Customs of the Mandans, Yale University Press.

Featherstone M. (2000), Body Modification, Londres, Sage Editions.

Heuzé S. (2001), Changer le Corps, Paris, La Musardine.

Huet S., Morvan Y. & Barbieux J.-M. (2003), Bodmod, Paris, Marval.

Le Breton D. (1999), l’Adieu au corps, Paris, Métailié.

Liotard P. (1998), « Bob Flanagan : ça fait du bien là où ça fait mal », Quasimodo, n° 5, (« Art à Contre-corps »).

Liotard P. (2003), « Le Poinçon, la lame et le feu : la chair ciselée », Quasimodo, n° 7, (« Modifications corporelles »).

Liotard P. (2015), Ceci est mon corps. Témoignages sur les modifications corporelles de l'apparence, Paris, Sous la lime.

Malloy D. (1976), The Art of Pierced Penises and Decorative Tattoos, Los Angeles, Calston Industries.

Paffrath J. D. & Stelarc (1984), Obsolete Body Suspensions Stelarc, Californie, JP Publications.

Pitts V. (2003), In the Flesh, The Cultural Politics of Body Modification, New York, Palgrave Macmillan.

Vale V. & Juno A. (1989), « Modern Primitives », RE/Search, San Francisco.

Ward J. (2013), Running the Gauntlet. An intimate history of the modern body piercing movement, Gauntlet enterprises.

Winge T. M. (2012), Body style, New-York-Oxford, Berg.

Wojcik D. (1995), Punk and neo-tribal body art, Jackson, University Press of Mississippi.

Haut de page

Notes

1 La Demeure du Chaos est un espace pluriel situé à Saint-Romain au Mont d’Or, dans le Rhône, France. Elle abrite l’entreprise de cotation d’art Artprice mais est surtout connue comme une œuvre collective et évolutive qui rassemble des sculptures, des tableaux, des installations figurant le chaos du monde. La déconstruction du bâtiment et sa reconfiguration selon ce mode artistique placent la Demeure du chaos au centre de nombreuses polémiques et poursuites judiciaires. Le fait que s’y soient tenues des performances artistiques accroît la perception inquiétante du lieu (perception que je ne partage pas mais qui est au centre de nombreux commentaires négatifs). Sur la demeure du chaos : Thierry Ehrmann, La Demeure du Chaos. The Abode of Chaos. Opus IX, Éditions du musée de l’Organe, 2013.

2 Le personnage d’Hannibal Lecter a été popularisé par Anthony Hopkins : Le Silence des Agneaux (The Silence of the Lambs), Jonathan Demme, 1991.

3 Dans le deuxième volet de Mad Max (Mad Max : Beyond Thunderdome, George Miller et George Ogilvie, 1985) une scène expose un affrontement à mort sous un dôme. Les combattants entrent sous les cris de la foule qui hurle : « Two men enter one Man leaves ». Un seul d’entre eux doit survivre… Les références à l’imaginaire post-apocalyptique nourrissent la performance de Lukas Zpira et xEddyx.

4 Fight club est un film de David Fincher, 1999 qui met en scène un lieu de combat clandestin où s’affrontent des individus ordinaires en quête de virilité… et de rencontres humaines.

5 Les Mixed Martial Arts organisent des combats autorisant des techniques issues de toutes les formes d’affrontement. Ils se codifient à partir des années 1990 et leur degré de violence fait polémique en France où les spectacles sont interdits.

6 Je fais ici référence aux recherches m’ayant conduit à publier la revue Quasimodo, n° 7, « Modifications corporelles », 2003.

7 Philippe Liotard, « Bob Flanagan : ça fait du bien là où ça fait mal », Quasimodo, n° 5, « Art à Contre-corps », 1998, p. 138.

8 James D. Paffrath & Stelarc, Obsolete Body Suspensions Stelarc, Californie, JP Publications, 1984.

9 Vivian Vale et Andrea Juno, « Modern Primitives », RE/Search, San Francisco, 1989.

10 Un travail en cours sur les pionniers des modifications corporelles de l’apparence en France (piercing, scarification, etc.) en atteste. Dans les interviews que j’ai réalisées, les premiers acteurs et actrices de ces pratiques citent spontanément « Modern Primitives » comme la référence qui a déclenché leur curiosité. Liotard P. (2015).

11 Stelarc, Obsolete Body Suspensions, Stelarc, op. cit., p. 16, traduction par mes soins.

12 Un Regard moderne est une librairie inclassable où l’on trouve dans un joyeux capharnaüm à peu près tout ce qui se publie dans les maisons d’édition alternatives à l’échelle de la planète. Par ailleurs, la librairie dispose d’une large palette de documentations sur les pratiques corporelles, depuis les sexualités jusqu’aux engagements dans les arts de la performance. Avant Internet, elle a joué un rôle de tête de pont dans la diffusion de documents introuvables, parmi lesquels figurent les divers numéros de la revue Re/Search.

13 Vivian Vale et Andrea Juno, « Fakir Musafar », Re/Search, « Modern Primitives », op. cit., p. 6-36.

14 Philippe Liotard, « Le Poinçon, la lame et le feu : la chair ciselée », Quasimodo, n° 7, (« Modifications corporelles »), Montpellier, 2003, p. 21-35.

15 On trouve trace de ces premières expérimentations de la peau étirée dans l’ouvrage de Sylvie Huet, Yann Morvan et Jean-Marc Barbieux, Bodmod, Paris, Marval, 2003, notamment avec Chamor et Olivier de Tribal Act, Paris ou Crass de Strasbourg.

16 C’est d’ailleurs une des raisons qui conduira Stéphanie Heuzé à publier Changer le Corps, Paris, La Musardine, 2001. Mike Featherstone dans Body Modification, Londres, Sage Editions, 2000 ou David Le Breton dans l’Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999 ont été parmi les premiers à analyser ces pratiques nouvelles de modification du corps. Un peu après (2003), la revue Quasimodo produisait son numéro « Modifications corporelles ».

17 La formule peut surprendre, mais je tiens à les caractériser comme des pratiques de loisir car elles en possèdent toutes les caractéristiques : elles se développent dans un temps non contraint, durant lequel les pratiquants pourraient tout aussi bien faire autre chose. Mais, volontairement, ils investissent ce temps pour se placer des crochets sous la peau, se tirer les unes les autres ou se suspendre et se balancer.

18 Je traduis « Body play » par jeux avec la chair pour caractériser ce sur quoi ils jouent. Pour Musafar, ils se catégorisent en jeux de contention, de contorsion, de compression, d’étirement, de privation, de surcharge, de brûlure, d’actions invasives et de pénétration et… de suspension. La revue Body play a édité dix-neuf numéros.

19 Stéphanie Heuzé, Changer le corps, op. cit.

20 Pour l’émission l’Atelier intérieur « le tatouage et les muscles » d’Aurélie Charon du 1er avril 2013.

21 Par cette formule, je résume la manière dont il a – à l’époque sur une trentaine d’années – expérimenté sur lui à peu près tout ce que les civilisations humaines ont inventé comme mise en jeu corporelle générant une douleur, que ce soit à des fins initiatiques ou mystiques.

22 Doug Malloy, « Body piercings », Re/Search, « Modern Primitives », op. cit., p. 25-26. Lire aussi Doug Malloy, The Art of Pierced Penises and Decorative Tattoos, Los Angeles, Calston Industries, 1976.

23 Jim Ward, Running the Gauntlet. An intimate history of the modern body piercing movement, Gauntlet enterprises, 2013. Voir aussi la revue créée par Jim Ward, PFIQ (Piercing Fans International Quarterly) publiée de 1977 à 1997, véritable conservatoire des premières pratiques de piercing.

24 Cette logique de rapprochement se retrouve dans l’ouvrage de Blake Andrew Perlingieri qui consacre sa couverture à Fakir Musafar : A Brief History of the Evolution of Body Adornment in Western Culture : Ancient Origins and Today, Liverpool, Tribalife Publications, 2003.

25 Formule construite sur la contraction de Body et Modifications.

26 Shannon Larratt s’est tué le 15 mars 2013, pour échapper à une maladie dégénérative. En complément de BME, il a alimenté jusqu’au bout le blog Modblog/BME.

27 Décrites par Georges Catlin en 1867 et publiées un siècle plus tard : O-kee-pa, a Religious Ceremony and Other Customs of the Mandans, edité et introduit par John C. Ewers, Yale University Press, 1967.

28 Michael Crichton, Coma, Metro-Goldwyn-Mayer, 1978.

29 Aesthetic Meat Front est un collectif, emmené par l’allemand Louis Fleischauer qui produit des performances scéniques collectives basées sur des rituels et des suspensions.

30 Daniel Wojcik, Punk and neo-tribal body art, Jackson, University Press of Mississippi, 1995.

31 Victoria Pitts, In the Flesh, The Cultural Politics of Body Modification, New York, Palgrave Macmillan, 2003.

32 Therèsa M. Winge, Body style, New-York-Oxford, Berg, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Liotard, « Suspensions : le corps à l’épreuve »Revue des sciences sociales, 53 | 2015,  117-127.

Référence électronique

Philippe Liotard, « Suspensions : le corps à l’épreuve »Revue des sciences sociales [En ligne], 53 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2871

Haut de page

Auteur

Philippe Liotard

Maître des conférences HDR,
Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport,
Université Claude Bernard Lyon 1

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals