Navigation – Plan du site
Lu-à lire

Jean Remy, L’espace, un objet central de la sociologie

Stéphane Jonas
Référence(s) :

Jean Remy, L’espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Érès, « Sociétés urbaines et rurales », 2015.

Texte intégral

1Jean Remy est un sociologue et économiste belge. Il a publié en 2015 un petit livre très précieux intitulé : L’espace, un objet central de la sociologie. Professeur honoraire de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve, membre de l’Académie royale de Belgique et directeur honoraire de la revue interdisciplinaire francophone Espaces et Sociétés, Jean Remy continue à approfondir et enrichir la sociologie urbaine francophone. Cette dimension spatiale m’intéresse particulièrement et l’auteur m’a beaucoup apporté dans ce domaine.

  • 1 - Chapitre I : « Un parcours de recherche » Chapitre II : « L’espace comme ressource pour les acteu (...)

2L’ouvrage comprend cinq chapitres1et il a l’ambition de constituer une synthèse des travaux et recherches de son auteur, réalisés pendant plusieurs décennies. Le premier chapitre présente son curriculum vitae de chercheur et le dernier une étude de cas qui lui est chère : la fondation de la ville nouvelle de Louvain-la-Neuve, dont il est à la fois concepteur, acteur et habitant-usager.

3Dans la bibliographie de cet ouvrage, la quasi-totalité des recherches et publications de l’auteur remontent aux trois dernières décennies du xxe siècle ; la mémoire est ainsi convoquée impérieusement. Il s’agit surtout de la mémoire de ses activités scientifiques et professionnelles ; mais elles s’entrecroisent avec des éléments autobiographiques précieux, mais incomplets.

4Si, dans les années 1970, la confrontation avec Manuel Castells et la sociologie urbaine marxiste a incontestablement été marquante, d’autres rencontres – sur le mode de la coopération ou sur celui de la confrontation – sont passées sous silence. Je suis surpris par l’absence de Liliane Voyé, sa collaboratrice la plus proche et co-auteure avec lui de nombreux ouvrages. Elle a notamment coordonné l’ouvrage en son hommage : Ville et transaction sociale (1996). Il est étonnant que le débat entre Jean Remy et Henri Raymond, sur « l’utopie expérimentale » d’Henri Lefebvre (voir ci-dessous), n’ait pas trouvé une petite place dans ce volume.

5À son corps défendant, ces éléments manquants dans l’autobiographie illustrent la définition pertinente de la mémoire que Jean Remy connaît bien : « La mémoire est une reconstruction partielle et sélective du passé » (Halbwachs 1994). Il faut ajouter immédiatement que l’objectif principal de cet ouvrage est ailleurs : ces silences n’entachent en rien la qualité de la synthèse théorique magistrale qui est proposée, sur la place centrale de l’espace en sociologie et dans toutes les sciences sociales.

6Jean Remy analyse l’espace « comme ressource pour les acteurs sociaux et les individus » et son « postulat de départ est la production du sens de l’espace par l’interaction entre personnes et entre groupes sociaux ». Sur le plan méthodologique et épistémologique, il reste fidèle à l’approche structuro-fonctionnelle de Max Weber. Dans sa préface, Maurice Blanc souligne que, pour Jean Remy, l’espace est une dimension structurante essentielle de la matérialité et de la territorialité.

7Le père fondateur de la sociologie urbaine allemande, Georg Simmel, a également influencé Jean Remy qui lui a consacré un ouvrage : Georg Simmel: ville et modernité (1995). Curieusement, l’approche socio-affective de l’espace de Simmel n’est pas analysée dans ce volume. Pourtant, dans cette définition, l’espace est à la fois idéel et matériel et il joue un rôle prépondérant dans la formation de l’individualité de l’homme occidental moderne, où les caractéristiques spatiales de l’individu font partie de sa capacité d’action et de socialisation (Jonas 2006).

8Le dernier chapitre est consacré à la fondation de Louvain-la-Neuve, une ville nouvelle conçue à partir de 1970, érigée comme exemple d’anticipation des formes spatiales et des mouvements sociaux. Rappelons que cette ville nouvelle est le fruit de la querelle linguistique qui a forcé la section francophone de l’université flamande de Louvain, fondée au xve siècle, à s’exiler en Wallonie. Selon Jean Remy, cette ville nouvelle peut être définie comme une « utopie humaniste » (p. 132). Cette définition est pertinente, mais elle devrait être élargie : l’utopie est humaniste depuis Thomas More.

9Les thèmes utopiques post-Renaissance (la géométrie, la science, l’ingénieur-architecte, l’harmonie, le bonheur et l’ordre-autorité) sont présents à Louvain-la-Neuve. Sommes-nous ici en présence, d’une « utopie expérimentale » ? Ce concept a été introduit dans la sociologie urbaine par Henri Lefebvre (1961) et Henri Raymond (1984), pour lesquels la démarche utopique est « à considérer, en étudiant sur le terrain ses implications et conséquences ». Cette utopie expérimentale ne pouvait viser que le singulier, l’unicité du projet, parce que la société globale et les pouvoirs établis ne pouvaient ou ne voulaient pas reprendre ce projet en le rendant global, ou réalisable à grande échelle.

10Dans le post-scriptum, intitulé : « Espace et transaction sociale : quelle synergie ? », Jean Remy définit la transaction sociale comme : « un propos central qui permet, comme la matérialité et l’espace, une approche transversale par rapport à diverses sociologies ». Cela signifie-t-il qu’une suite est en préparation et que nous pouvons attendre une nouvelle publication sur les relations entre espaces et transactions sociales ?

11Un petit livre utile, précieux et riche. Merci Jean.

Haut de page

Bibliographie

Halbwachs M. ([1925] 1994), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Jonas S. (2006), Simmel et l’espace: de la ville d’art à la métropole, Paris, L’Harmattan.

Lefebvre H. (1961), « Utopie expérimentale : pour un nouvel urbanisme », Revue Française de Sociologie, vol. 2, n° 3, p. 191‒198.

Péquignot B. et Gaudez F. (dir.) (1998), Utopies et sciences sociales, Paris, L’Harmattan.

Raymond H. ([1984] 2017), L’architecture, les aventures spatiales de la raison, Marseille, Parenthèses.

Remy J. (dir.) (1995), Georg Simmel: ville et modernité, Paris, L’Harmattan.

Voyé L. (dir.) (1996), Ville et transactions sociales, Hommage au professeur Jean Remy, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 - Chapitre I : « Un parcours de recherche » Chapitre II : « L’espace comme ressource pour les acteurs sociaux et les individus » Chapitre III : « Mobilité et mode de spatialisation »
- Chapitre IV : « L’urbanisation et ses modulations »
- Chapitre V : « Anticipation des formes sociales et mouvements sociaux : l’exemple de Louvain-la-Neuve ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Jonas, « Jean Remy, L’espace, un objet central de la sociologie », Revue des sciences sociales [En ligne], 58 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/291

Haut de page

Auteur

Stéphane Jonas

sociologue et urbaniste
professeur honoraire
de l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals