Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Ville et Université et le sens de l’histoire

Le cas de l’Université Impériale de Strasbourg, 
1871-1918
Town and University and the significance of history: the case of the Imperial University of Strasbourg, 1871-1918
Stéphane Jonas
p. 162-166

Résumés

Dans cet article sont traités des problèmes épistémologiques et méthodologiques que nous pose l’objet Ville/Université, à travers le cas de l’Université Impériale allemande de Strasbourg. L’exemple choisi pose l’interrogation : y a-t-il un sens de l’histoire dans la cohabitation Ville/Université ? La méthodologie adoptée permet d’éviter l’accumulation simple des faits grâce à la reconstitution intelligible des ensembles. Les questions épistémologiques soulevées sont : y a-t-il une unité de champ nommée Ville / Université ? Nos universités sont-elles aussi des phénomènes identitaires ? Le sens de l’histoire dans cette cohabitation mérite d’être étudié parce qu’il pose la question de la souveraineté académique des universités et l’autonomie urbaine et universitaire de la ville. Pour les fondateurs allemands de la sociologie, le sens de l’histoire était inséparable de l’œuvre décrite, qui était l’expression d’une conscience historique de l’esprit du créateur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À la proposition du Président de la Région Alsace, Philippe Richert, j’ai l’honneur de faire partie (...)
  • 2 Cf. L’Université Impériale de Strasbourg. Le site de la Porte des Pêcheurs, Strasbourg, 2012.

1En 2011, la Région Alsace a élaboré, en collaboration étroite avec la Ville et la Communauté Urbaine de Strasbourg, un programme ambitieux de réalisation d’un inventaire général de la Neustadt de Strasbourg, appelée aussi quartiers allemands. Il s’agit d’une première : recenser le patrimoine architectural, urbain, écologique et esthétique d’un ensemble urbain central né suite aux deux extensions urbaines intervenues entre 1880 et 1914, au cours desquelles Strasbourg, devenue capitale du Reichsland Alsace-Lorraine, a triplé de surface construite et doublé de population1. Un des principaux projets urbains de prestige et de qualité de la Neustadt pour le pouvoir de Berlin, qui a annexé l’Alsace-Lorraine en 1871, était la construction ex nihilo d’un complexe de l’Université Impériale, placée en bonne centralité urbaine autour de la zone de la Porte des Pêcheurs. Berlin, qui voulait doter le Reichsland d’une université de prestige sur le modèle prussien, devait impérativement lui offrir un cadre urbain et architectural adéquat et nous savons qu’il y est bien parvenu. Ainsi, il me paraît tout à fait naturel que la première publication imprimée en 2012, de l’équipe de chercheurs du Service de l’Inventaire pour informer le public strasbourgeois sur le travail en cours, a été la petite plaquette soignée et richement illustrée portant sur le patrimoine de l’ancienne Université Impériale2. Je voudrais aussi attirer l’attention sur le sous-titre de l’ouvrage : « Le site de la porte des Pêcheurs ». Cela veut, en effet, dire aussi que pour cette opération d’envergure qu’est l’inventaire général, le rapport multiséculaire étroit qui a toujours existé à Strasbourg entre la Ville et l’Université, a été – une fois de plus – relevé, comme plusieurs fois dans l’histoire de cette ville rhénane prestigieuse bimillénaire.

  • 3 Cf. Craig J. E., 1984 ; Livet G., 1986 ; Nohlen K., 1997.
  • 4 Cf. Jonas S. et al., 1995.
  • 5 Jonas S., « Centralité et symbolique de l’Université dans l’espace urbain : l’Université de Strasbo (...)

2L’histoire de longue durée de la cohabitation Ville et Université à Strasbourg est assez bien connue, parce qu’elle a été étudiée dans de nombreuses disciplines telles que l’histoire, l’art, l’architecture, l’urbanisme, la géographie et la sociologie, y compris en ce qui concerne la période allemande qui nous intéresse ici et qui a été l’objet d’un certain nombre d’études, notamment au cours des trois dernières décennies3. J’ai également étudié cette relation entretenue pendant la période allemande et dirigé sur le sujet une équipe de recherche pluridisciplinaire dans le cadre d’un appel d’offres interministériel portant sur le thème « Université et Ville » et publié un ouvrage4. Mais je ne proposerai pas ici un article thématique. Par contre, je voudrais traiter, en partant de mes approches disciplinaires de sociologie et d’urbanisme, un certain nombre de problèmes épistémologiques et méthodologiques que nous pose l’objet ville et université, s’il y en a un. Ces réflexions seront cependant illustrées par quelques exemples strasbourgeois. Cela devrait en principe nous permettre de répondre, ne serait-ce que partiellement, à l’interrogation suivante : y a-t-il ou non un sens de l’histoire dans la cohabitation Université / Ville5 ? Le concept de sens est ici entendu à la fois comme une orientation historique de longue durée dans laquelle se fait un mouvement, une direction et comme un ensemble des opinions dominantes dans une société donnée qui véhiculent des valeurs.

  • 6 Université au centre de la ville ; Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvell (...)

3Héritière directe du Gymnasium, fondé en 1539 au cours de la Réforme et de la période d’Humanisme, élevé en 1566 au rang d’Académie par l’empereur Maximilien II, l’Université de Strasbourg a été fondée en 1621 par la Ville de Strasbourg, alors Ville libre du Saint Empire Romain Germanique, sur l’ordre de l’empereur Ferdinand II. L’Université strasbourgeoise était donc non seulement d’origine urbaine, mais elle a toujours eu par la suite et depuis sa fondation, une centralité culturelle et symbolique dans l’espace municipal, sans cependant avoir – et c’est important – un édifice, un campus ou un quartier représentatif convenant à son rayonnement européen. Tout cela change quand, au cours de la période allemande, Strasbourg devient capitale du Reichsland et quand l’Université Impériale prendra une envergure internationale et sera installée au cœur même d’un quartier impérial de prestige, bâti à l’intérieur de la Neustadt6. Cette cohabitation de longue durée Ville/Université nous pose aussi deux questions épistémologiques, en l’occurrence : a) y a-t-il ou non unité de champ ou objet réel nommé Ville/Université ? ; b) les universités européennes sont-elles seulement des phénomènes historiques ou sont-elles aussi des phénomènes identitaires des Empires, des États et des Villes de notre Vieille Europe ?

4En ce qui concerne la validité du champ scientifique Ville / Université, je répondrais par l’affirmative. En effet, depuis l’invention de l’Université européenne vers la fin du Moyen Âge et surtout au cours des premiers frémissements de la Renaissance, cette Université a été jusqu’à nos jours continuellement caractérisée par son haut degré d’urbanité. Création urbaine, l’université est modulée par la vie urbaine et la société urbaine locale jusque dans ses structures et ses fonctionnements, même dans des villes parfois petites. À ce haut degré d’urbanité que possède aussi l’université de Strasbourg, la période allemande de l’Université Impériale a ajouté une centralité urbaine physique, par une décision de la raison d’État : placer cette institution, investie de la mission de germanisation des élites alsaciennes, dans la proximité urbaine du Palais Impérial nouvellement construit. Est-ce une première sur le plan de l’étatisation de l’Université de Strasbourg créée par la Ville ? Pas du tout, puisqu’auparavant, les rois de France avaient déjà étatisé l’Université strasbourgeoise, à partir de l’annexion de Strasbourg en 1681 par Louis XIV, – malgré le traité de Westphalie qui garantissait à la Ville son statut de Ville libre – sans cependant lui donner une centralité urbanistique et architecturale conforme à son importance scientifique, culturelle et intellectuelle. Et la France a aussi utilisé cette institution pour « franciser » les élites alsaciennes.

5Par ailleurs, l’Université et la Ville et leur cohabitation spécifique et multiséculaire sont considérées de plus en plus – et désormais sans doute d’une façon irréversible – comme des œuvres et valorisées par conséquent comme un patrimoine. Pour la cohabitation strasbourgeoise à ce sujet, il faut observer qu’au moment de la préparation des travaux de l’inventaire général de la Neustadt par la Région Alsace, le Sénateur-Maire de Strasbourg, Roland Ries, a présenté à la Commission nationale des secteurs sauvegardés une extension du secteur sauvegardé de Strasbourg, situé jusqu’alors à l’intérieur de l’ellipse insulaire ; demande acceptée par ladite Commission en juin 2010. Cette demande d’extension a été élargie à l’extérieur de l’ellipse insulaire sur plus de cent hectares du centre de la Neustadt, y compris de la totalité du site de l’ancienne Université Impériale. Ce nouveau type de valorisation du site universitaire central, phénomène observé aussi actuellement dans d’autres villes européennes, n’est pas uniquement une contre-offensive des villes universitaires à la multiplication, en Europe, après 1945, des campus à l’américaine situés de plus en plus en banlieue. Il s’agit plutôt d’une reconnaissance et d’une nouvelle forme de réaffirmation par la ville universitaire du caractère de fonction centrale du site universitaire dans l’espace urbain. Au cours de l’histoire, dans cet archipel extraordinaire qu’est l’armature urbaine de notre Vieille Europe, plusieurs villes prestigieuses ont perdu quelques-unes de leurs fonctions centrales : marché, commerce, port, capitale politique, centre de décision, etc. Mais elles n’ont jamais perdu leur université, et s’il en existe une ou deux qui l’ont perdue, ce sont des exceptions qui confirment la règle. Cette cohabitation-type qui perdure entre la Ville et l’Université est sans doute un des types d’urbanité les plus constants de l’Europe. Et la ville universitaire, résultante heureuse de cette cohabitation durable, s’est imposée même depuis la Renaissance comme un concept d’urbanité permanente sur notre continent.

6Sur le plan méthodologique, la meilleure approche scientifique pour bien saisir la cohabitation Ville/Université reste sans doute pour nous l’approche monographique, malgré la grande complexité de leur rapport. Quand nous parlons de l’approche monographique, il s’agit de maintenir la tradition en sciences sociales des études de cas. Quand nous parlons de tradition, il s’agit en fait des expériences pas très anciennes, commencées au cours de l’entre-deux-guerres du xxe siècle, et effectuées surtout entre les trois disciplines que sont l’histoire, la géographie et la sociologie. À plusieurs reprises, le débat interdisciplinaire a même abouti à de véritables transferts scientifiques et méthodologiques. Dans l’approche monographique nous devons cependant dépasser le discours et le récit, ainsi que l’analyse descriptive d’un phénomène. Cette approche, nous l’entendons dans le sens des études de cas élaborées par les Anglo-Saxons sous le terme de case studies, où l’objet d’étude n’est ni descriptif, ni abstrait et sa particularité peut être cernée par le choix d’hypothèses rigoureuses et sélectionnées.

  • 7 Aron R., 1961.

7La démarche méthodologique choisie pour l’étude de cas de l’Université Impériale dans l’intention d’établir des faits du passé à partir de sources disponibles dans le présent peut certes nous poser des problèmes épistémologiques et scientifiques d’interprétation. Au cours de mes recherches, dans mes interprétations sur la cohabitation Ville/Université, en tant que sociologue urbain, j’ai adopté cette observation épistémologique fondamentale du sociologue et philosophe français Raymond Aron, développée dans son ouvrage intitulé Dimensions de la conscience historique, concernant l’action réciproque de l’histoire et des sciences sociales : « Plus on se rapproche des temps modernes et plus la connaissance historique tire profit des sciences sociales. Plus elle est imprégnée par les concepts et les conclusions des sciences sociales, plus elle diffère du récit historique »7. Dans l’étude de cas qui nous occupe, j’ai la conviction que l’histoire strasbourgeoise Ville-Université n’est pas une simple accumulation des faits, mais elle comporte également la possibilité d’une reconstitution intelligible des ensembles. Citons-en quelques éléments : événements, organisations, collectivités, spécificités aussi, telles que le local ou la frontière. Ici, les faits historiques sont des faits sociaux et le sociologue peut fixer des limites non historiques dans l’espace-temps du passé, peut adopter une périodisation par rapport à ses références. Mais le sociologue travaillant dans une période historique, ne peut pas considérer le temps comme une simple donnée.

  • 8 Weber M., 1982 ; Jonas S., 1985, p. 221-251.

8Par le fait même que les périodes de l’Université Impériale et de la création de la Neustadt sont pour moi plus que des phénomènes historiques, étant donné qu’elles sont aussi des phénomènes identitaires, elles sont, par conséquent, confrontées au sens de l’histoire et à la conscience historique. Le sens de l’histoire dans la cohabitation Ville / Université mérite d’être étudié puisqu’il pose la question de la souveraineté académique des universités et l’autonomie urbaine et universitaire de la ville. À ce sujet, nous pouvons observer sur le plan historique deux grands modèles de fondation des universités européennes. Premièrement, les fondations d’universités faites par les villes libres d’Occident, qu’elles soient impériales, royales ou princières. C’est dans cette catégorie qu’est née l’Université de Strasbourg. Deuxièmement, les fondations d’universités faites par des Empires, des Royaumes, des Principautés ou des Princes-Evêques ayant aussi un pouvoir temporel. Dans le premier modèle, la souveraineté académique était urbaine : municipale ou de ville-état, parfois totale, mais souvent partagée symboliquement par une puissance protectrice de la ville. Dans ce modèle, c’était la ville qui exerçait de jure et de facto la souveraineté académique, comme c’était le cas à Strasbourg jusqu’à l’arrivée des rois de France en Alsace. Mais même dans le cas de facto, c’était la Ville qui imposait souvent sa politique universitaire, comme à Strasbourg devenu français. Cependant, le sens de l’histoire de longue durée montre qu’avec la généralisation des Grands Empires et plus tard des États-Nations, les villes européennes ont finalement toutes perdu leur souveraineté académique de jure. Nous savons aussi que dans ce processus de transfert d’autorité, la ville universitaire, telle Strasbourg, aura certes une perte réelle de souveraineté juridique, mais elle gardera, selon les pays, les coutumes et les époques et la puissance de la ville, une sorte de souveraineté de facto, qu’elle gérera souvent avec beaucoup d’habileté et de ténacité. C’est un objet d’actualité et non seulement une curiosité historique. Le destin semblable des villes libres d’Occident a bien été étudié à ce sujet par le sociologue allemand Max Weber8.

9L’Allemagne wilhelminienne, victorieuse et conquérante sur le plan militaire et politique, voulait cependant s’inscrire aussi, sur le plan universitaire, dans la tradition strasbourgeoise de la Ville libre d’Empire, tout en rompant avec la tradition française étatique et municipale fondée sur le consensus avec les élites locales et sur l’autonomie municipale et universitaire partagée. À ce sujet, deux gestes symboliques typiques vont marquer rapidement la place de l’Université Impériale dans Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine. Le premier geste symbolique, qui exprime la volonté de Berlin et de la Prusse de rompre avec l’université royale française, a été l’édition du décret impérial du 11 décembre 1871, qui a créé la Kaiser-Wilhelms-Universität Straßburg. La date consciemment choisie par Berlin est celle de la convention additionnelle du Traité de Francfort par lequel la France vaincue a institutionnellement, certes sous la contrainte, cédé l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne. Mais la dissolution effective de l’université française n’interviendra que quelques mois plus tard, le 28 avril 1872, par la publication du rescrit impérial qui dotera l’Université impériale d’une personnalité morale, en la mettant sous la tutelle du Chancelier Bismarck.

  • 9 Livet G., Rapp F., 1982, p. 362.
  • 10 Mayeur J. M., 1970, p. 14, cité in B. Vogler, 1995, p. 178.

10Cette nouvelle souveraineté académique est devenue, dès le départ, complexe et ambiguë puisqu’elle a certes été mise sous l’autorité de l’Empereur, mais celui-ci l’a mise immédiatement sous la tutelle directe du Chancelier Bismarck. De jure, le rescrit impérial donne un pouvoir étendu à l’Empereur, comme stipulé dans l’article 3 : « L’université sera placée sous la haute direction du Chancelier. Il sera établi un curateur… la nomination du curateur et celle des professeurs ordinaires appelés à enseigner dans l’université seront faites par l’Empereur. La constitution intérieure et l’organisation de l’université seront réglées par un statut émanant de l’Empereur sur le rapport des représentants de l’université »9. Mais de facto, le Chancelier Bismarck est le vrai bénéficiaire de cette nouvelle souveraineté académique partagée. Et les représentants de l’État à Strasbourg, tels que le Président Supérieur jusqu’en 1879, le Statthalter qui est à la fois « l’alter ego de l’Empereur et un ministre impérial10 » et son Secrétaire d’État, entre 1879 et 1914, doivent trouver un équilibre de la politique universitaire entre la Cour et la Chancellerie de Berlin et les professeurs leaders des deux camps de Strasbourg. Le modèle universitaire étatique nouveau est très moderne en ce sens qu’il préfigure un nouvel équilibre à trouver entre l’État et sa gouvernance.

11Le deuxième geste symbolique montre la volonté étatique de Berlin d’inscrire Strasbourg et sa nouvelle université allemande dans une continuité historique germanique. En effet, l’inauguration solennelle de l’Université Impériale a eu lieu le 1er mai 1872 dans un lieu également symbolique : au Palais Épiscopal des Cardinaux de Rohan, un des palais le plus représentatifs de la présence royale française, de style Régence, érigé au xviiie siècle. Mais ce qui était important là, c’était la date choisie : en effet, le 1er mai était en 1566 le jour solennel choisi par Maximilien II, Empereur du Saint-Empire Romain Germanique, pour ériger en Académie, la Haute École de Strasbourg, fondée par Johannes Sturm en 1538. Au-delà du choix de la journée symbolique, il faut aussi considérer ce choix sous l’angle de l’auto-proclamation de la Prusse comme successeur de l’Autriche et des Habsbourg à la tête du Saint-Empire Romain Germanique : Empire supprimé pour la première fois par Napoléon en 1806 et ensuite transformé par Bismarck en « Empire Allemand », par la proclamation spectaculaire de Versailles, le 18 janvier 1871, après avoir exclu l’Autriche de l’Empire, suite à la victoire prussienne sur celle-ci à Sadowa en 1866. Pour Berlin, le 1er mai 1872 c’est l’anniversaire de la continuité germanique historique et le retour solennel de Strasbourg et de son Université dans le pays qui se considère comme le successeur du Saint-Empire Romain Germanique. L’Allemagne réunie par la Prusse, digne successeur du Saint-Empire, était, de plus, un grand mythe fondateur du Reich wilhelminien dans sa Weltpolitik ; mythe qui a séduit plusieurs universitaires allemands et pas seulement des pangermanistes.

  • 11 Aron R., 1961, p. 55.

12L’approche méthodologique de l’étude de cas me semble également justifiée par l’unité historique que j’avais choisie. Le concept d’unité historique est ici entendu dans le sens où les sociologues l’utilisent, et notamment Raymond Aron quand il déclare : « L’historien est tenté, quand il s’est élevé à un certain ensemble temporel, non pas seulement de constater le point de départ et le point d’arrivée mais de reconstituer les étapes intermédiaires, de comparer la modalité des changements dans une autre unité historique »11. Sous cet angle, la période de l’Université Impériale embrasse deux périodes historiques locales distinctes. La période de tutelle, 1871-1885, celle de la germanisation à outrance de l’université et celle de la dissolution du Conseil municipal par le Statthalter, le superpréfet ; et la période d’entente 1885-1918, celle de l’arrivée massive des étudiants alsaciens à l’université et du rétablissement de la démocratie municipale locale et de l’instauration d’un pouvoir municipal très fort et autonome. En observant les interférences historiques intervenues entre ces deux unités historiques locales, nous avons pu observer que les unités historiques que nous avons retenues sont non seulement des unités spatio-temporelles, mais aussi des unités de projet.

  • 12 Jonas S. et al., Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraineop. cit., p. 27-28.
  • 13 Cf. Wittich W., 1900 ; Michaelis A., 1930.

13Ainsi s’amorce dans les années 1885-1890, après la chute de Bismarck, sur le plan politique, une forte revendication régionale de reconnaissance de plein droit de l’Alsace-Lorraine en tant que Région (Land) et une politique municipale hardie et innovante qui ouvre l’ère des grands projets institutionnels locaux et d’urbanisation autonomes. Pendant la même période, la Région prend d’assaut l’Université, qui se régionalise dans la composition de ses étudiants. En 1907, 54,17 % des 1896 étudiants sont déjà originaires d’Alsace-Lorraine et ce taux est de 94,20 % (!) à la Faculté de Théologie Protestante qui est à l’origine de la fondation de l’Université de Strasbourg12. Et se dessine alors au tournant du siècle un projet local universitaire de double culture pour les élites, un débat très important alors en Alsace, mené notamment par le professeur d’université vieil-allemand, Werner Wittich, économiste et sociologue, dans son essai intitulé La Culture allemande et française en Alsace13, qui souligne la nécessité d’une « culture mixte » en Alsace : langue allemande comme langue du peuple sous la forme écrite et dialectale sous la forme orale ; et langue française comme langue de culture et de démocratie politique pour les élites et la classe politique, sous forme de bilinguisme pour les Allemands. Je voudrais insister sur le fait qu’au cours de la période d’entente s’est petit à petit dessiné un projet universitaire où la région – ici l’Alsace-Lorraine – voulait obtenir une autorité académique partagée entre l’État et la Région.

14C’est aussi un sujet d’actualité, puisque dans les pays de l’Union Européenne on peut actuellement observer une tendance similaire de resserrement géographique entre la ville et son université, avec l’appui bienveillant de la Région. À ce sujet, l’exemple alsacien actuel du projet de contrat du site alsacien entre l’Université de Strasbourg, l’Université de Haute-Alsace, l’Institut national des sciences appliquées, et la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, s’inscrit, en effet, et d’une manière anticipative, dans la politique étatique visant à regrouper les différents institutions et établissements de l’enseignement supérieur dans une même aire géographique resserrée. Même si actuellement c’est la forme d’un rattachement qui a été choisie localement – au détriment de celles de fusion ou de communauté d’universités – nous savons que le véritable bénéficiaire de cette souveraineté académique limitée mais élargie sera la ville-universitaire principale, c’est-à-dire, en l’occurrence, la ville de Strasbourg, quoiqu’on parle diplomatiquement du pôle métropolitain Strasbourg-Mulhouse.

15In fine, nous pouvons observer que dans l’établissement de faits passés à partir de documents présents, comme le fait l’historien, le sociologue est confronté à des problèmes épistémologiques et méthodologiques non négligeables, tels que l’interprétation et la synthèse historique. Pour le sociologue se présente encore plus brutalement que chez l’historien la question de l’intentionnalité. En outre, il nous faut comprendre aussi les acteurs de l’histoire et expliquer les événements, sinon le récit des événements reste au niveau simple de la chronique. Comment pouvons-nous donc déchiffrer le sens de l’histoire à partir d’une étude de cas – comme celle de l’Université Impériale de Strasbourg – somme toute modeste, étant donné que nous ne sommes pas à l’échelle des macrosociologies et des grands événements des États-Nations ? Cette question nous renvoie aux grandes conceptions du sens de l’histoire ; pour les grands fondateurs allemands de la sociologie comme Georg Simmel et Max Weber, – qui comme nous le savons ont été par ailleurs attachés à l’Université Impériale à une période de leur vie d’enseignant ou d’étudiant – le sens de l’histoire était inséparable de celui de l’œuvre décrite, étant entendu que l’œuvre interprétée, décrite, était l’expression plus ou moins cristallisée d’une conscience historique de l’esprit du créateur.

Haut de page

Bibliographie

Aron R. (1961), Dimensions de la conscience historique, Plon, Paris, p. 101.

Craig J. E. (1984), Scholarship and Nation Building. The Universities of Strasbourg and Alsatian Society, 1870-1939, The University of Chicago Press, Chicago.

Jonas S. et al. (1995), Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle université, 1871-1918, Éditions Oberlin, Strasbourg.

Jonas S. (1985), « La commune et la communauté chez Max Weber, in Bourdin A., Hirschhorn M., Figures de la ville ; autour de Max Weber, Aubier-Champ Urbain, Paris, p. 221-251.

Livet G. (1986), « Histoire de l’Université de Strasbourg », in l’Encyclopédie de l’Alsace, tome XII., Strasbourg, Publitotal, p. 7476-7502.

Livet G., Rapp F., (s.d.), 1982, Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, tome IV, Éditions des DNA, Strasbourg.

L’Université Impériale de Strasbourg. Le site de la Porte des Pêcheurs, Parcours du patrimoine, Service de l’Inventaire du patrimoine de la Région Alsace, Strasbourg, 2012, 72 p.

Mayeur J. M. (1970), Autonomie et politique en Alsace. La Constitution de 1911, Paris.

Michaelis A. (1930), Grenzlandkirche (1870-1918), Strasbourg.

Nohlen K. (1997), Construire une capitale, Strasbourg Impérial de 1870 à 1918, les bâtiments officiels de la place impériale, Publications de la Société Savante d’Alsace. La première édition allemande date de 1982.

Vogler B. (1995), Histoire politique de l’Alsace, Éditions La Nuée Bleue-DNA, Strasbourg.

Weber M. (1982), La ville, Éditions Aubier Montaigne, Paris. La première édition allemande date de 1921.

Wittich W. (1900), « Deutsche und Französische Kultur im Elsass », in Revue Alsacienne Illustrée.

Haut de page

Notes

1 À la proposition du Président de la Région Alsace, Philippe Richert, j’ai l’honneur de faire partie du Conseil scientifique de cette opération, menée sous la direction de Marie Pottecher, Conservatrice du patrimoine, et effectuée par une équipe de huit chercheurs. Sa durée est prévue pour six ans.

2 Cf. L’Université Impériale de Strasbourg. Le site de la Porte des Pêcheurs, Strasbourg, 2012.

3 Cf. Craig J. E., 1984 ; Livet G., 1986 ; Nohlen K., 1997.

4 Cf. Jonas S. et al., 1995.

5 Jonas S., « Centralité et symbolique de l’Université dans l’espace urbain : l’Université de Strasbourg », Programme Interministériel de Recherche « L’Université et la Ville », Séminaire « Problématiques et Méthodologies », Paris, le 18 septembre 1992, Éditions PIR-Ville, Ministère de la Recherche et de l’Espace, Paris, décembre 1992, p. 12-16.

6 Université au centre de la ville ; Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle université, 1871-1918 : forme, symbolique, pouvoir, représentations et enjeux, Programme Interministériel de Recherche « Université et Ville, pratiques sociales », Appel d’offres lancé et financé en 1991, terminé en 1994 ; responsable scientifique : Jonas S., autres membres de l’équipe : Denis M.-N., Gerard A., Weidmann F.

7 Aron R., 1961.

8 Weber M., 1982 ; Jonas S., 1985, p. 221-251.

9 Livet G., Rapp F., 1982, p. 362.

10 Mayeur J. M., 1970, p. 14, cité in B. Vogler, 1995, p. 178.

11 Aron R., 1961, p. 55.

12 Jonas S. et al., Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraineop. cit., p. 27-28.

13 Cf. Wittich W., 1900 ; Michaelis A., 1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Jonas, « Ville et Université et le sens de l’histoire », Revue des sciences sociales, 53 | 2015, 162-166.

Référence électronique

Stéphane Jonas, « Ville et Université et le sens de l’histoire », Revue des sciences sociales [En ligne], 53 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2921

Haut de page

Auteur

Stéphane Jonas

Sociologue-urbaniste
Professeur retraité de l’Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals