Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Constellation, Shi’ur 

Le cercle de Max Weber à Heidelberg et la compétition intellectuelle
Constellation, Schi’ur: 
The Heidelberg Weber Kreis and intellectual competition
Suzie Guth
p. 168-175

Résumés

L’analyse du salon des Weber à Heidelberg, désigné généralement par le terme de Weber Kreis sera menée selon les différents types de participants et en insistant sur le rôle de deux amis de Max Weber : Else Jaffé von Richtshoffen et Karl Jaspers. Il faut mentionner d’abord le cosmopolitisme de ce cercle dans cette petite ville universitaire allemande, la venue grâce à Marianne Weber de femmes diplômées de l’Université, celle d’étudiants dont les plus connus seront les étudiants hongrois Georgy von Lukacs et Ernst Bloch. Après la mort de Max Weber, le cercle a poursuivi ses activités jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Il deviendra le cercle de Marianne Weber, que nous évoquerons, avec Norbert Elias, Paul Honigsheim, Wolf Lepenies ; nous mettrons l’accent sur la querelle entre Alfred Weber et Karl Mannheim, son assistant, qui fit grand bruit lors du sixième congrès de sociologie allemande à Zürich en 1928. Le salon de Marianne Weber comportait nombre d’intellectuels juifs et d’Allemands opposés au nazisme qui devront quitter l’Allemagne avant la deuxième guerre mondiale pour environ un tiers d’entre eux. La plupart se rendront aux États-Unis, et c’est là que les études weberiennes prendront leur essor grâce à des traductions et commentaires menés par ces exilés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mot hébreu. Réunion de personnes se livrant à une discussion ou à une exégèse d’un texte de la Thor (...)

1Constellation était le mot qu’employait Else Jaffé (née von Richtshoffen) pour désigner le cercle de Heidelberg auquel elle appartenait. Schi’ur fut le terme utilisé par Georgy von Lukacs et ses amis hongrois pour évoquer ce même groupe1. Ainsi, selon les personnages et les dimanches, c’était un salon pour les uns, ou dans un sens métaphorique et ironique un séminaire de formation quasi religieuse pour les autres, voire une nécessité pour celui qui voulait présenter une habilitation ; pour notre plus grand bonheur, Norbert Elias met en scène le candidat Mannheim.

2Else von Richsthoffen passa sa jeunesse dans les murs de Metz, cité de garnison. Son père, capitaine et baron prussien, alimentait la chronique messine par ses frasques et ses dettes de jeux. Else von Richsthoffen, sa fille aînée va devenir Else Jaffé, puis l’enchanteresse, comme l’appellera Max Weber vers la fin de son existence. Ainsi le personnage le plus important du Weber Kreis vient des confins de l’Empire allemand, de cette ville française où sur une population de trente-cinq mille habitants, vingt-cinq mille soldats étaient en garnison ; Else Jaffé va rester fidèle à l’Allemagne du Sud : elle va s’établir ensuite dans le pays de Bade à Heidelberg, puis en Bavière à Munich.

  • 2 Paul Honigsheim, The unknown Max Weber, Transaction Publishers, Rutgers, New Jersey, 2003.

3Le cercle des Weber était aussi appelé ironiquement par le maître des lieux : le salon des refusés. On a beaucoup écrit sur le Heidelberg de Max Weber en donnant au cercle une importance a posteriori qu’il n’était sans doute pas le seul à posséder ; les relations de Max Weber avec ses anciens et nouveaux collègues de l’université n’étaient pas toujours marquées au coin de l’amitié, comme Paul Honigsheim nous le fait comprendre2 ; comme c’est souvent le cas, la concurrence entre collègues se manifestait, les petits travers donnaient un air de rivalité, là où les relations demeuraient souvent formelles. Max Weber n’était plus professeur depuis 1903, il avait certes encore des relations professionnelles, mais son influence académique n’était plus celle d’un enseignant en exercice ; il espérait toujours jouer un rôle dans les recrutements en faisant des fiches sur les candidats à la demande des autorités de l’université, mais il n’était pas arrivé à faire recruter son ami Simmel, membre du cercle. Après les années noires qu’avait connues Weber du fait de sa maladie, il lui était nécessaire de recréer un monde avec ceux qui se trouvaient souvent à la périphérie d’autres cercles. C’est ainsi que le salon s’est enrichi de personnalités venues d’horizons très divers, amis de l’un des deux membres du couple ou amis d’amis : ils composent une constellation que d’aucuns interpréteraient comme étant plus libre que la société alentour. C’est le trait marquant de ce couple qui vient d’atteindre la maturité ; ainsi raisonne Paul Honigsheim, jeune étudiant. Nous allons dans une première partie voir qui compose ce cercle au gré des arrivées, des départs et des soubresauts que connaît la société européenne ; nous nous arrêterons ensuite sur plusieurs personnages.

Heidelberg

4Heidelberg est une petite ville sur les bords du Neckar qui est centrée sur son université. Le monde universitaire de la Ruprechts Karl Universität est sur le devant de la scène municipale, il compose l’élite de la ville sans appartenir véritablement à ce monde badois. Le salon des Weber se tient, entre 1910-1918, à Heidelberg, dans la villa familiale des Fallenstein, puis comme Max Weber est nommé d’abord à Vienne, ensuite à Munich, il ne se réunira plus de son vivant. Après la mort du grand homme à Munich en 1920 (où se trouvait aussi Else Jaffé), il reprendra à nouveau à Heidelberg sous l’impulsion d’Alfred Weber, le frère cadet de Max Weber et deviendra le salon de Marianne Weber jusqu’à la deuxième guerre mondiale, malgré de nombreux départs en exil (pour un tiers de ses participants).

Maison « Fllenstein » de Max et Marianne Weber au bord du Neckar.

Maison « Fllenstein » de Max et Marianne Weber au bord du Neckar.

© Université de Heidelberg.

  • 3 Radkau Joachim, Max Weber. A biography, p. 293.
  • 4 Lawrence A. Scaff, Max Weber in America.

5La grande maison des Fallenstein sur les bords du Neckar est aujourd’hui devenue la maison des étudiants étrangers. C’est une bâtisse imposante de plusieurs étages, un étage avait été loué à la famille Troelsch, mais tout n’ira pas toujours pour le mieux avec ces voisins. Les Weber ont accédé à cette maison en 1906, ils doivent cependant payer un loyer, puis en 1910 ils ont pris le grand appartement de l’étage noble en payant 3 000 marks de loyer3. Cette dépense importante n’est devenue possible (rappelons que Weber n’avait plus ni salaire, ni pension) que grâce à l’héritage Oerlinghausen de Marianne Weber. À partir de 1910, c’est une période de grâce sociale, qui fait suite à une période dépressive très sombre, d’incapacité non seulement de travailler, mais aussi d’avoir des relations sociales régulières. Ces années sombres s’achèvent en 1904 avec le voyage en Amérique4. On peut donc dire que c’est pour le couple une renaissance, et un nouveau départ, comme si Max Weber avait droit à une seconde chance. Cette troisième période de Weber, celle que nous pourrions qualifier d’heureuse, qui va de 1904 jusqu’à son décès, nous montre selon les commentateurs et ceux qui l’ont connu, un visage totalement différent de celui de sa jeunesse et des enquêtes menées avec son frère pour le Verein Zur Sozial Politik, le professeur d’université de Freiburg en Breisgau semble appartenir à un autre univers. Tout se passe comme si, et c’est l’hypothèse de nombreux critiques, celle de Radkau, de Mitzman et même de Bendix, après les années de lutte contre les daemon, l’auteur se soit humanisé et spiritualisé. Le jeune Weber était un homme nationaliste, chauvin, fier des conquêtes allemandes, partisan du Deutschtum, de la germanité dans les territoires conquis (il fut brièvement pangermaniste). Il participe aussi au Kulturkampf et craint la polonité des territoires allemands de l’Est annexés lors du partage de la Pologne, alors que plus tard, en cette troisième période, il va se moquer de la volonté allemande d’imposer la langue allemande aux Polonais, même pour les offices religieux catholiques ! Arrivé à la maturité, il admire ces Polonais qui se sont arc-boutés sur leur culture qui n’ont pas vendu leurs terres au plus offrant, et qui ont ainsi évité la germanisation de la Pologne. Cette capacité de comprendre la résistance d’un peuple est nouvelle pour lui et ne s’était pas manifestée pour tous les territoires conquis et précisément pour l’Alsace-Moselle où il avait passé deux ans et demi en tant que soldat puis officier. Lorsque le Kaiser envisage en 1916 la possibilité de la restitution de l’Alsace-Moselle, il y est totalement hostile.

  • 5 Martin Green, The von Richthoffen sisters. The triomphant and the tragic mode of love.
  • 6 Marianne Weber, Max Weber : ein Lebensbild.

6L’évocation de cette période n’implique plus aujourd’hui la discrétion qui était de mise concernant sa vie privée : Else von Richtshoffen, épouse Jaffé, est décédée ; l’ouvrage de Martin Green paru en 1974 est fort documenté sur les sœurs von Richtshoffen. Elles furent les égéries de grands hommes, M. Weber et D. H. Lawrence. Il donnait déjà un luxe de détails sur ce monde féminin, mais les commentaires vont aujourd’hui jusqu’à l’intime, et les relations extra conjugales de Max Weber sont maintenant connues de tous depuis une quarantaine d’années5. Les lettres publiées jusqu’en 1920 nous font mieux percevoir l’homme privé ; nous en avions déjà une connaissance grâce aux Jugend Briefe et au choix de lettres présentées par Marianne Weber dans le Lebensbild6 ; aujourd’hui la correspondance est publiée dans son ensemble.

7Heidelberg est le siège de trois cercles intellectuels : le cercle du poète Stefan George qui fréquente Max Weber (son disciple Gundolf, professeur à l’université Karl Ruprechts vient souvent rendre visite à la maison des Weber), le cercle des wagnériens qui est sans relations avec notre petit monde, et le cercle de Max et Marianne Weber qui présente à lui seul la société la plus composite dans la mesure où Marianne, la plus connue des deux dans le couple, attire des personnes issues des différents Frauenbund auxquels elle appartient et dans lesquels elle s’investit ; c’est aussi le cercle de Heidelberg où le formalisme est le moindre.

  • 7 Paul Honigsheim, op. cit.
  • 8 Elias Norbert, Norbert Elias par lui-même.

8Deux visiteurs évoquent le plus longuement le Schi’ur du dimanche après midi, il s’agit de Paul Honigsheim (1885-1963), qui fréquenta le salon du vivant de Max Weber et qui va s’exiler à l’époque nazie en Amérique Centrale, puis en Amérique du Nord. Il narre, comme le font d’autres émigrés allemands, l’importance intellectuelle du grand homme dans ses articles et écrits7. Norbert Elias n’a connu que le salon de Marianne Weber et Alfred Weber qu’il évoque dans une longue interview biographique ainsi que dans un chapitre8. Le salon des refusés doit son nom au monde cosmopolite qu’il accueillait, cette mixité non pas sociale, mais culturelle, à l’égard des Juifs, à l’égard des Russes et des membres de la double monarchie d’Autriche-Hongrie était probablement très novatrice à Heidelberg. Rappelons que Max Weber, lors de son voyage en Amérique en 1904, rencontra W. E. B. Du Bois et l’incita à écrire un article pour la Revue Archiv zur Sozialwissenschaftenlehre.

La composition du salon des Weber et ses activités

9C’est un salon intellectuel, qui se tient le dimanche après-midi à partir de 1910. On y est reçu pour le thé et la morale, comme disent certains hôtes en référence à Marianne Weber. Les Weber cherchent à faire venir la jeunesse pour alimenter le flux des visiteurs et pour avoir sans doute encore une possibilité d’action intellectuelle sur les jeunes doctorants ou sur ceux qui s’inscrivent à l’Habilitationschrift chez Alfred Weber pour devenir professeur. Une quinzaine de personnes viennent à chaque fois, mais le cercle est plus large, il est sans cesse renouvelé en fonction des recrutements des enseignants et des étudiants qui sont en général chaperonnés par un aîné.

10Le salon comporte quatre types de recrutements : celui des professeurs ou intellectuels de l’Université de Heidelberg, celui des étudiants dans les disciplines juridiques, historiques, économiques et théologiques ou médicales, les membres du Verein für Sozial Politik mais aussi les amies de Marianne Weber, de ses cercles de promotion féminine. Else Jaffé fait partie du cercle amical, elle suivait avec Marianne Weber les cours à l’Université de Freiburg en Breisgau, et il semblerait qu’elles aient été parmi les rares femmes étudiantes dans cette université masculine.

Le cosmopolitisme

  • 9 Kistiakowski a fait ses études avec Windelband à Kaiser Willhelms Universität Straßburg.

11Nous allons non pas évoquer l’ensemble des membres de cette constellation – Paul Honigsheim a fait un travail considérable et détaillé sur ce sujet en 1963 –, mais présenter trois éléments d’agrégation : le premier tient au cosmopolitisme de Weber, le second à son emballement politique pour des causes, et le dernier à son intérêt pour les pays voisins ou lointains. L’intérêt pour la Russie est celui qui a été le plus commenté, il s’agit, on s’en doute, de la révolution de 1905 qui a conduit le jeune retraité de Heidelberg à spéculer sur le devenir politique de ce vaste pays. Il cherche à apprendre la langue russe, non pas pour la parler, mais pour pouvoir la lire. Comme le relate Marianne Weber, ce furent les échanges avec Kistiakowski (étudiant de Windelband) qui lui permirent de comprendre des éléments de la Révolution Russe ; ce dernier était le leader du parti constitutionnel démocratique, et cette soif pour une nouvelle constitution s’empara aussi de Max Weber : il publia dans les Archiv plusieurs articles sur le sujet ainsi qu’une chronique9. Comme le rapporte sa femme, Weber a suivi les événements avec passion et ce changement radical en Russie allait totalement modifier la donne européenne ; rappelons que la France et la Suisse étaient à cette époque les seules républiques en Europe, et que les changements dans les droits des peuples étaient encore à venir. L’intelligenstia russe, qui souhaitait qu’une constitution fût accordée, allait-elle vers le sacrifice ? Allait-on assister à la fin du tsarisme, car tout allait dans le sens d’une reprise en main par la dynastie :

  • 10 Marianne Weber, Max Weber : ein Lebensbild, p. 328.

L’exemple montre que l’histoire donne naissance de manière inexorable à de nouvelles aristocraties et à de nouvelles autorités sur lesquelles chacun peut s’appuyer que cela s’avère nécessaire pour lui ou pour le peuple10.

  • 11 Max Weber, Économie et Société, p. 424.

12Honigsheim pense qu’avant la première guerre mondiale, Max Weber ne considérait pas la France comme l’ennemi héréditaire. Comme l’Empire avait été fondé sur la défaite française, la France apparaissait surtout comme un pays affaibli, et sa population était presque deux fois moindre que celle de l’Empire allemand. Ainsi les travaux de Honigsheim sur Voltaire avaient l’approbation du maître, il avait un certain respect pour le peuple qui avait coupé la tête à son souverain, il respectait aussi Zola pour ses prises de position radicales. Les Weber s’étaient rendus en France à plusieurs reprises, et Weber savait assez de Français pour pouvoir écrire dans un français créolisé à sa petite sœur dans le but de l’amuser. S’il aimait la France, il aimait ce pays amputé de l’Alsace et de la Moselle qu’il considérait comme faisant partie de l’Empire allemand. On voit, jusque dans Économie et Société, qu’il s’interroge sur le rejet de l’Allemagne par les Alsaciens ; il avait pris conscience de ce phénomène quand il était militaire en Alsace : une seule femme à Saverne lui avait servi à boire pendant qu’il faisait ses classes. Il impute trivialement l’attachement des Alsaciens à la France au vin rouge et au pain blanc, mais il reconnaît, en voyant une exposition des pauvres reliques de l’armée napoléonienne à Colmar, qu’elles reflètent les gloires passées, et la civilisation, écrit-il, d’un grand pays. Son tropisme français est ambigu, il aime la France dans une position subalterne et refuse tout règlement des acquis territoriaux11.

13Le voyage, qui l’a sans doute le plus marqué, est le voyage de 1904 aux États-Unis, ce ne fut pas seulement une visite de Saint-Louis à l’occasion de l’Exposition Universelle Agricole, mais ce fut un voyage plus ample qui mena Weber et sa femme jusqu’en Alabama, à Tuskegee ; ils ne rencontrèrent pas Le magicien de Tuskegee, Booker T. Washington, mais ils purent discuter avec les élèves de cet établissement. Ils se rendirent chez les oncles de la branche Fallenstein et c’est là que se situe la réflexion la plus importante sur le problème américain majeur : le passage de l’esclavage à la liberté, la libération des Noirs du Sud et les relations entre Blancs et Noirs du Sud (la famille de la branche Fallenstein était du Sud). Ensuite, c’est à Chicago au Settlement House que Marianne Weber s’est entretenue avec Jane Addams, pendant que Max Weber cherchait à avoir des relations avec les universitaires américains. Ainsi, après ce voyage de découverte de trois mois, Max Weber ne sera plus jamais indifférent aux nouvelles américaines. Il considère que les universités américaines, qui pour beaucoup viennent de naître, ne sont pas à la hauteur de celles de la vieille Europe, mais il est sensible à l’importance du capitalisme américain, à son essor, à sa puissance. Après la première guerre mondiale, il considérera que les États-Unis sont, à l’image de Rome après les guerres puniques, la première puissance du monde.

Le monde des femmes

  • 12 Il s’agit de Strasbourg, cette ville est avec Metz dans l’empire allemand depuis 1870.

14C’est un salon où l’on cherche à conserver une certaine parité entre les hommes et les femmes. Rappelons que le cercle Eranos auquel avait appartenu Weber et qui travaillait sur le religieux était uniquement masculin. Marianne Weber participe aux Frauenbund et notamment au Bund Deutscher Frauen Vereine qu’elle va présider en 1920, et ces associations féminines et souvent féministes vont fournir quelques éléments féminins à ce salon. Toutes ces femmes ont un caractère exceptionnel, dans la mesure où les universités leur étant fermées (sauf en Suisse) et si elles ont, comme Else von Richsthoffen, obtenu un doctorat, c’est une véritable rareté. Marianne Weber, sans doute plus connue que son mari à cette époque, a joué un rôle certain dans les cercles académiques grâce à la publication de plusieurs ouvrages et grâce à sa connaissance du milieu intellectuel par l’intermédiaire de Max Weber. Une nouvelle éthique – fin de siècle – était discutée depuis 1910, elle n’est pas sans rappeler celle de mai 1968 par son contenu (amour libre, liberté d’avoir des enfants hors mariage, droit à l’avortement). Marianne Weber l’évoquait, mais sans en emprunter les éléments, en laissant à d’autres le soin d’opérer des transgressions, comme ce sera le cas de son amie Else Jaffé (1874-1973) ou des deux frères Weber. Marie Luise Gothein, femme elle aussi de professeur, Camilla Jellinek épouse de Georg Jellinek le constitutionnaliste, Madame Windelband sous la houlette de son époux, le Dr Marie Baum appelée aussi Bäumchen (elle fit une carrière tant dans les services sociaux qu’au Reichstag, elle devint professeur d’université), toutes ces femmes composent le salon, mais peu d’entre elles osent faire un exposé ou discuter une question. En 1910 la convention du Deutscher Frauen Bund se tint à Heidelberg, cette manifestation a donné à Marianne une aura publique dans la ville, puis la Dr Gertrüd Baümer, une amie de Marianne Weber, devint la présidente du DFB. La position de Marianne Weber par rapport à la nouvelle éthique était au fond très weberienne : les femmes, et notamment celles appartenant aux classes dominantes, devaient avoir une éthique de vie et une conduite méthodique de vie (Methodische planvolle Lebesführung) dans le mariage. Les femmes en général ne doivent pas accepter la subordination dans le mariage : c’est un compagnonnage responsable de l’un envers l’autre. Elle exprima son point de vue, à la fois novateur en ce qui concerne les droits et l’égalité, et conservateur si l’on ose dire, en ce qui concerne la famille comme on a pu le voir à Straßburg12 lors d’une réunion du Congrès Social Évangélique en 1907.

Les étudiants

15Celui qui laissa un témoignage qui allait jusque dans les détails les plus minutieux, alliant un commentaire sur la posture scientifique et sur les relations avec le couple de Max et Marianne Weber, est Paul Honigsheim, qui trouva chez les Weber un accueil à la fois parental et en même temps intellectuel et académique. Max Weber le prit un jour en tête à tête, pour lui faire comprendre la nécessité de rédiger pour pouvoir faire une carrière. Honigsheim semble être un puits de science, un luxe de détails lui est nécessaire pour présenter ses données et son interprétation, malheureusement il arrive qu’il aboutisse à une forme d’éparpillement de la pensée. Il a passé la plus grande partie de sa vie estudiantine à Heidelberg dans le voisinage des Weber. Il fut, comme il le dit lui-même, le conseiller en catholicisme de Max Weber : il lui explique le fonctionnement de communautés monastiques, des éléments de la Contre-Réforme, la révolte des catholiques allemands contre le Kultur Kampf. Il voit son mentor comme étant un homme aux idées larges, ouvert sur le monde, défavorable à l’autorité bismarkienne et sensible à la nouvelle éthique. C’est un professeur idéal qu’il imagine et, bien qu’il ait pris connaissance plus tard des Jugend Briefe de Max Weber, et de ses écrits pour le Verein für Sozial Politik, il ne voit pas combien Max Weber jeune était engoncé dans ses convictions sur la grandeur allemande, la germanité et la domination allemande sur les peuples conquis. Pendant la première guerre mondiale, Max Weber, très favorable à la guerre et hostile à l’arrêt des combats en 1916 (qui avaient été envisagés de part et d’autre), recevait le dimanche les invités du Weber Kreis en uniforme d’officier de réserve. Il a poussé tout son entourage masculin à s’engager, son frère Karl est mort à la guerre ainsi que d’autres membres du cercle comme Lask, son ami. Malgré les accents bellicistes de Max Weber, Paul Honigsheim, qui était pacifiste – sa mère était française –, reste redevable envers l’homme qui lui ouvrit les portes de sa maison et de ce milieu intellectuel.

  • 13 Michael Löwy, « Interview with Ernst Bloch ».
  • 14 Michael Löwy, L’évolution politique de Lukacs (1909-1929). Contribution à une sociologie de l’intel (...)

16Georgy Von Lukacs fait lui aussi partie de ces jeunes intellectuels invités du Schi’ur, avec Ernst Bloch. Pour Michaël Löwy, ces derniers sont désignés comme de jeunes intellectuels dostoevskiens eschatologiques, Honigsheim évoque leurs mauvaises manières, et l’irritation que celles-ci généraient chez Max Weber, surtout pour le second. Chacun de ces deux personnages va se rapprocher de l’autre, à tel point que leurs opinions se confondent. Lorsque Michael Löwy interroge Ernst Bloch13 sur l’anti-capitalisme au cœur de ce cercle, Ernst Bloch lui répond que l’on ne peut raisonnablement qualifier leur groupe comme tel, au regard des groupes marxistes des années soixante-dix. Il considère qu’il s’agit d’un groupe dans lequel existait un courant pacifiste et qu’il était à la gauche de la social-démocratie14. À cette tendance, dit-il en évoquant le pacifisme, appartenaient Lukacs et lui-même, Jaspers, Radbruch, Lederer l’économiste, et d’autres qu’il ne mentionne pas. Il évoque sa rencontre à Berlin avec Georgy von Lukacs chez Georg Simmel, qui tenait lui aussi un cercle avec un séminaire identique, mais c’est à Budapest qu’il fait vraiment connaissance avec son ami, ils ont des points de vue similaires sauf sur le devoir militaire, puisque Georgy von Lukacs est allé se faire enrôler pour la guerre à Budapest, tandis qu’Ernst Bloch s’est rendu en Suisse pour éviter l’enrôlement ; ce fut le début d’une prise de distance de l’un envers l’autre.

17D’après Honigsheim, la période de Heidelberg manifesta aussi pour ces jeunes intellectuels hongrois une aspiration vers le christianisme qu’il qualifie d’apoca-lyptique : ce fut pour ces jeunes gens la recherche de la rationalité des fins. Pour tout ce groupe, les héros dostoïevskiens, les ouvrages de Tolstoï ont joué un rôle important, dans la mesure où le comte Tolstoï lui-même a cherché à vivre selon une morale de la communauté et du partage.

  • 15 Norbert Elias, Norbert Elias par lui-même.

18De tous les récits, bien qu’il ne soit pas le plus détaillé, mais il est le plus vivant, c’est celui de Norbert Elias15 qui retrace le mieux cette période post-wéberienne à Heidelberg. C’est par l’intermédiaire de Karl Mannheim, alors Privat Dozent en sociologie auprès d’Alfred Weber et ancien élève de Georgy von Lukacs, qu’il va se rendre dans la maison des bords du Neckar où on lui demanda un exposé sur l’art gothique. Karl Jaspers, familier des Weber et ami sincère de Marianne Weber, lui avait aussi parlé de Max Weber. Il indique, et ce témoignage est précieux, que la sociologie à Heidelberg avait un statut élevé grâce à Max Weber qui était décédé et à son frère Alfred qui lui donnait des directions nouvelles. Comme Norbert Elias voulait passer son habilitation, on lui avait dit qu’il fallait fréquenter le Schi‘ur de Marianne Weber ; ainsi s’explique l’importance des salons en Allemagne au début du XXe siècle qui sont le lieu de la socialisation intellectuelle et bourgeoise. Il rappelle que le public d’Alfred Weber et celui de Karl Mannheim, dont il était l’assistant officieux, étaient en 1924 totalement différents sur le plan politique. D’un côté, on trouvait la droite et même l’extrême droite avec l’extrême gauche chez Alfred Weber, et de l’autre, exclusivement la gauche qui, chez Karl Mannheim, allait du Parti communiste au Parti social démocrate ; c’est une ligne de clivage qui va perdurer dans la discipline. Il donne son sentiment sur Marianne Weber en tant que personne : il la juge non seulement responsable, mais aussi dominante, et il ne s’étonne pas qu’avec un tel compagnonnage Max Weber ait pu s’atteler à une œuvre aussi singulière qu’Économie et Société. Il l’imagine dominer son mari comme sa maison, et il la voit s’approprier l’héritage wéberien dans la mesure où elle publie à titre posthume les œuvres de son mari, mais il n’imagine pas le travail que cela peut représenter à partir de la collation des manuscrits.

19Norbert Elias a suivi les cours et séminaires d’Alfred Weber et nous donne une interprétation de sa sociologie de la culture ; elle reste très classique, spécifiquement allemande et constitue dans l’esprit de son auteur un champ en soi que l’on ne saurait réduire ni à l’économique, ni à la science. L’opposition principale porte sur Culture et Civilisation : il évoque à ce titre l’ouvrage de Thomas Mann, Betrachtungen eines Unpolitischen qui reflète le mieux selon lui la position d’Alfred Weber. C’est Mannheim qui va porter le fer avec Die Bedeutung der Konkurenz im Gebiete des Geistigen. Elias rappelle combien Mannheim pouvait être dur dans ses relations à autrui, mais aussi combien il se sentait armé sur le plan intellectuel. La concurrence et sa signification dans le domaine de l’esprit va concrètement se manifester à l’égard d’Alfred Weber, Norbert Elias évoque la situation avec précision lors du sixième Colloque de sociologie à Zurich en Suisse. L’exposé de Mannheim portait sur le sujet mentionné ci-dessus, il fut brillant aux dires de Norbert Elias mais il fut critiqué par Alfred Weber. Elias analyse cette opposition de la manière suivante :

  • 16 Norbert Elias, op.cit. p. 144.

Quand on lit aujourd’hui le compte-rendu des discussions du sixième Congrès de Sociologie Allemande, on peut aisément perdre de vue que la réponse d’Alfred Weber qui suivit l’exposé de Mannheim, n’était que la manifestation soudaine d’un différend opposant les deux sociologues de Heidelberg, différend qui existait depuis longtemps mais qui d’ordinaire était masqué par les civilités.
Délibérément ou non, Mannheim avait sans aucun doute un peu provoqué la colère d’Alfred Weber par sa présentation relativisante du libéralisme et sa critique à demi-voilée de la conception de Max Weber, qui envisageait la possibilité de débarrasser les études sociologiques de valeurs politiques16.

  • 17 Karl Mannheim, « De la concurrence et de sa signification dans le domaine de l’esprit ».
  • 18 Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature l’avènement de la sociologie.

20Dans une certaine mesure, cette opposition entre un réfugié hongrois et un citoyen allemand, entre un Privat Dozent et un Professeur, reflète, dans le domaine des idées et de la relation à l’être, la position subjective de l’individu énonciateur de ces idées nouvelles et relativistes ; elles scandaliseront certains Allemands par la relationisation de la pensée, elles reflètent aussi selon Elias, la manière d’être personnelle de Mannheim face à une concurrence intellectuelle ; il va d’ailleurs récidiver à la London School of Economics, mais cette récidive lui sera fatale. Il faut cependant reconnaître que le texte, bien qu’empreint de lourdeurs de présentation, apparaît au lecteur contemporain comme novateur pour au moins deux configurations. Ce n’est qu’en 2001 qu’il sera traduit en français17. Wolf Lepenies dans son analyse des intellectuels européens évoque longuement la controverse entre Curtius et Mannheim à propos de son premier ouvrage ainsi que la controverse de ce Sixième Congrès de Sociologie18.

Deux amis du Weber Kreis

  • 19 Karl Jaspers, On Max Weber.

21Il faut ajouter deux figures exceptionnelles à ce tableau de groupe : la première, est celle de Karl Jaspers19, l’ami de toujours et le confident de Marianne Weber, et la seconde, l’enchanteresse, l’une de ces femmes érotiques dont parlait Max Weber, Else Jaffé, femme d’Edgar Jaffé, née von Richsthoffen. Le destin d’Else Jaffé va suivre le mouvement érotique allemand, elle va devenir comme sa sœur une des égéries d’Otto Gross, dont elle va avoir un enfant ; elle sera la maîtresse d’Alfred Weber auquel elle avait été brièvement fiancée, puis elle va devenir celle de Max Weber vers la fin de sa vie. Les sœurs von Richshoffen sont, à l’instar de Simone de Beauvoir, des enfants de l’aristocratie ruinée. Dans le cas des Von Richshoffen, le baron a ruiné sa famille par ses frasques au jeu mais aussi par sa vie extraconjugale ; c’est Else qui, âgée de vingt ans, doit aller négocier un prêt auprès des officiers de l’État-Major de Metz. Elle a commencé le métier de maîtresse d’école à dix-sept ans à Metz, et en économisant elle va pouvoir s’offrir des études à Freiburg in Breisgau d’abord, à Berlin ensuite. Quand Max Weber malade ne peut plus la suivre en doctorat, c’est à Berlin qu’elle va se rendre, elle y rencontrera Alfred Weber. Else Von Richshoffen éblouit son entourage par sa personnalité et sa beauté classique, elle sera la mère de quatre enfants et en prendra d’autres en charge. Elle crée ce que les historiens américains appellent un monde féminin, que D. H. Lawrence, son beau-frère, le deuxième mari de Frieda von Richtshoffen, évoquera avec talent. Martin Green voit dans les deux sœurs une réaction à un ordre patriarcal de type prussien, celui du père, un capitaine d’origine Juncker qui a perdu l’usage de sa main droite à la guerre ; la mère venait de la noblesse du pays de Bade, ce qui explique peut-être le tropisme vers le Sud de l’Empire.

  • 20 Dieter Henrich & Karl Jaspers, Thinking with Max Weber.
  • 21 Dossier transmis aux Archives.

22Karl Jaspers fut jusqu’au bout l’ami fidèle de Max et Marianne Weber et sans doute jusqu’à un certain point leur confident. Ses écrits sur Max Weber le dépeignent en philosophe au grand dam de Rickert, ancien camarade de Weber. Il donne de lui une image positive, celle d’un grand homme qui a vécu à la hauteur des valeurs qu’il défendait parmi lesquelles se trouve au nadir la vérité. Il écrivit à Hannah Arendt à New York pour la convaincre de la grandeur de cet homme et fit un plaidoyer pro domo en sa faveur. Il connaissait bien l’œuvre de l’auteur, mais aussi l’homme en tant que médecin psychologue et psychiatre ; il rencontra le cas Max Weber pour la première fois en hôpital psychiatrique, là où il faisait son stage de médecine, ainsi, c’est en praticien non freudien qu’il examine Max Weber ; il admirera sa capacité à décrire par le menu ses symptômes, ce carnet transmis à Otto Baumgarten et qui sera brûlé pendant la période nazie. Quelle fut sa déconvenue lorsqu’il découvrit sur le tard, à partir des lettres adressées à Else Jaffé et conservée par Otto Baumgarten que l’un et l’autre avaient été amants ! Ce fut un choc qui ébranla sa représentation du grand homme. La statue du commandeur avait été mise à mal, celui qui incarnait une figure ascétique, patriotique, celui qui était devenu pour lui le parangon de la vérité, avait fait usage de ruse, de subterfuge, de dissimulation pour assouvir sa passion pour la belle Else. Pourquoi Jaspers en a-t-il été autant troublé ? La réponse selon Dieter Henrich tient à l’importance que le psychiatre avait accordée à l’homme, à sa personnalité et à l’interprétation qu’il considère comme erronée qu’il en avait faite : il avait en effet conçu la personnalité de Weber comme fondée sur l’unité, et c’est probablement en cela qu’il le distinguait (dans sa pathologie et son œuvre) de Kirkegaard et de Nietsche20. La lecture des lettres le conduisit à penser à l’inverse à un Moi clivé et peut-être coarté, qui correspondait bien à une œuvre fragmentée – ce qu’il avait pu observer de longue date. Max Weber ne repose plus sur un socle aussi solide que celui que Jaspers avait construit intellectuellement pour lui, et ceci semble non seulement modifier son rapport à l’homme, mais aussi et surtout à l’œuvre et à lui-même. Jaspers a construit son travail et ses ouvrages majeurs comme le montre Dieter Henrich sur les prémisses posées par Max Weber tant sur sa méthodologie que sur son épistémologie. Si Max Weber relève plus qu’il ne le pensait de la pathologie, le médecin, et ses travaux personnels, s’en trouvent affectés. La relation à Weber va rester pour Jaspers un point nodal ; un seul dossier va rester après sa mort posé sur son bureau : il concerne Max Weber, il est le témoignage ultime de ses interrogations et de ses révisions ainsi que de ses préoccupations avant la fin21.

La vie de relations

  • 22 Weber Marianne, op.cit. p. 467.

23Dans le Lebensbild, Marianne Weber évoque cette nouvelle période de socialisation qui se mettait en place (1910-1911) ; ils avaient choisi le dimanche pour le regroupement de toutes ces jeunes personnes, pour éviter que Max Weber ne soit submergé par elles dans la semaine, et, comme le rappelle la narratrice, le cercle se développait de plus en plus et prenait de plus en plus d’importance en nombre. Elle reconnaît que les Weber n’étaient pas des maîtres dans l’art de la conversation et ils manquaient de grâce sociale ; leurs étudiants étaient lors de la première rencontre à la façon allemande : gauches et taciturnes. Comme le relate Marianne Weber22, le premier dimanche s’avéra difficile : la glace ne fut pas rompue entre tous ces inconnus, il n’y eut pas d’échanges substantiels, et ce n’est qu’après le départ de la moitié d’entre eux que la conversation devint plus générale et plus vive ; il y eut à ce moment-là un échange entre Gundolf et Weber sur l’importance accordée aux créations du passé. À la fin de cette première après-midi de salon, Max Weber se fâcha et claqua la porte, il trouvait insupportable de devoir tenir de menus propos et dit : jamais plus ! À partir de cette première expérience, les dimanches suivants devinrent, selon Marianne Weber, une expérience positive, la seule qui permettait à Max Weber de voir autant de monde et d’avoir une assemblée aussi importante. Comme le note l’épouse dévouée, Max Weber accordait à ces jeunes gens autant de temps qu’à ses collègues et leur parlait d’égal à égal, et, en cette période où l’université était très hiérarchisée, c’était une attitude nouvelle et certainement très appréciée. On fit aux États-Unis la même remarque à propos de R. E. Park : les étudiants américains lui étaient reconnaissants du compagnonnage qu’il manifestait ; Paul Honigsheim est le premier membre du salon à manifester sa gratitude. Max Weber se mettait dans un coin et le cercle se créait, tous n’étaient pas en mesure de tenir un discours ou de s’exprimer longuement, seuls Gundolf et Lukacs y réussissaient. Les Weber ont ensuite demandé à leurs amis de venir, ainsi arrivaient des visiteurs venus de loin, comme Gertrud et Georg Simmel. Il arrivait aussi que viennent Theodor Heuss et Elly Heuss-Knapp, la fille du professeur Knapp de Straßburg. C’est ainsi que le milieu intellectuel s’est mis en place au gré des visites et de la venue des amis des visiteurs.

24Nombre des jeunes amis des étudiants étaient juifs et il y eut ainsi d’importantes discussions sur le sionisme, dont Hertzl était l’inventeur. Weber donne son avis sur la question, il fait un rapprochement entre la nécessité d’un petit état pour le Pape, et celle d’un État pour les Juifs, il pense que l’idée de l’empire allemand, celle du califat pour les musulmans sunnites et d’un État juif s’apparentent à des idées non pas équivalentes, mais que ce sont des représentations qui se perpétuent. Il reconnaît que l’idée de la dignité des Juifs est associée à cet État, puis il pose la question essentielle : mais que deviendra le temple et qui en sera le grand prêtre ?

25Ce salon avait à l’origine été créé pour Max Weber, dans l’idée de lui fournir un environnement intellectuel et d’accroître son influence ; Marianne Weber a attendu de se retrouver dans la maison des Fallenstein pour avoir des pièces de réception et un balcon avec vue sur les ruines du château détruit par les Français. Elle dispose du lieu mythique familial tant regretté par Hélène Weber la mère de Max Weber. Dans ce cadre, son conjoint va mieux et peut à nouveau travailler mais à un rythme moindre. Elle veut l’entourer d’un cercle d’amis, de relations afin qu’il puisse renaître à la vie sociale. Elle craint, ainsi que son mari, que les démons ne se réveillent et qu’ils retombent l’un et l’autre dans les profondeurs de la mélancolie. En relatant dans le Lebensbild cette période de 1910-1911, elle cite Weber et la note amusante concernant son emploi du temps de la journée :

  • 23 Weber Marianne, op.cit. p. 454.

Hier le menu était le suivant : Bien dormi jusqu’à huit heures. À partir de dix heures trente : Goettl qui est resté pour le déjeuner jusqu’à ce que le dactylographe vienne à deux heures. Il est resté jusqu’à trois heures quarante-cinq et a quitté quand Lina Radbruch est arrivée. Nous avons pris le thé avec gâteaux en tête-à-tête jusqu’à quatre heures trente, puis Gundolf et Salz (thé, jus et beaucoup de gâteaux) de quatre heures trente à cinq heures quinze. Puis exit Lina R., puis Gundolf, Salz et moi jusqu’à six heures, puis Gothein et Honigsheim jusqu’à six heures 45, un peu plus tard départ de Gundolf et Salz, puis Honigsheim et moi jusqu’à 7 heures trente, puis Laks (d’abord en tête-à-tête) puis ensemble jusqu’à huit heures, puis exit Lask. Dîner avec Honigsheim qui est resté jusqu’à dix heures. Puis Bertha l’a renvoyé en disant que Frau Professor serait fâchée. Puis, j’ai mis de la lumière dans ma chambre pour lire le journal. Berta a apporté une lampe et a tourné le commutateur électrique : « Monsieur le Professeur va oublier ». Ensuite sommeil avec beaucoup de bromure. J’ai parlé du monde entier + trois villages23.

Conclusion

26Le Weber Kreis eut, comme on peut le constater, un rôle thérapeutique. Il devait permettre à Max Weber de renaître après des années difficiles et lui ouvrir les portes du monde intellectuel de Heidelberg et d’Allemagne ; il eut comme seconde fonction celle de diffuser ses connaissances, ses œuvres. Sans Marianne Weber et l’édition de la plupart des œuvres posthumes, Max Weber serait apparu comme un intellectuel, mais non comme un génie, comme les membres du cercle en étaient, pour certains, convaincus. Ce fut donc ce groupement initial, qui pour partie survécut à la mort du grand homme et qui par l’entregent de Marianne Weber devint par la suite propagateur avec Karl Jaspers de la pensée weberienne. C’est à partir de là que se construisit la légende weberienne.

  • 24 Guenther Roth, « Reminiscences of the Weber centenary 1964, its prehistory and aftermath : lessons (...)

27Les années noires de l’entre-deux-guerres vont montrer à plus d’un combien il leur manque ; l’Allemagne hitlérienne va par contraste rappeler à ceux qui ont connu le Weber Kreis que non seulement c’était la belle vie, mais qu’ils avaient eu l’occasion de rencontrer une personnalité d’exception ; ils étaient maintenant confrontés aux personnages arborant les symboles nazis. Pour ceux qui connaissent le bannissement ou qui doivent fuir en Amérique, comme le fera le tiers de ce groupe, ce sera l’occasion de se rattacher à la patrie allemande en écrivant sur Max Weber pour montrer qu’il existe des Allemands non seulement cultivés, mais aussi capables de penser le politique et la domination ainsi que les religions universelles. Ainsi, le même cercle devenu américain contribua à la gloire du grand homme par ses traductions, ses commentaires, son enseignement et la diffusion de ses idées. Comme l’ont affirmé Uta Gerhardt et Guenther Roth24, c’est Talcott Parsons qui a contribué à réconcilier les Allemands en 1960, lors du Colloque du centenaire à Frankfort et à dépasser les clivages opposant les anciens de la pensée critique de Frankfort, et les wéberiens. Le Weber Kreis a joué son rôle de noyau fédérateur, de cercle culturel, d’élaboration d’une pensée, puis de diffusion de cette pensée, dont le cadre premier fut Heidelberg.

Haut de page

Bibliographie

Elias Norbert ([1991] 2013), Norbert Elias par lui-même, Paris, Fayard/Pluriel.

Green Martin (1974), The von Richthofen sisters. The triumphant and the tragic mode of love, Basic Books Inc. Publishers, New York.

Honigsheim Paul (2003), The unknown Max Weber, New Brunswick (USA), Londres, Transaction Publishers.

Henrich Dieter & Jaspers Karl (1987), Thinking with Max Weber, In Max Weber and his contemporaries, Wolgang Mommsen and Jürgen Osterhammel, The German Historical Institute, London, Boston, p. 528-544.

Jaspers Karl (1969), On Max Weber, Paragon House, New York.

Kaesler Dirk (2014), Max Weber : Preussen, Denker, Muttersohn : eine Biographie, München, Beck.

Lepenies Wolf (1990), Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Editions de la Maison des Sciences de L’Homme, Paris.

Löwy Michael (1976), « Interview with Ernst Bloch », New German Critique 9, p. 35-45.

Löwy Michael (1975), L’évolution politique de Lukacs (1909-1929). Contribution à une sociologie de l’intelligenstia révolutionnaire, Thèse reproduction Lille III.

Mannheim Karl (2001), « De la concurrence et de sa signification dans le domaine de l’esprit », L’Homme et la Société, 2-3, n° 140-141, p. 55-102.

Radkau Joachim (2009), Max Weber. A biography, Cambridge, Polity Press.

Roth Guenther (2008), « Reminiscences of the Weber centenary 1964, its prehistory and aftermath : lessons in academic politics », in David Chalcraft, Fanon Howell, Marisol Lopez Menendez and Hector Vera, Max Weber Matters Interweaving past and present, Rethinking classical sociology, Ashgate, Farham Grande Bretagne, Farnham USA, p. 41-52.

Scaff Lawrence A. (2011), Fleeing the iron cage. Culture, Politics and Modernity in the thaught of Max Weber, Berkeley, Los Angeles.

Weber Marianne (2003), Max Weber. A biography, Transaction Publishers, New Brunswick (USA) et Londres, 3e édition, traduction de Max Weber, ein Lebensbild, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1926.

Max Weber (1971), Économie et Société, Paris, Plon.

Weber Max (1998), Briefe 1911-1912, Tübingen, J.C.B. Mohr.

Weber Max, Briefe 1913-1914, Tübingen, J. C. B. Mohr.

Weber Max (2008), Briefe 1915-1917, Tübingen, J.C.B.Mohr.

Weber Max ([1994] 2003), Briefe, 1909-1910, Tübingen, J. C. B. Mohr.

Weber Max (1936), Jugend Briefe, Tübingen J. C. B. Mohr (Paul Siebeck).

Haut de page

Notes

1 Mot hébreu. Réunion de personnes se livrant à une discussion ou à une exégèse d’un texte de la Thora, du Talmud. Le terme se réfère à une réunion d’élèves talmudiques ou rabbiniques ou en références aux cercles bibliques chrétiens.

2 Paul Honigsheim, The unknown Max Weber, Transaction Publishers, Rutgers, New Jersey, 2003.

3 Radkau Joachim, Max Weber. A biography, p. 293.

4 Lawrence A. Scaff, Max Weber in America.

5 Martin Green, The von Richthoffen sisters. The triomphant and the tragic mode of love.

6 Marianne Weber, Max Weber : ein Lebensbild.

7 Paul Honigsheim, op. cit.

8 Elias Norbert, Norbert Elias par lui-même.

9 Kistiakowski a fait ses études avec Windelband à Kaiser Willhelms Universität Straßburg.

10 Marianne Weber, Max Weber : ein Lebensbild, p. 328.

11 Max Weber, Économie et Société, p. 424.

12 Il s’agit de Strasbourg, cette ville est avec Metz dans l’empire allemand depuis 1870.

13 Michael Löwy, « Interview with Ernst Bloch ».

14 Michael Löwy, L’évolution politique de Lukacs (1909-1929). Contribution à une sociologie de l’intelligenstia révolutionnaire.

15 Norbert Elias, Norbert Elias par lui-même.

16 Norbert Elias, op.cit. p. 144.

17 Karl Mannheim, « De la concurrence et de sa signification dans le domaine de l’esprit ».

18 Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature l’avènement de la sociologie.

19 Karl Jaspers, On Max Weber.

20 Dieter Henrich & Karl Jaspers, Thinking with Max Weber.

21 Dossier transmis aux Archives.

22 Weber Marianne, op.cit. p. 467.

23 Weber Marianne, op.cit. p. 454.

24 Guenther Roth, « Reminiscences of the Weber centenary 1964, its prehistory and aftermath : lessons in academic politics », p. 41-52.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Maison « Fllenstein » de Max et Marianne Weber au bord du Neckar.
Crédits © Université de Heidelberg.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/2927/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzie Guth, « Constellation, Shi’ur  », Revue des sciences sociales, 53 | 2015, 168-175.

Référence électronique

Suzie Guth, « Constellation, Shi’ur  », Revue des sciences sociales [En ligne], 53 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2927

Haut de page

Auteur

Suzie Guth

Professeur émérite
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals