Navigation – Plan du site
Lu-à lire

Doris Bonnet, Véronique Duchesne (dir.), Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines

Paris, L’Harmattan, 2016, collection Anthropologies et Médecines
Virginie Vinel
p. 127-128
Référence(s) :

Doris Bonnet, Véronique Duchesne (dir.), Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines, Paris, L’Harmattan, 2016, collection Anthropologies et Médecines

Texte intégral

1Doris Bonnet et Véronique Duchesne publient un livre original sur la procréation médicale assistée dans les populations d’Afrique sub-saharienne. Issus d’un programme de recherche financé par l’ANR1, l’ouvrage regroupe des articles d’anthropologues, de chercheurs en sciences de l’information et en sciences de l’éducation.

2La procréation médicale assistée est un objet de recherche peu abordé concernant les pays d’Afrique sub-saharienne, d’abord, nous apprennent Doris Bonnet et Véronique Duchesne, parce qu’elle relève essentiellement du secteur médical privé et touche des populations aisées. L’infertilité n’est, de plus, pas pensée comme un problème de santé publique dans des pays où le nombre de naissances par femmes reste élevé et où les politiques néo-malthusiennes dominent comme le démontre Frédéric Le Marcis pour le cas de l’Afrique du Sud. Pour autant, des couples, citadins, issus des classes moyennes et supérieures ont recours à des techniques de procréation médicalement assistée. Ce sont les pratiques de ces couples étudiées sur les terrains des capitales africaines ou dans les pays de migrations, et la place des nouvelles technologies de la communication dans la diffusion et l’appropriation des techniques de PMA dont l’ouvrage rend compte en profondeur.

3Le recours à la PMA recouvre une logique de couples confrontée à l’infertilité de l’un des membres. Mais la stérilité reste imputée la plupart du temps aux femmes, aux yeux de la famille, de l’entourage, voire dans des couples où l’homme dénie sa stérilité comme le rapportent Marie Brochard, Maryvonne Charmillot et Doris Bonnet dans leurs études de cas au Sénégal, Burkina Faso et Cameroun. Les pressions familiales sont fortes, quels que soient les pays observés, pour que le couple engendre des enfants qui apportent à la fois un statut et une identité sociale aux individus, une légitimité à leur mariage et un enfant pour le lignage dans une logique de dette engendrée envers les ascendants. Ainsi, pour tous, « la frontière entre désir et devoir d’enfant est très souvent poreuse » (p. 207).

4La circulation des informations, des individus, des techniques et des professionnels dans une mondialisation des savoirs et des techniques ressort particulièrement de l’ouvrage qui montre combien les populations africaines sont aujourd’hui actrices de la mondialisation, loin d’une vision misérabiliste et passéiste de ce continent. D’abord, les professionnels de santé ont été formés dans les pays européens, aux États-Unis, en Asie ou dans des pays africains limitrophes et ont importé des techniques hétérogènes dans leurs cliniques (Viola Hörbst et Trudie Gerrits). Surtout, les patients se rendent dans différents pays, limitrophes ou lointains, pour consulter et suivre les traitements. Des parcours thérapeutiques transnationaux deviennent communs pour des femmes, aux moyens économiques suffisants – et souvent prenant seules en charge les frais – qui utilisent leur réseau social et familial international pour se faire soigner à l’étranger comme le rapportent Inês Faria pour le Mozambique et Arielle Ekang Mvé pour le Gabon. Cette stratégie relève parfois d’un manque de confiance dans les médecins locaux, mais surtout, d’une nécessité d’extrême discrétion pour des pratiques qui doivent être tenues secrètes aux yeux de l’entourage. Ainsi, la stérilité et son palliatif l’AMP sont intégrés dans le réseau symbolique de la sorcellerie pour les habitants de Libreville qui s’extraient des pressions et des dangers de celle-ci en évitant les cliniques locales.

5En France, les migrantes d’Afrique sub-saharienne ou les couples qui viennent pour avoir recours à une technique de PMA, se retrouvent face à des contraintes légales qui freinent les démarches. Véronique Duchesne analyse les paradoxes du don d’ovocytes à la française : il ne peut se faire directement entre deux femmes qui pourraient s’inscrire dans les relations de parenté conventionnelles, entre sœurs par exemple. La législation française permet aux patientes de trouver une donneuse anonyme pour accélérer le processus, ce qui contrevient à la quête de discrétion exigée par ces couples. Le consentement du conjoint de la donneuse renforce les complications du parcours et met au jour une représentation française bien singulière des gamètes considérés comme un bien commun du couple alors que les femmes africaines les envisagent comme leur bien propre. Les lois françaises requièrent également que le recours à l’AMP soit autorisé pour un couple hétérosexuel justifiant d’une vie commune et en âge de procréer. Or comme le montre Sylvie Epelboin, les situations des femmes et hommes qui consultent dans les hôpitaux parisiens sont plus complexes du fait des dissociations migratoires, de la polygamie, des différences d’âges entre conjoints, de la précarité qui ne permet pas un logement commun continu et de la faible implication des maris.

6La circulation des informations, via l’internet, joue un rôle fondamental pour les couples et les femmes africaines en recherche de traitements, via d’une part les sites des cliniques qui les renseignent sur leurs activités : pour autant, les 37 sites web de cliniques et centres de dons de gamètes pratiquant l’AMP, d’Afrique francophone et d’Afrique du Sud, analysés par Luc Massou, sont des sites construits sur une communication descendante, contrôlée, souvent peu précise par la validation de leurs sources, et avec peu d’interactions avec le public, visant surtout à rassurer les patients sur le professionnalisme des équipes. Certaines femmes africaines francophones utilisent plutôt les blogs comme lieu de partage d’expériences avec d’autres femmes dans le même cas, dans un contexte de faible circulation de la parole dans la famille ou entre amies et d’absence de prise en charge psychologique. Elles franchissent parfois ensemble les mêmes étapes, se soutenant dans leur parcours thérapeutique comme l’expose Emmanuelle Simon. L’internet est également, pour ces femmes, le moyen d’évaluer les offres locales de prestations des cliniques pratiquant l’AMP via une évaluation collective des médecins et des cliniques sur les forums de patientes (E. Simon) ; elles s’y approprient le vocabulaire médical propre à cette sous-culture et Brigitte Simonnot y voit des tentatives de reprendre le contrôle de leur parcours de vie perturbé par l’infertilité.

7Qu’il s’agisse d’internet ou des consultations, l’ouvrage montre que les femmes s’impliquent davantage que les époux dans les démarches longues et souvent douloureuses de la PMA, même lorsque la stérilité est masculine, prouvant ainsi que la procréation demeure dans des rapports inégalitaires de genre. La PMA, dans des pays sans politique publique relative à l’infertilité exclut de ces techniques les populations pauvres, comme l’analyse Frédéric Le Marcis concernant l’Afrique du sud.

8La PMA, comme le décrivent avec acuité V. Duchesne et D. Bonnet dans la conclusion, révèle les transformations des sociétés africaines contemporaines, pour le moment essentiellement urbaines. Les tensions entre l’émergence des logiques de couples dans une démarche de constitution de familles nucléaires et les logiques des solidarités familiales, particulièrement du mari envers qui la dette reste probante, l’émancipation des femmes économiquement indépendantes mais restant sous contrainte de l’obligation de maternité sont traduites dans les difficultés rencontrées en PMA. Elle révèle aussi l’émergence d’une prépondérance de la filiation biologique au détriment des autres formes d’arrangements sociaux qui existaient dans les sociétés africaines pour pallier l’infertilité (confiage d’enfants, rituels de fertilité, recours à un parent fertile) qui ne conviennent plus à ces individus instruits et citadins. Cet ouvrage, fort bien construit et riche en études de terrain diversifiées, intéressera non seulement les spécialistes et les curieux des transformations sociales en Afrique sub-saharienne, mais aussi tous les chercheurs travaillant sur des pratiques médicales dorénavant mondialisées.

9#Notes

101. Stérilité et recours à l’AMP dans le contexte de la mondialisation (Douala, Pretoria, Paris), les SUDS II (2011-2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Vinel, « Doris Bonnet, Véronique Duchesne (dir.), Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines », Revue des sciences sociales, 58 | 2017, 127-128.

Référence électronique

Virginie Vinel, « Doris Bonnet, Véronique Duchesne (dir.), Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines », Revue des sciences sociales [En ligne], 58 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/294

Haut de page

Auteur

Virginie Vinel

Professeur à l’Université de Franche Comté, LASA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals