Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

« Sauver la science » : 
la Fondation Rockefeller et les élites en migration (1933-1942)

« Save science » : 
The Rockefeller Fondation and elites migration (1933-1942)
Cherry Schrecker
p. 184-191

Résumés

Les milieux culturels, dont l’université est un élément, sont les sièges de conflits pour le pouvoir et pour l’influence motivés généralement par les ambitions personnelles et la recherche de satisfaction. Mais il y a des circonstances où les luttes deviennent une question de survie. Ce fut le cas pour les intellectuels émigrés qui ont été contraints de fuir leur pays pour échapper aux menaces du pouvoir nazi. Fondé en grande partie sur des matériaux d’archives, cet article va mettre en avant le rôle des réseaux dans le sauvetage des intellectuels émigrés et observer comment ces réseaux ont été formés et mis à contribution, et comment ils ont changé au gré des circonstances et au fil du temps. Dans ce contexte, nous considérerons que les élites sont fluctuantes ; soumises à l’influence des événements mondiaux, des transformations et des préférences institutionnelles et de l’activité collective ou individuelle, tous ces éléments étant inextricablement liés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Article basé sur une recherche sur la New School for Social Research, soutenue par la MSH Lorraine, le CNRS et le Rockefeller Archive Center. Les archives consultées incluent les archives de la New School, le Rockefeller Archive Center, le Wissenschafts Archive Konstanz et la New York Public Library. Je les remercie pour l’aide apportée à cette recherche.

Texte intégral

1Selon Pierre Bourdieu (Bourdieu 1976, p. 88), le domaine scientifique, « est un champ social comme un autre avec ses rapports de forces et ses monopoles ses luttes et ses stratégies, ses intérêts et ses profits. ». Mais, il est des circonstances dans lesquelles la compétition culturelle ne se réduit pas à une lutte pour le pouvoir symbolique ou institutionnel, et devient une question de survie. Dans le cas évoqué ci-dessous, celui des intellectuels européens fuyant le pouvoir nazi, être reconnu dans son domaine et ainsi faire partie de l’élite était la condition sine qua non d’un financement permettant de quitter les pays occupés. Nous verrons à travers cet exemple que « l’élite » ne constitue pas une catégorie fixe, mais « circule » pour reprendre la terminologie de Pareto (1917-1919). C’est-à-dire que sa composition et le destin des individus qui la composent fluctuent avec le temps selon les conditions politiques, institutionnelles, disciplinaires et (inter)-individuelles.

Les intellectuels 
et l’émigration

2En Allemagne comme en France les professions intellectuelles étaient parmi les premières touchées par la discrimination nazie. Être juif (ou engagé dans des politiques autres que le nazisme) sous le régime nazi impliquait à la fois la destitution de ses fonctions académiques et, dans un grand nombre de cas, la révocation de la citoyenneté. Après le départ du pays d’origine, et au fur et à mesure des trajectoires, la fortune de ces intellectuels s’est transformée. Ils avaient appartenu aux élites de la société dans leur pays d’origine, leur statut a changé avec l’arrivée au pouvoir du chancelier Hitler. Par la suite, les institutions et les forces impliquées dans le mouvement migratoire ont contribué selon les personnes et les circonstances à cristalliser, à défaire et à reconfigurer les relations entretenues par les intellectuels entre eux et avec l’environnement au sein desquels leurs activités étaient inscrites. Ces circonstances changeantes ont conditionné à la fois la sécurité physique et matérielle des émigrés et leur capacité à transmettre et à faire valoir leurs idées. Les personnes concernées ont formé un groupe culturel, tantôt appartenant aux élites, tantôt subordonné voire « paria » selon l’expression de Max Weber (1970 [1917-1919]). Il a été décrit comme homogène dans un grand nombre d’analyses publiées depuis, mais il était de facto hétérogène par sa composition et par les manières variables de vivre les événements (Fleck 2010).

3L’émigration des groupes économiquement et culturellement supérieurs n’est pas nécessairement sans encombre (Green 2008) et, comme on va le voir, les individus a priori bien lotis connaissent bien des difficultés. Pour ce qui concerne les intellectuels menacés par les pouvoirs nazis, la possibilité d’émigration américaine impliquait la mise en valeur, auprès des autorités du pays d’accueil, de capacités et d’un niveau reconnus dans le pays d’origine avant la prise de pouvoir par les Nazis. Comme le précise Laurent Jeanpierre, on ne laisse pas entrer n’importe qui :

Expulsés d’une communauté politique où ils étaient sujets, les réfugiés sont classés et sélectionnés en fonction de leurs attributs et qualités sociales, par les pays d’émigration potentiels. (Jeanpierre 2004a, p. 65).

4Bien qu’elle ait été étalée dans le temps, l’émigration des intellectuels européens destitués de leurs fonctions s’est effectuée en deux « vagues » principales. La première était composée d’enseignants-chercheurs, juifs, dissidents politiques ou encore marié(e)s à des personnes d’origine juive, partis d’Allemagne suite à l’élection d’Adolphe Hitler en 1933. Une seconde vague comprend des universitaires, français et d’autres origines, quittant la France après l’invasion par les Allemands en 1941. Pendant la période entre ces deux dates, de nombreux intellectuels ont quitté d’autres pays occupés en direction, parmi d’autres, de la France, de la Turquie, de la Grande-Bretagne ou des États-Unis.

5Je vais, suivant la suggestion de Johan Heilbron et al. (2009), détailler ce flux migratoire sur plusieurs plans : celui des individus et de leurs réseaux ; celui des institutions scientifiques ; et celui des politiques poursuivies par les institutions non-universitaires. On peut, à l’instar de Norbert Elias, penser le mouvement migratoire en termes d’interdépendances, notion qui « lui permet de penser le monde social non pas en termes de hiérarchie, mais plutôt en termes de réseaux. » (Chartier 1993). Nous verrons, que ces réseaux ne sont pas uniquement le fait des individus, mais impliquent également les institutions scientifiques et non-scientifiques, en tant que personnes morales. Ainsi, se construisent des maillages verticaux et horizontaux, à la fois complexes et fluctuants.

Les réseaux individuels

  • 1 Ami de Max Weber qui va mourir pendant la Première Guerre mondiale.

6La plupart des intellectuels émigrés intégraient des réseaux plus ou moins constitués dans leurs pays d’origine. Une grande majorité des Allemands avaient obtenu leurs qualifications universitaires à Heidelberg et à Berlin et enseignaient dans ces mêmes universités. Plusieurs d’entre eux avaient étudié avec Alfred Weber, et certains encore étaient les étudiants de ces étudiants. Les sociologues, à l’exemple de Carl Mayer, Albert Salomon et Hans Speier, s’intéressaient aux travaux de Max Weber sur lesquels certains allaient s’appuyer pour leurs recherches et leurs enseignements, pendant toute leur carrière. Emil Lederer, dont il va être question ci-dessous, participait en compagnie d’Emil Lask1, Alice Salomon, Karl Mannheim, Norbert Elias et Karl Jaspers (cf. Suzie Guth dans ce volume) au cercle de Marianne Weber. Autre émigré germanophone, Alfred Schütz, bien que n’ayant pas de poste universitaire, participait à deux prestigieux cercles de discussion viennois, le Geistkreis et le cercle de Ludwig von Mises (cf. Schrecker 2009). Pour la plupart, en tant qu’enseignants dans les universités, ils constituaient déjà une élite dans leur pays d’origine. Il en fut de même pour les émigrés français, pour la majorité des universitaires ou des chercheurs reconnus dans leur pays d’origine, ou pour certains, ayant déjà connu une première émigration, dans leur pays d’adoption. D’autres, à l’instar de Claude Lévi-Strauss, étaient des jeunes chercheurs considérés comme prometteurs.

  • 2 L’Encyclopédie a été publiée en 15 volumes entre 1930 et 1935. Une édition révisée comportant 17 vo (...)
  • 3 Marschak et Löwe ont rejoint la Graduate Faculty en 1940 et 1941 respectivement, tandis que Mannhei (...)

7Un nombre important des enseignants-chercheurs issus des sciences sociales et des humanités étaient accueillis à la New School for Social Research, à l’époque, une école d’éducation populaire située près de Greenwich Village à Manhattan, New York. Son directeur, Alvin Johnson, fut à l’initiative de l’opération de sauvetage menée conjointement avec l’Emergency Committee for Displaced German Scholars et la Fondation Rockefeller. Johnson connaissait de nombreux chercheurs européens avec lesquels il avait collaboré en tant que coéditeur de l’Encyclopedia of the Social Sciences (Seligman et Johnson 1930-1935) 19402. C’est sur ce réseau qu’il allait s’appuyer quand, informé de la gravité de la situation en Europe, il décida d’apporter une aide. Il se mit en quête de moyens pour financer l’accueil des chercheurs en danger et contacta des chercheurs parmi ses connaissances auquel il proposa des places d’enseignants-chercheurs dans son école, tout en leur demandant de diffuser l’offre. Il fut surpris et déçu quand, lors d’une rencontre avec un émissaire envoyé à Londres, les premiers sur la liste, Karl Mannheim, Jakob Marschak et Adolf Löwe déclinèrent son invitation, ayant déjà accepté des postes en Angleterre (Johnson 1952)3. Emile Lederer – sociologue et économiste allemand – accepta la proposition de recrutement et déclina une offre de l’Université de Manchester. Il coordonna les recherches depuis Londres, relayé en Allemagne par le sociologue Hans Speier qui sera l’un des premiers émigrés et, également, l’un des plus jeunes. Lederer, comme Speier son étudiant, faisant partie des réseaux allemands évoqués précédemment.

8Pour comprendre l’importance de ces réseaux sociaux et académiques, il faut savoir qu’à cette époque l’immigration aux États-Unis était limitée à des quotas de populations habitant déjà aux États-Unis. Des visas hors quota pouvaient être attribués pour certaines catégories de personnes, notamment, pour ce qui nous concerne ici, pour des chercheurs et enseignants – chercheurs ayant obtenu un poste dans une institution universitaire aux États-Unis. L’une des principales conditions de l’attribution était la haute qualité de la production scientifique du candidat et les éventuels bénéfices éducatifs et scientifiques qu’il apporterait à la démocratie américaine. Il était préférable que les personnes accueillies ne fassent pas concurrence aux universitaires américaines. Au vu des restrictions tous les intellectuels en danger ne pouvaient être sauvés.

Les institutions scientifiques

9L’institution mise en place par Johnson pour accueillir les sociologues allemands était la Graduate Faculty for Social and Political Research, inaugurée en 1933 à la New School for Social Research. La Graduate Faculty forma une faculté à part à l’intention d’étudiants préparant un Master ou un Doctorat.

10Voici une photographie du bâtiment emblématique de la New School, dessiné par l’architecte Joseph Urban et inauguré en 1931. C’est ici que s’est installée la Graduate Faculty à sa fondation.

La New School for Social Research, 66 West 12th street.

La New School for Social Research, 66 West 12th street.

Je remercie la New School pour la mise à disposition de cette photographie. 

  • 4 À l’exemple les courriers entre les officers du Rockefeller et Georges Gurvitch et d’autres interne (...)
  • 5 Marc Bloch, à qui on avait proposé en 1940 une place à la New School, assortie d’une bourse de la F (...)

11Les candidats au recrutement aux fonctions d’enseignant-chercheur ne manquaient pas et les documents d’archives, telles que la New York Public Library ou le Rockefeller Archive Center, témoignent de l’incertitude et de la détresse des émigrés pendant les années 1930 et tout au long de la guerre4. Certains membres de ces élites maintenant destitués de leurs fonctions dans leurs pays d’origine – tels que Marc Bloch ou Hedwig Hinze – ne parviendront jamais à quitter l’Europe5, d’autres n’y arriveront qu’après avoir surmonté d’immenses difficultés. De nombreux réfugiés se sont rendus aux États-Unis par leurs propres moyens et se sont retrouvés sans ressources au pays d’accueil.

12Au cours des années suivantes, avec la progression de la Guerre, la New School est devenue (en accord avec la Fondation Rockefeller et The Emergency Committee for Displaced Scholars) l’un des principaux points de chute pour les émigrés chercheurs en sciences sociales.

13La fondation, en 1942, de l’École Libre des Hautes Études (ELHE), une université française en exil, s’inscrit dans la continuité des actions déjà menées. Elle a accueilli les membres de la deuxième vague d’émigrés évoquée ci-dessus. Organisée selon une structure hybride (Zolberg et Callemard 1998 ; Loyer 2005), mélangeant le modèle universitaire français et celui de l’École Pratique des Hautes Études, la ELHE, composée de plusieurs Facultés et située dans des locaux spécifiques, fut inaugurée le 14 février 1942. Son objectif :

défendre et préserver la culture latine (sic) actuellement menacée en Europe, et défier la répression fasciste de l’esprit d’investigation libre, en particulier dans les domaines des sciences sociales, de l’histoire, et de la jurisprudence (Zolberg et Callemard 1998, p. 929).

14À cette fin, les cours étaient dispensés en français à l’intention, en premier lieu, d’étudiants ayant été contraints de quitter la France après l’invasion des troupes allemandes en 1940. Une revue, Renaissance, fut publiée en langue française. Les membres de cette institution ont été recrutés selon les modalités similaires à celles appliquées aux Allemands, la Fondation Rockefeller, la principale source de financement se réservait la décision finale sur les candidats à retenir.

Les institutions non-universitaires 
et la (re)constitution d’une élite

  • 6 Thomas B. Appleget, “The Foundation’s Experience with Refugee Scholars”, March 5, 1946, R.G. 1.1, S (...)

15Diverses modalités de financement ont soutenu l’émigration. Si certains émigrés ont financé leur propre exil, de nombreuses institutions, parfois créées à cet effet, ont contribué à l’action de sauvetage. Bien que la Graduate Faculty ait pu voir le jour grâce aux subsides privés, le principal soutien financier pour l’opération provenait de la Fondation Rockefeller qui, devant l’urgence de la situation, a consacré des sommes considérables à l’accueil des émigrés. Entre 1933 et 1945 les bourses Rockefeller ont permis à 303 intellectuels de gagner l’Amérique dont 175 ont intégré la New School pour y rester pendant des périodes plus ou moins longues6.

Les membres de la Graduate Faculty autour d’une table.

Les membres de la Graduate Faculty autour d’une table.

Spalek Papers, avec l’aimable autorisation de M.E. Grenander Department of Special Collections and Archives, University at Albany Libraries.

  • 7 “We hope with you that we can salvage for America and for science generally outstanding intellects (...)
  • 8 Titre attribué aux cadres de la Fondation. À l’instar de Tournès (2010), j’ai souhaité conserver sa (...)

16L’action de la Fondation visait expressément le sauvetage, pour l’Amérique et pour la science en général, des esprits les plus brillants qui sans les États-Unis auraient péri7. Comme le précise l’un des officers8 dans une lettre :

  • 9 JHW to RFE May 11, 1942, RG 1.1, Series 200, Box 53, Folder 626.

l’objectif premier était de sauver pour le monde de la recherche en tout lieu les meilleurs des intellectuels exilés. Il pourrait y avoir un objectif secondaire plus spécifique ; d’ouvrir et de donner à la recherche américaine un lustre plus international par l’apport de quelques-uns des meilleurs chercheurs européens. À aucun moment, les buts de ce programme n’ont été humanitaires, bien que de telles considérations aient certainement pesé à des moments précis9.

  • 10 Entretien entre Sydnor H. Walker (SHW), RF, directeur associé de la section sciences sociales, 1933 (...)
  • 11 RG 12.1, Officer’s Diaries, Makinsky diary, 1942.
  • 12 Certains universitaires exprimaient la crainte d’une réaction négative de leurs collègues dans le c (...)

17Parmi les conditions qui déterminaient l’éligibilité à une bourse furent : (1) celle de faire preuve d’une activité scientifique exemplaire ; (2) l’existence d’une institution d’accueil avec des infrastructures adéquates pour la recherche ; et (3) la garantie d’une position permanente dans une institution américaine. En général on évitait de prendre en charge des chercheurs qui auraient été difficiles à placer ou qui pourraient faire concurrence aux chercheurs américains (ainsi refusait-on généralement les chercheurs en dessous de trente-cinq ans ou au-dessus de soixante ans, les premiers étant susceptibles de faire concurrence, les seconds d’être difficiles à placer). Le soutien aux chercheurs de moins de 35 ans était donc limité aux hommes (sic) exceptionnellement prometteurs10. Des contraintes additionnelles étaient imposées par le Département d’État (State Department), qui souhaitait donner la priorité aux candidats susceptibles d’être utiles à la défense nationale : physiciens, chimistes et mathématiciens étaient préférés aux chercheurs en sciences sociales instaurant (ou renforçant) ainsi une hiérarchie entre disciplines compatible avec les priorités du pays d’accueil. Le State Department préconisait également d’éviter d’accueillir ceux qui risquaient d’être politiquement actifs, même si leurs opinions étaient compatibles avec la ligne américaine. Pour cette raison, et en vue de conserver de bonnes relations avec le gouvernement de Vichy, des réserves avaient été émises en 1941, concernant la mise en place de l’université française en exil, financée majoritairement par le gouvernement belge libre11. On voit alors, comme l’affirme Berrebi-Hoffmann (2010) dans un autre contexte, que le sort de ces élites ne dépend pas uniquement d’une évaluation effectuée par le seul milieu professionnel, mais est sujet à l’intervention étatique, ces deux institutions constituant des hiérarchies séparées. Il subsiste aussi le critère du marché évoqué également par Berrebi-Hoffmann, qui ici recouvre des critères économiques et celui de la saturation de l’offre12.

« Déclaration » issue du premier catalogue de l’ELHE, 1942.

« Déclaration » issue du premier catalogue de l’ELHE, 1942.

Archives de la New School. Photographie de l'auteur.

  • 13 Au-delà de la question qui vise à déterminer les motivations de la Fondation (désintéressée ou en f (...)

18Au vu des moyens limités pour le sauvetage des intellectuels, les critères de sélection étaient rigoureusement appliqués. Les documents échangés entre les officers de la Fondation Rockefeller témoignent des choix qui devaient être faits. Nombreux sont ceux qui font état de la décision de rejeter des candidats que l’on ne pouvait considérer comme exceptionnels ou qui auraient potentiellement du mal à obtenir les visas nécessaires. Comme on l’a déjà vu, l’excellence scientifique de cette élite en cours de constitution, bien que souvent réelle si elle doit être mesurée en termes de publications et d’implication dans les institutions politiques et académiques des pays de départ, n’a pas échappé aux effets de réseau. Une recommandation par les personnes actives dans l’opération pouvait influer sur la prise de décision et les officiers de la Fondation avaient souvent recours aux chercheurs européens ou américains pour l’évaluation des qualités intellectuelles et académiques des prétendants. Le financement de l’émigration des intellectuels s’inscrivait dans la continuité de l’action Rockefeller destinée à « construire une société rationnelle par la science » (Tournès 2007, 196)13. Si, selon lui :

[…] les financements sont souvent modestes (de quelques centaines à quelques milliers de dollars), […] l’effet de « réseau » est, lui, bien réel, et l’on aurait tort de croire qu’il repose uniquement sur une base financière et qu’il s’évanouit une fois la bourse dépensée : l’examen du parcours de certains chercheurs sur plusieurs décennies montre au contraire que la fondation a entretenu avec nombre d’entre eux une relation sur le long terme qui s’est souvent prolongée après la seconde guerre mondiale (Tournès 2007, p. 192).

19Ainsi la reconstitution d’une élite intellectuelle européenne sur la terre américaine était négociée et décidée entre élites reconnues pour leur production intellectuelle (les universitaires consultés par la Fondation) ou pour leur implication, ou légitimée en raison de leur appartenance institutionnelle (les officers de la Fondation Rockefeller), dans le cadre des circonstances politiques déjà évoquées.

20Divers destins 
au pays d’accueil

21Comme l’ont indiqué divers auteurs (Fermi 1968, Coser 1984), le destin des intellectuels après la migration a varié selon les individus. En dépit des prévisions, et malgré l’expansion des sciences sociales aux États-Unis pendant les années 1950 et 1960, nombre d’émigrés allemands sont restés à la New School pour finir leurs carrières sans s’intégrer en Amérique où les pratiques disciplinaires dominantes étaient autres que celles qu’ils défendaient. Certains ont pu trouver leur place au pays d’accueil, soit dans le monde académique, soit dans d’autres domaines, notamment politiques ou artistiques. Ce fut le cas, par exemple, de Hans Speier, le seul parmi les sociologues du groupe originel, à quitter les rangs de la Graduate Faculty. Speier a été appelé au Foreign Broadcast Monitoring Service en 1942 où il a travaillé pendant cinq ans. Ensuite, après avoir réintégré temporairement la Graduate Faculty en 1947, il rejoignit, en 1948, La RAND corporation (Dayé 2012, Schrecker 2013).

22Un autre émigré germanophone, autrichien cette fois-ci, Alfred Schütz, avait publié régulièrement dans des revues philosophiques et avait participé à des travaux dans cette discipline. Malgré ces publications dans Social Research et deux publications dans The American Journal of Sociologie (Schütz 1944 et 1945, pour plus de détails voir Schrecker 2009), il ne fut pas reconnu comme sociologue de son vivant. Ce n’est que sept ans après sa mort que parut The Social Construction of Reality (Berger et Luckmann 1966), basé en grande partie sur son œuvre, et qui allait le rendre célèbre.

23Si certaines des idées véhiculées par les élites allemandes en migration sont passées de mode ou ont laissé peu de traces, d’autres, à l’instar de celles de Schütz ont été intégrées dans la sociologie américaine ou sont revenues transformées en Europe. Les idées basées sur l’œuvre de Schütz formulées en Amérique à partir de théories européennes et américaines se sont épanouies après sa mort. On pourrait alors parler d’une « re-légitimation » (Berrebi-Hoffmann 2010), du moins partielle, aux États-Unis, des sciences sociales européennes et de certains individus qui en étaient porteurs.

24Pour certains Français, la période d’exil a constitué un tremplin pour un succès ultérieur dans leur pays d’origine, je pense notamment à Claude Lévi-Strauss qui, comme chacun le sait, est à l’origine du structuralisme. Cette approche théorique a pu s’épanouir grâce à son expérience américaine en raison de sa rencontre avec Roman Jakobson et de la possibilité de consulter de nombreux écrits anthropologiques au New York Public Library (Lévi-Strauss et Eribon 1988, entretien avec l’auteur à Paris, le 01 décembre 2006). De retour en France, il est devenu membre de l’élite intellectuelle française en son temps (Jeanpierre 2004b). Un autre émigré en provenance d’une université française, Georges Gurvitch, a acquis un rôle important dans la sociologie française. Gurvitch fut, comme d’autres, impressionné par Jacob Moreno et a favorisé le développement de la sociométrie en France et celui de la psychologie sociale grâce à la traduction de George Herbert Mead (Marcel 2001, Martin et Vannier 2002). Sur le plan, institutionnel Gurvitch fut à l’origine du « Centre d’Études Sociologiques », conçoit les Cahiers Internationaux de Sociologie et contribua à la renaissance de l’Année sociologique. Il fut également parmi les membres fondateurs de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (Balandier 1966). De nombreux autres anciens émigrés français ont continué leurs carrières en refondant l’université française et en intégrant et en mettant en place des instituts de recherche.

  • 14 Des copies des chartes sont rangées dans Folder 1, GF administration records box 1, folders 1-26, N (...)

25Du côté institutionnel, l’ouverture de la Graduate Faculty avait permis à la New School de renouer avec la recherche, activité qui avait été suspendue dix ans auparavant en faveur de l’enseignement, dans une tentative d’assainir sa situation financière. Elle a également permis à la New School de faire les premiers pas vers l’acquisition d’un statut universitaire : en 1934, le New York Board of Regents, par une charte provisoire, accorda à la Graduate Faculty, sous couvert de la New School, la capacité d’attribuer des diplômes de Master et de Doctorat ; les premiers diplômes furent délivrés deux ans plus tard, et la charte provisoire régissant la structure devint charte absolue en 194114. L’ouverture de l’ELHE a contribué à concrétiser la transformation en université de cette institution située auparavant en marge de la vie académique.

Charte absolue donnant droit à la délivrance de diplômes.

Charte absolue donnant droit à la délivrance de diplômes.

Archives de la New School. Photographie de l'auteur.

  • 15 Speier Hans, dossier individual, Autobiographical note, NSA.
  • 16 “Reflections on the Origin of the New School for Social Research by Mary Henle, Professor of Psycho (...)
  • 17 Je cite Thomas Luckmann, « A Circuitous Route to the New School » in Embree Lester, Phenomenology a (...)

26Mais l’état de grâce apporté par ces deux nouvelles facultés n’allait pas durer. La trajectoire de la Graduate Faculty fut fluctuante. La revue Social Research, fondée en 1934 pour diffuser la pensée européenne aux États-Unis, afin d’« éviter que la Faculté, composée d’étrangers ne sombre dans l’oubli. » (Luckmann Benita 1981 : 438), ne semble pas avoir eu l’effet escompté pendant les décennies qui suivirent la Guerre. Selon Speier au moment de son retour en 1947, l’élan qui l’avait caractérisé pendant les premières années s’était essoufflé ; il la décrit comme « somnolente » (sleepy) et « diminuée » (depleted)15. Arthur Vidich (2009), qui rejoint la Faculté un peu plus tard, observe que les membres formaient un groupe assez fermé et continuaient à échanger dans leur langue maternelle. De ce fait, la Graduate Faculty a parfois été nommée rétrospectivement « little Heidelberg on 12th street »16. Paradoxalement, bien qu’elle ait été érigée depuis en symbole intellectuel quasi-mythique de la New School (Schrecker 2014), les traces de cette époque ont, pour beaucoup, été effacées, à l’exemple de la bibliothèque d’Emil Lederer dont seulement quelques volumes ont pu être récupérés, les autres ayant été jetés pour faire de la place17.

27La majorité des membres de l’ELHE sont rentrés en France à la fin de la guerre ou peu après et l’ELHE a fermé ses portes. Bien que sa présence ait laissé sa marque sur l’histoire de la New School, son influence s’observe plus concrètement en France. Selon Jeanpierre, « la création institutionnelle la plus importante dans les sciences humaines de la période, qui soit en partie issue de l’émigration française aux États-Unis pendant la guerre, est celle de la VIe section de l’ELHE, consacrée aux sciences économiques et sociales, formée par décret le 3 novembre 1947 » (Jeanpierre 2004a : 635). La section VI est précurseur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Mazon 1988).

28Si la New School n’est jamais devenue l’institution élitiste à laquelle son fondateur avait rêvé, l’accueil d’intellectuels éminents a certainement contribué à son prestige, du moins pendant un certain temps. Ces événements historiques ont contribué à forger son image de marque : celle d’une institution d’élites, ayant eu comme vocation l’accueil, fondé uniquement sur des critères académiques, d’intellectuels rejetés ailleurs en raison de leurs mœurs, leur religion, leurs idées politiques ou leur origine culturelle ou nationale (Schrecker 2014). Ce sont, cependant, d’autres divisions de l’École, notamment Parsons School of Design, qui attirent les étudiants (et les finances) et qui sont connues aujourd’hui.

29Quant à la Fondation Rockefeller, elle a continué à financer les individus jusqu’à la fin des années 1940, et les recherches pendant une décennie de plus. Il est difficile à établir à quel point cette action a contribué au prestige de la Fondation Rockefeller. Elle a certainement permis de développer certains réseaux scientifiques. Aujourd’hui les archives, qui conservent les traces de l’opération, sont consultées régulièrement par des chercheurs et des expositions sont organisées par le centre sur la base des fonds conservés.

Conclusion

30Nous avons pu observer la part très marginale réservée aux femmes dans l’histoire qui vient d’être relatée. En effet, les femmes figuraient très peu parmi les élites intellectuelles à cette époque et il était pour elles très rare de faire carrière universitaire en Europe avant la seconde Guerre. Malgré une situation a priori plus favorable aux États-Unis, elles n’ont pas réussi plus que leurs homologues masculins leur intégration dans les institutions et les réseaux scientifiques largement dominés par les hommes. Theresa Wobbe (1995) donne l’exemple de Frieda Wünderlich, souvent considérée comme une sociologue, qui enseignait l’économie, le travail et les politiques sociales à la New School. Elle avait été accueillie avec la première vague d’intellectuels émigrés, mais, n’ayant jamais progressé vers d’autres universités, elle a mené l’ensemble de sa carrière dans l’établissement d’accueil. Une autre femme, Julie Meyer, venue à New York par ses propres moyens, eut de la difficulté à son arrivée (probablement en 1934) à trouver du travail. Selon une description faite par madame Drury (Emergency committee for displaced scholars) :

  • 18 The Emergency Committee in Aid of Displaced Foreign Scholars, Interview memorandum, 5 février 1940, (...)

Il me semble la voir rapetisser et devenir de plus en plus intense au fur et à mesure du passage des années. Presque comme une naine. Grand enthousiasme pour son travail. Elle m’a signifié aujourd’hui qu’elle avait été l’une des femmes qui fut à la pointe de l’éducation en Allemagne bien qu’elle dise savoir que ce sont des choses auxquelles il faudrait éviter de faire référence18.

  • 19 Alvin Johnson à Miss Drury, le 29 décembre, 1941, ibid.

31Johnson dans une lettre adressée à madame Drury affirme qu’un homme de capacité égale aurait déjà trouvé une place dans une autre université19. Après des années de précarité, elle fut recrutée à la New School où elle fut l’assistante de Frieda Wunderlich à partir de 1939. Après y avoir donné des cours, en tant que vacataire, pendant deux ans, elle intégra la Graduate Faculty en 1943.

32Nous avons constaté, à travers l’exemple des intellectuels émigrés accueillis à la Graduate Faculty de la New School for Social Research, comment une élite, construite et maintenue à travers des réseaux sociaux, s’est formée, et transformée pour enfin se disperser, ou encore se réformer, au gré des circonstances sociales, des événements politiques, des transformations institutionnelles et de facteurs disciplinaires ou humains et en fonction des circonstances exceptionnelles et selon les possibilités ouvertes à chacun.

Haut de page

Bibliographie

Balandier Georges (1966) « Georges Gurvitch (1894-1965) », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 40, janvier-juin, p. 3-5.

Berger Peter et Luckmann Thomas, (1966), The Social Construction of Reality, New York, Penguin Books. Édition française : (1986), La construction sociale de la réalité, traduit par Pierre Taminiaux, Paris, Méridiens Klincksieck.

Berrebi-Hoffmann Isabelle, (2010) « Évaluation et élitisme : d’une alliance à l’autre », Cahiers internationaux de sociologie, vol 1, n° 128-129, p. 79-90.

Bourdieu Pierre (1976) « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, Année 1976, vol. 2, n° 2, p. 88-104.

Chartier Roger. Comment penser l’autocontrainte ? Communications, 56, 1993, p. 41-49.

Coser Lewis A. (1984) Refugee Scholars in America, New Haven and London, Yale University Press.

Dayé Christian (2012), The Systematic Use of Experts: Delphi, Political Gaming, and Epistemic Hopes in Cold War Social Science. Dissertation, Graz: University of Graz, Austria.

Fermi Laura, (1968), Illustrious Immigrants, Chicago, University of Chicago Press.

Green Nancy (2008) « La migration des élites. Nouveau concept, anciennes pratiques ? », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 42 | 2008, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 29 août 2014. http://ccrh.revues.org/3434 ; DOI : 10.4000/ccrh.3434.

Fleck Christian (2010) “A Collective Biography (Prosopography) of German-Speaking Sociologists”, in Schrecker Cherry (ed.) Transatlantic Voyages and Sociology, the migration and development of ideas, Aldershot, Ashgate.

Heilbron Johan, Guilhot Nicolas et Jeanpierre Laurent (2009) « Vers une histoire transnationale des sciences sociales », Sociétés contemporaines, n° 73, p. 121-145.

Jeanpierre Laurent, (2004a) Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la deuxième Guerre Mondiale, Thèse, Sociologie, Paris, EHESS.

Jeanpierre Laurent (2004b) « Une opposition structurante pour l’anthropologie structurale : Lévi-Strauss contre Gurvitch, la guerre de deux exilés français aux États-Unis », Revue d¹histoire des sciences humaines, 11, p. 13-43.

Lachmann Charles S., (1973), The University in Exile, mémoire de Master non-publié, Histoire, Amhurst College, NSA.

Lévi-Strauss Claude et Eribon Didier, (1988), De près et de loin, Paris, Odile Jacob.

Loyer Emmanuelle, (2005), Paris à New York, Paris, Grasset et Fasquelle.

Luckmann Benita, (1981), « Eine deutsche Universität im Exil », Kölner Zeitschrift fûr Soziologie und Sozialpsychologie, numéro spécial 23, p. 427-439.

Mazon Brigitte, (1988), Aux origines de l’EHESS, le rôle du mécénat américain, Paris, Cerf.

Pareto Vilfredo [1917-1919], Traité de sociologie générale, Genève, Droz, 1968.

Rutkoff Peter M., Scott William B. et Bloch Marc (1981), « Letters to America: The Correspondence of Marc Bloch, 1940-1941 », French Historical Studies, vol. 12, n° 2, p. 277-303.

Schrecker Cherry, (2009), Contribution à la sociologie de l’action : Alfred Schütz, traduction et présentation des textes, Paris, Hermann.

Schrecker Cherry (2013), La New School for Social Research : de l’idée à la réalisation ; constructions et reconstructions narratives, Université de Strasbourg, Habilitation à Diriger des Recherches en Sociologie.

Schrecker Cherry (2014), « Les enjeux du passé dans la construction d’une façade : La New School for Social Research au prisme de son histoire » Sociologies Pratiques n° 29, p. 39-49.

Schütz Alfred, (1944) « The Stranger », American Journal of Sociology, vol. 49, p. 499-507. Traduit par Bruce Begout (2003) L’étranger, Paris, Alia.

Schütz Alfred, (1945), « The Homecomer », American Journal of Sociology, vol. 50, p. 369-376). Traduit par Begout Bruce (2003), L’homme qui revient au pays, Paris, Alia.

Seligman E.R.A. and Johnson Alvin (eds.) (1930-5) The Encyclopedia of the Social Sciences, New York, Macmillan.

Tournès Ludovic (2007), « La fondation Rockefeller et la naissance de l’universalisme philanthropique américain », Critique internationale, vol. 2, n° 35, p. 173-197.

Tournès Ludovic, (2010), L’argent de l’influence, les fondations américaines et leurs réseaux européens, Paris, Autrement.

Vidich Arthur J., (2009), With a Critical Eye, An Intellectuel and his Times, édité et présenté par Robert Jackall, Knoxville, Newfoundland University Press.

Weber Max (1970 [1917-1919]), Le judaïsme antique, Paris, Plon.

Wobbe Theresa (1995) “On the horizons of a new discipline: early woman sociologists in Germany” in Journal of the Anthropological Society of Oxford, vol. XXVI, n° 3, Michaelmas, p. 281-297.

Zolberg Aristide et Callemard Agnès, (1998), « The École Libre at the New School, 1941-1946 », Social Research, vol. 65, n° 4, p. 921-951.

Haut de page

Notes

1 Ami de Max Weber qui va mourir pendant la Première Guerre mondiale.

2 L’Encyclopédie a été publiée en 15 volumes entre 1930 et 1935. Une édition révisée comportant 17 volumes, éditée par David Sills et Robert Merton parut en 1968 sous le titre d’International Encyclopedia of the Social Sciences.

3 Marschak et Löwe ont rejoint la Graduate Faculty en 1940 et 1941 respectivement, tandis que Mannheim s’installa de manière durable en Angleterre.

4 À l’exemple les courriers entre les officers du Rockefeller et Georges Gurvitch et d’autres internes à la Fondation au sujet de Gurvitch : RG 1.1, Series 200, Box 50, Folder 585, Refugee Scholars – Gurvitch Georges (Sociology) 1940-1941. On note, par ailleurs, que Gurvitch est sollicité par la suite pour avis sur d’autres candidats à l’émigration parmi lesquels André Philip, Roger Picard, Emil Gumbel, Louis Rougier et Henri Lévi-Bruhl (RG 1.1, Series 200, Box 52, Folder 622: Refugee Scholars – New School for Social Research, October-December 1940, octobre 7 1940, Tracy B. Kittredge à Alvin Johnson). Ainsi, dans une certaine mesure, il intègre le réseau de la Fondation.

5 Marc Bloch, à qui on avait proposé en 1940 une place à la New School, assortie d’une bourse de la Fondation Rockefeller, décida de rester en France en raison du refus du consulat Américain d’accorder un visa d’entrée pour sa mère, âgée alors de 84 ans. Après le décès de sa mère en mai 1941, il était déjà trop tard, les enfants majeurs n’ayant plus le droit de quitter le territoire français. Plutôt que de partir sans ses enfants, Bloch décida de rester en France et s’engagea dans la résistance. Les bourses Rockefeller furent annulées le 23 septembre, 1941. Bloch fut capturé et exécuté par la Gestapo en juin 1944 (Lachman 1973 ; Rutkoff, Scott et Bloch 1981). Les difficultés rencontrées par l’historienne Hedwig Hinze, sont documentés aux archives Rockefeller (R.G. 1, series 200, box 50, folder 590 et 591, Refugee Scholars – Hintze Hedwig (German History), 1939-1942 ; R.G. 1, series 500, box 20, folder 203, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine – Hintze, Hedwig – (Bibliography, Refugee Scholar), 1933-1935). Dans l’impossibilité de quitter la Hollande, où elle était réfugiée, alors qu’une place avait été offerte à la New School for Social Research : elle préféra se suicider le 14 juillet 1942.

6 Thomas B. Appleget, “The Foundation’s Experience with Refugee Scholars”, March 5, 1946, R.G. 1.1, Series 200, box 47, folder 545A.

7 “We hope with you that we can salvage for America and for science generally outstanding intellects which would otherwise be lost.” (Raymond B. Fosdick to Alvin Johnson, [s.d.]. RG 1.1, Series 200, Box 52, Folder 621, Refugee Scholars – New School for Social Research, January-September 1940).

8 Titre attribué aux cadres de la Fondation. À l’instar de Tournès (2010), j’ai souhaité conserver sans traduire ce terme très spécifique.

9 JHW to RFE May 11, 1942, RG 1.1, Series 200, Box 53, Folder 626.

10 Entretien entre Sydnor H. Walker (SHW), RF, directeur associé de la section sciences sociales, 1933-1943, et Alvin Johnson le vendredi 29 décembre, 1933 (RG 1.1, Series 200, Box 338, Folder 4029, Graduate Faculty of Political and Social Science 1934-1940). À l’exemple d’une liste adressée par Thomas B. Appleget à Alvin Johnson le 6 janvier 1941, de nombreux documents témoignent des choix faits. La liste mentionne deux personnes Herzfeld et Selz qui sont trop âgés pour être prise en charge dans le cadre du programme. Le 8 janvier on apprend que Dr E. Frankl “ne semble pas être suffisamment éminent pour justifier qu’on discute plus avant de son cas.” (RG 1.1, Series 200, Box 53, Folder 623, Refugee Scholars – New School for Social Research, January-February 1941.)

11 RG 12.1, Officer’s Diaries, Makinsky diary, 1942.

12 Certains universitaires exprimaient la crainte d’une réaction négative de leurs collègues dans le cas où on rajouterait des personnes juives à l’équipe enseignante (RG 1.1, Box 54, Folder 651, James H. Hanford to John Marshall, Sept. 14, 1943/July 18th 1944).

13 Au-delà de la question qui vise à déterminer les motivations de la Fondation (désintéressée ou en faveur du maintien du capitalisme), Tournes affirme que l’action des Fondations a contribué à asseoir l’universalisme américain et son rôle de défenseur de la démocratie et porte-flambeau de la paix. » (2007, p. 197).

14 Des copies des chartes sont rangées dans Folder 1, GF administration records box 1, folders 1-26, NSA.

15 Speier Hans, dossier individual, Autobiographical note, NSA.

16 “Reflections on the Origin of the New School for Social Research by Mary Henle, Professor of Psychology, Graduate Faculty, April 9, 1979.” In Arthur Vidich Papers, series VII, NSA.

17 Je cite Thomas Luckmann, « A Circuitous Route to the New School » in Embree Lester, Phenomenology at the New School, p. 268 (le tapuscrit, remis par Thomas Luckmann, n’ést pas encore publié au moment de l’écriture).

18 The Emergency Committee in Aid of Displaced Foreign Scholars, Interview memorandum, 5 février 1940, New York Public Library Archives, Manuscripts and Archives Division, Emergency Committee in Aid of Displaced Foreign Scholars Records, Box 23, folder 14, Julie Meyer. Meyer était « Dozent » à la « Volkshochschüle » et à la « Sozialen Frauenschüle Nürenberg » (Julie Meyer à Miss Drury, 9 février, 1940), ibid.

19 Alvin Johnson à Miss Drury, le 29 décembre, 1941, ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La New School for Social Research, 66 West 12th street.
Crédits Je remercie la New School pour la mise à disposition de cette photographie. 
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/2950/img-1.png
Fichier image/png, 930k
Titre Les membres de la Graduate Faculty autour d’une table.
Crédits Spalek Papers, avec l’aimable autorisation de M.E. Grenander Department of Special Collections and Archives, University at Albany Libraries.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/2950/img-2.png
Fichier image/png, 343k
Titre « Déclaration » issue du premier catalogue de l’ELHE, 1942.
Crédits Archives de la New School. Photographie de l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/2950/img-3.png
Fichier image/png, 367k
Titre Charte absolue donnant droit à la délivrance de diplômes.
Crédits Archives de la New School. Photographie de l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/2950/img-4.png
Fichier image/png, 352k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cherry Schrecker, « « Sauver la science » : 
la Fondation Rockefeller et les élites en migration (1933-1942) »Revue des sciences sociales, 53 | 2015,  184-191.

Référence électronique

Cherry Schrecker, « « Sauver la science » : 
la Fondation Rockefeller et les élites en migration (1933-1942) »Revue des sciences sociales [En ligne], 53 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/2950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2950

Haut de page

Auteur

Cherry Schrecker

Maître de conférences HDR

Université de Lorraine / 2L2S

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals