Navigation – Plan du site
Fin de l'amour ou faim d'amour ?

L’amour au Siècle des lumières

Essor et fin des libertins
Love in the Century
of Enlightenment: Rise and End
of the Libertines
Luisa Messina
p. 40-45

Résumés

Le xviiie siècle connaît en France un tournant remarquable dans les représentations littéraires de l’amour, ainsi que dans les pratiques amoureuses, du moins au sein de la société de cour. Alors que le Grand Siècle avait valorisé la figure idéale d’un amour vertueux, conjonction du corps et de l’âme, de l’acte et du sentiment, la disparition du Roi Soleil ouvre une période d’intense activité philosophique et de contestation politique qui trouvent leur écho dans une déconstruction critique de la figure amoureuse et dans un débridement des mœurs. Le Siècle des lumières est celui des libertins, dont l’essor trouvera dans la Révolution à la fois son aboutissement et sa fin.

Haut de page

Texte intégral

1Le xviiie siècle connaît en France un tournant remarquable dans les représentations littéraires de l’amour, ainsi que dans les pratiques amoureuses, du moins au sein de la société de cour. Alors que le Grand Siècle avait valorisé la figure idéale d’un amour vertueux, conjonction du corps et de l’âme, de l’acte et du sentiment, la disparition du Roi Soleil ouvre une période d’intense activité philosophique et de contestation politique qui trouvent leur écho dans une déconstruction critique de la figure amoureuse et dans un débridement des mœurs. Le Siècle des lumières est celui des libertins, dont l’essor trouvera dans la Révolution à la fois son aboutissement et sa fin (Craveri 2016).

2Deux titres bornent cette période, Les égarements du cœur et de l’esprit de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon (1736), et Les liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos (1782). Le contexte politique et intellectuel inauguré par la Régence autorise que se déploient ouvertement les liaisons sexuelles multiples et adultères, et surtout, que l’on en parle, que l’on écrive à leur sujet. Puisant à un fond épicurien qui, au plan philosophique, s’affranchit de tous les dogmes, et au plan moral, affirme le principe de la liberté et veut profiter des plaisirs de la vie, les auteurs contribuent à une déconstruction de la figure de l’amour. Ils distinguent deux types d’amour  : l’amour-passion, le plus difficile à atteindre, capable d’unir à jamais deux personnes  ; et l’amour-goût, qui est la forme la plus répandue, laquelle implique un plaisir momentané et éphémère écartant tout bouleversement sentimental. C’est cette lecture libertine de l’amour que l’on peut voir se déployer, aussi bien dans les faits historiques que dans la littérature, tout au long de la Régence et des règnes de Louis XV et Louis XVI.

Sous la Régence

3À la veille de la mort de Louis XIV, l’amour est valorisé sous sa forme idéale, politiquement et socialement admise, un dogme entouré d’une adoration semblable à un culte. Dans une langue raffinée, cette conception de l’amour en fait une vertu de grandeur et de générosité, de courage et de délicatesse. Les dernières années du Roi Soleil sont marquées par des guerres désastreuses, des disettes et des impôts, des persécutions religieuses à l’égard des protestants, le contrôle exercé sur les courtisans, notamment sur leurs mœurs. Le roi lui-même mène une vie pieuse sous l’influence de Madame de Maintenon, épouse morganatique.

4Mais cette figure convenue est déjà mise à mal dans la pratique. En dépit de la bigoterie impulsée par le roi, le dauphin (père du futur Louis XV) cède aux tentations sensuelles en couchant avec plusieurs dames, dont la plus célèbre, la comtesse du Roure, possède une maison près de la porte Saint-Honoré. La cour de Versailles enregistre aussi beaucoup de cas d’homosexualité  : Tilladet, Manicamp, Grammont et d’autres nobles créent un ordre dictant un ensemble de règles, dont la première oblige de s’éloigner des femmes de leur entourage (Alexandrian 1989  : 180-181).

5Après la disparition de Louis XIV, le cérémonial exaltant l’autorité monarchique devient moins formel. La cour française est désormais une scène qui a cessé de symboliser la magnificence du règne précédent, et dont les figurants se détachent de ce qu’ils ne considèrent plus que comme un jeu. Les aristocrates ne fréquentent la cour que pour améliorer leur position économique et leur prestige social. En revanche, ils tendent à fuir les divertissements offerts par la cour et leur préfèrent les mondanités parisiennes. La sacralité liée à la figure monarchique diminue, on assiste au passage d’une morale publique mise au service du roi à une morale privée qui envisage la recherche toute personnelle du plaisir. Bien que soit maintenue l’étiquette sévère inaugurée par son grand-père, Louis XV n’aimera pas la théâtralisation et la rhétorique fondées sur l’apparence. Il privilégiera l’usage d’endroits discrets afin de se soustraire aux devoirs de la cour et protéger ce qui reste de sa vie privée (Lever 2002  : 46).

6Mais Louis XV est encore mineur, et c’est Philippe d’Orléans, un neveu de Louis XIV, qui assure la régence (1715-1723). Ces années sont déterminantes en ce qu’elles provoquent une rupture entre le souverain et l’autorité religieuse (Kanavagh 1998  : 80-81) et donnent naissance à ce que R. Mauzi considère comme le siècle du plaisir  : «  Si le xviiie siècle est le siècle du plaisir, ce n’est pas seulement parce que le plaisir s’y pratique, mais parce que l’on en parle, qu’on l’analyse et qu’on le justifie  » (Mauzi 1968  : 190). La question du plaisir esthétique est au centre des soucis qui travaillent les héros des romans libertins. Les jeunes protagonistes de la littérature libertine sont engagés dans la grande comédie sociale  : ils considèrent le monde comme s’ils assistaient à un spectacle de théâtre, ce qui leur permet d’échapper à l’angoisse existentielle, et les justifie de s’adonner aux passions éphémères. Les libertins souhaitent faire de leur vie une expérience esthétique, dans le but d’échapper aux sentiments aliénants, comme l’amour. L’érotisme libertin ne poursuit que l’union des amants ainsi que l’exaltation de toutes les formes de plaisir à travers l’approche esthétique  : la peinture en particulier, et la musique. À la recherche de la sublimation sensorielle, les héros ont tendance à se retirer en certains lieux comme des cabinets et de petites maisons auxquelles est attribuée, de ce fait, une valeur érotique nouvelle. Ces endroits, où la nature et l’artifice se mêlent en raison de la fusion des espaces, sont rendus plaisants par l’activation des dispositifs architectoniques et paysagers, la disposition des objets, les jeux de lumière, le recours à la musique (Hölzle 2012  : 94-96).

7P. Wald Lasowski (2008) constate la formation d’un mythe qui, né dans les années de la Régence, suscite la volupté du siècle libertin en jetant les bases d’une société avide de spectacles, d’ostentation du luxe et d’art délicat  :

Bientôt, la fureur du jeu, la passion du théâtre, les spectacles aux flambeaux, l’Opéra plein de faste, la Foire qui bat son plein, les filles du monde croqueuses de diamants, les parties secrètes, les petites-maisons, le luxe des équipages, la collaboration des peintres, écrivains, musiciens, décorateurs au service des voluptés, la magnificence de la débauche aux trois jours des Ténèbres, les porcelaines tendres, les miroirs somptueux, les girandoles, la nouvelle cuisine, la nouvelle philosophie, les romans nouveaux, l’art de la toilette, la poudre, les mouches, les perruques, les laques, les vernis et les nœuds participent à la création d’un nouveau lien, qui expose le libertinage comme le trait fulgurant d’une culture de plaisir et de l’ironie généralisée (Wald Lasowski 2008  : 33-34).

8La nouvelle situation politique inaugurée par le Régent, qui pour prendre le pouvoir a dû s’appuyer sur la haute noblesse et les parlementaires, est caractérisée par un élan de liberté, aux plans social et politique, comme aux plans moral et privé. Dès avant de devenir régent, Philippe d’Orléans mène une vie libertine dissolue, en raison de l’impunité liée à son rang et, en même temps, manifeste son incrédulité envers la religion  : «  Avec Philippe d’Orléans, c’est le libertinage qui accède au pouvoir. La chasse au plaisir gagne toute la société  » (Delon 1998  : 30). Son tempérament déréglé se présente comme un défi à la religion catholique  : lors des célébrations de Noël qui ont lieu à Versailles, Philippe d’Orléans n’hésite pas à lire un livre de Rabelais de peur de s’ennuyer. Il accorde la liberté aux prisonniers de la Bastille, fait rentrer à Paris la Comédie-Italienne et bouscule le système politique européen en laissant les rênes de l’économie à l’écossais Law et à l’abbé Dubois. Celui-ci, principal ministre d’État ainsi que précepteur du jeune prince, n’arrive pas à célébrer la messe parce qu’il est trop pris par l’organisation des orgies destinées au Régent (Wald Lasowski 2000  : XIV). Dans les dernières années du Roi Soleil, et bien sûr, après la mort de celui-ci, le Palais-Royal devient le centre libertin de Philippe d’Orléans, qui affiche publiquement ses habitudes orgiastiques et ses propos blasphématoires. Sa fréquentation des théâtres, des tavernes et des bordels de la capitale est connue de tous. La frénésie parisienne prend le pas sur les divertissements de Versailles  : l’atmo-sphère sombre qui marquait les dernières années du règne de Louis XIV (guerres, exécutions, disgrâces, bigoterie) a laissé la place aux fêtes, au luxe et aux affaires amoureuses (Delon 1998  : 31). Ayant inauguré l’habitude de montrer ses amantes en titre (entre autres la duchesse du Berry, l’amante la plus célèbre et la plus scandaleuse), de Paris à Versailles, Philippe d’Orléans devient un modèle libertin largement imité par la grande noblesse qui ne tarde pas à adopter des comportements similaires en public. Les compagnons d’orgies du Régent commencent à être désignés comme ses «  Roués  »  : pour leur attitude scandaleuse, ils auraient mérité le supplice de la roue, dont ils sont exonérés en raison de leur position sociale et de la protection du Régent. Bien qu’ils continuent à reconnaître l’irréligiosité comme leur base idéologique, les Roués proposent une nouvelle manière de vivre fondée d’abord sur la liberté sexuelle (Roger 1987  : 53).

9Les mœurs lascives du Régent causent, d’une part, un appauvrissement croissant de l’autorité royale et de l’aristocratie et, de l’autre, un relâchement général des coutumes  :

«  Le contraste (était) absolu entre les structures de la société […] toutes au service de l’aristocratie, et la dynamique sociale, où toutes les forces (convergeaient), directement ou indirectement, vers une progression bourgeoise  » (Mauzi 1968  : 181).

La société de cour inaugure un nouveau modèle comportemental où l’honneur et le service, qui étaient au fondement du Grand Siècle, sont remplacés par l’ostentation et le luxe  :

Les valeurs du Grand Siècle sont tournées en ridicule. La liquidation est générale. Il n’y plus de gloire. Il n’y a pas d’honnête homme. Nous nous trompons sur l’intégrité du moi. Le monde se divise en fripons spirituels et vertueux imbéciles. Persuadé de la fausseté des vertus humaines, le Régent tire la leçon  : il faut vivre dans le tumulte et l’excès. Hors de soi. Dans le grand air de débauche (Wald Lasowski 2000  : XIV).

10La recherche du plaisir, considérée comme un principe des libertins, est alors acceptée non seulement par la haute société, mais aussi justifiée comme l’une des étapes nécessaires à l’éducation du parfait courtisan à la mode  : «  Le libertinage, à partir de la Régence, ne sera plus une extravagance  : en perdant ses titres d’école de pensée, il gagne des titres mondains. L’extravagance devient bienséance, le libertinage une phase presque inéluctable de l’éducation du “Cortiggiano” à la mode  » (Nagy 1975  : 24). Le souci de soi-même se manifeste dans l’art cosmétique, le port de riches coiffures, l’élégance des vêtements  : tout est rapporté à la recherche hédonistique du bien-être et de la séduction.

Sous Louis XV

  • 1 Les mœurs libertines connaîtront certes une évolution au cours du règne  : si le jeune Louis XV sui (...)

11À la mort du Régent, les rênes de la France sont confiées au cardinal de Fleury, qui domine la vie politique pendant une quinzaine d’années (1726-1740). Il rétablit une certaine stabilité sociale et économique du pays et s’emploie à une intense activité de réseaux diplomatiques (Casini 1973  : 173). Malgré ses initiatives, la cour de France reste célèbre à l’étranger pour ses pratiques de débauche. Cette attitude libertine est encouragée par le roi Louis XV lui-même. Après sa consécration (1723) et son mariage de raison avec la princesse polonaise Marie Leszczynska (1725), Louis XV mène une vie particulièrement dissolue dès les premières années de son règne  : entre 1737 et 1744 le monarque obtient les faveurs des sœurs Nesle, qui se succèdent toutes dans le rôle de maîtresse en titre, excepté l’une qui échappe à ses avances à cause de l’intervention de son mari. Le roi couche avec l’une d’elles parce qu’il aime ses grâces délicates, et avec l’autre pour ses formes rondes (Wald Lasowski
2011a  : 142-146). Fort du modèle offert par son illustre prédécesseur, Louis XV arrive à créer un sérail royal. Par la suite, il alterne la fréquentation de ses amantes officielles (notamment Madame de Pompadour et, après sa mort, la comtesse du Barry) avec les rendez-vous galants plus occasionnels. La marquise de Pompadour devient la favorite chargée de l’organisation des plaisirs du monarque et gère la maison du Parc-aux-cerfs où le souverain rencontre des jeunes filles provenant de la bourgeoisie et du peuple choisies pour ce qu’elles représentent la beauté française (Wald Lasowski 2008  : 45). Ce pavillon devient un lieu de luxe et de luxure, symbole du despotisme monarchique et des dépenses folles  : Lebel, le valet de chambre du roi, y amène des filles sélectionnées par Madame de Pompadour, à qui, après qu’elles ont obtenu les faveurs royales, on accorde une dot et un mari éloigné de Paris (Wald Lasowski 2011b  : 359). D’après Casanova, observateur de l’époque, il s’agissait d’un «  véritable harem de ce monarque voluptueux, et où personne ne pouvait aller, à l’exception des dames présentées à la cour  » (Casanova 1950  : 96).

12Les mœurs libertines de Louis XV influencent la vie de ses courtisans et favorisent la littérature libertine. Attirés par les divertissements mondains, les aristocrates vivent dans une recherche constante de la volupté. À Pâques 1739, le roi refuse même la confession et la communion, à l’étonnement de la cour. L’évènement contribue à répandre l’idée que la cour est un lieu de dépravation et de débauche (Wald Lasowski 2000  : XXIV)1.

13L’œuvre de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon illustre la conception de l’amour qui a cours dans les milieux aristocratiques de cette période. Il est l’écrivain libertin qui a le mieux représenté l’opposition entre l’amour-passion et l’amour-goût. Dans Les égarements du cœur et de l’esprit (1736), le respect et l’idéalisation qu’éprouve Meilcour à l’égard de son amante, Madame de Lursay, sont une exception au traitement traditionnellement réservé aux femmes à l’époque. Jeune et naïf, Meilcour est imprégné de l’esprit des récits courtois d’amour chevaleresque. Il considère Madame de Lursay comme la Dame aimée du chevalier médiéval, lointaine, intouchable, substitut elle-même de la Vierge. À ces références s’ajoutent celles de l’amour précieux et du roman pastoral du siècle précédent, celle aussi d’un platonisme de circonstance dont Madame de Lursay s’est fait un système de défense. En résumé, seule compte l’union des âmes, les corps n’étant que la part méprisable de la créature (Reichler 1987  : 51).

  • 2 L’importance du personnage d’Hortense est soulignée par C. Cusset (1998  : 48). Elle se distingue d (...)

14Cette idéalisation de la femme pourtant vacille quand Meilcour se rend compte de la vanité des femmes qu’il fréquente, Mesdames de Lursay, de Senanges et de Mongennes. Il finit alors par jeter son dévolu sur la jeune et inaccessible Hortense, qui incarne une attitude noble et un esprit sage2 Meilcour apprend l’art de la dissimulation, qu’incarne son maître Versac, le théoricien libertin. D’après Versac, l’amour est réduit à la simple réalisation du désir sexuel, il n’est rien d’autre qu’un jeu dans lequel le libertin est engagé, à la poursuite d’un but, la possession physique de la femme désirée, et pour l’atteinte duquel il doit jouer des rôles et surmonter des obstacles. C’est Versac qui décrit au jeune Meilcour cette recherche excluant tout sentiment amoureux  :

Être passionné sans sentiment, pleurer sans être attendri, tourmenter sans être jaloux  : voilà tous les rôles que vous devez jouer, voilà ce que vous devez être. Sans compter encore que vous ne pouvez avoir trop d’usage du monde pour voir une femme telle qu’elle est, malgré le soin extrême qu’elle apporte à se déguiser, et ne croire pas plus à la fausse vertu que souvent elle oppose, qu’à l’envie qu’elle témoigne de vous garder, lorsqu’elle s’est rendue (Crébillon 1993  : 136).

15Crébillon développe par la suite son concept d’amour-goût, qui atteint son apogée au début de La Nuit et le moment (1745), où le libertin maintient sa lucidité en faisant face à l’amour, une faiblesse passagère, nécessaire et éphémère à mépriser  :

On se plaît, on se prend. S’ennuie-t-on l’un avec l’autre  ? On se quitte avec tout aussi peu de cérémonie que l’on s’est pris. Revient-on à se plaire  ? On se reprend avec autant de vivacité que si c’était la première fois qu’on s’engageât ensemble. On se quitte encore, et jamais on ne se brouille. Il est vrai que l’amour n’est entré pour rien dans tout cela  ; mais l’amour, qu’était-il, qu’un désir que l’on se plaisait à exagérer, un mouvement des sens, dont il avait plu à la vanité des hommes de faire une vertu  ? On sait aujourd’hui que le goût seul existe  ; et si l’on se dit encore qu’on s’aime, c’est bien moins parce qu’on le croit, que parce que c’est une façon plus polie de se demander réciproquement ce dont on sent qu’on a besoin (Crébillon 2000  : 261).

16À la différence de la notion d’amour précieux du siècle précédent, les écrivains libertins révèlent comment l’amour n’implique qu’un divertissement momentané qui ne préfigure pas de possibilité d’aimer, ainsi que l’observe l’historien contemporain du temps, Charles Pinot Duclos  : «  Le hasard forme ces sortes de liaisons ; les amants se prennent parce qu’ils se plaisent et se conviennent, et ils se quittent parce qu’ils cessent de se plaire, et qu’il faut que tout finisse  » (Pinot Duclos 1993  : 201).

Une évolution dans la représentation des femmes  ?

17Les mœurs de la cour encouragent un développement des liaisons adultères, dans un contexte social où elles sont vécues de manières très différentes, d’une part, selon le milieu social (aristocratique ou bourgeois, en particulier), et d’autre part, selon que l’on est un homme ou une femme. Ces distorsions ont pu concourir à des évolutions contrastées des mentalités.

18L’inégalité entre hommes et femmes renforce a priori la dichotomie entre amour et désir, et entre devoir et inclination. La situation des femmes dans les milieux aristocratiques où se développent les pratiques libertines les conduisent à s’éloigner progressivement de leurs maris, soit qu’elles éprouvent de la rancune à leur égard, soit qu’elles-mêmes soient prises par les divertissements mondains. L’amour conjugal est un sentiment qui caractérise désormais les milieux bourgeois  : la fidélité y est une vertu, et si l’adultère se pratique, on n’en parle pas, car l’attitude de l’un des époux peut compromettre la réputation de l’autre. Dans les milieux aristocratiques, le sentiment qui lie les époux est l’indifférence, considérée comme une forme de courtoisie. Le contrôle social ne s’exerce que sur les rapports publics du couple, car les conjoints sont les représentants de leurs familles  : tous deux ont la liberté de s’aimer ou de se détester, de se fréquenter ou d’avoir d’autres liaisons, à condition qu’ils se présentent ensemble en certaines occasions qui requièrent leur présence conjointe. Chacun possède son réseau de relations, et seules quelques circonstances conventionnelles rendent obligatoire leur présence conjointe dans le but de préserver prestige et honneur. «  La pression exercée par la société sur l’individu est telle que sa conscience personnelle tend à être supplantée par l’attention extrême qu’il est forcé de porter à l’opinion publique  » (Fort 1978  : 21).

19Un tel contexte social induit un clivage considérable entre le mariage et le plaisir sexuel, et en conséquence, une certaine prise de conscience de la part des femmes trompées comme des jeunes filles rebelles, qui envisagent de revendiquer leurs droits sexuels, face aux hommes dont les trahisons sont tolérées, et même approuvées, par leur milieu. Cette évolution sera bien représentée par le personnage de Madame de Merteuil, dans les Liaisons dangereuses (Choderlos de Laclos [1782]). Cependant, les femmes sont obligées, généralement, de subir passivement les humiliations des maris, et si elles leur rendent la pareille, elles doivent garder sous silence leurs éventuelles liaisons adultères, de peur d’être condamnées moralement et socialement  :

En ce qui concerne le phénomène de l’adultère dans le reste de l’Europe occidentale, le double standard qui donnait aux hommes une liberté sexuelle plus grande tout en exigeant des femmes la chasteté continuait à gouverner les relations extraconjugales à tous les niveaux de la société, sauf dans les plus hauts rangs de l’aristocratie et des cours princières. En général, l’adultère commis par le mari était considéré comme plus ou moins “normal” dans l’Europe de l’Ancien Régime, même si l’Église le dénonçait comme moralement répréhensible. Une femme raisonnable devait tout simplement fermer les yeux […]. L’adultère féminin semble avoir été beaucoup plus rare, en partie parce que la réputation sexuelle des femmes était plus fragile que celle des hommes (elles avaient beaucoup plus à perdre) et en partie parce que les obligations du foyer, les soins des enfants et les amitiés féminines remplissaient la vie des femmes de satisfactions émotionnelles socialement acceptables qui devaient pallier, dans une certaine mesure, le besoin d’autres types de relations hors du cercle immédiat de la famille et des amis (Matthews-Grieco 2005  : 195).

20Le contexte social favorise ainsi un clivage des sentiments entre devoir conjugal et plaisir sexuel, qui ne peut que favoriser la naissance de liaisons adultères, puisque celles-ci ne sont pas considérées comme menaçant l’ordre conjugal  : elles ignorent tout engagement sentimental, ne sont destinées qu’à la recherche du plaisir. Les écrivains libertins sont alors accusés d’influencer d’une manière négative les jeunes nobles et les esprits faibles  : «  Une des principales causes de la débauche que l’on remarque aujourd’hui dans notre jeunesse, est la lecture de certains livres obscènes que quelques misérables auteurs répandent, de temps en temps, dans le public. Le nombre de ces infâmes ouvrages s’est extrêmement multiplié depuis quelques années  » (La Bigarure, gazette galante 1750, citée par Wald Lasowski 2000 : XXV). Il y a nette séparation, d’une part, entre la sexualité conjugale, dont la modération est considérée comme l’une des conditions nécessaires à la procréation d’une descendance saine, et la sexualité hors du mariage, de l’autre, dont les excès sont au contraire jugés peu féconds mais sans conséquences (Matthews-Grieco 2005  : 185).

Le lit de la Révolution

21Ce clivage entre amour conjugal et sexualité, qui est un construit aristocratique, va alimenter un autre clivage, social et culturel celui-là, entre l’aristocratie et la bourgeoisie, cette dernière ne partageant pas du tout la même vision.

22Les mœurs de la cour ne changent pas après l’avènement de Louis XVI. En dépit de la conduite vertueuse du souverain, qui souhaite plus de simplicité et de contenance, les intrigues galantes se poursuivent à Versailles, entre les courtisans des deux sexes, et jusque dans l’entourage royal. Le nouvel élan que connaît même le libertinage parisien dans les dernières années de l’Ancien Régime peut être imputé en partie à la personnalité faible de Louis XVI. Celui-ci est incapable d’imposer la pudicité, ni à ses sujets (nobles et ministres), ni à sa famille (ses frères et ses cousins). Les cas les plus frappants sont le comte d’Artois (le futur Charles X), le prince de Condé, le prince de Conti et le duc de Chartres (devenu par la suite, en 1785, duc d’Orléans) (Blanc 2004  : 47).

23De la même manière que Crébillon et Pinot Duclos, Denon intègre cette notion d’un amour passionnel naïf dont les déceptions font le lit d’une pratique libertine privée de toute implication amoureuse. Au début de Point de lendemain (1777), le point de vue du personnage est encore innocent  : «  J’aimais éperdument la comtesse de *** ; j’avais vingt ans, et j’étais ingénu ; elle me trompa, je me fâchai, elle me quitta. J’étais ingénu, je la regrettai ; j’avais vingt ans, elle me pardonna : et comme j’avais vingt ans, que j’étais ingénu, toujours trompé, mais plus quitté, je me croyais l’amant le mieux aimé, partant le plus heureux des hommes  » (Denon 1993  : 1299). L’introduction rétrospective rédigée par le héros est significative, car elle rend compte, non seulement de l’origine de l’amour-goût, mais aussi de l’importance du plaisir féminin, car le jeune homme comprend que sa maîtresse a profité de son innocence pour se moquer à la fois de son mari et de l’amante officielle de son jeune amant.

24À ce propos, M. Brix (2004  : 179) estime que la nouvelle de Denon expose le prototype de la liaison libertine, sublimant l’instantanéité de la jouissance amoureuse et l’exclusion, d’une part, des souvenirs du passé (les aventures précédentes), et d’autre part, de toute perspective de futur (aucun projet). Quoique la poursuite du plaisir soit considérée comme un privilège masculin, quelques femmes jouissent des bénéfices d’une passion éphémère  : la comtesse de *** a séduit un jeune noble et, après avoir vécu un moment de passion, l’a restitué à son amante officielle. La jouissance sexuelle passe par l’exaltation sous toutes ses formes. En effet, l’acte amoureux est souvent précédé d’un moment de séduction qui a lieu dans un cabinet. Dans le cas de Point de lendemain, la beauté de la nature ne sert qu’à anticiper le décor de la séduction mise en place par la dame  :

Le château, ainsi que les jardins appuyés contre une montagne, descendaient en terrasse jusque sur les rives de la Seine  ; et ses sinuosités multipliées formaient de petites îles agrestes et pittoresques, qui variaient les tableaux et augmentaient le charme de ce beau lieu (Denon 1993  : 302).

25À la veille du déclenchement de la Révolution, apparaît le personnage fictionnel libertin le plus significatif de la littérature libertine du Siècle des lumières, et qui reste le plus connu de nos jours. Dans Les liaisons dangereuses (1782), Choderlos de Laclos sublime en Valmont le prototype du libertin, séducteur cynique qui se moque de l’amour-passion et en joue. Valmont, du reste, rappelle le modèle masculin proposé par Versac décrivant le libertin cynique  : «  Vainqueur né des femmes, honoré de tant de triomphe, et dans son genre le premier des conquérants, il ne pouvait pas croire qu’il pût manquer un cœur. Mais, quand ce cœur qu’il voulait attaquer n’eût pas alors été rempli de la passion la plus vive, il était vertueux  » (Crébillon 1993  : 85).

26Afin de respecter les conventions imposées par la société libertine, Valmont entreprend la conquête de la Présidente de Tourvel, entreprise héroïque hors du commun, car cette femme symbolise une triple forteresse de vertus  : le respect de soi-même, l’amour pour son mari et la crainte de Dieu. Il procède de façon graduelle en se présentant comme un ami sincère et dévot pour devenir son amant. Les stratégies les plus élaborées permettent à Valmont de vaincre les résistances de la Présidente  : «  Je me suis donné, par de savantes manœuvres, le choix du terrain et celui des dispositions ; j’ai su inspirer la sécurité à l’ennemi, pour le joindre plus facilement dans sa retraite ; j’ai su y faire succéder la terreur, avant d’en venir au combat ; je n’ai rien mis au hasard, que par la considération d’un grand avantage en cas de succès, et la certitude des ressources en cas de défaite ; enfin, je n’ai engagé l’action qu’avec une retraite assurée, par où je puisse couvrir et conserver tout ce que j’avais conquis précédemment  » (Choderlos de Laclos 2008  : 364-365). Par la suite, cependant, Valmont se fera prendre au piège de son propre jeu, mourant en duel après avoir succombé à l’amour de Madame de Tourvel dont il aura pourtant causé la perte.

27Le personnage de la Marquise de Merteuil illustre de manière intéressante l’évolution des rapports des femmes à leur propre statut. Elle est libertine, elle aussi, et doit rivaliser avec Valmont dans ce jeu des aventures d’alcôve. Mais elle est une femme, une aristocrate et une veuve, ce qui l’oblige à la duplicité et à la tromperie. Elle doit, pour se mesurer à Valmont, réussir à s’extraire du rôle qui lui est socialement dévolu. Elle a déclaré la guerre aux hommes et, se voulant «  née pour venger [son] sexe  », elle utilise toute son intelligence pour conserver, à la fois, son indépendance, ses amants et sa réputation.

28Le siècle libertin s’achève avec la Révolution. Les auteurs libertins, débauchés mais aussi philosophes matérialistes et épicuriens, pourfendeurs de tous les dogmes, auront été aux avant-postes des idées nouvelles. Ils auraient pu voir dans la destruction de l’Ancien Régime l’aboutissement de leur pensée critique, déconstructiviste avant l’heure. Mais ils étaient également, aux yeux de la classe bourgeoise montante, le parangon de cette noblesse décadente, les représentants les plus visibles d’une caste en décomposition, et ils seront les premiers à monter sur l’échafaud (Craveri 2016).

Haut de page

Bibliographie

Alexandrian S. (1989), Histoire de la littérature érotique, Paris, Seghers.

Blanc O. (2004), Visibilité du libertinage féminin sous Louis XVI, in Richardot A. (dir.), Femmes et libertinage au xviiie siècle ou les caprices de Cythère, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 45-54.

Brix M. (2004), Stratégies amoureuses masculines du libertinage des lumières au pétrarquisme romantique, in K. Astbury, M.-E. Plagnol-Diéval (dir.), Le mâle en France 1715-1830. Représentations de la masculinité, Oxford, Lang, p. 177-191.

Casanova G. (1950), Le Paris libertin sous Louis XV, Paris, Bibliothèque historique mondiale.

Casini P. (1973), Introduzione all’Illuminismo. Da Newton a Rousseau, Bari, Laterza.

Choderlos de Laclos P.-A.-F. ([1782] 2008), Les liaisons dangereuses, Paris, Gallimard.

Clerval A. (1980), «  Au siècle des libertins  », Quinzaine littéraire, 31, p. 14-15.

Craveri B. (2016), Les derniers libertins, Paris, Flammarion.

Crébillon C. ([1736] 1993), Les égarements du cœur et de l’esprit, in R. Trousson (dir.), Romans libertins du xviiie siècle, Paris, Laffont.

Crébillon C. ([1745] 2000), La nuit et le moment, in P. Wald Lasowski (dir.), Romanciers libertins au xviiie siècle, t. I, Paris, Bibliothèque de la Pléiade.

Cusset C. (1998), Les romanciers du plaisir, Paris, Champion.

Delon M. (1998), «  Les mille et une ressources du désir de la Régence aux Lumières  », Le Magazine Littéraire, 371, p. 30-32.

Dorat C.-J. [(1772] 2005), Les malheurs de l’inconstance, in P. Wald Lasowski (dir.), Romanciers libertins au xviiie siècle, t. II, Paris, Bibliothèque de la Pléiade.

Fort B. (1978), Le langage de l’ambiguïté dans l’œuvre de Crébillon fils, Paris, Klincksieck.

Hölzle D. (2012), Le roman libertin au xviiie siècle  : une esthétique de la séduction, Oxford, Voltaire Foundation.

Kanavagh T. (1998), «  The libertine moment  », Yale French Studies, 94, p. 80-81.

Lever E. (2002), Madame de Pompadour, trad. it. d’A. Benabbi, Milano, Mondadori.

Matthews-Grieco S. F. (2005), Corps et sexualité dans l’Europe de l’Ancien Régime, in
Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G. (dir.), Histoire du corps, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, p. 221-227.

Mauzi R. (1968), Civilisation, peuples et mondes, Paris, Lidis.

Michel L. (1993), La mort du libertin. Agonie d’une identité romanesque, Paris, Larousse.

Nagy P. (1975), Libertinage et révolution, Paris, Gallimard.

Pinot Duclos C. [1742] (1993), Les confessions du comte de ***, in R. Trousson (dir.), Romans libertins du xviiie siècle, Paris, Laffont.

Reichler C. (1987), L’âge libertin, Paris, Minuit.

Roger P. (1987), «  L’imaginaire libertin et le corps “spectaculeux”  », Revue de l’Université de Bruxelles, 3-4, p. 53-60.

Stewart P. (1973), Le Masque et la Parole  : le langage de l’amour au xviiie siècle, Paris.

Wald Lasowski P. (2000), «  Préface  », Romanciers libertins du xviiie siècle, in P. Wald Lasowski (dir.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. I, p. IX-LX.

Wald Lasowski P. (2008), Le grand dérèglement, Paris, Gallimard.

Wald Lasowski P. (2011a), L’amour au temps des libertins, Paris, First.

Wald Lasowski P. (2011b), Dictionnaire libertin, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Les mœurs libertines connaîtront certes une évolution au cours du règne  : si le jeune Louis XV suit l’exemple libertin de son tuteur entre 1730-1750, le monarque vieillissant mettra un frein aux comportements excessifs.

2 L’importance du personnage d’Hortense est soulignée par C. Cusset (1998  : 48). Elle se distingue dans l’univers des autres romans libertins de Crébillon, qui décrivent un monde homogène peuplé de duchesses et de marquises dont le seul souci est de séduire. Dans Les égarements du cœur et de l’esprit, rempli de conversations et mondanités, le silence, la mélancolie et la résistance d’Hortense à Versac suggèrent la possibilité d’un autre système de valeurs, différent de celui que Versac propose à Meilcour. La figure d’Hortense permet à Crébillon de tourner en dérision les valeurs de cette société  : c’est le silence d’Hortense qui exprime sa constance, par opposition aux mots superficiels et vains des autres personnages du roman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luisa Messina, « L’amour au Siècle des lumières », Revue des sciences sociales, 58 | 2017, 40-45.

Référence électronique

Luisa Messina, « L’amour au Siècle des lumières », Revue des sciences sociales [En ligne], 58 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/300 ; DOI : 10.4000/revss.300

Haut de page

Auteur

Luisa Messina

Docteur ès Lettres
Université de Palerme
Département de Littérature française
luisamess84@libero.it

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals