Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Mon genre, mes identités, mes amours

Les représentations du monde des adolescents LGBTI
My Gender, my Identities, my Loves. Representations of the World of Teenagers LGBTI
Thierry Goguel d’Allondans
p. 102-109

Résumés

Une enquête réalisée auprès de jeunes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, intersexués) a permis de recueillir 18 histoires de vie. On constate que, pour advenir à une identité assumée, ces adolescents et jeunes adultes passent par trois mondes différents, faits de leurs rapports, à la fois, à la réalité et aux imaginaires individuels ou collectifs. Le premier monde est constitué par leurs environnements immédiats, ceux qui ne sont pas choisis mais subis : famille, classe sociale, territoire, éducation, culture, religion. Le second monde est un monde de changements, révélé par les remaniements pubertaires : les interactions avec les pairs, le corps, les affects et la sexualité, le vécu de la différence. Le troisième monde est un monde d’engagement et d’affirmation de soi : les stratégies d’existence, les rites de passage, la découverte des mondes et cultures LGBTI, les projets.

Haut de page

Texte intégral

Paradoxes et hypothèse

1La socio-anthropologie de l’adolescence a permis de faire ressortir l’importance sociétale de ce groupe d’âge, caractérisé par les transformations du corps et des représentations de soi et de l’autre. Les adolescents refont le monde dans lequel ils vivent aujourd’hui, et sont le monde de demain (Le Breton & Marcelli 2010, Goguel d’Allondans & Lachance 2014, Jeffrey, Lachance & Le Breton 2016). À ce titre, les adolescents LGBTI – lesbiennes, gays, bisexuel(le)s, transgenres et intersexes – disent également quelque chose du monde qui les produit et dans lequel ils vivent. Qu’en pensent-ils  ? Que pensent-ils de ce que le monde pense d’eux  ?

  • 2 Aussi orthographié «  Daesh  » ou «  Da’ech  »  : acronyme en arabe de l’EIIL (l’État Islamique en (...)

2Le monde contemporain est marqué par les contrastes et les paradoxes. Ainsi, fin 2016, nous perdions une idole de la scène rock, David Bowie, «  l’homme aux mille visages  », explorateur avant l’heure du genre et de la culture Queer. Dans le même temps, nous assistions à la propagation de la haine distillée par Daech2, dont le leader, Abou Bakr al-Baghdadi, a trois ennemis déclarés  : les femmes «  libres  » (c’est-à-dire non soumises à une loi archaïque et patriarcale), les homosexuels (défenestrés ou lapidés, souvent par des enfants requis pour cela) et les personnes handicapées (une récente fatwa de ce prétendu calife permet la mise à mort des enfants en situation de handicap).

  • 3 [Parfois francisé  : genres fluides] De plus en plus de personnes LGBTI, notamment les plus jeunes, (...)

3Le 3 juin 2016, le président américain Barack Obama prononçait un discours en ouverture de la 8e «  Réception LGBT de la Maison Blanche  » et du «  mois de la fierté homosexuelle  » en ces termes  : «  Désormais, nous vivons dans une Amérique où tous nos mariages sont égaux devant la loi. La discrimination, c’est du passé. Mais l’Histoire n’avance pas tout droit, elle peut reculer si nous ne travaillons pas dur  ». Le soir même la police de Los Angeles arrêtait un homme armé d’un fusil d’assaut et de matériel explosif qui se rendait à la Gay Pride d’Hollywood. Dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin 2016, avait lieu la tuerie homophobe d’Orlando revendiquée depuis par Daech.

4Tous les salafistes ne sont pas des fous sanguinaires. Mais les «  belliqueux  » traitent les «  quiétistes  » de «  talafis  », ce que l’on peut traduire par «  efféminés  ». Il y a un lien indissociable entre la haine du féminin – ce que Michel Dorais (2000) appelle l’efféminophobie –, la haine de l’homosexuel qui ne se conforme pas aux rites prévalents de virilité (Le Breton 2015), la haine du handicapé, lui aussi hors norme (Gomez 2008).

5Sur la situation des personnes LGBTI dans le monde, Romain, un jeune gay (24 ans), nous dit  :

Quand je vois en Afrique, deux hommes qui se fréquentent – on dit même pas ouvertement qu’ils sont homosexuels – qui sont condamnés pour crime contre la Nature. C’est indescriptible, c’est (soupir)… Peine de mort, y’a aussi lapidation, plein de choses… c’est juste (soupir) Y’a des fois où je me complais à m’dire  : il faudrait qu’on ait un pays gay, non mais vraiment faudrait qu’on ait un gros pays gay sur la carte… Mais c’est dur, ça me fait mal au cœur, d’un côté j’aimerais faire quelque chose pour ces homos-là  ; parce que le souci c’est que si c’est pas des homos, je ne m’y intéresse pas du tout  : j’ai autre chose à faire que de penser à ça. Mais si c’est des homos, je m’y intéresse. Mais de là où je suis, je peux rien faire pour les aider directement quoi. Il faut passer par des machins qui passent par des machins qui passent par des machins, et encore s’ils arrivent à les atteindre. Oui, c’est dur  ! Je me dis, j’ai cette notion de «  frères de cœur  », de la communauté, c’est important.

Une enquête auprès de jeunes LGBTI

6L’acronyme LGBTI, souvent repris par les associations militantes, signifie  : lesbiennes, gays, bisexuel(le)s, transgenres et intersexes. Ce dernier terme est sans doute le moins connu. Les intersexes étaient autrefois appelés hermaphrodites. Les travaux les plus récents, adoptés par le Conseil de l’Europe, estiment que les personnes intersexes représenteraient 1,7  % des naissances (Fausto-Sterling 2013, Agius 2015).

  • 4 Notamment des maisons d’adolescents, les antennes nationales et régionales du Refuge (qui accueille (...)
  • 5 L’hétéronorme désigne la norme hétérosexuelle qui s’impose et impose l’hétéronormativité [moins usi (...)
  • 6 Non dites ou mi-dites («  J’ai même un ami homo  »).

7Nous avons mené pendant trois ans une enquête sur les adolescents LGBTI et leurs représentations. Nous avons commencé par rencontrer beaucoup de jeunes, LGBTI ou non, en collèges, lycées, universités, établissements sociaux et médico-sociaux4, associations diverses (militantes et/ou caritatives), maison d’arrêt… Ceci nous a permis de mesurer à la fois l’hétéronormativité5, toujours vive, et les homophobies, y compris implicites6. Après ces entretiens exploratoires, nous avons choisi de recueillir les histoires de vie de vingt jeunes particulièrement représentatifs de la sphère LGBTI. L’un d’entre eux n’a pas donné suite et un autre présentait des traits autistiques qui nous ont conduit à procéder avec lui autrement. Ce sont donc, in fine, dix-huit histoires de vie qui illustrent l’ouvrage que nous faisons paraître à l’issue de ce travail (Goguel d’Allondans 2017).

8L’un de nos critères de sélection a été que nous n’avons pas souhaité sombrer dans le pathos. Suffisamment de travaux sont consacrés aux difficultés multiples des personnes LGBTI. Dans notre échantillon, même si tous ont vécu, peu ou prou, des stigmatisations, la majorité d’entre eux vivent bien leur orientation sexuelle et leur identité de genre.

  • 7 L’humanosexualité est un néologisme que s’approprient certains jeunes LGBTI. Loin des étiquettes ju (...)
  • 8 [Moins usité  : omnisexualité] La pansexualité ou pansexualisme s’origine du suffixe grec pan «  to (...)

9En première approche, il s’agit de treize garçons et cinq filles, sauf que trois des garçons seront vraisemblablement des filles demain, et deux des filles deviendront probablement des garçons. Six garçons nous ont dit être gays, mais l’un d’entre eux nous a prévenus que, lorsqu’il sera enfin fille, il deviendra hétérosexuel. Quatre personnes, dont un garçon, se sont déclarées lesbiennes, six s’affirment bisexuelles. Et nous avons également un humanosexuel7 et une pansexuelle8. Mais la réalité prosaïque de leur sexualité, au moment de l’entretien, est souvent autre que celle annoncée  : homosexualité masculine (11), homosexualité féminine  (3), bisexualité (2), asexualité7 (2). Sur ces dix-huit jeunes, douze vivent une relation de couple (dont une des personnes asexuelles), trois ont des relations sexuelles régulières et trois sont en attente du prince ou de la princesse charmant(e) et abstinent(e) s. Encore faut-il préciser que ce n’est là que notre regard, à un instant T, avec toute notre subjectivité. Les mots semblent donc, ici, bien pauvres pour refléter la complexité des parcours de vie et des sexualités, fluides et non linéaires. Et l’on voit bien que l’acronyme (LGBTI) lui-même, pour utile qu’il soit à la définition d’un champ de recherche, est néanmoins insuffisant pour rendre compte de toutes les diversités d’existences.

  • 9 La capacité (la performance) pour le sujet de s’énoncer lui-même et, in fine, d’être ce qu’il dit ê (...)

10Au-delà des questions complexes liées à l’orientation sexuelle, les problématiques LGBTI sont traversées par la question essentielle des identités de genre. La France, tout particulièrement, a connu de nombreuses polémiques autour de cette question (Manif pour tous, ABCD de l’égalité et pseudo théorie du genre, etc.). Polémiques d’autant plus stériles qu’elles sont nourries par des méconnaissances et des malentendus. Pour notre part, nous retiendrons la définition fort claire du genre que donne Cécile Chartrain (2013)  : «  si le sexe est “ce que l’on a”, le genre est non seulement “ce que l’on nous dit d’en faire”, mais aussi “ce que l’on en fait”  ». On doit à Judith Butler de nombreux travaux qui ont donné leurs lettres de noblesse aux gender studies. Elle a, au début de ses recherches, pensé qu’en matière de genre la performativité9 était quasi sans limites. Dans ses travaux plus récents, elle précise que, certes, nous performons, mais sur une scène contrainte, car nous sommes, malgré tout, décidé par notre genre (Butler 2006, 2009).

11Sarah (18 ans), nous confie lors d’un entretien  :

– Tu m’as dit «  je suis Gender fluid9  », tu peux préciser  ?

– D’accord. Donc, je m’identifie comme étant Gender fluid. C’est-à-dire qu’il m’arrive, enfin, disons que c’est… On va… Qu’il y a un spectre des genres, qu’il m’arrive d’être femme, homme, les deux ou bien aucun des deux ou partout. Je peux être partout sur le spectre à n’importe quel moment.

– En fonction de l’humeur du moment ou du contexte  ?

– Hum, y a parfois un contexte social, mais euh… Franchement c’est de l’humeur et c’est du hasard. La plupart du temps on se réveille, on ne sait pas trop comment s’habiller parce qu’on va être n’importe quoi donc c’est…

– C’est intéressant parce que ça veut dire qu’à certains moments tu as envie d’être très féminine et tu vas te maquiller, mettre des robes, à d’autres moments tu es un peu sportive, «  garçon manqué  » comme on disait autrefois  ?

– Voilà, mais parfois euh… Par exemple, l’apparence n’a rien à voir avec ce que je suis à l’intérieur. Je peux être parfois un homme et m’habiller avec une robe.

12Notre écoute des jeunes LGBTI nous a amené à constater que, pour advenir à une identité assumée, ils passent par trois mondes différents, faits de leurs rapports, à la fois, à la réalité et aux imaginaires individuels ou collectifs. Le premier monde est constitué par leurs environnements immédiats, ceux qui ne sont pas choisis mais subis  : famille, classe sociale, territoire, éducation, culture, religion. Le second monde est un monde de changements, révélé par les remaniements pubertaires  : les interactions avec les pairs, le corps, les affects et la sexualité, le vécu de la différence. Le troisième monde est un monde d’engagement et d’affirmation de soi  : les stratégies d’existence, les rites de passage, la découverte des mondes et cultures LGBTI, les projets.

Le monde dans lequel ils naissent et grandissent

13Nous passons tous, a minima, par trois espaces de socialité  : la famille (ou ce qui en tient lieu), l’école (première confrontation au sociétal), la rue (environnements proches et lointains). «  On ne choisit pas sa famille  » chante le poète  ; on ne choisit pas plus ses corollaires  : classe sociale, éducation, culture, religion… Le sociologue et romancier Édouard Louis (2014) abhorre le milieu ouvrier dont il est issu  ; arrivé à Paris pour ses études il s’immerge dans un milieu bourgeois.

Je découvre – écrit-il – quelque chose dont je m’étais déjà douté, qui m’avait traversé l’esprit. Ici les garçons s’embrassent pour se dire bonjour, ils ne se serrent pas la main. Ils portent des sacs de cuir. Ils ont des façons délicates. Tous auraient pu être traités de pédés au collège. Les bourgeois n’ont pas les mêmes usages de leur corps. Ils ne définissent pas la virilité comme mon père, comme les hommes de l’usine (ce sera bien plus visible à l’École normale, ces corps féminins de la bourgeoisie intellectuelle).

  • 10 Michel Dorais, dans Mort ou fif, donne la parole à plusieurs jeunes gays qui ont repris espoir grâc (...)

14L’école – nous avons l’habitude de le dire à nos étudiants de l’École supérieure du professorat et de l’éducation – peut être, pour un enfant, la pire ou la meilleure des choses. Un progrès a été réalisé en direction d’une école plus inclusive avec, en 2005, une loi phare pour les élèves en situation de handicap désignés comme «  des élèves à besoin particulier  ». Il serait intéressant, à ce titre, de considérer les jeunes LGBTI, eux aussi, comme «  des élèves à besoin particulier  ». On n’ose imaginer que la France réalise un jour ce qui se fait au Québec  : des professeurs LGBTI volontaires et identifiés comme référents pour les enfants et les adolescents concernés10.

15La rue n’est pas neutre et, notamment, les environnements immédiats peuvent être nocifs ou dangereux. Franck Chaumont (2004), par exemple, pointe la difficulté particulière des jeunes LGBTI dans des banlieues populaires où la prégnance de rites de virilité nourrit toutes les homophobies.

16Une recherche doit décentrer le chercheur, sinon il ne fait que confirmer ses convictions c’est-à-dire ses préjugés. Avant ce travail, nous étions assez persuadé qu’il était abusif de parler d’adolescents LGBTI, que l’adolescence était l’espace-temps de bien des indécisions, bref que l’affirmation de soi était adulte. Même si bien des adolescents ont des tentations voire des aventures homosexuelles sans lendemain, présupposer que le désir attend la majorité est totalement stupide. Nous avons découvert, tant pour l’orientation sexuelle que pour l’identité de genre, que, comme dans bien d’autres matières, certains individus sont plus précoces que d’autres. Les espaces plus tolérants (une partie de l’Amérique du Nord versus une bonne partie de l’Europe) permettent, plus tôt, l’émergence des désirs les plus intimes. Julia, étudiante en sociologie, 19 ans, née «  garçon  », est en train de devenir femme, elle nous confie qu’au plus profond d’elle-même elle s’est toujours sentie «  fille  »  :

  • 11 Affection Longue Durée, reconnaissance quasi obligatoire pour entamer un processus, pris partiellem (...)

Je l’ai toujours su en fait… Bon justement, pour mon dossier d’ALD11, on a dû demander à des enseignants. Et donc ils m’ont dit que même à la primaire, je voulais toujours jouer au papa et à la maman mais être la maman, et donc je pleurais puisque je ne pouvais pas.

17Comment écoute-t-on la parole d’un sujet jeune sur ces épineuses questions  ? Notre enquête montre que, trop souvent, en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre, le désir d’un enfant passe pour une gaminerie, celui d’un adolescent pour une passade, et s’il persiste à l’âge adulte il devient une pathologie.

Le monde des transformations à l’adolescence

18La sexualité est révélation de soi. Dès lors, il n’est guère étonnant, pour nos adolescents LGBTI, que les choses s’exacerbent durant les années collège c’est-à-dire au moment où surviennent les remaniements corporels liés à la puberté. Plusieurs jeunes ont évoqué la fin de l’androgynie enfantine avec beaucoup de nostalgie. Les traits comme les caractères s’affinent et s’affirment. Les regards des autres deviennent tantôt bienveillants, tantôt, et plus souvent, hostiles. La conformité au genre est imparable. Une différence trop apparente fait stigmate.

  • 12 Nous entendons par là que leurs environnements immédiats sont bienveillants, qu’ils n’ont pas de di (...)

19Nous évoquions le fait que les dix-huit jeunes rencontrés – à part un qui rencontre encore quelques difficultés – «  vont bien  »12. Toutefois, tous ont connu, avec plus ou moins de violence, insultes et opprobres. Elles surviennent dès l’arrivée au collège. Pour exemple, Ludivine, étudiante en sciences sociales, 21 ans  :

– On t’a insultée ado  ?

– À 12 oui, parce qu’en fait, euh quand j’avais 9 ans, il y avait une fille que je trouvais très mignonne, enfin voilà je l’aimais bien, j’avais dit que je l’aimais bien que je la trouvais mignonne tout ça, tout ça. Donc à l’époque, à 9 ans les enfants ils paraissent innocents encore, ils ont pas encore appris ce genre de choses. Ils criaient dans la cour de récré comme des enfants, ils disent «  ah Mathieu + Héloïse  » et ben il me faisait «  Julie + Ludivine  » pis à 12 ans quand je suis arrivée, du coup je suis arrivée au collège à 11 ans. Et à 12 ans ben, forcément au collège, il y a des personnes plus âgées, des gens qui sont en 3ème, 4ème, à qui on a déjà appris d’autres mots, on leurs a appris d’autres mots. Du coup, j’ai dû faire face déjà, à cette époque-là à des difficultés venant d’eux. Parce qu’avant «  Julie + Ludivine  » ça ne me dérangeait pas, enfin, je veux dire que ce n’était pas négatif puisqu’ils faisaient la même chose avec Mathieu et Héloïse, ou Philippe et je ne sais qui  ! Et du coup c’est à cette période-là où on a commencé à m’insulter, de me mettre un peu à l’écart. Pareil, j’allais dans les vestiaires, j’avais pas le droit de rentrer dans les vestiaires des filles, ou il fallait que je me change dans les douches et pas en même temps avec elles.

– Et ça c’était au collège  ?

– Oui, ça c’était au collège. Et c’est là, du coup que j’ai commencé à comprendre que je n’étais pas hétérosexuelle, je n’étais pas hétérosexuelle déjà comme mot.

– Et que tu étais déjà un peu rejetée par ceux qui se disaient hétéro quoi  !

– On m’a d’abord appelée «  gouine  ». Et puis, à l’époque là, j’ai commencé à avoir internet, donc j’ai pu commencer à me renseigner, et c’est à ce moment-là, du coup, que j’ai pu mettre un mot sur ce que je pouvais ressentir en fait.

20Tous les adolescents cherchent des réponses à leurs questions existentielles. En l’absence d’adultes de confiance, ces ados-là utilisent beaucoup internet mais aussi, plus classiquement, le dictionnaire, comme James, étudiant en travail social (22 ans), qui nous explique  :

– J’avais fait des recherches.

– Tu as fait des recherches quand  ?

– Je m’étais renseigné… À l’époque, je tapais au CDI «  homme qui aime les hommes  » pour voir ce que ça disait comme définition  ».

– Et tu avais quel âge  ?

– J’avais… Je devais avoir 13 ans.

– 13 ans. Tu te posais déjà la question  ?

– Ouais. Ben j’voulais mettre un nom sur ce que je pensais être.

– Et ensuite  ?

– Ben j’me suis dis «  ouais ça doit être ça  ».

21Les premières rencontres sexuelles vont être déterminantes. Pour Romain, étudiant en arts du spectacle (24 ans), une sexualité juvénile assez débridée lui permet de se révéler. Il nous confie sa «  toute première fois  ».

– Il était plus âgé que moi. Ouais, c’est très controversé vu que j’étais assez jeune, 12 ans, j’avais 12 ans. Et il avait une vingtaine…

– C’est lui qui t’a fait des avances  ?

– Non, même pas. On s’est croisé dans une rue, on s’est regardé pendant cinq minutes, puis il m’a dit  : «  ça te dirait d’aller boire un verre  ?  » Et j’étais jeune et, pour moi, la signification d’aller boire un verre, j’étais là mais, «  non, je veux pas boire un verre  » Et je lui ais cash dit – excusez-moi là je vais entrer dans les détails  : «  ça te dirait d’aller t’éclater dans un coin  ?  » Je savais même pas ce que je faisais ou ce que ça voulait dire ou comment on le faisait. Et donc je lui ai direct dit  : «  ça te dirait d’aller t’éclater dans un coin  ?  ». Il m’a regardé et il m’a fait  : «  OK  !  ». On est allé dans un coin, on a fait notre petite affaire. J’ai découvert sur le tas, et puis voilà  !

– C’était ta première fois  ?

– C’était ma première fois  ! Rien d’autres avant  ! Direct, oui j’ai pas tourné autour du pot…

– As-tu revu ce garçon  ?

– Non. Alors, je n’ai jamais revu ce garçon, mais je l’ai croisé. Revu dans le sens où on a jamais recouché ensemble mais je l’ai recroisé, à M., un après-midi, je l’ai regardé, puis je lui ai juste fait un sourire. Il m’a regardé, il m’a fait un sourire et puis il est parti… [en chuchotant] tout simplement…

22Le vécu de la différence amène nos ados LGBTI à opérer bien des stratégies de dissimulation. Erving Goffman (1975) les appelle finement le syndrome de Cendrillon. Comme Cendrillon aux douze coups de minuit, il faut éviter «  d’apparaître tel qu’on est en réalité  ». Les stratégies sont nombreuses. La plus courante reste de ne se confier qu’à des amis sûrs, comme David, étudiant en pharmacie, 19 ans, qui nous dit  :

Je pense que, surtout à un moment où je pouvais pas trop me fier à ma famille, j’ai dû me fier plutôt à mes amis et à partir de là je trouve que c’est un soutien quand on n’a pas. Je pense que c’est nécessaire pour parler de certaines choses, pas garder tout pour soi, et savoir qu’on peut compter sur certaines personnes c’est important.

23Mais on peut aussi opérer des déplacements et ainsi multiplier les plaisanteries homophobes pour ne pas passer pour un «  pédé  ». Édouard Louis (2014), pour survivre dans son milieu, en fait l’amère expérience, en s’attaquant, dans son lycée, à un jeune plus efféminé que lui.

Un jour qu’il faisait du bruit dans le couloir où une foule assez importante d’élèves était amassée, j’ai crié «  Ferme ta gueule pédale  ». Tous les élèves ont ri. Tout le monde l’a regardé et m’a regardé. J’avais réussi, l’instant de cette injure dans le couloir, à déplacer la honte sur lui.

  • 13 Personne transgenre (MtoF  : male to female, FtoM  : female to male).

24Les ados LGBTI, peut-être plus que les autres, font aussi face aux tyrannies du corps. Les codes culturels de la beauté, dans le monde LGBTI, semblent bien contraignants. Krystal, sans emploi, bénévole dans une association, 25 ans, MtoF13, souhaite un «  autre  » corps.

– Aimes-tu ton corps  ?

– (Soupirs) Alors là… C’est la question qu’il ne fallait pas me poser… Alors… j’ai voulu changer de sexe, je suis sous hormones. Alors  ? Est-ce que j’aime mon corps ou pas  ? J’aimerais me refaire en fait tout le visage, donc dépigmentation des yeux pour avoir une autre couleur, opération du front, opération des pommettes, opération des lèvres, opération des dents, opération du nez, opération des… comment ça s’appelle… des arcades, opération… Non j’aime pas trop mon corps  ! (rires).

– Pourtant il n’est pas disgracieux  !

– Oh si  ! Tu rigoles  ! J’ai plein de graisse, j’arrive pas à perdre des kilos, j’ai plein de vergetures, donc non j’aime pas mon corps. Si j’avais des sous, je le ferais refaire entièrement.

25Le primat de l’hétéronormativité complique le parcours de vie des jeunes LGBTI. Comment conforter un désir qui n’amène qu’insultes et rejets  ? Où sont ces «  autres  » qui nous acceptent, ou mieux, nous ressemblent et vivent des désirs proches du nôtre  ? C’est la quête, très adolescente, des modèles à vivre. Ludivine (21 ans), à l’adolescence, en cherche.

J’ai eu – nous explique-t-elle – des personnes qui m’ont rejetée mais d’autres qui l’ont très bien pris, bien accepté. J’ai une amie qui m’a dit «  J’ai une cousine qui se dit lesbienne aussi et une autre qui est bisexuelle, si tu veux, on peut les rencontrer  ?  ». Et du coup elle me les a fait rencontrer, bon, elles étaient plus âgées que moi, mais du coup, j’ai pu discuter avec elles. Et c’était agréable parce que je me suis sentie moins seule d’un coup. Je me suis dis «  Wahoo, c’est bon, c’est moi, c’est pas une tare, je ne suis pas malade  !  ». Et c’est ce sentiment là…

  • 14 Le néologisme suicidabilité évoque la propension aux tentatives de suicide. Un néologisme plus «  m (...)

26Il ne faut pas mésestimer les difficultés de ce deuxième monde. La sur-suicidabilité14 des personnes LGBTI est, hélas, bien connue. Mais il n’est pas inutile d’en rappeler les points saillants à partir des dernières données statistiques et épidémiologiques. En premier lieu, la condition homosexuelle, si elle ne prédispose pas forcément, en tant que telle, au passage à l’acte suicidaire, reste un facteur de risque. Ainsi, le risque serait pour les hommes homosexuels et bisexuels de 2 à 7 fois plus élevé que chez les hommes exclusivement hétérosexuels, et serait de 1,4 à 2,7 fois plus élevé chez les femmes lesbiennes et bisexuelles que chez les femmes exclusivement hétérosexuelles (Verdier & Firdion 2003). Dans le même ordre d’idée, le baromètre INPES, en 2005, signalait une tentative de suicide chez 12,5  % des hommes gays pour 2,8  % des hommes hétérosexuels. Il est vrai qu’il faut une certaine force personnelle pour supporter les insultes reçues par ces jeunes LGBTI, telles celles adressées à James, 22 ans, durant son adolescence  :

27Bah les insultes, c’était «  bouffeur de bites  », «  on va te cramer la gueule  », «  tu mérites pas d’exister  », «  on va te crever  », «  sale pédé  » enfin…

Le monde de l’engagement et de l’affirmation de soi

28Face à des environnements hostiles, nos ados LGBTI se cherchent des lieux «  autres  » où exister enfin  : des hétérotopies. Michel Foucault forge ce concept, en 1967, pour désigner des lieux (topos) autres (heteros). Ces «  lieux autres  » sont des espaces où il se passe, à la marge, quelque chose d’inhabituel. Cela peut être une cabane d’enfants au fond d’un jardin, une cave squattée par des adolescents de banlieue populaire, mais aussi des lieux de relégation, comme certaines maisons de retraite, des lieux d’accueil d’urgence hivernaux pour des personnes sans domicile… «  Les hétérotopies sont des espaces concrets qui hébergent l’imaginaire et qui sont utilisés aussi pour la mise à l’écart, à l’intérieur d’une société dont ils constituent le négatif ou la marge  » (Chartrain 2013).

  • 15 L’origine de la théorie Queer, du mouvement Queer ou de la culture Queer, est un peu incertaine. Qu (...)

29Cette recherche amène ces jeunes à approcher les modes LGBTI et les pratiques culturelles qu’elles distillent. David Halperin (2015) pense même que, pour bon nombre de gays, les pratiques culturelles précèdent les pratiques sexuelles. Aujourd’hui, même des personnes hétérosexuelles se revendiquent d’une culture Queer15. Romain adore cette dernière et nous lance  :

Ouais, y’a tellement une culture gay, mais si, tellement, c’est obligé. On a la littérature, la musique, les films, des bédés, des mangas,… On a tellement de choses, mais c’est obligé qu’on ait une culture gay. Ah, ouais, ça fait partie du patrimoine, carrément  ! Franchement, le premier qui me dit qu’il n’y a pas de culture gay, je lui fais  : «  hé, mon coco, t’es vraiment au courant de rien, franchement  !  » Culture gay  ? Mais bien sûr on a une culture gay  !

30Astass, étudiant en théologie catholique, 25 ans, a été moine dans sa jeunesse. Il était tellement beau que tous les moines voulaient coucher avec lui. Pour résoudre le «  problème  », le supérieur l’a exclu du monastère. Sans attaches, sans domicile, Astass s’est dit que ce corps qui l’avait perdu devait le sauver. Il est devenu un célèbre mannequin de la mode gay. Il y réfère la culture.

Oui, – nous dit-il après un temps de réflexion – je pense qu’il y a une culture gay, une culture qui se développe. C’est grâce à la culture gay que j’ai pu survivre, car la plupart de mes photos c’est pour la culture gay.

31Mais pour Romain, cette culture gay est encore insuffisante et il nous l’explique ainsi  :

Je trouve qu’on manque d’icônes. On manque de grandes personnalités que ce soient politiques ou culturelles (culturelle largement moins, il y a ce qu’il faut). Y’a Delanoë ok, mais il le montre pas trop, et puis Delanoë c’est que Paris. Honnêtement, on manque, il nous faudrait des ministres homos, des ministres qui soient ouvertement homos… Y’en a peut-être mais on le sait pas… Il nous manque plein de choses comme ça. J’aimerais qu’on voie des grands chefs d’entreprises, d’entreprises internationales, qui soient homos. Des choses comme ça pour – comment dire  ? – une espèce de banalisation de l’homosexualité. Je trouve qu’il faut qu’on banalise un peu plus. […] Maintenant comment banaliser le machin  ? J’espère qu’on va pas tomber dans le cliché de la téléréalité avec que des homos parce que là on va tomber dans tous les clichés de la folle… Y’a toujours l’homo de service, là  ! […] Oui on manque de grandes personnes, comme ça. Moi ça me plairait bien, franchement, honnêtement, un présentateur du 20h, le présentateur de TF1 qui soit gay, ouvertement homo, mais alors là tout le monde kiffe les homos. Mais vraiment, tout le monde aimerait les homos parce que t’as tous les vieux, la ménagère, tout le monde qui regarde le 20h. Pourquoi ce serait vraiment trop bien, mais bon. C’est pas encore pour aujourd’hui. Voilà, on en est loin.

32Tous les jeunes LGBTI rencontrés, qu’ils l’aient fait ou non, posent le coming out comme une nécessité. Ils n’y voient pas ce que Michel Foucault (1976) désignait comme un aveu coloré de culpabilité judéo-chrétienne. Au contraire, ces jeunes du xxie siècle y voient l’affirmation de soi. En cela, le coming out peut se lire comme un rite intime de passage à l’âge adulte.

  • 16 Qui ne peut être comprise que par des gays.
  • 17 C’est nous qui soulignons pour insister sur ce qui s’apparente si bien aux récurrentes questions ex (...)

33William Shakespeare (2007) écrivit 152 sonnets d’amour  : 26 étaient destinés à une femme mariée qui passa à la postérité sous le nom de dark lady, les 126 autres sont des déclarations d’amour à un jeune homme, fair lord, qu’on suppose être Henry Wriothesley. Longtemps les éditeurs cachèrent l’homosexualité de Shakespeare en féminisant les noms masculins. Ce n’est que très récemment que les éditeurs ont rétabli l’authenticité du texte. Du coup, au risque d’une lecture crypto-gay16, le monologue d’Hamlet pourrait être un coming out déguisé. Qu’on en juge (Shakespeare 1972)  : «  Être, ou ne pas être, c’est là la question. Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter par une révolte  ? Mourir…, dormir, rien de plus… et dire que par ce sommeil nous mettons fin aux maux du cœur et aux mille tortures naturelles qui sont le legs de la chair  : c’est là un dénouement qu’on doit souhaiter avec ferveur. Mourir…, dormir, dormir  ! Peut-être rêver  ! Oui, là est l’embarras. […] Qui, en effet, voudrait supporter les flagellations et les dédains du monde, l’injure de l’oppresseur, l’humiliation de la pauvreté, les angoisses de l’amour méprisé, les lenteurs de la loi, l’insolence du pouvoir, et les rebuffades que le mérite résigné reçoit d’hommes indignes, s’il pouvait en être quitte avec un simple poinçon  ? […].  »17

34Nous avons pu, à l’écoute de tous ces jeunes, repérer de nombreuses stratégies, là encore, pour faire, voire produire son coming out, des plus feutrées (par écrit, parfois, pour éviter le face-à-face avec des êtres aimés) aux plus explosives. Chrystalle, un jeune homme (22 ans), ouvrier, transformiste occasionnel, répond à la violence paternelle par la violence  :

– Ben je sais que mon père a très très mal accepté euh mon homosexualité… mon homosexualité. Je sais que pour lui, ça a été la fin du monde, entre guillemets, quand je lui ai annoncé. Et euh, de temps en temps, quand on est en famille ou quand on est en soirée, qu’il y a des amis à lui et qu’ils me connaissent plus ou moins bien, il a tendance à me lancer des petits pics «  ouais c’est quand que tu vas avoir des enfants  ? C’est quand que tu nous présenteras ta copine  ?  ». Et moi je lui rentre dedans, et c’est vrai que une fois il y a un soir où c’est vraiment parti, mais vraiment en cacahouètes. C’est quand il a commencé… C’était une fête de famille, il a commencé à vraiment insister sur certains sujets. Je me suis levé et j’ai regardé tout le monde, parce qu’il y avait certaines personnes éloignées de la famille, qui n’étaient pas au courant, je me suis levé et je l’ai regardé et je lui fais «  Maintenant, tu fermes ta gueule, tu m’écoutes, la seule chose que j’ai à te dire c’est  : j’aime la bite. Ce sera ça et rien d’autre. Les gonzesses, j’en veux pas. Si ça te plaît pas ça te plaît pas, ben ce sera toujours comme ça et ça changera… ça changera pas  ». Et c’est vrai que après c’est parti en conflit, mais après voilà c’est vrai que la plupart du temps il essaie plus ou moins maintenant de se retenir et d’essayer d’éviter de me chauffer.

– Ça a dû jeter un froid  ?

– Ça a jeté un froid. Mais ça a aussi permis à certaines personnes de voir comment était réellement mon père. Parce que mon père, il y a beaucoup de monde qui euh le trouvait super sympa. Quand je leur parlais de comment il était qui disaient «  ah nan nan c’est pas possible, on peut pas l’imaginer comme ça  ». Et c’est vrai que ce soir-là, ben il y a eu des gens qui ont eu l’occasion de voir sa vrai personnalité et à la fin qui m’ont dit «  t’as eu raison, t’aurais peut-être été, dû être un petit peu moins vulgaire et cru et plus diplomate  ». J’dis «  Ouais mais moi le problème quand je te dis quelque chose c’est, ça sort comme ça vient et c’est tout quoi  ».

35Curieusement les Gay Prides ne rencontrent pas le même engouement chez les jeunes LGBTI, qu’ils y participent ou non. On retrouve là les paradoxes du milieu et de la marge. Il y a comme une ambigüité à s’identifier dans tant de diversités.

  • 18 Procréation médicalement assistée.
  • 19 Gestation pour autrui.

36Signe des temps, les jeunes LGBTI se projettent dans ce que les générations précédentes n’osaient même pas imaginer  : conjugalité et parentalité (mariage, filiation, PMA18, GPA19, etc.). Bien sûr, et Stéphanie, étudiante en sciences sociales (23 ans), en témoigne, tout n’est pas simple ni réglé comme du papier à musique  :

Ce qui me fait peur avec l’éducation c’est le regard que pourraient avoir les autres. Ce que je crains un peu c’est effectivement le regard que pourraient porter d’autres parents sur mes hypothétiques futurs enfants. C’est un peu la crainte, je me dis. Moi, en tant que lesbienne, je ne me vois pas comme un danger du tout, mais c’est les autres qui me font peur. Je me connais, je sais comme je suis, je me vois pas du tout comme un danger, mais la réaction des autres voilà. Je me dis  : un parcours protégé, une école privée pour enfants d’homosexuels  !

Perspectives

37Face à ces quêtes singulières, parsemées d’évolutions et d’involutions, l’alternative, face à des mondes que parfois tout oppose, est simple  : établir des frontières ou permettre les passages. Autrement dit  : monter des murs ou jeter des ponts. Des deux côtés, des craintes subsistent, Romain le dit ouvertement  :

J’ai pas de gêne, tant pis  : j’ai voté François Hollande parce que j’ai fait mon égoïste. J’ai clairement fait mon égoïste dans le sens où je ne suis pas de gauche ou de droite honnêtement, je prends juste ce qui m’intéresse le plus. Là on était en 2012 – c’est ça  ? – et on avait un candidat qui allait clairement avoir un max de votes et qui était clairement pour nous, qui allait me filer mes droits, tout le reste j’en avais rien à foutre. J’ai exprès voté pour lui parce que je voulais mes droits, tout simplement. Après, honnêtement, après coup, il y a des choses à redire, pas qu’un peu, mais je me dis que j’ai eu mes droits, voilà  !

  • 20 Les plus âgés, souvent, n’avaient guère envie de soutenir un monde ouvrier qu’ils percevaient, non (...)

38Mais, parfois, des rencontres improbables s’avèrent possibles. Début des années 1980, en Angleterre, l’intransigeante «  dame de fer  », Margaret Thatcher, alors au pouvoir, entame un bras de fer terrible avec les mineurs pour diminuer drastiquement leurs acquis sociaux et leur pouvoir d’achat. Hélas, elle gagnera. À l’été 1984, la situation est telle que le puissant syndicat national des mineurs (SNM) vote la grève. Thatcher ne cède pas d’un pouce, la grève s’enlise, les mineurs sont laminés et en très grandes difficultés. C’est dans ce contexte que, lors de la Gay Pride, certains activistes LGBT s’émeuvent de la situation des mineurs. L’un d’entre eux, qui n’a que 24 ans, Mike Ashton, va jouer un rôle prépondérant dans la création du premier «  Groupe Lesbien et Gay de Soutien aux Mineurs  ». Dix autres seront créés durant l’année 1984. Tous ces militants, la plupart très jeunes20, vont quêter dans les rues et organiser diverses manifestations de soutien. L’événement phare de toute cette effervescence fut le «  Pits and Perverts gig  » (littéralement le «  concert des puits de mines et des pervers(es)  ») avec le groupe de rock Bronsky Beat en tête d’affiche. Les sommes ainsi récoltées furent assez conséquentes.

  • 21 Grâce aux femmes des mineurs plus rapidement ouvertes à la rencontre que leurs maris ou que leurs f (...)

39Mais le syndicat national des mineurs fut très embarrassé par ce soutien qui, en plus, provoquait l’hilarité des politiques, des forces de l’ordre et d’une partie de l’opinion publique. C’est la rencontre improbable entre deux mondes qui se méconnaissaient totalement qui va, alors, avoir lieu, durant toute l’année 1985, et qui est racontée, avec ce magnifique humour britannique et avec tendresse, dans le film Pride de Matthew Warchus (2014). Cette rencontre, compliquée à ses débuts, avec même un peu d’ostracisme de la part de certains mineurs, s’est transformée en de magnifiques amitiés21. Et, à l’été 1985, lors de la Gay Pride de Londres, la tête du cortège était menée par plusieurs délégations de mineurs du pays de Galles, venus avec des cars, pour soutenir, à leur tour, celles et ceux qui les avaient soutenus. Dave Donovan, l’un des porte-parole des mineurs de Galles du Sud s’adressa aux jeunes lesbiennes et gays en ces termes  : «  Vous avez gagné votre badge  “Cole not Dole” («  Du charbon pas le chômage  »), et vous connaissez le sens du mot harcèlement, comme nous. Maintenant nous porterons votre badge sur nous, nous vous soutiendrons. Les choses ne changeront pas en une nuit, mais maintenant 140 000 mineurs savent qu’il y a d’autres causes et d’autres problèmes. Nous savons pour les noirs, les gays et le désarmement nucléaire. Et nous ne serons plus jamais les mêmes.  »

40Un an plus tard, le Parti Travailliste était sollicité, une nouvelle fois, pour inscrire dans sa charte les droits des personnes LGBTI. Plusieurs tentatives d’inscription avaient, jusque-là, échoué. Mais cette fois-ci, cela fut acté grâce à des voix prépondérantes, celles du syndicat national des mineurs (SNM).

Haut de page

Bibliographie

Agius S. (2015), Droit de l’Homme et personnes intersexes. Document thématique, Strasbourg, Commissaire aux Droits de l’Homme, Conseil de l’Europe.

Butler J. ([1990] 2006), Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte «  Poche  ».

Butler J. ([1993] 2009), Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du «  sexe  », Paris, Éditions Amsterdam.

Chartain C. (dir.) (2013), Les jeunes face aux discriminations liées à l’orientation sexuelle et au genre  : agir contre les LGBT-phobies, Paris, INJEP «  Cahiers de l’action  » n°  40.

Chaumont F. (2009), Homo-Ghetto. Gays et lesbiennes dans les cités  : les clandestins de la République, Paris, Le Cherche Midi «  Documents  ».

Chauvin S. & Lerch A. (2013), Sociologie de l’homosexualité, Paris, La Découverte «  Repères  ».

Dorais M. (2000), Mort ou Fif. La face cachée du suicide chez les garçons, Montréal, Vlb éditeur22.

Fausto-Sterling A. ([1993] 2013), Les cinq sexes. Pourquoi mâle et femelle ne sont pas suffisants, Paris, Payot & Rivages «  Petite Bibliothèque Payot  ».

Foucault M. (1976), Histoire de la sexualité, 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard «  Tel  ».

Goffman Erving ([1963] 1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit «  Le sens commun  ».

Goguel d’Allondans T. & Lachance J. (2014), Étudier les ados. Initiation à l’approche socio-anthropologique, Rennes, Presses de l’EHSP «  Politiques et interventions sociales  ».

Goguel d’Allondans T. (2017), Ados LGBTI. Les mondes contemporains des jeunes lesbiennes, gays, bisexuel(le)s, transgenres, intersexes, Québec/Lyon, Presses de l’Université Laval/Chroniques sociales «  Ado-Logiques  ».

Gomez J.-F. (dir.) (2008), Monstres, chimères et handicapés, Cultures & Sociétés n°  8, p. 29-92.

Halperin D. (2015), L’art d’être gay, Paris, EPEL «  Grands classiques de l’érotologie moderne  ».

Jeffrey D., Lachance J. & Le Breton D. (dir.) (2016), Penser l’adolescence, Paris, PUF.

Le Breton D. & Marcelli D. (dir.) (2010), Dictionnaire de l’adolescence et de la jeunesse, Paris, PUF «  Quadrige / Dicos Poche  ».

Le Breton D. (2015), Rites de virilité à l’adolescence, Bruxelles, édition Frédéric Delcor/yapaka.be «  Temps d’arrêt / Lectures  ».

Louis É. (2014), En finir avec Eddy Bellegueule, Paris, Seuil.

Shakespeare W. ([1603] 1972), Hamlet, Paris, Livre de Poche.

Shakespeare W. ([1609] 2007), Sonnets, Arles, Actes Sud.

Verdier E. & Firdion J.-M. (2003), Homosexualités et suicide. Les jeunes face à l’homophobie, Saint-Martin-de-Londres, H&O Éditions.

Haut de page

Notes

2 Aussi orthographié «  Daesh  » ou «  Da’ech  »  : acronyme en arabe de l’EIIL (l’État Islamique en Irak et au Levant).

3 [Parfois francisé  : genres fluides] De plus en plus de personnes LGBTI, notamment les plus jeunes, refusent la binarité de l’identité de genre. «  No, I’m not a boy, and I’m not a girl either. I am gender fluid  » écrit un(e) jeune sur son blog. Toutes les modalités deviendraient alors possibles  : être, se sentir, se penser, s’habiller, se comporter, dans l’un ou l’autre sexe, un mix des deux, ou aucun. On retrouve là une performativité revendiquée par certaines féministes, développée par Judith Butler dans ses premiers textes, et les tenants de la culture queer.

4 Notamment des maisons d’adolescents, les antennes nationales et régionales du Refuge (qui accueille des jeunes LGBTI rejetés par leur famille), des établissements de la Protection judiciaire de la jeunesse.

5 L’hétéronorme désigne la norme hétérosexuelle qui s’impose et impose l’hétéronormativité [moins usité  : l’hétéronormisme]. Pour les jeunes LGBTI, par exemple, l’hétéronorme se déploie dans d’incessantes questions de proches qui ignorent leur orientation sexuelle, telles  : «  Tu te maries quand  ? Tu as un copain/une copine  ?  ». Ou encore, dans l’espace public, les regards parfois hostiles ou méprisants adressés à des couples homosexuels, sans commune mesure avec l’indifférence ou la bienveillance accordées aux couples hétérosexuels.

6 Non dites ou mi-dites («  J’ai même un ami homo  »).

7 L’humanosexualité est un néologisme que s’approprient certains jeunes LGBTI. Loin des étiquettes jugées insupportables, l’humanosexualité prône la rencontre, y compris sexuelle, d’humain à humain sans considération de sexe, de genre ou d’orientation.

8 [Moins usité  : omnisexualité] La pansexualité ou pansexualisme s’origine du suffixe grec pan «  tous  ». Une personne pansexuelle peut donc entrevoir une relation avec une autre personne quels que soient son sexe biologique, son identité de genre, son orientation sexuelle. S’affirmer pansexuel(le) est une posture politique de refus des systèmes binaires, des catégories figées, des définitions et identités psychorigides.

9 La capacité (la performance) pour le sujet de s’énoncer lui-même et, in fine, d’être ce qu’il dit être, au-delà des apparences et des assignations.

10 Michel Dorais, dans Mort ou fif, donne la parole à plusieurs jeunes gays qui ont repris espoir grâce au soutien d’un ou plusieurs professeurs gays.

11 Affection Longue Durée, reconnaissance quasi obligatoire pour entamer un processus, pris partiellement en charge par la Sécurité sociale, de transition – pour Julia, d’un corps d’homme vers un corps de femme (MtoF).

12 Nous entendons par là que leurs environnements immédiats sont bienveillants, qu’ils n’ont pas de difficultés notables qui nécessiteraient une prise en charge sociale ou psychologique.

13 Personne transgenre (MtoF  : male to female, FtoM  : female to male).

14 Le néologisme suicidabilité évoque la propension aux tentatives de suicide. Un néologisme plus «  médical  », la suicidalité, employé en France et en Suisse, désigne le facteur à risque suicidaire.

15 L’origine de la théorie Queer, du mouvement Queer ou de la culture Queer, est un peu incertaine. Queer signifie «  étrange, bizarre  » en anglais, mais aussi «  louche, suspect  ». L’expression était utilisée de manière péjorative pour désigner une personne homosexuelle, comme le terme «  pédé  » en France. L’expression a été récupérée de manière militante pour unifier le mouvement LGBTI, la diversité sexuelle et dépasser les catégorisations. On peut voir plusieurs temporalités à l’avènement du Queer. C’est le titre d’un roman autobiographique de William Burroughs, écrit en 1953, mais publié seulement en 1985, où il évoque ouvertement son homosexualité. Plusieurs auteurs voient également dans les émeutes de Stonewall et les mouvements féministes les prémisses du mouvement Queer (Halperin 2015). Les militants et les intellectuels se l’approprient dans les années 1980. Dès le début 1990, les colloques et les ouvrages sur le Queer se multiplieront. Pour la sociologie de l’homosexualité, le colloque, en 1990, Queer Theory, organisé à l’université de Santa Cruz par Teresa de Laurentis fait office de moment fondateur. C’est alors qu’«  un nouveau champ de recherche est apparu, marqué notamment par les trois ouvrages fondateurs que sont Épistémologie du placard de Eve Kosofsky Sedgwick (1990), Trouble dans le genre (1990) de Judith Butler et le recueil dirigé par Michael Warner, Fear of a Queer Planet (1993)  » (Chauvin & Lerch 2013, p. 20-21). Si la culture Queer est revendiquée par les personnes LGBTI, des individus hétérosexuels s’y retrouvent pour se démarquer d’un hétérosexisme social dans lequel ils ne se retrouvent pas. À signaler également que des séries télévisées, telle Queer as Folk, ont popularisé le terme Queer chez les jeunes, LGBTI ou non, quasiment comme un synonyme de «  branché  ».

16 Qui ne peut être comprise que par des gays.

17 C’est nous qui soulignons pour insister sur ce qui s’apparente si bien aux récurrentes questions existentielles des jeunes LGBTI.

18 Procréation médicalement assistée.

19 Gestation pour autrui.

20 Les plus âgés, souvent, n’avaient guère envie de soutenir un monde ouvrier qu’ils percevaient, non sans raisons, comme particulièrement homophobe.

21 Grâce aux femmes des mineurs plus rapidement ouvertes à la rencontre que leurs maris ou que leurs fils.

22 «  Fif  » en argot québécois correspond à «  pédé  ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Goguel d’Allondans, « Mon genre, mes identités, mes amours », Revue des sciences sociales, 58 | 2017, 102-109.

Référence électronique

Thierry Goguel d’Allondans, « Mon genre, mes identités, mes amours », Revue des sciences sociales [En ligne], 58 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/313 ; DOI : 10.4000/revss.313

Haut de page

Auteur

Thierry Goguel d’Allondans

Éducateur spécialisé, anthropologue
Formateur à l’IFCAAD, Schiltigheim
Maître de conférences associé à l’ESPE,
Université de Strasbourg
UMR 7361

Se dit de la sexualité d’une personne qui, volontairement ou non, ponctuellement ou durablement, par choix ou du fait de circonstances, n’a aucune relation sexuelle voire aucun désir sexuel.

Dynamiques Européennes
<thigodal[at]noos.fr>Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals