Navigation – Plan du site

57 | 2017
Projection(s) urbaine(s)

Sous la direction de Florence Rudolf, Barbara Morovich et Cathy Blanc-Reibel

À Eudoxie, qui s’étend vers le haut et vers le bas, avec des ruelles tortueuses, des escaliers, des passages, des masures, on conserve un tapis dans lequel tu peux contempler la véritable forme de la ville. À première vue, rien ne paraît moins ressembler à Eudoxie que le dessin du tapis, fait de figures symétriques qui répètent leurs motifs le long de lignes droites ou circulaires, tressé à coups d’aiguilles en couleurs éclatantes, dont tu peux suivre la trame alternée tout le long de l’ouvrage. Mais si tu t’arrêtes pour observer attentivement, tu te persuades qu’à chaque point du tapis correspond un point de la ville et que tout ce que contient la ville est compris dans le dessin, les choses y étant placées selon leurs rapports véritables, lesquels échappent à ton œil distrait par le va-et-vient, le grouillement, la cohue. Toute la confusion d’Eudoxie, les braiments des mulets, les taches de noir de fumée, l’odeur de poisson, c’est ce qui t’apparaît dans la vision partielle que tu en retiens ; mais le tapis démontre qu’il existe un point à partir duquel la ville laisse voir ses proportions véritables, le schéma géométrique implicite à chacun de ses moindres détails…  (Italo Calvino : Les villes invisibles (2002) trad. Thibaudot, Paris, Gallimard, 2013, p. 115).

Peut-on transformer la ville, la repenser sans en perdre le chaos vital, la mettre en projet ? Qui le pourrait, et comment ? Ce numéro nous conduit d’Alsace en Égypte, en passant par le Portugal, l’Argentine, la Turquie et même dans l’espace invisible et virtuel des jeux vidéo. Il montre les tentatives des urbanistes, paysagistes, architectes, promoteurs et politiques, l’élaboration des projets, les négociations, les conflits et les compromis qui précèdent et accompagnent leur mise en œuvre, les imbrications complexes de la réalité matérielle et sociale et surtout, sur le terrain, la façon dont les habitants reçoivent et vivent ces transformations qui bouleversent leur existence.

Il met en évidence les premiers balbutiements d’une orientation de ces projets vers ce que l’on appelle la « bonne gouvernance », qui idéalement tient compte de la population urbaine, la fait participer, sinon à l’élaboration des projets, au moins à leur mise en œuvre sur le terrain. Des habitants de plus en plus organisés et dont la participation et la résistance aux manipulations et aux pressions économiques et politiques prend une importance croissante. Alors, la question devient : une nouvelle pensée de la ville peut-elle émerger d’un projet partagé y compris par les habitants, les premiers intéressés ?

Patrick Tenoudji

  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals