Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Lu – à lireJean-Alain Héraud, Henri Nonn, Le...

Lu – à lire

Jean-Alain Héraud, Henri Nonn, Le développement métropolitain de Strasbourg

Philippe Hamman
p. 154-155
Référence(s) :

Jean-Alain Héraud, Henri Nonn, avec le concours de Bernard Aubry, Le développement métropolitain de Strasbourg, Strasbourg, Éditions Néothèque, 2013, coll. Les Cahiers de l’Association de Prospective Rhénane, vol. 6, 271 p.

Texte intégral

1Jean-Alain Héraud, professeur de sciences économiques à l’Université de Strasbourg, et Henri Nonn, professeur honoraire de géographie à l’UdS, signent, avec la collaboration de Bernard Aubry, ancien statisticien de l’INSEE Alsace (Institut national de la statistique et des études économiques), un ouvrage qui intéressera au premier titre un vaste public régional, aussi bien des chercheurs et étudiants que des responsables économiques et des décideurs, ainsi que les citoyens curieux d’en savoir plus sur la place de Strasbourg aujourd’hui, à l’heure d’une compétition accrue entre villes et aires urbaines, à différents échelons en interaction (régional, national, européen…). C’est pourquoi l’étude du développement métropolitain de Strasbourg qui est conduite ici, dans le cadre de l’Association de prospective rhénane (APR), déborde le cadre alsacien, et trouvera un écho plus large, ne serait-ce qu’en raison de la méthode retenue par les auteurs dans leur démonstration, la rigueur des critères mobilisés, l’épaisseur temporelle de moyen terme et l’appel à des éclairages comparatifs en regard d’autres aires métropolitaines françaises.

2Attractif, le volume l’est aussi dans sa forme : de belle facture, il s’adosse sur de nombreuses cartes, illustrations et des graphiques en couleur – pas moins de 40 figures et 25 tableaux –, qui agrémentent la lecture et viennent directement appuyer la démonstration, grâce notamment à un véritable outillage d’analyse statistique. Une solide bibliographie à jour, à la fois thématique, comparative et régionale, permet également de faire de ce livre un ouvrage de référence, de consultation aisée et riche à la fois. L’écriture est claire et accessible, en même temps que très documentée, au service d’un fil argumentatif ordonné en 6 chapitres qui s’articulent au service de la démonstration d’ensemble : comprendre la métropole strasbourgeoise et réfléchir aux stratégies de développement, qui ne sauraient être identiques d’une aire métropolitaine à une autre, grâce à la fois à un regard comparatif par rapport à d’autres capitales régionales en France et en dépliant le concept de « système métropolitain », « formé de divers sous-systèmes plus ou moins bien articulés » (p. 10).

3Dans cette logique, un premier chapitre dégage l’état de l’art sur ce que « faire métropole » veut dire à l’heure actuelle, en croisant une mise en perspective historique et un questionnement de la notion même de métropole, qui, les auteurs le pointent avec raison, est toujours au moins autant revendiquée qu’établie. Cette polysémie s’éclaire en brassant une importante littérature et des sources de données conséquentes. Un second volet s’attache ensuite à réfléchir au « gabarit métropolitain » strasbourgeois, c’est-à-dire interroger – et non pas réifier trop vite – le critère, couramment avancé, de la « taille critique » : tout n’est pas une question de volume, mais aussi de consistance et de forme urbaines – on ne peut ainsi, par exemple, faire fi de la dimension de l’extension périurbaine. La question de l’importance économique et en termes d’emploi pour autoriser à parler de « métropole régionale » est examinée dans un IIIe chapitre, qui focalise en particulier sur les activités résidentielles et les fonctions de centralité. S’ensuit la part des activités motrices à rayonnement externe (chap. IV), c’est-à-dire les domaines de spécialisation « où la métropole peut faire valoir des avantages comparatifs notables » (p. 111). Sont ainsi examinés la dynamique des activités marchandes exportatrices, l’enseignement supérieur et la recherche publique, la place des institutions européennes ou encore le tourisme. Le 5e chapitre s’intéresse aux politiques et aux activités créatives – sans manquer de faire écho à la notion à succès de « classe créative » développée par Richard Florida (The Rise of the Creative Class. And How It’s Transforming Work, Leisure and Everyday Life, 2002, New York, Basic Books), c’est-à-dire comment les injonctions à l’innovation se doublent de celles à la créativité. Enfin, le VIe chapitre vient compléter l’étude monographique fine de la métropole strasbourgeoise grâce à une comparaison par rapport à 11 autres cas français en région (hors Paris donc), avec la compétition métropolitaine en arrière-plan. Ce panorama de grande actualité est d’autant plus appréciable qu’il ne néglige ni la mise en perspective de l’épaisseur des dynamiques contemporaines (grâce à des retours processuels jusqu’aux années 1970), ni les enjeux méthodologiques de la comparaison et de la comparabilité entre les aires urbaines considérées, et les précautions à prendre (p. 188-191).

4Voilà donc, en somme, un livre à conseiller à tous ceux qui sont intéressés ou interpellés par le fait urbain et ses mutations contemporaines, ainsi que par les transformations des échelles d’action publique locale et régionale. Il permet de repenser, exemple à l’appui, des thématiques devenues récurrentes aujourd’hui dans les études urbaines, en sociologie et en urbanisme, comme en économie, en géographie ou en science politique, en même temps qu’appropriées souvent par les décideurs et une diversité d’acteurs praticiens, invitant d’autant plus à un maniement précautionneux et distancié. Cette mise à distance, l’ouvrage en fournit les bases, pour mieux analyser des enjeux devenus parfois des cela-va-de-soi normatifs : une métropole doit avoir une certaine taille, être compétitive et attractive, bien classée dans les rankings divers qui se multiplient, etc. Revenir à la réalité et à la complexité d’un terrain est, dans un tel contexte, de première importance, sans négliger un regard pluri-critères et multi-échelles (y compris quant à la problématique transfrontalière, dans le cas de Strasbourg, vis-à-vis de la région allemande voisine, l’Ortenaukreis). C’est le pari réussi de cette recherche, qui pourra également servir de pierre de touche pour avancer sur des dimensions corrélatives, comme les questionnements sociaux ou encore environnementaux de la métropolisation au temps des invites à la « ville durable », qui constituent justement souvent pour les élus un levier poussant – ou légitimant ? – les projets métropolitains, dans le sens de construire des périmètres d’action élargis pour mener des politiques en développement durable qui dépassent les cadres communaux ou intercommunaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamman, « Jean-Alain Héraud, Henri Nonn, Le développement métropolitain de Strasbourg »Revue des sciences sociales, 52 | 2015, 154-155.

Référence électronique

Philippe Hamman, « Jean-Alain Héraud, Henri Nonn, Le développement métropolitain de Strasbourg »Revue des sciences sociales [En ligne], 52 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/3265 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3265

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

Professeur de sociologie, Institut d’urbanisme et d’aménagement régional – UMR 7363 SAGE, CNRS/Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search