Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Essor de la ville en projet

Essor de la ville en projet

Pratiques professionnelles et habitantes en rétrospective
Florence Rudolf, Barbara Morovich et Cathy Blanc-Reibel
p. 6-11

Texte intégral

1Les années 1980 marquent en France un tournant dans le processus d’aménagement et d’urbanisation : à la planification se substituent des discours se référant au projet (Merlin et Choay, 2005). La rhétorique de projet se fraye un chemin à partir de motifs, qu’à l’instar de la production et de la fabrique de la ville, elle questionne en creux, actualise, déstabilise, déplace. Ce faisant, elle gagne une légitimité par l’entremise de l’aspiration à la démocratisation de la vie publique et de la fabrique urbaine en particulier et vise la réforme des pratiques institutionnelles et professionnelles. L’enjeu de ce numéro est de questionner ces logiques dans des contextes nationaux et internationaux.

2De l’idée de projet à sa formulation – communication et diffusion dans différents registres professionnels, mais également dans le langage ordinaire –, aux pratiques différenciées qui contribuent à la fabrique de la ville, les voies sont tortueuses et certainement pas linéaires. Le recul des années offre désormais matière à effectuer un retour d’expérience sur cette modalité de la conception urbaine et architecturale ; elle permet de déconstruire les promesses dont elle s’est parée. Les contributions rassemblées dans ce dossier permettent de suivre cette dynamique sociale, au creux de différentes scènes et institutions, de manière à identifier la formation de plis, offrant des prises à des formes d’actualisation différenciées à la rhétorique du projet. Nous les avons rassemblées autour de trois entrées principales, trois fils conducteurs, qui renvoient à des scènes et des moments emblématiques :

  • la genèse d’un principe de conception et de réalisation au sein d’instances institutionnelles/professionnelles et quelque temps forts que nous avons intitulée Scènes et négociations professionnelles

  • le retour des territoires en prise à la rhétorique de participation que ce soit en éclaireurs, avant-coureurs, à titre de « bonnes pratiques » ou envers et contre soi, en récalcitrance, en résistance ou en marge de cette tendance que nous avons intitulé Les coulisses de la fabrique urbaine

  • la diffusion sociale du modèle via les formes de communication généralisée au risque des désenchantements et d’effets de mystification par excès de raccourcis falsificateurs et d’images lisses et factices que nous avons intitulé Changer l’image de la ville.

3Ce découpage nous permet de jouer de la distinction entre des scènes institutionnelles et professionnelles, qui demeurent les creusets de la démocratie technique, et des scènes de vie, au-devant desquelles différents arpenteurs du social et de la ville s’engagent avec plus ou moins de bonheur. Il en résulte des descriptions, des documentations qui témoignent des écarts entre la conceptualisation de la ville en projet et les réalités sociales, dont ce n’est pas la raison première que de procéder à la fabrique de la ville quand bien même la raison habitante est de faire de la ville un habitat, un milieu de vie.

4De fabrique de la ville, il est en effet question en réponse à la production urbaine à évocation industrielle et standardisée. On parlera donc plus volontiers de fabrique de la ville même si cette expression donne à penser la ville comme un produit ou un service plutôt qu’un séjour et un art de vivre.

5Ces immersions au cœur de territoires urbains en devenir, ce qu’ils sont tous, même lorsqu’ils ne sont pas sous les sunlights de la fabrique de la ville et du « projet », mettent à l’épreuve les discours des institutions et des professionnels. Ces retours de terrain produisent des éclairages critiques sur les pratiques et les discours relatifs à la fabrique de la ville et au projet urbain, au sens où ils produisent une distance qui invite à la réflexion et à la discussion. Ils participent de la transformation des doctrines savantes et des compétences professionnelles. Cette réflexivité, stimulée par la confrontation à des « terrains », justifie le travail des anthropologues élargi aux différentes sciences sociales, mais aussi celui de professionnels imprégnés de la pratique de terrain, soit des architectes et ingénieurs au contact des habitants. L’essor des paysagistes semble en attester par le milieu, soit de l’intérieur, c’est-à-dire au cœur de la fabrique de la ville par les professionnels de l’urbain. Les paysagistes concentrent autour d’eux des lignes de partage qu’ils relativisent, déconstruisent, voire rendent caduques, jouant à cet égard un rôle de reconfiguration d’un espace professionnel qui bouleverse des frontières instituées. En parallèle de cette dynamique sociale, de ces jeux d’acteurs qui opèrent selon une logique spatio-temporelle complexe, vient se greffer enfin le travail des images. Ce travail génère à son tour une dynamique dont se nourrissent les différents promoteurs de la pratique de la ville en projet.

Scènes et négociations de la ville en projet

6La ville, les territoires, demeurent plus que jamais des enjeux de pouvoir : les équipes municipales s’inscrivent dans l’histoire par l’entremise des transformations qu’elles inspirent à « leurs » territoires. Pour y parvenir, elles agissent à partir de configurations complexes, suivant les logiques d’échelles propres à ces dernières, et toujours en relation avec les cadres institutionnels et politiques en vigueur à une époque et un lieu donnés. Ces emprises et gestes marquent durablement des territoires en les traversant par des infrastructures, en intervenant sur des portions de villes par des équipements faisant défaut ailleurs. Il en résulte une géographie propre qui érige les acteurs publics et privés en principaux propriétaires de ces territoires. Évoquer la propriété et les propriétaires à l’endroit de la ville n’est pas anodin quand on connaît l’importance du foncier dans les politiques urbaines et les enjeux de localisation/délocalisation des populations et des activités. Un des grands enjeux de la ville en projet demeure donc la question des formes d’appropriation de la ville.

7Qui est autorisé et en pouvoir d’engager les villes durablement, c’est-à-dire d’agir au risque de déstabiliser des populations, des activités économiques, des pratiques habitantes ?

8Les articles rassemblés dans ce numéro éclairent tous à leur manière cette interrogation. À commencer par celui de Marie-Noële Denis où elle décrit les pratiques successives de reconstruction en Alsace pendant l’annexion nazie puis par l’État français consécutivement à la libération de l’Alsace. Sans aller jusqu’à prétendre que les pratiques de pouvoir n’ont guère bougé entre ces deux administrations, voire que les lignes n’ont pas connu beaucoup de déplacement depuis, force est de constater une continuité des enjeux que l’aménagement et l’équipement recèlent du point de vue des acteurs publics et privés. Avoir la main sur ce dernier tant selon le volet symbolique que concret demeure un des défis et non des moindres des politiques et des professionnels qui aspirent à s’imposer et à s’institutionnaliser en acteurs. Si les enjeux demeurent, les méthodes diffèrent. La méthode incarnée par l’administration française, au lendemain de la libération, se qualifie par une place accrue aux professionnels, voire au marché et aux habitants, dans les opérations de reconstructions urbaines qui restent fortement encadrées par l’État.

9L’ouverture timide, esquissée à l’époque, ne signifie pas pour autant la reconnaissance d’une démocratie locale et encore moins d’un droit à la ville des habitants. Il faudra attendre les lois de décentralisation, soit les années 1980, pour qu’une telle pensée fasse son chemin. Peu d’étonnement, par conséquent, à ce qu’en amont de la question de la participation des habitants, l’attention ne soit davantage portée sur la formation et le fonctionnement des scènes favorables à l’hybridation des savoirs, des légitimités et des portages en reconfiguration.

10L’article de François Nowakovski analyse ce processus par le menu, c’est-à-dire à partir de l’intérieur d’une pratique de professionnel. Il nous offre une plongée dans le quotidien d’une agence dont l’ambition repose sur l’art de jouer de la technicité de la démarche de projet au profit de la défense du droit à la ville, entendu comme un plaidoyer en faveur de la ville comme objet politique. Cet enjeu ne cesse de s’affirmer et de se reconfigurer au contact des projets urbains qui se succèdent sans se ressembler. Ces retours d’expérience témoignent du défi permanent à l’endroit de la fabrique de la ville pour que celle-ci ne se fige pas dans des procédures et une technicité qui dépolitise le droit à la ville. La gageure de l’exercice tient de l’art d’assurer un portage à la fois politique et technique. Cette exigence n’exclut pas l’implication élargie de différents acteurs, dont les habitants, au profit de la formulation d’enjeux situés dont un projet urbain ne peut que bénéficier. Bien qu’indispensable, cette condition n’est pas une garantie de son succès.

11Poursuivant cette scopie d’« une » pratique de projet en plein bouleversement au même titre que les territoires qu’elle accompagne, Sandra Parvu nous invite du côté des paysagistes, dont la carrière récente est révélatrice de l’accélération des transformations en cours dans le domaine de la fabrique de la ville. Le regard procède cette fois d’une double compétence, celle d’une universitaire, praticienne qui emprunte les outils des anthropologues pour décoder l’émergence de nouvelles sensibilités au sein de ces configurations d’acteurs qui projettent la ville. L’essor des paysagistes comme « architectes paysagistes » procède d’une véritable « lutte » de reconnaissance qui, bien que se jouant entre architectes et paysagistes, dépasse la négociation de leurs rapports de production pour questionner le devenir du projet. C’est bien d’une nouvelle culture du projet dont il est question à l’endroit de pratiques qui, bien que mobilisant des outils partagés comme le dessin, en jouent de manière différente, voire opposée. Selon qu’il s’accomplit en amont de la construction comme une projection sur le terrain ou en filage, s’offrant comme un documentaire du terrain, le dessin vise l’appropriation et la maîtrise ou a contrario le lâcher prise.

12Le principal enseignement de ces deux retours sur des pratiques tient à la reconnaissance d’une nouvelle éthique qui se décline autour de la contingence et du lâcher prise. Cette conscience évoque des débats philosophiques fondamentaux qui ont trait au rapport entre la vie et les formes et dont la sociologie de Georg Simmel s’est inspirée de part en part. La tension entre la vie et les formes est en effet au fondement de La tragédie de la culture, selon laquelle la vie s’épuise dans des formes. Et c’est encore de cette thématique dont il est question dans la fabrique de la ville où il est question de travailler à partir de la vie dont la ville recèle sans la figer dans des formes qui la trahissent.

13De quelle alchimie un tel dessein procède-t-il ? Si le pari n’est jamais gagné du côté des acteurs de la fabrique ainsi qu’en témoignent les retours de terrains, qu’en est-il du côté des habitants ?

14Plutôt que de mobiliser l’argument selon lequel les « propriétaires » du projet urbain ne jouent pas le jeu de la participation des habitants de manière loyale, Didier Taverne explore la piste des compétences nécessaires pour intégrer les scènes de la ville en projet. Les habitants dont on attend qu’ils participent sont-ils disposés et équipés en conséquence ? D’instrumentalisation il est question mais de manière inattendue, en raison de ce qu’au nom de principes généreux comme la participation, il est question d’exercer une pression sur les habitants. N’est-il pas question d’abus de pouvoir à l’encontre de populations qui par leurs conditions sont portées par d’autres préoccupations ou pour lesquelles l’investissement requis prend des proportions démesurées par rapport aux retours qu’elles peuvent en retirer ?

15De manière générale, les retours sur la ville en projet du point de vue des professionnels et des scènes dont procède la ville en projet n’accordent pas beaucoup d’espace à la question des habitants. Il est davantage fait état des nouvelles technicités qui permettent au projet d’exister. De sorte qu’on peut se demander si le projet ne s’avère pas in fine une affaire de citoyens et d’habitants par défaut, c’est-à-dire quand il rate et dérape et se voit forcer de recourir à la brutalité (expropriation, dénaturation, destruction de milieux de vie) ou à un certain paternalisme. Cette perspective invite à s’interroger sur ce que serait un « bon » projet du point de vue des habitants. Ce questionnement nous oriente vers le deuxième cahier du dossier.

Les coulisses de la fabrique urbaine

16La mise en miroir de terrains présentés dans les articles de la deuxième partie permet de faire émerger la construction d’une ville sur la ville par des acteurs multiples dans des territoires stigmatisés : il s’agit plus particulièrement de quartiers populaires en rénovation urbaine en France, dont le destin est lié à la politique de la ville (Catherine Delcroix, Elsa Lagier ; Gilles Vodouhe) ; ou, dans les autres cas, de différents types d’habitats dits « informels » en Égypte (Florence Rudolf, Ghada Hassan Farouk), Turquie (Nihal Durmaz) et Argentine (Barbara Morovich, Javier Fernández Castro). Les acteurs des transformations urbaines sont à l’origine d’espaces de négociation qui engendrent, à des degrés différents, des tensions et parfois des conflits. Les changements urbains que les auteur.e.s se proposent de décrypter sont à lire dans le cadre des effets de l’expansion des villes et des ajustements, au sein de dynamiques globalisées contemporaines. Ces dernières imposent une manière largement partagée de fabriquer des villes au profit des logiques de marché que des États, le plus souvent, s’évertuent à accompagner. Dans ces villes denses en rénovation, des logiques complexes émergent alors entre des acteurs politiques nationaux ou locaux, des habitants ayant parfois des casquettes multiples, et d’autres acteurs de la société civile, qu’on peut appeler des élites extérieures (Gravari-Barbas et Gichard-Anguis, 2003) et dont font partie, parfois, des architectes et des chercheurs. Quelle est la capacitation de ces alliances d’acteurs à modifier des logiques décidées en amont ? Comment passe-t-on notamment à une participation critique (Friedberg 1972) ? Les enjeux sont-ils divergents ou convergent-ils ? S’attacher à cette complexité est l’intérêt majeur de cette partie qui met en exergue des projets en pratique et des pratiques de projet.

17Dans leur article sur Alexandrie et Le Caire, Florence Rudolf et Ghada Hassan Farouk interrogent la sémantique d’informalité urbaine à partir de retours de terrain effectués sur des quartiers en transformation rapide consécutivement à la révolution de 2011. Le travail de déconstruction des représentations des ashwaeyat s’organise autour de la confrontation entre des imaginaires et des observations d’étudiants en architecture égyptiens et français, dans une situation d’immersion dans ces quartiers en rapide transformation. Outre que ce témoignage offre un éclairage sur la fabrique de la ville hors projet, il invite à une réflexion sur la manière d’enseigner le projet urbain à des étudiants d’horizons différents.

18Ce sont également des quartiers défavorisés autoconstruits (gecekondu) et souvent stigmatisés qu’analyse Nihal Durmaz, mettant en exergue l’instrumentalisation de la réthorique environnementale dans l’éradication de ces quartiers. En Turquie, la « loi désastre » (2012) a eu un impact majeur sur la destruction de l’habitat populaire à Istanbul au profit d’une urbanisation forcenée. Le mobile des risques environnementaux et de la sécurité justifie un urbanisme de nettoyage des gecekondu. Les deux sites concernés par l’article de Nihal Durmaz, Sarıgöl et Tozkoparan, montrent cependant des formes de résistance. Cette réponse révèle l’aptitude des populations à s’organiser par la médiation d’associations qui revendiquent le droit à la ville (Lefebvre 1968) et à la participation.

19Dans l’article de Barbara Morovich et Javier Fernández Castro, l’accession à un droit à la ville des plus démunis est encore au cœur du projet urbain, initié en 2002 dans la Villa 31, un quartier défavorisé de Buenos Aires. Ce projet participatif, qui a vu l’alliance d’un groupe d’universitaires, de techniciens de l’urbain, d’ONG et d’institutions et représentants des villeros, impulse une démarche mémorielle et un changement d’image. Cette dynamique sociale conduit à la reconnaissance des droits de ses habitants. Cependant son appropriation par les politiques urbaines suscite des interrogations et des inquiétudes quant au risque de récupération des mobilisations urbaines au détriment des habitants de Villa 31. Comme le montre Gilles Vodouhe, la participation des habitants aux processus d’aménagement de leur cadre de vie est invoquée comme un préalable à la réussite des projets de rénovation par l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU). Le projet de rénovation de Hautepierre est l’occasion de voir comment cette participation se traduit dans la pratique des acteurs (habitants, élus locaux, ANRU, bailleurs sociaux, etc.). Dans cette optique, l’auteur fait le choix d’évaluer la participation des habitants par l’approche par les capabilités développée par l’économiste Amartya Sen. Dans le même sens, Catherine Delcroix et Elsa Lagier mettent en avant, dans leur contribution, des logiques de méfiance réciproque entre les habitants et les institutions locales qui tendent à paralyser le dialogue portant sur la rénovation. À partir d’une recherche collective menée pendant trois ans dans deux quartiers de la banlieue parisienne, elles constatent que le poids de l’organisation inter­communale tend à confisquer le dialogue : l’intercommunalité apparaît alors soustraite à tout espace public de délibération.

20Plusieurs constats communs peuvent être avancés. Les discours portant sur la « participation » des habitants à la fabrique urbaine sont largement répandus, mais correspondent aussi à des traditions institutionnelles et politiques différentes : en France, d’une part, des intercommunalités souhaitent « faire participer » les habitants avec l’aide d’une équipe de recherche, mais peinent à mettre en place des groupes de concertation à cause de résistances politiques ; ou toujours en France, la municipalité strasbourgeoise s’engage pour la participation des habitants à Hautepierre, sans parvenir à transformer cette intention en pratique. Dans les autres études de cas, dont l’Égypte, par exemple, la participation des habitants procède de formes d’auto-organisation en raison de son abandon par les pouvoirs publics. Cette forme de capabilité des plus démunis se trouve, selon les cas, relayée par des ressources internationales (ONU) ou des organisations communautaires, sans qu’il soit toujours très évident de discerner la part d’instrumentalisation entre des formes d’autonomie ou d’hétéronomie. Si à Istanbul on a affaire à un déni des capabilités des habitants en situation de risques environnementaux urbains par les autorités publiques, les mobilisations urbaines témoignent de luttes des habitants contre la dépossession d’un droit fondamental à la ville. Ce type de revendication en faveur de la participation habitante est relayée à Buenos Aires par un ancrage dans une culture sud-américaine redevable au modèle de Porto Alegre (Burgos-Vigna 2010).

21Nonobstant ces destinées différentes, les populations défavorisées et stigmatisées en raison de leur formes d’habitat et d’implantation urbaine développent des aptitudes envers l’action publique : elles agissent sous des formes licites ou illicites, détournées ou très claires, afin d’exprimer leur désaccord et témoignent de la sorte de leur contribution à la fabrique de la ville, voire de leur désir de participation aux projets urbains. Se pose, dans ce contexte, la question de la participation d’acteurs externes à ces territoires. Comment entrent-ils en jeu dans ces contextes ? Comment l’architecte, ou le sociologue font-ils pencher la balance d’un côté ou de l’autre ? Dans le cas de la Villa 31 de Buenos Aires, il est clair que le projet d’urbanisme a renforcé des revendications d’urbanisation de ce quartier stigmatisé destiné à l’éradication. Dans le cas de la région parisienne, l’intervention des sociologues a été certes difficile, mais a accompagné certaines requêtes des habitants. Et en ce qui concerne la Turquie, des architectes et des activistes d’ONG ont appuyé des associations d’habitants en lutte. L’ensemble de ces articles questionne la « double herméneutique » sociale par l’entremise de l’impact de l’observation et de la parole d’acteurs extérieurs sur des sites et leurs habitants.

Changer l’image de la ville

22Promesse d’une fabrique urbaine renouvelée, plus en prise avec les réalités de la ville au quotidien et à différentes échelles, le projet urbain est aussi l’occasion de transformer la ville par l’enchevêtrement de discours et de représentations urbaines. Les interventions urbaines par le recours aux images, qu’elles soient portées par des paroles et des gestes d’habitants, des formules accrocheuses, des croquis ou des images de synthèse, fait l’objet du dernier volet que le dossier consacre à la ville en projet. Cet aspect, passé trop souvent inaperçu, mérite d’être creusé tant la fabrique de la ville par le travail sur les images, qu’il soit porté par des collectivités locales, des professionnels ou tout simplement ses usagers, est essentiel au projet urbain. En témoignent ici, dans cette partie intitulée « Changer l’image de la ville », des contributions qui rendent compte de correspondances complexes entre des images forgées jusque dans les jeux vidéo auxquelles répondent des outils qui procèdent par des jeux d’image pour faire advenir la ville de demain, sans parler de toutes les images qui obscurcissent la fabrique urbaine au cœur des chantiers et au quotidien.

23Le premier papier de cette série proposé par Cathy Blanc-Reibel présente l’intérêt de montrer comment un pouvoir joue à un moment donné d’imaginaires disponibles pour faire avancer un projet de patrimonialisation. La patrimonialisation étant à cet égard le lieu même où s’observent des formes d’alliance entre production d’images, associations mentales et cognitives et intervention légitime. Dans ce processus de patrimonialisation, les collectivités travaillent à la confection d’une nouvelle image à l’échelle du quartier de la Neustadt à Strasbourg, stabilisé autour d’une identité établie depuis plusieurs décennies. Il s’agit d’un pari de taille puisqu’il s’agit de troquer l’imaginaire de l’annexion de l’Allemagne (1871-1918), dont le quartier est issu, à l’imaginaire d’exception d’un quartier classé par l’Unesco. Ce classement étant l’expression de la reconnaissance d’une valeur universelle exceptionnelle, pour reprendre la terminologie de l’organisation internationale, soit d’une reconnaissance dégagée des attachements locaux et historiques, susceptible de retenir un assentiment universel.

24C’est encore de transmutation urbaine dont il est question à propos du texte de Hélène Veiga Gomes « Changer l’image de la ville : le projet de la place d’Intendente à Lisbonne ». Le travail de la ville consiste ici à inverser le statut d’un quartier malfamé pour faire advenir en son lieu un des principaux quartiers attractifs de la capitale portugaise. L’article nous propose la déconstruction du processus qui a conduit à ce changement. Les images, représentations et les projections mentales sont multiples et varient en fonction des acteurs. Des usagers de la ville aux constructeurs / concepteurs d’images, nos yeux se voient proposer des mondes rêvés. Ces mondes en image virtuelle s’affichent lors des programmes immobiliers. Et le mécanisme des communications visuelles de ces projets est décrypté dans l’article d’Alexandra Pignol et Stéphane Mroczkowski. Les images de la ville accolées en lieu et place de la fabrique urbaine, soit des chantiers qui contribuent à sa réalisation, font ici écho au texte de Roland Barthes sur le façonnement des idéologies et du mythe. Il est donc question de la confection de normes cognitives et esthétiques en creux, c’est-à-dire par le jeu d’associations qui se voient revisitées et déplacées le cas échéant. Si cette modalité d’action conforte la puissance des images, elle n’est pas innocente ainsi qu’en témoigne l’intérêt que lui portent les marchands de vent par les investissements qu’ils mettent dans ce type de communication. Le marché permet incontestablement à de nouvelles expressions de voir le jour. Ainsi il fait obstacle à l’emprise d’un pouvoir autoritaire sur des pratiques professionnelles et des populations, mais il ne garantit pas contre d’autres menaces dont la tyrannie des marchands de vent.

25À propos de paysage urbain en proie à des images vendeuses et racoleuses faisant miroiter une ville sans labeur et sans odeur, Bruno Steiner nous invite à repenser le paysage. La « pensée paysage » se pare de figures-outils inédites (la marche, la carte, le jardin). Cette nouvelle manière d’entrevoir la ville relève également d’un renouvellement du côté des vécus qui ouvre des perspectives démocratiques novatrices.

26Pour conclure ce dernier volet du numéro thématique sur les projections urbaines, la dématérialisation ultime se dévoile dans les jeux vidéo. La fabrique de la ville disparaît concrètement au profit d’artefacts qui portent ombrage à l’architecture, à l’urbanité et aux pratiques urbaines. Ce processus participant insidieusement à l’éclipse des « vrais » gens, du droit à la ville pour les habitants, à être acteurs de leur quotidien et de leur citoyenneté urbaine/vie en ville. Pastiche de la vie et de la ville, c’est aussi le propos que l’on retrouve sous la plume de Gilles Noeppel et Patrick Schmoll, mais en y ajoutant la dimension historique. En remontant les générations de jeux vidéo dont la ville constitue le décor, le creuset, l’objet, etc., les auteurs nous invitent à goûter les représentations en creux dont la ville est vectrice. Si les jeux vidéo fonctionnent par l’entremise d’images de la ville, ils portent également un éclairage sur les types d’agentivité dont les humains se sentent possédés ou dépossédés en contextes urbains. La citoyenneté étant généralement rêvée sur le mode de l’aventure, du dépassement de soi, comme en écho à l’humanité augmentée, voire sur le mode de la guerre et de la destruction.

27La figure du projet, dont Boltanski et Chiapello ont montré qu’elle offrait un renouvellement à l’économie capitaliste de la fin des années 1990 (Boltanski et Chiapello 1999), s’épanouit en contexte urbain. Le dossier Projections urbaines en témoigne à la manière de la pointe d’un iceberg, c’est-à-dire selon un échantillon qui sans prétendre faire le tour de la question, tant la ville est devenue un des premiers terrains d’aventure de la démarche projet, s’est appliqué à observer sous de multiples facettes la dynamique du projet. Cette dernière se joue dans différentes coulisses ou scènes ; elle procède à partir de traditions disciplinaires, cognitives et techniques qu’elle questionne, actualise, déplace, mais également de cultures institutionnelles, politiques, associatives et habitantes. Elle se traduit enfin par des images visuelles ou sonores, poétiques ou non, œuvrant en creux et à distance, à l’instar des enseignements de Roland Barthes à propos de la construction du mythe (Barthes 1957). La ville redouble par conséquent de toutes ces contributions, des plus ténues et mineures au plus redoutables en raison de la force des alliances de l’argent et du pouvoir qui les relaient. Il demeure que c’est aussi ainsi que la ville habitée résiste par le pouvoir des trajets, des pratiques et des imaginaires des habitants et échappe fondamentalement aux concepteurs et idéologues et leur demeure, parfois, inaccessible.

Haut de page

Bibliographie

Barthes R. (1957), Mythologies, Paris, Seuil.

Boltanski L. et Chiapello E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Burgos-Vigna D. (2010), « Démocratie participative et attractivité des villes en Amérique latine. Étude comparée de Rosario (Argentine) et Villa El Salvador (Pérou) », Mondes en développement, n° 149, p. 53-68.

Friedberg E. (1972), « L’analyse sociologique des organisations », Pour, n° 28.

Gravari-Barbas M. et Gichard-Anguis S. (2003), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du xxie siècle, Paris, Presses de la Sorbonne.

Lefebvre H. (1968), Le droit à la ville, Paris, Éditions Anthropos.

Merlin P. et Choay F. (dir.) (2005), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Presses universitaires de France, p. 633.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Rudolf, Barbara Morovich et Cathy Blanc-Reibel, « Essor de la ville en projet »Revue des sciences sociales, 57 | 2017, 6-11.

Référence électronique

Florence Rudolf, Barbara Morovich et Cathy Blanc-Reibel, « Essor de la ville en projet »Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/revss/330 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.330

Haut de page

Auteurs

Florence Rudolf

Professeure des universités
Département d’architecture, Insa de Strasbourg,
directrice adjointe du laboratoire Amup (EA 7309).

Articles du même auteur

Barbara Morovich

Maîtresse assistante en anthropologie et sociologie
École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg. Laboratoire Amup (EA 7309).

Articles du même auteur

  • Mémoire et mobilisation [Texte intégral]
    Un projet d’urbanisation de la Villa 31 à Buenos Aires
    Memory and Mobilization: A Project of Urbanization of the Villa 31 – Buenos Aires
    Paru dans Revue des sciences sociales, 57 | 2017

Cathy Blanc-Reibel

Doctorante
Laboratoires Amup (EA7309) et DynamE, Université de Strasbourg.

Articles du même auteur

  • La Neustadt de Strasbourg [Texte intégral]
    L’exemple de co-construction d’un patrimoine urbain
    The case of Neustadt (Strasbourg), Co-construction of an Urban and Architectural Heritage
    Paru dans Revue des sciences sociales, 57 | 2017
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search