Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Lu – à lireAlbert Lévy (coord.), Ville, urba...

Lu – à lire

Albert Lévy (coord.), Ville, urbanisme et santé. Les trois révolutions

Maurice Blanc
p. 159-160
Référence(s) :

Albert Lévy (coord.), Ville, urbanisme et santé. Les trois révolutions, Paris, éd. Pascal & Mutualité française, 2012, 316 p.

Texte intégral

1Les liens entre l’urbanisme et la santé sont complexes et parfois contradictoires. L’idéologie anti-urbaine dominante voit dans la ville un lieu de perdition, à la fois physique et morale. De nombreux citadins aspirent à un retour à la campagne, notamment pour leur retraite, mais ils y renoncent car les équipements médicaux sont concentrés dans les villes. La distinction entre l’urbain et le rural est un marqueur puissant des inégalités sociales de santé.

2L’ouvrage collectif : Ville, urbanisme et santé. Les trois révolutions, démêle cet écheveau. Il se place dans une perspective historique et il montre que l’urbanisme et la santé publique sont intimement liés. Cet ouvrage est publié par la Mutualité française, avec une préface de son président qui en souligne l’intérêt pour les professionnels de la santé et de l’urbanisme, mais aussi pour le grand public. Au sens positif, c’est un ouvrage de vulgarisation : il permet aux citoyens de participer en connaissance de cause au débat démocratique sur les enjeux d’une ville soucieuse de la santé de tous.

3Le coordinateur, Albert Lévy, est l’auteur principal. Dès les débuts de la révolution industrielle, l’hygiénisme a lutté contre le choléra, en ouvrant les logements pour qu’ils bénéficient de l’air pur et de la lumière du soleil. La découverte des microbes par Louis Pasteur en 1862, puis des vaccins en 1885, serait la source d’une première révolution scientifique : contre la tuberculose, il ne suffit plus d’aérer, il faut surveiller l’eau. L’urbanisme ne doit pas seulement débarrasser la ville de ses « chiasmes », il devient un « urbanisme d’assainissement », ce que le Baron Haussmann, Préfet de Police sous le Second Empire (1852-1870), a mis en œuvre à Paris. Assainir la ville inclut le raccordement de tous les espaces, publics et privés, à des réseaux largement souterrains.

4Au tournant du xixe au xxe siècle, la découverte de l’inconscient et la création de la psychanalyse par Sigmund Freud auraient donné naissance à une seconde révolution, dans le domaine de la psychiatrie et dans celui de l’urbanisme. Mais les résistances sont fortes. La psychiatrie de secteur dans le Paris des années 1960 et le courant antipsychiatrique en Italie, visent à insérer les malades mentaux dans une cité qui ne chercherait ni à les « normaliser » (au sens de Foucault), ni à les soustraire au regard. La troisième révolution affectant l’urbanisme et la santé commencerait à peine, avec la prise de conscience de l’impact majeur de l’environnement (dans son double sens physique et social) sur la santé à la fois individuelle et collective. La réponse se met en place tâtons : la ville durable.

5Malgré son titre, « la révolution pastorienne, la ville et l’urbanisme », la Ire partie traite des liens entre urbanisme et santé tout au long des xixe et xxe siècles (donc avant et après Pasteur), apportant des éclairages très intéressants sur l’hygiénisme et ses limites. Sabine Barles et André Guillerme font un bilan très sombre de l’état sanitaire de Paris à la veille de la Révolution française, indispensable pour comprendre la suite. L’industrialisation de Paris a aggravé ce bilan, dès le début du xixe siècle : de nombreuses industries utilisent des produits toxiques et polluants, provoquant ce que l’on appellera plus tard des maladies professionnelles. La focalisation de la statistique parisienne naissante sur le logement insalubre occulte la responsabilité de l’industrie dans la mauvaise santé des travailleurs, mais aussi celle des résidents aux alentours (Cottereau, 1978). Yankel Fijalkow complète en présentant les divers courants hygiénistes ; l’habitat insalubre a fédéré médecins et ingénieurs, débouchant au xixe siècle sur le « spatialisme », doctrine qui prétend résoudre les problèmes sociaux et sanitaires par un aménagement judicieux de l’espace.

6Pour le xxe siècle, Rémi Baudoui esquisse comment la Fondation du « Musée social », pur produit du paternalisme patronal, a donné naissance à la Société française des Urbanistes (SFU) qui s’est inspirée des « cités-jardins » britanniques, associant explicitement la construction de logements salubres et l’hygiène urbaine. Il montre que, entre les cités-jardins et la Charte d’Athènes (1933), il y a beaucoup de continuités, relativisant la prétention de Le Corbusier à la rupture radicale de son architecture moderne. La biographie de Le Corbusier pourrait expliquer sa théorie : il détestait sa ville natale, La-Chaux-de-Fonds, et il la voit comme « l’anti-ville », car son tissu dense d’ateliers artisanaux (dont l’horlogerie) ne laissait place à rien d’autre que l’activité économique.

7Albert Lévy conclut la Ire partie par une analyse détaillée du contenu de la Charte d’Athènes et de son « impact sanitaire ». Il confirme que, malgré les querelles entre Le Corbusier et la SFU, la continuité l’emporte : « le triptyque soleil-verdure-espace de la Charte d’Athènes […] est proche de la triade soleil-air-lumière, mobilisée pour la conception du sanatorium » (p. 169-170). Le « spatialisme hygiénique » de Le Corbusier se désintéresse du patrimoine urbain et de l’histoire : il veut faire table rase du passé, ce qui est un facteur de troubles mentaux.

8L’introduction de la IIe partie, « la révolution freudienne, la ville et l’urbanisme », retrace brièvement l’histoire de la psychiatrie avant Freud et elle souligne l’importance en France de la loi de 1838 sur l’internement des aliénés. Elle présente schématiquement la théorie psychanalytique, mais elle s’inspire de Michel Foucault plus que de Sigmund Freud. Albert Lévy affirme que la psychanalyse a eu tardivement un fort impact sur la ville et l’urbanisme, mais s’agit-il d’une « révolution » ? (voir ci-dessous).

9Aurélia Michel analyse les liens entre urbanisme et psychiatrie, du début du xixe siècle à la fin du xx; sa contribution apporte un peu de crédit à la thèse d’un tournant psychothérapeutique dans ces domaines. Sous l’Ancien Régime, on enfermait indistinctement les indigents, les criminels et les fous. Un premier changement intervient sous la Révolution : le Dr. Pinel sépare ces derniers des autres, d’abord pour les protéger, mais surtout pour rendre possible une cure qui les met à l’abri des influences malsaines de la ville. La seconde étape est initiée par Haussmann : les établissements psychiatriques prévus par la loi de 1838 ne sont plus à la campagne mais, souvent, à la périphérie des villes ; ils sont accessibles aux familles et au personnel. La mise au travail devient un moyen thérapeutique, etc. « C’est un second âge pour l’hygiénisme, dans lequel le corps de la ville doit être soigné conjointement sur le plan matériel, urbain, social et médical » (p. 213). Dans cette logique, le Front populaire a eu trois priorités en matière de santé publique : le dépistage de la tuberculose, la Protection maternelle et infantile et la santé mentale. Enfin, selon l’auteure, « trois révolutions se rejoignent à la fin des années 1960 » (p. 213) : l’antipsychiatrie considère que l’hôpital psychiatrique ne soigne pas, mais rend encore plus fou (tout comme la prison est « l’école du crime »). La mise sur le marché des neuroleptiques permet d’envisager des alternatives à l’hospitalisation. La diffusion des approches psychanalytiques dans les champs de la psychiatrie et de la psychothérapie est la plus importante ici : « la psychanalyse déspatialise le soin » (p. 218), il n’a plus de lieu propre, il est partout et nulle part. Mais cette posture a une limite majeure : l’absence d’enracinement socio-spatial déstabilise les individus et les institutions. L’auteure rappelle une évidence souent négligée : si la forme spatiale de la relégation socio-spatiale change, elle ne peut être éradiquée tant que le marché foncier réserve les espaces socialement valorisés à ceux qui ont la capacité de payer.

10Christian Laval revient sur l’absence d’enracinement à partir de l’opposition entre « résider » et « habiter », exprimée dans les termes d’Ivan Illich : le « garage humain » est le produit de la ville industrialisée à outrance, limité à la reproduction de la force de travail ; il s’oppose à « l’espace vernaculaire » : il s’inscrit dans une tradition qui permet l’appropriation de l’espace par sa transformation. L’auteur déconstruit le spatialisme : un milieu insalubre pour le corps n’est pas forcément un milieu malsain pour l’esprit ; il est possible de construire un tableau à double entrée pour rendre compte de leurs interactions. Un second tableau croise la maladie mentale avec la santé mentale (qui ne se limite pas à l’absence de maladies). Faire de la ville un milieu favorable à la santé mentale est une mission à haut risque. L’auteur conclut allusivement par un « éloge des espaces transitionnels », qui « ouvrent des espaces non attribués à tel ou tel usage » (p. 236) ; mais ces espaces ont-ils une parenté avec « l’objet transitionnel » de Ronald Winnicot (Remy, 2013, p. 42) ?

11La 3e partie, « la révolution environnementale, la ville et l’urbanisme », rappelle la mise en cause de l’environnement comme source de nombreuses pathologies et l’émergence de « l’éco-santé » : le rapport Bruntland en 1987, les Agendas locaux 21 du Sommet de Rio en 1992, etc. Albert Lévy analyse la Charte d’Aalborg de 1994, qui se présente comme « l’anti Charte d’Athènes ». Il appelle à la transdisciplinarité, seule à même d’éviter deux écueils : le « tout biomédical » et le « tout spatial ».

12Sébastien Fleuret analyse la place de la santé et de la médecine dans la société. Il montre le développement d’une « technocratie sanitaire », dans le sillage d’une médecine hospitalière de plus en plus technique et spécialisée. Il analyse l’intérêt et les limites du programme Villes-Santé de l’Organisation mondiale de la Santé et des Ateliers Santé-Ville en France. Il faut décloisonner et déspécialiser pour « replacer la santé dans la société » (p. 280).

13Roderick Lawrence applique à la santé l’échelle bien connue de la multidisciplinarité (accumulation de points de vue disciplinaires sur un même objet), l’interdisciplinarité (coopération de diverses disciplines) et la transdisciplinarité, ou dépassement des disciplines. Il conclut en appelant à davantage de transdisciplinarité.

14Malgré l’intérêt des contributions réunies dans cet ouvrage, sa principale faiblesse tient à son architecture d’ensemble. Il est construit sur les « trois révolutions » annoncées dans le sous-titre, mais en faisant un usage abusif de ce terme : une révolution est le produit d’une découverte qui introduit une rupture majeure dans la vision du monde et/ou dans l’approche du problème à traiter (Kuhn, 1962), ce qui est absent ici.

15Quelle que soit l’importance de la découverte des microbes, elle n’a bouleversé ni l’urbanisme, ni la santé publique. La meilleure preuve est que la première partie traite à la fois de l’avant et de l’après Pasteur. Elle montre quelques inflexions mais, surtout, de la continuité. De façon plus radicale, l’existence d’une révolution psychanalytique dans l’urbanisme n’est pas démontrée. Pour Albert Lévy, « cette influence […] a été plutôt indirecte, […] à côté des autres sciences humaines et sociales » (p. 191). C’est bien loin d’une révolution. Il en va de même pour la « révolution environnementale » : le mot éco-quartier a un grand succès, mais correspond-il à de nouvelles approches et à de nouvelles pratiques de l’urbanisme ? Lévy lui-même semble en douter : « quelques expériences partielles d’éco-quartiers qui ont valeur de modèle, […] mais avec certaines limites » (p. 258). En paraphrasant Foucault, il faut interroger l’écart entre les Mots et les Choses, avant de parler de Révolution.

Haut de page

Bibliographie

La bibliographie ci-dessous reprend des textes non référencés dans l’ouvrage.

Cottereau, Alain (1978), « La tuberculose, maladie urbaine ou maladie de l’usure au travail ? », Sociologie du Travail, vol. 20, n° 4, p. 192-225.

Foucault, Michel (1966), Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

Kuhn, Thomas S. ([1962] 2008). La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Remy, Jean (2013) « La transaction : une manière de faire de la sociologie », Pensée plurielle, n° 33/34, p. 35-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Blanc, « Albert Lévy (coord.), Ville, urbanisme et santé. Les trois révolutions »Revue des sciences sociales, 52 | 2015, 159-160.

Référence électronique

Maurice Blanc, « Albert Lévy (coord.), Ville, urbanisme et santé. Les trois révolutions »Revue des sciences sociales [En ligne], 52 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/revss/3306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3306

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search