Navigation – Plan du site
Pratiques professionnelles

Urbanisme de guerre

La reconstruction des villages alsaciens après la IIe Guerre mondiale (1941-1958)
The War Town Planning in Alsace (1941-1958). Alsace underwent massive destructions during 2nd World War and, from 1941, 3rd Reich, then France from 1945, worried to reconstruct the destroyed zones
Marie-Noële Denis
p. 14-20

Résumés

L’Alsace a subi des destructions massives lors de la IIe Guerre mondiale et, dès 1941, le IIIe Reich, puis la France à partir de 1945, se sont préoccupés de reconstruire les zones dévastées. La reconstruction nazie se fit suivant le principe des villages de « l’Ordre Nouveau » avec une réorganisation fondamentale et autoritaire de la population rurale dans le domaine politique, social et économique, par le biais du remembrement des terres et l’uniformisation des constructions. Les plans, tracés selon la séparation des fonctions et l’aération du bâti, s’organisent avec un espace vert au cœur du village, une place de parade entourée des constructions communales et une image homogène des bâtiments et des rues. La cité paysanne de Marckolsheim (Bas-Rhin) en est un bon exemple avec ses trois types d’exploitations : les fermes héréditaires de 18 hectares, les entreprises moyennes de 10 hectares, et les habitations de travailleurs.

Haut de page

Texte intégral

1L’Alsace a subi des destructions massives lors de la IIe Guerre mondiale et, dès 1941, le IIIe Reich, puis la France à partir de 1945, se sont préoccupés de reconstruire les zones dévastées. La région se trouve donc être un bon laboratoire pour évaluer les différences de conception et de réalisation des projets d’urbanisme et d’architecture de ces deux entités politiques opposées.

Les réalisations nationales socialistes

L’idéologie nationale socialiste et l’architecture

2La politique urbanistique et architecturale autoritaire du IIIe Reich se voulait le support d’une complète restructuration économique et sociale. La politisation de l’architecture en Allemagne datait de la République de Weimar, qui adopta un style international comme expression de la démocratie. S’y opposèrent les théories du nazisme, militant pour une architecture régionaliste faite de matériaux et de traditions locales pour la préservation des terroirs (Heimat). Il s’agissait alors de relancer la production agricole. L’architecture régionaliste devait contribuer ainsi à l’attachement du paysan à sa terre. Il s’agissait aussi d’un discours raciste d’entretien de l’identité allemande. Le paysage devait dessiner un système de significations ayant pour but le redressement national et une remise en ordre des choses. Dans cette perspective parut un dictionnaire de 70 types de fermes et de 4 grands paysages.

La reconstruction nazie en Alsace

3La reconstruction nazie en Alsace se fit suivant le principe des villages de l’« Ordre Nouveau » créés par une ordonnance du 2 décembre 1940.

4Les destructions étaient importantes le long de la ligne Maginot, dans la vallée du Rhin : 5 700 bâtiments détruits, 24 000 endommagés dans les communes de Marckolsheim, Lauterbourg, Richtolsheim, Scheibenhard, Salmbach et Rott. Dès le 30 juin 1940 un décret est publié pour planifier la reconstruction. Il est décidé d’importantes interventions sur les structures villageoises existantes. Il n’est pas prévu de les remplacer in situ, et une partie des localités et des habitats détruits ne devront pas être reconstruits, avec pour but un déplacement de population.

5Il est projeté d’édifier 36 communes d’« Ordre Nouveau » avec une réorganisation fondamentale de la population rurale dans le domaine politique, social et économique, par le biais d’un remembrement des terres en des exploitations où l’utilisation des machines sera rentable : 12 à 15 hectares pour les terres labourables et 5 à 6 hectares pour les vignes. Ces nouvelles unités doivent pouvoir employer 4 personnes à plein temps. 5 000 fermes héréditaires sont à créer de manière autoritaire et le chef de l’administration civile peut entamer des processus de remembrement, prescrire la reconstruction de certains bâtiments ou l’interdire, retirer le droit de propriété ou le limiter.

6Le village fait l’objet de grandes théories : séparation des fonctions, aération du tissu bâti, planification verte. Elles sous-tendent une nouvelle organisation de la communauté rurale. Il faut en outre des espaces verts au cœur du village et une image homogène des bâtiments et des rues. Le point culminant est la place, entourée de constructions communales, un peu à l’écart des axes de circulation pour faciliter le déroulement des fêtes et des parades politiques. Les bâtiments communautaires ont un poids particulier dans l’image du village : mairie, école, jardin d’enfants, foyer des jeunes (il n’est pas question d’un lieu de culte). Ils seront l’expression de la vie sociale et conçus « d’une manière qui dépasse l’ordinaire ».

7Les centres d’architecture de Strasbourg et de Karlsruhe sont chargés d’établir une typologie et des normes pour l’architecture privée. L’école de Karlsruhe est plutôt moderniste avec Joseph Kaufmann, qui publie en 1943 « L’architecture de campagne » où il affirme que « la construction ne doit pas se figer dans la fixation du passé ». À Strasbourg, on est plus traditionaliste autour de Joseph Schlippe (directeur des monuments historiques), avec son « Manuel de construction » et Paul Schmitthenner, issu de l’école de Stuttgart, mais d’origine alsacienne. Deux plans types de fermes sont établis pour réduire le nombre de formes : les fermes à deux ailes en équerre et les fermes linéaires, où tous les bâtiments se trouvent sous un même toit. Un modèle grandeur nature est présenté à l’exposition de Strasbourg, en août 1941.

8La propagande appuie les projets. On peut lire dans la presse régionale, en septembre 1940 : « La parole du Führer de faire reconstruire les maisons détruites des compatriotes alsaciens en mieux et en plus beau va se réaliser ». À Marckolsheim la pose de la première pierre de la reconstruction de 25 fermes, en présence du Gauleiter Robert Wagner, s’accompagne d’une grande parade avec musique. « Une commune modèle est en train de naître ». 400 millions de DM sont prévus. On peut lire encore le 29 juin 1940 « Les pierres parleront ». Du fait de la guerre avec la Russie, la reconstruction en Alsace s’arrêtera en 1942.

9Des protestations se sont fait jour. Les superficies sont jugées trop vastes. Les habitants de Hunspach refusent que leur héritage séculaire, tant matériel que culturel, serve d’objet d’expérimentation. Ils sont soutenus par le conservateur du musée de Bade, originaire du village. Mais aucun recours n’est possible contre l’attribution arbitraire des nouvelles maisons et des exploitations. Ces changements furent ressentis par la population comme des actes tyranniques qui devaient être oubliés après la guerre et l’ancien cadastre rétabli. L’intervention allemande eut pour résultat de rendre la population locale plus que prudente vis-à-vis des schémas de remembrement qui furent proposés ensuite par les planificateurs français.

La cité paysanne de Marckosheim

10Marckolsheim, fortement endommagée, détruite à 60 % lors des combats de juin 1940, fait l’objet d’un programme d’aménagement rural et social suivant un plan qui est un mélange de principes fonctionnalistes, hygiénistes et régionalistes.

11Un nouveau quartier est prévu sur des terrains autrefois non bâtis, avec une grande place et un verger commun. Les constructions s’organisent de part et d’autre de l’ancien fossé des remparts médiévaux en une rue nord-sud. Le plan des parcelles est à l’opposé du dessin historique pour optimiser la rentabilité des exploitations par un accès direct aux champs.

12Les trois plans types (Ill. 1) des constructions sont le reflet d’une nouvelle organisation économique et sociale. Ils comprennent :

  • 4 Erbhöfe (fermes héréditaires), attribuées aux habitants détenteurs de la carte du parti. Une loi d’héritage de 1933 les rend indivisibles et inaliénables. Elles sont regroupées au nord de l’espace bâti et correspondent à des exploitations de 18 hectares avec 15 têtes de gros bétail. Les bâtiments, disposés en plan semi-ouvert en L, comprennent une habitation, une porcherie et une grange. L’entrée du logis se fait sur la rue, en signe de distinction sociale.

  • 6 Mittlere Betriebe (entreprises moyennes), correspondant à des exploitations moyennes de 10 hectares en location. Le plan de la ferme est aussi disposé en L, autour d’une cour semi-ouverte, mais les bâtiments sont moins importants. L’entrée de la maison d’habitation se fait sur la cour. Les occupants sont de simples exploitants qui bénéficient de la location de terres confisquées.

  • 4 Arbeiter Wohnhäuser (habitations de travailleurs), destinées aux ouvriers agricoles, journaliers et artisans, simples maisons-blocs avec, sous un même toit, l’habitation et les bâtiments agricoles, correspondant à une exploitation inférieure à 5 hectares, juste destinée à l’apport d'un complément alimentaire.

Ill. 1 : La cité paysanne de l’« Ordre Nouveau » à Marckolsheim a été édifiée le long d’une rue tracée sur les anciens remparts médiévaux. On distingue bien les trois plans types : Erbhöfe (fermes héréditaires), Mittlere Betriebe (entreprises moyennes), Arbeiter Wohnhäuser (habitations de travailleurs).

13L’élaboration de ces plans types a été réalisée aux bureaux de la Reconstruction de Colmar. Leur édification, prise en charge par une entreprise de Fribourg, a lieu de juin 1941 à mai 1943. Il s’agit d’une architecture régionaliste, avec un plan fonctionnel pour limiter les déplacements lors des tâches agricoles. Les matériaux et la mise en œuvre sont industrialisés et identiques pour les trois modèles : murs en briques, toitures en tuiles écailles, encadrements des portes et des fenêtres en grès rose industriel, poteaux métalliques, charpentes en bois ou en béton armé, soubassements en béton. S’y ajoutent quelques éléments de confort moderne : eau courante, fosse septique, salle de bains, mais w.-c. extérieurs.

Derniers avatars

14Les projets et réalisations de la période nazie eurent des répercussions sur les reconstructions françaises d’après-guerre, surtout dans le nord de l’Alsace. Les Français adoptèrent certaines caractéristiques de la politique nazie, en particulier dans l’architecture des maisons, inspirées de la tradition locale, revue par des hommes de l’art, une voirie élargie, aérée, des espaces verts plus nombreux et une place de sociabilité communautaire jusqu’ici inexistante dans les villages alsaciens. Ainsi à Hatten et Rittershoffen, les architectes Charles Treiber et Oscar Burger, chargés des travaux dans ces communes détruites à 80 % lors des deux semaines de combat de l’offensive « Nordwind », en janvier 1945, se sont inspirés de réalisations allemandes. Charles Treiber avait fait ses études à Stuttgart de 1920 à 1927 où il avait été élève de Schmitthenner.

Ill. 2 : À Hatten (Bas-Rhin), dans la rue principale, le modèle est inspiré des maisons allemandes dites « Schmitthenner », conçues dans les années trente par cet architecte, professeur à l’école de Stuttgart, et originaire de la région. Photo : R. Denis.

15La reconstruction de Hatten commence en 1949. Il n’y a pas de projet homogène. Le plan d’urbanisme est confié à d’autres et reprend le plan ancien du village-rue. Les deux architectes cités conçoivent des maisons crépies, avec pignon sur rue, à un étage, toit à forte pente avec croupe. Celles-ci ressemblent fortement à celles qui avaient été à la mode en Allemagne dans les années trente, sous le nom de « maisons Schmitthenner » (Ill. 2). Beaucoup d’éléments sont inspirés de la tradition alsacienne car Schmitthenner était lui-même originaire de la région. Il s’agit d’une « réimportation ».

16Mais les deux communes se distinguent aussi par la construction d’une vaste place plantée d’arbres, encadrée de lourds bâtiments officiels (dont la mairie), en annexe de la rue principale, qui sont une réminiscence des places de parade de la période nazie (Ill. 3).

Ill. 3 : À Hatten, dans le nord de l’Alsace, les réminiscences des projets allemands ont donné naissance à une vaste place, devant la mairie, destinée à l’origine aux fêtes patriotiques, mais qui sert surtout de parking. Photo : R. Denis.

17À Drusenheim 12 architectes sont intervenus dans la reconstruction, avec des soucis d’économie qui ont normalisé et simplifié les modèles, à l’exemple des réalisations de la période précédente. Ils ont répondu à l’injonction du ministre de la reconstruction qui, en visite dans la commune, a considéré les réminiscences du passé injustifiées, et recommandé une reconstruction sous le signe de l’industrialisation. À Drusenheim toutes les maisons sont uniformes, selon deux modèles à un niveau ou deux niveaux, avec pignons alignés le long de la rue, briques crépies, toit à forte pente et ouvertures symétriques (Ill. 4). De plus vastes proportions que les anciennes et avec un jardinet clôturé en façade (vague souvenir d’une cité-jardin) elles sacrifient à l’hygiénisme et à la modernité.

Ill. 4 : À Drusenheim encore, les constructions, plus systématiques, répondent à des critères d’industrialisation recommandés par le MRU. Les rues ont été élargies, bordées de trottoirs, et les maisons édifiées en retrait, précédées d’un espace planté, sur le modèle des cités-jardins. Photo : R. Denis.

18À Drusenheim l’église et la mairie furent reconstruites à l’identique, sur leur emplacement initial, mais une grande place bordée de bâtiments identiques et symétriques, en annexe de la rue principale, et face à la mairie, rappelle les directives nazies (Ill. 5).

Ill. 5 : Le même type de place, encadrée de bâtiments symétriques, a été aménagé à Drusenheim (Bas-Rhin), face à la mairie. Photo : R. Denis.

Les reconstructions françaises après la IIe Guerre mondiale

19Au contraire, les principes de reconstruction en Alsace rurale après la IIe Guerre mondiale se proposaient de restaurer l’ordre ancien. Il s’agissait d’effacer les traces de la guerre, d’associer la population aux projets de reconstruction, avec un strict encadrement de l’État.

Le précédent de la Ire Guerre mondiale

20Une première expérience avait eu lieu après la Ire Guerre mondiale, dans les zones des champs de bataille : Val d’Orbey, Vallée de Munster et Sundgau. 20 000 bâtiments avaient été détruits ou endommagés. Il s’agissait de rendre aux villages leur aspect d’avant-guerre et, en premier lieu, de rebâtir l’église selon son modèle primitif. Il fallait se méfier d’une trop grande régularité, faire appel à des architectes du pays pour garder le charme de l’Alsace, bien pénétrer les besoins des habitants, leurs goûts, leurs mœurs. Dans ce cadre, les projets devaient aussi tenir compte de certaines contraintes, par exemple l’accord de la municipalité pour l’édilité et l’alignement.

21En 1917 le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts et celui de l’Agriculture avaient organisé deux concours d’architecture pour déterminer des modèles types « de plans de bourgs et de villages pour la reconstruction des habitations rurales dans les départements envahis », y compris pour l’Alsace, sous domination de l’Empire Allemand, dont la récupération était d’ores et déjà envisagée. Il s’agissait de rationaliser l’organisation des fermes au nom de l’hygiène et de l’évolution des techniques agricoles, avec la nécessité de « conserver les principaux traits qui fondent le caractère et la diversité de nos campagnes », selon les thèses régionalistes de l’époque. Ces concours aboutirent en 1917 à la publication de recueils de plans types. D’autre part, le retour au passé était favorisé par le fait que le sinistré n'était entièrement financé par l’État que s’il reconstruisait exactement dans l’état antérieur et au même emplacement. S’il voulait des modifications, il devait en supporter la charge financière.

22La reconstruction fut surtout le fait de décisions individuelles. Le propriétaire pouvait faire exécuter le projet par l’architecte de son choix, sous réserve de l’approbation de l’architecte du district. Il était recommandé de développer l’initiative privée et de faire appel à des entrepreneurs locaux ou à des coopératives de construction.

La législation française

23À l’exemple de ce précédent il fut décidé, après la seconde guerre mondiale :

  • de maintenir la population sur place avec l’édification rapide de « villages de baraques ».

  • de reconstruire à l’identique les villages sur leur emplacement ancien, avec un plan d’urbanisme et une architecture qui respectent la tradition.

  • de confier les travaux le plus possible à l’initiative privée, avec un contrôle très étroit des services de l’État.

  • Une série de dispositions officielles vont encadrer la reconstruction.

  • Le 16 novembre 1944 un décret crée le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), avec un commissariat général des dommages de guerre. Il est chargé d’établir, de proposer et de faire exécuter un plan général de construction, d’établir des dossiers, d’évaluer les dommages mobiliers et immobiliers, de régler les indemnités.

  • Un décret du 21 juin 1945 précise que les projets de reconstruction et d’aménagement des communes sinistrées doivent être établis par un homme de l’art ou par un service qualifié, désigné après avis du maire, par le MRU, ou sa délégation au préfet pour les communes de moins de 2 000 habitants. Ces projets sont soumis à enquête publique.

  • Le décret du 31 décembre 1946 encadre le travail des architectes inscrits sur la liste d’agrément du MRU, les propositions d’agrément étant établies par des commissions nationales. Ils prêtent serment devant un tribunal civil. Ces architectes sont affectés à une région donnée et les sinistrés doivent obligatoirement recourir à l’un d’entre eux pour les travaux supérieurs à 300 000 F.

  • Une loi du 16 juin 1948 encadre les sociétés coopératives de reconstruction. Elles doivent être composées de personnes physiques ou morales ayant droit à une indemnité pour réparation de dommages immobiliers, et obtenir l’agrément du MRU. Elles fonctionnent par appels d’offres. De même pour les associations syndicales de reconstruction, dont les statuts doivent être approuvés par le MRU, et qui sont assistées d’un commissaire à la reconstruction.

  • Une instruction de 1948, rédigée par le MRU, précise que le commissariat aux dommages de guerre effectue le constat des dégâts et l’évaluation des dommages sur la base d’une reconstitution à l’identique, avec un abattement pour vétusté, et qu’il est responsable de la conduite des opérations nécessaires à la reconstitution effective du bien : projet, préparation des marchés, conduite et règlement des travaux.

La mise en œuvre en Alsace

24En Alsace, 25 930 bâtiments ont été détruits, 120 550 sont réparables. Les combats de la « Poche de Colmar », du 20 janvier au 9 février 1945, furent particulièrement meurtriers et les communes d’Ammerschwihr, Bennwihr, Guémar, Grussenheim, Jebsheim, Katzenthal, Lutterbach, Mittelwihr, Ostheim, Sausheim, Sigolsheim et Wihr-au-Val sont entièrement détruites. Dans le nord, l’offensive allemande « Nordwind », de novembre 1944 à mars 1945, a grièvement endommagé les communes de Hatten, Itterswiller et Drusenheim.

25Le MRU distingue les architectes-urbanistes qui établissent les plans d’ensemble, en suivant les règlements d’urbanisme, et les architectes d’opération destinés à évaluer les dégâts et à reconstruire. Au début de l’été 1948, 28 urbanistes sont embauchés pour le travail de planification initial dans le Bas-Rhin, et autant dans le Haut-Rhin. Ils évaluent l’étendue des dommages, les flots de trafic en temps de paix, les opportunités d’emploi, les réserves pour les services publics, les tendances d’évolution de la population et la possibilité d’étendre les espaces bâtis. Des progrès pour les fournitures d’eau et les principaux assainissements sont proposés, avec des suggestions pour réduire la densité de l’habitat. La planification est confrontée au dilemme de redessiner les villages, de construire des habitations en un minimum de délai, en respectant les traditions culturelles et l’architecture de l’Alsace.

26Gustave Stoskopf, architecte formé à Strasbourg et à Paris, est retenu par le MRU pour élaborer les projets de 4 communes du Vignoble où il exercera les deux fonctions. Il doit établir des plans-masses, en tenant compte des perspectives d’aménagement à long terme. Pour ce faire, il respecte une stricte planification qui définit le périmètre de l’agglomération, une zone non aedificandi, une zone industrielle et une zone de protection. Le plan-masse doit aussi déterminer les voies à conserver, à modifier ou à créer, la disposition des places et des espaces publics, les terrains réservés pour les services communaux (mairie, école, places, terrain de sport…).

27Après la Libération, beaucoup d’Alsaciens, profondément attachés à leur province, expriment le désir que leur maison puisse être reconstruite comme avant. En revanche, d’autres sinistrés, qui vivent dans des baraques, veulent une reconstruction aussi rapide que possible. Elle durera 10 à 12 ans.

28Malgré le souci de restaurer, un regard neuf est porté sur les agglomérations, grâce aux hygiénistes et aux urbanistes qui font partie des commissions préfectorales. On supprime les petites rues médiévales, on remembre le parcellaire et on reconstruit au mieux, dans des formes fonctionnelles, modernistes et durables, sans sacrifier l’aspect et le cachet traditionnels. Les instructions générales combinent un respect général pour l’habitat rural traditionnel avec l’usage du béton. Ce qu’il y avait d’étroit et dense dans les villages doit être ouvert, et certaines maisons seront reconstruites hors les murs, dans des « zones de compensation ». Les nouveaux plans doivent être moins tortueux, les rues plus larges, les carrefours et les places plus spacieux. Par ailleurs les architectes contribuent à concevoir des bâtiments qui utilisent les techniques modernes, parfaitement intégrés au vieux style alsacien. Par mesure d’économie, et faute de matériaux, la reconstruction ne se fait pas à l’identique. Les habitations sont plus vastes. L’acier et le béton précontraint sont utilisés dans les charpentes, la brique industrielle remplace le pan de bois, le grès est scié et non taillé. Ce respect mesuré de l’architecture régionale aboutit à une œuvre ni passéiste, ni futuriste.

29La mise au point, la concertation et la validation des projets, bien qu’elles soient soumises à l’avis et aux observations des conseils municipaux (étroitement associés à l’élaboration des plans) sont contrôlées par la commission départementale de l’urbanisme. Le préfet en est le président et elle comprend, entre autres, les chefs des Ponts et Chaussées, du Génie Rural, l’architecte départemental des monuments historiques, le médecin inspecteur de la santé, un membre du comité départemental d’hygiène, un représentant des architectes, des membres de la délégation départementale du MRU, de la commission départementale de la reconstruction, les maires des communes concernées. La coordination entre les projets de reconstruction et les autres procédures (voirie, électrification, réseau d’eau potable, assainissement, remembrement du parcellaire) doit être assurée.

30La mise en œuvre est confiée à des sociétés coopératives de reconstruction (SCR) ou à des associations syndicales de reconstruction (ASR) qui perçoivent les indemnités, préparent les dossiers administratifs et techniques, évaluent les dommages, établissent les projets de travaux, en assurent la surveillance et le paiement. Le maire, un conseiller municipal, un conseiller départemental, des fonctionnaires du MRU, les architectes et les entrepreneurs en font partie.

L’exemple de Mittelwihr

31À Mittelwihr, Gustave Stoskopf est à la fois architecte-urbaniste et architecte d’opération (avec 15 de ses collègues). Il connaît parfaitement les particularités de la région et s’attache d’abord à valoriser les points de repère symboliques de la communauté villageoise : la mairie et les lieux de culte.

32Le temple est reconstruit sur son emplacement ancien, sous une forme contemporaine, avec récupération des arcades d’un bas-côté et du clocher à titre de mémorial (Ill. 6). L’église catholique prend place à côté, dans un style comparable. La mairie est placée au centre du village, sur la rue principale, où l’on a ménagé une petite place. Il s’agit d’un édifice monumental, avec grandes ouvertures verticales modernes. Mais un toit à forte pente et un campanile rappellent l’architecture traditionnelle.

Ill. 6 : À Mittelwihr, les vestiges de l’église protestante et son clocher ont été conservés, pour mémoire. Photo : R. Denis.

33En ce qui concerne la voirie, la rue principale est élargie et redressée, bordée de trottoirs (Ill. 7), les parcelles bâties sont, si possible, agrandies.

Ill. 7 : À Mittelwihr (Bas-Rhin) la voirie a été élargie, bordée de trottoirs et assainie par un dispositif de caniveaux et d’égouts. Photo : R. Denis.

34Les constructions individuelles reprennent les dispositifs traditionnels. Les maisons sont orientées pignon sur rue et façade sur cour. Les bâtiments (habitation, grange, étable, pressoir) sont disposés en U autour de la cour, la cave et le cellier se trouvent sous la maison. La pente du toit, en tuiles écaille, est très accentuée avec coyau. Les encadrements des ouvertures, disposées symétriquement et agrandies, sont en grès, les volets en bois. La pénurie de matériaux explique que, sur des soubassements en pierre, les murs, faits de briques et de récupérations hétérogènes, soient crépis.

35La maison vigneronne alsacienne traditionnelle a largement inspiré les architectes, de même que les incitations à reconstruire à l’identique pour être totalement indemnisé. On remarque néanmoins une disposition plus fonctionnelle des bâtiments et l’introduction d’éléments d’hygiène, les installations sanitaires modernes étant prises en charge par le MRU. Gustave Stoskopf s’en explique : « En respectant des données immuables nous avons conservé certaines silhouettes familières. Nous avons gardé sans exagération la pente des toitures. Pour les baies nous avons choisi des dimensions à notre convenance et créé une normalisation bien à nous. Il nous a plu de garder du passé ces grandes portes en plein cintre qui donnent accès aux cours et aux caves. Nous avons conservé en maints endroits l’encadrement des fenêtres en pierre de taille, les volets et les persiennes en bois, qui habillent si bien les surfaces et qui apportent d’aimables notes de couleur (Ill. 8)… un oriel accroché à la façade, un balcon, une galerie,… la construction en poutrage de bois apparent, à condition que ces pans de bois n’aient pas un caractère exclusivement décoratif (Ill. 9). Nous nous sommes opposés au retour de ce régionalisme du début du siècle qui, sous le couvert d’un soi-disant style alsacien, a laissé tant de réalisations détestables (« Reconstruire », Saisons d’Alsace, 1970/4).

Ill. 8 : Dans le Vignoble, les maisons ont conservé leurs principaux caractères traditionnels : toit à forte pente avec abattant, soupiraux de cave en rez-de-chaussée, portail cintré, fenêtres symétriques à petits carreaux, volets de bois, mais dans des proportions plus vastes. Par contre, le colombage a disparu (Mittelwihr. Haut-Rhin). Photo : R. Denis.

Ill. 9 : Quand cela était possible, les vestiges ont été conservés et réintégrés dans les nouvelles constructions. (Mittelwihr. Haut-Rhin). Photo : R. Denis.

Conclusion

36Les reconstructions en Alsace, après le IIe Guerre mondiale ont engendré deux types de projets et de réalisations urbanistiques qui s’inscrivent, par des voies différentes, dans la modernité.

37Un premier projet de la période nazie, très autoritaire, est déterminé par l’administration pour mettre en place un « Ordre Nouveau ». Il s’accompagne de déplacements de populations, de constructions sur un terrain vierge, de rationalisation de l’urbanisme et de l’architecture par l’imposition de modèles-types, sans aucune individualisation, ni intervention des personnes concernées. Quelques éléments en ont été repris après 1945.

38Les projets de la période de reconstruction française, fortement encadrés par le MRU, se sont plus préoccupés de tradition, avec le souci d’associer la population par la consultation du conseil municipal, la création de coopératives et de syndicats de reconstruction, le libre choix par les usagers de leur architecte, sous réserve qu’il soit agréé.

39Dans les deux cas, on a essayé de conserver les spécificités de l’architecture régionale en la modernisant, d’une part dans l’uniformité, et d’autre part dans la diversité. Mais il est évident que la reconstruction française, plus soucieuse d’esprit démocratique, a emporté plus facilement l’adhésion de la population. 

40Néanmoins, suivant une politique récente qui se soucie de mieux connaître et valoriser, malgré quelques débats, les programmes urbains, industriels et ruraux engagés durant l’annexion de l’Alsace au IIIe Reich, il est question de classer au titre des monuments historiques la cité paysanne de Marckolsheim. Cette décision correspond à la notion de patrimoine culturel élargie définie par l’UNESCO et tiendrait compte de la spécificité de l’histoire de l’Alsace. Cette reconstruction modèle, ainsi protégée, resterait comme un exemple de la propagande nazie dans la région, et d’un projet politique et idéologique visant à la réorganisation fondamentale de la population rurale.

Haut de page

Bibliographie

Albertoni Clémentine, Sandoval Laurine, Wodli Séverine (2013), « La cité paysanne de Marckolsheim (1940-1944). Étude et protection d’un quartier de fermes modèles en Alsace », In Situ, n° 21.

Archives départementales du Bas-Rhin, « Dommages de guerre », 424 D.

Archives départementales du Haut-Rhin, « Dommages de guerre », 16 Fi, Purg 30027.

Cloud Hugh (1999), « The illusion of authenticity : reconstruction in Alsace after the Second World War », in : Pitte Jean-Robert et Sanguin André-Louis, Géographie et liberté, mélanges en hommage à Paul Claval, Paris, L’Harmattan, p. 237-248.

Denis Marie-Noële (2007), « De l’influence des politiques de reconstruction sur l’architecture rurale en Alsace », Ethnologie Française, hors série, Hommage à Jean Cuisenier, p. 29-34.

Denis Marie-Noële (2010), « La reconstruction des villages alsaciens après la IIe Guerre mondiale (1940-1958) : Principes et réalisations », Actes du 135E congrès du CTHS, « Paysages », Neuchâtel.

Hautecœur Louis (1942), « Régionalisme et architecture », L’architecture française, n° 15, p. 3-4.

Ministère de l’Agriculture (1917), Modèles type de constructions agricoles : fermes, granges, étables, remises, bergeries, etc. maisons de fermiers et d’ouvriers, usines, coopératives etc., Paris, Librairie de la construction moderne.

Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts (1917), « Concours pour la reconstruction des habitations rurales dans les départements envahis. Épreuve définitive, jugements », L’Architecture, p. 206-209.

Picard Édouard (1937), La reconstruction en Alsace, Strasbourg, Éd. l’Alsace à l’œuvre.

Sittler Lucien (1945), Au cœur de l’Alsace meurtrie. Un pélerinage à travers le vignoble sinistré au lendemain des épreuves de 1944-1945, Colmar, Paris, Alsatia.

Stoskopf Gustave (1970), « Villages et maisons d’Alsace », Saisons d’Alsace, n° 3-5, p. 296-300.

Stoskopf Gustave (1970), « Reconstruire », Saisons d’Alsace, n° 4, p. 367-371.

Vigato Jean-Claude (1994), L’architecture régionaliste en France, 1890-1950, Paris, Institut Français d’Architecture / Norma.

Voigt Wolfgang (2008), Planifier pour construire dans les territoires annexés. Architectures allemandes en Alsace de 1940 à 1944, Strasbourg, Publications de la Société Savante d’Alsace, collection Recherches et Documents, n° 78.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : La cité paysanne de l’« Ordre Nouveau » à Marckolsheim a été édifiée le long d’une rue tracée sur les anciens remparts médiévaux. On distingue bien les trois plans types : Erbhöfe (fermes héréditaires), Mittlere Betriebe (entreprises moyennes), Arbeiter Wohnhäuser (habitations de travailleurs).
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Ill. 2 : À Hatten (Bas-Rhin), dans la rue principale, le modèle est inspiré des maisons allemandes dites « Schmitthenner », conçues dans les années trente par cet architecte, professeur à l’école de Stuttgart, et originaire de la région. Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Ill. 3 : À Hatten, dans le nord de l’Alsace, les réminiscences des projets allemands ont donné naissance à une vaste place, devant la mairie, destinée à l’origine aux fêtes patriotiques, mais qui sert surtout de parking. Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Ill. 4 : À Drusenheim encore, les constructions, plus systématiques, répondent à des critères d’industrialisation recommandés par le MRU. Les rues ont été élargies, bordées de trottoirs, et les maisons édifiées en retrait, précédées d’un espace planté, sur le modèle des cités-jardins. Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Ill. 5 : Le même type de place, encadrée de bâtiments symétriques, a été aménagé à Drusenheim (Bas-Rhin), face à la mairie. Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ill. 6 : À Mittelwihr, les vestiges de l’église protestante et son clocher ont été conservés, pour mémoire. Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Ill. 7 : À Mittelwihr (Bas-Rhin) la voirie a été élargie, bordée de trottoirs et assainie par un dispositif de caniveaux et d’égouts. Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-7.png
Fichier image/png, 3,0M
Légende Ill. 8 : Dans le Vignoble, les maisons ont conservé leurs principaux caractères traditionnels : toit à forte pente avec abattant, soupiraux de cave en rez-de-chaussée, portail cintré, fenêtres symétriques à petits carreaux, volets de bois, mais dans des proportions plus vastes. Par contre, le colombage a disparu (Mittelwihr. Haut-Rhin). Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Ill. 9 : Quand cela était possible, les vestiges ont été conservés et réintégrés dans les nouvelles constructions. (Mittelwihr. Haut-Rhin). Photo : R. Denis.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/334/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Urbanisme de guerre »Revue des sciences sociales, 57 | 2017,  14-20.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Urbanisme de guerre »Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.334

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals