Navigation – Plan du site
Fluidité des temps et instabilité des corps

Entre catégorisation et indétermination : l’imagerie des frontières de l’enfance dans la presse féminine et dans la presse « jeune »

Between categorisation and indetermination: imaging the boundaries of childhood in women's and “young” press
Simona De Iulio
p. 26-33

Résumés

Après avoir mis en évidence le lien inextricable qui unit la « préadolescence » et le marché, cet article s’interroge sur la manière dont les médias donnent corps aux enfants à la frontière de l’adolescence. Comment les corps médiatisés manifestent-ils la transition de l’enfance à l’adolescence ? En quoi participent-ils à la construction d’une nouvelle catégorie d’âge ? L’examen d’un corpus d’images parues en France dans la presse féminine et dans la presse « jeune » révèle non seulement la variété de détails à travers lesquels ce passage d’âge peut être saisi, mais aussi la difficulté à établir un périmètre visuel précis de cette période fuyante et instable de la vie.

Haut de page

Texte intégral

La « préadolescence » et le marché : un lien inextricable

  • 1 Exception faite pour le terme « pré-pubères » circulant dans les milieux médicaux européens dès le (...)

1Jusqu’au seuil de la deuxième guerre mondiale, la « préadolescence » n’existait pas. Il y avait bien sûr des filles et des garçons qui, chacun selon son rythme et ses échéances individuelles, atteignaient l’âge de la puberté. Mais il n’y avait ni une étiquette pour les identifier1, ni une sub-culture qui les unissait, ni des organisations publiques ou privées qui les reconnaissaient comme groupe distinct à l’intérieur de la société.

2À partir des années 1940 et plus spécialement à partir de l’après-guerre, aux États-Unis, l’ensemble des dispositifs marchands reliant les industries des produits pour l’enfance aux consommateurs ont contribué de façon remarquable à identifier et, en même temps, à façonner les « préadolescents » en tant que niche du marché et groupe social. Comme Dan Cook et Susan Kaiser (2004) l’ont signalé, c’est notamment dans le secteur de la mode que l’on voit apparaître, pendant les années 1950, le mot « sub-teens » et, pendant les années 1960, le mot « pre-teens », termes utilisés pour désigner les fillettes entre neuf et douze ans, s’approchant de l’adolescence, auxquelles on proposait pour la première fois des lignes « intermédiaires » de vêtements, accessoires et cosmétiques.

3À partir de la fin des années 1980, de l’autre coté de l’Atlantique, les « préadolescents » ont commencé à occuper une place grandissante dans la littérature marketing. Ce sont les écrits des spécialistes du marché qui leur ont attribué une dénomination propre : tweens. Ce néologisme a fait sa première apparition en 1987 dans un article de la revue Marketing and Media Decisions pour désigner un « marché » composé de jeunes entre neuf et quinze ans, dotés « de caractéristiques et pouvoirs propres » (Hall 1987, p. 56). Il s’agit d’une « cible » suspendue entre deux âges, état que le mot tween (dérivé de l’anglais in-be-tween) exprime de façon plus appropriée que ses précédents pre-teen, sub-teen ou le français « préadolescent », dont les préfixes suggèrent le caractère anticipatoire de cette période de la vie.

  • 2 La dernière décennie a connu un intérêt croissant vis-à-vis des modèles d’enfance présentés dans le (...)

4Avant d’attirer l’attention des médias et de faire l’objet d’analyses anthropologiques et sociologiques, la « tween-ness » a noué donc un lien inextricable avec l’univers marchand. Ce phénomène soulève actuellement en France des questions d’ordre politique. Dans le rapport parlementaire de la sénatrice Chantal Jouanno, les entrelacs entre marché et enfance et le rôle joué par les médias dans la construction des identités genrées2 sont notamment considérés comme étant à l’origine d’une tendance à l’hypersexualisation, à « la mise en scène sexualisée » du corps dans le but de séduire l’autre « jugée socialement en inadéquation avec la maturité psychoaffective mais aussi physiologique des jeunes filles » (Jouanno 2012, p. 20). D’après le rapport Jouanno : « Tous les spécialistes s’insurgent contre la construction du concept de ‘préadolescence’, concept purement marketing, sans réalité physique ou psychologique. Seule la pression médiatique peut inciter une jeune fille ou un jeune garçon avant l’âge de la puberté à réclamer les codes de la séduction de ses aînés. ‘La préadolescence n’existe que dans la tête des publicitaires et des médias’ » (ibidem : 49).

5Comme la littérature professionnelle le souligne, les enfants à la frontière de l’adolescence constituent en fait un public prometteur pour les annonceurs, voire des « machines à acheter » (Siegel, Coffey, Livingston 2004). Et cela pour trois raisons : premièrement en vertu de leur pouvoir et autonomie d’achat, deuxièmement pour leur influence sur les décisions d’achat des adultes et, troisièmement, pour leur intérêt vis-à-vis des marques qui représenterait un potentiel en termes de fidélisation. Bref, l’importance accordée aux tweens est dictée par le fait qu’ils semblent offrir aux marqueteurs une triple opportunité : « un marché primaire, un marché d’influence et un marché futur » (Norgaard, Bruns, Christensen, Mikkelsen 2007 : 197).

6Ni enfants ni adolescents, l’incertitude apparaît comme le trait distinctif de ce segment du marché. Cette indétermination se manifeste à la fois dans l’instabilité des frontières chronologiques et dans l’ambiguïté sémantique des qualités identitaires de cette période de passage. Dans la littérature professionnelle en marketing et en gestion, les bornes temporelles de la « préadolescence » se révèlent, en effet, fluctuantes et varient selon les auteurs. En particulier, la journaliste Shannon Maughan (2002) et le consultant Martin Lindstrom (2003) utilisent le terme tweens pour désigner les « préadolescents » entre huit et quatorze ans. En revanche, David Siegel, Timothy Coffey et Gregory Livingston (2004), titulaires d’une agence marketing spécialisée dans le jeune public, emploient le mot tweens pour indiquer le groupe des 8-12 ans et distinguent les tweens plus jeunes (8-10 ans) des tweens plus âgés (11-12 ans). En ce qui concerne la littérature académique en marketing et en gestion, le mot tween est repris par Lars Andersen, Birgitte Tufte, Jeanette Rasmussenn et Kara Chan (2007) pour faire référence aux enfants entre huit et douze ans, alors que Anne Dibley et Susan Baker (2001) le mobilisent pour indiquer les onze-douze ans. Face à cette fluidité, certains chercheurs en marketing et en gestion considèrent que les frontières chronologiques ne sont pas un critère pertinent pour délimiter ce segment du marché. En particulier, d’après Diane Prince et Nora Martin, « le terme tween se réfère au concept d’être entre un enfant et un teenager, ce qui n’est pas nécessairement lié à un âge particulier, mais plutôt à un état d’esprit ou à des comportements. » (Prince, Martin 2012 : 32).

7Dès la fin des années 1990, dans le but de les « capter » – dans la double acception du mot : comprendre et saisir (Cochoy 2004) – les études de marché ont tissé plusieurs conjectures sur l’identité des jeunes « in-be-tween » ainsi que sur leur manière d’être, leurs tendances, leurs propensions, bref leurs « dispositions » (ibidem). Le travail de représentation s’est fait en croisant les informations provenant d’expériences personnelles d’annonceurs, commerçants et communicants (Maughan, 2002) avec des données collectées par le biais d’enquêtes quantitatives et qualitatives et en s’appuyant sur des théories piagétiennes du développement biologique et psycho-cognitif (Acuff 1997, Siegel, Coffey, Livingston 2004).

8La littérature en marketing est riche en portraits caricaturaux de « préadolescents » présentés comme une sorte de nouveaux « consommateurs-monde » aux goûts et intérêts standardisés, d’« enfants-roi » et de « lolitas » qui se distingueraient des enfants d’autres générations parce que, pour citer les consultants Martin Lindstrom et Patricia B. Seybold, « ils grandissent plus vite et sont hyper sensibles aux marques (dans le secteur des cosmétiques, de la musique, de la mode, des appareils électroniques et des films), passent beaucoup de temps avec leurs pairs et sont influencés par les paires. Ils sont plus connectés, plus directs, plus informés, ont plus de pouvoir, plus d’argent, plus d’influence et plus d’attention que les générations précédentes » (Lindstrom, Seybold, 2004 : 1).

  • 3 Céline Oziel, « Les Tweens, coeur de cible de Disney » http://corporate.disney.fr/case/les-ados-nou (...)

9Mais, en France, la littérature en marketing ne manque pas de mettre l’accent sur les dissemblances et les singularités des expériences de la fin de l’enfance. Des auteurs insistent sur la nécessité de tenir compte des diversités des parcours individuels : « cette cible faite de micro-cibles, est en réalité en pleine construction physique et psychique, il est donc essentiel de collecter un maximum de connaissances sur le développement des individualités » (Solina 2012). Au demeurant, pour les responsables marketing de certaines entreprises, réserver une attention particulière à la construction des singularités individuelles apparaît d’autant plus nécessaire que la quête d’autonomie semble caractériser cette catégorie de consommateurs. En l’occurrence, les marques devraient tenir compte du désir des « préadolescents » de quitter leur dépendance infantile et les soutenir dans la revendication de leur liberté de « presque adolescents ». Dans cette optique, le but pour les marques serait donc d’être des « révélateurs de personnalité », capables d’aider les « préadolescents » « à s’affirmer, sans les faire grandir trop vite » (ibidem). « Accompagner les préados dans ce passage entre l’enfance et l’adolescence en les invitant à affirmer leur personnalité » est, par exemple, l’objectif affiché par Disney France3.

À la recherche d’indices visuels de la sortie de l’enfance

10Comment cette « niche de marché » caractérisée par l’incertitude, dont on n’arrive pas à cerner des frontières chronologiques claires et dont l’identité apparaît changeante, prend-elle corps dans les médias ? Le travail de recherche que nous avons réalisé dans le cadre du projet « Expérience du corps et passage d’âges : le cas des enfants de 9 à 13 ans (France et Italie) » (ANR Programme Enfants et enfance) a porté sur les opérations complexes de catégorisation et de qualification du public des « préadolescents » menées par les acteurs du marché et de la presse et, plus exactement, sur les résultats de la modélisation visuelle des corps des enfants aux frontières de l’adolescence envisagés en tant que « cibles » et lecteurs.

11Comme Michel Callon, Yuval Millo et Fabian Muniesa l’affirment, « Dans les marchés, la représentation et l’intervention sont entrelacées. Les marchés sont à la fois les objets et les produits de la recherche. De l’ingénierie financière à la recherche marketing, les sciences du marché font elles-mêmes partie des marchés. Les pratiques expérimentales (ou les pratiques de test en général) jouent un rôle crucial dans ce type de recherches. Il est donc important de clarifier comment ces formes de savoir performant leurs objets, les actualisent ou aident à les rendre explicites » (Callon, Millo, Muniesa 2007 : 5). Dans cette perspective, le travail de représentation mis en œuvre par les instances analytiques du marketing vise à donner lieu à une sorte de « prophétie créatrice » (Bourdon 2004). Dans les opérations de segmentation du marché, des caractéristiques perçues comme communes à des ensembles d’individus se retrouvent notamment actualisées dans des catégories dans lesquelles les individus visés sont censés se reconnaître.

12De leur côté, les études sur les publics culturels et médiatiques ont mis en évidence la place centrale des instances de production dans les processus de composition des publics et le caractère performatif de la définition des collectifs – lectorat, audiences, spectateurs, visiteurs – proposée par les professionnels des industries culturelles et médiatiques (Ang 1991 ; Cefaï, Pasquier 2003 ; Méadel 2004). En particulier, comme le souligne Joëlle Le Marec, la pratique des analystes, chercheurs et évaluateurs apparaît « largement générée par la nécessité de construire le public comme phénomène social, dans la mesure où ce public ne préexiste pas à la volonté institutionnelle de le constituer comme tel » (Le Marec 2001 : 53). Et, paradoxalement, ce sont ces mêmes analystes et chercheurs qui sont amenés à faire émerger le point de vue du public et à lui reconnaître une autonomie sociale en tant que « collectif agissant » (ibidem).

  • 4 Sur la base d’un recensement des périodiques destinés à un public enfantin et adolescent (120 titre (...)

13Dans le sillage de ces réflexions, notre attention s’est focalisée sur la manière dont les médias mettent en forme et donnent corps aux enfants à la frontière de l’adolescence. Le but de notre étude de l’imagerie du corps des « préadolescents » dans les discours médiatiques a été de tenter d’identifier des repères, des ancrages ayant « valeur topographique et canonique » (de Certeau 1982), des stéréotypes visuels à travers lesquels les corps en transition de l’enfance à l’adolescence sont mis en scène et participent à la construction de nouvelles catégorisations. Nos réflexions se fondent sur l’observation d’un corpus de 674 images parues en France en 2010 dans la presse féminine et jeune. Il s’agit d’un corpus très hétérogène, composé de photos, dessins, bandes dessinées ou images de synthèse accompagnant des annonces publicitaires ou des contenus rédactionnels (articles et rubriques diverses)4. Ces images offrent, pour reprendre les mots de Michel de Certeau « des représentations substitutives, – des ‘fictions’ de corps, si l’on rend au terme de ‘fiction’ le sens de production. Ces ersatz ont la double fonction de figurer le corps par le moyen de citations (des extraits représentatifs) et de le normaliser à l’aide de modèles. Ils jouent un rôle analogue à celui des exemples qui dans une grammaire fournissent également des représentations fragmentaires de la langue et des modèles pour son bon usage » (ibidem : 180).

14Comment ces corps mis en image et médiatisés communiquent-ils qu’un enfant se trouve au seuil de l’adolescence ? Quels cadres de référence sont proposés pour permettre de qualifier un corps de « préadolescent » ? En quoi la gestion sociale du corps par les médias produit des « semblants de corps » ayant une « valeur représentative » et une « valeur normative » (ibidem) de la sortie de l’enfance ? Afin de répondre à ces questions, cette recherche a tenté de croiser des outils d’observation et d’analyse relevant des études sur la communication corporelle, de l’anthropologie du corps ainsi que de l’iconographie de l’enfance (Winkin, Dubois 1988 ; Le Breton 1990 et 1992 ; Galinon-Mélénec, Martin-Juchat 2007 ; Martin-Juchat 2008). Elle a notamment essayé de mobiliser un « paradigme indiciaire » (Ginzburg 1989) attentif aux détails et aux données apparemment marginaux. Nous sommes allés à la recherche de « symptômes » révélateurs, de traces négligeables ou presque imperceptibles, mais dans la somme desquelles le fait de grandir se manifeste aux yeux de l’observateur. Plus en particulier, afin d’étudier la mise en scène médiatique du corps en transformation et les indices visuels révélant la frontière entre enfance et adolescence, nous nous sommes servis d’une grille qui nous a permis d’orienter l’observation sur :
– l’aspect physique et la présence des premiers signes visibles des métamorphoses biologiques pubertaires chez les filles et les garçons (taille, poitrine, hanches en développement, pilosité, acné, élargissement des épaules) ;
– la manière dont le corps est « apprêté » et mis en scène : cosmétiques, inscriptions et marquages sur le corps (coiffure, maquillage, tatouages) ainsi que vêtements et objets portés sur le corps (chaussures, bijoux, accessoires, piercing…) ;
– les objets pouvant être envisagés comme des sortes de « prothèses » ou des extensions du corps : outils de transport, dispositifs d’information et de communication (téléphones mobiles, smartphones, tablettes psp, consoles jeux-vidéo, casques), matériel scolaire (cahiers, livres, stylos…), outils de sport, etc. ;
– la communication corporelle et, plus précisément, la mimique, la gestualité, les postures, les expressions du visage, la maîtrise de la grammaire corporelle ainsi que les activités corporelles mises en scène ;
– la proxémique : place du corps enfantin dans l’espace (école, chambre d’enfant, salle à manger, autres espaces domestiques, rue, plein air…) et sa position par rapport à d’autres corps (parents, grands-parents, d’autres enfants, frères et sœurs).

L’imagerie des frontières de l’enfance dans la presse féminine : des conventions visuelles revisitées

15Les figures d’enfants dans les titres de la presse féminine examinés apparaissent généralement sous forme de photos reproduisant des situations mises en scène, notamment des portraits individuels ou de groupe. Ces photos illustrent des articles ou des rubriques de mode ou sont présentes dans le cadre d’annonces publicitaires promouvant des produits d’habillement pour enfants ou des produits de grande consommation pour la famille (aliments et produits d’hygiène et beauté).

16L’observateur constate, dès les premiers regards, que dans ces figurations la « préadolescence » ne se stabilise pas en un stéréotype visuel unique, en une icône standardisée facilement identifiable. Dans les pages d’Elle et Femme actuelle, on ne rencontre pas le corps du « préadolescent » ou de la « préadolescente ». Au demeurant, s’il n’est pas indiqué dans les légendes ou dans d’autres textes accompagnant les visuels, l’âge des enfants mis en images n’est pas toujours reconnaissable et très souvent l’observateur n’arrive pas à distinguer avec certitude les « préadolescents » des enfants d’autres âges.

17Certaines de ces images affichent la volonté des annonceurs de repartir le marché en segments identifiables et de s’adresser à des « cibles » clairement circonscrites (par exemple, le Club Med propose des tarifs vacances reparties par âge : 0-6 ans, 7-11 ans, 12-17 ans). Mais, d’une part, les tranches d’âges varient selon les annonceurs, d’autre part, les instances de classification des producteurs et des spécialistes du marketing et de la publicité semblent se heurter aux particularités, à la fluidité et à l’instabilité des métamorphoses biologiques.

18Le passage d’âge ne devient visuellement appréciable que lorsque des enfants d’âges différents sont juxtaposés au sein d’une même image : c’est dans la relation, dans l’interaction et dans le jeu de positions que le changement se dessine. Dans ces cas, le fait d’être entre deux âges apparaît visible grâce à la mise en rapport et à la comparaison et se manifeste dans la somme de plusieurs indices visuels : différences dans les caractéristiques morphologiques (taille, silhouette, traits du visage), variations dans les apparences corporelles (coiffure, maquillage, codes vestimentaires), dissemblances dans les gestes et les expressions.

19Dans cet ensemble d’indices multiples, les principaux marqueurs visuels aidant à reconnaître la sortie de l’enfance concernent les mutations corporelles conduisant à l’inscription dans un genre, l’oscillation entre candeur et malice et l’assimilation progressive du maintien et de la grammaire physique. L’imagerie enfantine de la presse féminine semble ainsi s’inscrire à l’intérieur d’une histoire : elle reprend et réinvente la tradition figurative de l’enfance du xixe et du xxe siècle et ses normes visuelles (De Iulio 2010).

20L’acquisition de traits genrés apparaît particulièrement accentuée dans les images d’enfants qui accompagnent des articles de mode et des annonces publicitaires pour des marques de vêtements ou accessoires. Dans ces photos, l’entrée dans un genre se traduit dans la polarisation très marquée entre le masculin et le féminin qui caractérise l’offre de produits du secteur de l’habillement. Les garçons alignent leur posture et leur gestualité sur ceux du père avec qui ils sont souvent représentés dans des situations de complicité et en train de partager des expériences communes. Parallèlement, les jeunes filles orientent leurs codes vestimentaires ainsi que leurs poses et expressions selon ceux des jeunes mères, mannequins ou modèles.

21Les figures de femmes-enfants dans la presse féminine, présentes notamment dans des annonces pour des produits et des marques de mode, se rattachent parfois au motif de l’ambiguïté du corps féminin oscillant entre deux âges, motif très prisé par la peinture et la photographie des deux derniers siècles. Dans une annonce de la marque Burberry parue dans le magazine Elle, par exemple, d’un côté la mise en exergue des traits de petitesse et de fragilité de la jeune mannequin, les empreintes colorées de mains d’enfants sur le mur, la dominance du blanc, symbole par excellence de candeur et d’innocence, rappellent l’appartenance au monde enfantin. De l’autre côté, le style vestimentaire, les courbes marquées du corps, les poses de mannequin, les regards langoureux placent la figure de la jeune fille dans le registre de la séduction.

22Non seulement lorsqu’ils sont figurés dans des situations de vie quotidienne, mais aussi quand ils sont mis en pose, les plus jeunes enfants semblent avoir un contrôle incertain de leur corps : ils ne se tiennent pas correctement, rigolent, sont distraits et maladroits, font des grimaces ou des gestes inappropriés à la situation. En revanche, les enfants plus âgés semblent se tenir avec aisance, avoir appris à maîtriser leurs gestes, leurs mouvements et leurs apparences, ont souvent une expression grave et sérieuse, un regard boudeur et de défi. Dans une annonce publicitaire de Benetton, par exemple, les garçons plus âgés se démarquent des enfants plus jeunes moins par leur taille que par leurs coiffures et leur pose. Les garçons plus âgés ont une coiffure à la mode, une pose plus construite qu’ils maîtrisent avec aisance (épaule soulevée, avant-bras en évidence, un regard de défi pointé vers le lecteur). Les garçons plus jeunes sont coiffés de façon plus conventionnelle, ont des regards enfantins et une posture débraillée (l’un apparaît distrait, a du mal à rester en pose, regarde ailleurs, l’autre a un regard doux et naïf).

23Dans certains cas, la transition de l’enfance à l’adolescence est marquée par la distance visuelle, kinésique et tactile entre les enfants et leurs parents, la mère en particulier. Plus précisément, lorsque des groupes d’enfants d’âges différents sont représentés avec leurs parents, les bébés et les petits-enfants sont toujours placés près de la mère qui établit avec eux un contact physique et/ou visuel. Les images parues dans la presse féminine mettent en exergue la dépendance affective des petits enfants qui se serrent contre leur mère. Les adultes réservent bisous et câlins aux enfants les plus jeunes, les embrassent, les tiennent par la main. Ils les protègent avec leur corps en les détachant de la situation extérieure. En revanche, lorsque les parents établissent un contact physique avec les enfants les plus âgés, les gestes montrant affection ne sont pas réciproques. Les enfants les plus âgés sont dans la plupart des cas éloignés spatialement des parents, de la mère notamment. Leur regard - dans le cas des garçons : frontal, souverain, fier ; dans le cas des filles : souvent songeur, timide et fuyant - s’adresse généralement au lecteur et non pas aux parents comme dans le cas des petits enfants. Une fois détachés du corps des parents, les enfants les plus âgés participent davantage à la situation et à l’environnement dans lesquels ils sont placés. Ils sont mis en scène comme des individus indépendants, doués d’une autonomie et d’une identité propres, de force, voire d’hostilité.

24Les titres de la presse féminine sélectionnés se révèlent ainsi des instances discursives à la fois médiatrices du sens commun et productrices de nouveaux codes visuels. Afin d’entrer en résonance avec les attentes et les dispositions des lectrices visées, l’imagerie enfantine d’Elle et Femme actuelle répète et consolide des marqueurs visuels qui, au cours des deux derniers siècles, se sont stabilisés comme les modalités évidentes avec lesquelles le passage de l’enfance à l’adolescence est appréhendé. Mais, en même temps, cette imagerie revisite les normes visuelles largement partagées et les modèles traditionnels, les réadapte aux temps nouveaux et, de cette façon, elle contribue à les modifier progressivement et à fabriquer de nouvelles conventions et de nouveaux profils d’enfants.

La presse « jeune » et la mise en image des facettes multiples du corps en métamorphose

25Comme il a été mis en évidence par divers auteurs (Charon 2002 ; Destal 2004, Bruno 2005a et 2005b), la presse « préadolescente » se caractérise par une diversité d’approches (éducatives, distractives, ludiques…), une grande variété de contenus (fictions, jeux, courriers, mode, aventure, stars, etc.) et une forte spécialisation par sexe et tranches d’âge. Mais, bien que leurs lignes éditoriales ne soient pas uniformes et quoi qu’ils s’adressent à des enfants dont la tranche d’âges et le sexe varient, Je bouquine, le Journal de Mickey, Julie, Okapi, Le Monde des ados partagent une stratégie commune qui est celle de mettre les jeunes lecteurs et lectrices visés au centre de leurs rubriques, articles, narrations, annonces, bref de l’ensemble de leurs contenus éditoriaux et commerciaux. Ces magazines privilégient ainsi le dialogue direct entre la rédaction et leur lectorat et proposent une écriture et des contenus qui ont l’ambition d’être en phase avec les évolutions du langage et des intérêts de leurs publics. Ces périodiques tentent également de faire face à la concurrence des autres médias devenant une sorte de caisse de résonance de nouvelles formes de loisirs, des innovations technologiques et des contenus proposés par Internet et par d’autres dispositifs médiatiques.

26Se voulant en prise avec les expériences et le vécu de leurs jeunes lecteurs et lectrices, la presse enfantine et adolescente est particulièrement attentive à la question de leur socialisation progressive : « A chaque âge les titres de la presse jeune se proposent de faciliter l’inscription du jeune lecteur dans les différents niveaux de sociabilité où il s’inscrit : sa famille, les enfants de son environnement proche (voisins, copains), sa classe et l’école, les bandes de copains, les communautés de goût et de styles des adolescents, la commune et la ville, jusqu’au monde, etc. » (Charon 2002 : 7).

27Tous les magazines faisant partie de notre corpus accordent une place importante au visuel et aux illustrations. Les corps des enfants y apparaissent dans un ensemble hétérogène d’images qui accompagnent des fictions, des articles et d’autres contenus rédactionnels (courrier des lecteurs, reportages, rubriques diverses) ou des annonces publicitaires. La photographie est employée davantage pour figurer des situations mises en scène (portraits individuels ou de groupe) ou des « tranches de vie » dans lesquelles les enfants à la frontière avec l’adolescence se trouvent dans des espaces publics (école, espaces sportifs, rue, plein air, etc.). En revanche, les dessins, notamment inspirés de la BD, sont davantage utilisés pour présenter, souvent dans un registre comique et caricatural, des situations, des lieux et des thématiques envisagées comme intimes et relevant de la sphère privée.

28À la différence de la presse féminine où les images d’enfants s’adressent à un public de mères-lectrices, les figures présentées dans la presse « jeune » sont destinées à un public qui est en train de sortir de l’enfance et que l’on suppose pratiquer une lecture solitaire, préservée de l’intrusion des adultes. Les mises en scène des corps d’enfants se situent ici dans des titres qui veulent entrer dans l’univers des objets et des pratiques personnelles de leur jeune public. Il s’agit de magazines qui se proposent comme une sorte de « jardin secret » (Charon 2002 : 59), des sources de conseils, informations, explications qui visent à rassurer les jeunes lecteurs, les aider à comprendre les transformations qu’ils sont en train de vivre et à surmonter avec humour et confiance les difficultés qu’ils rencontrent. Dans le cadre d’une stratégie qui vise à mettre les jeunes lecteurs au centre du magazine, cette presse « jeune » propose ainsi des thèmes appartenant souvent à l’univers du non-dit et du caché, censés susciter l’intérêt et la curiosité des « préadolescents » car ils les concernent très directement. Les témoignages à la première personne (« Je suce mon pouce », « On se moque de mon look », « Je me ronge les ongles ») ou des articles consacrés à des codes comportementaux et vestimentaires (« Garçons/filles : pourquoi on n’est pas pareils ? », « Comment dire non ? », « Les filles en talons au collège ? ») veulent interpeller les lecteurs à propos d’expériences qu’ils vivent et éprouvent au quotidien.

29Les images centrées sur les corps « préadolescents » accompagnent tout spécialement les rubriques, dossiers et articles consacrés à des questions liées à l’univers intime de jeunes lecteurs et lectrices. Les dessins et le langage de la bande dessinée sont notamment employés pour illustrer des rubriques (« Bien dans ta peau », « C’est perso », « Entre garçons », « Entre filles » « Ma page perso ») portant sur la sexualité, la corporéité et les premiers signes visibles des métamorphoses biologiques pubertaires (poitrine, hanches en développement, transformations des organes génitaux, pilosité, acné, transpiration …). La gêne que l’on croit provoquée par la mise en scène, dans l’espace public médiatisé, de questions généralement considérées comme relevant de la sphère intime, apparaît détournée ou neutralisée non seulement à travers le langage complice du magazine (« On se dit tout »), le ton rassurant d’articles et des arguments fondés sur le savoir expert de psychologues et médecins. L’humour des titres (« Opération prévention… des odeurs », « Comment survivre à un appareil dental » « Comment survivre à une coupe de cheveux ratée »), le registre décalé, parfois ironique des textes rédactionnels, des citations, des témoignages d’enfants, mais surtout le caractère drolatique des illustrations et des vignettes contribuent eux aussi à estomper l’embarras, que l’exhibition de l’intimité et de changements corporels est censée susciter.

30Les dessins accentuent les disproportions et les irrégularités des corps en métamorphose et ironisent sur les préoccupations concernant leur apparence. Même quand les questions privées sont mises en image par le biais de la photo, des collages, des manipulations ou le recours à des perspectives inattendues rendent les corps drôlement déformés et en altèrent les proportions. L’exagération visuelle des signes de l’arrivée de la puberté aide ainsi à dédramatiser le passage d’âge et à l’envisager avec légèreté et humour. Les mutations corporelles sont ainsi présentées comme un phénomène « normal » et ordinaire, une expérience qui, bien que vécue et perçue comme personnelle et intime, se révèle comme largement répandue et peu devenir donc une affaire publique. Le jeune lecteur et la jeune lectrice sont ainsi invités à se percevoir comme participants à une entité collective composée des autres lecteurs du magazine avec qui ils partagent des expériences communes.

31Non seulement les métamorphoses du corps et les soucis esthétiques, mais aussi les relations avec les pairs, les questions amoureuses, les conflits familiaux et fraternels, les difficultés scolaires et d’autres peurs et angoisses liées à la vie sociale des jeunes à la sortie de l’enfance sont très souvent traités sur le plan visuel à travers des dessins. Les corps dessinés, clairement inspirés de l’univers visuel de la BD, médium de masse pour les enfants et la jeunesse par excellence, apparaissent mis en intrigue, immergés à l’intérieur de micro-narrations situées non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps de vie quotidienne. Dans une enquête proposée par Okapi, par exemple, l’expérience du divorce des parents est présentée sous forme de récit divisé en chapitres accompagnés d’illustrations avec un clin d’œil entre le magazine et les jeunes lecteurs. Dans d’autres cas, une seule vignette résume de façon humoristique et caricaturale des expériences ordinaires de collégiens et collégiennes aux prises par exemple avec la gestion de leurs relations interpersonnelles et amicales.

32Le thème des apparences corporelles est présent dans tous les magazines faisant partie du corpus. Mais il fait l’objet privilégié de l’un d’entre eux - Julie- qui propose des dossiers de mode avec de jeunes mannequins présentant des tenues diverses. Par ailleurs, ce magazine présente des pages « shopping » qui font la promotion d’accessoires, de gadgets, d’objets divers. Dans les magazines pour fillettes, la mode est présentée sous le signe de la fantaisie et du jeu : des décorations se superposent au réalisme des photos et les jeunes mannequins sont associées à une figurine, sorte de petite fée fantastiques « double » de la lectrice. Les corps des jeunes mannequins se situent ainsi dans un univers de l’« entre-deux » où la matérialité des objets (vêtements, sacs, chaussures, colliers…) et des lieux se relie magiquement à des images relevant de la sphère de l’imagination et du jeu (décorations superposées, personnages fantastiques).

33Dans ces pages, l’usage d’outils cosmétiques et notamment de maquillage (rouge à lèvre, vernis à ongle) constitue sinon un véritable rite de passage à l’adolescence au moins un indice révélateur de cette phase de transition. Plus précisément, le maquillage et la coiffure acquièrent des significations différentes (jeu, masque, distinction, originalité, séduction) selon les contextes (maison, fêtes, école, discothèque). Les actions de se maquiller et de se coiffer semblent suggérer des opérations de construction d’identités qui ne sont pas stables, des expérimentations pour des subjectivités qui se façonnent en fonction de situations différentes. Elles sont présentées comme des activités qui ont lieu surtout entre filles et comme des occasions d’apprentissage de techniques de gestion des apparences. L’ensemble des articles et des images portant sur la mode, le maquillage, les coiffures se présente ainsi comme une boîte à outils où les jeunes filles peuvent trouver des idées et des suggestions utiles pour construire et contrôler de façon personnalisée leurs apprêts du corps : maîtriser les styles vestimentaires, apprendre à connaître et à utiliser des produits cosmétiques, soigner et coiffer leurs cheveux.

34De manière générale, les titres de la presse enfantine se proposent donc d’accompagner, dans leurs expériences, les enfants au seuil de l’adolescence – envisagés à la fois comme lecteurs des magazines et cibles pour des annonceurs – de leur fournir une clé d’accès aux finesses pour construire leur personnalité, se positionner dans les tendances actuelles et être appréciés dans les groupes de pairs. La construction visuelle d’une cible et d’une catégorie sociale se fait donc à travers un travail qui tente de jongler entre la grande variété des situations et des parcours individuels et ce que les « préadolescents » sont censés avoir en commun et partager. C’est notamment dans les rubriques réservées aux courriers des lecteurs et dans les témoignages qu’on laisse le plus de place aux expériences singulières et on voit apparaître une pluralité d’expériences et de modèles du passage d’un âge à l’autre. La riche et hétérogène imagerie ainsi produite, articule donc le standard et l’unique, le général et le particulier, toujours dans l’effort d’établir une relation avec les jeunes lecteurs avec des stratégies de confiance et de proximité.

Conclusion

35Les mises en image du passage de l’enfance à l’adolescence sont les résultats d’un « théâtre d’opérations » (de Certeau 1982), choix, sélections, codifications relatives à la corporéité, à la corporalité, aux gestes, actions et positions que les corps occupent dans l’espace. La combinaison de ces éléments est le fruit d’un travail de classification et de découpage visant à la définition d’un profil de consommateur nouveau. L’observation de l’imagerie médiatique des « préadolescents » permet de saisir l’effort des éditeurs, des annonceurs, des professionnels de la communication et des médias de segmenter de plus en plus finement le public « jeune » et de caser les enfants au seuil de l’adolescence dans une catégorie circonscrite selon des critères lisibles. Le travail de représentation s’efforce ainsi de donner des visages, des corps, des identités à une tranche du marché en cours de construction.

36Les images d’enfants au seuil de l’adolescence qui peuplent la presse féminine se rattachant à un répertoire iconographie et à des normes visuelles qui se sont construites et consolidées au cours des deux derniers siècles. Les dissemblances entre des enfants d’âges différents se manifestent non seulement dans des écarts de taille, mais aussi à travers la diversité des tenues vestimentaires, des coiffures, des postures, des expressions du visage. Sur le plan optique, la sortie de l’enfance et l’entrée dans l’adolescence semblent donc coïncider avec une maîtrise plus sûre et consciente des techniques corporelles (apparences, gestualité, proxémique). La phase de transition vers l’adolescence apparaît également marquée par une plus grande autonomie vis-à-vis des adultes qui s’affiche visuellement par une distance spatiale accrue entre les enfants et les parents, la mère notamment. Suivant le clivage entre le féminin et le masculin qui distingue l’offre de produits dans le secteur de la mode, l’imagerie du passage de l’enfance à l’adolescence présente dans la presse féminine se caractérise aussi par l’entrée dans un genre. Dans les rubriques et les annonces de produits d’habillement et accessoires, les jeunes filles et garçons ajustent leurs apparences corporelles et leur gestualité selon le modèle de jeunes adultes. Ces modélisations visuelles, qui héritent et renouvellent une longue tradition figurative, soulignent parfois l’ambiguïté des corps basculant entre deux âges en proposant des figures de jeunes filles qui brouillent les catégories d’âges et oscillent entre l’innocence (présumée) de l’enfance et le registre de la séduction associé à l’adolescence.

37Très centrée sur les expériences et les intérêts des lecteurs avec lesquels elle vise à établir un dialogue direct, la presse « jeune » offre, de son côté, une imagerie très hétérogène de la « préadolescence ». Les magazines qui s’adressent au public des 9-14 ans abordent souvent des questions liées aux transformations corporelles qui caractérisent cette période de la vie. La mise en image des corps à la frontière avec l’adolescence apparaît ici marquée par une volonté de dédramatiser le changement non seulement à travers le recours à des savoirs experts de médecins et psychologues censés rassurer les jeunes lecteurs, mais aussi à travers le registre de l’ironie, d’un ton décalé et d’illustrations inspirées de la bande dessinée. Mais, à côté des corps drôlement caricaturés, on trouve aussi des photos de corps apprêtés, mis en pose, scénarisés dans des lieux et des situations diverses, suggérant la variété des cadres d’expérience auxquels les jeunes lecteurs peuvent se confronter.

38Dans les corps des jeunes filles et des jeunes garçons figurés dans la presse féminine et « jeune » des stratégies médiatiques et marchandes s’entrecroisent donc à des processus de métamorphose biologique, d’inscription dans un genre, de transformation de statut social. Le pari difficile qui semble ainsi se présenter aux professionnels des médias et de la communication est non seulement celui de codifier, normaliser et modéliser les variations et improvisations infinies des corps individuels, mais aussi celui de devoir cerner les frontières d’un âge qui, tout étant attaché au présent, est appréhendé comme en mutation, sortant d’une étape pour entrer dans une autre. Il s’agit de fixer dans des images et de rendre reconnaissable un public fuyant et instable, ayant comme caractéristique-clé l’indétermination, la nuance, l’oscillation entre deux phases de la vie. L’imagerie « préadolescente » présente dans la presse féminine et « jeune » met ainsi en scène la difficulté à classifier, cristalliser et délimiter visuellement cette nouvelle cible évanescente à l’intérieur de bornes clairement lisibles.

Haut de page

Bibliographie

Acuff D. (1997), What Kids Buy and Why, New York, Free Press.

Ang I. (1991), Desperately seeking the audience, Londres, Routledge.

Andersen L. P.,Tufte B., Rasmussen J., Chan K. (2007), Tweens and new media in Denmark and Hong Kong, Young Consumes, vol. 24, n° 6, p. 340-350.

Bourdon J. (2004) La triple invention : comment faire l’histoire du public ?, Le temps des médias, n° 4, p. 12-25.

Bruno P. (2003) Presse jeune et identité féminine, La lettre de l’enfance et de l’adolescence, n° 51, p. 55-60.

Bruno P. (2005a), Comment l’esprit ne vient pas aux filles – La presse pour adolescentes et préadolescentes (1990-2002), Observatoire des Médias ACRIMED, publié le 7 décembre 2005, http://www.acrimed.org/article2211.html.

Bruno P. (2005b), La presse jeune : ségrégations des publics et marchandisation des inquiétudes parentales, Observatoire des Médias ACRIMED.

Callon M., Millo Y., Muniesa F. (2007), (dir.) Market devices, Malden, Wiley Blackwall.

Caron C. (2003), Que lisent les jeunes filles ? Une analyse thématique de la « presse ados » au Québec, Pratiques psychologiques, n° 3, p. 49-61.

Caron C. (2004), La presse féminine pour adolescentes : une analyse de contenu, Cahiers de recherche du GREMF.

Charon, J. M. (2002), La presse des jeunes, Paris, La Découverte.

Cefaï, D., Pasquier, D. (2003), (dir.) Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses Universitaires de France.

Cochoy F. (2004), (dir.) La captation des publics. C’est pour mieux te séduire, mon client…, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Cook D.T., Kaiser S.B. (2004), Betwixt and Be Tween. Age, ambiguity and the sexualization of the female consuming, Journal of Consumer Culture, vol. 4, n° 2, p. 203-227.

de Certeau M. (1982), « Histoires de corps », Esprit, n° 62, p. 179-185.

De Iulio S. (2010), La mise en image des frontières de l’enfance : état des connaissances et perspectives de recherche, in Octobre S. Sirota R. (dir.), Actes du colloque Enfance et cultures : regards des sciences humaines et sociales, http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/actes/deiulio.pdf, Paris.

Destal C. (2004), La presse pour fillettes, Gremm, www.grrem.org/web10106/website/doc/presse_fillette.doc

Destal C. (2006), Stéréotypes sexuels dans la presse pour fillettes et adolescentes, in Women in média in Europe, Livre blanc pour la commission européenne (Employment, social affairs and equal opportunities), Rome, Éditions Columbo, p. 248-259.

Destal C. (2010), Hypersexualisation des filles et troubles des frontières de l’âge, in Actes du colloque Enfance et cultures : regards des sciences humaines et sociales, Octobre S. Sirota R. (dir), Actes du colloque Enfance et cultures : regards des sciences humaines et sociales, [en ligne] http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/actes/destal.pdf, Paris.

Dibley A., Baker S. (2001), Uncovering the links between brand choice and personal values among young British and Spanish girls, Journal of Consumer Behaviour, vol. 1, n° 1, p. 77-93.

Galinon-Mélénec B. Martin-Juchat F. (2007), Le corps communicant : le xxie siècle, civilisation du corps ?, Paris, L’Harmattan.

Ginzburg C. (1989) Mythes, emblèmes, traces : morphologie et histoire, Paris, Verdier.

Goffmann E. (1979) Gender Advertisements, London, Mc Millan.

Hall C. (1987), Tween PowerZ : Youth’s Middle Tier Comes of Age, Marketing and Media Decisions, octobre, p. 56-62

Jouanno C. (2012), Contre l’hypersexualisation, un nouveau combat pour l’égalité, Rapport parlementaire, Paris, 5 mars 2012.

Le Breton D. (1990), Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF.

Le Breton D. (2012), La sociologie du corps, Paris, PUF.

Le Marec J. (2001), Le public. Définitions et représentations, Bulletin des bibliothèques de France, vol. 46, n° 2, p. 50-55.

Lindstrom M., Seybold P. B. (2004), Brandchild : Remarkable Insights Into the Minds of Today’s Global Kids and Their Relationships with Brands, London, Kogan Page.

Martin-Juchat F. (2008), Le corps et les médias : la chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux, Bruxelles, De Boeck.

Maughan S. (2002), Betwixt and Be’tween, Publishers Weekly, vol. 4, n° 249, p. 32-36.

Méadel C. (2004) (dir.) Public, cher inconnu ! dossier Le temps des médias, n° 4.

Norgaard, M., Bruns, K., Pia, H. C., Miguel, R. M. (2007), Children’s influence on and participation in the family decision process during food buying, Young Consumers, vol. 8, n° 3, p. 197-216.

Prince D., Martin N. (2012), The Tween Consumer Marketing Model : Significant Variables and Recommended Research Hypotheses, Academy of Marketing Studies Journal, vol. 16, n° 2, p. 31-45.

Siegel, D. L., Coffey, T. J., Livingston, Gregory. (2004) The Great Tween Buying Machine : Capturing Your Share of the Multi-billion-dollar Tween Market, Dearborn Trade Publishing.

Solina M. (2012), Tweens et Digital Natives, vers une révolution marketing, [en ligne] http://www.advertisingtimes.fr/2012/04/tweens-et-digital-natives-vers-une.html

Winkin Y., Dubois P. (1988), (dir) Rhétoriques du corps, Louvain-la-Neuve, De Boeck.

Haut de page

Notes

1 Exception faite pour le terme « pré-pubères » circulant dans les milieux médicaux européens dès le début du xxe siècle, cf. Laura Di Spurio, dans ce numéro.

2 La dernière décennie a connu un intérêt croissant vis-à-vis des modèles d’enfance présentés dans les médias et notamment dans la presse destinée aux jeunes filles et de leur influence sur la construction de l’identité genrée (Bruno 2003, 2005a et 2005b, Caron 2003 et 2004 ; Destal 2006 et 2010).

3 Céline Oziel, « Les Tweens, coeur de cible de Disney » http://corporate.disney.fr/case/les-ados-nouvelle-generation-dossie…public-en-perpetuelle-mutation/les-tweens-coeur-de-cible-de-disney/consulté le 13 janvier 2014.

4 Sur la base d’un recensement des périodiques destinés à un public enfantin et adolescent (120 titres du jeune âge jusqu’à 17 ans édités par près de trente éditeurs) et en tenant compte de l’âge ciblé officiellement par les éditeurs principaux, nous avons tout d’abord cerné seize titres susceptibles de nous intéresser. Suite à un travail exploratoire qui nous a permis de vérifier la pertinence du contenu éditorial et des annonces publicitaires de ces seize titres, et en tenant également compte des lectures signalés par les enfants interviewés dans le cadre d’autres tâches de la recherche CorAge, cinq titres de la presse enfantine et adolescente (Je bouquine, Journal de Mickey, Julie, Okapi, Le Monde des ados) et deux titres de la presse féminine (Elle et Femme actuelle) ont été retenus. Nous avons ensuite procédé à la collecte, la reproduction en photographie et au stockage des images représentant des jeunes à la frontière entre l’enfance et l’adolescence parues dans les titres sélectionnés au cours de l’année 2010. Plus en détail, notre corpus est composé de 79 images parues dans Elle, 95 images parues dans Femme actuelle, 74 images parues dans Je bouquine, 58 images parues dans Le Journal de Mickey, 204 images parues dans Julie, 284 images parues dans Okapi, 81 images parues dans Le monde des ados.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona De Iulio, « Entre catégorisation et indétermination : l’imagerie des frontières de l’enfance dans la presse féminine et dans la presse « jeune » », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 26-33.

Référence électronique

Simona De Iulio, « Entre catégorisation et indétermination : l’imagerie des frontières de l’enfance dans la presse féminine et dans la presse « jeune » », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3358

Haut de page

Auteur

Simona De Iulio

Professeur en Sciences de l’information et de la communication, Université de Lille 3, Laboratoire GERiiCO

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals