Navigation – Plan du site
Fluidité des temps et instabilité des corps

Reconfiguration relationnelle et travail du temps

Les rapports intergénérationnels lus par la presse des 9-15 ans
Time working and relational configuration. Intergenerational reports read by the press 9-15 years
Myriam Klinger et Louis Mathiot
p. 44-53

Résumés

A partir d’un repérage systématique des images et contenus rédactionnels mettant en scène les rapports entre adultes et enfants dans la presse adressée aux 9-15 ans, cette recherche vise à montrer comment la construction d’une identité préadolescente et adolescente par les médias est présentée suivant une configuration spécifique des rapports intergénérationnels. L’analyse porte sur le traitement médiatique des catégories d’âges et des temps du grandir de la fin de l’enfance à l’adolescence, souvent présentés par la presse au prisme des relations entre les plus jeunes et les adultes. Elle montre la façon dont les périodes de transition et de passage entre les âges se trouvent étroitement associées à des formes d’inquiétudes et de conflictualités. Le travail du temps, sans précipitation, s’avère être, avec le réajustement du sentiment de confiance, le message central dispensé en réponse aux antagonismes générationnels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les rédacteurs de cet article ont participé à cette recherche que ce soit en menant des enquêtes au (...)

1La transition entre l’enfance et l’adolescence est au cœur des contenus éditoriaux des magazines sélectionnés pour notre contribution. L’intérêt qu’ils portent aux formes du grandir est l’une des particularités de cette presse qui s’adresse aux 9-15 ans au moyen de rubriques, d’enquêtes, de dossiers et de courriers des lecteurs. Après un travail d’analyse du corpus de 569 images du programme de recherche ANR « CorAge », issues de trois magazines parus en France entre 2009 et 2013 (Julie : 204 images ; Okapi : 284 images ; Le Monde des ados : 81 images), il apparaît que la mise en image et en récit des sujets traitant des formes du grandir est très souvent associée à la question des relations entre générations1.

2Afin d’étudier comment les rapports intergénérationnels sont mis en scène dans le traitement médiatique du passage de l’enfance à l’adolescence, nous abordons en première partie les catégories descriptives et interprétatives du grandir proposées par ces revues, ainsi que les mises en image des principaux représentants de chaque génération. Dans un deuxième temps, nous analysons la mise en tension progressive des rapports au temps et à l’espace, génératrice d’inquiétude du côté des adultes comme du côté des jeunes. Enfin, une dernière partie s’attache à analyser les objets, événements, seuils, présentés par les revues comme des alertes de situations conflictuelles, et met en évidence les rôles de tiers dans leur régulation.

Le traitement des catégories d’âges et des générations par la presse

3Les catégories d’âges, leurs frontières et leurs marqueurs d’appartenance sont historiquement et culturellement situés. Avant le xiie siècle, l’Europe médiévale ne reconnaissait pas l’enfance comme une catégorie d’âge bien différenciée de celle des adultes (Ariès, 1973). L’adolescence constitue également un segment générationnel qui s’est construit dans le temps, d’ailleurs assez récemment pour les sociétés occidentales. En effet, bien que ce terme apparaisse dans la langue française au cours du xviie siècle (Marcelli, 2010), c’est véritablement à partir de la fin du xixe siècle que ce concept est élaboré par la psychologie, servant par la suite de cadre de référence aux pédagogues (Thiercé, 1999). Dès lors, on assiste au début du xxe siècle à l’essor de théories sur l’adolescence ainsi qu’à la généralisation de sa prise en charge médicale, éducative et aussi pénale (Ibid.) qui participent à l’engagement du processus de structuration de cette nouvelle catégorie d’âge, dont la frontière avec l’enfance se situe aux alentours de l’âge de 12 ans.

4Depuis la seconde moitié du xxe siècle, un âge intermédiaire fait l’objet d’attentions nouvelles et d’intérêts croissants en Outre-Atlantique. La tranche d’âge des 8-13 ans qualifiée de « sub-teens », de « pré-teen » puis de « tweens » (mot valise contractant teen et between) a tout d’abord été repérée par la sphère marchande comme un segment de consommation avec des marques et des références commerciales spécifiques (Cook et Kaiser, 2004). À la fin du xxe siècle, cette tranche d’âge devient également le centre d’attentions pour la médecine ainsi que pour les sciences humaines et sociales, qui voient dans cette période un temps de passage entre l’enfance et l’adolescence, marqué notamment par des transformations physiologiques, psychologiques, comportementales ou encore par des changements relatifs à l’identité individuelle et sociale. Cette période est généralement qualifiée de « préadolescence » en France, mais sa désignation et ses frontières d’âges font toutefois l’objet de discussions et de propositions nouvelles. Certains psychologues et sociologues lui préfèrent « première adolescence » (Micucci, 1998 ; Fize et Cipriani-Crauste, 2005), et d’autres proposent des concepts nouveaux tels qu’« adonaissance » (De Singly, 2006). Malgré ces débats entre spécialistes, le terme de « préadolescence » est très employé par nombre de professionnels et se trouve largement diffusé dans le langage courant.

5Cette généalogie de la structuration des âges intermédiaires, ici rapidement rappelée, incite à porter l’attention sur la manière de rendre compte des âges, de leurs découpages et des processus d’identification, au fil des magazines destinés aux lecteurs sortant de l’enfance. L’analyse des corpus de presse a tout d’abord porté sur une question sémantique précise : en quel(s) terme(s) les rédacteurs des magazines étudiés désignent-ils leur public de lecteurs ?

Le grandir et son vécu au cœur des contenus éditoriaux

  • 2 Site Internet du magazine Julie, consulté le 02/07/13. http://www.julie-magazine.com/Julie-c-est-qu (...)
  • 3 Site Internet du magazine Okapi, consulté le 02/07/13. http://www.okapi.fr/L-histoire-d-Okapi/Une-l (...)
  • 4 Site Internet de Fleurus Presse, éditeur de Le Monde des ados, consulté le 02/07/13. http://fleurus (...)

6Les contenus des magazines étudiés sont très largement orientés sur les formes du grandir à partir de la fin de l’enfance, le passage adolescent ainsi que les changements pubertaires. Le point commun aux différentes lignes éditoriales est de proposer l’accompagnement de leurs lecteurs/lectrices durant une période dite de « transition ». Julie se présente comme : « Le magazine [qui] donne aux jeunes lectrices des clés pour appréhender et comprendre le monde qui les entoure, et résoudre les problèmes qui les concernent. (...) Julie souhaite leur apprendre (…) à grandir »2. Okapi fait explicitement le choix d’un positionnement semblable dans son éditorial : « Okapi a choisi d’être dans le camp de ses lecteurs. De répondre à leur formidable soif de découverte, de se faire l’écho de leur joie de vivre (…) et de les accompagner, à leur rythme, dans le chemin vers l’âge adulte »3. Le Monde des ados est plus réservé sur cette question. S’affirmant davantage comme une presse traitant de l’actualité, sa présentation sur son site Internet mentionne néanmoins l’existence d’une rubrique réservée aux questions personnelles des adolescents et propose en réponse les conseils « du psy »4. En outre, le choix de nombreux thèmes de dossier selon les numéros de ce bimensuel montre qu’il accorde un intérêt certain pour les passages entre les âges.

7Dans ces trois magazines, la puberté, les « remaniements psychiques », les réagencements des relations filles/garçons et des rapports intergénérationnels sont abordés de façon transversale au sein de rubriques régulières. Par ailleurs, certains numéros dédient à ces thèmes des dossiers spéciaux. Les titres des dossiers figurant en pleine page de couverture montrent à quel point les changements sont au cœur des contenus rédactionnels : « Puberté : la grande métamorphose ! » (Okapi n° 899, 01/10/10) ; « Tout pour bien grandir en douceur ! » (Julie n° 141, 01/04/10) ; « La crise d’ado existe-t-elle vraiment ? » (Le Monde des ados n° 294, 27/03/13). Le traitement médiatique des transformations liées aux différentes formes et expériences du grandir s’appuie très largement sur des éclairages de spécialistes qui dressent des constats parfois très approfondis, accompagnés d’une terminologie savante mais néanmoins vulgarisée afin qu’elle puisse être compréhensible par les jeunes. Cette presse se fait ainsi l’écho de nombreux savoirs experts. Si la psychologie du développement est la discipline qui est la plus souvent mobilisée, la médecine spécialisée, la sociologie et l’anthropologie sont également représentées suivant les thématiques abordées.

Des catégories d’âge escamotées

8Dans cette presse, le passage entre les âges de 9 à 15 ans est ainsi exploré en profondeur et les changements d’ordre physiologiques, psychiques et sociaux sont expliqués aux jeunes dans leurs moindres détails en fonction de l’appartenance sexuée. En revanche, les nuances relatives aux catégories d’âge sont paradoxalement absentes des contenus rédactionnels. Il n’y a quasiment aucune référence à une catégorie d’âge intermédiaire. Les termes de « tweens », « préadolescence » ou « première adolescence » ne sont pas mobilisés dans ces discours médiatiques. Celui d’« adolescence » a une très faible occurrence notamment dans Julie et Okapi, que ce soit pour évoquer la catégorie en tant que telle ou pour désigner les lecteurs. On retrouve davantage ce terme dans Le Monde des ados, terme qui se trouve également souvent employé par son abréviation « ado ». Dans la plupart des contenus de ces magazines, les références aux frontières d’âges se trouvent ainsi escamotées au profit d’un traitement médiatique centré sur les dynamiques de changement. Puberté, mutation, métamorphose, transformation, transition, grandir, passage, croissance viennent étayer un champ lexical relatif au changement qui n’apparaît pas délimité par des bornes d’âges précises mais par des contours flous entre l’enfance et l’âge adulte.

  • 5 Le concept de génération auquel nous faisons ici référence n’est pas pensé dans un sens « historiqu (...)

9S’il y a un apparent brouillage des âges par la très faible mobilisation de leurs catégories, de nombreux marqueurs sont identifiés et étudiés comme autant de seuils traçant la fin de l’enfance ou l’entrée dans l’adolescence. D’un côté, il s’agit de marqueurs corporels liés aux transformations d’ordres physiologiques tels que l’acné, les premières règles, l’apparition d’odeurs et, de l’autre, de marqueurs liés à la gestion de l’autonomie regroupant la consommation, les pratiques culturelles et de loisirs. Éléments signifiants de passage entre les âges, ces marqueurs sont souvent présentés comme des objets potentiellement conflictuels, qui ouvrent sur des espaces de confrontation entre générations5. C’est ainsi que le traitement par la presse des seuils et de ses marqueurs se fait très souvent au prisme des rapports intergénérationnels. Par exemple, lorsque les rédactions abordent les transformations corporelles, parents et autres adultes sont convoqués au travers de la mise en image ou alors sont évoqués lors de la mise en récits. Ils peuvent tour à tour endosser des rôles différents tels que celui de témoin, de conseiller, de complice, de modèle ou d’antagoniste. En fonction des sujets abordés et surtout des figures générationnelles mises en scène, le lecteur fait face à une pluralité de modèles relationnels qui mettent en scène le rapport à l’adolescence tantôt du côté de l’affiliation et tantôt de celui de la déliaison.

Mise en scène des générations et de leurs représentant-e-s

10Dans les magazines étudiés, plusieurs protagonistes sont mis en scène comme représentant-e-s d’une génération identifiable : les adolescents, les adultes, les grands-parents. Les stars et personnages célèbres tiennent une place à part, celle de l’estrade sur laquelle l’adolescent type rêve de grimper un jour, avec la célébrité en prime. Chacune de ces figures incarne une figure stéréotypée sur laquelle se greffent des positionnements différenciés dans les relations intergénérationnelles.

11Parmi les sujets principaux de la mise en scène, il y a tout d’abord la génération du public ciblé, les adolescents, représentée par des images, des contenus rédactionnels et également de nombreux verbatim récoltés par l’intermédiaire de courriers de lecteurs ou d’enquêtes réalisées par la rédaction pour des sujets précis. Ces jeunes sont présentés comme à la fois actifs et réflexifs. Actifs car souvent en activité scolaire, sportive ou de loisirs et interactifs entre pairs du même âge. L’interaction est dans certains cas photographiée, garçons et filles partagent alors séparément ou mutuellement leurs activités. Dans d’autres cas, elle est rendue de façon dialogique par les questions et réponses échangées entre adolescents au sein de rubriques consacrées à l’expérience du grandir. Les adolescents sont également présentés comme sujets réflexifs. Dans le magazine Julie, un personnage d’animation éponyme accompagne les thématiques des rédactions. À la manière des didascalies dans le théâtre, ce petit personnage aux poses soit dynamiques soit pensives, proférant paroles interrogatives et commentaires distants, indique à sa façon la manière dont le lecteur pourrait se saisir des contenus de la page et jouer, à son tour, les scènes de la sortie de l’enfance. Ce qui caractérise avant tout ce personnage, c’est cette manière d’être à la fois en retrait et en avant, émissaire d’un appel à la nécessaire réflexivité. D’autres appels sont aussi lisibles dans les contenus où les jeunes sont caricaturés par les dessins qui illustrent des sujets relatifs à l’adolescence ou dans certaines pages humoristiques présentées sous formes de bandes dessinées. Par exemple, dans Le Monde des ados, chaque numéro comprend l’histoire intitulée « Les ados Laura et Ludo », scénarisée par Florence Cestac. Elle met en scène deux ados caricaturés avec leurs problèmes relatifs à cet âge présenté comme « difficile ». Par le recours au second degré, le lecteur est appelé à mobiliser un regard distancié sur soi et son âge, et à envisager avec détachement des questions, hésitations censées composer son existence. La capacité réflexive est aussi très présente dans l’agencement iconographique des dossiers thématiques. Dans un dossier d’Okapi intitulé « Ils ont noté leurs parents » (n° 888, 15/03/10), le positionnement des jeunes qui se reflète au travers des verbatim récoltés et sélectionnés par les rédacteurs montre leur capacité de dédoubler leurs points de vue, pouvant ainsi comprendre et concilier les logiques singulières de l’adolescence et celles de leurs parents dans leur rôle d’éducateur.

12En ce qui concerne la figure de l’adulte, principalement représentée dans ces magazines par les parents, celle-ci correspond tout à fait à celle du modèle de la famille contemporaine (De Singly, 2000). Loin du modèle autoritaire où préside le caractère arbitraire de certaines décisions adultes, le parent est présenté de manière idéalisée ; il est aimant, éducateur, complice, tolérant et compréhensif mais néanmoins intransigeant. La mise en image d’un père et d’une mère dans le dossier Okapi évoqué dans le point précédent est caractéristique (ill. 1). Le personnage de gauche montre un père en contre-plongée regardant l’objectif comme s’il s’adressait à son enfant, son poignet gauche et sa montre apparaissent au premier plan. Avec l’index de sa main droite, il montre du doigt le cadran comme un rappel à l’ordre ou au respect des horaires des sorties, ou des rythmes de la sphère domestique (repas, coucher, lever…). L’expression de visage est en demi-teinte : il sourit légèrement en fronçant les sourcils, ce qui suggère l’image d’un père à la fois tolérant, souple sur ce point mais néanmoins vigilant. Le personnage de droite montre quant à lui une mère. En regardant aussi l’objectif, elle tient dans la main une cuillère en bois de légumes chauds, l’autre main positionnée en dessous pour récupérer des éventuels légumes qui tomberaient de la cuillère. Le sourire, les yeux ouverts et les sourcils haussés construisent une image bienveillante. Nous avons l’impression qu’elle vient de souffler sur la cuillère ou s’y apprête pour faire goûter les aliments à son enfant.

13Les différents signifiants plastiques et iconiques des analyses d’image font ressortir des traits constants pour représenter la figure du parent et sont similaires à ceux que l’on retrouve dans les contenus rédactionnels. À la fois soucieux du bien-être de leur enfant, cherchant à lui faire plaisir, respectueux de son identité personnelle, parfois complice et attentif aux éventuels problèmes liés au fait de grandir, le nécessaire rôle de régulateur est aussi souvent rappelé au moyen d’éléments perceptibles dans les images et les textes. Comme le met en évidence l’illustration 1, des stéréotypes de répartition des rôles parentaux en fonction du genre sont très largement véhiculés par les magazines. Le père est associé aux fonctions de contrôle et de surveillance éducative (respect des horaires, des règles au foyer et des attentes en termes de travail scolaire). La mère est, quant à elle, associée au plaisir de l’enfant en tant que cuisinière au quotidien ainsi qu’aux fonctions d’attention, d’écoute, de conseil, relatifs à l’expérience de grandir. Comme le précise la description de l’image, le contenu rédactionnel vient renforcer l’association différenciée des rôles selon le genre. En effet, l’image du père illustre les thèmes « éducation, confiance et liberté », alors que celle de la mère correspond à ceux de « justice, cuisine et attitude ».

14Une autre génération bien identifiée, les grands-parents, est également mise en scène. Ils ne tiennent pas une place aussi importante que les parents mais sont toutefois présents de façon récurrente, en particulier dans les numéros du magazine Okapi. Ils apparaissent sous leurs aspects les plus contemporains, avec l’idée qu’ils nouent avec leurs petits-enfants non seulement des liens de parentés, mais aussi des liens affectifs resserrés. Ils remplissent cette actuelle fonction traduite par le néologisme de « grand-parentalité » (Attias-Donfut et Segalen, 2001). Les interactions entre ces deux générations sont traitées, par l’image et le récit, comme se rapportant au phénomène de saut générationnel propice à la proximité et la complicité. L’illustration 2 en est un exemple typique.

15Dans ce dessin accompagné de bulles, un adolescent demande à un grand-père de lui donner des « trucs » sur sa petite-fille afin qu’il puisse la charrier de façon amicale. L’aîné répond alors : « Tout ce qui n’est pas sur la page Facebook de ma petite-fille est confidentiel. Mais sur la mienne figurent peut-être certaines infos croustillantes. Jusqu’où êtes-vous prêt à aller pour être mon ami, jeune homme ? ». Dans le traitement de ce rapport générationnel, il y a une inversion des standards ordinaires. Ce n’est pas le parent qui va tenter de comprendre et s’insérer sur les réseaux sociaux pour contrôler ses activités sur la toile, mais le grand-père qui, déjà connecté, défie le plus jeune de lui envoyer une « demande d’ami » pour partager des informations via la page de son compte Facebook. Bien qu’exagéré, cet exemple montre comment les relations entre ces deux générations sont avant tout traitées avec le registre de la confiance et que les marqueurs d’un processus d’autonomisation sont envisagés ici comme des sources d’intensification du lien affectif plutôt que de sa rupture.

Distance / proximité générationnelles et appartenances multiples : le modèle conflictuel en question

16Les positionnements et les rôles de chacun, agencés autour d’objets ou de questions indicateurs des transitions d’âge, forment un vecteur qui trace une direction, oriente le processus de sortie de l’enfance et de prise d’autonomie, tout en permettant des contournements et des allers-retours. Ce mouvement en avant se structure dans le temps et l’espace selon une graduation variable des tensions et des compromis. L’intensification des antagonismes générationnels se lit dans les dossiers ou les courriers des lecteurs qui témoignent de l’ambivalence des liens avec les parents et des expériences tâtonnantes hors de la sphère familiale. Une première phase, porteuse de doutes et d’hésitations, est construite par les rédactions comme une phase d’inquiétude tant pour les parents que pour les enfants (ill. 5). Dans une deuxième phase, ces derniers sont davantage mis en scène dans leurs expérimentations du monde. Ils accèdent progressivement, quelquefois rapidement, au champ ouvert des possibles. Dans une intensification des antagonismes, l’apprenti adolescent pense défier le monde autant que les adultes. Si la première phase est porteuse de doutes et d’hésitations, la deuxième, celle d’accès aux espaces éloignés du noyau familial, est présentée comme propice aux conflits avec les adultes. Ces deux phases s’enchevêtrent bien entendu et s’ajustent dans le temps selon les situations et les objets d’inquiétude et de litige. Les rédactions n’imposent pas de modèles linéaires d’autonomisation mais balisent la route, prévenant des dangers de la déliaison, anticipant les crises et les éventuels conflits. Si le vocable « crise » renvoie aux interrogations liées à la puberté, les conflits sont eux davantage associés aux affiliations nouvelles et multiples avec les pairs. L’accès aux espaces hors du cercle familial renvoie aux parents l’image d’un potentiel désordre normatif, associé à la multiplication des points de vue perçue comme éventuel danger pour les valeurs familiales et la continuité de l’entre soi.

Recomposition des liens de confiance entre jeunes et adultes

17La confiance, apparaît alors comme la valeur centrale sur laquelle il s’agit de miser avant tout pour assurer une certaine fluidité de la transition vers l’adolescence. Face aux signes annonciateurs de l’âge des grandes transformations, adultes et jeunes font face à des dilemmes qui peuvent être vécus sur des modes quelque fois dramatiques, le plus souvent avec une dose d’humour et de distance. Attachement et détachement sont les deux pôles d’un mouvement d’ajustement de la bonne distance à trouver entre générations. Plusieurs situations sont présentées par les rédactions comme idéales-typiques de ce mouvement.

18La tendresse exprimée par une petite-fille vis-à-vis de son aïeule, dont il est dit dans un article de courrier des lecteurs d’Okapi qu’elle est proche de la fin de vie, apparaît comme la relation d’attachement par excellence qu’il serait dramatique de perdre (n° 879, 01/11/09). Les propos de la lectrice expriment une forte inquiétude quant à la disparition annoncée de son arrière-grand-mère. Perdre son aïeule, c’est devoir ouvrir les yeux non seulement sur la mort mais plus encore sur le danger que signifie la rupture de la continuité intergénérationnelle.

19Continuité et stabilité relationnelles entre générations sont donc bien centrales et forment la toile de fond d’un paysage progressivement plus tumultueux où la gestion des écarts se vit avec inquiétude de toutes parts. Si les liens avec les grands-parents paraissent solides, cette approche laisse d’autant plus de latitude aux rédactions de présenter des parents davantage en prise directe avec les questions et les problèmes liés à l’autonomisation de leurs enfants.

20Le détachement pose problème tant aux adultes qu’aux enfants qui sont pourtant déjà tendus vers l’adolescence. L’attachement fille-mère est posé comme situation typique du passage d’âge et de ses ambivalences par l’illustration 3. Une fille coiffée et vêtue en petite jeune fille hurle comme une enfant et s’accroche à la botte de sa mère qui semble indifférente, en tous les cas se laisse entraîner par le père pour aller faire des courses. Le motif dérisoire d’éloignement accentue la réaction tragi-comique de l’enfant qui craint la séparation. Le dessin illustre l’appel à l’aide d’Inès, 10 ans, au courrier des lecteurs d’Okapi : « J’ai peur de me séparer de ma famille, quand je serai mariée et tout ça ». La réponse se veut rassurante et, par la métaphore de la chenille sortant de son cocon, annonce la métamorphose et l’éloignement mais pour rester néanmoins attachée « car les liens qu’on a tissé avec ceux qu’on aime ne se rompent jamais » (n° 886, 15/02/10, p. 43).

21L’altération de l’affection parentale est pourtant source de désorientation comme le montre l’illustration 4 d’Okapi. Encore une mise en scène du lien affectif, cette fois de la fille et du père. Ce dernier est généralement présent dans des situations de régulation, notamment de la vie scolaire. Ici, il est simplement là, derrière son journal, stéréotype paternel apparemment sourd et aveugle aux démonstrations de sa fille qui fait tout pour attirer son attention. On devine le désappointement et la désorientation face à la réplique du parent qui ne pense qu’aux apparences et oublie de voir et d’entendre le cœur qui crie l’amour portée au père. Dans la réponse apportée à Amandine qui se plaint du silence paternel, la rédaction met l’accent sur la transformation, source de prise de distance : ce père peut « se sentir intimidé par sa petite fille qui se transforme en jeune fille » (n° 885, 01/02/10, p. 45).

22Dans les deux cas, il est question de filles qui expriment clairement un fort sentiment d’inquiétude quant à la gestion de la distance aux parents. Perte d’une certaine proximité et spontanéité relationnelle semblent accompagner le grandir. Les garçons auraient le beau rôle, porteurs tel le Prince charmant, de la bonne nouvelle : la rencontre amoureuse vient à point nommé pour passer le cap des inquiétudes et aider à sortir de l’enfance. C’est ainsi qu’en réponse au courrier des filles, les garçons prennent la parole comme Antoine Charles (12 ans) qui réagit à la crainte d’Inès : « Ne t’inquiète pas, tu changeras quand tu auras trouvé le grand amour ! » (n° 886, 15/02/10, p. 43).

23Tout en hésitations, en craintes et en recherche de positionnements nouveaux, la sortie de l’enfance est censée s’installer doucement avant que de mener à une prise de distance plus franche, ce qui ressort du conseil conclusif donné à Inès : « Profite de ton enfance, c’est la meilleure façon de grandir heureux ». Les premiers signes annonciateurs sont ainsi renvoyés à une temporalité longue dont il ne faudrait pas brûler les étapes.

24La métaphore climatique proposée par le magazine Julie (ill. 5) conduit à interroger cette fois l’ensemble des ajustements relationnels en jeu alors que les intempéries de l’adolescence font leurs premières apparitions. C’est encore une fille, se prénommant Julie âgée de 13 ans qui est présentée cette fois avec père et mère. La mise en scène de ce tableau familial donne à ressentir un climat en phase incertaine. Tenu fermement par Julie, le parapluie, signe annonciateur d’un orage peut-être à l’horizon, marque aussi la fin d’une proximité. Chacun prend ses distances, la fille fait front, sous abri néanmoins, les parents sont de trois-quarts, dans l’expectative. Un petit personnage d’animation, en retrait à gauche de l’image, combinant la désorientation et l’acceptation, semble prendre le parti de ce qui va arriver sans qu’on sache exactement quoi, c’est le destin. Julie, elle, semble déterminée, le regard fixé sur sa muse. Les stéréotypes parentaux sont ici infléchis dans un moment propice aux remises en question des rôles de chacun, la mère semblant plus réactive que le père. L’inquiétude est ici le moteur de la représentation familiale, elle est à comprendre comme confiance vigilante (Klinger, 2011). En effet, l’attente et le doute composent le paysage où s’aventurent les membres de la famille. La confiance jusqu’ici portée réciproquement par les uns et les autres se double d’une attention voire d’une peur à l’égard de l’éloignement et des risques de conflits. Avec le sentiment de nécessité d’avoir à anticiper des menaces de toutes sortes dans le cadre plus large d’une culture de l’inquiétude, ici d’anticiper un relâchement des liens trop rapide, la confiance change de nature. Elle se leste d’une vigilance qui, malgré l’incertain, rouvre la voie à l’action. Ce tableau familial proposé par le magazine Julie est emblématique de cette posture : diffuse dans l’attente suggérée, l’inquiétude se lit dans l’attitude défiante de Julie, la position dubitative et réflexive du père, ou encore la perplexité toute en vigilance de la mère, prête à se mobiliser. Les parents entourent la fille, privilégiant cette confiance particulière en un temps où l’enfant se tourne vers un horizon encore indéfini : rien n’attache Julie aux personnages de l’image, elle va de l’avant, se sachant portée par cette aura de confiance.

Changer de point de vue

25Le processus de détachement est en marche, chacun doit trouver la bonne distance, comme dans le dossier, déjà cité, d’Okapi intitulé « Ils ont noté leurs parents » (n° 888, 15/03/10). Dans un des items traité, on lit la désapprobation à l’égard des parents qui cherchent à imiter les jeunes en endossant des vêtements, des parures, des comportements qui sont considérés comme des emblèmes de la jeunesse. Alors les enfants ont honte de ces parents lorsque ces derniers cherchent à combler l’écart, en se métamorphosant en jeune par imitation. Du point de vue des jeunes, il s’agit avant tout de garder la distance, la proximité est vécue comme une sorte d’effraction qui nuit à la confiance réciproque.

26Les adolescents doivent pouvoir changer de point de vue et pouvoir regarder leurs parents autrement, avec d’autres lunettes, quitte même à inverser les rôles, comme dans ce dossier. Changer de point de vue, c’est se construire dans la distance. Dans les revues, cela suppose notamment l’appropriation d’un espace propre, d’un territoire d’identification comme la chambre à soi, celle justement que l’adolescent revendique même si ce n’est qu’un coin retranché de l’espace collectif. Ce petit espace à soi est souvent montré au détour d’une photo ou d’un dessin présentant l’environnement des jeunes lecteurs : coin ordinateur, coin lit en hauteur et espace de jeux et de travail en dessous.

27Mais, comme le suggère un article dans Le Monde des ados, ce jeu entre proximité et distance peut aussi prendre d’autres voies, par exemple en prenant le large ensemble. Parents et enfants partagent la découverte d’autres horizons. Par l’acculturation produite au contact de cultures et de valeurs différentes, les antagonismes de générations sont atténués. Les voyages non seulement forment la jeunesse, mais ils sont aussi présentés comme un moyen d’expérimenter l’ailleurs et d’autres rythmes en bonne entente familiale.

28En réaménageant les espaces, en jouant sur les distances et les proximités, ce sont concomitamment les liens qui se reconstruisent, sur une confiance plus vigilante du côté des adultes, sur des sentiments plus ambivalents du côté des jeunes qui expérimentent la déprise, la recomposition de la nature des relations familiales (De Singly, 2006). Toutefois, ce processus orienté vers l’au-delà de l’enfance est aussi porteur de tensions dont la régulation comporte des moments plus difficiles, voire explosifs. Certains objets, certains événements entrent en scène, indiquant un proche passage qui pourrait s’avérer risqué. Le franchissement dangereux de limites est suggéré par les différentes rédactions, autour de questions dites de sociétés qui sont traitées comme des alertes : cigarettes, Red Bull, Facebook, autant de supports de conflits potentiels.

Les conflits : leurs seuils et leurs régulations

  • 6 Par exemple, les dossiers d’Okapi « Prêt pour l’âge adulte ? » (n° 896, 02/08/10) et de Le Monde de (...)

29Si les catégories intermédiaires telles que la préadolescence sont faiblement mobilisées dans le corpus étudié, des situations, des objets, des pratiques sociales et des transformations corporelles entrent en scène pour traiter le passage à l’adolescence et les évènements qui scandent sa traversée. Dans les deux cas, il y a toute une discursivité médiatique autour des alertes, des dangers, des désordres inhérents à l’adolescence qui constituent autant de matière pour nourrir la rhétorique de l’antagonisme générationnel. Cette constante repérée au travers de l’ensemble des magazines n’invite pas à faire le constat du conflit entre les adolescents et leurs parents mais engage un discours sur le risque d’une conflictualité entre eux. Bien au fait des actualités en sciences humaines et aussi sociales, les rédactions relativisent l’idée de « crise » voire la déconstruisent dans certains dossiers en s’appuyant sur une base d’expertise6. Puisque cet antagonisme n’est plus mis en lien avec une ontologique « crise d’adolescence » – longtemps envisagée comme une phase de dualité nécessaire pour traverser cet âge de la vie – on peut alors se demander sur quelle logique de pensée s’appuie la persistance du conflit dans les représentations véhiculées par cette presse ?

Mise en image de l’antagonisme générationnel

30Sodas, Junk food, télévision, coiffure échevelée, acné saillante sur le nez, posture avachie dans un fauteuil, tous les stéréotypes sont réunis dans l’illustration 6 pour l’annonce très réflexive du propos du père mis en scène dans ce dessin. À partir de l’humour qui amalgame transformations physiques liées à la puberté et difficultés de gestion de l’autonomie – par la mise en scène d’une dérégulation des pratiques de consommation juvénile –, différentes intentions et interprétations sont possibles. On ne sait pas s’il s’agit de faire prendre de la distance au lecteur sur ce thème qui le concerne de près ou si ce dessin vise à signifier une distanciation du magazine afin de créer une complicité avec le public. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas d’ambiguïté quant au contenu rédactionnel uniquement centré sur le sujet de l’acné : « signe du passage dans l’adolescence ». Après une introduction sur la difficile transformation d’une « peau de bébé lisse voire douce » à une « peau grasse et rugueuse », l’accent est mis sur le surgissement, la soudaineté de ce phénomène : « Là où ça se gâte, c’est que sous l’effet des hormones qui envahissent brutalement le corps pour transformer un corps d’enfant en un corps d’adulte, ce sébum est produit en excès en particulier à la racine des poils ». Il est ensuite conseillé et prescrit un certain nombre de traitements possibles auprès de spécialistes tels que des dermatologues. Les parents sont présentés comme des « alliés » vis-à-vis de ce problème et, dans le cas où ils ne le seraient pas, le magazine assure une médiation en écrivant que c’est parce « qu’ils ne voient pas leurs enfants grandir et les considèrent comme des bouts de choux » (n° 892, 15/05/10, p. 40).

31Pour nombre de sujets traités par l’ensemble des revues, les alertes se situent aux seuils trop vite franchis, aux passages trop rapides d’un âge à l’autre, qui feraient le jeu du conflit entre parents et adolescents. Les potentialités conflictuelles se révèlent de manière ambiguë à partir de deux sources présentées comme tumultueuses. Elles peuvent surgir de l’intérieur, des « transformations pubertaires » trop rapides qui, dans leur mise en image, peuvent s’associer à l’antagonisme générationnel. Les métaphores usitées dans les revues tiennent d’ailleurs souvent de l’hyperbole pour rendre compte des changements brusques. Par exemple dans une enquête d’Okapi, ceux relatifs au cerveau des adolescents sont comparés à un « tsunami » pour rendre compte des bouleversements physiologiques : « A l’adolescence, écrit la rédaction, te voici comme un marin obligé de traverser une mer agitée. Car dans ta tête ça tangue dans tous les sens » (n° 899, 01/10/10, p. 32). Ce type de mouvements « pubertaires », ayant par exemple comme effet la nonchalance mise en scène dans l’illustration 6, se trouve bien souvent mis en lien avec des conduites juvéniles qui peuvent susciter l’agacement voire l’ire des parents. Les pratiques chaotiques ici montrées, sont présentées comme étroitement associées à des changements d’ordre biologique et physiologique, donnés comme le noyau de la confrontation directe avec l’adulte ; confrontation lisible notamment dans le champ lexical de la révolte associée à l’image de puberté dans les contenus rédactionnels. Les potentialités conflictuelles peuvent également provenir de l’extérieur, des affiliations entre pairs qui provoqueraient des conflits entre parents et enfants sur la gestion de l’autonomie. L’accès aux réseaux sociaux, aux téléphones portables, la durée passée sur l’ordinateur ou à l’extérieur avec les amis sont présentés comme autant de marqueurs d’incompréhension et d’opposition entre générations. Dans les contenus rédactionnels, les propos des jeunes sont régulièrement mobilisés pour traiter des points de tension avec les adultes. Dans Le Monde des ados, le témoignage de Lucas âgé de 14 ans sert ainsi à illustrer le dossier la « crise d’adolescence existe-t-elle vraiment ? » : « Alors que nous voulons entrer dans le monde adulte, témoigne Lucas, les parents nous considèrent comme des enfants immatures et irresponsables » (n° 294, 27/03/13, p. 19).

32La lecture de ces formes de conflictualités par la presse repose ici sur le fait de chercher à grandir trop vite, de brûler des étapes dans l’adolescence. Le travail du temps se donne à lire comme un enjeu principal des rédactions. Deux principaux risques se trouvent ainsi liés à la question du temps du grandir. Le premier tient au fait que les jeunes soient déstabilisés par la soudaineté de certains changements pubertaires. Dans l’ensemble du corpus de vignettes de bandes dessinées illustrant avec humour certains contenus rédactionnels, nombre d’entre elles mettent en scène la stupeur et l’anxiété des 9-15 ans face à la survenue de transformations corporelles. Les problèmes pointés par les images et les textes sont présentés comme liés à l’expérience vécue de ces changements soudains. Complexe sur le physique, mésestime de soi et précocité par rapport à la sexualisation du corps ou la sexualité, sont autant d’objets pouvant contenir des potentialités conflictuelles entre adultes et enfants. Le second type de risque se centre principalement sur ce qui est conçu comme des précocités, mais ici relatives aux pratiques et à l’accès aux objets / supports signifiants d’autonomisation. Dans le courrier des lecteurs d’Okapi où ceux-ci font souvent état des tensions avec leurs parents, les réponses des rédacteurs se montrent compréhensives mais rappellent les normes d’usages selon les âges. Dans certains cas, elles énoncent explicitement que la meilleure expérience de la puberté se trouve dans l’investissement du temps de « son âge » sans chercher à le dépasser. « Bien grandir en douceur », rappelle le titre d’un numéro du magazine Julie (n° 141, 01/04/10), serait en quelque sorte la maxime de cette presse qui se présente comme une voix de temporisation et de médiation entre deux générations aux visions divergentes sur les temps du grandir. Médiation toutefois relative car les rédactions continuent d’opposer deux temporalités, celle des adultes, parents, experts, et celle des enfants présentés comme pressés d’entrer dans l’adolescence : temps long incluant les cycles de la vie et temps court de l’agir dans le présent. Lorsque l’un pèse trop, l’autre s’emballe, les tensions sont avivées. Sans que ce soit dit explicitement, la confrontation entre ces deux manières de penser la temporalité juvénile est interprétée par les rédactions comme temps de crise. Ainsi elles s’emploient à conseiller les lecteurs quant aux décisions permettant de sortir de ce temps, à transmettre les modalités de choix et d’orientations, portées notamment par des tiers présents au fil des pages.

Les tiers dans leur rôle d’apaisement

33Endossant le rôle de prévention des risques liés à l’adolescence, les rédactions proposent des tiers et, par la conception de leurs revues, se proposent elles-mêmes comme tiers accompagnateurs et médiateurs dans les antagonismes générationnels. Différentes rubriques sont les supports de ce rapport particulier institué entre les jeunes lecteurs et les spécialistes recommandés par les rédactions. Le courrier des lecteurs d’Okapi en est un des plus riches et des plus représentatifs. Les enjeux de ces correspondances ont été déjà plusieurs fois donnés à voir. Un aperçu plus large de l’appel au tiers permet de saisir par quels détours sont traités les antagonismes.

34Les frères et sœurs aînés, appelés en renfort pour construire les lieux d’intersection possibles entre les mondes adultes et jeunes, occupent indéniablement des places de tiers. Mais l’occurrence de la fratrie est moins importante que la fréquente représentation de personnages célèbres, en activité sportive, scientifique ou musicale selon, sur une page d’interview ou de témoignage le plus souvent. Ces stars sont données à voir et à lire comme des échappées belles pour l’adolescent qui se débat dans le marasme quotidien. En ce sens leur place dans ces médias est également celle d’un tiers qui, par l’évasion et la fiction, permet de s’éloigner des tensions vécues avec les adultes familiers. Mais elles ont aussi un rôle de médiation par le biais des messages implicites que les rédactions leur font porter, ainsi l’interview de Charlotte Gainsbourg qui raconte son adolescence : « Je n’ai pas vraiment fait de crise d’ado. J’aurais peut-être dû ! » (Okapi, n° 902, 15/10/10, p. 33). Son témoignage soulage le jeune lecteur dans ces inquiétudes d’adolescent en devenir et positionne la star dans un rôle d’apaisement.

35Dans le cas des stars comme dans le cas des aînés, leur place est d’emblée particulière. Leur caractère d’exception leur confère une aura et une autorité quant à certaines questions de la vie adolescente. Ils ont quelque chose à transmettre de biais, n’étant pas plus partie prenante du monde adulte que d’une jeunesse ordinaire.

36Plus directement, notamment dans les dossiers traitant des effets de la puberté, un certain nombre de spécialistes sont requis pour donner leur avis lorsque la famille ou la rédaction ne sont plus considérées comme suffisamment experts pour répondre. Médecins et dermatologues ont la part belle, anthropologues et psychologues sont sollicités mais moins fréquemment. Cette distribution de l’expertise, commune à l’ensemble des revues, semble confirmer le traitement plutôt naturaliste de la crise pubertaire d’un côté, laissant de l’autre côté aux généralistes et aux adultes, entourant ordinairement l’enfant, le soin de résoudre les antagonismes de la prise d’autonomie. Lorsque les conseils ne portent pas concrètement sur une manifestation du corps en mutation, les désordres des affects et des conduites sont généralement considérés comme relevant du normal, pour une première étape décrite comme quasi incontournable. Le temps fera le reste, patience et endurance doivent participer au travail de maturation, c’est-à-dire d’apaisement des tensions. Telle est la teneur globale des messages portés par les tiers auxquels les rédactions font appel, ou distillés par les correspondants du courrier des lecteurs.

37Finalement, en donnant de la place à une pluralité de rapports aux adultes et à une diversité de réponse aux problématiques du grandir et de la déliaison, les rédactions seraient elles-mêmes des tiers. Tout en ouvrant largement les voies possibles et en valorisant les potentiels de la sortie de l’enfance, elles jouent le rôle de tampon. S’adressant prioritairement aux jeunes lecteurs, elles visent secondairement aussi les parents et les pédagogues. Ces revues sont quasi systématiquement présentes dans diverses bibliothèques, notamment de collèges et de centres de loisirs.

38Portant leur message d’apaisement par rapport aux inquiétudes de la progressive socialisation adolescente, les rédactions assurent du même coup leur lectorat. Elles règnent ainsi sur une part de consommateurs, jeunes et adultes, en mal de savoirs experts et de réponses aux « problèmes » de l’entrée en adolescence. Dans leurs fonctions de réassurance, en construisant une adolescence pas si dangereuse que cela puisqu’accessible aux conseils d’une presse spécialisée avec ses tiers, ces revues viennent en appui aux parents. Et elles accompagnent, sans s’imposer, les atermoiements et les indécisions de leurs jeunes lecteurs qui prennent et laissent les images et les conseils, au gré des événements biographiques.

Conclusion

  • 7 Astrapi (7-11ans), n° 616, 15/04/05, p. 23. Ce type de message constitue aussi le support d’une lig (...)

39L’analyse iconographique et textuelle donne finalement à comprendre un antagonisme générationnel s’expérimentant avec largesse d’esprit, souplesse et, en principe, sans trop de heurts. Adultes comme enfants sont accompagnés dans leurs transformations et leurs mutations de rôles et de positionnements. Pour ce faire, la presse spécialisée investiguée ici déploie des trésors de savoirs experts permettant de transiter le plus sereinement possible vers l’âge adulte suivant de multiples modalités. Cette pluralité est possible parce que la flèche du temps est conçue comme un vecteur porteur de valeurs, qui sait où il conduit. L’orientation éditoriale commune à ces magazines trouve une synthèse remarquable dans cet aphorisme relevé chez Bayard Presse : « Quand on grandit, on apprend à savoir ce que l’on a vraiment envie de réussir »7.

40Par leur conception du temps, les rédactions transportent leurs lecteurs, chacun à son rythme, de projets en projets vers des horizons divers, mais toujours auréolés de réussite. Si l’hésitation et l’échec sont permis, ce n’est que pour mieux repartir, l’objectif étant d’atteindre le but. La vision est positive et finalement assez sportive, conquérante. Vision positive d’un temps multiple mais finalisé, les ruptures ou les déviances sans retours ne sont pas envisagées, il n’y a pas de toxicomane ou de délinquant. Dans ces revues, les failles et les embûches sur le chemin du grandir sont des difficultés que les experts prennent à cœur de réguler. La réussite doit être au bout du chemin, ou plutôt quels que soient les chemins, puisque les messages ici véhiculés font de la confiance la vertu cardinale des rapports intergénérationnels.

Haut de page

Bibliographie

Ariès P. (1973), L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, Seuil.

Attias-Donfut C. (1988), Sociologie des générations, L’empreinte du temps, Paris, Presses Universitaires de France.

Attias-Donfut C. et Segalen M. (2001), Les habits neufs des grands-parents, in Attias-Donfut C. et Segalen M. (dir.), Le siècle des grands-parents, Paris, Autrement, p. 18-31.

Cipriani-Crauste M. et Fize M. (2005), Le bonheur d’être adolescent, Paris, Erès.

Cook D. T., Kaiser S. B. (2004), Betwixt and be Tween : Age Ambiguity and the Sexualization of the Female Consuming Subject, Journal of Consumer Culture, vol. 4(2), p. 203-227

De Singly F. (2000), Libre ensemble, Paris, Nathan.

De Singly F. (2006), Les adonaissants, Paris, Armand Colin.

Klinger M. (2011), L’inquiétude et le désarroi social, Paris, Berg International.

Marcelli D. (2010), Adolescence, in Le Breton D., Marcelli D. (dir.), Dictionnaire de l’adolescence et de la jeunesse, Paris, Presses Universitaires de France, p. 15-19.

Micucci J. A. (1998), The Adolescent in Family Therapy: Breaking the Cycle of Conflict and Control, New-York, The Guilford Press.

Qvortrup J. (2009), Childhood as a Structural Form, in Qvortrup J. et al., The Palgrave Handbook of Childhood Studies, Chippenham and Eastbourne, Palgrave Macmillan, p. 21-31.

Thiercé A. (1999), Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin.

Haut de page

Notes

1 Les rédacteurs de cet article ont participé à cette recherche que ce soit en menant des enquêtes auprès des 9-13 ans et leurs parents ou en procédant à l’analyse qualitative du présent corpus de presse. Pour la description de la recherche CorAge se reporter à l’Introduction de ce numéro par Nicoletta Diasio et Virginie Vinel.

2 Site Internet du magazine Julie, consulté le 02/07/13. http://www.julie-magazine.com/Julie-c-est-quoi

3 Site Internet du magazine Okapi, consulté le 02/07/13. http://www.okapi.fr/L-histoire-d-Okapi/Une-longue-histoire-au-cote-des-ados

4 Site Internet de Fleurus Presse, éditeur de Le Monde des ados, consulté le 02/07/13. http://fleuruspresse.com/abonnement-magazine-jeunesse/le-monde-des-ados

5 Le concept de génération auquel nous faisons ici référence n’est pas pensé dans un sens « historique » – c’est-à-dire un ensemble d’individus ayant en commun une époque donnée – mais comme un segment correspondant à un âge de la vie, lui-même inséré dans une structure générationnelle (Qvortrup, 2009). Chaque génération n’a donc une existence sociale que parce qu’elle est en constante relation et interdépendance avec les autres (Attias-Donfut, 1988).

6 Par exemple, les dossiers d’Okapi « Prêt pour l’âge adulte ? » (n° 896, 02/08/10) et de Le Monde des ados « La crise d’ado existe-t-elle vraiment ? » (n° 294, 27/03/13) discutent l’idée de « crise d’adolescence » en donnant la parole à des spécialistes (anthropologues et sociologues) qui expliquent comment ce processus est culturellement et historiquement situé.

7 Astrapi (7-11ans), n° 616, 15/04/05, p. 23. Ce type de message constitue aussi le support d’une ligne de fidélisation d’un lectorat qui, aiguisé par les modalités du grandir proposés, passe ensuite aux formats supérieurs, Okapi (10-15 ans), puis Phosphore (dès 14 ans).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Klinger et Louis Mathiot, « Reconfiguration relationnelle et travail du temps », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 44-53.

Référence électronique

Myriam Klinger et Louis Mathiot, « Reconfiguration relationnelle et travail du temps », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3374 ; DOI : 10.4000/revss.3374

Haut de page

Auteurs

Myriam Klinger

Maître de conférences HDR en Sociologie, Laboratoire LCSE / Université de Strasbourg

Louis Mathiot

Chercheur postdoctoral, Laboratoire LCSE / Université de Strasbourg

Articles du même auteur

  • Pratiques de stockage et de conservation du rural à l’urbain
    Preserve the Natural in What We Eat. Storage and Conservation Practices from Rural to Urban Environments
    Paru dans Revue des sciences sociales, 61 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals