Navigation – Plan du site
Pratiques professionnelles

Quels projets pour la ville et ses quartiers ?

What Projets for the City and its Neighborhoods?
Didier Taverne
p. 42-49

Résumés

Les personnes rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle, les habitants des quartiers en difficulté sont invités à élaborer des projets individuels ou à participer à des projets collectifs. Cette contribution revient sur le possible contresens d’une telle demande. Il est proposé de reconsidérer le rapport que ces personnes, comme les institutions à l’origine de cette demande, entretiennent au temps. Dans une perspective pragmatiste, la participation active des personnes ne peut avoir lieu sans un réinvestissement de l’avenir qui suppose lui-même de nouvelles modalités de constitution du public.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de projet s’est progressivement diffusée, ces dernières décennies (Boutinet 1990), à l’ensemble du champ social français. Il n’y a pas un établissement scolaire ou hospitalier sans projet, tous les salariés doivent avoir un projet professionnel et les associations obtiennent leur subvention au vu de leur projet annuel… Avoir un projet est tellement évident qu’il fait dorénavant partie de la grammaire d’un monde connexionniste (Boltanski, Chiapello 1999) qui valorise d’un même trait réseaux, projet, innovation et mobilité. Nous nous intéressons dans ce qui suit aux politiques urbaines qui demandent aux personnes en difficultés d’insertion sociale et professionnelle d’élaborer un projet professionnel et de vie et souhaitent que les habitants participent aux projets qui concernent leur quartier. Projet et participation font aujourd’hui partie des « éléments de langage » obligés de la politique de la ville. D’une part, les politiques publiques top-down sont renvoyées à leur échec dès lors qu’un soubresaut ou une période de violence urbaine embrasent tel ou tel quartier dit sensible. D’autre part, après avoir équipé ces quartiers, après les avoir remis à la « bonne taille » grâce au renouvellement urbain, les acteurs politiques sont démunis. Les modes d’intervention classiques (équipements publics, travailleurs sociaux) rencontrant leurs limites, la solution possible aux difficultés récurrentes de ces quartiers semble consister à mieux y associer les habitants afin de produire des réponses mieux adaptées aux « besoins » de ces habitants.

2Nous voudrions montrer qu’il y a quelque paradoxe à demander aux personnes les plus démunies d’adopter cette « démarche projet » car les conditions de félicité d’un tel concernement sont rarement remplies. Les théories sociologiques d’Olson, ou économiques de March et Simon, par exemple, mettent en avant quelques-unes des conditions qui permettent aux personnes de s’engager dans une telle démarche. Les personnes sont d’autant plus enclines à s’engager dans un projet qu’elles sont dotées en ressources, matérielles autant que cognitives et symboliques et qu’elles peuvent percevoir les conséquences de leur engagement. Or, la faiblesse des ressources caractérise en partie les populations les plus démunies.

3Il pourrait être reproché à ces approches de privilégier une vision rationnelle des individus alors que des vecteurs affectuels ou émotionnels peuvent également conduire les personnes à se mobiliser, à élaborer et mettre en œuvre un projet. Mais elles expliquent sans doute en partie les difficultés rencontrées par les médiateurs institutionnels (associations, travailleurs sociaux…) pour mobiliser les populations en difficultés auxquelles est demandé de faire des projets pour améliorer leur situation alors que cette dernière vient en partie de leur incapacité à élaborer des projets.

4De ce point de vue, un retour sur les arguments pragmatistes de Dewey peut s’avérer utile car ils permettent de reconsidérer la question en partant du principe que le public ne pré-existe pas à l’action. Or, lorsqu’on avance que les habitants d’un quartier devraient participer à un projet pour le quartier, on postule l’existence d’un collectif – les habitants – qui, dans les faits n’existe pas. Si l’engagement des personnes dans un projet est souhaité, alors il faut effectivement constituer les habitants comme collectif, comme public et, parallèlement, redonner au futur sa désidérabilité car le public ne devient actif – et moral – que lorsqu’il est en capacité d’évaluer les conséquences des actions possibles et donc capable de réinvestir l’avenir.

L’injonction au projet

5Dans le champ social, la rhétorique du projet correspond à une injonction morale forte. Le contexte dans lequel elle s’est déployée est celui de la mise en place du RMI (revenu minimum d’insertion) en 1988. La lecture des débats parlementaires montre un net clivage entre ceux qui voyaient dans ce dispositif nouveau un assistanat renouvelé et ceux pour lesquels, à l’opposé, le I de Insertion correspondait à une position active des bénéficiaires. Ceux-ci devaient s’engager à réaliser des démarches concrètes en vue de réussir leur insertion sociale et professionnelle. La démarche se voulait contractuelle ; il était demandé aux bénéficiaires du RMI de profiter de l’appui qui leur était proposé pour construire un projet, de vie et professionnel. Le contrat d’insertion, qui liait l’institution et le bénéficiaire, devait permettre à ce dernier de retrouver le cours « normal » de sa vie, grâce à l’élaboration puis la mise en œuvre d’un projet. Il était ainsi sous-entendu que l’entrée dans une démarche de projet devait permettre aux personnes de reprendre le cours d’une vie qui aurait dû advenir si la personne n’avait pas renoncé ou si elle n’avait pas rencontré quelques accidents de parcours qui l’en avaient détournée. Dans tous les cas, un effort est requis pour revenir à la norme, reprendre le dessus sur le cours des choses. C’est une vision normative de l’être qui, en France tout particulièrement, ne peut être pensée que sur le mode de l’autonomie individuelle et du détachement (Stengers, Rallet 1991) ce qui renvoie bien sûr à la responsabilité que les personnes ont, toujours, dans leur situation. Le projet était censé responsabiliser les bénéficiaires et constituer le moyen de leur retour à l’autonomie sociale.

  • 1 Quelques exemples d’émeutes urbaines : Vaulx en Velin, 1979 ; quartier des Minguettes, 1983 ; Mante (...)

6Le même changement s’est observé au plan collectif. Les habitants, les usagers des services publics ont été sommés de se prendre en charge et, en un mot, de participer. Le contexte est cette fois celui des violences urbaines qui ont enflammé les banlieues au début des années 19801. Bien des discours, venus de la droite comme de la gauche de l’échiquier politique, ont mis en avant, pour la critiquer, l’attitude consumériste des habitants, dont l’engagement faiblissait. La Caisse d’allocations familiales, organisme important de la politique de la ville, a alors enjoint les centres sociaux de faire participer les habitants à l’action. Toute association demandeuse de subvention devait indiquer comment elle entendait faire participer activement les habitants à son projet. Il ne s’agissait plus de reproduire année après année les mêmes actions, mais de financer des projets auxquels les habitants devaient être étroitement associés. Depuis, l’engouement pour la participation des usagers, des habitants, des bénéficiaires… – mais où est donc passé le citoyen ? – ne s’est jamais démenti, même si l’on constate en permanence que cette participation du public est loin d’être acquise. En un sens, la pragmatique du projet, individuel ou collectif, est pensée comme mode de mobilisation des acteurs et de construction d’un collectif. On y recourt d’autant plus volontiers que l’on redoute que se développe une forte anomie sociale ou que certains collectifs communautaristes prennent le pas sur le fonctionnement institutionnel classique. À l’affaiblissement redouté, par les institutions publiques, des valeurs républicaines, il est répondu par le projet qui doit redonner du sens aux actions engagées.

  • 2 Le terme est de Ion, op. cit.
  • 3 La floraison, dans les années 1990, de textes venus d’horizons intellectuels divers, portant sur l’ (...)

7Cet engouement pour la participation s’est trouvé réactualisé avec la diffusion de travaux américains sur l’empowerment ou encore avec la découverte des travaux de Sen (1993) concernant les capabilités. Pour les résumer en un mot, qui a trouvé une résonance particulière en France où l’on est prompt à proclamer des droits, il ne suffit pas d’accorder aux personnes ou aux groupes des droits, encore faut-il que groupes et personnes puissent les exercer concrètement. D’où l’expression qui fait florès : donner du pouvoir d’agir. Sen, qui quelquefois fait mention de sa filiation pragmatiste, en appelle ainsi à un changement profond dans la manière de concevoir l’action publique. L’interprétation qui en fut faite en France conduisit à renforcer l’injonction à la participation, vue comme condition sine qua non de la mise en œuvre de ces droits. Le même détour vaut pour l’empowerment. Ses plus ardents défenseurs (Bacqué, Mechmache 2013a) en viennent à dire qu’il faut inventer un empowerment « à la française ». Que l’empowerment soit recontextualisé n’a rien d’étonnant. Par contre, il est plus surprenant de constater que les habitants sont en quelque sorte les grands absents de cet empowerment à la française. La synthèse du rapport Bacqué-Mechmache (2013b) énonce ainsi en quoi il consiste : le « pouvoir d’agir… s’inscrit dans un projet d’émancipation et de transformation sociale. L’enjeu est d’encourager l’autonomie, en favorisant l’existence d’un réseau associatif et de collectifs mobilisés dans une perspective de changement social… Mettre en place un tel projet implique en premier lieu de s’appuyer sur les acteurs, associatifs, professionnels et élus, sur leurs expériences et leurs attentes pour engager une transformation profonde des pratiques » (Bacqué-Mechmache 2013b : 5). En quelque sorte, les auteurs proposent d’en revenir à une voie quelque peu oubliée, paradoxalement, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir. Il s’agit d’une politique moderne d’émancipation vis-à-vis des institutions étatiques, qui vise à favoriser l’autonomie sociale. Laquelle avait suscité déjà beaucoup d’espoir et d’interrogations au cours des années 1980 (Colloque de Biviers 1983, Dupuy et Dumouchel 1983). Mais le plus original dans le propos des auteurs est de s’en remettre en même temps à un schéma très classique, de représentation des habitants. Il est question de réseaux associatifs, de collectifs mobilisés, d’élus, point d’habitants. Les conditions de leur mobilisation ne sont pas vraiment interrogées. Or la pertinence même de ces schémas représentatifs comme mode de formation de collectifs a été mise en doute. Jacques Ion (1997) s’est interrogé sur la fin du militantisme et Michel Maffesoli (1988) a pu voir dans la désaffection des collectifs organisés l’un des signes de la fin de la modernité en tant que fin d’une vision téléologique de la société. La post-modernité n’est plus portée, comme l’était la modernité, par l’emblématique du progrès et la volonté collective de s’arracher à sa condition (Legros 1990). Dans ce cadre, les grands groupes d’appartenance, les constellations associatives, syndicales et politiques2 qui encadraient la vie sociale perdent de leur efficace et de leur raison d’être. Les personnes n’adhèrent plus à des valeurs et à des institutions surplombantes, elles ont tendance à se replier sur le domestique et le quotidien ou bien à se retrouver collectivement sur une base affectuelle3. Et toute la question, du point de vue institutionnel, est de savoir comment mobiliser les individus, les faire participer à une action collective, à en faire des sujets des politiques publiques et non pas de simples récipiendaires des dispositifs mis en place en dehors d’eux.

8Projet, participation… cette rhétorique est devenue, depuis les années 1990 tellement courante qu’elle semble aller de soi. Or, la capacité des personnes et des groupes, a fortiori lorsqu’ils sont en difficulté, à élaborer des projets peut être interrogée. Comme on va le voir, cette capacité est soumise à de nombreuses conditions.

Les conditions de possibilité du projet

9Les tenants d’une approche individualiste du projet ou ceux qui en appellent à ce que les habitants des quartiers défavorisés se prennent en charge, oublient tout simplement quelques fondamentaux de la sociologie, des sciences politiques et économiques, qu’il faut rappeler pour esquisser une possible autre voie.

10Revenons pour cela à Sen (1993) et à l’un des paradoxes qu’il énonce : les pauvres n’ont que peu de besoins. Entendons par là que, pour les plus démunis, l’utilité marginale d’un bien consommé est tellement forte qu’ils ne demandent rien de plus tant leur satisfaction est forte d’avoir pu consommer cette unité de bien. Pour les non-économistes, précisons que si l’on considère une personne très pauvre, qui meurt littéralement de faim, à qui l’on donne à manger, sa satisfaction ne pourra qu’être élevée, ce qui ne le portera pas à réclamer de pouvoir consommer d’autres biens.

11H. A. Simon, pragmatiste avoué, et J.-C. March (1964) proposaient une autre voie pour comprendre comment, dans certaines conditions, il est vain d’enjoindre les personnes à élaborer un projet. Tout d’abord, se projeter dans son environnement suppose que les personnes, comme les groupes d’ailleurs, puissent s’y situer, y percevoir des alternatives et évaluer leur chance de réussite. Quand l’environnement est trop vaste, diffus, complexe, mouvant, nul n’est enclin au projet. Au contraire, ce type de situations peut se traduire, au plan psychologique autant que sociologique ou politique, par un repli sur soi, sur l’intime ; par une demande de protection ou d’ordre. Dans ce cas, la demande des personnes est plutôt de réduire l’incertitude perçue, ce qui peut passer par un accroissement du contrôle que le collectif exerce sur le comportement de chacun de ses membres (Douglas 1982).

12Sur un autre plan, Simon et March rappellent que la condition de l’élaboration d’un projet, d’une volition, réside dans deux grands vecteurs : l’estime de soi d’une part, le degré d’aspiration d’autre part. Plus l’estime de soi est forte, plus les personnes ont tendance à percevoir leur environnement comme positif et à y voir des opportunités. Leur degré d’aspiration est donc élevé et ces personnes sont enclines à faire des projets. Si leurs anticipations se voient couronnées de succès, alors leur degré d’estime sort renforcé, ce qui donne lieu à de nouveaux projets. Par contre, si l’action projetée se solde par un échec, alors la personne révise sa lecture de l’environnement, qui finalement est moins porteur qu’initialement pensé, revoit à la baisse ses prétentions, ses projections et, finalement, en sort avec un degré d’estime de soi lui aussi réduit. Si tout un chacun peut faire face à un échec, il en va autrement quand la personne subit, dans divers domaines de sa vie, une succession d’échecs. Alors la capacité à se projeter peut être réduite à la portion congrue, tout changement étant plus perçu sur le mode du risque que comme opportunité possible. Le statu quo l’emporte alors sur le projet.

13Enfin, les travaux d’Olson (1966) sur les mobilisations collectives permettent de comprendre le peu d’empressement de certaines personnes à participer à l’action. D’une manière générale, les personnes ne se mobilisent que si elles sont en capacité d’estimer leur chance de réussite et de les mettre en balance avec les coûts à supporter. Car tout passage à l’action ayant un coût, il faut qu’il soit payé en retour. Ce qui explique au passage la sociologie spécifique du milieu associatif (Laville, Sainsolieu 1997) où les conseils d’administration font une large place à la classe moyenne-supérieure, constitués de personnes au fort capital culturel et symbolique. Capables de mobiliser des réseaux, d’analyser leur environnement, d’évaluer les alternatives, elles s’engagent en connaissance de cause. Les personnes ne disposant pas de ces ressources ont beaucoup plus de mal à s’engager, même à suivre le mouvement. Car si les personnes jugent que leur apport marginal à l’action est nul ou presque, alors elles sont enclines à laisser faire les personnes à fortes ressources qui se constituent comme porte-parole.

14De même, le type de retombées attendues d’une action influe sur la mobilisation des personnes. Si les gains de l’action sont répartis proportionnellement aux contributions de chacun, alors ceux qui ont un faible apport au mouvement n’auront qu’un gain faible, ce qui ne les encouragera pas à s’engager. Si les gains de l’action sont répartis sans considération des contributions, alors ce sont les possibles têtes de réseaux qui auront un moindre intérêt à agir. Enfin, si les gains attendus de l’action collective sont constitués de biens collectifs, dont bénéficieront toutes les personnes, quel que soit leur engagement ou leur non engagement, alors il vaut mieux jouer les passagers clandestins, laisser d’autres personnes agir et parler au nom d’une cause générale. Que l’action collective soit une réussite ou un échec importe peu puisque, pour les personnes non engagées, la contribution au mouvement est nulle. Elles ont éventuellement quelque chose à gagner, en tout cas rien à perdre. Cela explique au final que ceux qui auraient « objectivement » le plus à gagner à se mobiliser collectivement soient ceux qui, en pratique, se mobilisent le moins.

15Par quelque bout qu’on la prenne, la question de la participation des habitants des quartiers défavorisés à une action collective ou de l’élaboration par des personnes en difficulté d’un projet de vie mène à des difficultés tant théoriques que pratiques. La rhétorique du projet, en tant qu’injonction morale, insiste sur la responsabilité qu’ont les personnes quant à leur situation. Il est ainsi possible de faire l’économie d’une réflexion sur les sources structurelles des difficultés que rencontrent les personnes. Tout se passe comme si le fait que certains quartiers des villes regroupent des personnes sorties prématurément du système éducatif, avec donc des chances de s’insérer sur le marché du travail à peu près nulles, d’où découlent des niveaux de revenus faibles etc. n’avait aucun intérêt en soi. Une action purement individuelle grâce à un bon « coaching » débouchant sur un projet personnel devrait pouvoir les remettre en selle. On fait ainsi l’économie d’une réflexion, portant cette fois sur les conditions institutionnelles à mettre en œuvre pour que les personnes puissent réinvestir leur vie et leur lieu de vie. Cette réflexion ne peut être menée tant que l’on considère des individus et non des personnes, tant que l’on ne sort pas d’une vision telle que les institutions sont en permanence dans une relation de surplomb par rapport aux problèmes qu’elles traitent.

Rendre le futur désirable

16Dès les années 1980, d’autres voix se faisaient entendre, qui insistaient par exemple sur la responsabilité des institutions, incapables entre autres, de se réformer. Tarow (1988) en appelait ainsi à accroître la sensibilité des structures aux demandes de la population. La décentralisation représentait une voie d’espoir pour ce faire puisqu’elle rapprochait décision et habitants. C’était oublier que distance spatiale et distance symbolique sont deux choses très différentes et que réduire la première n’assure en rien la réduction de la seconde. Ce qui conduisit finalement Dubet à diagnostiquer une disjonction « des acteurs et des systèmes » (Dubet 1993).

17L’intervention publique tend à l’objectivité au sens où elle ne peut mener que des actions justifiées au regard de l’intérêt général, valeur centrale du monde civique (Boltanski, Thévenot 1991). À ce titre, elle ne peut prendre en compte des situations singulières, elle est tenue de ne considérer que des situations particulières au regard de la règle générale. L’intervention publique est donc normative et ne considère pas des personnes mais des individus dont elle appréhende la situation en termes d’écart à la norme. C’est notamment pourquoi l’intervention a toujours lieu à grand renfort « d’experts » censés éclairer les problèmes que rencontrent les habitants et les quartiers. L’une des voies les plus classiques pour aborder ces problèmes consiste à naturaliser les situations et à les appréhender en termes de besoins des populations. L’action publique s’appuie donc sur un manque supposé dont souffriraient les populations dites en difficultés et dont le comblement suffirait à lui seul à redresser la situation.

18Depuis Le Play (1887), jusqu’à Rawls (1973) et ses biens premiers, en passant par Maslow (1943) et sa hiérarchie des besoins, on ne manque pas de constructions naturalistes censées objectiver les situations individuelles et collectives. Cette façon de faire conduit potentiellement à des aberrations car elle mène à agir prioritairement en direction des personnes qui manquent le plus. C’est ainsi par exemple que dans le cadre des emplois aidés par l’État, la loi oriente les dispositifs vers les personnes les plus éloignées de l’emploi alors que le problème est de permettre l’accès au travail aux plus proches de l’emploi. Le fait qu’une personne diplômée soit victime de discrimination à l’adresse (parce qu’elle habite un quartier prioritaire), au nom (d’origine étrangère), au facies, et ne trouve pas de travail malgré sa qualification acquise, ruine de fait le modèle républicain où l’investissement personnel et familial dans l’éducation doit être payé en retour par l’accès à l’emploi et à de meilleures conditions de vie que celles de la génération précédente. À défaut, les familles sont démotivées à investir dans l’éducation de leurs enfants, et les enfants à continuer leur scolarité.

19Plus généralement, cette approche par les besoins est également une impasse car le besoin est une vague notion et non un concept. Jamais il n’a été possible de trouver un accord sur ce qu’étaient les besoins de telle ou telle catégorie de population. Pourtant cette approche perdure et reste omniprésente dans les politiques urbaines, non seulement parce qu’elle se présente sous les atours de l’objectivité, mais aussi parce que cette approche par le manque présente l’immense avantage de simplifier des situations dont on ne veut voir la complexité.

20En fait, le plus souvent, il n’y a pas de réelle démarche de construction de l’espace de problème, prévaut une démarche de résolution de problème. Le quartier n’est vu que comme espace particulier, en écart à la norme et non comme un espace singulier qui présenterait des problèmes spécifiques et demanderait des solutions elles aussi spécifiques, non standard. Y est donc appliquée une logique séquentielle, en puisant dans les différentes solutions existant dans la gamme de services ou de solutions qui forment la politique de la ville (Epstein, 2009). C’est dire encore que l’intervention est spécialisée et non transversale. À chaque « besoin » (éducation, santé, sécurité…) correspond un service doté de sa propre expertise et de sa propre logique. Et, même si les collectivités tentent de mieux coordonner leurs services, il n’en reste pas moins que la politique de la ville reste le plus souvent une addition d’interventions sectorielles et segmentées. Les interventions « sur l’urbain », sur l’immobilier dans les cités, menées dans le cadre du Programme de rénovation urbaine ont ainsi pu n’entretenir que de très faibles relations avec les interventions « sociales » menées dans le cadre des zones urbaines sensibles. C’est pourquoi la loi Lamy, promulguée le 21 février 2014, entend refonder la politique de la ville, en rapprochant les interventions urbaines et sociales et en faisant une plus large place aux habitants dont il est toujours attendu plus de participation. Mais gageons que tant que la cible de l’intervention sera la situation présente à laquelle on entend remédier, dans une logique réparatrice, la demande de participation restera lettre morte. Le projet urbain sera toujours le fait de représentants, d’experts, qui apporteront des « solutions » plutôt que de chercher à définir le problème, toujours singulier malgré l’apparente homogénéité des quartiers et de leurs habitants.

  • 4 Urgence face à la situation de telle ou telle personne qui rend obligatoire une réponse institution (...)

21Plutôt que de considérer la situation présente à laquelle il est tenté de remédier au jour le jour, l’enjeu est d’engager une revalorisation culturelle de l’avenir. En paraphrasant le titre d’un article toujours stimulant de Laïdi (1998), il s’agit de proposer de sortir de la logique de l’urgence dans laquelle s’inscrit le plus souvent l’action publique dans les quartiers4. L’avenir est devenu trop peu prometteur, il finit par être instrumentalisé au travers de dispositifs d’action exceptionnels. Ainsi, chaque épisode de violences urbaines a engendré sa grande loi, censée résoudre à l’avenir les problèmes. Parallèlement, la généralisation des difficultés sociales, leur concentration dans des quartiers déjà en difficultés, obligent les institutions publiques à colmater le présent et à vouloir agir sur les trajectoires sociales individuelles. C’est pourquoi les personnes sont enjointes de s’inventer un projet, faute de pouvoir mener leur existence dans le cadre de la temporalité sociale ordinaire. Il est alors attendu du contrat passé entre institutions et bénéficiaires des résultats immédiats ou presque, censés répondre à l’urgence de la situation. Le projet est alors conçu comme une voie de réappropriation du temps social par les personnes.

22Selon Laïdi, cette conception de l’intervention publique produit un double effet. Le premier est un effet d’éviction du temps long car la personne, au travers de son projet, est censée s’insérer à court terme. Le projet perd de sa force potentielle puisqu’il ne valorise plus l’avenir, mais vise juste à réinscrire les personnes dans le temps courant. Le second est un effet d’entrave au temps long dans la mesure où les dispositifs entravent la mise en œuvre de solutions politiques. À la prise en compte des vecteurs sociaux et structurels des difficultés rencontrées par les personnes comme les quartiers, il est répondu par le projet individuel ou localisé, ce qui correspond à un aveu de faiblesse et à une incapacité à résoudre ou réduire les facteurs d’inégalité sociale. Quoique les inégalités s’adossent en grande partie à un échec du système éducatif, rien ou presque n’est fait pour le rendre plus efficace, et il continue d’être un fort vecteur de reproduction des inégalités sociales (OCDE 2016).

23Avec la fin du progrès, qui a structuré l’imaginaire social et politique de la première modernité, les sociétés post-modernes n’ont plus à s’arracher à leur condition, à trouver un sens extérieur à la situation vécue. Le présent est dès lors sacralisé. Ce qui faisait dire à Françoise Cros (1992), dans sa recension de l’ouvrage de Boutinet que le projet avait une dimension politique forte, comme reconstruction d’un parcours, mais sans perspective temporelle réelle. La question est donc de savoir comment recréer cette perspective temporelle, comment rendre à l’avenir sa désidérabilité. S’engager dans une démarche de projet suppose une ambition existentielle : savoir ce que l’on veut que le futur soit. Cela suppose que les personnes aient des préférences. Or, le problème est que bien souvent les personnes n’ont pas de préférences claires et bien établies. Les préférences n’étant pas des données individuelles mais des construits sociaux, la question devient donc celle des modes de construction possibles de ces préférences, qui rendront possible un investissement dans l’avenir.

Refonder le public

24Cette proposition est certes contradictoire avec l’anthropologie économique dominante qui postule toujours un individu parfaitement rationnel, sachant toujours ce qu’il veut grâce à une information parfaite. Dans cette approche substantielle, l’individu a des préférences claires. Il agit donc en fonction de ses préférences et choisit les moyens les plus adaptés à la poursuite de ses buts. Naturellement, les individus ayant les mêmes préférences vont se liguer pour promouvoir ensemble leurs objectifs communs. Cette vision de l’être humain et de ses motivations à agir perdure quand bien même le mythe de la rationalité des individus a été dénoncé avec force. Au mieux, la rationalité humaine est une rationalité limitée (Simon 1947, 1957). Dans les faits, le plus souvent, les préférences des personnes ne sont pas explicites, elles sont floues et les personnes ne disposent pas d’une information parfaite ni d’une capacité cognitive qui leur permettrait de faire des choix optimaux. Les personnes évaluent subjectivement les situations qu’elles rencontrent et prennent des décisions qui leur semblent, à un moment donné de leur existence, satisfaisantes pour elles.

25Il est également possible de retenir, avec Sen (1993) que tous les biens et états associés à une situation donnée ne peuvent être ramenés à une grandeur descriptive homogène, comme l’utilité par exemple. Sen qualifie cette réduction de « monisme » qui suppose l’existence d’un et d’un seul type de qualités éthiques, nécessairement homogènes. Il n’y a aucune raison d’accepter a priori que les biens dotés de valeur soient nécessairement homogènes. Il y a, au contraire, pluralité de considérations assorties de valeur morale. Le classement complet et pondéré des objets permettant de définir une combinaison supérieure aux autres est illusoire parce que les valeurs morales peuvent être incommensurables entre elles. Dans les faits, nous sommes face à des dilemmes, des conflits moraux insolubles entre principes majeurs. Aucune option n’est intrinsèquement supérieure aux autres et il manque un principe de méta classement qui permettrait de hiérarchiser les situations, de trancher, de dire ce qu’il convient de faire. Dans une telle situation, il n’y a pas de raison suffisante pour choisir l’une ou l’autre des options. Suivant Sen, la conclusion en est que la personne ne connaît pas automatiquement, ni totalement, ses préférences. Elle agit en fonction de ce qui lui semble bon à un moment donné, de ce qu’elle pense juste, de ce qu’elle croit intéressant pour elle etc. Dans ces approches subjectives, les personnes peuvent prendre des décisions satisfaisantes selon elles, mais qui paraîtraient sous optimale à un observateur extérieur.

26Encore faut-il que la personne soit en capacité d’agir, de prendre une décision. Dans le cas où les identités sont assignées, lorsque des collectifs englobants désignent les personnes, alors elles peuvent se trouver dans une situation d’hétéronomie telle qu’elles peuvent penser ne plus avoir la capacité de peser sur le cours des choses. La situation est alors totalement déterminée et, avance Dewey (1938), elle s’accompagne d’une perte d’individualité, ce qui correspond à une forme d’aliénation. Les personnes voient leur vie déterminée par un environnement sur lequel elles n’ont aucune prise et sont assignées à un collectif (les habitants de la ZUS…) dans lequel leur potentiel individuel est aliéné. C’est de cela dont il est question lorsqu’on parle de ghettoïsation, d’assignation à résidence etc. L’objectif premier, selon Dewey, est de faire en sorte que les personnes puissent s’individualiser en se distinguant. C’est la condition pour qu’elles soient en mesure d’influer sur les fins et les conditions de la communauté à laquelle elles participent. C’est la condition pour qu’un public actif puisse se former, sur la base des potentialités libérées de membres qui composent ce public. Il convient de redonner une place pour le « je », là où les identités tendent à fusionner dans des entités substantialisantes.

27L’application aux quartiers défavorisés de la théorie de l’enquête de Dewey conduit à les concevoir comme un champ d’expérimentation devant être soumis à une enquête sociale, laquelle constitue déjà une expérimentation. Les personnes doivent être mises en situation, en capacité, de se questionner, de rechercher les éléments constitutifs de la situation dans laquelle elles se trouvent. La situation, déterminée, devient indéterminée, interchangeable, avec l’ouverture de l’enquête qui ouvre du même coup un processus de politisation alimenté par des personnes et des groupes qui éprouvent l’impact d’actions menées en dehors d’eux, mais qui, plutôt que de les subir, vont s’interroger sur les manières possibles de limiter ces impacts, voire de modifier radicalement les caractéristiques de la situation à laquelle ils sont confrontés et à laquelle ils participent malgré eux. L’enquête, l’expérimentation, permet aux personnes de prendre conscience de ce qu’elles sont, de s’individualiser et partant, de participer à la transformation de la situation via la libération des potentiels individuels. La situation devient enquête quand sont anticipées les conséquences existentielles des situations indéterminées, ce qui peut conduire à la transformation de la situation, via l’actualisation de certaines de ses potentialités plutôt que d’autres. L’enquête convertit des situations en problèmes définis qui peuvent être examinés et déboucher ainsi sur des idées de solutions possibles.

28La distinction par Dewey (1927) d’un public actif et d’un public passif est essentielle. Dans le premier cas, la situation est celle d’un groupe « organique », de personnes qui se rassemblent parce qu’affectées de la même manière. Les groupes nimbystes entrent dans cette catégorie de publics passifs. Ne pas vouloir « de ça » dans son arrière cours ne signifie en aucune manière qu’une réflexion soit menée sur le « ça » en question. Que l’assurance soit apportée que le projet ne se fera pas et le groupe se délitera, chacun reprenant le cours de sa vie. Le projet, le « ça » en question pourra être réalisé ailleurs, sans qu’il soit problématisé. L’enjeu est donc de passer d’un public passif à un public actif qui influe sur les conditions et les fins de la communauté dont il fait partie. Le public actif est un groupe moral qui met en avant des actions soutenues par des conséquences définies, estimées et recherchées. Lorsque les personnes en viennent à examiner la situation présente, à définir de quoi elle se compose, en quoi elle fait problème, à proposer des pistes de solutions, à envisager les conséquences des différentes actions qui pourraient être menées, elles sont conduites à réinvestir l’avenir et à s’inventer des préférences pour l’avenir.

29Pour Dewey, la condition de félicité de l’enquête sociale réside dans le dialogue et c’est par un véritable plaidoyer pour le dialogue qu’il conclut Le public. Dialogue entre personnes, entre groupes, entre experts, scientifiques et profanes car tous sont finalement embarqués dans l’enquête. Qu’experts et scientifiques aient des outils et méthodes spécifiques ne signifie en rien qu’ils aient une position plus objective et une connaissance plus parfaite de la réalité sociale que les habitants. La solution passe alors par la mise en œuvre de « situations dialogiques » (Callon et al. 2001) telles que les savoirs soient partagés et mutuellement enrichis au sens de l’enquête sociale et mis au service d’une construction collective d’un avenir dans lequel chaque personne puisse se situer et agir.

30À notre connaissance, fort peu de démarches sont entreprises dans les quartiers qui vont dans le sens d’une politisation des situations vécues. Au contraire, les mobilisations dans les quartiers populaires, quoi qu’on en dise, sont le plus souvent étouffées (Talpin 2016). La démarche entreprise, la méthode proposée par le Conseil de l’Europe fait figure d’exception. Elle propose une démarche de co-responsabilité basée sur l’élaboration collective d’indicateurs de progrès dans le bien-être des citoyens. L’approche retenue n’est pas prescriptive, mais suggestive de ce qu’il est possible de faire. La méthode « permet notamment d’éviter d’entrer directement dans l’analyse des problèmes et la recherche de solutions (approche « driven problem ») sans avoir préalablement mené un travail de réflexion sur les objectifs de société (nous soulignons) avec les femmes et les hommes qui la constituent » (Conseil de l’Europe, non daté : 5). Au lieu de penser les quartiers et leurs habitants comme les passifs récipiendaires d’une politique publique, cette méthode invite à repenser l’espace public, à concevoir les quartiers comme des territoires dans lesquelles un public peut se former. C’est une invite à raisonner, individuellement et collectivement, à ce qu’il est possible d’attendre de la vie en société et de la vie en général. Là où prévalent des mesures d’urgence, séquentielles, destinées à des individus ayant droit, normatives, il est proposé de construire un projet collectif qui permette aux personnes et aux groupes de définir leur avenir souhaité, dans lequel leurs potentialités trouveront à s’exprimer et s’épanouir pleinement et durablement.

Haut de page

Bibliographie

Bacqué M.-H., Mechmache M. (2013a), Pour une réforme radicale de la politique de la ville. Ca ne se fera plus sans nous. Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Rapport au Ministre délégué chargé de la ville, juillet 2013.

Bacqué M.-H., Mechmache M. (2013b), Synthèse du rapport. Pour une réforme radicale de la politique de la ville. Ca ne se fera plus sans nous. Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Rapport au Ministre délégué chargé de la ville, juillet 2013.

Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boltanski L., Chiapello E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boutinet J.-P. (1990), Anthropologie du projet, Paris, PUF.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Colloque de Biviers (1983), L’autonomie sociale aujourd’hui, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Conseil de l’Europe (non daté), La méthode proposée par le Conseil de l’Europe. Élaboration des indicateurs de bien-être et de progrès avec des citoyens.

Cros F. (1992), Revue française de pédagogie, vol. 22, n° 124, Lyon, École normale supérieure, p. 122-124.

Dewey J., (2003 [1927]), Le public et ses problèmes, Publications de l’Université de Pau, Farrago, Éd. Léo Scheer.

Dewey J. (1967 [1938), Logique. La théorie de l’enquête, PUF.

Douglas M. (1982), Essays on the Sociology of Perception, Londres, Routledge.

Dubet F. (1993), « Les nouveaux mouvements sociaux », in Chazel F. (dir), Actions collectives et mouvements sociaux, Paris, PUF.

Dupuy J.-P., Dumouchel P., (coord.) (1983), L’auto-organisation de la physique au politique, Paris, Seuil.

Epstein R. (2009), « À quoi sert l’évaluation ? Les leçons de la politique de la ville », revue Tracés, hors série 09, Paris, ENS Éditions, p. 187-197.

Esprit (1987), L’hiver de la politique, n° 124, Paris.

Esprit (1998), Urgences démocratiques. Défendre le pluralisme et la délibération. Le nouveau travail de la délibération, n° 240, Paris, février.

Futur antérieur (1991), Le gai renoncement. L’affaiblissement de la pensée dans les années 80, Paris, L’Harmattan.

Ion J. (1997), La fin des militants ?, Paris, Les éditions de l’Atelier.

Laïdi Z. (1998), « L’urgence ou la dévalorisation culturelle de l’avenir », revue Esprit, n° 240, Paris, p. 8-20.

Laville J. L., Sainsolieu R. (1997), L’association. Sociologie et économie, Paris, Desclée de Brouwers.

Legros R., 1990, L’idée d’humanité, introduction à la phénoménologie, Paris, Grasset.

Le Play (1887), La réforme sociale en France déduite de l’observation comparée des peuples européens, Paris, Mame et fils.

Lipovetski G., 1992, Le crépuscule du devoir. L’éthique indolore des nouveaux temps démocratiques, Paris, Gallimard.

Maffesoli M. (1988), Le temps des tribus, le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse, Paris, Méridiens Klincksieck.

Maslow A. (1943), « A theory of Human Motivation », Psychological Rewiew, n° 50, July, New York.

OCDE, 2016, France. Note par pays. Résultats de l’enquête PISA 2015.

Olson M., (1978 [1966]), Logique de l’action collective, Harvard University Press, PUF.

Rawls J. (1987), Théorie de la justice, Paris, Seuil.

Rosanvallon P., La nouvelle question sociale. Repenser l’État Providence, Paris, Seuil.

Sen A. (1993), Éthique et économie et autres essais, Paris, Ed PUF.

Simon H. (1947), Administrative Behavior, a Study of Decision-Making Processes in Administrative Organization (1st ed.). New York, Macmillan.

Simon H. (1957), Model of Man: social and Rational. Mathematical Essays on Rational Behavior, New york, Wiley.

Simon H. A., March J.-C. (1964), Les organisations, problèmes psychosociologiques, Paris, Dunod.

Stengers I., Rallet O. (1991), Drogues : le défi hollandais, Paris, Les empêcheurs de tourner en rond.

Talpin J. (2016), « Une répression à bas bruit. Comment les élus étouffent les mobilisations dans les quartiers populaires », Revue Métropolitiques, 22 février.

Tarow S. (1988), « National Politics and Collective Action : Recent Theory and Research in Western Europe and United States », Annuel Rewiew Sociology, n° 14, New York.

Haut de page

Notes

1 Quelques exemples d’émeutes urbaines : Vaulx en Velin, 1979 ; quartier des Minguettes, 1983 ; Mantes la Jolie, 1991 ; Clichy sous bois, 2005…

2 Le terme est de Ion, op. cit.

3 La floraison, dans les années 1990, de textes venus d’horizons intellectuels divers, portant sur l’hiver voire la fin du politique, indique bien ce changement d’époque où les rapports entre individus et collectifs sont bouleversés. Voir par exemple Lipovestki 1992, Rosanvalon 1995, la revue Esprit (n° 240, février 1998) ou encore le supplément à la revue Futur antérieur de 1991.

4 Urgence face à la situation de telle ou telle personne qui rend obligatoire une réponse institutionnelle ou urgence quant à la situation du quartier, un peu trop explosive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Taverne, « Quels projets pour la ville et ses quartiers ? »Revue des sciences sociales, 57 | 2017,  42-49.

Référence électronique

Didier Taverne, « Quels projets pour la ville et ses quartiers ? »Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.338

Haut de page

Auteur

Didier Taverne

Sciences, Territoires et Sociétés, Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals