Navigation – Plan du site
Fluidité des temps et instabilité des corps

Enfance stable, adolescence instable chez les Touaregs du Gourma et de l’Adagh (Mali)

Cristina Figueiredo
p. 54-61

Résumé

Contrairement à ce qui est habituellement proposé comme image du corps de l’enfant, qui change, grandit, et est, à ce titre, dans une phase de grande vulnérabilité, chez les Touaregs, avant la puberté, l’indétermination sexuelle, au sens où l’enfant n’est pas confiné dans un rôle sexué, le laisse libre de circuler entre les univers masculins et féminins. Cela donne une image d’un enfant protégé par l’univers des adultes, autonome dans sa vie quotidienne. Dans ce monde qui lui est propre, l’enfant reçoit librement des transmissions informelles sur les techniques pastorales, les techniques du corps et les techniques domestiques. L’acquisition des attributs psychiques ne met pas le corps de côté : en même temps que celui-ci se développe, les capacités cognitives se confrontent à la réalité empirique et à l’inéluctable façonnage genré. Le trouble qui peut émerger au moment de cette incorporation du sexe social rend la période pré-pubertaire particulière dangereuse. C’est l’entrée dans l’instabilité adolescente.

Haut de page

Texte intégral

1La réflexion présentée ici fait suite à des enquêtes menées entre 1994 et 2005 sur les systèmes d’éducation touaregs et la construction sociale et symbolique de la personne sexuée. Malgré les formes d’expression diverses de la société touarègue d’une région à l’autre, il est apparu une conception homogène de perception de l’enfance comme période fondamentale d’acquisition de compétences cognitives et d’apprentissage des postures corporelles qui s’inscrivent dans le corps dès la naissance. Cette période constitue un temps difficilement définissable en termes chronologiques ; elle peut s’étaler jusqu’après la puberté et est perçue comme le temps de la transmission horizontale, offrant sécurité affective et protection matérielle. Le moment du passage à « l’adolescence », plonge les enfants dans un univers étranger où les apprentissages se font dans l’entre-soi d’une classe d’âge qui va de 11-12 ans et peut s’étendre au delà de 20 ans. Ce moment, dont le début dépend plus de l’attitude que des signes de maturité physiologiques, est perçu comme un entre deux à la fois éphémère et critique car il expose la personne « en train d’atteindre » au regard et au jugement des pairs, des parents et des étrangers humains et non humains. Pour traverser ce temps de transformation menant à l’âge adulte, les transmissions pendant l’enfance, sur les rôles masculins et féminins et ce qu’ils supposent pour l’équilibre de l’être dans la société, apparaissent comme la terre fertile où s’enracine l’acteur social guidé par les codes de l’honneur touareg qui l’arme pour affronter la vie d’adulte. L’âge calendaire n’est ici pas déterminant, il s’agit plutôt du passage de la dépendance, qui offre stabilité, à l’autonomie, plus instable, dans les relations.

Apprentissage des catégories et stabilité physique

2En milieu nomade, l’enfant touareg reçoit au sein de l’espace domestique un savoir technique en observant les gestes quotidiens de ses parents et des autres membres du campement. Jusqu’à la puberté, sa socialisation s’opère sans que lui soit imposé un quelconque apprentissage explicite des gestes et des concepts côtoyés dans la vie quotidienne. L’enfant expérimente les limites de son corps : court, tombe, se fait mal, se bat, sans que les adultes n’interviennent dans ces amusements (imishilan). Il expérimente avec la sensation (tufreyet) et acquiert par la compréhension (ugré) la conséquence de ses faits et gestes. Jusqu’à environ 7 ans, l’enfant crie, pleure, se plaint au milieu des autres enfants, sans que personne n’intervienne dans les brigues enfantines. Les enfants ont la possibilité de se laisser submerger par la colère et la détresse, les adultes observent depuis leur place en poursuivant leurs tâches. Lorsqu’il ne parvient pas à se calmer, l’enfant trouve toujours un corps adulte sur lequel se lover et passer un moment privilégié et afin que des paroles soient posées sur l’incident.

Fig. 1 : Enfant dans l’espace domestique – Adagh 1997

Fig. 1 : Enfant dans l’espace domestique – Adagh 1997

Photo : Cristina Figueiredo

3Avant l’acquisition de la faculté nommée tahité, autour du sevrage, vers 3 ans, l’enfant n’est pas genré. Son nom personnel désigne son sexe biologique, mais ne lui est imposé aucune distinction de manière d’être ou de faire. L’enfant porte une tunique longue en tergal bleu, a souvent les cheveux coupés courts et quelques objets de protection. Ses atours sont rarement sexués en milieu nomade. Les adultes font quelques remarques pour taquiner les petits enfants qui maîtrisent à peine le langage, notamment lorsqu’ils sont de passage et essaient de nouer une relation avec l’enfant : « ne vas-tu pas abreuver ton chameau au puits ? » dira-t-on à un petit garçon, « as-tu fini de baratter le lait ? » adressera-t-on à la petite fille, désignant ainsi des gestes représentant une division sexuée du travail quotidien. Mais c’est en restant dans la sphère domestique que l’identification à un rôle sexué se produit plus nettement, et l’acquisition de tahité entérine des comportements masculins ou féminins. L’identification sexuée en est conséquente.

Fig. 2 : Femme préparant l’outre pour baratter le lait – Gourma 1994

Fig. 2 : Femme préparant l’outre pour baratter le lait – Gourma 1994

Photo : Cristina Figueiredo

Fig. 3 : Jeune terregénat barattant le lait – Adagh 1995

Fig. 3 : Jeune terregénat barattant le lait – Adagh 1995

Photo : Cristina Figueiredo

4Les différents moments de la journée sont rythmés par les gestes de la mère liés à l’aliment central de la vie nomade, le lait. Maîtresse, de la tente, après la traite, à l’aube et au crépuscule, la mère répartit le lait entre la part destinée à être caillée et barattée et celle qui, encore chaude, est offerte, par ordre de préférence, aux enfants, aux malades, aux étrangers et aux autres membres de la tente. Ni les hommes ni les grands garçons (de plus de 6-7 ans) ne sont autorisés à approcher le lieu où se trouve le lait. Les plus jeunes ne sont pas écartés de cet endroit, quel que soit leur sexe. Mais un enfant, même lorsqu’il ne sait pas encore parler, ne quémande pas du lait à un membre masculin de l’unité domestique représentée par la tente, il demande toujours à la femme qui en a la charge. Une première association conceptuelle se fait à travers ce geste quotidien : mère / lait / féminin / intérieur.

  • 1 En pays touareg, il arrive que les femmes égorgent les animaux, lorsque les adolescents ne sont pas (...)
  • 2 La femme veuve ou divorcée, lorsqu’elle n’a pas d’enfants suffisamment grands pour l’aider dans la (...)

5De la même manière, les enfants observent que ce sont les hommes qui, le plus souvent1, font couler le sang des animaux dont ils ont la charge. Le père est celui qui supervise les tâches liées à l’activité pastorale et qui entreprend de longs voyages2. Il se rend souvent au village pour vendre des biens (animaux, bois, charbon végétal) en échange d’autres provisions alimentaires (céréales, thé, sucre, condiments). L’homme voyage pour faire du commerce, de la contrebande, et chercher des lieux de nomadisation où les pâturages sont meilleurs. Si les enfants apprennent que leur père s’est rendu dans des lieux de commerce, à son retour ce dernier est sollicité par les petits enfants qui réclament leur « cadeau-souvenir » (tibedar), souvent des dattes ou des bonbons. C’est de la même façon insistante qu’ils quémandent leur part de viande lorsque le père sacrifie une bête. Dès que le sang coule et que l’animal est dépecé, le père, ou un autre homme, met les abats à griller et les enfants sont les premiers à être servis, lorsqu’ils n’ont pas directement reçu une part de l’animal à griller eux-mêmes. Pour les enfants, une autre association conceptuelle s’effectue : père / sang / masculin / extérieur.

  • 3 Tunte et aggar.

6Ces associations sont possibles et s’intériorisent à partir du moment où l’enfant est dans cette phase de développement cognitif (environ de 3 à 7 ans) qui lui permet de se projeter en tant qu’être sexué dans l’une des chaînes conceptuelles. Le processus de socialisation du petit garçon et de la petite fille prend des airs plus explicites au fil des années et jusqu’au moment de la puberté. La mère pourra dire à son garçon : « sors, va voir les chevreaux, va les surveiller, ne gâte pas le lait ». Le lait « gâté » (eghshed) est du lait souillé par la présence masculine qui le fait tourner (au lieu de le faire cailler), car « l’homme a le sang chaud ». Elle dira à sa fille : « assieds toi, aide moi à attacher l’outre à la poutre, recouvre le lait avec son couvercle en natte, voilà une jeune fille qui sait se tenir». Ces remarques sont dites sur le ton de la plaisanteries aux plus jeunes, et sont plus affirmatives dès 5-7ans. Si l’enfant, en tant que personne, peut courir et pratiquer des jeux indifférenciés, la petite fille qui aide aux savoirs-faire liés au lait se devra d’adopter un comportement plus modéré, « moins chaud ». En s’identifiant à l’un des parents, grâce au processus de socialisation qui fait prendre conscience de sa condition d’être sexué, dans les chaînes conceptuelles qui lui sont proposées, l’enfant remplace progressivement « père » et « mère » par « masculin » et « féminin » et s’associe à l’un de ces genres3.

  • 4 En milieu nomade, le manque d’une personne peut amener un homme à accomplir des tâches féminines et (...)

7Dès 4-5 ans commence une période de grande stabilité pour l’enfant. Précédemment, nous l’avons vu, il n’est soumis à aucune contrainte et lors de sa socialisation sexuée, l’enfant n’a pas non plus à faire face à des injonctions péremptoires qui le confineraient définitivement dans une place masculine ou féminine. La souplesse de la division sexuelle des tâches, y compris chez les adultes4 est telle qu’il n’est ainsi pas rare de voir un petit garçon accompagner des jeunes filles au puits où elles se laveront près de lui, et une petite fille (non pubère) pourra tout à fait accompagner son père à des assemblées d’hommes. Parallèlement, l’enfant continue de jouer, d’imiter les adultes, de mettre en scène des relations genrées avec des objets miniatures, de se déguiser, y compris en prenant des vêtements du sexe opposé, et d’interpeller les adultes. Au milieu de ces jeux et amusements, il peut arriver qu’il soit pris à partie par un adulte qui lui donne la possibilité de prendre la parole au milieu d’eux. Il n’est pas rare que lors de conversations entre adultes, on interpelle un enfant en lui demandant : « et toi comment vont tes animaux ? Où as-tu laissé ton campement ? Il y a t il de l’eau au puits ? Sais tu où il y a de bons pâturages ? ». L’enfant se prêtera alors au jeu très sérieusement, prendra la parole, répondra point par point, élaborera son discours. Une fois fini, il n’attendra aucune approbation ou reproche, il reprendra simplement le cours de sa vie d’enfant. Fille ou garçon, il est également autorisé à prendre la parole de lui-même à partir du moment où il la demande. Il lève le bras commence sa phrase par « awa nak » (« ceci c’est moi – qui le dit/qui le pense ») et donne son avis ou énonce l’information qu’il souhaite donner. On l’écoute alors attentivement, le questionnant éventuellement, puis les conversations entre adultes reprennent.

8L’enfant sait qu’il a une place et elle est d’une grande stabilité physique et affective. Il sait à quelle tente il appartient, il sait aussi auprès de quel aîné il peut se poser, à qui il peut demander de l’aide sans avoir à s’inquiéter des règles de pudeur. Sa parole n’est pas interrompue : on l’écoute, personne ne se moque, on ne le force pas à faire quelque chose qu’il ne veut pas faire, on prend soin de lui. Plus il grandit, plus il participe à la vie quotidienne, souvent en marchant plusieurs kilomètres pour abreuver les animaux et remplir les outres d’eau. Il se retrouve avec d’autres enfants et les tâches prennent un air de jeu : tirer l’eau du puits à plusieurs, faire avancer l’âne dans de grands éclats de rire. Souvent aussi des adultes sont là pour leur apporter une aide.

  • 5 Le père est associé au sang en partie parce qu’il sacrifie des animaux et, en Adagh, où les Touareg (...)

9Assister aux activités et conversations adultes est le moment de comprendre plusieurs paramètres de la vie en société. Si, comme l’a amplement montré Jacqueline Rabain dans L’enfant du lignage (1979), les parents sont largement désignés avant l’acquisition du langage, la période de l’enfance qui suit est le moment où viennent s’ajouter aux marqueurs genrés l’apprentissage des subtilités de la parenté. Pour que l’enfant sache se positionner et quel comportement avoir face à un membre de la parenté, il est progressivement amené à distinguer les parents maternels des parents paternels. En associant les premiers à sa mère, il les associe au lait et à la symbolique dont il est porteur : au féminin, à l’intime, au froid et au sentiment de compassion (tahanint) propre aux femmes. On cherchera donc auprès des membres de la lignée maternelle affection, réconfort, écoute et accueil. Ils sont associés au sensuel, à ce qui relève de l’affect et du bien-être physique. On peut les taquiner, avoir des relations à plaisanteries, leur demander de participer à des soins corporels comme le tressage des cheveux et l’épouillage. En Adagh, les parents paternels sont assimilés à la symbolique du sang5 et apparaissent comme les éléments « chauds » du système de parenté, ceux qui ont le courage de faire face au danger pour défendre les leur contre toute forme d’invasion. Certes ils protègent l’intégrité du corps des agnats, mais leur rôle est davantage tactique, réfléchi, réservé. Les choses liées au bien être individuel sont largement supplantées par une volonté de maintien de la solidarité collective qui relègue les préoccupations sensuelles au deuxième plan. C’est aussi auprès d’eux que l’on pourra envoyer un enfant en âge d’acquérir des savoirs sur la lignée, les techniques et la religion.

  • 6 Si l’on reprend la distinction faite par Ph. Descola (2005), l’intellectualité serait l’une des com (...)

10Ainsi, avant même de recevoir des enseignements explicites sur le fonctionnement du corps physique, symbolique, social et politique, l’enfant est empreint de chaînes conceptuelles qui utilisent des catégories issues de la médecine et de la cosmogonie touarègues telles : féminin / lait / intérieur / froid / compassion et masculin / sang / extérieur / chaud / courage. L’intégration de ces associations participe implicitement dans l’enfance, et explicitement lors de l’adolescence, à la construction du soi, de la notion de personne et des réseaux d’échange entre parents. Néanmoins, les associations que l’enfant intègre tout au long de son développement ne se résument pas à la transmission d’un savoir fondé sur une pensée analogique. Si cette méthode associative fait partie de l’apprentissage des relations qui s’établissent entre le monde perçu, senti et vécu, les mécanismes cognitifs mis en place au moment de ces associations sollicitent des capacités intellectuelles différentes de la conscience réflexive, tahité, nécessaire à l’association d’éléments supposés similaires. Il s’agit pour les adultes d’éveiller chez l’enfant l’eniyet, que l’on peut décrire comme étant l’attention, associée à une perspicacité et vivacité d’esprit permettant de comprendre rapidement. Cette capacité permet aussi de saisir que chaque élément ne fait sens que parce qu’il fait partie de l’ensemble figuratif auquel il est intégré, parce qu’il se place dans un contexte. Or, ce contexte n’est pensable, compris et intégré que lorsque le corps est lui-même perçu et maîtrisé. Il apparaît comme le seul moyen pour l’être en devenir de se sentir exister en tant qu’élément certes associé à la logique du schème mais aussi libre de choisir certaines composantes de sa physicalité, au sens où l’entend Ph. Descola (2005), son intellectualité et son intériorité6. Si, pendant l’enfance, l’apprentissage de la pensée analogique permet de développer le raisonnement (grâce à tahité et eniyet), l’initiation au fonctionnement du corps au moment de la puberté sert à l’objectivation du point de vue qui permet l’appréhension et la maîtrise de l’espace physique et social. Autrement dit, aucune faculté cognitive n’est définitivement stable tant que la perception de son propre corps n’est pas saisie car les sensations stimulent des affects qui, s’ils ne sont pas identifiés et maîtrisés, en catégories, entravent les facultés intellectuelles d’un individu. En grandissant, l’enfant est guidé par les adultes dans ses comportements qui répondent de plus en plus aux codes de l’honneur de la société. Il ne s’agit pas de nier les différentes sensations et pulsions, mais de mieux les appréhender pour mieux les transformer en actes réfléchis.

  • 7 Le Père Charles de Foucault (1951) propose aussi de traduite eniyet par « bonne foi ».

11Le corps de l’enfant est néanmoins perçu comme stable, malgré sa vulnérabilité. Mais plus l’eniyet se développe, plus cette attention passe d’une domestication d’une intuition pré-figurative (Ingold, 2012) à une volonté. Voici une histoire qui résume cette idée : deux amis se mettent d’accord pour que l’un prête de l’argent à l’autre. Un an plus tard, l’emprunteur devra retrouver le prêteur de l’autre côté d’un lac pour lui rendre la somme due. Or, lorsque le jour du rendez-vous arrive, une tempête empêche la traversée. L’emprunteur veut tenir sa promesse, prend un tronc qu’il fend, il y glisse la somme, et jette le tronc à la mer criant « eniyet ». De l’autre côté, le prêteur pensant avoir été berné, s’apprête à partir lorsqu’il voit le tronc arrivé. Il emmène ce morceau de bois pour faire du feu et, lorsqu’arrivé à son campement il fend le tronc, il découvre l’argent. Pour les Touaregs interrogés sur le sens de ce récit, eniyet représente ici à la fois un engagement et une volonté au point qu’elles se communiquent par tous les moyens7 : les sens perceptibles et imperceptibles sur lesquelles cette volonté agit et en même temps par lesquelles elle existe. Toute l’éducation de l’enfant consiste à lui offrir des possibilités de développer eniyet, c’est à dire l’attention qui œuvre au savoir-faire. Elle s’appuie sur tahité et est aussi transmise en partie par l’éteri, l’hérédité qui est plus forte du côté de la mère car elle la transmet pendant la gestation et pendant l’allaitement. La mer qui sépare les deux garçons n’est d’ailleurs pas sans rappeler une image de l’initiation du passage adolescent où l’enfant de « bonne foi » se met à douter lorsqu’il est séparé de la mère (l’eau qui les sépare). Il s’agit bien dans cette histoire de la transformation qui s’opère lorsqu’il y a un passage, qui peut être compliqué (la tempête) d’un statut à un autre. Voyons quelle richesse l’individu y gagne.

Provoquer l’instabilité : contrôle et maîtrise du corps lors du passage à l’adolescence

  • 8 Lors de sa visite de camps de réfugiés en Mauritanie, H. Claudot-Hawad a été frappée par l’apathie (...)

12L’enfant développe ses compétences et les expérimente en les percevant et les pratiquant corps et âme. Pas de séparation entre les deux, ni de trouble ou de dichotomie corps / âme ou corps / esprit. Tant que l’enfant n’a pas à se préoccuper de ses besoins fondamentaux et se sent protégé, rien ne vient entraver le processus indissociable de perception du monde et d’acquisition des savoirs incorporés et intériorisés. Ce n’est pas l’idée d’une évolution conjointe de corps et esprit, comme on le lit souvent dans les ethnographies, ni non plus d’une co-construction comme on en parle en psychologie. Il est bien question d’éléments qui ne peuvent être ni séparés ni décalés. Si un mauvais esprit (wa n essuf) possède l’esprit d’un enfant, il possède aussi son corps, il ne peut s’approprier de l’un sans conséquence sur l’autre. Paroles et postures sont aussi perturbées lorsque l’enfant subit des évènements traumatisants : la mort brutale de ses parents, la sécheresse, la famine ou l’exil8.

  • 9 En fonction du mode de filiation matri ou patrilinéaire observé.

13Dans les tribus touarègues qui pratiquaient le gavage, le corps de l’enfant, notamment celui des filles, a été façonné d’une manière à répondre à la conception métaphorique de la stabilité. Chez les Imedédaghen de Gossi, j’ai pu recueillir le témoignage de femmes qui avaient été gavées, récits proches de ceux recueillis par Saskia Walentowitz (2003) chez les Kel Eghlal au Niger. Ces Touaregs de la boucle du fleuve Niger avaient d’immenses troupeaux de vache qui leur assuraient du lait en abondance. Des domestiques s’occupaient de leurs animaux, les hommes géraient les biens de leurs sœurs ou de leur épouse9, et les femmes s’occupaient de leur tente et des enfants dans un grand confort. Les femmes, encore aujourd’hui perçues comme les garantes des biens et des pouvoirs, de la transmission et de la stabilité de la société, étaient choyées et protégées et faisaient l’objet d’attentions physiques particulières. Le modèle de la beauté est proche de celui que l’on retrouve dans les sociétés voisines, notamment en Mauritanie (Fortier, 2000, Tauzin, 2001) : grandes et opulentes, leur démarche lente et leur impossibilité de faire des tâches demandant de l’agilité physique, les confinaient dans un rôle strictement lié à la tente et sa circonférence. Leur immobilité symbolisait la stabilité de la société et sa richesse mais aussi la sagesse de cœur et d’esprit qui font des femmes des conseillères de premier ordre pour toutes les affaires familiales, politiques et économiques. Pour obtenir un tel résultat sur le corps, les filles subissaient le gavage dès l’âge de 7 ans. S. Walentowitz décrit leur soumission progressive et la manière dont les filles elles-mêmes se mettaient à consommer jusqu’à 7 litres de lait en une fois, accompagnés de bouillies diverses. Le résultat était une transformation très rapide du corps d’enfant à un corps s’assimilant à celui d’une jeune fille pubère. Walentowitz mentionne les travaux de Bernus (1981) et Drouin (1990) qui expliquent que le gavage rend les filles nubiles plus tôt et qu’il permet les mariages précoces. Ce sont aussi les observations de Tauzin en Mauritanie, ce qui lui permet d’émettre, et Fortier va dans le même sens, l’idée selon laquelle le gavage des petites filles est une manière de maîtriser la sexualité féminine. Mariées jeunes, elles ne risquent pas les aventures amoureuses et sexuelles qui déshonoreraient la famille. Les filles sont immobilisées de par leur opulence, arrêtent les jeux d’enfant et la mixité qu’ils supposent et sont initiées aux devoirs féminins liés au foyer et au couple. Mes observations et celles de Walentowitz (2003) ne permettent pas de dire qu’il en est de même chez les Touaregs, mais cette dernière revient sur un parallèle que Fortier (2001) fait entre le gavage des filles et l’initiation coranique des garçons qui se passent aux mêmes âges, entre 7 et 14 ans environ. Les interprétations psychanalytiques de Tauzin chez les Maures renvoient à la même idée d’un contrôle sur le désir et la sexualité des garçons comme des filles, les uns contraints à occuper leur temps à s’abreuver des versets du Coran, les autres de lait. Richesse religieuse et économique seraient associées en Mauritanie, modelant le corps des filles comme celui des garçons dans un mode ostentatoire où le corps et la parole font l’objet d’une éducation digne du rang social de ces enfants. L’érudition et l’embonpoint désignent tous deux la fortune de la famille dont les signes distinctifs s’inscrivent dans les corps et les esprits. Mais les données recueillies chez les Touaregs de toutes régions (Claudot-Hawad, 1993, Figueiredo, 2005, Walentowitz, 2003) donnent plus de précisions sur une éducation à la sexualité qui, même lorsqu’elle est précoce, est davantage un moyen d’initier au désir et au plaisir qu’au contrôle sexuel. Le but est d’engager les jeunes, garçons et filles, à mesurer les conséquences d’une sexualité sans respect de l’autre qui entraîne les grossesses hors mariage et le triste destin d’enfant illégitime.

  • 10 Tauzin (2001) remarque que, dans les villes, les filles refusent de suivre le modèle de la femme ga (...)

14Les descriptions mauritaniennes rendent compte au final d’une représentation de l’indifférenciation des composantes physiques et psychiques de la personne qui est à la fois corps et esprit et comment le façonnage social vient dichotomiser les êtres afin de répondre à une conception genrée du monde. Ainsi le féminin, associé à la chair, oblige un contrôle du corps marqué directement par le régime alimentaire, et le masculin, associé à l’esprit, passe par un contrôle du verbe qui vient canaliser les pulsions. Il est bien question dans les deux cas d’agir sur l’individu mais dans des sens contraires : pour les filles l’immobilité corporelle engendrera une soumission psychique et pour les garçons la contrainte intellectuelle engendrera un contrôle psychique du corps, mais en prenant des directions inverses. Le verbe se fait chair (un corps domestiqué par l’obligation d’étudier, dans le sens foucaldien, et la chair se fait verbe dans ce qu’elle donne à voir de la définition sociale. La sortie de l’enfance s’opère ainsi par ce passage obligé à un contrôle de soi qui s’opère physiquement et psychiquement de manière à devenir des jeunes pubères répondant à l’injonction sociale et à la reproduction attendue10.

15Pour revenir au contexte touareg, l’accès aux enseignements coraniques n’est pas réservé aux hommes et j’ai rencontré bien des femmes savantes, sans pour autant qu’il y ait soupçon de masculinisation dans l’acquisition de ces savoirs. Au contraire, une femme qui sait faire la conversation y compris en débattant d’affaires religieuses, fait l’honneur de sa famille et on sait que cette tente sera toujours honorée de la présence de convives. Cela est plus compliqué pour les garçons dont l’embonpoint peut être associé à une féminisation, notamment parce que cela les empêche de faire des tâches qui leur sont attribuées dans l’organisation des troupeaux et des voyages. Il y a comme l’idée d’une paresse masculine qui s’expose dans les rondeurs des garçons, notamment dans le passage à l’âge d’homme.

16Qu’en a-t-il été donc du passage de l’enfance à l’adolescence chez ces Touaregs du Gourma et de l’Azawagh ? Et qu’en est-il aussi de l’enfant autonome et sujet de son apprentissage ? Bernus (1981) et Drouin (1990) parlent des conséquences physiologiques du gavage, entrainant problèmes cardio-vasculaires et maternités précoces à risque, mais il est peu question de la manière dont se passe le passage psychique du monde l’enfance à celui d’un état qui anticipe la transition physique, et ce qu’en fait l’environnement social. Les témoignages recueillies dans le Gourma n’en font pas mention. Dans d’autres régions, comme dans l’Adagh et l’Aïr, dans l’Azawagh, où le gavage ne se pratique plus, la conception du passage de l’enfance à l’adolescence est énoncée différemment et amorce une réflexion sur l’enfant sujet de sa socialisation lors du passage à l’adolescence.

Guider l’instabilité de l’adolescence : parures et épreuves du passage

  • 11 Les travaux de Lave et Wenger (1991) sur les communautés de pratique ont largement abordé cette que (...)

17L’enfance, nous l’avons vu, par cette stabilité est ainsi liée au monde féminin, car les enfants sont liés à une tente et au monde intérieur qu’elle suggère. Les apprentissages formels, comme celui de l’écriture en caractère tifinagh et les versets du coran en caractères arabes, se font la plupart du temps près de la tente ou au moins, avant le port d’attributs vestimentaires marquant l’acquisition de la pudeur sexuée, au sein du campement. Cette première acquisition de savoirs formels indique qu’ils s’intériorisent en s’appuyant sur des repères stables de l’environnement écologique et affectif. « Le savoir refroidit », disent les Touaregs de l’Adagh, « musnat isesmad », empruntant ainsi aux catégories médico-thermiques un langage métaphorique engageant la personne dans un processus de transformation qui passe du corps chaud et plein d’énergie débordante à un caractère froid et une personne posée. Vu ainsi l’on pourrait presque dire que le savoir procède à une féminisation de l’enfant. Mais c’est là une question qui, posée en ces termes, fait peu de sens car il ne s’agit pas d’un caractère sexué mais d’une qualité genrée appréciée et remarquable. Guider la sortie de l’adolescence en s’inspirant de la stabilité féminine assure des points de repères permettant d’intérioriser les savoirs formels et de s’asseoir, comme une femme gavée, dans une sécurité affective permettant de se projeter dans le monde environnant. Ces points de repères sont au fondement de ce que Tim Ingold (2012) appelle une « écologie de la vie », reprenant la métaphore batesonnienne d’une « écologie de l’esprit » (Bateson 1973). Ces deux auteurs, avec Gibson (1979) dont Ingold s’inspire largement, sont convaincus que l’incorporation des savoirs-être et savoirs-faire qui permet aux individus de devenir des sujets actifs et compétents dans la vie quotidienne, se font dans le présent des activités partagées et situées dans un espace connu et sécurisant11. La transmission des skills, dont la traduction la plus proche, mais non totalement conforme, serait « compétences », ne s’opère pas uniquement dans une vision verticale de l’apprentissage où celui qui connaît (l’appreneur) enseigne le novice (apprenant) mais dans un mouvement d’adaptation et d’expérimentation qui s’exerce dans le quotidien. Ainsi, en pays touareg, ce sont le plus souvent les membres de la famille qui laissent les enfants consulter leur coran, les imiter, réciter après eux. De la même manière, on initie les enfants à l’énonciation des généalogies, à la récitation de devinettes et comptines, et à la compréhension des igeshan, caractères géomanciques dessinés sur le sable, tout comme le sont les tifinagh et les lignées. Il n’y a pas de distinction sexuée dans ces apprentissages ; filles et garçons se retrouvent autour d’un même adulte qui enseigne, transmet, corrige et adapte ses méthodes en fonction du caractère de l’enfant. Si ces apprentissages obligent à une concentration qui opère un refroidissement, ils amènent à une ouverture vers des connaissances permettant de s’ouvrir à l’extérieur et, de ce fait, à une masculinisation qui trouve son appui dans la stabilité féminine. C’est la recherche de cet équilibre entre féminin et masculin, chaud et froid, qui amène à des découvertes déstabilisantes lors de la puberté.

  • 12 La manière de tresser, les produits de beauté utilisés, les aliments consommés ce jour, parlent de (...)

18Progressivement, entre 10-12 et 14-16 ans, les enfants commencent à manifester des comportements qui permettent aux adultes de préjuger de leur capacité à recevoir des enseignements hors du cercle familial et à passer à un autre statut social. Ce ne sont pas les signes de transformation physique qui priment, ceux qui indiquent l’approche de la période pubertaire, c’est une manière de se comporter qui permet de voir que les filles et les garçons incorporent leur rôle sexué. On commencera alors à s’inquiéter de faire porter l’alesho aux filles, un voile posé sur leur tête qui sexualise la tunique en tergal bleu. Les garçons qui ne l’ont pas encore adoptés, portent un pantalon, et la même tunique ample sera scindée par une ceinture. La fille est alors tressée plus souvent. Chez les Kel Elghlal, Walentowitz montre combien ce changement d’apparence fait l’objet d’un rituel particulier : avant de lui offrir le voile de tête, la chevelure de la jeune fille est tressée d’une façon précise, ses mains sont teintées de henné et les soins qui lui sont apportés s’apparentent à ceux d’une jeune mariée. Ces gestes rituels signifient son entrée dans le monde de la séduction et le passage d’une éducation genrée à une éducation sexuelle12.

  • 13 Nettoyage du cuir chevelu que l’on gratte à l’aide d’un couteau après avoir fait des raies dans les (...)

19Les nouveaux atours exposent ces filles et ces garçons que l’on ne regarde plus de la même manière. Ils ont alors le devoir d’adopter des attitudes qui conviennent à leur genre et les adultes deviennent plus cinglants dans les réflexions faites. Nonobstant, ces plus grands enfants continuent de se fréquenter dans la mixité sexuelle, de se rendre au puits ensemble et d’avoir des activités ludiques (chamailleries, moqueries, devinettes, expéditions). C’est la posture corporelle qui s’avère différente, notamment vis à vis et auprès des adultes. Il n’est plus question de se lover comme un petit enfant contre un adulte. Les corps se touchent plus en sensualité : pour l’épouillage ou l’acarcar13, les tombées nonchalantes sur les épaules des uns et des autres se font dans des entre-soi du même âge, la timidité s’installe avec les regards plus fuyants comme un aveu du plaisir de se dérober d’une intention séductrice. A ce moment, l’instabilité s’installe dans les relations, les corps vibrent au rythme de nouvelles sensations (tufrayet), les personnes sont affectées les unes par les autres, les jeux du langage permettent de se tester non plus seulement dans sa vivacité d’esprit mais dans sa manière de faire face à l’imprévu, lorsque non encore maîtrisés, les mots manquent et le visage rougit. Ce sont de nouvelles découvertes de possibles et impossibles réponses intellectuelles et physiques. Pour cette raison, les adultes ne mettent pas ces grands enfants, que l’on peut désigner comme étant des pré-adolescents, dans l’embarras. Ils ne les sollicitent plus que pour des tâches précises, et ils ne s’énervent pas devant la nonchalance ou le refus d’obtempérer de ces jeunes qui testent leur capacité d’opposition. Les adultes estiment que les changements opèrent des transformations dans le caractère et qu’il n’est pas question de les contrarier davantage « pour ne pas les rendre plus chauds ». Car on craint que cette chaleur ne vienne provoquer de vrais symptômes somatiques et psychiques : un retard dans la puberté peut être perçu comme ayant été provoqué par un « choc » qui empêche la personne de se développer physiquement. Les troubles psychiques sont dit survenir d’un moment de panique et de doute qui a décentré ce jeune et a ouvert une brèche par lequel s’est introduit un kel essuf, ces esprits errants en quête d’un domicile. Et les adultes craignent aussi que la honte ou la colère n’amènent à des comportements irrationnels, comme partir seul dans le désert de manière si absorbée par des pensées discursives (inesgum) que la personne finit par se perdre ou faire une mauvaise rencontre.

  • 14 Au féminin : tesen/wer tesen.

20Les adultes s’intéressent néanmoins à ces grands enfants. Les plus proches les taquinent dans l’intimité de la tente, d’autant plus si leur lien de parenté autorise les relations à plaisanteries. Les savoirs faire et savoirs être sont alors testés, moqués, les allures sont commentées, et tout cela sur le mode d’un second degré qui ne semble pas perturber les jeunes, ou « pré-ados ». Revient alors une expression courante « isen/wer isen »14, « il ou elle sait ou ne sais pas ». Sait-il quelle attitude adopter face à une bande de chacals qui le surprend sur la route des pâturages ? Sait-elle quel comportement avoir face à cette personne, membre d’un campement qu’elle connaît peu, ou de cet étranger dont elle ne connaît pas l’appartenance ? C’est dans ces savoirs et ces comportements que se mesure la sortie de l’enfance pour ces jeunes personnes encore désignés par le terme d’ « enfant », mais un enfant qui sait ou ne sait pas encore certaines choses : entraver correctement un chameau, raconter une histoire ou un événement, répondre avec esprit lorsqu’il est apostrophé, se tenir face à des gens de passage.

21Il semble important d’insister sur ce dernier élément car il est probablement celui qui est le plus éclairant du statut à acquérir lors de la sortie de l’enfance, celui de amawad et tamawat « celui/celle qui est entrain d’atteindre ». Il ou elle s’approche de l’âge de la puberté, l’âge des incertitudes. Se construit à ce moment un rapport à soi et aux autres qui implique la maîtrise de nouvelles connaissances. L’ amawad ne montre plus qu’il est en apprentissage, comme l’enfant qui n’hésite pas à en parler, à se tromper, à dire qu’il ne sait pas, l’amawad découvre par lui-même la vérité de l’expérience, du vécu qui s’inscrit dans le corps. Il ressent les choses, les situations, il craint l’offense et le manque d’ashek, notion qui mêle la pudeur et le bon comportement et est un élément fondamental de la relation chez les Touaregs. Iba n ashek, « le manque d’ashek » marque la réputation de l’individu qui le suivra, le déshonnore et remet en question son éducation.

22Les imawaden, les « adolescents », n’ont pas acquis la maîtrise de soi, udaf n iman. Leur attitude peut mettre les adultes dans l’embarras. En outre, ces grands enfants fascinent car, non encore entrés dans la sexualité, ils portent déjà quelque chose de sexuellement séduisant, une beauté et une énergie non domestiquées, honteuses et dangereuses. D’où l’importance de canaliser ce moment de trouble, en agissant sur le corps, ce que supposait le gavage pour les filles, et en dissimulant ce que l’attitude ne peut encore contenir car les codes de l’honneur et de bienséance ne sont pas acquis. C’est à ce moment que l’on offre le voile de tête aux filles, l’alesho. Il ne vient pas seulement signifier que la jeune fille entre dans la séduction, il vient surtout dire que ce n’est plus une enfant. De la même manière les garçons, voilés par les hommes seulement à l’entrée dans l’âge adulte et après un rituel dit de « couronnement » (Claudot-Hawad, 2001), peuvent prendre un morceau de chèche pour se protéger provisoirement du regard et des paroles.

23À cette époque, où le doute (mishi) jalonne le quotidien, les uns et les autres sont envoyés chez des parents proches ou lointains, sous prétexte d’un besoin en main d’œuvre, pour se séparer du noyau protecteur que constitue la tente et plonger dans des relations de plus grande pudeur. Avec ces autres, garçons et filles seront initiés à de nouveaux savoirs, à d’autres manières d’être et de faire, et au développement de leurs propres compétences. Lorsque ces imawaden reviennent parmi les leurs, ils ne s’installent plus comme les enfants auprès du couple parental : les garçons rejoignent le plus souvent le groupe des adolescents qui dorment ensemble à l’extérieur de la tente, et la jeune fille s’installe à l’intérieur de celle-ci dans une extrémité où, lorsque viendra le temps des rencontres amoureuses, elle pourra en soulever un pan pour participer au monde dans la chaleur des cœurs et des corps étrangers.

Haut de page

Bibliographie

Bateson G. (1980), Vers une écologie de l’esprit, Paris, Le Seuil.

Bernus E. (1981), Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, Éditions de l’ORSTOM.

Claudot-Hawad H. (1993) Touaregs. Portrait en fragments, Aix-en-Provence, Edisud.

Claudot-Hawad H. (2001) Eperonner le monde. Nomadisme, cosmos et politique chez les Touaregs, Aix-en-Provence, Edisud.

Descola Ph. (2005) Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Drouin J. (1990) Perceptions sensorielles et synthésie, essai sur des données touarègues, Littéra- ture orale arabo-berbère, 21, p. 61-92.

Figueiredo C. (2005) Comment l’amour grandit. Education et sentiments chez les Touaregs , Awal, 31, p. 45-61.

Figueiredo C. (2012) « Le maintien de soi » : maîtrise et représentations corporelles chez les Touaregs (Adagh, Mali), Revue Corps, 10, 1, p. 65-74.

Fortier C .(2000) Corps, différence des sexes et infortune : transmission de l’identité et des savoirs en islam malékite et dans la société maure de Mauritanie, Thèse de doctorat en anthropologie sociale, Paris, EHESS.

Foucault Ch. (1951) Dictionnaire Touareg-Français, Imprimerie Nationale, 4 T.

Gibson J. (1979) The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Ingold T. (2012) Culture, nature et environnement, Tracés, 1, 22, p. 169-187.

Lallemand S.Lemoal G. (1981) Un petit sujet , Journal des africanistes, 51, p. 5-21.

Lave, J. Wenger E.(1991) Situated Learning: Legitimate Peripheral Participation, Cambridge, Cambridge University Press.

Rabain J. (1979) L’enfant du lignage. Du sevrage à la classe d’âge, Paris, Payot.

Tauzin A. (2001) Figures du féminin dans la société maure (Mauritanie), Paris, Karthala.

Surrallès A. (2003) Au coeur du sens. Perception, affectivité, action chez les Candoshi, Paris, CNRS.

Walentowitz S. (2003) Enfant de Soi, enfant de l’Autre. La construction symbolique et sociale des identités à travers une étude anthropologique de la naissance chez les Touaregs (Kel Eghlal et Ayttawari de l’Azawagh, Niger), Thèse de doctorat en anthropologie sociale, Paris, EHESS.

Haut de page

Notes

1 En pays touareg, il arrive que les femmes égorgent les animaux, lorsque les adolescents ne sont pas disposés à le faire et lorsqu’elles sont confrontées à des hommes qui exècrent cette tâche. J’ai pu observer à plusieurs reprises des femmes égorger des animaux alors que je n’ai jamais vu un homme distribuer du lait qui n’a pas été auparavant partagé par une femme. Néanmoins, dans la division sexuelle du travail, l’égorgement des animaux reste associé au travail masculin.

2 La femme veuve ou divorcée, lorsqu’elle n’a pas d’enfants suffisamment grands pour l’aider dans la gestion des animaux, déménage avec sa tente et ses biens près d’un parent ou d’une parente en mesure de la soutenir dans la vie quotidienne. La situation du veuf ou du divorcé est beaucoup plus compliquée car la tente est un bien de l’épouse. Un homme doit impérativement se remarier pour recouvrer une place sociale.

3 Tunte et aggar.

4 En milieu nomade, le manque d’une personne peut amener un homme à accomplir des tâches féminines et une femme des tâches masculines, y compris l’égorgement des animaux. Cette souplesse est beaucoup plus discutée en milieu villageois et urbain

5 Le père est associé au sang en partie parce qu’il sacrifie des animaux et, en Adagh, où les Touaregs observent un mode de filiation patrilinéaire, c’est aussi lui qui transmet, « par le sang », l’appartenance sociale.

6 Si l’on reprend la distinction faite par Ph. Descola (2005), l’intellectualité serait l’une des composantes de l’intériorité. Mais il s’agit ici de maintenir une distinction autochtone entre ce qui est produit par tahité et ce qui est produit par l’intentionnalité, venant du cœur (uhl) et l’expérience qui s’ensuit pour l’individu. Eniyet peut tout à fait être entendu comme l’intentionnalité de l’individu qui par l’attention porté sur la volonté de son cœur, communique son intention et sa compréhension d’une situation donnée. Alexandre Surrallés (2005) fait un constat semblable chez les Candoshi chez qui cœur et intention sont associés pour faire sens.

7 Le Père Charles de Foucault (1951) propose aussi de traduite eniyet par « bonne foi ».

8 Lors de sa visite de camps de réfugiés en Mauritanie, H. Claudot-Hawad a été frappée par l’apathie des enfants qui cependant avaient de quoi se nourrir. Les femmes lui ont dit que ces enfants souffraient de l’exil et de la tristesse des personnes qui avaient tout perdu, au point que la créativité enfantine en était entravée. Communication personnelle.

9 En fonction du mode de filiation matri ou patrilinéaire observé.

10 Tauzin (2001) remarque que, dans les villes, les filles refusent de suivre le modèle de la femme gavée et privilégient le modèle de la femme occidentale mince et agile au point de pratiquer du sport, ce qui a suscité plusieurs polémiques en Mauritanie.

11 Les travaux de Lave et Wenger (1991) sur les communautés de pratique ont largement abordé cette question.

12 La manière de tresser, les produits de beauté utilisés, les aliments consommés ce jour, parlent de façon très significative de la recherche d’équilibre entre masculin et féminin, chaud et froid.

13 Nettoyage du cuir chevelu que l’on gratte à l’aide d’un couteau après avoir fait des raies dans les cheveux.

14 Au féminin : tesen/wer tesen.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Enfant dans l’espace domestique – Adagh 1997
Crédits Photo : Cristina Figueiredo
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/3390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 2 : Femme préparant l’outre pour baratter le lait – Gourma 1994
Crédits Photo : Cristina Figueiredo
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/3390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3 : Jeune terregénat barattant le lait – Adagh 1995
Crédits Photo : Cristina Figueiredo
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/3390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina Figueiredo, « Enfance stable, adolescence instable chez les Touaregs du Gourma et de l’Adagh (Mali) », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 54-61.

Référence électronique

Cristina Figueiredo, « Enfance stable, adolescence instable chez les Touaregs du Gourma et de l’Adagh (Mali) », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3390

Haut de page

Auteur

Cristina Figueiredo

Anthropologue, MCF en sciences de l’éducation, EDA, Paris Descartes

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals