Navigation – Plan du site
Catégorisations d'âge et assignations sociales

Controverses médicales autour de la puberté : précocité féminine et invisibilité masculine

Medical controversies around definitions of puberty: female precocity and invisibility of the male body
Virginie Vinel
p. 64-73

Résumés

Les résultats d’études épidémiologiques américaines ont lancé une alarme à la fin des années 1990 sur la plus grande précocité de la puberté féminine, particulièrement des filles « afro-américaines ».Controversées dans la littérature anglophone, les conclusions de ces études sont pourtant reprises et publicisées par des synthèses médicales et des médias français qui viennent alimenter l’idée d’un raccourcissement de l’enfance des filles, spécifiquement des filles « d’origine africaine ». En même temps, la rareté des discours médicaux sur le corps pubère des garçons conforte l’idée d’un grandir non problématique au masculin. Le traitement différentiel des données de la puberté masculine et féminine avalise les dissemblances substantielles entre les sexes alors que les résultats sont discutés. L’article analyse ainsi comment les sciences participent à la production de stéréotypes sur le passage entre enfance et adolescence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le genre est défini ici comme le rapport social entre le masculin et le féminin, les hommes et les (...)

1Les savoirs scientifiques relèvent en partie de constructions sociales liées à la fois aux matériaux et instruments existant pendant le temps des études, aux négociations et aux positions sociales des chercheurs et des institutions, aux idées dominantes d’une époque (Foucault 1976 ; Callon, Latour 1991 ; Bourdieu 1997 ; Fabiani 1997). Sans glisser vers une position relativiste qui dénierait toute rationalité et autonomie aux sciences, la sociologie et la critique des sciences permettent de montrer, qu’en un temps et en un lieu, des théories ne s’imposent pas seulement en vertu de leur véracité scientifique, mais aussi d’un ensemble de facteurs qui dérivent directement des conditions sociales (ibidem). En matière de sciences rapportées aux différences sexuées et à la reproduction, la critique scientifique a décrit comment les représentations du masculin et du féminin et de leur rapport, c’est-à-dire du genre1, définissent les objets de recherches, l’imagerie, les écrits et les résultats scientifiques et médicaux (Laqueur 1992 ; Kraus 2000 ; Gardey, Löwy 2000 ; Martin 2007). La physiologie féminine (bassin, poitrine), la fertilité, la sexualité ont ainsi donné lieu à tout un imaginaire cristallisé autour de figures asymétriques (Héritier 1996 ; Tabet 1998), racialisées ou ethnicisées (Dorlin 2006 ; Taraud 2008).

  • 2 Ce qui a motivé, entre autres, la recherche CorAge dont l’article est issu.

2Les sciences sociales ont déconstruit les représentations médicales historiques et contemporaines, concernant la ménopause (Kaufert, Gilbert 1986 ; Lock 1992 ; Diasio, Vinel 2007), le syndrome prémenstruel (Martin 1992), la grossesse (Löwy 2006, 2009). La puberté, quant à elle, a surtout été rapportée aux premières règles dont les représentations à travers les cultures ont été recensées (Chebel 1984 ; Britton 1996 ; Brumberg 1997 ; Fingerson 2005 ; Mardon 2009). En Ethnologie, depuis Van Gennep (1909), l’étude des rites de passage de l’enfance à la jeunesse puis à l’âge adulte a focalisé l’attention. Rares sont les publications sur le vécu, les représentations de la puberté masculine (Mora 2012)2, et les productions scientifiques, médicales et épidémiologiques qui décrivent la puberté sont encore peu interrogées (Roberts 2013). Ce texte souhaite participer à réduire cette lacune.

3Notre questionnement s’inscrit, de plus, sur fond de panique morale autour de la fin de l’enfance, particulièrement, concernant l’avancement pubertaire des filles. En France, des articles de journaux titrent depuis le début des années 2000 sur la précocité accrue des filles en s’appuyant sur des études médicales : « Petites filles écloses avant l’âge. L’entrée en puberté de plus en plus précoce n’est pas exempte de risques psychologiques » (Le Monde 21 novembre 2010)3 mobilise les paroles du Professeur Charles Sultan, repris dans « Alerte aux pubertés précoces » (Le Point 9 août 2012)4 qui cite aussi des médecins de Necker, une étude danoise (Juul et al. 2006) et l’INSERM (2007b). Les articles reprennent les publications de la revue officielle de l’Académie de Pédiatrie américaine Pediatrics : « des petites filles blanches – 10,4 % montrent des signes de puberté dès leur 7e anniversaire –, noires (23,4 %) et hispaniques (14,9 %) » (Le Monde 9 août 2010)5. Des revues de médecins s’interrogent : « Puberté : comment s’orienter face aux interrogations et aux inquiétudes des familles »6. Cet ensemble d’alertes à la précocité biologique féminine s’ajoute aux débats sur la féminisation voire la sexualisation précoce, plusieurs pays nord-américains et européens ayant publié des rapports sur la question (Duquet, Quéniart, 2009 ; Bailey 2011 ; Jouanno, 2012). Ce contexte, ainsi qu’un hiatus entre les alertes médiatiques et la sérénité des professionnels français interviewés dans la recherche CorAge (Cozzi 2013, Vinel 2014), nous mènent à analyser les écrits médicaux sur les âges à la puberté contemporains, d’abord pour connaître au-delà des réductions médiatiques ce que l’épidémiologie et les études médicales disent de cet avancement pubertaire, d’autre part, pour questionner les biais de ces textes et leurs incidences sur les représentations diffusées sur la puberté, et par extension le passage entre enfance et adolescence. Car si les médias ou la diffusion vulgarisée tendent à simplifier les résultats des études scientifiques, celles-ci, et c’est l’hypothèse de cet article, par le choix des mots, des titres, des résumés participent aussi à la production d’alarmes sociales sur le corps (Poulain 2009 ; Gognon 2011) et à la reproduction des stéréotypes de genre, d’âge et de racialisation (Kraus 2000).

  • 7 Par Donatella Cozzi.
  • 8 Le matériau recueilli est volumineux, nous en présentons ici une première analyse. Cf. aussi Cozzi (...)

4Le rapport INSERM « Croissance et puberté. Évolutions séculaires, facteur environnemental et génétique » et sa synthèse (INSERM, 2007a et b) ont servi de point de départ à notre étude. Nous avons aussi procédé à un recensement d’articles anglophones à partir de l’outil Science Direct (2005-2010), puis dans des revues spécifiques américaines (Pediatrics ; Social Science and Medicine : 1997-2013). Une bibliographie raisonnée de revues professionnelles françaises Archives de Pédiatrie (2006-2010), Soins Pédiatrie / Puériculture (2005-2009) a été réalisée7 ainsi qu’une recherche systématique avec le moteur de recherche « egor-doc » (2006-2010). Enfin, nous avons recensé des synthèses médicales françaises récentes sur les âges à la puberté et les pubertés précoces diffusées sur internet (2008-2013)8. Les mots clés sélectionnés ont été : la puberté des garçons et des filles, les pubertés précoces et tardives, les âges à la puberté. Face à la profusion d’articles anglophones, nous n’avons retenu que ceux qui discutent des âges à la puberté, et des dimensions normales ou pathologiques de ces âges.

5Après un examen des différences de productions sur la puberté masculine et féminine, nous montrerons comment la littérature médicale et épidémiologique contribue à reproduire les asymétries de genre à ces âges, dans une itération des différences garçons / filles au détriment des ressemblances. Les deux points suivants approfondiront la question des pubertés précoces à travers les controverses américaines et leur translation dans des synthèses médicales françaises. L’objectif est de souligner les enjeux sociaux et médicaux des alarmes lancées sur l’avancement pubertaire des filles.

Le traitement différentiel de la puberté féminine et masculine : l’invisibilité des garçons

  • 9 Terme neutre du point de vue du genre qui ne permet pas de distinguer si l’objet est la puberté mas (...)

6La faible proportion de publications sur la puberté masculine et sur les âges à la puberté des garçons, par rapport à celles sur les filles est discernable dès le recensement bibliographique. Ainsi, sur 71 références recensées par le rapport INSERM entre 1969 et 2003 (INSERM 2007a), seulement 3 sont consacrées spécifiquement aux garçons contre 42 aux âges à la ménarche. Dans l’article très fouillé de Parent et al. (2003) qui inventorie 280 articles (anglophones, francophones et d’autres langues européennes) sur les âges à la puberté entre 1942 et 2003, 122 titres comportent les termes « girl – menarche et / ou female », 23 « boy ou male », 40 « children »9. Dans notre recensement des articles de Pediatrics publiés entre janvier 1997 et mars 2013, sur 49 articles relatifs aux âges à la puberté, 21 titres contiennent le terme « girl », 3 « menarche », 1 « boy », 2 « male », 3 « children ». Le rapport INSERM dédie à peine une demie page aux garçons sur les neuf pages consacrées aux « tendances séculaires de l’âge à la puberté » (2007a : 46-47 ; 50).

  • 10 Comme il n’y avait pas de matériau masculin au début du xxe siècle pour caractériser le développeme (...)

7La production scientifique sur la puberté féminine, particulièrement sur les âges à la ménarche, est très abondante, alors que celle sur la puberté masculine reste faible. Cette asymétrie peut trouver plusieurs explications : la surveillance de la fécondité est à la base de la médecine de la reproduction et la focale s’est portée depuis le xixe siècle sur les organes féminins, potentiellement morbides (Foucault 1976 ; Dorlin 2007). La fécondité masculine a longtemps été considérée comme immuable, et l’appareil génital masculin comme un organe originel supérieur (Sissa 1991 ; Laqueur 1992) qui ne demandait donc pas à être étudié. En découle, une absence de « matériau d’observation »10 comme le note La Rochebrochard (1999 : 934) : « Les hommes sont moins souvent interrogés que les femmes dans les études [démographiques] sur la fécondité, et leur histoire est moins bien connue. » Les médecins généralistes rencontrés dans le cadre de cette recherche confirment qu’ils recensent rarement le début de la puberté masculine (c’est-à-dire le développement des testicules et du pénis), alors qu’ils relèvent l’âge aux premières règles (Vinel 2014).

8Pourtant, les études « préceptes » de la puberté de Marshall et Tanner (1969 ; 1970) ont pris en compte les filles et les garçons : ils élaborent une échelle de développement de la puberté masculine et féminine en cinq stades qui, depuis, fait référence dans le monde médical (tableau 1). Ces chercheurs donnent en plus une évaluation statistique des âges à ces stades dans une population de filles et de garçons britanniques, qui a servi d’étalon aux études épidémiologiques postérieures (tableaux 2.1 et 2.2).

  • 11 S pour Seins, B pour Breast.

Tableau 1 : Classification de Marshall et Tanner des stades de développement pubertaire11

Tableau 1 : Classification de Marshall et Tanner des stades de développement pubertaire11

Source : INSERM 2007a : p. 45-46.

Tableau 2 : Normes traditionnellement utilisées pour la puberté chez la fille et le garçon (d’après Marshall et Tanner, 1969)

Tableau 2 : Normes traditionnellement utilisées pour la puberté chez la fille et le garçon (d’après Marshall et Tanner, 1969)

Source : INSERM 2007a : p. 46-47.

9Aux États-Unis, plusieurs études longitudinales ont suivi les études de Marshall et Tanner (Hermann-Giddens et al. 1997, 2001 notamment), mais il est notable qu’en France, aucune étude de ce type n’ait été menée jusqu’à présent. Les âges à la ménarche ont été recensés à partir des déclarations dans des enquêtes souvent destinées à d’autres fins (Ducros, Pasquet 1978 ; La Rochebrochard 1999 ; Gaudineau et al.. 2010). Ainsi, l’étude la plus citée sur la puberté des garçons et des filles a été réalisée en démographie, à partir d’une recherche sur la sexualité adolescente (La Rochebrochard ibidem). Elle repose sur les déclarations, en 1994, de 6 175 jeunes de 15 à 18 ans. Pour les filles, l’année de leurs premières règles a été demandée. Pour les garçons, les stades de Tanner et Marshall ne sont pas cités, et après une longue discussion sur les difficultés à mesurer la puberté masculine, sont retenus : l’âge à la mue, le pic de croissance et la première masturbation. Outre le fait que cette étude ne peut pas être comparée aux études internationales, la validité de la mémoire relative à l’âge à la mue est à mettre en question tant la mue intervient sur un temps long, de même que l’association entre la masturbation et la puberté. L’auteur note les biais déclaratifs du pic de croissance (ibidem : 944) mais pas ceux de la mue. Et ceux du critère de la première masturbation sont écartés dans une longue discussion qui sépare masturbation infantile et pubertaire en s’appuyant sur la psychanalyse.

10Les biais de cette étude sur la puberté masculine sont donc importants. Surtout, on peut se demander pourquoi une question sur l’âge de la croissance des testicules et de la verge, qui pourrait permettre un aperçu du stage G2 et G3 de Tanner et Marshall, n’a pas été posée. Et si la masturbation marque la puberté, pourquoi ne pas avoir interrogé les filles sur l’âge à leur première masturbation ? L’absence de ces questions met en exergue des impensés, voire des interdits, dissymétriques selon le genre : d’un côté l’impensé des organes génitaux masculins, particulièrement dans le contexte français, de l’autre celui de la masturbation féminine.

  • 12 Bernard Jegou, Libération, 2010. Cette réponse lacunaire peut être due au support médiatique.

11L’ignorance de l’échelle de Tanner et Marshall interroge aussi, mais pourrait s’expliquer par l’appartenance disciplinaire de l’auteure et la faible proportion d’études épidémiologiques sur la puberté masculine jusqu’au début des années 2000. La surprise est plus grande lorsqu’on constate que l’étude américaine sur les garçons (Hermann-Giddens et al. 2001) n’est pas citée dans le texte du rapport INSERM (2007a) alors qu’elle apparaît en bibliographie et que les pédiatres français cotent la puberté de leurs jeunes patients. Plus encore, les propos d’un directeur de recherche de l’Inserm viennent corroborer cette lacune française en matière de puberté masculine : « Chez les garçons ? » : « C’est plus compliqué, faute de critères facilement quantifiables. Il y a bien la mue de la voix, mais tout cela reste difficile à objectiver à l’échelle de la population. On ne peut donc pas dire grand-chose pour les garçons »12.

12Sciences humaines, démographie, épidémiologie et monde médical se rencontrent donc pour rendre invisible, voire ignorer la puberté masculine.

Afficher les différences masculin / féminin, ignorer les ressemblances

13Une autre caractéristique des études analysées est de souligner les différences entre garçons et filles, et d’ignorer les ressemblances. En cette matière, le principal enjeu porte sur les écarts aux âges à la puberté : les filles sont censées débuter plus précocement que les garçons leur puberté. Les professionnels dans Archives de pédiatrie (Lebrethon, Bourguignon 2002) notent un décalage moyen de 0,8 ans entre le début de la puberté masculine et féminine, le rapport INSERM reprend plus ou moins les données de Tanner et Marshall (1969 et 1970) pour citer entre 1 an à 1 an et demi (INSERM 2007a : 46-47). Couramment, on lit qu’il existe 2 ans de décalage entre garçons et filles.

14Or, le rapport INSERM (ibidem : 48) en reprenant le rapport âge/stades pubertaires de Marshall et Tanner (1969 et 1970) n’utilise que les données statistiques montrant une différence garçon / fille. Alors que les âges proches au stade S2 et G2 (11,5 ans pour le début du développement mammaire et 11,6 ans pour le début de l’augmentation du volume testiculaire) ne sont pas relevés. Il en est de même pour l’écart de quatre mois (et non pas 2 ans) de l’âge moyen au stade final de développement de la poitrine et des testicules (S5 15,3 ans pour les filles ; G5 14,9 ans pour les garçons) (cf. tableaux 2.1 et 2.2).

15Les deux études de Hermann-Giddens et son équipe (1997 ; 2001) montrent aussi des similitudes entre filles et garçons : 58 % des garçons « Afro-Américains » ont un stade G2 à 9 ans et 48 % des « Blancs Américains » à 10 ans. L’âge médian des filles « Afro-américaines » en S2 (ou B2 en anglais) est de 8,9 ans et de 9,96 ans pour des « filles Blanches Américaines ». Même si les deux études ne citent pas les mêmes indicateurs (la médiane et des pourcentages), on constate toutefois une similitude de ces stades pubertaires. Or, dans tous les écrits analysés, aucune trace de cette ressemblance n’est décelable.

16Les écarts de l’âge à la puberté des filles et des garçons sont une sorte de lieu commun médical répété dans l’ensemble des écrits, alors que les données statistiques sont loin d’être radicales. Cette tendance répond à la représentation majoritaire d’une incommensurabilité physiologique entre mâle et femelle qui s’est imposée depuis le xviiie siècle selon Laqueur (1992), alors que des recherches récentes tendent à suggérer un continuum entre les physiologies mâles et femelles humaines (Fausto-Sterling 2000 ; Kraus 2000 ; Wiels 2006).

17Mais l’enjeu principal pour les épidémiologues et les médecins ne semble pas être la description de la puberté masculine et féminine, mais l’avancement pubertaire des filles qui anime une grande part des écrits depuis la fin des années 1990.

Des filles pubères de plus en plus tôt : la controverse américaine

18« L’estimation de l’âge moyen de la puberté dans une population pose différents problèmes méthodologiques » souligne en préambule le rapport INSERM (2007a : 47). Pourtant, il est généralement admis que l’âge à la ménarche des filles européennes et nord-américaines a fortement diminué depuis le xixe siècle : il est passé de 16 à 13 ans aux États-Unis et dans plusieurs pays d’Europe de l’Ouest. Il se serait stabilisé depuis les années 1960 (ibidem) pour atteindre une moyenne de 12,8 ou 12,6 ou 12,1 ans selon les pays occidentaux, et pour les jeunes filles de « pays en voie de développement » appartenant aux catégories sociales privilégiées.

19Cependant, les études ne sont pas toujours uniformes : en Grande-Bretagne, Suède, Belgique, au contraire, une petite augmentation de l’âge à la ménarche est observée (respectivement +0,14, +0,05, +0,03, INSERM 2007a : 48). D’autres études enregistrent des âges plus faibles : en Italie, une étude obtient un âge moyen à la ménarche de 11,5 ans (±1,6) mais les auteurs notent que ces âges sont « sans grandes différences par rapport à l’âge aux premières règles de la mère » (Gasparini, Di Maio e Greco, 2005 cité par Cozzi 2013).

  • 13 Qui rappelons-le portait sur des filles et garçons britanniques et non américains.
  • 14 Il faut signaler que l’étude de M. Hermann-Giddens et al. (2001) qui a recensé un avancement sensib (...)

20Aux États-Unis, l’étude PROST (Hermann-Giddens et al. 1997) a recensé un avancement important de l’âge au stade S2 (début du développement de la poitrine sur l’échelle de Marshall et Tanner) chez les filles américaines (10 ans pour les White American girls et 8,9 ans pour les African-American girls). Mais les âges à la ménarche sont stables de 12,8 ans et 12,1 ans. Cette dernière étude a entraîné une série de réactions médiatiques et une diffusion médicale conséquente, prenant pour actée que l’entrée dans la puberté des filles a considérablement avancé depuis les cotations de Marshall et Tanner13 (1969 : S2 : 11,5 ans, ménarche à 13,5 ans), particulièrement la puberté des filles « Afro-Américaines »14.

21La même année (Nhanes, 1997 cité dans INSERM 2007a : 47), une autre large étude longitudinale américaine ne trouve pas les mêmes chiffres (un stade S2 à 9,5 ans pour les « Afro-Américaines », et à 10,4 ans pour les « Blanches Américaines »), mais elle n’obtient aucun retentissement. Entre janvier 1997 et mars 2013, l’avancement du début de la puberté des filles a généré la publication de 27 articles dans la seule revue Pediatrics. L’étude d’Hermann-Giddens et son équipe a été revue, critiquée, réévaluée à l’aune d’autres études, et plusieurs lettres de « réponses » aux auteurs montrent le retentissement et la controverse qu’elle a suscitée. Dans ce contexte, A-M. Parent et ses collègues (2003), dans Endocrine Reviews ont réalisé une revue critique des études sur la puberté précoce et l’avancement pubertaire publiées dans le monde entre 1942 et 2003. Les auteurs soulignent d’abord les difficultés méthodologiques pour mesurer la puberté car chez les garçons le premier signe est l’augmentation du volume testiculaire qui ne peut être fait que par un examen clinique, or il est rarement fait (cf. supra). Chez les filles, la ménarche est en fait un signe pubertaire tardif ; et le développement d’un bourgeon mammaire est mal aisé à distinguer des graisses mammaires, particulièrement chez les filles enveloppées ou « obèses ». Connaître l’âge à la ménarche n’est pas toujours facile non plus car une majorité d’études se base sur les paroles des filles a posteriori et les dates peuvent être faussées.

  • 15 Une étude critique de ces 27 articles est en cours.
  • 16 Le même problème se pose pour les âges à la ménopause (Vernazza-Licht, et al. 2002).
  • 17 « The similar menarcheal ages observed in the United States recently (6, 7) and several decades ear (...)
  • 18 “Data show that girls are maturing earlier than they did several decades ago and that there are sub (...)
  • 19 Cette distinction est importante pour les endocrinologues car ces mesures qui vont déterminer si la (...)

22Les auteurs soulignent aussi les biais méthodologiques de l’étude de Hermann-Giddens et al. (1997) : d’une part, l’évaluation visuelle (et non par palpation) du stade de début d’apparition des seins, d’autre part, le grand nombre d’évaluateurs (plusieurs centaines de pédiatres différents dans des contextes distincts), questionne sur la comparabilité des appréciations ; enfin, la faible part des filles afro-américaines dans l’échantillon (10 % sur 17 077 filles) met en cause la généralisation des résultats (Parent et al., 2003). Parent et ses collègues (ibidem) relèvent aussi les effets déformant des médianes et des moyennes, les interprétations biaisées15 qu’elles peuvent entraîner, alors que la distribution des âges est plus intéressante16. Ces auteurs déduisent de leur revue critique que l’âge à la ménarche n’a pas diminué aux États-Unis depuis plusieurs décades et que la tendance séculaire de l’avancement de la ménarche s’est arrêtée17 (ibidem : 670). En 2004, Marcia E. Herman-Giddens, Paul B. Kaplowitz, Richard Wasserman (2004), au contraire, défendent les résultats de 1997 en s’appuyant sur les nombreux articles parus dans Pediatrics, et concluent : « Les données montrent que les filles ont une maturation plus précoce que plusieurs décennies en arrière, et qu’il existe des différences raciales importantes entre les filles blanches et noires » (2004 : 911)18. Ils soulignent, toutefois, que de nouvelles données doivent être produites en évitant les biais méthodologiques relevés par leurs confrères. Ces auteurs indiquent, aussi, qu’il faut distinguer la ménarche de l’âge à l’apparition des caractères sexuels secondaires. Parent et al. (ibidem) vont plus loin en affirmant que le développement de la poitrine peut être indépendant de celui de la ménarche et de la maturation de l’axe hypophyso-hypothalamaire qui, pour les endocrinologues, marque la puberté « vraie » (Bourguignon, Lebrethon 2002)19.

23Que nous indique cette discussion ? D’abord, que le savoir sur la puberté aux États-Unis n’est pas stabilisé. Si plusieurs études américaines ont noté l’avancement de l’apparition de la poitrine, toutes soulignent la stabilité de l’âge à la ménarche. Deuxièmement, le terme puberté ne semble pas recouvrir les mêmes signifiés : pour les épidémiologistes et les pédiatres américains de l’équipe de Herman-Giddens, il s’agit des caractéristiques sexuelles secondaires visibles, particulièrement les seins (le stade S2 ou B2). Pour les endocrinologues, la puberté correspond au développement de l’axe hypothalamo-hypophysaire qui ne peut être connu que par des mesures biologiques et radiologiques, l’apparition des seins n’étant pas nécessairement un signe de « puberté ». La focale portée sur la poitrine des petites filles par les études américaines, largement diffusée dans la presse française, se rapporte, il nous semble, aux représentations érotiques de cet organe féminin, qui par son apparition précoce supposée transgresse les frontières de l’enfance en faisant entrer trop rapidement les fillettes dans l’âge de femme. Cette controverse dissimule sans doute aussi une tension entre des professions, l’endocrinologie, la pédiatrie, l’épidémiologie qui cherchent chacune à construire un champ spécifique d’intervention. Elle sous-tend, comme C. Sallès (2007) l’avait montré pour le traitement hormonal de la ménopause, des différences d’approches méthodologiques des maladies : la clinique des praticiens, la statistique des épidémiologues, les mesures biologiques des endocrinologues (Vinel 2014).

  • 20 L’étude danoise (Juul et al. 2006) porte sur 826 garçons et 1 100 filles âgées de 6 à 19 ans. Elle (...)

24La complexité du débat américain est évidente. Et, les mesures statistiques de la « puberté » sont suffisamment complexes pour inciter à la prudence dans la comparaison des données entre pays et dans les affirmations d’une précocité accrue de la physiologie féminine en Europe, d’autant plus que les chiffres sur les stades sont rares et ne présentent pas de données alarmantes (Juul et al. 200620). Comment expliquer alors les alarmes sur la plus grande précocité des filles en France ? Que recèlent les écrits français ? Et quelles tensions peut-on déchiffrer ?

Racialisation de la puberté : la transposition des études américaines au contexte français

25En France, la référence actuelle est une étude démographique, et non épidémiologique, déjà ancienne (La Rochebrochard, 1999), qui indique que 90 % des filles de l’échantillon ont connu leurs premières règles entre 11 et 14 ans, l’âge médian étant de 13,1 ans, et l’âge moyen de 12,6 ans. Cette étude a été publicisée dans une fiche d’actualité scientifique de l’INED qui surfe sur l’alarme à la précocité : « Les filles sont pubères de plus en plus tôt » titre-t-elle (La Rochebrochard, 2000). Une mise à jour a été publiée en 2010 (Gaudineau et al., 2010), à partir de l’enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children. Un âge médian à la ménarche de 12,8 ans a été enregistré.

  • 21 Sur les références à l’« ethnie », voir plus loin.
  • 22 La puberté est considérée comme pathologique lorsqu’elle est « centrale hypothalomo-hypophysaire ou (...)
  • 23 Cette question sera traitée dans un autre article. Elle interroge la validité même de la notion de (...)

26La plupart des documents scientifiques français recensés dans Archives de pédiatrie sont prudents : ils soulignent les différences d’indicateurs utilisés selon les études, la variabilité physiologique de l’âge auquel la puberté survient (Lebrethon, Bourguignon, 2002) et indiquent que « L’âge physiologique de début de la puberté est une notion statistique qui reste mal précisée, car elle dépend de l’ethnie21, de l’état nutritionnel, et de facteurs individuels génétiques pour l’instant inconnus » (Carell, Linglart, Robert, Lalhou, Chaussain 2002). Ils insistent sur la distinction à opérer entre l’avancement pubertaire séculaire, c’est-à-dire l’abaissement de l’âge moyen de la ménarche à 12,5 ans environ et les pubertés précoces qui sont là encore distinguées en plusieurs formes22. Gaudineau et al. (2010) remarque que les études américaines ne peuvent être extrapolées à la France. Une discussion existe aussi dans la littérature francophone sur l’opportunité ou non de traiter les enfants « précoces », car la définition de la précocité est statistique puisqu’elle dépend de l’âge moyen du début de la « puberté » dans une population (ibidem)23.

27Pourtant, dans certaines synthèses médicales françaises contemporaines, l’absence de données épidémiologiques conduit à une extension des données américaines au domaine français. Or, en raison des différentiels socio-économiques et nutritionnels (INSERM, 2007a ; Parent et al., 2003 ; Lebrethon, Bourguignon 2002), transposer les études américaines au cas français est inadéquat, tant la nutrition diffère (Mathé et al., 2012). Surtout, on peut s’étonner de la manière dont les données américaines sont mobilisées sans aucune distance critique. En effet, dans une synthèse publiée sur Internet par l’hôpital des Enfants de Toulouse « La puberté avant l’âge. Nouveaux aspects » (Pienkowski, Granjean, 2008), on lit :

« Si l’âge des premières règles semblait stabilisé chez les caucasiens depuis la moitié du xxe siècle, diverses études menées depuis les années 70 montrent qu’il y a à nouveau une avance dans l’apparition des signes. Ainsi Marshall en 1969, Lee en 1980 note une moyenne d’apparition des seins en moyenne à 11.2 ans, alors qu’en 1997 Herman-Giddens le note à l’âge de 9.9 ans » (ibidem : 6).

28Cette synthèse ne fait aucune référence au débat américain, aux différences nutritionnelles et sociales entre les États-Unis et la France, et prend pour acquis la recherche précitée (de Hermann-Giddens 1997). Elle ne relève pas qu’aucune donnée statistique fiable sur les stades à la puberté n’existe en France et elle affirme une différence « raciale » (sic) sans aucun regard critique sur cette notion, ni questionnement par rapport aux constructions sociales des catégorisations américaines transposées au contexte français. La référence à la « race » est répétée à plusieurs reprises : « Il n’y a guère de différence raciale pour l’âge de survenue des règles. » (ibidem : 13) et « En Europe pour les Caucasiens, en dehors de tous facteurs de risques, la limite inférieure de la puberté est définie à 8 ans pour les filles et à 9 ans pour les garçons (limite non définitive et non univoque) » (ibidem).

29La référence à la « race » dans cet écrit médical et dans d’autres (Tauber 2002) pose nécessairement problème car il est démontré que du point de vue phénotypique et génétique, les races n’existent pas. On peut donc dénoncer dans une synthèse médicale largement diffusée sur internet et rédigée par des médecins, cette référence à la « race caucasienne », ancienne catégorisation issues de l’anthropométrie du xixe siècle qui n’a aucune valeur scientifique.

30Dans un autre article de synthèse, c’est la notion d’ethnie, rapportée à « l’origine africaine » qui est mobilisée :

« Ce qui est nouveau, résume cet article : la variabilité physiologique et de facteurs multiples influençant l’âge de début de la puberté. Avance séculaire dans les pays industrialisés […] ; Variations ethniques (puberté plus précoce chez les jeunes filles d’origine africaine) […] » (Cartault, Edouard, Pienkowski, Tauber 2008 : 1311).

  • 24 Cf. http://factfinder2.census.gov/help/en/american_factfinder_help.htm#glossary/glossary.htm
  • 25 A noter que les écrits médicaux anglophones qualifient les différences entre les pays Européens com (...)
  • 26 Les articles de Hermann-Giddens n’indiquent pas la manière dont ses catégories ont été définies dan (...)

31Aux États-Unis, les lignes de couleur de peau héritées de l’esclavagisme ont été construites sur des hiérarchisations sociales en naturalisant les compétences intellectuelles, physiques et en les associant à la couleur de peau. Les personnes aux peaux les plus noires se situaient au plus bas de la hiérarchie sociale et étaient reléguées aux travaux les plus durs, alors que seuls les Saxons et les Anglais (les WASP) étaient considérés jusqu’au milieu du xxe siècle comme des Blancs (Pap 2006 ; Bosa 2012). Les lignes de couleur de peaux continuent à hiérarchiser la société américaine (Pap ibidem), mais les catégorisations « raciales » américaines sont présentées non comme des essences biologiques ou génétiques mais comme des entités sociales24. Dans les recensements, les personnes s’auto-définissent dans des catégories ethniques (Latinos, Indiens) ou raciales (Blanc, Noir, Métisse). Il est donc impossible de transférer les catégories sociales racialisées ou ethnicisées états-uniennes aux populations européennes25. Les documents français opèrent donc un glissement irrecevable entre les catégories sociales américaines « White American girls » et « Black-American girls » a priori auto-déterminées26, à des groupes arbitrairement constituées en Europe. L’utilisation en médecine des groupes « raciaux » et « ethniques » est d’ailleurs critiquée aux États-Unis même (Tishkoff, Kidd 2004).

32Le malaise dans les synthèses françaises étudiées est perceptible dans le fait que peu d’auteurs utilisent le terme « Noires », tout en ne pouvant pas reprendre la notion d’Afro-américaines. Cette confusion se retrouve dans le discours d’un endocrinologue interrogé en entretien : « C’est-à-dire, une jeune enfant noire aura une puberté de toute façon toujours plus précoce qu’une jeune enfant blanche. Donc c’est dépendant aussi du contexte racial. » Mais lorsque je lui demande si les filles vivant en Afrique ont une puberté plus avancée, il me répond négativement et semble confus devant la distorsion entre la notion de « race », le lieu de résidence et les conditions sociales de vie et de nutrition.

33La banalisation du terme « race » associée ici au genre et à l’âge conduit à faire resurgir des stéréotypes esclavagistes et coloniaux : ceux de la fille « noire », pubère plus tôt, avec des seins, des formes, une grande taille qui renvoie à l’imaginaire de femmes « noires » au corps érotisé, disponibles sexuellement, que l’on trouve autant dans la littérature coloniale française (Dorlin 2006) que dans la littérature esclavagiste américaine (White 1999).

34Ces propos de médecins posent réellement la question de la transposition sans aucun regard critique des études américaines, avec leurs catégorisations sociales situées, au contexte français. Notre analyse démontre que les médias ne sont pas ici les premiers responsables dans la production de stéréotypes, mais que les chercheurs et les médecins eux-mêmes utilisent des mots qui font écho dans les médias et sont diffusés amplement dans le grand public.

Conclusion

35Un glissement s’est opéré dans les études épidémiologiques américaines, puis dans leur diffusion en France, entre l’âge à la ménarche qui est stable et ne pose donc de problème ni aux spécialistes, ni aux médias, et le développement des seins qui, dans des articles américains, des synthèses médicales et les médias français condensent la notion de puberté, alors que l’apparition des signes sexuels secondaires ne s’accompagnent pas nécessairement, selon les endocrinologues, du développement des organes de la reproduction.

36Sans doute faut-il lire dans cette tension entre signes pubertaires visibles et mesures chimiques et radiologiques des enjeux de champ professionnels qu’il faudra approfondir. Surtout, cette focalisation sur la poitrine, spécifiquement des filles afro-américaines – étendues aux filles d’origine africaine ou aux « Noires » dans les discours français – renvoie à nos yeux au signifié érotique de la poitrine dans nos sociétés. Et particulièrement, à des stéréotypes croisant genre, couleur de peau et âge. La science, dans ce cas, porte un regard sur le corps de ces fillettes de couleur empreint de l’imaginaire érotique adulte post-colonial. Le revers de cette focale est la peur de l’érotisation précoce des filles, qui suscite des rapports gouvernementaux et engendre nombre d’inquiétudes parentales et enfantines qui se retrouvent dans les cabinets des endocrinologues ou des pédiatres (Vinel, 2014). À l’inverse, l’invisibilité de la puberté masculine est flagrante dans toute cette littérature. La puberté masculine n’inquiète pas, elle va de soi, elle ne se voit pas. L’important, tant dans les écrits épidémiologiques que dans les synthèses médicales, est de conforter la distinction de genre et de sexe qui, somme toute, semble rassurer tout le monde.

37Malgré l’aspect réducteur de certains titres médiatiques, il apparaît que les chercheurs des études américaines et les médecins qui rédigent les synthèses françaises sans distance critique, sont responsables des termes qu’ils emploient et des alarmes diffusées. Ces écrits diffusent l’imaginaire d’un raccourcissement de l’enfance et d’une maturation pubertaire voire sexuelle des filles plus précoce, spécifiquement des filles « africaines ». En regard, la rareté des discours sur le corps pubère des garçons construit une représentation presque neutre de cette transition d’âge au masculin.

Haut de page

Bibliographie

Bayley Reg (2011), “Letting Children be Children. Report of an Independent Review of the Commercialisation and Sexualisation of Childhood” Presented to Parliament by the Secretary of State for Education by Command of Her Majesty, June 2011.

Bonniol J.-L. (1992), La « race », inanité biologique, mais réalité symbolique efficace, Mots, n° 33, p. 187-195.

Bosa B. (2012), Plus Blanc que Blanc. Une étude critique des travaux sur la whiteness, in Fassin D. (dir.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, p. 129‑146.

Bourdieu P. (1997), Les usages sociaux de la science, Paris, INRA éditions.

Britton C. J. (1996), Learning about “the curse”. An anthropological perspective on experiences of menstruation, Women’s Studies International Forum, 19 (6), p. 645-665.

Brumberg J. J. (1997), The Body project : an Intimate History of American Girls, New York, Random House.

Callon M., Latour B. (dir.) (1991), La science telle qu’elle se fait, Paris, la Découverte.

Chebel M. (1984), Le corps en Islam, PUF, coll. Quadrige.

Cozzi D. (2013), Mad, sad and hormonal. Riflessioni sul corpo dei preadolescenti e la costruzione dei discorsi medici, Anthropologia Medica, Rivista della Società italiana di antropologia medica, n° 35-36.

Diasio N., Vinel V. (dir.) (2007), Il tempo incerto. Antropologia de la menopausa, Milan, Franco Angeli.

Dorlin E. (2006), La matrice de la race : Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte.

Dorlin E. (2007), Genre, santé, nation à l’âge classique, in Vinel V., Féminin, masculin : anthropologie des catégories et des pratiques médicales, Strasbourg, Le Portique, p. 18-47. En ligne sur HAL-SHS.

Duquet F., Quéniart A. (2009), Perceptions et pratiques de jeunes du secondaire face à l’hypersexualisation et à la sexualisation. Rapport de recherche projet : « Outiller les jeunes face à l’hypersexualisation », UQAM, YWCA, Forum Jeunesse de l’île de Montréal. En ligne : http://www.er.uqam.ca/nobel/jeunes/rapport.recherche.texte.pdf

Fabiani J.-L. (1997), Controverses scientifiques, controverses philosophiques, Enquête [En ligne], 5 | 1997, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 26 août 2013. http://enquete.revues.org/1033.

Fassin E., Fassin D. (dir.) (2006), De la question sociale à la question raciale ? Paris, La Découverte.

Fassin D. (2012), Ni race, ni racisme. Ce que racialiser veut dire, in Fassin D., Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, 2012, p. 147-172.

Fausto-Sterling A. (2000), Sexing the body : Gender politics and the construction of sexuality, New-York, Basic Books.

Fingerson, L., (2005), Agency and the body in adolescent menstrual talk, Childhood, vol. 12, n° 1, p. 91-110.

Foucault M. (1976), Histoire de la sexualité, Tome 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Gardey D., Löwy I. (2000), L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, EAC.

Gognon (2011), Pour une éthique de la communication, Neurosciences - La Lettre des Neurosciences, n° 40, p. 20-22.

Guillaumin C. (1992), Sexe, Race et pratique du pouvoir ; l’idée de nature, Paris, Côté-Femmes.

Héritier F. (1996), Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Jouanno C. (2012), Contre l’hypersexualisation. Un nouveau combat pour l’égalité, Rapport parlementaire, mars, en ligne : http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hypersexualisation2012.pdf

Kaufert P., Gilbert P. (1986), Women, menopause and medicalization, Culture, Medicine and Psychiatry, vol. 10, n° 1-5, 7-21.

Kraus C. (2000), La bicatégorisation par sexe à l’épreuve de la science. Le cas des recherches en biologie sur la détermination du sexe chez les Humains, in Gardey D., Löwy I., L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, EAC, p. 187‑213.

Laqueur T. (1992), La fabrique du sexe. Paris, Gallimard.

Lock M. (1993), Encounters with Aging : Mythologies of Menopause in Japan and North-America, Los Angeles, Berkeley, University of California Press.

Löwy I. (2006), L’emprise du genre : Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute.

Löwy I. (2009), L’âge limite de la maternité : corps, biomédecine, et politique, Mouvements, vol. 3, n° 59, p. 102-112.

Mardon A., (2009), Les premières règles des jeunes filles : puberté et entrée dans l’adolescence, Sociétés contemporaines, n°75/3, p. 109-129.

Martin E. (1992), The Woman in the Body. A Cultural Analysis of Reproduction, New-York, Beacon Press, Revised edition.

Martin E. (2007) [1991], The Egg and the Sperm : How Science Has Constructed a Romance Based on Stereotypical Male-Female Roles, in Lock M., Farquhar J., Beyond the Body Proper, Duke University Press, p. 417-427.

Mathé T., Francou A., Colin J., Hébel P. (2012), Plus forte diversité alimentaire en France qu’aux États-Unis, n° 255 – Septembre Credoc, en ligne http://www.credoc.fr/publications/abstract.php?ref=CMV255.

Mathieu N.-C. (1991), L’anatomie politique, Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Editions Côté-femmes.

Mora R. (2012), “Do it for all Your Pubic Hairs !” : Latino Boys, Masculinity, and Puberty, Gender & Society, vol. 26 n° 3, June, p. 433-460.

Oudshoorn N. (2000), Au sujet des corps, des techniques et des féminismes in Gardey D., Löwy I., Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, EAC, p. 31-44.

Pap N. (2006), Questions de couleur : histoire, idéologie et pratiques du colorisme, in Fassin E., Fassin D., De la question sociale à la question raciale, Paris, La Découverte, p. 37-54.

Poiret C., Hoffmann O., Audebert C. (2011), Contextualiser pour mieux conceptualiser la racialisation, REMI, n° 1, p. 7-16.

Poulain J-P. (2009), Sociologie de l’obésité, Paris, PUF.

Roberts C. (2013), Early puberty, ‘sexualization’ and feminism, European Journal of Women’s Studies 20, 138, p. 138-154.

Sallès C. (2007), Un rischio concertato. Il caso delle terapie ormonali in Francia, in Diasio N., Vinel V. (dir.) Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milano, Franco Angeli, p. 202-224.

Sissa G. (1992), Philosophies du genre. Platon, Aristote et la différence sexuelle, in Perrot M., Duby G. (dir.), Histoire des femmes, Paris, Plon, p. 65-99.

Tabet P. (1998), La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme.

Taraud C. (2008), Genre, classe et “race” en contexte colonial et post-colonial, in Théry I., Bonnemère P., Ce que le genre fait à la personne, Paris, EHESS, p. 154-171.

Tersigni S. (2012), L’etnicizzazione del corpo dei bambini in situazione migratoria, Journée d’étude « Uscire dall’infanzia. Corpo, genere, medicina, status », Università Ca’ Foscari (Venise), 26 octobre.

Van Gennep A. (1909), Les rites de passage, Paris, Picard.

Vernazza-Licht N., Bley D., Ringa V., Varnoux N. (2002), Impact des facteurs biologiques et socio-culturels sur l’âge à la ménopause en France, in Guerci A., Consigliere S, Il Vecchio allo specchio. Percezioni e rappresintazioni della vecchiaia, Gêne, éd. Erga, p. 282-289.

Vidal C. (2006), Cerveau, sexe et idéologie, in C. Vidal, Féminin, masculin. Mythes et idéologies. Paris : Belin, p. 49-57.

Vinel V. (2004), Ménopause et andropause au regard du ‘dispositif de sexualité’, Le Portique. Foucault, Usages et actualités, 13-14, p. 205-220.

Vinel V. (2012), Dynamiques des âges en France et au Burkina Faso : genre, corps et parenté, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Metz, décembre.

Vinel V. (2014), De la naturalisation des différences de genre à l’individualisation des corps : regards de professionnels de santé sur la puberté, in Sinigaglia-Amadio S., De l’enfance et du genre, Nancy, Presse Universitaire de Lorraine (à paraître).

White D. G. (1999), Ar’n’t I a Woman : Female Slaves in the Plantation South, New York, Norton.

Wiels J. (2006), La différence des sexes : une chimère résistante, in C. Vidal, Féminin, Masculin. Mythes et idéologies, Paris, Belin, p. 71-81.

Documents médicaux épidémiologiques et démographiques étudiés

Brauner R., Couto-Silva A. C., Chemaitilly W., Adan L., Trivin C. (2005), Pubertés précoces centrales des filles: prédiction de l’étiologie, Archives de Pédiatrie, n° 12, p. 1661-1664.

Carel J. C., Linglart A., Roger M., Lalhou N., Chaussain J. L. (2002), Quand et comment traiter une puberté précoce centrale, Archives de Pédiatrie, vol. 9, p. 237-239.

Cartault A., Edouard T., Pienkowski C., Tauber M. (2008), Puberté normale, La revue du praticien, vol. 58, p. 1311-1316.

Ducros A., Pasquet P. (1978), Évolution de l’âge d’apparition des premières règles (ménarche) en France, Biometrie Humaine n° 13, p. 35-43.

Gaudineau A., Ehlinger V., Vayssière C., Jouret B., Arnaud C., Godeau E. (2010), Age à la ménarche : résultats français de l’étude Health Behaviour in School-aged Children, Gynecologie Obstétrique & Fertilité, n° 38, p. 385-387.

Hermann-Giddens M. E., Slora E. J., Wasserman R. C., Bourdony C. J., Bhapkar M. V. et coll. (1997), Secondary sexual characteristics and menses in young girls seen in office practice : a study front the Pediatric research in Office Setting Network, Pediatrics, n° 99, p. 505-512.

Herman-Giddens M. E., Wang L., Koch G. (2001), Secondary Sexual Characteristics in Boys estimates From the National Health and Nutrition Examination Survey III, 1988-1994, Arch Pediatr Adolesc Med., 155(9):1022-1028.

Herman-Giddens M. E., Kaplowitz P. B., Wasserman R. (2004), Navigating the Recent Articles on Girls’ Puberty in Pediatrics: What Do We Know and Where Do We Go from Here?, Pediatrics, vol. 113, n° 4, p. 911 -917.

INSERM (2007a), Croissance et puberté. Évolutions séculaires, facteurs environnementaux et génétiques, Inserm, Expertise collective.

INSERM (2007b), Synthèse. Croissance et puberté. Évolutions séculaires, facteurs environnementaux et génétiques, Inserm, Expertise collective.

Juul A., Teilmann G., Scheike T., Hertel N.T., Holm K., Laursen E.M., Main K.M., Skakkebaek NE.(2006), Pubertal development in Danish children: comparison of recent European and US data, International Journal of Andrology, n° 29(1), p. 247-55.

La Rochebrochard (de) E. (1999), Les âges à la puberté des filles et des garçons en France. Mesure à partir d’une enquête sur la sexualité des adolescents, Population, n° 6, p. 933-962.

La Rochebrochard (de) E. (2000), Les filles sont pubères de plus en plus tôt, INED, Fiche d’actualité scientifique, n° 1, novembre.

Lebrethon M. C., Bourguignon J. P., 2002, Aspects récents des mécanismes neuroendocriniens de la puberté, Archives de Pédiatrie, vol. 9, p. 226-228.

La revue du praticien, vol. 58.

Marshall WA., Tanner JM. (1969), Variations in pattern of pubertal changes in girls, Arch. Dis. Child. 44 (235), p. 291-303.

Marshall WA., Tanner JM. (1970), Variations in the pattern of pubertal changes in boys, Arch. Dis. Child. 45 (239): 13-23.

Parent, A.-S., Teilmann, G., Juul, A., Sakkebaek, N., Toopari, J., Bourguignon, J.-P., (2003). The Timing of Normal Puberty and the Age limits of Sexual Precocity : Variations around the World, Secular Trends and Changes after Migration, Endocrine Review, n°24 (5), 668-693.

Pienkowski C., Granjean S. (2008), La puberté avant l’âge. Nouveaux aspects, IPSEN, En ligne : http://www.medecine.ups-tlse.fr/desc/fichiers/Puberte precoce.pdf

« Puberté précoce et DDT », 11/07/08, http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_15577/puberte-precoce-et-ddt?part=2, consulté le 19 mai 2010

Tauber M. (2002), Âge normal de la puberté et explorations endocriniennes, Archives de Pédiatrie, vol. 9, p. 229-230.

Tishkoff S., Kidd K. (2004), Implications of biogeography of human populations for ‘race’ and medicine, Nature genetics, vol. 36, n° 11, p. 21-27.

Haut de page

Notes

1 Le genre est défini ici comme le rapport social entre le masculin et le féminin, les hommes et les femmes (Fougeyrollas 2003) et un système de pensée d’une division binaire de l’humanité en deux groupes, les hommes et les femmes, les mâles et les femelles, dont les différences sont naturalisées et la plupart du temps hiérarchisées.

2 Ce qui a motivé, entre autres, la recherche CorAge dont l’article est issu.

3 http://www.lemonde.fr/vous/article/2010/11/20/petites-filles-ecloses-avant-l-age_1442822_3238.html

4 http://www.lepoint.fr/societe/alerte-aux-pubertes-precoces-09-08-2012-1495884_23.php

5 https://www.lemonde.fr/planete/article/2010/08/09/ cite un article de Pediatrics du même jour.

6 La Revue du Praticien, vol. 58, 30 juin 2008.

7 Par Donatella Cozzi.

8 Le matériau recueilli est volumineux, nous en présentons ici une première analyse. Cf. aussi Cozzi (2013).

9 Terme neutre du point de vue du genre qui ne permet pas de distinguer si l’objet est la puberté masculine ou féminine, ou les deux.

10 Comme il n’y avait pas de matériau masculin au début du xxe siècle pour caractériser le développement hormonal spécifique des hommes au contraire de celui des femmes (Oudshoorn 2000).

11 S pour Seins, B pour Breast.

12 Bernard Jegou, Libération, 2010. Cette réponse lacunaire peut être due au support médiatique.

13 Qui rappelons-le portait sur des filles et garçons britanniques et non américains.

14 Il faut signaler que l’étude de M. Hermann-Giddens et al. (2001) qui a recensé un avancement sensible de l’âge au premier stade de la puberté des garçons n’a eu aucun retentissement ni médical, ni médiatique, alors que la précocité des filles n’a cessé de faire couler de l’encre, comme il est décrit plus loin.

15 Une étude critique de ces 27 articles est en cours.

16 Le même problème se pose pour les âges à la ménopause (Vernazza-Licht, et al. 2002).

17 « The similar menarcheal ages observed in the United States recently (6, 7) and several decades earlier (31, 35) suggest that the secular trend toward earlier menarche has stopped. » (Parent et al. 2003 : 670).

18 “Data show that girls are maturing earlier than they did several decades ago and that there are substantial racial differences between white and black girls” (Ma traduction).

19 Cette distinction est importante pour les endocrinologues car ces mesures qui vont déterminer si la puberté est démarrée et si un traitement va être appliqué (Brauner, Couto-Silva, Chemaitilly, Adan, Trivin 2005). Les examens sont assez lourds.

20 L’étude danoise (Juul et al. 2006) porte sur 826 garçons et 1 100 filles âgées de 6 à 19 ans. Elle trouve comme résultats : “pubertal stages were assessed by clinical examination according to methods of Tanner. In boys testicular volume was determined using an orchidometer. We found that age at breast development 2 (B2) was 10.88 years, and mean menarcheal age was 13.42 years. In Danish boys we found that age at genital stage 2 (G2) was 11.83 years. Both sexes were significantly taller compared with data from 1964, but timing of pubertal maturation seemed unaltered. Finally, puberty occurred much later in Denmark compared with recent data from USA. We could not detect any downwards secular trend in the timing of puberty in Denmark between 1964 and 1991-1993 as seen in the US.”

21 Sur les références à l’« ethnie », voir plus loin.

22 La puberté est considérée comme pathologique lorsqu’elle est « centrale hypothalomo-hypophysaire ou périphérique ovarienne ou surrénalienne », la puberté précoce peut être aussi organique en raison de lésions cérébrales. La puberté précoce peut être considérée comme non pathologique lorsque des signes pubertaires apparaissent de façon dissociée, par exemple des poils pubiens ou la poitrine uniquement (Brauner, Couto-Silva, Chemaitilly, Adan, Trivin 2005).

23 Cette question sera traitée dans un autre article. Elle interroge la validité même de la notion de « puberté précoce » et met en jeu des jugements sociaux de ce que doit être une fille à un certain âge (cf. aussi Cozzi 2013).

24 Cf. http://factfinder2.census.gov/help/en/american_factfinder_help.htm#glossary/glossary.htm

25 A noter que les écrits médicaux anglophones qualifient les différences entre les pays Européens comme des différences ethniques (Parents et al. 2003).

26 Les articles de Hermann-Giddens n’indiquent pas la manière dont ses catégories ont été définies dans les études.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Classification de Marshall et Tanner des stades de développement pubertaire11
Crédits Source : INSERM 2007a : p. 45-46.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/3402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Tableau 2 : Normes traditionnellement utilisées pour la puberté chez la fille et le garçon (d’après Marshall et Tanner, 1969)
Crédits Source : INSERM 2007a : p. 46-47.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/3402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Vinel, « Controverses médicales autour de la puberté : précocité féminine et invisibilité masculine », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 64-73.

Référence électronique

Virginie Vinel, « Controverses médicales autour de la puberté : précocité féminine et invisibilité masculine », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3402

Haut de page

Auteur

Virginie Vinel

Maître de conférences HDR, Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain des Sciences Sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals