Navigation – Plan du site
Catégorisations d'âge et assignations sociales

« L’âge de disgrâce » : les constructions de la prépuberté féminine en Belgique (1896-1960)

"The disgraceful age": constructions of prepuberty (1896-1960)
Laura Di Spurio
p. 74-81

Résumés

Au tournant du xxe siècle, l’adolescence devient un objet de savoir pour la psychologie naissante. Au cœur de la conceptualisation de cette catégorie d’âge, la puberté – symbole de l’éveil de la sexualité – devient un enjeu social, un critère de distinction dans les « lois sur la protection de l’enfance » votées en Belgique entre 1912 et 1960. L’idée d’une puberté toujours plus précoce se diffuse et alimente les peurs sur la sexualité juvénile. La fillette précoce n’est cependant pas encore catégorisée comme « prépubère ». La prépuberté demeure en effet une catégorie floue. Les sciences de l’adolescence esquissent cependant déjà l’idée d’une période sexuellement critique au cours de laquelle la petite fille travaillée par des transformations physiologiques inconscientes devient un danger à la fois pour elle-même et pour les adultes.

Haut de page

Texte intégral

1Les débats sur l’hypersexualisation présumée des petites filles trahissent une préoccupation toute particulière : celle des limites entre l’enfance et l’âge adulte « que l’on brouille[rait] sciemment » (Saïdi 2012). À travers cette question se devine plus particulièrement le problème de l’accès des jeunes à la sexualité, mais aussi les transformations de l’adolescence (Mardon 2011), catégorie d’âge intermédiaire mise en place au xxe siècle et éloignant un peu plus encore l’enfance de l’âge adulte. C’est au xviiie siècle que s’observent les premiers dispositifs institutionnels et les stratégies discursives autour du « sexe du collégien » (Foucault 1984 : 40). Ceux-ci aident à la création d’une catégorie spécifique : l’adolescence. Au xxe siècle, l’adolescence devient une réalité institutionnelle notamment grâce à des dispositifs légaux tels que l’obligation scolaire. Au même moment, l’adolescence devient un objet de savoir : les traits de l’adolescence sont fixés, normalisés par la psychologie naissante qui la conceptualise principalement comme une phase de chasteté sexuelle. Les années 1960 voient néanmoins l’adolescence se transformer pour devenir une phase de préparation et d’apprentissage de la sexualité (Bozon 2009 : 46).

2Mais si aujourd’hui la sexualité adolescente continue de poser question, les préoccupations – voire la « panique morale » – dont a été l’objet l’adolescence dans la première partie du xxe siècle semblent se déplacer vers les prépubères, les préadolescents. Le problème de l’« hypersexualisation », et plus particulièrement celle des filles, est au cœur de cette nouvelle catégorie. Un problème que beaucoup qualifient de « nouveau » (Pereira 2008 : 86), mais dont les bases s’ancrent dans les préoccupations des scientifiques et des politiques dès le début du xxe siècle.

  • 1 La psychologie et la psychanalyse ont eu, durant de longues années, une approche différente des not (...)
  • 2 Un dépouillement exhaustif des différents ouvrages des « sciences du psychisme » de langue français (...)
  • 3 En Belgique, l’encadrement des filles dans ces institutions a fait l’objet de différentes études, n (...)

3La prépuberté est en effet une catégorie en tension entre l’enfance et l’adolescence, elle en interroge les limites. Quand devient-on adolescent ? La puberté en a été dès le départ son premier symptôme. Mais comment devient-on pubère ? Toutes ces questions ont hanté les premières théories de l’adolescence que j’analyse dans la première partie de cet article. Ce domaine a été investi plus particulièrement par la psychologie et la pédagogie, à travers notamment des figures telles que Pierre Mendousse, Marguerite Evard ou encore Gabriel Compayré, mais aussi par la psychanalyse qui, à travers la question de la « sexualité infantile », cette « découverte incontournable (…) toujours en passe d’être oubliée » (Blairon et al. 2012 : 36), ont interrogé le statut de l’adolescence au cours de la première partie du xxe siècle1. C’est donc sur la question de la sexualité des filles et de son (r)éveil que se focalise mon analyse. Dans ces textes2, quelle place occupe la prépuberté ? S’esquisse-t-elle comme une catégorie spécifique ? Certains de ces textes se distinguent par l’attention qu’ils accordent à la prépuberté, aussi la seconde partie est-elle consacrée à ceux-ci. Ces derniers dessinent le portrait d’une fillette prépubère en proie à un « âge de disgrâce » dont la curiosité sexuelle constitue l’une des particularités. Analysée sous l’angle du danger, cette curiosité peut mener à une certaine précocité sexuelle. C’est sur ce point que les discours des « sciences du psychisme » rencontrent les préoccupations sociales et politiques menant à des mesures légales dans le champ des « lois sur la préservation morale de l’enfance »3. La Belgique apparaît à ce propos comme un laboratoire, notamment en ce qu’elle a représenté « un pays modèle dans le champ de la protection de l’enfance » (Machiels et Niget 2013 : 7). Ce pays met effectivement en place une médicalisation du traitement de la délinquance juvénile, plaçant l’expertise médico-pédagogique au cœur même de ses politiques. Il s’agit donc à travers cet article de confronter les différentes constructions de la prépuberté par les « sciences du psychisme » aux discours sociaux et politiques qui ont nourri les différents projets de loi sur la « protection de l’enfance » votés en Belgique dès 1912 jusqu’au milieu des années soixante, date à laquelle une distinction plus nette se dessine entre l’enfance et la jeunesse.

Des limites de l’enfance et de l’adolescence

La puberté comme objet d’étude

4À la fin du xixe siècle, les progrès des sciences, plus particulièrement de l’endocrinologie, et le développement de la psychologie expérimentale éveillent l’intérêt scientifique de certains chercheurs pour la puberté. La « révolution pubertaire » (Marro 1902 : 29) apparaît alors comme un moyen privilégié d’étudier les liens établis par la psychologie expérimentale entre physiologie, biologie et psychisme. La sexualité est au cœur de ces études : le médecin français L.-H. Biérent, auteur de La puberté chez l’homme et chez la femme (1896), affirme d’ailleurs sa volonté de « faire entrevoir, [à travers l’étude de la puberté], l’influence de la sexualité sur le moral de l’individu » (ibidem : 20). Dans l’optique de ces premiers penseurs, la puberté marque la fin de « l’hermaphrodisme moral » (ibidem : 22) qui caractériserait l’enfance. La puberté, c’est ce qui signe l’entrée dans l’adolescence, « l’âge où la sexualité s’établit définitivement, où le garçon devient homme, la fille devient femme » affirme le pédagogue G. Compayré dans sa synthèse critique de l’ouvrage fondateur des « sciences de l’adolescence » (Compayré 1909) du psychologue américain Stanley Hall (1904).

5Presque simultanément, Freud publie ses Trois essais sur la théorie de la sexualité (1905) dans lesquels il affirme l’idée d’une sexualité infantile. Avec lui, la puberté ne correspond pas à un éveil à la sexualité, mais est une réédition de la période infantile, un temps décisif qui « va donner à la vie sexuelle infantile sa forme définitive, normale » (Perret-Catipovic, Ladame 1997 : 17). L’enfant perd alors de son innocence. Une construction en complète opposition avec celle de Stanley Hall qui, inspiré de Rousseau, conceptualise l’adolescence comme une « seconde naissance », celle où l’individu naît « pour le sexe ». Cette vision est longtemps partagée par les spécialistes de l’adolescence qui épousent cette conception rousseauiste de cet âge de la vie.

6Durant l’entre-deux-guerres, les « sciences de l’adolescence » de langue française construisent donc l’image d’une adolescence marquée par une crise « ayant pour cause – ou pour corollaire – la transformation physiologique » (Evard 1914 : 17). La « crise d’adolescence » devient alors un lieu commun. La puberté, premier symptôme de l’adolescence, représente une rupture, une coupure nette, une révolution provoquée par l’avènement de la sexualité (Nayer 1935 : 177). Mais avec l’acceptation progressive des théories freudiennes, la notion de crise perd peu à peu de son prestige (M. Debesse 1958). C’est après la Seconde Guerre mondiale que de nombreuses voix s’élèvent contre l’idée d’une rupture nette entre l’enfance et l’adolescence, que P. Mendousse, figure emblématique de la psychologie de l’adolescence de l’entre-deux-guerres, avait popularisée. Le pédopsychiatre français G. Heuyer, entre autres, insiste en effet sur « l’erreur de Rousseau perpétuée dans les écrits des psychologues et des littérateurs qui ont écrit sur l’adolescence » (Heuyer 1952 : 231). La puberté n’est, selon lui, ni une date, ni une crise, mais « une étape au cours d’une évolution continue » (ibid. : 231).

Définir la prépuberté

  • 4 Pour Mélanie Klein (1932), l’apparition des règles chez la jeune fille devient la « preuve tangible (...)

7Délimiter la période de la puberté, en déterminer l’âge moyen a été l’une des obsessions des médecins au cours du 19e siècle. Une obsession qui perdure avec les travaux sur l’adolescence : la psychologue française B. Zazzo remarque encore en 1965 que les limites inférieures et supérieures de l’adolescence restent extrêmement variables « à tel point qu’elles déterminent par leurs extrêmes une zone d’âge excessivement large : entre 8 et 24 ans » (Zazzo 1966 : 11). Comment se définit dès lors la prépuberté ? Appartient-elle à l’enfance ou à l’adolescence ? Elle apparaît déjà comme une zone d’entre-deux, annonçant néanmoins la crise à venir. Son repère social est, selon P. Godin, médecin des écoles, « l’âge scolaire », cet âge s’achevant à la « veille des transformations pubertaires » (Godin 1913 : 78), soit vers 14 ans, bien qu’il remarque que la « prépuberté peut être attribuée à toute la période de croissance qui s’étend entre la naissance et la puberté » (ibidem : 79). Pour R. Laufer (1937 : 16), elle s’étend de 7 à 8 ans jusqu’à la pilosité pubienne ; pour d’autres, elle oscille entre 10 et 12 ans et continue vers 12 ans et demi chez les filles, 13 ans et demi chez les garçons. Certains insistent déjà sur la nécessité de distinguer la prépuberté de la puberté proprement dite ainsi que de l’adolescence (Scharf 1937). Arnold Gesell, pédiatre et psychologue américain, distingue la prépuberté de la puberté tout en l’incluant dans son étude de l’adolescence qu’il délimite entre 10 et 16 ans (Gesell et al. 1965). La psychanalyste austro-américaine H. Deutsch utilise les notions de stade de développement de la libido pour la définir. La prépuberté correspond à la fin de la période de latence et prend fin aux premières menstruations4. Cette phase qui se situe, selon elle, entre 10 et 12 ans, représente donc un entre-deux difficilement définissable (Deutsch 1949).

8Au xixe siècle, la prépuberté apparaît alors comme une époque pathogène à l’instar de la ménopause. La puberté, à l’inverse, incarnait, à travers les vertus régulatrices des premières menstruations, « le triomphe de la vie de la femme » (Thiercé 1999 : 118). S’opère alors un glissement au tournant du xxe siècle : la puberté devient une période critique tant pour les garçons que pour les filles. Au sein des premiers travaux sur l’adolescence, la prépuberté y est très simplement décrite comme une « phase préparatoire » (Marro 1902) ou un « stade prémonitoire [qui] débute très peu avant le stade d’état, 2 à 6 mois maximum. Généralement même le prépubère non prévenu ne s’aperçoit des poils follets qui couvrent son pubis qu’à la première éjaculation ou aux premières règles » (Biérent 1896 : 37).

9Les travaux s’intéressent peu ou prou à la prépuberté et n’en font pas une catégorie spécifique. Mendousse, en 1909, déplore d’ailleurs que les psychologues de l’adolescence se « bornent à énumérer [les] caractéristiques physiques [de la prépuberté] sans les distinguer assez de ceux qui marquent le début de la puberté » (Mendousse 1909 : 10). En effet, les discours sur la prépuberté sont très visuels et dessinent les traits d’un âge qui ressemble à s’y méprendre à l’« âge ingrat », terme utilisé pour désigner l’adolescence (Evard 1914 : 10). La prépuberté se caractérise par une croissance épisodique, presque caricaturale, une dysharmonie (Laroche 1938 : 16), une dissymétrie peu esthétique dont l’enfant souffre dans son amour propre (Rousselet 1956) qui serait chez les filles nettement moins fréquente que chez les garçons (Laroche 1938 : 16) traversant, quant à eux, une « phase féminoïde » (Heuyer 1952 : 239).

10Si les métaphores visuelles ne manquent pas, les discours, eux, sont en effet plus rares, à peine un chapitre, quelques paragraphes. Les experts de l’adolescence restent « très sobres de détails psychologiques concernant cette phase du développement individuel » note Mendousse, qui remarque néanmoins les difficultés à saisir les particularités de la prépuberté : « Que dire de la période préparatoire encore plus indécise, où des signes à peine perceptibles décèlent seuls la fermentation en voie de s’opérer » (Mendousse 1909 : 8). Deutsch fait le même constat dans sa « Psychologie des femmes », elle note que très peu ont été « attentifs à l’activité préparatoire dont dépend étroitement la puberté à l’état prérévolutionnaire » (Deutsch 1949 : 9). Celle-ci reste en effet toujours définie par rapport au stade qui lui succède : la puberté.

Les fillettes prépubères

11Pourtant, les traits de la fillette prépubère s’esquissent dans différents ouvrages. Peu nombreux, il est vrai. En 1914, l’enseignante suisse M. Evard propose l’une des premières études concernant l’adolescente. Celle-ci, dans son essai de psychologie expérimentale, tient compte de « la fillette prépubère (12 ans et demi à 13 ans et demi) pour la confronter à l’adolescente formée » (Evard 1914 : 10) jugeant que cette dernière présente « une vie psychique plus riche, plus féconde que la période antérieure » (ibidem : 10). Un jugement qui peut être interprété comme un moyen de défendre l’intérêt scientifique de cet âge de la vie, loin d’être évident dans le paysage francophone au moment où elle écrit son essai. Mendousse, lui, y consacre un chapitre entier pour mieux amorcer son analyse de la puberté. Dans ses deux ouvrages sur l’adolescence masculine (1909) et féminine (1930), la prépuberté représente pour les garçons « les faits précurseurs » (Mendousse 1909) et lorsqu’il daigne enfin accorder une âme adolescente aux filles, en 1930, elle représente, pour elles, « l’âge de disgrâce » (1930).

  • 5 Ces deux ouvrages sont cités abondamment par S. de Beauvoir dans la partie formation du second tome (...)
  • 6 Publié en 1919 et traduit de l’allemand en 1928 par Clara Malraux, le journal est rebaptisé en fran (...)

12À travers les ouvrages de H. von Hug-Hellmuth ([1928] 1975) et H. Deutsch (1949)5, il est également possible de saisir l’approche de la psychanalyse à l’égard de la prépuberté. Édité anonymement en 1919, « Le journal d’une petite fille »6 de Hug-Hellmuth serait l’authentique journal d’une petite Viennoise dont on suit le quotidien de 11 à 14 ans. Le journal est accueilli avec enthousiasme par Freud : ce « petit joyau », selon ses termes, « illustre à merveille ses propres thèses » (Roudinesco 1998 : 34). Selon lui, en effet, « jamais encore on ne pénétra avec une clarté et une sincérité semblables, les mouvements de l’âme qui caractérisent, dans les années qui précèdent la puberté, le développement de la fillette […] dans l’état présent de notre civilisation » (Journal psychanalytique d’une petite fille [1928] 1975 : 13). À un tel constat s’opposeront les « psychologues officiels (…) étayant leur thèse sur le fait que ce livre n’était pas conforme au caractère des jeunes filles » (Deutsch 1949 : 18). À travers cet ouvrage, c’est, selon Hélène Deutsch, la vie intérieure de la fillette qui se révèle, celle qu’elle cache en général aux adultes. L’un des aspects échappant à l’investigation des adultes – professionnels ou non – est la prise de conscience de la sexualité par la prépubère. La sexualité existe donc à l’état prépubère, une sexualité qui, on l’a vu, continue d’être niée par les experts de l’adolescence de l’entre-deux-guerres. Elle prend néanmoins une tout autre forme qu’à l’adolescence, se déployant à travers la curiosité, la résolution du mystère du sexe et le secret que j’analyse ci-après. « La psychologie des femmes » d’Hélène Deutsch a, lui, permis de sortir un peu de la pénombre le « continent noir » qu’a été la sexualité féminine pour la psychanalyse (Parat 2010 : 823). Cet ouvrage analyse les différentes étapes du développement sexuel des femmes de la prépuberté à la ménopause. Une attention particulière est donnée à la prépuberté en ce qu’elle représente un « à-coup » d’activité, un processus d’adaptation à la réalité, rendu possible par le développement de l’ego. Selon Deutsch, la prépuberté est aussi la période au cours de laquelle se révèlent les signes avant-coureurs des futures pulsions sexuelles tout en manifestant une grande indépendance vis-à-vis de la sexualité infantile. (Deutsch 1949 : 9) Elle sépare dès lors la prépuberté de la puberté naissante au cours de laquelle, selon elle, les désirs sexuels s’intensifient.

L’âge de disgrâce

13La dernière phase de l’enfance apparaît comme une période idyllique jusqu’à ce que le bel équilibre se rompe, que l’âge d’or prenne fin pour laisser place à une petite fille désobéissante, indocile, indisciplinée, loquace à la limite de la logorrhée. La fillette entre alors dans « l’âge de disgrâce » (Mendousse 1930) qui se caractérise par une aversion passagère pour le sexe opposé. Les filles sont d’humeur batailleuse, certaines poussent l’animosité qui les caractérise jusqu’aux voies de fait. D’ailleurs, l’entente entre les sexes serait un très mauvais signe pour la moralité future de la petite fille. Deutsch précise que cette attitude garçonnière est « non seulement normale, mais souvent aussi plus salutaire pour la santé psychologique qu’une attitude passive de petite fille confinée aux travaux domestiques » (Deutsch 1949 : 20). L’activité distingue la prépuberté de la puberté définie, elle, par la passivité. La prépubère rejette l’enfant qu’elle était, devient hostile à sa famille et, plus particulièrement à sa mère, un thème très présent dans le Journal de Hug-Hellmuth ([1928] 1975).

  • 7 Sa meilleure amie.

14Mais il faut y voir aussi le « je-ne-suis-plus-une-enfant » (Zweig 1920 in Hug-Hellmuth 1991 : 190) et la confrontation aux autres qui continuent de vous regarder comme telle. Hug-Hellmuth met de nombreuses fois en scène l’opposition de Grete, l’auteure présumée du journal, à sa grande sœur Dora, adolescente déjà formée. Dès la première page, Grete note : « Elle [Dora] prétend qu’un journal n’est pas encore de mise pour d’aussi petits enfants (c’est ainsi qu’elle nous désigne, moi et Hella7) » (Journal psychanalytique d’une petite fille [1928] 1975 : 16). Evard confirme ce préjugé : elle considère le journal intime des « fillettes de 1ère » – comme elle nomme les prépubères – comme un « simple recueil anecdotique des menus faits de l’école ou des promenades, impersonnel, monocorde » (Evard 1914 : 129).

15Aux yeux des fillettes prépubères, « l’état de jeune fille » apparaît désirable, elles se font coquettes et frivoles (Mendousse 1930 : 17) et observent attentivement et quotidiennement les changements de leur poitrine, le léger gonflement de leurs seins (Gesell et al. 1965 : 86). Certaines voient dans l’état de jeune fille des « jours heureux » et, en attendant, elles jouent le jeu de la féminité en la singeant avec toute la gaucherie qui symbolise cette période.

16Et déjà la prépubère se distingue de son homologue masculin :

« La petite fille délaisse un peu les jeux qui l’occupaient tant, naguère encore ; elle perd son activité et sa vivacité habituelles, et se trouve envahie, à certains moments, par une sorte de langueur et d’indolence. Elle se fatigue vite et s’essouffle au moindre effort […] Chez l’homme, des modifications analogues sont moins marquées » (Biérent 1896 : 39).

Ce sont les prodromes des premières menstruations que Jeanne-Leroy Allais décrit avec force détails dans Comment j’ai instruit mes filles, description digne des portraits de jeunes filles chlorosées du xixe siècle :

« Voici une enfant de 13 ans (…). Elle a le teint frais, l’œil vif, la voix pleine et d’un joli timbre. (…) Elle donne l’impression d’un parfait équilibre physique et moral. Mais depuis quelque temps elle est fatiguée sans motif (…) Quelquefois elle est pâle, d’autres fois sa figure s’empourpre jusqu’à la racine des cheveux. Parfois, elle dort mal, elle a le cauchemar ou elle a la sensation d’avoir chaud » (Leroy-Allais 1907 in Schuyten 1908 : 444 ).

17Mais cette crise physiologique qui la travaille, la prépubère n’en a « reçu aucune transformation intellectuelle ni émotive » (Evard 1914 : 118). C’est d’ailleurs ce qui distingue, selon Evard, la prépubère de l’adolescente : la première est fermée aux émotions, la seconde naît aux sentiments, à l’affectivité, renforçant ainsi la preuve que l’adolescence représente une « seconde naissance » (Evard 1914). Pierre Mendousse note, au contraire, que « son évolution mentale devance souvent les changements organiques censés la produire (Mendousse 1930 : 13). Mais que ces transformations soient organiques ou mentales, la prépuberté comme phase distincte de l’enfance se dessine, elle est une phase critique au cours de laquelle la fillette est en proie à des sentiments contradictoires et surtout aspire à grandir, à devenir une jeune fille.

La curiosité sexuelle de la fillette prépubère

18Du fait d’un développement sexuel et social plus précoce que celui des garçons, les filles sont plus conscientes du sexe que les garçons, mais plus secrètes aussi (Gesell et al. 1965). Elles se plaisent à s’entretenir avec leurs amies plus intimes sur les mystères du sexe et de la maternité (Mendousse 1930 : 11). Le secret a un caractère de jeu, elles se confient sous le sceau du secret et s’entretiennent avec leur meilleure amie sur leurs découvertes, ce partage, cette relation leur « procure l’innocente satisfaction sexuelle qui caractérise cet âge » (Deutsch 1949 : 17) Les activités sexuelles qui se manifestent entre filles et garçons sont de la même nature, c’est la curiosité qui joue le rôle principal (Deutsch 1949 : 21). Intervient encore l’idée d’une évolution mentale plus précoce que l’évolution organique troublant l’esprit de la prépubère :

« La curiosité vient encore de l’intellect, du cerveau éveillé d’un corps qui n’est pas encore développé, et le trouble a sa source dans l’entendement et non dans les zones encore éteintes de la sensation physique » (Zweig 1920 in Hug-Hellmuth 1991 : 190).

  • 8 Une analyse plus poussée des archives du Professeur D’Hollander a été effectuée dans Di Spurio, 201 (...)

19Toutefois, cette curiosité sexuelle jugée naturelle et innocente par certains psychologues fait l’objet d’un contrôle pressant de la part des institutions scolaires au cours de cette période. Les archives des consultations des « maladies du cerveau et psychologie » du Professeur D’Hollander (Université Catholique de Louvain) en témoignent8. L’exemple d’une fille de 12 ans envoyée, en 1939, à la consultation du psychiatre est, à plus d’un titre édifiant. En cinquième année primaire, celle-ci ne sait pas suivre à l’école. Elle doit redoubler. Son comportement est jugé difficile, elle ment, elle est entêtée, elle court avec les garçons. De plus, elle a soumis ses compagnes de classe à des « entreprises immorales ». Fortes de ce constat, les sœurs refusent de la changer de classe et, plus particulièrement, de la voir fréquenter des enfants plus jeunes. Elles demandent dès lors son placement dans un établissement pour anormaux suivant la logique selon laquelle les enfants pervers doivent être éloignés des écoles (Leroy 1922). D’Hollander refuse de la placer dans un tel établissement estimant « qu’il s’agirait de la rééduquer d’un point de vue moral » (Archives de l’Université Catholique de Louvain 1939). Cet exemple révèle les comportements condamnés et punis par les institutions : tant la curiosité sexuelle que le simple fait de courir avec les garçons sont vus comme un comportement déviant de la part d’une petite fille non encore pubère.

20Et, du psychiatre aux tribunaux, il n’y a souvent qu’un pas. Aimée Racine, sociologue belge spécialiste de la délinquance juvénile, rapporte l’histoire d’un groupe d’enfants, encore « en âge d’école » et n’ayant pas encore atteint la puberté, présenté devant le juge des enfants : « Les actes incriminés apparaissent comme un jeu, accueilli avec intérêt par des enfants trop avertis, trop peu surveillés, et privés de distraction de meilleur aloi. Telle cette bande de 8 à 13 ans qui habite une cité ouvrière de Molenbeek-Saint-Jean. Pendant les vacances, la cour commune trop exiguë, on se disperse dans les prairies environnantes. C’est là que six garçons commettent des actes immoraux, en présence les uns des autres, sur la personne d’une fillette d’ailleurs consentante » (Racine 1935 : 87). Et, en effet, ces rues et ces prairies où les enfants jouent « sans surveillance ni contrôle des parents » apparaissent comme le « creuset de la prédélinquance » (Lox 1954 : 117). « Empêcher les garçons et filles de jouer ensemble » (Paquay-Berlandina 1937 : 154) dans la rue, ou plutôt les empêcher de s’adonner à des jeux sexuels, devient un but affiché des agents moraux : la maison avec jardin individuel pour les familles ouvrières, par exemple, est l’une des solutions esquissée pour les en empêcher.

21Par ailleurs, la curiosité sexuelle naissante des prépubères a un autre revers : leur ingénuité, leur docilité associées aux troubles cénesthésiques font « de maintes gamines une proie facile pour les anormaux sexuels » (Mendousse 1930 : 12). Cette figure de l’anormal sexuel est commune dans les ouvrages sur l’enfance et l’adolescence. Dans le Journal, il apparaît sous les traits de l’exhibitionniste : cet inconnu qui ouvre son manteau et révèle son sexe. Cette situation est, à en croire la sœur de Grete, « une aventure qui arrive au moins une fois à presque toutes les jeunes filles et de tels hommes ne sont pas normaux ». Grete découvre par cette aventure que « c’est de ça qu’on a les enfants » (Journal psychanalytique d’une petite fille [1928] 1975 : 69). En 1954, l’anormal est désormais nommé, il devient le « pédophile » : prédateur des cinémas, mais aussi des parcs, des foires, des rues où « les fillettes sont plus exposées au danger, d’autant plus si elles provoquent directement, par leurs sollicitations ou par leurs attitudes, l’attention de certains individus » (Lox 1954 : 119).

La précocité sexuelle des filles

  • 9 Cette question apparaît déjà lors de l’affaire de la « traite des blanches » à Bruxelles en 1880 su (...)
  • 10 Sont poursuivies pour chef de prostitution : 72 filles en 1916 contre 12 en 1913, mais selon Charle (...)

22Après la Première Guerre mondiale, la figure de la fillette « sexuellement précoce » devient l’objet de nombreux discours. La prostitution féminine9 qui semble avoir fait rage dans la Belgique occupée amène le substitut du procureur du Roi à ce constat10 :

« Lorsqu’elles ne devraient songer qu’à la poupée, elles sont déjà, de chute en chute, tombées dans la débauche la plus éhontée, et l’on peut appliquer ce dicton populaire : il n’y a plus d’enfance » (Collard 1920 : 23).

C’est le fantasme d’une enfance innocente que regrette ce dernier, celle qui joue à la poupée alors que dans la réalité, des filles de moins de seize ans, sans exercer la moindre résistance, se prostituent parfois par plaisir, parfois par simple appât du gain. Cette sexualité dite irrégulière est non seulement criminalisée (Machiels, Niget 2013) dès le vote de la loi sur la protection morale de l’enfance en 1912, mais aussi médicalisée et donc surveillée et contrôlée par les institutions mises en place par cette loi.

23Cette précocité sexuelle ne se rencontre pas partout, elle est surtout présente dans les milieux populaires où les filles sont laissées sans surveillance et sans contrôle. La « sexualité irrégulière » des filles des milieux populaires amène les chercheurs à s’interroger sur les dangers de la « précocité pubertaire ». Celle-ci entraînerait la jeune fille dans l’immoralité. Pour Deutsch, de nombreux actes de délinquance sont la conséquence d’une interruption brutale de la prépuberté, de l’abandon des liens homosexuels qui caractérisent cette période au profit d’une hétérosexualité jugée prématurée (Deutsch 1949 : 21). La fillette précoce revêt les aspects de la jeune fille, tout son corps présente les signes extérieurs d’une puberté achevée, mais il « devance la maturité intellectuelle et affective, d’où un déséquilibre flagrant entre les désirs nouveaux et les forces d’inhibition qui devaient contenir ces désirs » (Racine 1935 : 106). Tout comportement anachronique est désormais jugé dangereux pour la jeune fille et pour la société ; les experts, eux, établissent des critères d’accès à la sexualité, différents stades à respecter sous peine de sombrer dans la névrose ou pire dans l’immoralité partant dans la délinquance (Deutsch 1949 ; Racine 1935).

24Depuis la fin du xixe siècle, le phénomène de la puberté précoce est une « idée reçue » (Huerre, Pagan-Reymond, Reymond 2002) alimentée et cautionnée « scientifiquement » par les premiers experts de l’adolescence. Dès les premières publications traitant de la puberté et de l’adolescence, une théorie mêlant les craintes des contemporains autour de l’industrialisation, de l’urbanisation et de la « culture de masse » apparaît : « Le milieu des villes en général rend plus précoce qu’à la campagne, et la cause en paraît être dans les excitants divers, tels que : bals, théâtre, conversations, lectures et romans, vues d’images suggestives, etc., toutes causes qui ont pour effet d’exciter le sens génésique et de hâter l’époque de l’échéance pubère pour l’un et pour l’autre sexe » (Marro 1902 : 26). Cette théorie est reprise en chœur par les experts de l’adolescence de Mendousse à Debesse, chantre de l’adolescence de l’après Seconde Guerre mondiale, qui, dans le « que sais-je » qu’il consacre à l’adolescence en 1943, diffuse encore l’idée d’une puberté précoce sous l’effet d’une « société aphrodisiaque » (Debesse [1943] 1951 : 22). Pourtant, Etienne De Greef, psychiatre et criminologue belge, en 1939, mettait en garde contre ces appréciations qu’il jugeait « sommaires » (De Greef 1939 : 112). Qu’importe, cette idée rencontre l’assentiment de la tendance catholique qui caractérise la vulgarisation scientifique de l’adolescence et de la jeunesse dans l’après Seconde Guerre mondiale. Celle-ci trouve sa légitimation dans le concept de « société aphrodisiaque » développé par Bergson (1932).

De la protection morale de l’enfance à la protection morale de la jeunesse

25Ce discours répond aux préoccupations sociales sur la jeunesse auxquelles les autorités tentent de remédier par une série de « lois sur la protection morale de l’enfance ». Ces lois sont basées sur l’idée que l’enfant est un « être spécial » que toute société civilisée se doit de protéger (Carton de Wiart 1931). De fait, la construction de la catégorie « adolescence » se base entre autres sur le besoin de se distancer des sociétés dites « primitives » (Lesko 2001). Après la Première et la Seconde Guerre mondiale, les peurs se cristallisent sur l’accès aux loisirs des jeunes. Le cinéma fait figure d’agent corrupteur de la jeunesse, la danse d’un aphrodisiaque puissant : ces idées sont autant de prétexte pour légiférer.

26En 1920, une loi interdisant l’entrée des salles de spectacle cinématographique aux mineurs âgés de moins de 16 ans est votée devant le « constat partagé tant par les éducateurs et les psychologues que les mandataires publics et la presse » (Hanrez 1920 : 4). Les agents de cette « panique morale » autour du cinéma se nourrissent des faits-divers sordides relatés par la presse et s’alimentent les uns les autres. Le rôle joué par les juges des enfants dans cette croisade morale contre les loisirs est important à souligner. Ceux-ci ont en effet très souvent brouillé les frontières entre l’exercice de la justice et la morale. Ce consensus apparent se heurte néanmoins aux principes de la liberté de presse et de l’autorité du père de famille auxquels la Belgique reste attachée. Mais Prosper Hanrez, auteur de la proposition de loi, anticipe les critiques et rappelle que les « constituants ne pouvaient prévoir l’invention du cinéma et les inconvénients qui en résulteraient. Rien ne s’oppose à ce que la législature intervienne pour mettre fin à un véritable danger social » (Hanrez 1920 : 4). La protection de l’enfance donne apparemment légitimité à toute intervention de l’État dans la vie privée et, plus particulièrement, dans le champ de la sexualité (Machiels, Niget 2013). À tel point qu’une autre loi sera votée en 1936, tendant à « soustraire à la vue des enfants de moins de 16 ans, des images, figures, ou objets indécents, de nature à troubler leur imagination ». Mais des objections sont émises : en effet, comment juger de ce qui peut troubler l’imagination et la mentalité de l’enfant ? Le principe sur lequel repose la loi est celui de l’« indécence […] dans son sens étymologique « ce qui ne convient pas », […] c’est-à-dire lui suggérer des pensées, des notions, qu’il ne doit pas avoir […] de façon à l’incliner à des sentiments ou à des actes nettement immoraux » (Carton de Wiart 1931 : 212).

27L’après Seconde Guerre mondiale se caractérise par une nette démarcation entre l’enfance, l’adolescence et la jeunesse. La puberté apparaît dès lors comme un critère essentiel en matière d’interdiction et de contrôle des loisirs dont les plus représentatifs sont la danse et le cinéma. En témoigne le projet de loi qui tend à remplacer la loi de 1920 interdisant l’entrée des salles de cinéma aux moins de 16 ans voté au Sénat en 1953. Ce projet vise à établir des paliers « fondés sur l’évolution profonde de la puberté » tenant compte de la différence de mentalité des enfants de moins de 14 ans et des adolescents de 14 à 18 ans. « La loi sur la préservation morale de la jeunesse » réaffirme cette distinction. Votée en 1960, discutée dès 1947, cette loi prévoit d’interdire les lieux où l’on danse à « l’âge où s’éveillent les passions », soit aux moins de 18 ans : la puberté devient alors très clairement une catégorie spécifique à protéger du fait de son « éveil à la sexualité ».

Conclusion

28La prépuberté, comme âge à risque, comme période sexuellement dangereuse, s’esquisse déjà dans les premiers textes des sciences du psychisme. De par sa curiosité sexuelle, innocente certes, et par sa volonté de jouer à la « jeune fille », de grandir trop vite, la fille prépubère brouille les frontières entre l’enfance et l’âge adulte et met en branle les étapes d’un développement sexuel « normal » décrites par les sciences du psychisme. Elle représente un danger tant pour elle-même que pour les adultes : on la présente comme inconsciemment charmeuse, aguicheuse. Partant, elle devient la proie de tous les anormaux incarnés aujourd’hui par les pédophiles. Le danger ne réside pas seulement dans le désir que peuvent éprouver les adultes, mais dans l’existence même du désir chez les enfants. La société met donc en place des moyens de préserver ces enfants de la curiosité sexuelle qui les animent, et que ceux-ciassouvissent entre eux à travers des jeux sexuels, en gardant ces derniers, et surtout les enfants des milieux dits populaires, sous le contrôle scrupuleux des adultes. Ce contrôle opère à travers des dispositifs légaux qui ont pour but de « préserver » l’innocence supposée des enfants de tout contact avec la sexualité. Cela implique tant une surveillance de leurs jeux que leurs accès aux diverses représentations de la sexualité par les médias de masse.

29La notion de « puberté » – avec ces différents paliers – inscrit alors dans la loi la catégorie « adolescence » comme un âge aux prises avec la sexualité. Cette notion entraîne avec elle toutes les craintes et ambiguïtés dont les psychologues et les moralistes l’ont investie depuis la fin du xixe siècle. Les mêmes préoccupations ancrées dans la théorie de la dégénérescence se retrouvent dans les discours depuis la « fillette précoce » à la « préadolescente ». Elles sont, en tant que mères potentielles, les gardiennes du capital de la nation et c’est à ce titre qu’elles doivent être protégées.

  • 11 La catégorie « préadolescence » (12-14) fait en effet son entrée dans l’ouvrage sur les adolescents (...)

30Les craintes actuelles autour des filles prépubères apparaissent d’ores et déjà au début du xxe siècle, par exemple dans les discours sur l’abaissement présumé de l’âge moyen à la puberté. Ces craintes ont pour origine commune la hantise d’une sexualité précoce. Bien que les filles prépubères ne revêtent pas encore les habits de la préadolescente, on peut déjà dessiner les contours d’une catégorie spécifique à partir des craintes que la sexualité des filles ont toujours suscité. L’apparition de la « préadolescence » comme catégorie d’âge reste cependant liée à l’émergence d’une culture juvénile au cours des années soixante11.

Haut de page

Bibliographie

Archives de l’Université Catholique de Louvain. (1939), Hôpital Civil de Louvain, consultations gratuites : maladies du cerveau et psychologie. n° 118.

Bergson H. (1932), Les deux sources de la morale et de la religion, Paris, PUF.

Biérent L. H. (1896), Étude sur la puberté chez l’homme et chez la femme : la puberté à l’état physiologique.

Blairon J. et al. (2012), Hypersexualisation des enfants, Bruxelles, Yapaka.

Bozon M. (2009), Sociologie de la sexualité: Domaines et approches, Paris, Armand Colin.

Bras P. et Kail,M. (2012), Simone de Beauvoir et la psychanalyse, Paris, L’Harmattan.

Carton de Wiart (1931), Projet de loi tendant à soustraire à la vue des enfants de moins de 16 Ans, des images, figures, ou objets indécents, de nature à troubler leur imagination.

Chaumont J.-M. et Machiels C. (2009), Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain La Neuve, Presses Universitaires.

Collard C. (1920), La prostitution des mineures et l’application de la loi sur la protection de l’enfance, Bulletin de l’Office de La Protection de L’enfance, t. IV.

Compayré G. (1909), L’adolescence. Etudes psychologiques et de pédagogie, Paris, F. Alcan.

De Greef E. (1939), Nos enfants et nous, Bruxelles, Ed. de la Cité Chrétienne.

Debesse M. (1937), Comment étudier les adolescents ?, Paris, PUF.

Debesse M. (1958), L’adolescence est-elle une crise ? Enfance 11 (4), p. 287-302.

Debesse M. (1951) [1943], L’adolescence. Paris: Presses Universitaires de France.

Deutsch H. (1949), La Psychologie des femmes: étude psychanalytique. t. 1 : Enfance et adolescence. Presses universitaires de France.

Evard M. (1914), L’adolescente, Essai de psychologie expérimentale. Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé-Fischbacher.

Di Spurio L. (2013), « Quand le sexe vient aux filles… Une question psychosociale dans la pratique du psychiatre Fernand D’Hollander (1922-1941) », Sextant (30): 47-61.

Foucault M. (1984), Histoire de la sexualité, t. 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

François A. (2010), « Filles et garçons de justice : parcours comparés (Belgique, 1912-1965) », VST – Vie sociale et traitements, (2) 106 : 49-56.

Freud A. (1958), « L’adolescence » in Perret-Catipovic, M. et F. Ladame (1997), Adolescence et Psychanalyse: Une histoire, Lausanne, Delachaux & Niestlé, 69-100.

Freud S. [1905d] (1987), Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard.

Gesell A. et al. (1965), L’Adolescent de 10 à 16 ans, Paris, Presses Universitaires de France.

Godin P. (1913), La croissance pendant l’âge scolaire: applications éducatives. Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

Hall G. S. (1904), Adolescence, 2 vol., New York Londres, Appleton.

Hanrez P. (1920), Projet de loi interdisant l’entrée des salles de spectacles cinématographiques aux mineurs de moins de 16 Ans.

Heuyer G. (1952), Introduction à la psychiatrie infantile. Presses Universitaires de France.

Huerre P. et al. (2002), L’adolescence n’existe pas : une histoire de la jeunesse, Paris, Odile Jacob.

Hug-Hellmuth Hermine von (1991), Essais psychanalytiques : destin et écrits d’une pionnière de la psychanalyse des enfants, Paris, Payot.

Journal psychanalytique d’une petite fille [1928] (1975), Paris, Denoël.

Laroche G. et al. (1938), La Puberté. Etude clinique et physiopathologique, Paris, Masson.

Laufer R. (1937) Recherches nouvelles sur la puberté, Paris, Maloine.

Leroy A. (1922), Nécessité de généraliser l’observation médico-psychologique des enfants de justice, Bulletin de Société de Médecine Mentale (avril).

Leroy-Allais J. (1907) Comment j’ai instruit mes filles des choses de la maternité, Paris, Maloine in Schuyten, M. C. (1908), L’education de la femme, Paris, O. Doin.

Lesko N. (2001), Act Your Age!: a Cultural Construction of Adolescence, New York, Londres, Routledge.

Lox (1954), « La Rue, creuset de La prédélinquance ». L’Enfant (2): 117.

Machiels C., and Niget, D. (2013) Protection de l’enfance et paniques morales, Bruxelles, Editions Yapaka.

Mardon A. (2011), « La génération Lolita », Réseaux (4), p. 111-132.

Marny P. (1965) Les adolescents d’aujourd’hui, Paris, Centurion.

Marro A. (1902), La Puberté chez l’homme et chez la femme, étudiée dans ses rapports avec l’anthropologie, la psychiatrie, la pédagogie et la sociologie, Paris, Schleicher frères.

Massin V. (2007) « Défense sociale » et protection de l’enfance en Belgique. Les filles délinquantes de l’école de bienfaisance de l’État à Namur (1914-1922) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » n° 9, 2007, p. 173-190.

Mendousse P. (1909). L’âme de l’adolescent, Paris, F. Alcan.

Mendousse P. (1930). L’âme de l’adolescente, Paris, F. Alcan.

Nayer P. (1935). Adolescence, Louvain, Nova et Vetera.

Parat H. (2010), « Hélène Deutsch, pionnière du féminin », Revue française de psychanalyse, (3), p. 807-824.

Niget D. (2011) « Expertise médico-pédagogique et délinquance juvénile en Belgique au xxe siècle », Histoire@Politique (2) n° 14, p. 38-54.

Paquay-Berlandina J. (1937). Les relations entre jeunes gens et jeunes filles dans les classes ouvrières, Congrès Catholique de Malines, Bruxelles.

Perret-Catipovic M. et Ladame F. (1997), Adolescence et Psychanalyse: Une histoire, Lausanne, Delachaux & Niestlé.

Pereira S. (2008), Droits sexuels et reproductifs, Bruxelles, Cahiers de l’U.F.

Racine A. (1935), Les Enfants traduits en justice, étude d’après trois cents dossiers du tribunal pour enfants de l’arrondissement de Bruxelles, Librairie du Recueil Sirey.

Roudinesco E. (1998), « Les premières femmes psychanalystes », Mil neuf cent (16), p. 27-41.

Rousselet J. (1956), L’adolescent, cet inconnu, Paris, Flammarion.

Saïdi, F. et al. (2012) Proposition de résolution concernant les concours des «mini miss», (Doc. législatif n°5-1658/1) http://www.senate.be/www/?MIval=/publications/viewPub.html&COLL=S&LEG=5&NR=1658&VOLGNR=1&LANG=fr (consulté le 14 décembre 2013).

Scharf G. (1937), Contributions à L’étude des manifestations psychologiques de La puberté, Metz.

Thiercé A. (1999), Histoire de l’adolescence 1850-1914, Paris, Belin.

Zazzo B. (1966), Psychologie différentielle de l’adolescence, Étude de la représentation de soi, Paris, PUF.

Zweig S. (1920), « Journal d’une jeune adolescente » in Hug-Hellmuth, Hermine von. (1991), Essais psychanalytiques : destin et écrits d’une pionnière de la psychanalyse des enfants, Paris, Payot, 190 p.

Haut de page

Notes

1 La psychologie et la psychanalyse ont eu, durant de longues années, une approche différente des notions de puberté et d’adolescence. La psychologie use dès son institutionnalisation (dans les années 1890 en Belgique) de l’entité « adolescence » pour décrire les phénomènes de la puberté. Cette discipline met également au point de nombreux instruments de mesure, tels que les tests de mesure de l’intelligence, ainsi que des méthodes d’observation de l’enfance et de l’adolescence au service des institutions médico-pédagogiques. La psychanalyse, à l’inverse, se réfère à la notion de puberté et non d’adolescence. Il est néanmoins important de rappeler que le mot « adoleszenz » est très peu utilisé dans la langue allemande. La sexualité infantile a détrôné en effet la puberté, cette dernière apparaissant comme la période finale des transformations corporelles. Par ailleurs, la fin tragique de H. von Hug-Hellmuth (auteure que j’analyse dans cet article), assassinée par son neveu qu’elle avait cherché à « psychanalyser », a contribué à metttre en relief les périls de la psychanalyse à cette période de la vie. Ce n’est qu’à la fin des années 1950 que cette crainte sera levée. Au même moment est publié le texte d’Anna Freud (1958) qui propose une première synthèse des travaux psychanalytiques où elle remarque que l’adolescence reste le parent pauvre de la discipline. Ce texte est le témoin d’un moment charnière, dans l’histoire de la psychanalyse et de l’adolescence, entre théorie, psychanalyse appliquée et pratique des cures. À ce sujet, voir : Perret-Catipovic, M. et F. Ladame, 1997.

2 Un dépouillement exhaustif des différents ouvrages des « sciences du psychisme » de langue française ayant trait à l’adolescence et à la puberté ainsi que différentes revues de référence a été effectué. M. Debesse soutient dans « Comment étudier l’adolescence » (1937) que les différentes aires linguistiques (anglaises / allemandes /françaises) ont chacune développé leur propre tradition dans l’étude scientifique de l’adolescence. Différentes traductions françaises d’auteurs apparaissant comme des « références » au sein cette période ont également été utilisées.

3 En Belgique, l’encadrement des filles dans ces institutions a fait l’objet de différentes études, notamment celles initiées par le Centre d’Histoire du droit et la justice de l’UCL, je pense notamment aux travaux de Veerle Massin (2007), de David Niget (2011) et d’Aurore François (2010).

4 Pour Mélanie Klein (1932), l’apparition des règles chez la jeune fille devient la « preuve tangible de la destruction totale du corps et des enfants qui y sont contenus » in Perret-Catipovic, M. et F. Ladame (1997 : 23).

5 Ces deux ouvrages sont cités abondamment par S. de Beauvoir dans la partie formation du second tome du « Deuxième sexe » (1949). Voir à ce sujet Bras, P. et Kail M., 2012.

6 Publié en 1919 et traduit de l’allemand en 1928 par Clara Malraux, le journal est rebaptisé en français Journal psychanalytique d’une petite fille. Un scandale éclate autour de l’authenticité de cet ouvrage accusé d’être un faux. Son auteur est en fait Hermine von Hug-Hellmuth (1882-1924), première psychanalyste de l’enfance, qui défendra jusqu’à sa mort l’authenticité du journal. Le scandale qui entoure à la fois la supercherie avérée de l’auteure et sa mort tragique en 1925 – elle est assassinée par le neveu qu’elle avait psychanalysé – pousse Freud à retirer l’ouvrage de la circulation.

7 Sa meilleure amie.

8 Une analyse plus poussée des archives du Professeur D’Hollander a été effectuée dans Di Spurio, 2013.

9 Cette question apparaît déjà lors de l’affaire de la « traite des blanches » à Bruxelles en 1880 suite à la révélation de la présence dans des maisons closes bruxelloises de prostituées mineures, au nombre desquelles se comptent de jeunes anglaises. À ce sujet Chaumont, Machiels, 2009.

10 Sont poursuivies pour chef de prostitution : 72 filles en 1916 contre 12 en 1913, mais selon Charles Collard « plus effroyable que le nombre (…), c’est leur précocité dans l’inconduite et l’immoralité » (1920 : 22). Sur la prostitution des jeunes filles en Belgique: François, Massin, 2008.

11 La catégorie « préadolescence » (12-14) fait en effet son entrée dans l’ouvrage sur les adolescents de Pierre Marny (1965) dans son chapitre sur la « culture de masse » (la vedette a-t-elle tué le héros).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Di Spurio, « « L’âge de disgrâce » : les constructions de la prépuberté féminine en Belgique (1896-1960) », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 74-81.

Référence électronique

Laura Di Spurio, « « L’âge de disgrâce » : les constructions de la prépuberté féminine en Belgique (1896-1960) », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3408

Haut de page

Auteur

Laura Di Spurio

Départements Arts, histoire et archéologie, Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals