Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Réinventer le public marocain dans un contexte de gratuité

Reinventing the Moroccan Public, in the Context of Gratuity
Mahmoud Chahdi
p. 160-165

Résumés

La faible fréquentation des lieux culturels par les Marocains témoigne d’un rapport fragile à l’art et à la culture, et cela malgré la gratuité d’accès aux activités soutenues par le ministère de la Culture. Aujourd’hui, les politiques publiques se limitent au soutien à la création par le biais du ministère de la Culture, sans mener de réflexion autour de la professionnalisation des métiers de la gestion et de la médiation. L’absence d’un enseignement des matières artistiques et la réduction de la question culturelle à la seule compétence du ministère de la Culture ont aussi participé à la désertion des espaces culturels. Le soutien à la création souhaite reconquérir le public, tout en mettant fin à la gratuité d’accès à l’activité artistique.

Haut de page

Texte intégral

1Le soutien public à la création artistique au Maroc met l’accent sur la fragilité du rapport qu’entretient le public avec la culture. Afin de stimuler un intérêt pour l’activité artistique soutenue par le ministère de la Culture, le choix a été fait de viser la gratuité de l’accès du public aux spectacles, seule solution pratique envisagée pendant longtemps. Aujourd’hui, un constat s’impose en lien avec le soutien à la création artistique mis en place depuis 2000, celui de l’absence du public. Face à cette situation, et au vu des moyens insuffisants mis à disposition des artistes et des compagnies, le ministère de la Culture, étant le principal financeur public de l’activité artistique, a décidé de mettre à contribution le public, en exigeant des porteurs de projets soutenus la prise en compte de la billetterie dans le montage financier. Cette nouvelle logique exige de la part des artistes et des compagnies une reconquête du public, dans une société où le rapport à la culture mérite réflexion.

  • 1 Par la notion de gratuité, nous désignons l’accès gracieux d’un public à une activité artistique pr (...)

2Dépasser la logique de la gratuité1 dans l’accès aux pièces de théâtre, à titre d’exemple, ne se pose que dans un contexte où la fréquentation des théâtres représente une réelle inquiétude. Le phénomène de la désertion des théâtres touche en effet l’ensemble des arts du spectacle, soulignant ainsi un phénomène global, dépassant la spécificité de la représentation théâtrale. Néanmoins, la pratique théâtrale demeure la partie visible de l’iceberg, puisqu’elle met en évidence le rapport de la création artistique au financement et à la billetterie comme une intervention de la part du public dans le soutien de la création artistique, dans un contexte général dominé par la gratuité.

3L’enjeu de la billetterie dans le contexte du modèle économique des arts du spectacle au Maroc reste un sujet essentiel dans la compréhension du mécanisme de la gestion du secteur culturel de ce pays. Dans un premier temps, il est fondamental de rappeler que la production artistique dans le domaine du théâtre, de la musique et de la danse est liée essentiellement à l’obtention des subventions du ministère de la Culture. Ainsi, les projets non retenus voient rarement le jour, vu l’absence de relais économiques stables et réguliers permettant d’assurer la phase de production. Cette situation fragilise en premier lieu la qualité de la création artistique qui ne bénéficie pas des moyens permettant de mener une recherche artistique à terme. La deuxième conséquence de ce monopole du financement est la fragilité du système économique qui ne permet pas de développer le volet créatif en lien avec l’utilisation des nouvelles technologies et de la technique en général. Les autres métiers visant à accompagner la création artistique ont aussi du mal à émerger dans ce contexte, mettant ainsi en péril la phase de communication, d’administration globale du projet, et de diffusion.

4Si nous analysons l’ensemble des appels à projets de l’année 2017 publiés par le ministère de la Culture marocain, dans le domaine de la musique, des arts chorégraphiques, des arts plastiques et visuels, et du théâtre, nous remarquons que seul ce dernier champ est confronté à cette question de financement et de billetterie d’une manière accentuée. En effet, un plan de promotion « précisant le programme des représentations et les actions prévues pour sa réalisation, en particulier la billetterie, le partenariat avec les collectivités territoriales et les institutions publiques et privées (pour au moins six représentations) » (Ministère de la Culture 2017 : 10) est exigé. En comparaison avec les autres domaines soutenus, cette obligation de déterminer la nature des ressources prévues pour la création ainsi que pour les six premières représentations est spécifique au domaine théâtral.

5Ainsi, le ministère de la Culture exige des troupes une diversité de partenariats, imposant ainsi la multiplication de ressources financières qui restent inexistantes dans la réalité. Cette nouvelle orientation du ministère n’est pas soumise au circuit législatif et n’est pas expérimentée dans les autres domaines artistiques.

6En effet, il est actuellement difficile d’aborder le sujet des compétences des collectivités territoriales en matière de financement de la culture, puisqu’aucun budget n’est prévu par la loi, cette question étant soumise au bon vouloir des élus. La volonté de certaines grandes villes telles que Casablanca, Rabat, Fès ou Marrakech se limite au financement de certains événements artistiques ayant une ampleur internationale, à l’exemple du festival de musique sacrée de Fès, ou du festival de musique de Rabat nommé Mawazine. Les collectivités n’incluent pas dans leurs priorités l’élaboration d’une vision politique globale en la matière. Aucune obligation législative n’existe à ce sujet, malgré la proposition du roi Hassan II, en 1992, de prévoir une participation financière des collectivités locales à hauteur de 1 % du financement de l’activité culturelle. Entre les grands événements et l’absence d’une obligation de soutien à la culture, le financement des collectivités locales destiné à la création théâtrale demeure une pratique rare.

7Par ailleurs, la part de la billetterie dans les recettes des compagnies reste minime, à l’exception de certaines troupes qui ont fait le choix de mettre en avant des comédiens qui ont développé une notoriété auprès du public marocain, grâce à la télévision. Cette logique commerciale ne doit pas être généralisée, surtout quand il s’agit d’un théâtre qui a fait de certains choix esthétiques ou thématiques sa première préoccupation. En effet, seuls les spectacles visant le divertissement arrivent à attirer le public aux guichets.

8Cette question de la billetterie nous mène au point de départ de cet article en lien avec la gratuité et ses conséquences sur la fréquentation des espaces culturels. Bien évidemment que cette problématique dépasse la simple décision des compagnies de prévoir ou non une billetterie lors des représentations. D’autres critères plus complexes entrent en considération, témoignant ainsi de la fragilité de la création artistique dans son rapport au public en particulier, et à la société marocaine en général. Parmi ces facteurs, abordons la place de l’éducation artistique dans le développement et la construction du futur citoyen.

L’éducation artistique et le rapport à l’œuvre

9Être en contact avec une pratique artistique ne se limite pas au moment où l’on est face à l’œuvre. L’éducation artistique, en ce sens, a un rôle déterminant dans la posture que le public adopte vis-à-vis des différentes formes et pratiques. En effet, les politiques menées jusqu’à aujourd’hui au Maroc souhaitent se substituer à l’éducation artistique du citoyen par le biais de l’augmentation de la consommation du produit lui-même. Ce choix éloigne la société d’une politique de démocratisation de la culture, qui rendrait le savoir culturel accessible à tous sans exclusion sociale ni économique. Dans cette logique nous passons de la question liée au simple fait de payer son ticket pour assister à un spectacle à un autre questionnement, celui de l’accès à la culture considéré comme un droit au sein d’une démocratie. Il s’agit d’un droit qui dépasse les seules compétences du ministère de la Culture, puisqu’il est à considérer comme un engagement national qui relève en premier lieu de l’enseignement et implique le ministère de l’Éducation nationale, puisqu’il s’agit de généraliser le savoir culturel dans une approche de vulgarisation des œuvres de l’humanité.

La compréhension de l’œuvre

10Le public qui se trouve par hasard face à une œuvre ne possède nullement les outils intellectuels et cognitifs lui permettant d’interagir et d’analyser celle-ci, même si cette rencontre peut susciter en lui un sentiment de plaisir ou de curiosité. Dans un autre cas, un public inhabitué à une forme artistique peut être exposé à un sentiment de rejet de l’œuvre, suite à une incompréhension des codes qui la réglementent ou encore à cause d’un manque de confiance en soi dû à un décalage « avec les comportements du public du lieu » (Urrutiaguer 2012 : 102).

  • 2 D’autres espaces culturels privés ou appartenant aux instituts culturels étrangers bénéficient d’un (...)

11La compréhension du processus artistique permet à chacun de faire ses choix en s’orientant vers une forme quelconque plutôt qu’une autre. Ainsi, nous passons d’un public intéressé qui assiste à un spectacle quand il en a l’occasion, et de préférence quand il obtient une invitation, à un public averti qui est à la recherche d’une programmation adaptée à ses attentes intellectuelles, esthétiques, et émotionnelles. Cette dimension pédagogique autour des œuvres et des mouvements artistiques est l’une des missions essentielles des institutions culturelles, afin d’introduire leur programmation auprès du public, et d’expliquer la nature des choix artistiques. Ainsi, les espaces culturels2 gérés par le ministère de la Culture et certaines collectivités locales ne sont pas seulement des lieux de diffusion avec une programmation régulière dans le meilleur des cas ; c’est aussi un espace porté par une vision artistique cohérente et partagée avec son environnement. Cette interaction du citoyen avec les institutions culturelles publiques est visible essentiellement par la place qu’occupent les métiers de la communication et des relations publiques, dont la médiation culturelle, qui reste à inventer.

La médiation culturelle, un métier à inventer

12Si le concept de médiation culturelle est essentiellement lié au domaine des politiques culturelles, dans une logique de « démocratisation de la culture »(Dufrêne 2006), le cas du Maroc démontre que les différentes politiques publiques adoptées depuis la création du premier ministère de la Culture en 1974 ne se souciaient guère d’établir un lien solide entre la culture et le public. Cette situation explique la volonté du ministère de la Culture de mettre fin à la gratuité dans l’accès à la culture, ce qui passe principalement par la réinvention d’un lien entre la culture et le public, dans une démarche de démocratisation culturelle et pas seulement dans le cadre d’une approche financière visant à réduire les subventions publiques.

  • 3 Pour Montoya Nathalie le « qualitatif » est toute action de médiation à objectif non chiffré.

13Le développement de la profession de médiateur culturel semble être une solution dans un domaine où la mise en lien entre le public et les œuvres artistiques est laborieuse, malgré l’existence du soutien public à la création et à la diffusion. Les différentes logiques expérimentées ont démontré leur défaillance, puisque la mission de médiation a toujours été liée à d’autres métiers tels que celui de l’artiste, du chargé de communication ou du programmateur, sans qu’elle soit vraiment nommée comme telle. Le lien du public avec une pièce s’évalue souvent par le taux de remplissage de la salle, sans prendre en considération d’autres aspects qualitatifs (Montoya 2008 : 25-35) que peut incarner le métier du médiateur dans une logique d’invention d’un rapport nouveau à l’art et à la culture. La prise en compte de la diversité du public et de l’impact des œuvres sur chaque spectateur sont également des facteurs essentiels dans la définition d’un lien de qualité entre le public et la pièce3. L’approche de la médiation nous apprend que le public est une notion plurielle ; ainsi, dans cette logique, les espaces culturels doivent prendre en considération les différentes catégories socio-professionnelles qui composent son public cible. Entre un public scolaire, les étudiants, les associations, les critiques, les médias, et les populations défavorisées, la démarche et le résultat attendus par la médiation ne peuvent pas être identiques.

14Dans le contexte marocain, les espaces culturels bénéficiant d’une stabilité financière et d’un ancrage territorial ont le devoir d’initier ce chantier de professionnalisation de la médiation culturelle et de l’inscrire dans la continuité. Les musées, les galeries d’art, les théâtres et les maisons de la Culture doivent créer un lien permanent entre les œuvres d’art et le public. Cette mission de médiation n’a pas pour objectif de généraliser un mode de fonctionnement bien défini, mais au contraire, elle doit être modulable et adaptable à la spécificité de chaque domaine artistique, ainsi qu’à la nature des publics. La spécificité de ce métier réside dans deux caractéristiques principales. La première est la nature éphémère de l’intervention du médiateur, au profit de la visibilité des projets artistiques, dans l’objectif d’accompagner le public vers une autonomie dans son rapport à la culture (Aboudrar et Mairesse 2016), et la seconde est la présence permanente du médiateur culturel en tant que relais identifié auprès du public, afin de mieux comprendre les choix artistiques des institutions. Cette contradiction explique que dans l’état actuel, l’intérêt du public pour un projet artistique, ainsi que sa présence sont souvent attribués à la notoriété de l’artiste, et non à d’autres facteurs, la médiation culturelle restant le seul moyen durable d’augmenter la consommation de l’œuvre artistique.

L’état de la consommation culturelle

  • 4 Les autres tranches d’âge ne font pas partie de cette enquête.

15Le débat autour des conséquences de la gratuité sur l’économie de la création théâtrale nous questionne sur la nature et la valeur de ce marché culturel. Les statistiques officielles sur les pratiques culturelles et sportives chez les jeunes de 18 à 24 ans4 réalisées par le Haut-Commissariat au plan démontre que 87,6 % (Revue des Statistiques Culturelles 2016 : 15) ne pratiquent jamais d’activités artistiques, 7,7 % pratiquent occasionnellement une forme artistique, et que seulement 4,7 % de cette même tranche d’âge ont une activité régulière. En harmonie avec ces chiffres, la consommation des activités artistiques chez la même catégorie de public indique que 75,5 % n’ont aucun contact avec un produit artistique, que 20,7 % ont un rapport exceptionnel, et que 3,8 % ont une consommation régulière.

16Le lien entre la pratique et la consommation de l’activité artistique semble essentiel en l’absence de l’enseignement des matières artistiques au sein de l’école publique. Avoir une pratique artistique génère un intérêt pour la consommation de cette même pratique. Les chiffres de cette enquête démontrent que l’application des droits d’entrée, du moins chez les jeunes, ne peut concerner qu’une partie infime, à savoir celle qui a une consommation constante de l’activité artistique et qui correspond dans cette tranche d’âge à moins de 3,8 %, puisque ce chiffre inclut un public qui paie déjà pour la consommation de l’activité artistique. Ainsi, une application des droits d’accès pour l’activité artistique peut provoquer une baisse de ce pourcentage déjà faible en éliminant un public dont les conditions socio-économiques ne sont pas prises en considération par les politiques tarifaires déjà appliquées par un nombre d’institutions et de compagnies.

  • 5 Le public de cette enquête est approché par le biais de 1 237 questionnaires publiés en arabe et en (...)

17Pour mieux comprendre la nature de ce public consommateur de culture, nous allons nous baser sur une étude de terrain réalisée début 2016 par l’Association marocaine Racines, avec le soutien du Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO, portant sur les pratiques culturelles des Marocains5. En effet, le résultat de ce travail indique que 3,7 % des personnes interrogées dédient les sorties du soir et / ou du week-end à une activité artistique. Au-delà du pourcentage proche de celui des statistiques du Haut-Commissariat au plan, cette étude indique que 1,4 % des interrogés préfèrent les salles de cinéma, contrairement à 2,3 % qui assistent à un spectacle. Avoir une consommation régulière de ces deux activités artistiques implique un intérêt pour des créations autres que celles soutenues par le ministère de la Culture, puisqu’elles sont occasionnelles et bénéficient d’une diffusion nationale, loin d’un ancrage territorial. À partir de ces données, le consommateur régulier de l’activité artistique ne représente nullement la majorité du public présent pour les créations soutenues par le ministère de la Culture, qui a aujourd’hui cette volonté d’appliquer la billetterie.

18Mettre en place une politique tarifaire n’a de raison d’être que dans une situation où la majorité du public a un rapport avec l’activité artistique, une situation inverse de l’état actuel. Pour atteindre cet objectif, il est essentiel d’accompagner premièrement plus de jeunes ayant une consommation occasionnelle vers une consommation régulière, puisque la connaissance de l’activité artistique de ce public permet de questionner la nature de l’activité artistique et les mécanismes de sa diffusion. En effet, ces enjeux sont à la portée du ministère de la Culture et des compagnies théâtrales bénéficiant de son soutien. Un nouveau lien doit se tisser entre la gestion des créations de la nouvelle scène artistique et les formes artistiques nouvelles telles que le cirque, les arts de la rue, les arts urbains, etc. dans l’objectif de fidéliser le jeune public et de mettre à son service un produit artistique répondant à ses attentes économiques et esthétiques.

19Une autre transition essentielle est celle du public dont la consommation de l’activité artistique et culturelle est nulle vers une consommation occasionnelle. Ce passage est primordial, puisqu’il consiste à faire connaître l’activité artistique et à réconcilier le public avec celle-ci. Cette mission dépasse les compétences du ministère de la Culture et exige l’existence d’une conscience collective autour de l’éducation artistique et du rôle que doit jouer la culture dans la société. Les différentes mesures visant aujourd’hui à lutter contre la gratuité ne prennent pas en compte cette partie de la population, dont la trajectoire sociale la positionne loin de la sphère culturelle.

La légitimation du financement public

20Le financement de l’activité artistique questionne la nature et les objectifs réels de ce secteur. Utilisé comme un outil de propagande politique de temps à autre ou encore pouvant être qualifié de gâchis financier des ressources étatiques face à une absence de politique culturelle déterminant ses priorités, le financement du secteur culturel demeure en quête de légitimité. Dans le domaine des arts, la notoriété gagnée par un nombre important d’artistes auprès du public depuis l’indépendance a poussé les politiques à trouver un appui essentiel permettant la légitimation du soutien destiné aux artistes, en soulignant la fragilité de cette profession et en rappelant l’estime des Marocains pour certaines vedettes. Ainsi, le financement de ces formes artistiques vise depuis sa création l’artiste « connu » exposé à la précarité, plus que la forme artistique en elle-même. Cette approche justifie le fait que le financement public destiné aux arts bénéficie de légitimité dans le contexte marocain.

21D’un autre côté, les économistes marocains ne trouvent aucun intérêt à choisir ce secteur en tant qu’objet d’étude. L’impact économique de l’activité culturelle au niveau national ou d’un territoire donné n’est pas mis en valeur afin de rendre légitime le financement étatique de ce secteur. Néanmoins, cette approche permet en même temps à des espaces culturels tels que les musées, les Maisons de la Cultures, les bibliothèques ou encore à un événement artistique, à l’exemple des festivals dans une logique de cause à effet de mesurer leur impact économique sur un territoire donné dans une période définie. L’enjeu pour les structures subventionnées est aussi de justifier le financement public par le biais d’une approche économique, même si dans certains cas, l’impact économique sur l’environnement des espaces culturels est plus visible que celui sur les recettes de la billetterie. La hausse des recettes des cafés situés aux alentours de la salle Bahnini et du Théâtre national Mohamed V à Rabat le jour d’un spectacle est un bon exemple à étudier.

  • 6 Les données du Haut-Commissariat au plan indiquent que la visite des musées et des monuments représ (...)

22Dans le contexte marocain où l’industrie culturelle reste inexistante, cette approche économique aura du mal à justifier le financement public de la culture, tout en rappelant que la diversité du champ culturel rend ce constat plus complexe. En effet, d’un secteur culturel à un autre, le soutien financier varie selon la nature de l’activité et de son public. Entre les arts du spectacle et les musées66, une approche économique ne peut pas mettre ces deux activités culturelles sur un pied d’égalité, dans l’objectif de déterminer la forme la plus rentable.

  • 7 Le site internet du ministère de la Culture dénombre une centaine de salles de spectacle, dont tren (...)

23Aujourd’hui, le financement du secteur culturel au Maroc questionne en premier lieu les méthodes utilisées pour soutenir les différentes formes artistiques et l’absence d’un soutien pour certaines formes. La légitimité des formes déjà soutenues n’est plus questionnée, puisque la pratique prouve l’insuffisance des moyens mis à leur disposition et l’urgence d’un nouveau mode de fonctionnement. Suite à ce constat, et afin de remédier à l’incapacité d’un nombre important d’espaces culturels existants7 à jouer leur rôle dans la mise en place d’une véritable action culturelle, le projet de domiciliation des compagnies artistiques dans les théâtres a vu le jour en proposant au public des espaces culturels associés à un projet artistique porté par des compagnies théâtrales.

Les théâtres, vers un projet artistique

24La politique de la domiciliation des troupes dans les théâtres, adoptée par le ministère de la Culture depuis 2014 a eu comme objectif de fidéliser le public autour d’un projet artistique proposé par les compagnies, au sein d’un nombre de théâtres gérés majoritairement par le même ministère. Ce projet vise à tisser un lien avec le public par le biais d’un ensemble d’activités autour d’ateliers pédagogiques, de formations et d’une création théâtrale montée et jouée régulièrement dans le théâtre qui fait l’objet du contrat. Cette volonté d’associer des compagnies porteuses de projets à des théâtres est principalement liée au fait de donner les moyens nécessaires aux compagnies afin d’attirer le public autour d’un projet bien défini. Donner vie aux théâtres passe aussi par une démarche interne au ministère de la Culture qui gère ces espaces en les dotant des moyens humains nécessaires à leur bon fonctionnement. L’installation des lauréats de l’Institut supérieur d’Art dramatique et d’Animation culturelle à la direction de certaines Maisons de la Culture a apporté une cohérence à l’action menée par ces espaces. Néanmoins, les moyens financiers ne sont pas à la hauteur, ce qui oriente la programmation vers un nombre important de spectacles déjà soutenus par le ministère ou proposés par d’autres partenaires qui sont à la recherche de théâtres.

25À priori, le fait que le public d’une localité soit en contact permanent avec une expérience artistique permettra de le fidéliser. Toutefois, le projet de la domiciliation des compagnies dans les théâtres vise aussi à atteindre 10 % du montant de la subvention accordée par le ministère par l’intermédiaire de la billetterie, au moins sur la moitié des représentations, et cela dès la première année. Cette mesure fait aussi partie de cette logique adoptée par le ministère visant à lutter contre la gratuité dans l’accès à la représentation théâtrale. Dans la réalité, la généralisation de cette mesure pour l’ensemble des compagnies soutenues, sans prendre en considération la nature du projet proposé, le positionnement géographique des théâtres, les habitudes culturelles des habitants, ainsi que leurs situations économiques peut avoir un effet inverse sur l’objectif principal souhaité par ce projet.

Car, si un effort substantiel a été fait par les pouvoirs publics pour renforcer le réseau des salles de théâtre, on ne peut pas dire que celles-ci soient devenues de véritables espaces de création, de formation, de production et de présentation théâtrales, suscitant l’engouement du public.
C’est aujourd’hui le véritable défi posé à notre théâtre national : que chaque théâtre devienne un espace de vie offrant, de manière contractuelle, les moyens de travail à des troupes, tout en veillant à renforcer les structures de promotion, de diffusion et d’organisation des tournées théâtrales. C’est l’objectif que s’assigne le ministère de la Culture, à travers une démarche participative et de concertation avec les associations professionnelles du secteur. (Ministère de la Culture 2015 : 5)

26La fidélisation d’un public est un objectif à atteindre qui n’est pas immédiat, surtout lors de la phase de mise en place d’un nouveau projet artistique. En effet, la structure fragile des compagnies théâtrales ne permet pas d’assurer la tâche de médiation culturelle dans un contexte économique instable, où aucune subvention de fonctionnement n’est prévue pour les compagnies théâtrales.

27Ce contexte de gratuité témoigne d’une fragilité dans le rapport du public à la culture. Mais en réalité, la gratuité n’est que le résultat d’une politique publique qui n’a jamais pensé le champ culturel dans sa globalité proposant une réflexion construite autour des publics. La démarche de réinvention du public doit dépasser les simples mesures visant à exprimer une volonté de changement qui n’est en effet qu’une continuité d’un fonctionnement qui a prouvé son insuffisance. Cette volonté de dépasser la gratuité dans l’accès à la culture n’a raison d’être que dans un processus visant à redéfinir les priorités de l’activité artistique, dans son rapport à la société et à l’art.

Haut de page

Bibliographie

Aboudrar Bruno Nassim, Mairesse François (2016), La médiation culturelle, Presses universitaires de France, Que sais-je ?, n° 4046.

Association Racines, Les pratiques culturelles des Marocains, Étude de terrain publiée sur le site de l’Association Racines, http://www.racines.ma.

Dufrêne Bernadette (2006), Les usages sociaux de la notion de médiation culturelle, in Chabot Jean-Luc, Gal Stéphane, Tournu Christophe (dir.), Figures de la médiation et lien social, Paris, L’Harmattan, coll. « La librairie des humanités ».

Guide des salles de théâtre, Ministère de la Culture du royaume du Maroc, Rabat, Imprimerie Dar Al Manahil, 2014.

Montoya Nathalie (2008), « Médiation et médiateurs culturels : quelques problèmes de définition dans la construction d’une activité professionnelle », Lien social et Politiques, n° 60.

Ministère de la Culture du royaume du Maroc, Appels à projets culturels pour l’année 2017, dans le secteur du théâtre, www.minculture.gov.ma.

Ministère de la Culture du royaume du Maroc, Appels à projets culturels pour l’année 2015, dans le secteur du théâtre, www.minculture.gov.ma.

Revue des Statistiques Culturelles 2013-2015, Ministère de la Culture du royaume du Maroc, Rabat, Imprimerie Dar Al Manahil, n° 2, 2016.

Urrutiaguer Daniel, Guide des études théâtrales : Les professions du spectacle vivant, Paris, Armand Colin, 2012.

Haut de page

Notes

1 Par la notion de gratuité, nous désignons l’accès gracieux d’un public à une activité artistique professionnelle. Ainsi, la gratuité ne concerne en aucun cas les salaires ou les frais liés à la diffusion de l’œuvre.

2 D’autres espaces culturels privés ou appartenant aux instituts culturels étrangers bénéficient d’un autre mode de gestion des relations publiques et de droit d’accès. Ces lieux ne sont pas le sujet de cet article dédié à la question de la gratuité dans l’accès à l’activité artistique et à la culture dans le secteur public.

3 Pour Montoya Nathalie le « qualitatif » est toute action de médiation à objectif non chiffré.

4 Les autres tranches d’âge ne font pas partie de cette enquête.

5 Le public de cette enquête est approché par le biais de 1 237 questionnaires publiés en arabe et en français réalisés dans 12 régions. Le public interrogé se compose de 52,1 % d’hommes, 46,4 % du milieu rural, 22,1 % d’une tranche d’âge entre 19 et 25 ans, 25,4 % entre 26 et 35 ans, 16,7 % entre 36 et 45 ans, 10 % entre 46 et 55 ans, 14,6 % sans aucun niveau d’étude, 26,4 % ayant un niveau de Bac+3 ou plus, 68,5 % ayant un revenu inférieur à 2 500 DH (250 euro), 3,6 % ayant un revenu supérieur à 9 000 DH (900 euro).

6 Les données du Haut-Commissariat au plan indiquent que la visite des musées et des monuments représente l’activité culturelle préférée des touristes étrangers avec un pourcentage de 40 %, les autres ressources des musées sont majoritairement issues des droits de location pour les manifestations culturelles, les tournages et les prises photographiques professionnelles.

7 Le site internet du ministère de la Culture dénombre une centaine de salles de spectacle, dont trente-quatre sont sous sa tutelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mahmoud Chahdi, « Réinventer le public marocain dans un contexte de gratuité », Revue des sciences sociales, 57 | 2017, 160-165.

Référence électronique

Mahmoud Chahdi, « Réinventer le public marocain dans un contexte de gratuité », Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.345

Haut de page

Auteur

Mahmoud Chahdi

Laboratoire des Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals