Navigation – Plan du site
Seuils institutionnels et transitions enfantines

Espaces de transition

Explorations de l’autonomie à la sortie de l’enfance
Transitional spaces. Explorations of autonomy at the exit of childhood
Antonietta Migliore
Traduction de Claudine Marquet
p. 120-125

Résumés

Dans cet article, sont analysées les transitions de plusieurs adolescents âgés de 13 et 14 ans vers l’exploration des espaces hors du domicile parental. Le matériel utilisé est tiré d’une étude longitudinale commencée en 2005 et encore aujourd’hui en cours et qui analyse les trajectoires de 38 enfants, interrogés plusieurs fois (comme, du reste, leurs parents et leurs enseignants) au cours de ces années. L’attention se focalise ici sur les récits de sept “histoires”, cas emblématiques de par les différents styles adoptés dans l’exploration d’espaces à partir du domicile parental. Le cadre théorique et méthodologique est de type interactionniste au sens large. L’intention est d’explorer ce thème à travers des éclairages sur les différents styles d’agency, les différentes modalités dans lesquelles se décline le métier d’enfant à ce moment des processus de transition de sortie de l’enfance au sens strict.

Haut de page

Texte intégral

Hors du domicile parental

1La question des espaces externes à la maison dans lesquels les enfants puissent faire des expériences en autonomie a pris durant ces dernières années une importance particulière en raison des tendances restrictives qui sont en train de se profiler, du moins dans le monde occidental. Par exemple, la sociologue américaine Markella Rutherford a observé que de nos jours :

« Les enfants ont acquis une plus grande autonomie du point de vue de l’expression de soi et de leurs compétences émotionnels […]. Toutefois, de plus grands changements sociaux ont contribué à la perte d’autonomie des enfants dans beaucoup d’espaces publics de leurs communautés, avec des parents de plus en plus incités à exercer un contrôle permanent sur leur progéniture. Je décris cela comme un renversement public-privé historique dans l’autonomie des enfants. » (Rutherford 2009)

  • 2 Le trajet vers l’école sans le contrôle d’un adulte a été pris en considération comme indicateur de (...)
  • 3 Les jeunes de moins de 18 ans représentent 17 % de la population ; 46,5 % des couples avec enfants (...)
  • 4 1,66 habitant pour un véhicule (Automobile Club Italiano 2009).

2On assiste aujourd’hui à une sorte de dichotomie entre les élaborations des sociologues de l’enfance qui considèrent les enfants comme des acteurs compétents de l’espace public (voir par exemple Valentine 2004), et les pratiques quotidiennes qui se répandent dans la culture occidentale. En Italie, la tendance à limiter les mouvements autonomes des enfants en dehors de l’espace du domicile parental semble prendre des proportions de plus en plus considérables. Ce qui est sûr, par exemple, c’est que les parents des enfants d’aujourd’hui allaient seuls à l’école beaucoup plus fréquemment que leurs enfants. Il semblerait que seulement 8 % des enfants scolarisés à l’école primaire rentrent seuls chez eux (voir les statistiques de l’enquête nationale sur la mobilité autonome2 des enfants en Italie : Alietti, Renzi, Vercesi, Prisco 2010). Les raisons de la limitation de l’autonomie en Italie dans les espaces externes au domicile parental sont variées : le nombre restreint d’enfants3, une moyenne de véhicules par personne nettement supérieure4 à celle des autres pays européens, l’alarmisme généré par les médias qui alimentent la panique sociale, et une culture répandue de l’hyper-protection qui s’est construite à travers les éléments cités précédemment, entre autres (Alietti et alii 2010).

  • 5 A 14 ans, 50 % des filles ont l’autorisation de sortir seules (en dehors de l’école), 12,5 % sont a (...)

3En particulier, en ce qui concerne les déplacements non accompagnés dans des lieux extrascolaires, le résultat de l’échantillon met en lumière une propension plus faible à accorder l’autonomie, notamment aux filles. Si nous prenons l’âge de 11 ans comme un tournant décisif, plus de la moitié des filles sont accompagnées, tandis que pour les garçons, le pourcentage diminue (28 %). Le moment d’ouverture vers les espaces externes autonomes coïncide avec le début du collège, si l’on prend en considération l’autonomie accordée aux enfants qui ne sont pas accompagnés sur le trajet vers l’école. En revanche, au-delà des trajets scolaires, si tous les déplacements vers les espaces externes au domicile parental sont pris en considération, la tranche d’âge des 13-14 ans constitue vraiment le tournant décisif5. C’est pour cette raison que cette étude se focalise sur les garçons et les filles de cette tranche d’âge, en cherchant à identifier les différentes modalités d’entrée en relation avec l’espace externe au domicile parental, une fois qu’ils se sont affranchis de l’escorte parentale.

Transitions

4S’agissant, dans cet article, de transitions à partir du domicile parental vers les espaces externes gérés en autonomie, je focaliserai mon attention sur la qualité de ces ouvertures, sur les différents styles avec lesquels elles sont abordées. Il s’agit de transitions et non de développement.

« L’enfance est une phase au cycle [ou mieux “cours”] de la vie ; être l’enfant de quelqu’un établit une relation, différemment conceptualisée dans différentes parties du monde. La catégorie ‘âge’ au sein des sciences sociales peut signifier différentes choses – pas seulement l’âge chronologique (qui est l’acception dominante dans les sociétés occidentales), mais également l’âge fonctionnel et relationnel » (Morrow 2013 : 151).

5Donc, les psychologues du développement s’orientent vers l’idée des âges et des étapes de développement. En réalité plus que les âges et les étapes qui les enfant traversent, ce qui compte sont les attentes par rapport à l’âge auquel les enfants sont jugés capable de faire certaines choses (Morrow 2013).

6Par conséquent, une des raisons pour laquelle je parle de transitions et non de développement est qu’il ne s’agit pas d’un processus linéaire dans lequel on s’attend à des changements déterminés que nous jugeons “corrects”, tandis que d’autres seraient “erronés”. Selon moi, le terme “transitions” donne accès à une gamme infinie de possibilités dont certaines sont absolument surprenantes. Ce type de lecture des parcours qui vont de l’enfance à l’âge adulte est étayé par le fait que dans la société de la complexité, certains passages traditionnels, comme par exemple, le passage du monde de l’école à celui du travail et à la construction d’une famille stable, ont laissé la place à des zones intermédiaires (l’emploi temporaire, les familles temporaires etc.).

7L’âge est important, par exemple pour les démographes et pour ceux qui s’occupent de politiques sociales car ils ont besoin de définir des catégories. Dans cet article, je m’occupe de garçons et de filles de 13-14 ans. Dans ce type d’approche, l’âge compte pour les attentes des adultes (parents, enseignants, publicitaires, communautés de référence…) et des autres garçons et filles, plus que pour le développement qu’il engendrerait naturellement ou pour le besoin de classer. L’âge, selon moi, est important en général pour les significations qu’il représente dans ce contexte culturel particulier : il s’agit d’un âge relationnel.

Cas emblématiques

8Les fragments d’“histoires” (selon l’acception de Becker) reportés ci-après ont été organisés « selon un principe que les lecteurs [je le souhaite !] (et l’auteur) acceptent comme façon raisonnable de connecter les choses » (Becker 1998, 30). J’ai cherché à me concentrer plus sur les types d’activités, sur les modalités, que sur les types de personnes, limitant ainsi le danger de cataloguer. Les sept fragments d’histoires que je présente ci-après sont emblématiques pour aborder le thème des transitions de l’enfance, par rapport aux espaces à partir du domicile parental.

9Le choix de cette tranche d’âge a été dicté précisément par les significations relationnelles qu’elle a par rapport au thème de la sortie du domicile parental dans la culture occidentale, et en particulier dans la culture italienne. Le matériel provient d’une recherche longitudinale ayant débuté à Turin en 2005 et se poursuivant encore aujourd’hui, pour l’étude des transitions. La ville italienne en question se situe au carrefour de processus d’immigration variés : du Sud de l’Italie à partir des années 60, et de l’étranger au cours des décennies successives (de la Roumanie, du Maroc et d’une multitude d’autres pays). Il s’agit d’un matériel abondant et varié provenant d’entretiens dialogiques (La Mendola 2009) répétés dans le temps, sur différents aspects de la vie quotidienne, menés auprès de 38 enfants, de leurs parents et de leurs enseignants, d’un quartier favorisé – appelé Toutfleuri – et d’un quartier défavorisé – appelé Périphérie. L’attention se porte sur le “comment”, et non le «pourquoi», des choses (Becker 1998). Sur comment les acteurs racontent leurs histoires, sur comment les différentes couleurs et formes du kaléidoscope se composent et influencent les uns et les autres, sans déterminisme. Sur la compréhension des raisons des acteurs, sachant que le chercheur saisit aussi des aspects qu’ils ne saisissent pas.

10Je donne maintenant la parole aux protagonistes.

La maison comme refuge : Assunta (13 ans, quartier Périphérie)

Pour dire, il y a Samantha et Eleonora […] qui sont déjà plus ouvertes. Elles sortent, je sais pas, elles vont dans le centre-ville […] Et, par contre, Simona et moi, on est de plus en plus fermées, disons que… Je sais pas, c’est comme si elles n’avaient pas aussi peur que nous des personnes… des malfaiteurs. Elles vont se promener, elles n’ont peur de rien. Par contre, Simona et moi, on est déjà des filles un peu plus, je veux dire qu’on ne va pas dans les jardins publics après 18h. […]

  • 6 Sur la représentation chez les enfants de l’espace et de la sécurité urbaine à Turin, voir par exem (...)

11Si nous utilisions la terminologie de Montandon et Osiek (1997), la famille de Assunta pourrait être considérée comme appartenant au type Refuge. Les membres de la famille sont unis et en même temps fermés au monde extérieur qui est présenté comme une menace. Peu de personnes parviennent à franchir les barrières du cercle familial restreint. L’une d’entre elles est l’amie, Simona, dont la famille à des caractéristiques similaires (bien qu’elle ait un niveau culturel plus élevé) pour les dynamiques citées précédemment, en plus des origines géographiques. Maintenant, ce que je veux mettre en lumière, c’est que la peur du monde extérieur et le repli vers l’intérieur a une connotation différente dans la transition de l’enfance à l’adolescence. Assunta partageait avec d’autres enfants un style d’interaction caractérisé par d’étroits espaces de mouvements autonomes en ville, suivant ainsi la tendance du main stream de la culture italienne (Folchi 2013)6. Dans cette phase de passage où Assunta (avec son amie, Simona) prend, par exemple, de nouvelles responsabilités au sein de la famille, la comparaison avec les autres filles de son âge par rapport à l’espace externe met en lumière les différences. Dans cette phase de transition, l’agency prend de nouvelles teintes et de nouveaux styles, les acteurs ayant en général, une plus grande force dans la négociation avec les parents par rapport à l’utilisation autonome des espaces externes à la maison. C’est pourquoi, les différences d’approche de l’espace externe par rapport aux filles de son âge sont prononcées. Ici, ce n’est pas la négociation avec les parents de plus grandes marges d’autonomie qui est en jeu, mais plutôt les différents styles que les acteurs se construisent en élaborant de nouveau et en ré-interprétant (Corsaro 2005) les cultures des adultes et, en premier, celles des parents.

12Un autre aspect intéressant à cet égard, concerne les mandats intergénérationnels (explicites) et transgénérationnels (implicites) (Schützenberger 1993) avec lesquels Assunta est appelée à se confronter.

Mon frère et moi, on est très attachés à ce village [du Sud dont les parents sont originaires et où ils vont passer les vacances]. […] Ma mère me demande toujours : « C’est bien, mais comment est-ce que tu peux aimer un village où il n’y a rien, pas de travail, pas de cinéma ? » Mais moi, je connais tout le monde là-bas et je m’y sens plus en sécurité. Je veux dire qu’il y a moins de personnes mal intentionnées qu’à Turin ; je peux sortir le soir aussi.

13Assunta est confrontée au mythe du “village” du sud de l’Italie que les parents ont quitté bien avant la naissance de leurs enfants et qu’ils dénigrent autant qu’ils l’aiment. En effet, les parents ont pris, d’un côté, de la distance avec ce village en émigrant, de l’autre, ils ont gardé avec lui un lien affectif puisqu’ils y passent toutes leurs vacances, maintenant ainsi les relations avec la famille et le cercle d’amis. Il s’agit d’un processus de ré-élaboration de ce que l’évènement de l’émigration vécu par les parents a de significatif et d’inachevé à la fois (Migliore 2012). Ce processus de ré-élaboration du mythe constitue une correspondance (et non une cause comme le soutient Simmel ; 1903) dans la construction des modalités dans lesquelles Assunta fait son expérience du ici et maintenant de l’espace externe vers la maison.

La sortie virtuelle : Alberto (13 ans, quartier Toutfleuri)

Et puis, j’ai Messenger, qui est le… qui sert à parler avec mes amis par ordinateur, et je fais ça aussi… […] Surtout avec les copains de ma classe… […] Et puis, plusieurs amis que j’ai en dehors des cours… Certains… Certains de l’école primaire […] Et je parle, le plus souvent, avec certains, avec mon, avec ma cousine qui habite à Rome, et puis… Je n’ai pas beaucoup de contacts… Mais je n’aime pas non plus en avoir trop, parce que… Je vois qu’il y a, il y a des personnes qui ont, je sais pas moi, quelque chose comme… trois cents, quatre cents, certains ont presque mille contacts […] Je dis pas beaucoup… et j’ai une trentaine de contacts… […] Avec eux, on parle… de l’école…

  • 7 Voir aussi Drusian 2005.

14L’éloignement virtuel du domicile parental est une modalité très particulière, qui a une importance significative dans le passage de l’enfance à l’adolescence. Cette modalité oblige à une réflexion, ni apocalyptique ni intégrée7 (pour reprendre les catégories de Umberto Eco élaborées en rapport à la télévision : 1964), sur les interactions hors du domicile parental. « Le cyber espace peux être considéré, [comme dans le cas d’Alberto], comme le territoire privilégié “hors” de la maison. Il s’agit d’un lieu d’expérimentation et de rencontre avec l’autre » (Lachance 2013). C’est une façon de sortir de l’espace familial qui implique la création de distance (on ne sent pas, par exemple, les odeurs des corps, on peut avoir la sensation d’être plus protégé, etc.) et en même temps d’une nouvelle intimité. A cet égard, le verbe “parler” qu’utilise Alberto pour ses contacts sur Messenger, est intéressant. On assiste à l’amplification des émotions à travers le groupe et à la multiplication de l’expérience de seuil : la frontière de l’intimité (dans le sens simmelien : Simmel 1906) tend à se déplacer et à se décliner de différentes manières. L’autre, significatif, s’étend.

En bas de chez moi : Pietro (14 ans, quartier Périphérie)

Euh le jardin public est à moi, et même, je peux parler au pluriel car avec mes amis, c’est notre point de repère, on se retrouve toujours tous là le samedi après-midi, et bon, on joue au foot et on s’amuse […] Euh il y a mes meilleurs amis […] Bah des filles, y en a pas beaucoup, y a plus de garçons, oui oui. Hum et bon, c’est notre point de repère, notre point de rencontre […] Là, on y va pour jouer, aussi pour parler quelquefois mais ça n’arrive pas souvent.

15Pietro concentre ses efforts et son attention sur l’obtention de bons résultats scolaires (et il y arrive malgré le faible niveau culturel de sa famille) et sur son comportement selon les attentes de ses enseignants. A l’école, il soigne sa réputation de grand garçon, responsable et mûr tant avec les adultes qu’avec ses camarades. En revanche, le jardin public de son quartier est le lieu de ses souvenirs d’enfance. Il sert de soudure dans la transition, il évite les déchirures entre une enfance qu’il faut quitter et le monde des responsabilités. Responsabilité non seulement vis-à-vis des adultes, mais également dans la relation avec une fille ou dans les conversations d’adolescent. Au jardin public, il n’y a que des garçons et on parle peu. On joue et c’est tout. « La ville est un grand réservoir de souvenirs communs. Avoir vécu dans les mêmes lieux, avoir fait les mêmes choses dans les mêmes espaces […] crée un terrain commun de souvenirs. » (Mandich 2011). Nous survolons ici, à travers les représentations de Pietro, la question de l’espace public vu comme une occasion de construire une mémoire collective.

Vers l’exploration à l’extérieur, avec le soutien discret des parents : Carla (14 ans, quartier Toutfleuri)

Je suis allée à deux concerts dernièrement : celui de Caparezza contre la mafia, avec Nadia et Adele parce que Nadia m’a invitée […] On est rentrées tard, mais comme c’était à [village à vocation artistique et culturelle de l’arrière-pays turinois], je suis allée chez Nadia qui habite à [village résidentiel limitrophe de Turin]. J’ai dormi là et puis le matin, mon père est passé me prendre. Et par contre, vendredi dernier, je suis allée au concert des Ska-P au Mazda Palace mais, oui avec Nadia, Adèle et puis d’autres amis de l’école. […] Bah alors, c’est Nadia qui m’a proposé celui de Caparezza. Et celui des Ska-P je le savais, on en avait parlé plusieurs mois avant. Et, mais j’avais oublié. Je n’avais pas pu acheter le billet et mon père me l’a offert pour mon anniversaire. C’était mon cadeau préféré.

16Carla explore des mondes qu’elle ne connaissait pas auparavant, comme la fréquentation assidue des concerts. Elle n’est pas autonome dans ses déplacements car il s’agit de distances qui nécessitent l’utilisation d’une voiture. Ses parents sont prêts non seulement à l’accompagner, mais également, ils acceptent de satisfaire les intérêts multiples que leur fille manifeste dans les domaines musical, politique, relationnel, culturel au sens strict… Ils lui servent de tremplin pour qu’elle puisse explorer tout en sachant qu’ils sont là (Fabbrini, Melucci 2000).

Entre espace structuré et hanging8 : Filippo (13 et 14 ans, quartier Tout fleuri)

  • 8 Flâner.

Mon père, il est contre tout : [le foot, la télévision, Noël, les sorties sans but…] [13 ans].

  • 9 Des types pauvres et pas cultivés.

Sa mère [entretien à 14 ans de son fils] : Filippo ne fréquente pas de groupes de jeunes, je ne sais pas moi, qui organisent un match de foot, une sortie au cinéma, ou quoi que ce soit… Comment dire ? qui aient un… but, une finalité, non ? Euh ces jeunes, Ovidio et les autres, se retrouvent sur la place, bavardent. Ils ont le scooter euh c’est une chose qui nous semble totalement absurde, je veux dire… […] Et moi, je ne supporte pas beaucoup ce fait d’aller sur la place pour bavarder, je veux dire, je le trouve absolument, et puis Eugenio [le père] m’a dit : “Ah ce sont tous des tamarri9, tous des traînards qui sont là à cancaner au beau milieu de la rue”.

17Filippo a deux parents enseignants qu’il décrit comme rigides et très exigeants. Son demi-frère, plus âgé que lui, avait interrompu ses études au lycée, s’opposant ainsi à son père.

  • 10 En assonance avec Rousseau, 1762, qui soutenait que la règle la plus importante de l’éducation n’es (...)

18Filippo participe aux entraînements de volley-ball, trois fois par semaine et souvent il fait des matchs durant le week-end. En plus, il joue au foot (qu’il adore et que son père déteste). Cet équilibre est le résultat de médiations au cours de l’enfance durant laquelle Filippo avait sûrement joué un rôle actif. Dernièrement, sans abandonner l’intense activité sportive planifiée en famille, quand Filippo a du temps libre, il va jusqu’au centre du petit village de l’arrière-pays turinois (à vocation industrielle, même si sa famille habite dans un joli petit pavillon), pour « perdre son temps à bavarder ». Cette volonté de passer son temps loin d’un espace structuré (l’école, la salle de sport) et dans la rue à rien faire, crée des tensions entre Filippo et ses parents. C’est comme si deux modèles culturels incommensurables s’opposaient dans la négociation parfois conflictuelle : l’un appartenant à l’action, à la réalisation, à l’optimisation du temps, à la conclusion. C’est le modèle de l’hurried child (Frønes 2009), l’enfant pressé, qui est toujours en train de courir entre une activité structurée et l’autre. L’autre vision est celle que tente de promouvoir Filippo : la farniente, la rencontre sans but précis, l’interaction avec les amis (remarquer les différentes nuances plus ou moins d’évaluation). C’est le modèle du hanging child (Frønes 2009), l’enfant qui flâne, sans activité structurée, qui perd son temps10. Dans cette phase de transition de l’enfance, Filippo semble moins disposé aux médiations et se préparer à l’affrontement direct, qui se produira dans les années à venir jusqu’à s’attirer des ennuis avec la justice. A la rigidité – du moins telle qu’il la représente dans les propos recueillis durant l’entretien – il répondra quelques années plus tard avec autant de rigidité.

Essais intrigants dans le centre : Allegra (14 ans, quartier Périphérie)

On était là vers… quatre heures. Et puis on a rencontré d’autres amis – qu’on connaissait […] Euh ils sont un peu plus grands […] Euh plus ou moins vingt ans […] A sept heures et demie, je m’en vais toujours vers sept heures et demie […] Oui parce que j’ai le groupe là, les amis là […] Des fois sur la piazza Castello. Des fois au MacDonald, celui qui…, le MacDonald de piazza Castello. Par là quoi, et puis des fois on se retrouve. En gros, c’est ça.

19Allegra provient d’une famille traditionnelle originaire du Sud de l’Italie. Elle est l’aînée et a deux frères plus jeunes. Ses parents sont très pris par la gestion d’un magasin. Ses difficultés scolaires (probablement accentuées par un léger trouble sensoriel) qui s’ajoutent à sa précocité et à son physique avenant ont probablement favorisé chez elle l’expansion de la sphère sentimentale/sexuelle terrain plus favorable pour elle. Tout cela en opposition avec sa famille et ses enseignants du collège privé qu’elle fréquente.

  • 11 Voir à ce propos l’analyse de Lorena Garcia (2012) sur les filles Latinos aux États-Unis aux prises (...)

20Allegra fait ses expériences en se déplaçant de la périphérie au centre-ville, sur une des places principales, lieu habituel de rencontre. On passe par là et on trouve quelqu’un. C’est aussi un endroit où elle a eu l’occasion de rencontrer des garçons plus âgés qu’elle. Sa transition dans l’exploration d’espaces hors du contexte familial se joue dans une négociation conflictuelle avec ses parents. Combien de temps passer hors de chez elle, jusqu’où aller dans les lieux éloignés du domicile parental et du quartier de banlieue, à quelle heure rentrer? L’opposition devient parfois violente et débouche sur les menaces de quitter la maison des parents ; cela touche aussi le domaine de la réussite scolaire. L’année précédente, elle a redoublé son année au collège. Sa volonté de s’aventurer dans des endroits éloignés de son domicile se transpose sur le plan symbolique comme une façon d’aller au-delà de l’éducation traditionnelle reçue au cours de son enfance en famille et à l’école catholique qu’elle fréquente. Sa transition est douloureuse, comme elle le raconte elle-même, d’une enfance exempte de grandes tensions à un terrain qui lui semble à la fois attirant et chaotique. L’ambivalence est souveraine (Fabbrini, Melucci 2000). “S’aventurer loin” est une métaphore qui concerne aussi la question de l’érotisation de son corps de “gamine”. Cela comporte comme retombée la lecture moralisante11 perpétrée par les adultes (parents et enseignants) et par les pairs (à l’école, on dit d’elle – raconte Allegra – que c’est une putain).

L’espace « alternatif » : Paolo (14 ans, quartier Toutfleuri)

Alors, sur la place [x] il y a un terrain vague que nous a offert la Mairie. A [village de l’arrière-pays] on en a un qu’on est en train d’aménager et…. […] Non, parce qu’il est à nous. On arrive là et on commence à tourner [à vélo-cross], on essaie… Et puis maintenant on a fait une nouvelle structure, c’est un bac de caoutchouc mousse, non? Dix mètres sur dix et deux mètres de hauteur. […] Avec une tonne de caoutchouc mousse coupé en cubes… et on saute dedans pour essayer les acrobaties […] Et on dort là avec une couverture. […] La Police est venue et nous a demandé, en s’excusant, nos nom et prénom. Ce n’est pas grande chose. Et puis deux autres fois, ils m’avaient pris, parce que je joue aussi à Soft Air. Soft Air, ehm, simulation de guerre. […] Et bah, on a trouvé un endroit, avec une maison abandonnée. […] Avec de vraies armes, mais avec des boulettes. Eeet… si tu veux, je te les fais voir.

21L’espace dans les récits de Paolo est un espace “alternatif”, physiquement éloigné de plusieurs kilomètres de son domicile. Il s’appuie, en effet, sur des amis beaucoup plus âgés que lui qui conduisent des camionnettes pour transporter aussi les vélos. Au cours de son enfance, Paolo a toujours été très autonome (il est issu d’une famille monoparentale dont la mère était absorbée par la résolution de problèmes personnels) dans ses déplacements qui se sont progressivement élargis. Le thème qui sous-tend ses récits est aujourd’hui celui des actes possibles d’agression. Il s’agit d’agressions qu’il pourrait subir en passant la nuit dans des lieux de fortune dans un espace non protégé, ou du moins dans les représentations des adultes. Il pourrait, par exemple, être agressé par des personnes d’autres groupes ou aussi de son groupe dans des conflits (n’oublions pas qu’il fait partie des plus jeunes). Il s’agit aussi de possibles “agressions” – représentées comme telles – par les forces de l’ordre. Il s’agit, enfin, aussi d’agressions que Paolo pourrait perpétrer, aux dépens d’autrui. Les activités auxquelles il fait allusion sont à la limite, pour expérimenter le “risque”, pour savoir jusqu’où cela peut aller (La Mendola 1999 ; 2002).

Conclusion

  • 12 Regardez, par exemple, Filippo qui fait exactement tout le contraire de ce que son père lui dit de (...)

22Qu’ai-je voulu raconter à travers ces “histoires”, avec la description de situations par lesquelles les évènements relatés prennent du sens ? (Becker 1998). A travers les fragments d’“histoires” racontées, les lecteurs ont pu entrevoir la pluralité des formes de passage adoptés par les jeunes protagonistes à leur sortie de l’enfance. D’un point de vue spécifique, les transitions observées à travers les lieux en exploration ont permis d’en saisir les ambivalences entre autonomie, dépendances, contre-dépendances12.

23En fait le cœur de mon discours est que dans les transitions de l’enfance, différentes modalités se profilent et cela vaut aussi pour l’expérience des espaces à l’extérieur du contexte familial. L’idée d’explorer cet aspect de la vie quotidienne est qu’il constitue un point nodal pour comprendre précisément ces transitions. Ces modalités ne sont pas hiérarchisées entre elles, tout comme elles ne sont pas le fruit de déterminismes sociaux mécaniques. Les acteurs ont construit dans leur relation avec les autres significatifs, à l’intérieur du groupe des pairs et de la famille, des modalités particulières de l’interaction. Ces dernières sont en devenir permanent, comme j’ai eu l’occasion de l’observer dans le déploiement de leurs trajectoires qui suivent parfois des parcours inattendus. Il est bon de pouvoir se surprendre. Cette possibilité aide à tenir en respect la tendance moralisante du jugement du chercheur, sur ce que peuvent être les parcours “justes”. En explorant les espaces à 13-14 ans, trouvons-nous qu’il est mieux de se représenter la maison comme un refuge – avec ses membres en chair et en os éventuellement enrichie de la présence de l’amie confidente –, plutôt que de sortir virtuellement “en parlant” tous les jours avec les amis ? Garder le jardin public situé en bas de chez soi comme un espace de trait d’union avec une enfance désormais terminée ou être soutenue discrètement par ses parents dans les explorations qui poussent vers des plages vierges? Pour finir, c’est mieux de se balancer et de ne rien faire avec les amis ou d’organiser des activités “alternatives” risquées ? Il n’y a pas de réponse à ces questions, du moment que la logique n’est pas celle du “ou-ou”, mais du “et-et”. En tant que chercheure, j’ai dû tenir compte de ma vision du monde qui pouvait dialoguer avec celle de l’Autre, créant ainsi une vision extopique qui les englobe toutes les deux (Bachtin 1979).

  • 13 Même si la perspective adoptée ici va plus loin : pas seulement par rapport à les inégalités social (...)

24Ce qui émerge de ces récits, c’est la force de l’agency, toujours active en eux depuis la naissance (nous pensons à l’arrivée d’un enfant qui change radicalement la vie des parents), mais qui dans cette phase de transition de l’enfance se teinte d’une nouvelle qualité (plus que de quantité) de vigueur. Nous avons pu entrevoir la coexistence d’une pluralité d’enfances (pour reprendre la terminologie de Prout, James, 199713) : elles se manifestent dans leur diversité, en relation aux différentes trajectoires nourries de multiples réélaborations de la complexité du monde environnant. Les différences dans les parcours individuatifs (pour reprendre une terminologie jungienne : Jung 1921) des adolescents âgés de 13 et 14 ans aboutissent à des trajectoires variées aux couleurs en métamorphose continue. Il s’agit de ce processus qui fait de tout être humain un individu (Jung 1981) comme l’exprime le psychanalyste : « L’individuation représente (…) l’expansion de la sphère de la conscience et de la vie psychique consciente. » (Jung 1928 : 465).

25Les différents styles du métier d’enfant – de pré-adolescent ou d’adolescent – se manifestent de cette manière (Sirota 1998), co-construits, il est vrai, avec ceux de leurs pairs et de leur proches, mais aussi d’une certaine façon, de manière individuelle. L’analyse effectuée a donc permis de mettre en lumière à travers la narration de la pluralité des cas les différents aspects que peut prendre l’agency. Le concept d’agency se décline ici en différentes façons de se positionner dans le flux de la vie, pour reprendre une terminologie simmelienne. Les styles, les parcours qui y sont repérés représentent « la prise de conscience » des spécificités de chacun.

Haut de page

Bibliographie

Alietti, Renzi, Vercesi, Prisco (2010) dans www.lacittadeibambini.org/ricerca/allegati/Report%20italiano1.

Automobile Club Italiano (2009), XVII Rapporto ACI-Censis, http://www.aci.it/fileadmin/documenti/studi_e_ricerche/monografie_ricerche/RAPPORTI_ACI_CENSIS/Aci_Censis_2009.pdf

Bachtin M. (1979), L’autore e l’eroe. Teoria letteraria e scienze umane, Einaudi, Torino, 1988

Becker H. (1998), Tricks of the Trade. How to Think about Your Research while You Are Doing It, The University of Chicago Press, Chicago.

Corsaro W.A. (2005), The Sociology of Childhood, Pine Forge Press, Thousand Oaks.

Drusian M. (2005), Acrobati dello specchio magico. L’esperienza degli adolescenti in chat, Guerini, Milano.

Eco U. (1964), Apocalittici e integrati : comunicazioni di massa e teorie della cultura di massa, Bompiani, Milano.

Fabbrini A., Melucci A., (2000), L’età dell’oro. Adolescenti tra sogno ed esperienza, Feltrinelli, Milano.

Frønes I. (2009), Childhood : Leisure, Culture and Peers, dans Qvortrup J., Corsaro W. A., Honig M.S., The Palgrave Handbook of Childhood Studies, Palgrave, New York, p. 273-286.

Folchi T. (2013), I bambini e la città : autonomia in “pericolo” negli spazi urbani, in Belloni, Transizioni. Bambini e adulti nella società dell’incertezza, Carocci, Roma, p. 118-141

Forni E. (2002), La città di Batman. Bambini, conflitti, sicurezza urbana, Torino, Bollati Boringhieri.

ISTAT 2009, La vita quotidiana, www.istat.it/it/archivio.

Garcia L. (2012), Respect Yourself, Protect Yourself. Latina Girls and Sexual Identity, New York University Press, New York and London.

James A. (2009), Agency, in Qvortrup J., Corsaro W. A., Honig M. S., The Palgrave Handbook of Childhood Studies, Palgrave, New York, p. 34-45.

Jung C. G., (1981), Psychologische Typen, Valter, Olten, (1re édition 1921).

Jung C. G., (1981), Die Beziehungen zwischen dem Ich und dem Unbewussten, Rauschen, Zurich (1re édition 1928).

Lachance J. (2013), Des rites d’interactions, comme marqueur du passage à l’âge d’ado. L’exemple du corps devant et derrière l’œil de l’appareil numérique, Communication au Colloque international Sortir de l’enfance, entrer dans l’adolescence : corps et catégorisation dâge, Strasbourg-Metz, 18-20 septembre 2013.

La Mendola S. (1999), Il senso del rischio, in Diamanti I. (eds) La generazione invisibile, Il sole 24 ore, p. 173-218.

La Mendola S. (2002), Rischio o non rischio? Utilizzabilità del concetto e vita quotidiana, in M. Rampazi (eds), L’incertezza quotidiana, Guerini, Milano, p. 83-101.

La Mendola S. (2009), Centrato e aperto. Dare vita a interviste dialogiche, UTET, Torino.

Mandich G. (2011), Fare casa fuori casa : pratiche di appropriazione dello spazio urbano e memorie comuni, in Brancato M. (dir.), Mappe domestiche : la casa e le sue memorie, M@gm@, vol. 9, n° 3, Septembre-Décembre.

Migliore A. (2012), Come sto diventando quel che sono? Socializzazione a più vie e trasmissioni intergenerazionali, Rubbettino, Soveria Mannelli.

Migliore A., La Mendola S. (2013), Garçons et filles “multiples” : savoirs et vie quotidienne, Congrès AISLF Enfances Multiples? Enfances et Diversité, Halifax 6/27/ 2013.

Montandon C., Osiek F. (1997), L’éducation du point de vue des enfants, Paris, l’Harmattan.

Morrow V. (2013), What’s in a number? Unsettling the boundaries of age, Childhood, 20(2), p. 151-155.

Prout A., James A (1997), A new paradigm for the sociology of childhood?, in James A and Prout A (eds) Constructing and Reconstructing Childhood, Falmer Press, London, p. 7-33.

Rousseau J.J. (1986), Émile ou de l’éducation, Paris, Bordas (1re édition 1762).

Rutherford M. (2009), Children’s Autonomy and Responsibility : An Analysis of Child Rearing Advice, Qualitative Sociology, web.wellesley.edu/PublicAffairs/…/111809.

Schützenberger A. (1993), Aïe, mes aïeux, Paris, EPI La Méridienne.

Simmel G. (1903), Die Grosstädte und das Geistesleben, dans M. Landmann et M. Susman (éd.), Brüche und Tür, Koelher, Stuttgart.

Simmel G. (1983), Psychologie der Diskretion, Der Tag 1906 2 et 4 9 ; maintenant dans Schriften zur Soziologie, H.J. Dahame, O. Rammstedt (eds), Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1re édition 1906.

Sirota R. (1998), L’émergence d’une sociologie de l’enfance : évolution de l’objet, évolution du regard, Éducation et Sociétés. Revue Internationale de Sociologie de l’Éducation. Sociologie de l’enfance 1, N. 2, INRP De Boeck Université, p. 9-33.

Valentine G. (2004), Public Space and the Culture of Childhood, Ashgate, Burlingtin.

Haut de page

Notes

2 Le trajet vers l’école sans le contrôle d’un adulte a été pris en considération comme indicateur de la mobilité autonome (Alietti et al. 2010).

3 Les jeunes de moins de 18 ans représentent 17 % de la population ; 46,5 % des couples avec enfants ont un enfant unique, 43 % des couples ont deux enfants (ISTAT 2009, la vie quotidienne).

4 1,66 habitant pour un véhicule (Automobile Club Italiano 2009).

5 A 14 ans, 50 % des filles ont l’autorisation de sortir seules (en dehors de l’école), 12,5 % sont accompagnées, 37,5 %variable. Pour les garçons du même âge, 81,3 % d’entre eux sortent seuls, 6,3 % sont accompagnés, 12,5 % variable.

6 Sur la représentation chez les enfants de l’espace et de la sécurité urbaine à Turin, voir par exemple, Forni 2002.

7 Voir aussi Drusian 2005.

8 Flâner.

9 Des types pauvres et pas cultivés.

10 En assonance avec Rousseau, 1762, qui soutenait que la règle la plus importante de l’éducation n’est pas de gagner du temps, mais d’en perdre ?

11 Voir à ce propos l’analyse de Lorena Garcia (2012) sur les filles Latinos aux États-Unis aux prises avec les stéréotypes internes et externes à la communauté.

12 Regardez, par exemple, Filippo qui fait exactement tout le contraire de ce que son père lui dit de faire.

13 Même si la perspective adoptée ici va plus loin : pas seulement par rapport à les inégalités sociales ou de genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonietta Migliore, « Espaces de transition », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 120-125.

Référence électronique

Antonietta Migliore, « Espaces de transition », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3457

Haut de page

Auteur

Antonietta Migliore

Sociologue et psychologue, Université de Turin – Italie

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals