Navigation – Plan du site
Seuils institutionnels et transitions enfantines

Choisir ses vêtements et questionner l’incorporation des habitus

Chosing clothes and questioning the incorporation of habitus
Marie-Pierre Julien
p. 134-143

Résumés

Cet article a pour objectif d’essayer de comprendre, à partir des relations qu’ils entretiennent avec leurs vêtements, comment les enfants de 9-13 ans perçoivent leur corps qui grandit, ce que cela implique dans leurs relations avec les membres de leurs familles et leurs pairs, et les identifications qui en découlent (Recherche ANR Côrage en Alsace, Lorraine et Vénétie). Dans une perspective foucaldienne qui articule savoir et pouvoir, gouvernement et subjectivité, je m’intéresserai aux vêtements comme moyens de connaissance de soi (et de ce corps qui grandit) et des autres et je montrerai comment le vêtement aide à performer et affirmer ce « grandir », avant de décrire différents savoir-faire nécessaires à l’habillement et les réseaux d’actions sur les actions dans lesquels ils s’inscrivent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’identification, entendue ici, est le fait qu’un sujet adopte des comportements, savoir-faire, émo (...)
  • 2 Un réseau d’action dans le sens foucaldien est un ensemble d’actions de différents individus mais d (...)

1Dans les années soixante-dix Quentin Bell (1992) développe une sociologie générale du vêtement, montrant le rôle de celui-ci dans la socialisation des humains dans toutes les sociétés. Pour ce faire, il s’est appuyé sur le travail de Thorstein Veblen (1970) qui fait le lien entre les vêtements et les gestes qu’ils autorisent, limitent ou empêchent dans l’affirmation d’une distinction en prenant sur l’exemple des vêtements ostentatoires de la classe de loisir américaine de la fin du xixe siècle. Ce travail avait aussi beaucoup influencé Pierre Bourdieu qui a jeté les bases d’une sociologie de la mode comme un système (1980) alors que, quelques années auparavant, Roland Barthes avait successivement fait une sémiologie du vêtement (1957) et de la mode (1967). Je ne ferai pas ici une analyse de la filière d’approvisionnement du vêtement destiné aux enfants de 9 à 13 ans au début du xxie siècle en France et en Italie, qui croiserait modes de productions, distributions et consommation de ces vêtements comme Dan Cook (2004) a pu le réaliser en Amérique du Nord. Cet article a pour objectif d’essayer de comprendre, à partir des relations qu’ils entretiennent avec leurs vêtements, comment ces enfants perçoivent leur corps qui grandit, ce que cela implique dans leurs relations avec les membres de leurs familles et leurs pairs, et les identifications1 qui en découlent. Georg Simmel (1998) dans son travail sur la mode et les vêtements a révélé une oscillation constante des individus entre imitation et distinction des autres membres du groupe. Simmel voit dans cette oscillation les possibilités à la fois de transformations des normes et d’appréhension de la socialisation. Mon propos centrera l’observation sur cette socialisation à travers l’habillement dans les échanges entre parents et enfants, entre jeunes à l’intérieur de la parenté ou entre pairs. Je m’appuierai sur les écrits de Michel Foucault (1994, 2001a, 2001b) pour montrer que la maitrise des savoir-faire liés à l’habillement s’inscrit dans des réseaux d’actions2 qui participent à la construction sociale des individus.

  • 3 Par sujet, j’entendrai ici, à la suite de M. Foucault (1994) et d’ethnologues comme S. Fainzang (20 (...)

2Cet article est fondé sur les observations menées dans le cadre de la recherche ANR CorAge dont l’objectif est d’étudier les modes qu’ont les enfants de 9 à 13 ans d’imaginer, percevoir et gouverner, dans les pratiques ordinaires, leurs transformations corporelles. Le corps dont il sera question ici est un corps englobant ses objets dans l’action (Warnier, 1999 ; Julien, Rosselin, 2005, 2009), un paradigme issu d’une longue tradition anthropologique (Diasio, 2009). Aussi, je propose de décrire et de comprendre les modalités d’expérimentation et de maitrise des savoir-faire liées à l’habillement de nos jeunes interlocuteurs. Comment ces savoir-faire sont-ils appris, mobilisés, modifiés, lorsque le corps grandit ? L’hypothèse est que les choix des vêtements autant que les techniques corporelles nécessaires pour se mouvoir ainsi paré – on ne marche pas de la même façon en jogging qu’en jupe courte – permettent d’intégrer différents groupes, de genre et d’âge par exemple. Ils nécessitent un apprentissage devant le miroir de la chambre ou de la salle de bain, qui est performé lors de jeux à la maison, de promenade dans le quartier, de moments festifs, ou dans la communauté scolaire… L’avis des pairs et des adultes (moqueries/critiques – encouragements) dans la pérennisation de ces savoir-faire selon les situations est important parce qu’il inscrit ces savoir-faire dans des réseaux d’actions qui maillent les gouvernementalités et qui, s’entrelaçant de façon complexes, permettent la construction sociale des sujets3. Eléments de la culture matérielle, les vêtements impliquent aussi des savoir-faire particuliers qui sont mobilisés en fonction des situations et qui transforment le corps. Je les envisagerai ici dans une perspective foucaldienne qui articule savoir et pouvoir, gouvernement et subjectivité. Les vêtements, comme tous les objets, sont à la fois des moyens d’actions et de connaissance de soi et, à travers l’assignation et la performance, des moyens de catégorisation de soi et des autres.

3Je m’intéresserai aux vêtements comme moyens de connaissance de soi et des autres et je montrerai comment le vêtement aide à performer et affirmer ce « grandir », avant de décrire différents savoir-faire nécessaires à l’habillement et les réseaux d’actions sur les actions dans lesquels ils s’inscrivent.

Les vêtements comme moyens de connaissance de soi et des autres et comme éléments de catégorisation

4Les vêtements et l’habillement sont des moyens de connaissance de soi et des autres pour nos jeunes interlocuteurs à travers la réflexivité qu’ils suscitent chez eux, les réactions des parents et des pairs qu’ils provoquent, les actions qu’ils permettent de faire ou empêchent en fonction des règles sociales qui leurs sont associées. En travaillant sur les pratiques qu’ils engagent et les normes sociales afférentes, il me semble intéressant ici d’aborder l’habillement comme faisant parties des technologies de soi telles que Michel Foucault a pu les décrire : « procédures, comme il en existe sans doute dans toutes les civilisations, qui sont proposées ou prescrites aux individus pour fixer leur identité, la maintenir ou la transformer en fonction d’un certain nombre de fins, et ceci grâce à des rapports de maîtrise de soi sur soi ou de connaissance de soi par soi » (1994 : 134). L’habillement fait partie de ces procédures que l’enfant doit apprendre petit à petit à maîtriser et qui lui permettent en même temps de trouver sa place dans les groupes sociaux dans lesquels il agit.

5Cette première partie permettra de mettre en évidence l’articulation entre incorporation normative et revendications statutaires à travers l’articulation entre pratiques corporelles et pratiques langagières. Revenant sur les conclusions de Pierre Bourdieu à propos des modalités d’incorporation des habitus, S. Faure (2000) a montré, dans ses recherches, comment les modalités d’intériorisation préréflexives et infra-langagières ne suffisent pas pour expliquer les processus d’incorporation de la danse. En particulier, elle a démontré que les procédures repérables dans les configurations de danse n’excluent pas des formes de réflexivité et encore moins des pratiques langagières. Cette importance de l’articulation entre pratiques langagières et pratiques corporelles et le rôle de la réflexivité dans les acquisitions de savoir-faire ont également été des faits remarquables de notre terrain auprès de 9 à 13 ans. Mais, si S. Faure a replacé judicieusement l’analyse du « contexte » au cœur de la problématique de l’incorporation plutôt que de substantialiser « l’apprendre par corps », ce contexte se résume pour elle aux interactions. L’attention portée ici aux vêtements et aux actions qu’ils impliquent (habillement mais aussi façon de marcher, de se tenir…) montre qu’entre performances et assignations, les gestes socialement autorisés avec tels ou tels vêtements permettent des identifications à un groupe de pairs, d’âge ou de genre. Ce faisant ils engagent également une connaissance de soi qui est à la fois physiologique et performative – grâce à des vêtements qui servent à mesurer l’accroissement et à le montrer –, mais bien sûr aussi morale dans le sens décrit par Michel Foucault (2001b) à travers l’exigence de vérité propre aux sociétés occidentales et que l’on retrouve ici dans l’articulation de la « bonne tenue » à avoir en fonction de son âge et de son genre.

6La connaissance de soi à travers des procédures socialement déterminées est une activité quotidienne pour ces jeunes dont le corps change relativement rapidement -mais différemment selon les individus et les périodes-, les obligeant à toujours adapter / réapprendre des gestes quotidiens et des façons de faire. Ces jeunes sont également dans un réapprentissage permanent des règles sociales qui articulent genre et âge car ces normes changent en fonction de ces deux critères, elles sont donc multiples et contradictoires entre elles.

Mesurer, montrer que l’on a grandi et se confronter à des standards

  • 4 A propos des normes corporelles et intellectuelles et des mesures qu’elles ont engendrées cf. André (...)

7Parce qu’ils sont faits pour un individu standard, les vêtements permettent de se mesurer tous les jours à cette norme : âge-taille-poids sont généralement mis en relation sur les étiquettes4. Les agences de marketing ne s’y sont pas trompées qui poussent les consommateurs à acheter toujours l’âge supérieur à l’âge calendaire des jeunes pour flatter leur carrure. Ainsi les vêtements standards sur un corps en plein changement sont des instruments de confrontations efficaces à la norme qui peut engendrer des déceptions lorsque que certains vêtements convoités ne correspondent pas à la morphologie. C’est ainsi que l’on a pu voir des jeunes gens (filles et garçons) qui, dès 9 ou 10 ans, font ce qu’ils appellent des régimes. Mais il faut également penser à ces garçons qui grandissent très vite en fin de 6ème, qui s’affinent en quelques mois et qui ont du mal à s’habiller selon les critères sociaux qui correspondent à leur âge car ils ne savent pas où aller faire leurs achats : trop minces pour les vêtements « jeunes adultes » mais trop grands pour les vêtements « enfants ».

  • 5 Luc, 14 ans, vit avec sa mère dans un appartement du centre-ville de Strasbourg. Entretiens et ethn (...)
  • 6 Arthur, habite avec ses parents et sa soeur de 13 ans dans un appartement en proche banlieue de Str (...)
  • 7 Océane, 12 ans, habite avec ses parents et sa sœur 11 ans dans une maison d’un village de la région (...)

8Par ailleurs, les vêtements permettent aux jeunes de mesurer les transformations et de (se) prouver qu’ils ont grandi. Ainsi les vêtements trop petits ne sont pas toujours retirés de l’armoire comme le montre Luc5 à Chloé Buchmann en enfilant devant elle son jeans de 6e avec difficultés. La mère d’Arthur6 explique que son fils de 13 ans aime montrer qu’il a grandi en mettant un vêtement légèrement trop petit pour que la personne rencontrée constate son accroissement corporel. De son côté, Arthur explique qu’il a du mal à quitter certains vêtements dans lequel il se sent bien et se reconnait, même si ceux-ci commencent à être trop petits : « il faut être prêt à trouver de nouveaux vêtements, à pouvoir choisir ». En effet, dans les âges qui nous occupent, l’achat de nouveaux vêtements provoque souvent un changement de style vestimentaire, celui-ci permettant de renforcer la performance du « grandir ». Océane7 décrit ainsi ses amies :

« Des fois quand elles grandissent, elles changent de look, elles s’habillent plus comme avant. Il y avait une de mes copines qui s’habillait souvent en jeans et en petit pull, et après elle avait grandi, en âge et en taille, elle s’habillait souvent avec des jupes et des robes pour aller à l’école… Elle a le droit de changer si elle veut. Mais je ne sais pas… après elle dit aussi qu’elle a grandi et qu’elle doit changer de look. Même si je préférais comme elle était avant ».

  • 8 Lorraine, 10 ans, habite avec ses parents et sa sœur, 4 ans ½, un appartement en centre-ville Meurt (...)

A travers ce changement de vêtements se négocie un changement de position dans le groupe de pairs et souvent également dans la famille. Aussi, l’achat de nouvelles chaussures ou de nouveaux vêtements montrant un grandir objectif donne lieu à des discussions plus ou moins vives comme le raconte la mère de Lorraine8 :

« C’est elle qui les choisit, et quand c’est moche elle ne veut plus les mettre. Le pire, ça a été pour les chaussures, je suis une fan’ des Kickers, donc je lui achetais tout le temps des Kickers je trouvais que c’était joli. Sympa et pratique. Et je me suis fait envoyer bouler, sur la dernière paire ! ».

9Ainsi, les vêtements favorisent la connaissance de soi à plusieurs niveaux : ils permettent de mesurer les changements pour se définir dans un âge social qui s’appuie sur l’articulation entre un âge calendaire, une morphologie et un genre. A travers l’affichage d’un changement de style, ils permettent ainsi aux jeunes d’affirmer qu’ils doivent bénéficier des attributs sociaux du nouvel âge social dans lequel ils estiment être entrés. Il s’avère qu’il n’est pas toujours aisé pour les jeunes de se reconnaitre comme faisant partie d’un même groupe lorsque dans une même classe de CM2 en zone périurbaine autour de Strasbourg, on trouve des enfants qui font 1,40 mètre et d’autres qui font 1,60 mètre, des filles qui portent des soutien-gorge et d’autres pas, des garçons dont les poils sur les jambes sont apparents et d’autres qui sont quasiment imberbes. Il faut se tourner vers des chercheurs anglo-saxons pour trouver une approche qui saisit le fait que les corps sont peu semblables et peu stables. C. Shilling (1993) ou encore B. Turner (1995) rappellent que le corps humain est biologiquement incomplet, ce qui permet de le modifier tout au long de la vie, par des pratiques sociales spécifiques, des habitus constitués à la fois de techniques d’objets et de techniques du corps. Ce travail constant de connaissance de ce corps qui change et de modelage du corps pour le normer socialement et le faire ressembler à celui des autres passe par les coiffures, le maquillage comme l’ont depuis longtemps montré les ethnologues (Bateson et Mead 1942 ; Bromberger 2011 ou Vinel à paraitre) et les vêtements.

10Connaissance de ce corps qui change et affirmation du changement aux autres, l’habillement est aussi une technique de socialisation qui implique la réflexivité des sujets dans l’acquisition de certaines techniques de soi : l’incorporation des habitus n’est pas seulement inconsciente.

Borner le groupe d’âge : une articulation de l’âge et du genre

  • 9 Lisa, 10 ans, habite avec sa mère dans un appartement du centre ville d’une petite ville de Lorrain (...)

11Pour décrire leurs vêtements, les principaux critères retenus par nos interlocuteurs sont l’âge et le genre comme le souligne Lisa9 à qui Estelle Reinert demande si les filles de son école s’habillent comme elle :

« Il y a Caroline et Julia, elles ont exactement le même style vestimentaire que moi. Elles n’aiment pas ce qui fait trop bébé. Et elles n’aiment pas… ce qui fait petite fillette. Elles se baladent plutôt avec des fringues que pourraient mettre des garçons ».

Mais en abordant la complexe question des âges, nos jeunes interlocuteurs soulèvent l’articulation entre un corps physiologique qui n’est pas stable, des catégories d’âges souples qui se redéfinissent à travers ce que l’on peut ou ne peut pas faire dans en fonction des situations et des pratiques genrées.

  • 10 Marie, 11 ans, habite avec ses parents une maison dans un village de Meuse du Nord. Elle a un frère (...)
  • 11 Dadi,10 ans, habite un pavillon dans la banlieue de Mulhouse avec ses parents. Il a un frère et une (...)

12A travers l’action régulière de tri des vêtements trop petits et, dans cette catégorie, du choix de ceux qu’ils gardent et de ceux dont ils se débarrassent, nos jeunes interlocuteurs marquent la borne inférieure de leur groupe d’âge en se démarquant des plus jeunes : « J’ai enlevé pas mal de choses que je n’aimais plus… Je trouvais qu’il y en avait qui faisait un peu bébé » (Marie10). Cela peut-être le fait d’une couleur, le rose est souvent cité par les filles, ou un motif comme ceux qui font références à un dessin animé. Dadi11 garde ses vêtements trop petits afin de se rappeler les gestes et les sensations de son corps plus petit :

« Oui, je regarde les choses que j’ai, si je me rappelle, comment faire… Je regarde. Ça je m’en rappelle… [prenant un pull dans les mains] ça c’était un pull d’avant, qui date d’il y a longtemps ! ».

Il est intéressant de noter que certains vêtements sont gardés car ils font un lien entre les différents aspects corporels qui peuvent apparaitre si étrangers les uns aux autres à nos interlocuteurs dont le corps est vécu dans le présent. Ces actions de tri des vêtements et de remémoration participent à la connaissance de soi et à la construction d’une continuité du sujet pourtant physiquement, émotionnellement et socialement hétérogène. Vêtements et habillements participent de ces techniques de soi qui construisent le sujet socialement normé malgré son corps particulier (Détrez, 2002) et qui lui permettent de faire une expérience du monde déjà socialisé comme l’annonce Michel Foucault (2001b : 466) mais également Maurice Merleau-Ponty (1945) et Pierre Bourdieu (1980). Ainsi constitué, Michel Foucault montre que le sujet peut alors répondre à l’exigence de souci de soi qui a des formes particulièrement selon les sociétés et qui, en Occident, est depuis long fondé sur l’exigence de vérité (ibid.).

13Cette connaissance de soi est compliquée parce que, comme le soulignent les jeunes, à la suite des ethnologues (Peatrick, 2003) et historiens (Ariès 1960, Thiercé, 1999), il n’y a pas de correspondance entre l’âge calendaire, l’âge physiologique et l’âge social. Ainsi cela nécessite ce travail constant de définitions et redéfinitions en fonction des situations. A propos de deux de ses amies qui ont un style différent du sien Lisa explique :

« Ségolène, elle est très très menue. C’est ma meilleure amie. Elle est très très menue et elle obligée d’aller s’habiller chez les 6-8 ans donc… il n’y a pas ce que mettent des enfants de 10 ans. C’est normal. Donc elle est un peu décalée aussi, mais c’est pas de sa faute ».

Ce travail de définitions se fait dans un souci de soi et d’exigence de vérité, comme l’exprime Lisa à Estelle Reinert qui lui demande si elle met des chaussures à talons :

« Trop vieux. C’est pour les plus grandes personnes je trouve. Je n’aime pas à talons. Et puis je trouve que ça fait aussi beaucoup trop féminin. Ça me donne l’impression d’être une petite fillette qui se la pète avec ses hauts talons ».

Grandir consiste alors à se soucier de soi selon des procédures sociales prescrites qui permettent de se connaitre soi-même afin d’être vrai dans son âge et son sexe.

  • 12 Diva, 10 ans, vit avec sa mère dans un appartement d’un village du Haut-Rhin. Elle a des frères et (...)
  • 13 Lucie, 11 ans, vit avec des parents et son frère (8 ans) et sa sœur (13 ans) dans une maison dans u (...)

14En approfondissant cette question, on se rend compte que l’expression de « petite fillette » de Lisa est liée aux gestes que certains objets très genrés permettent ou interdisent socialement, en fonction des situations. Diva12 habite un village de la région des Trois-frontières en Alsace. Elle ne sort jouer dans le village qu’en pantalon, casquette et sacoche portée en bandoulière, dans laquelle elle met son portable et ses clés. Lucie13 répond à la chercheuse qui lui demande pourquoi elle n’aime pas les robes : « Je ne sais pas, on ne peut pas courir dedans ». Par leur choix de vêtements, les jeunes montrent qu’ils maîtrisent certains codes sociaux, mis en évidence par nombre d’études sur le genre, qui font que les filles ne doivent pas montrer leur culotes. Aussi, si elles veulent jouer et courir avec les garçons dans le village, les jeunes filles observées doivent être habillées comme les garçons avec des pantalons longs. Pour autant il n’est pas question d’être assimilé aux garçons comme l’affirme Lorraine : « Mon tee-shirt là, ce n’est pas mon truc préféré. Ça fait trop garçon pour moi et je ne suis pas un garçon manqué hein ! » Les filles doivent apprendre la juste-tenue et l’adéquation avec ce qu’elles ressentent dans ce souci de vérité toujours exigé : être habillées en garçon pour courir avec les garçons tout en n’étant pas des garçons manqués.

  • 14 Pour nos interlocuteurs, vêtements et accessoires font souvent partie de la même catégorie praxique

15Ainsi, à la maison au contraire, Diva se laisse maquiller et coiffer par sa grande sœur et apprend à marcher avec des chaussures à talons qui font « clac-clac-clac » (Julien, 2012b). Elle révèle ainsi que cette gestuelle très féminine impliquée par les talons nécessite un apprentissage difficile, un travail de soi sur soi sous le regard de sa mère et de sa sœur ainée, qui demande un entrainement long à l’intérieur de la maison. Les robes longues, les chaussures, les sacs à main et les bijoux sont les principaux supports de cet apprentissage14. Lisa souligne à propos d’un sac à main aussi que le passage entre espace privé et espace public est difficile :

« Je ne me balade pas avec [mon sac à main] dans la rue. [Pour aller en ville] je prends plutôt ma sacoche. Parce que le sac à main, c’est trop encombrant, je trouve. Je n’arrive pas à le faire tenir sur mon épaule tu sais comme maman elle fait, comme ça là. Il tombe. Voilà. Et je n’aime pas le laisser trainer comme ça [à la main] ou encore pire comme ça [le bras plié et le sac posé au pli du coude]. C’est pour ça que je ne le prends pas. Je préfère mettre ma sacoche [en bandoulière] ».

En faisant l’expérimentation de ces différentes techniques de soi dans différentes situations, les jeunes font l’expérience du (des) monde(s) socialisé(s) qui les entoure(nt) et, en retour, accroissent leur connaissance d’eux-mêmes.

16On peut lire ici combien la socialisation est, comme le dit Michel Foucault, le fait de ce double lien entre le sujet la société. Elle n’est pas seulement une action contraignante de la société sur l’individu qui la subirait inconsciemment comme le sous-entend Pierre Bourdieu (1980) lorsqu’il définit l’habitus comme une façon d’être et de faire des individus qui se constitue par une incorporation non-consciente et non-langagière des structures objectives du monde social. Pierre Bourdieu définit dès lors le corps des individus, pris dans l’expérience du monde social, comme le dépositaire des structures sociales, générant sous formes de dispositions, les pensées, les conduites, les représentations, les goûts, etc. Alors que, sur un terrain, la réflexivité des acteurs est probante ainsi que leur implication dans plusieurs réseaux d’actions, comme nous le verrons dans la seconde partie.

Des savoir-faire au cœur de réseaux d’actions sur les actions multiples

17Plus que de styles ou de mode, nos jeunes interlocuteurs ont surtout évoqués, lors de nos échanges, les nombreux savoir-faire qui sont associés à l’habillement : savoir-choisir, savoir-associer, savoir-mettre à laver. A travers ces maitrises techniques, ils abordent la question des pouvoir-faire qu’ils acquièrent à certains moments dans les différents réseaux dans lesquels ils agissent : le groupe familial ou le groupe de pair ou encore au sein de leur école ou collège. En suivant nos interlocuteurs, il me semble alors plus intéressant de ne pas interpréter les rapports de pouvoir en termes de dominants et dominés mais de voir le pouvoir, à la suite de Michel Foucault, comme

« comme quelque chose qui circule […qui] il n’est jamais localisé ici ou là, il n’est jamais entre les mains de certains, il n’est jamais approprié comme une richesse ou un bien. Le pouvoir fonctionne, le pouvoir s’exerce en réseau et, sur ce réseau, non seulement les individus circulent, mais ils sont toujours en position de subir et aussi d’exercer ce pouvoir ; ils ne sont jamais la cible inerte et consentante du pouvoir, ils sont toujours le relais. Autrement dit le pouvoir transite par les individus, ils ne s’applique pas à eux » (2001a : 180).

Un peu plus loin il précise « l’individu n’est pas le vis-à-vis du pouvoir, il en est, je crois, l’un des effets premiers » (ibidem). Après avoir décrit l’acquisition de certains de ces savoir-faire, nous verrons comment en circulant à travers par les dons, les emprunts et les conseils, les vêtements sont au cœur de réseaux d’actions sur les actions.

Des savoir-faire multiples inscrits dans des réseaux d’actions sur les actions

  • 15 Tom, 13 ans, Ibanez, 11 ans et Maxence, 8 ans, vivent dans un maison d’un village de Moselle. Entre (...)

18Savoir s’habiller en fonction des situations sociales (activités, contexte matériel, personnes présentes) n’est pas facile et nécessite un apprentissage. Tom15 explique à Benoit Dejaiffe combien désormais il maitrise ce savoir-faire :

« Quand je prépare mon sac de sport, si je fais un peu attention je prends un beau survêt’ je prends un beau t-shirt… Le survêt’ du Tennis club : la veste est rouge alors je prends un t-shirt rouge et puis le survêt’ il est noir c’est une marque de tennis. Et puis quand je fais du VTT avec mon grand-père je prends des vieilles baskets, je prends des vieux t-shirts parce qu’avec mon papy on va surtout dans la boue ! ».

  • 16 Paul, 10 ans, vit dans un appartement dans la périurbanité de Strasbourg avec sa mère et son frère (...)

Paul16 revient sur ces phases d’apprentissage. Il insiste sur le fait que savoir/pouvoir- choisir n’est pas dissociable dans le quotidien de la gestion du linge sale revenant à une thématique déjà abordée à propos de la mise en couple par Jean-Claude Kaufmann (1992) :

« Il y a un moment c’était Maman, maintenant c’est moi, et elle dit oui ou non, tu peux mettre ça ou non tu ne peux pas mettre ça. Ca a changé il y a quelques semaines. Avant elle me les posait juste, elle me disait : tu mets ça, ça, ça. Je les prenais et je les mettais, voilà. Elle me disait juste ce que je prenais. Maintenant j’arrive un peu. Ça par exemple je sais, je l’ai utilisé il y pas longtemps, mais je l’ai utilisé que une fois, du coup je pourrais le mettre par exemple demain, sauf que demain je sais qu’on a sport, du coup, je vais peut-être prendre un pantacourt comme ça ou un short ».

  • 17 Magali, 10 ans, habite avec ses parents et ses sœurs (8 ans et 3 ans) dans un appartement HLM dans (...)

On voit qu’il faut un certain temps pour acquérir de savoir-faire/ pouvoir-faire qui permet de choisir au quotidien sa tenue. Magali17 doit encore obtenir la validation de sa mère pour sortir habillée comme elle le souhaite :

– M : Oui c’est ma mère qui pose mes vêtements mais quand ça ne me plait pas, je vais ranger le… le haut qui ne me plaît pas et je prends celui que je veux ou même des fois euh… quand il y a un pantalon euh… euh… qui trop trop… enfin, qui ne me plait pas trop, ben j’en prends un autre quoi. Euh… Oui des fois, elle me dit : Mais, on n’est pas en été ! Tu vas attraper froid. Des choses comme ça.
– MPJ : Et dans ces cas-là, tu retournes te rechanger ?
– M : Mumm.

19Mais ce pouvoir-faire s’acquière aussi dans la capacité à distinguer l’ordinaire de l’exceptionnel. Lorsqu’elle va chez certains amis de ses parents, Romane accepte de porter des vêtements qui ne lui plaisent pas beaucoup :

« Les jupes je déteste… ça m’arrive mais vraiment pour des fêtes mais vraiment pour des fêtes bien spéciales mais comme quand on va en soirée chez des amis [de mes parents] ».

De son côté, Dadi accepte de faire plaisir à sa mère le jour de la photo de classe :

« Moi ce jour, j’aurais bien aimé être habillé en normal. Short, manches longues… Surtout nous, les Turcs, je ne sais pas, les parents ils aiment bien mettre le costard. Elle, elle a dû mettre collant et jupe ».

20En montrant qu’ils sont capables de comprendre l’exceptionnel d’une situation et le plaisir que cela procure à leurs parents, Romane et Dadi en profitent pour négocier ce qu‘ils vont porter dans d‘autres situations quotidiennes : pas de jupe au quotidien pour Romane, short et manches longues pour Dadi.

21Les maitrises de ces savoir-faire sont des techniques de soi qui permettent au jeune par les procédures de socialisation propre à sa société de se constituer en sujet à travers la connaissance de soi et le souci de soi. Mais ces savoir-faire ne relèvent pas seulement de la techne il touche aussi au bios comme l’explique Michel Foucault dans L’herméneutique du sujet (2001b : 466) : par ces pratiques, le sujet prend connaissance du monde qui l’entoure et à travers cette expérience, il apprend à se connaitre lui-même. Romane et Dadi, en expérimentant un habillement exceptionnel pour un évènement exceptionnel, vont appréhender autrement ce monde quotidien le temps d’une journée ou d’une soirée. Aussi la morale, élément tout aussi construit socialement que les procédures de soucis de soi, est au cœur de ses procédures qui se fonde, en Occident, sur l’exigence de vérité. Cela est fort éloquent dans les éléments mobilisés par les parents pour justifier les choix de vêtements qu’ils imposent à leurs enfants : les activités de la journée, la météo et le regard social.

  • 18 Chloé, 12 ans, et Mathieu, 10 ans, vivent avec leurs parents dans une petite ville des Vosges. Entr (...)

22Les deux premières raisons relèvent tout autant d’un construit social que la troisième mais je m’arrêterai ici sur cette dernière. Chez les filles, il s’agit de lutter contre « la vulgarité » et chez les garçons contre « le laisser-aller ». La mère de Chloé et Matthieu18 explique clairement son point de vue :

« Ils aiment bien, être, comme nous on aime qu’il soit comment à chaque fois dans leur apparence on leur dit toujours habillez-vous correctement. Là aussi, même chose tous les jours ils changent de vêtement pour aller à l’école. Il n’y a que le week-end où ils gardent deux jours de suite les mêmes habits. Je veux dire sinon voilà on leur dit toujours soyez propre, ci et ça, et j’ai une belle mère qui est très propreté (rires). Dans la pose et l’achat ça fait longtemps qu’ils s’habillent « tout seul » les matins. Là aussi ils savent ce que je tolère ou ne tolère pas (rires) après voilà, voilà elle sait très bien qu’elle ira pas avec les trucs trop courts ou trop vulgaires ».

La mère de Romane est encore plus explicite :

« Elle ne fera pas et le décolleté et la petite jupe. Je regarde tout le temps si ce n’est pas vulgaire, j’ai horreur de la vulgarité surtout sur une gamine de 14 ans ».

Cette importance est parfois intégrée par nos jeunes interlocuteurs qui les transforment en goûts personnels comme l’affirme Romane :

« [Je m’habille] normal, simple. Je trouve les jupes et les robes super beau mais je n’aime pas, c’est beau mais ça ne me va pas. Je n’aime pas, ce n’est pas moi en fait, en jupe, c’est une autre fille ! Moi je n’ai toujours été qu’avec des garçons donc je me mets en jeans, jogging quand je me vois en jupe je ne suis pas la même en fait ».

23Les garçons n’échappent pas non plus au regard social comme l’explique la mère d’Ibanez et Tom à Benoit Dejaiffe :

— La mère : Ils sont au collège et puis moi je n’aime pas que… Maxence même depuis qu’il est tout petit j’aime bien qu’il soit bien habillé.
— BD : Vous ne les enverriez pas au collège avec des vêtements qui ne sont pas conformes à ce que les autres ont aussi ?
— La mère : Ce n’est pas conforme à ce que les autres ont : c’est d’être propres, bien habillés, et de ne pas paraître habillés, comme une godiche ! C’est : pas de tâche, c’est un beau petit manteau des chaussures propres et c’est surtout : pas de tache, pas un manteau décoloré, quelque chose qui aurait fait 3-4 ans ou usé… Un beau petit manteau : ce n’est pas forcément un manteau de marque. Ibanez il a un manteau de la Halle-aux-vêtements sur le dos mais il est beau. Ibanez, il a une veste à capuche parce que je sais que ça lui va bien. Tom une veste à capuche ça ne lui va pas : il fait gros patachon dedans. Tom il a une belle petite veste.

24Dans ces deux derniers exemples, l’aspect moral de l’habillement ressort particulièrement et ces parents insistent sur la façon dont ils transmettent et prescrivent à leurs enfants ce que Michel Foucault appelle « les procédures pour fixer leur identité, la maintenir ou la transformer en fonction d’un certain nombre de fins, et ceci grâce à des rapports de maîtrise de soi sur soi ou de connaissance de soi par soi » (1994 : 134). Au moment où nous la rencontrons, Romane a l’air d’avoir adopter les critères de sa mère. La transmission de la morale par incorporation inconsciente, telle que Pierre Bourdieu a pu décrire celle de l’habitus, a l’air de fonctionner puisque la jeune fille déclare comme goût personnel le fait de ne pas aimer les robes sur elle. Pour autant on a vu comment, dans ce réseau d’actions sur les actions familial, Romane et Dadi subissent et résistent pour pouvoir choisirent leurs vêtements. Mais les parents ne sont pas les seuls prescripteurs normatifs, ni non plus les marchands : beaucoup de vêtements sont reçus par les jeunes lors de dons ou sont empruntés. Je développerai en dernière partie ces échanges et les réseaux qu’ils constituent parce qu’ils nous ont souvent été décrits par les jeunes et parce qu’ils nous renseignent sur la façon dont les vêtements sont au cœur d’enjeux de pouvoirs différents de ceux habituellement analysés par la sociologie de la consommation.

Les vêtements au cœur de dons, d’emprunts, de conseils

25Ces réseaux d’échanges de vêtements ou de conseils d’habillement se partagent en trois catégories qui ont chacune des modalités distinctes : les dons, les emprunts et les conseils vestimentaires. Ces trois modalités d’échange impliquent des rapports de pouvoir très différents au sein des différents réseaux d’actions.

26Les dons de vêtements se font en principe des plus âgés vers les plus jeunes, comme l’explique Tom, selon le principe que le vêtement est devenu trop petit mais n’est pas abîmé :

« Moi comme j’aime bien avoir des beaux tee-shirts j’en prends soin donc du coup c’est mes frères qui ont mes tee-shirts ».

Mais les aînés récupèrent aussi des vêtements comme le décrit la mère de Benjamin :

  • 19 Benjamin, 14 ans, Loïc, de 16 ans, habitent une maison dans un village situé à 10 km de Saint-Dié d (...)

« Benjamin19 est moins chiant que Loïc. Tu peux lui mettre des vêtements que tu as récupérés du cousin ou de la cousine ».

Ces dons sont des liens comme le dit la mère de Lisa :

« Ça ne fait que quelques mois que Jeanne elle… elle pense à sa petite sœur, parce qu’elle sait que sa petite sœur commence à grandir. Et puis elle est toute fière de porter les vêtements de sa grande sœur quoi. Et puis ses chaussures, je ne sais pas si elle t’a dit, c’est les même que sa sœur. Donc elle était toute contente parce qu’elle a pris les mêmes chaussures que sa sœur ».

Lisa en parle aussi à la chercheuse :

« [Jeanne] m’a filé un petit gilet que je n’ai pas encore mis ».

S’ils participent à la création d’une ressemblance familiale, ces vêtements reçus par dons ont deux avantages pour les jeunes : d’une part, non payés, les parents n’exigent pas qu’ils soient portés ; d’autre part, ces dons permettent d’avoir des vêtements ou accessoires que les parents n’auraient pas acceptés d’acheter dans le circuit marchand. Mais ces dons ne sont pas en dehors des relations de pouvoir mises en évidence par Marcel Mauss (1924) qui se manifeste par le fait de porter ou pas le vêtement.

  • 20 Maxime, 13 ans vit avec sa mère dans une maison d’une village d’Alsace. Il a une soeur de 22 ans qu (...)

27Les emprunts ouvrent à d’autres enjeux de pouvoirs : selon l’état de la relation entre prêteur et emprunteur, ils se font dans le conflit ou la complicité comme l’explique la sœur de Maxime20 :

« Moi je prends des fois ses gilets vu qu’il est aussi grand que moi, alors qu’il a à peine 13 ans. Donc 6 ans de moins que moi. Donc des fois quand je traine à la maison je prends ses gilets. Houla ! Il n’aime pas trop ! Mais bon, il me dit juste Tu ne le salis pas hein ! ou Tu ne mets pas de parfum dessus hein ! Il n’aime pas le parfum de fille dessus (en souriant). En fait, c’est surtout moi qui lui pique. Des fois je mets une de ses ceintures quoi. Moi je peux plus lui prendre des trucs à lui, que lui des trucs à moi quoi vu que je suis une fille. Une fille avec un truc de mec ça choque pas trop, mais l’inverse si ».

Même si ces emprunts sont négociés et peuvent se faire de cadet à aîné et entre frère et sœur, ils se font dans le cadre de procédures socialisées qui encadrent fortement les échanges.

28Les conseils sur les vêtements et l’habillement forment une autre sorte d’échanges dans les réseaux d’actions. Ils viennent souvent de la famille – les parents, la fratrie, la famille élargie dans laquelle le rôle des parrains ou marraines est important (Fine, 1997) –, mais bien sûr également des pairs avec qui l’habillement est un sujet de conversation quotidien. La grande sœur de Dadi explique :

« Il nous propose quelques tenues et nous on lui dit : oui ou non. Sinon au début c’était moi et ma mère… On allait les acheter avec lui, toujours en demandant s’il aimait ou pas, et s’il n’aimait pas, on essayait de le convaincre et on l’achetait. Mais là il achète ce qu’il veut, il a plus de facilité à acheter avec son frère qu’avec nous, parce que nous on critique, on dit : non, le prix ne va pas bien avec l’habit, tu peux acheter mieux, des trucs comme ça ».

A travers ces discussions, on voit l’œuvre du travail d’éducation et de transmission de certaines normes et valeurs morales pour opérer des choix dans une société où les modes de production, d’échange et de consommation offrent une multiplicité de choix. Mais la famille n’est pas le seul réseau dans lequel s’échangent les conseils. Ibanez explique au chercheur comment il a découvert la marque DC l’année dernière :

« C’est un copain qui me l’a conseillée et j’ai trouvé déjà les chaussures belles donc après j’ai regardé les tee-shirts ».

Mais ces conseils ne passent pas toujours par des mots Ewen déclare qu’il aime bien les casquettes :

« parce que j’aime bien un peu le style. Parce qu’il y en a plein dans mon école qui en ont. Avant je ne connaissais pas ça ».

Marie, par contre, aime les casquettes et en a plusieurs mais elle ne les met

« pas pour aller à l’école. Personne n’en a donc euh… donc [je les mets] quand je vais à un repas de famille ou que je suis chez moi… ».

A d’autres moments, les jeunes gens dénient l’influence de leurs pairs sur leur choix de vêtements comme Nina :

« Je n’ai pas un style bien défini, mais je m’habille avec les habits que j’aime quoi. Je ne suis pas dans le style des autres ».

  • 21 Florian 11 ans, Jeff 9 ans et Pikatchu 5 ans, habitent avec leur mère et le père de Pikatchu dans u (...)

29Il est important de noter cet enchevêtrement des réseaux d’actions qui ne sont pas étanches les uns aux autres puisque les sujets agissent dans plusieurs réseaux comme le souligne la mère de Florian, Jeff et Pikatchu21 :

« Je préfère qu’ils soient avec moi. Acheter ce qu’ils aiment quoi. Que je sois sûre qu’ils n’aient pas peur de le porter ou… Par rapport aux autres quoi, c’est important qu’ils ne soient pas bêtes quoi. Qu’ils ne se sentent pas bêtes par rapport aux autres… Qu’ils portent ce qui leur plait quoi. À une période, il ne voulait pas mettre de rouge. Parce qu’il trouvait que ça faisait fille, et que ses copains se moquaient de lui ».

Océane confirme l’importance des moqueries dans la validation des savoir-faire vestimentaires :

« Dans le vestiaire des filles on se moque pas. Sauf des fois pour les vestiaires pour aller en récréation y’en a quand même qui se moquent des habits des autres. Ils te disent Ah ça c’est pour les bébés ! Et puis alors voilà. Ou quand c’est trop grand, ils disent : Ah ça c’est trop grand pour toi, ça te va pas ! Une fois j’ai mis un pull que j’aimais bien et après ils ont dit que c’était un peu pour les bébés ».

30L’action de s’habiller, de choisir, d’emprunter, de choisir de mettre ou pas ceux qui ont été reçu par don, de demander des conseils, de se montrer ainsi parer en fonction des situations, sont des actes de pouvoir et de résistance au sein de réseaux d’actions familiaux, de pairs ou scolaires par exemple, qui permettent aux jeunes de négocier leur place en leur sein. Ces réseaux d’actions différents ne sont pourtant pas hermétiques les uns aux autres comme le font remarquer Romane ou Dadi ou encore la mère d’Ibanez et Tom et Maxence. Mais les façon de faire apprises au sein d’un réseau n’aura pas la même efficacité ni les mêmes conséquences dans le cadre des autres d’où le fait que Marie préfère ne pas mettre ses casquettes à l’école.

En conclusion

31Dans cet article, l’approche a été centrée sur le vêtement montrant comment celui-ci n’est pas seulement un signe d’une appartenance à âge et à un genre (Julien et Warnier, 1999) mais comment celui-ci est au cœur d’actions qui permettent la connaissance de soi – en termes d’âge et de genre – et des autres. Ceci est d’autant plus important pour nos jeunes interlocuteurs qu’ils ont un corps qui change relativement rapidement, fait biologique qui se combine à un statut social qui se modifie avec l’avancée en âge. Cette connaissance se fait au sein de différents réseaux qui les confrontent à diverses normes vestimentaires qu’ils apprennent peu à peu à gérer.

32L’articulation entre l’âge et le genre est particulièrement présente dans les observations et les discours de nos jeunes interlocuteurs ou de leurs parents autour des vêtements lorsque les premiers signes de puberté apparaissent. Ces pubertés impliquent des transformations très différentes en fonction des individus que les jeunes eux-mêmes, les parents, les pairs, mais également les éducateurs et les médias tentent de maitriser à travers des injonctions, des réflexions, des moqueries, des regards approbateurs ou désapprobateurs qui sont autant d’affirmation, d’appropriation et de transformation de normes en vigueur. Pourtant, l’âge est souvent une donnée oubliée de la démarche analytique intersectionnelle (Crenshaw et Bonnis, 2005) comme le regrette Barry Thorne dès 2004 car l’âge est encore trop souvent considéré comme une donnée naturelle et non pas culturellement construite. Les théories intersectionnelles portent surtout sur une articulation des identités et des inégalités multiples (Bilge, 2009 ; Dorlin, 2009) à travers trois critères : la racisation, le genre et la classe. Pourtant depuis les années 1960, Philippe Ariès (ibid.) à propos des enfants, Patrice Bourdelais (1994) ou Elise Feller (2005) à propos de la vieillesse par exemple, analysent la construction des âges comme des catégories historiquement et culturellement situées. Quelques auteurs ont introduit l’âge dans l’intersectionnalité comme Catherine Achin et Juliette Rennes (2009), en croisant le genre, le milieu social et l’origine culturelle des individus avec l’âge. Elles insistent sur les rapports de domination engendrés dans la construction même et l’intersection de ces catégories sociales. Elles soulignent également combien ces rapports de domination sont souvent naturalisés par ces catégories et par les acteurs qui les portent à travers l’assignation d’un ensemble de caractéristiques et de normes d’action et de penser que l’on peut résumer en ce qui nous concerne par une expression fréquemment entendue : « c’est l’adolescence, que voulez-vous !». Marc Bessin et Marianne Blidon (2011) proposent également, à la suite des théories intersectionnelles de penser les âges en termes de domination, paradigme issu de la pensée de Pierre Bourdieu, afin d’une part d’éviter les pièges de la naturalisation en travaillant sur la production des catégories, et d’autre part, de questionner la performativité des catégories associées à l’âge dans le quotidien de nos sociétés contemporaines. Si cet article tend également à dénaturaliser les catégories de genre et d’âge, les observations de terrain ne m’ont pas amenée à penser l’intersectionnalité entre l’âge et le genre en termes de domination.

33Dans une perspective foucaldienne ont été mises en relation cette réflexivité observée déjà chez nos plus jeunes interlocuteurs (9 ou 10 ans) avec cette exigence culturelle de vérité -que l’on peut retrouver ici dans l’exigence de s’habiller en fonction de son âge et son genre culturellement normés- qui passe par la connaissance de soi et qui est au cœur des gouvernementalités. L’objectif était de contribuer à montrer que cette réflexivité et ce travail sur soi sont des éléments importants de l’acquisition et de la mobilisation des habitus tels que définit par Pierre Bourdieu. La prise en compte de cette réflexivité va pourtant à l’encontre de sa pensée, suivant ainsi Philippe Corcuff (2001) qui a souligné la fragilité empirique de la théorie de l’habitus tout en saluant l’ambition théorique de Pierre Bourdieu. Plus récemment, Michael Burravoy (2012 : 7) notait que Pierre Bourdieu « a développé toute son articulation des habitus et des champs sans prendre au sérieux la compréhension que les acteurs ont d’eux-mêmes, ni même les ressources qu’ils ont à leur disposition ».

34Ainsi, en mettant en évidence comment la maitrise de ces habitus, terme employé ici au sens de savoir-faire, permet à nos jeunes interlocuteurs d’acquérir du pouvoir au sein de ces réseaux d’actions, a été souligné le double lien entre individu et société caractérisé par Michel Foucault (2011b : 466). Sur ce terrain spécifique, le premier lien se caractérise par le fait que le vêtement, comme objet matériel, et l’action socialisée qu’il nécessite renseignent les jeunes sur leur âge et leur genre puisqu’on a vu que ni l’un ni l’autre ne sont des données naturelles. Le second révèle dans l’expérience du monde que font ces jeunes en agissant avec ces vêtements et qui leur permet d’éprouver l’efficacité de leurs savoir-faire, de s’éprouver eux-mêmes, de se construire comme sujets tout en répondant à l’exigence sociale de connaissance de soi. La dimension morale de l’habillement s’insinue dans ce double lien qui les construit comme sujet du pouvoir c’est-à-dire traversés par des pouvoirs que, tour à tour, ils subissent, maitrisent ou exercent.

Haut de page

Bibliographie

Achin C., Rennes J. dir.(2009), dossier « La tyrannie de l’âge », Mouvements, n° 59.

Aries P. (1960), L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, Plon.

Barthes R. (1957), Histoire et sociologie du vêtement, in Annales Economies, Sociétés et Civilisations, 12 n° 3, Paris.

Barthes R. (1957), Histoire et sociologie du vêtement, quelques observations méthodologiques, Annales n°3, juillet-septembre 1957.

Barthes R. (1967), Système de la mode, Paris, Éditions du Seuil.

Bastide R. (1973), Le principe d’individuation. Contribution à une philosophie africaine, colloque international du CNRS, p. 33-43.

Bateson G., Mead M. (1942), Balinese Character : a Photographic Analysis, New York, NY Academy of Sciences.

Bell Q. (trad. 1992), Mode et société: essai sur la sociologie du vêtement, Paris, Presses universitaires de France., coll. « Sociologie » [1re éd. 1976].

Bessin M., Blidon M. dir. ( 2011), dossier « Vieillir », Genre, Sexualité et Société, n°6.

Bilge, S. (2009), Théorisations féministes de l’intersectionnalité, Diogène, 225, p. 70-88.

Bourdelais P. (1994), Le vieillissement de la population : question d’actualité ou notion obsolète, Débat, n° 82, p. 176-192.

Bourdieu P. (1980), Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1980), Haute couture et haute culture in Questions de sociologie, Paris, les Editions de Minuit.

Bromberger C (2010), Trichologiques. Une anthropologie des cheveux et des poils, Paris, Bayard.

Brougère G. (2003), Jouets et compagnie, Paris, Stock.

Burawoy M. (2011), Conversations with Bourdieu : The Johannesburg Moment, Johannesburg, University of Witwatersrand Press. Traduction 2012 [consulté le 17 décembre 2013] http://www.contretemps.eu/lectures/théorie-pratique-quand-marx-rencontre-bourdieu

Corbin A. (1982), Le miasme et la joncquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècles, Flammarion, coll. « Champs ».

Corcuff P. (2001), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte.

Cook D. (2004), The Commodification of Childhood. Durham, NC, Duke University Press.

Crenshaw K. et Bonis O. (2005), « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, (2), 39, p. 51-82.

Delalande J. (2001), La cour de récréation. Contribution à une anthropologie de l’enfance, Rennes, PUR.

Détrez C. (2002), La construction sociale du corps, Paris, Seuil, coll. Point. 

Diasio N. (dir.) (2004), Au palais de Dame Tartine. Regards européens sur la consommation enfantines, Paris, L’Harmattan.

Diasio N. (2006), Adultes et enfants entre pouvoirs et insoumission, in Sirota R. (dir.), Eléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, PUR.

Diasio N. (2009), La liaison tumultueuse des choses et des corps. Pour un positionnement théorique de Matière à Penser in M.-P. Julien et C. Rosselin (ed.), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, éditions du CTHS, Coll. Orientations et méthodes.

Diasio N. (2010), Le gouvernement de l’incertitude. Corps, culture matérielle et maillage des temps à l’enfance. Mémoire pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, Paris, Université Paris Descartes.

Dorlin E. (dir.), avec Bidet Mordrel A. (2009), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF.

Fainzang S. (2001) Médicaments et société. Le patient, le médecin et l’ordonnance, Paris, PUF, 2001.

Faure S. (2000), Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La Dispute.

Feller E. (2005), Histoire de la vieillesse en France, 1900-1960. Du vieillard au retraité, Paris, Seli Arslan.

Fine A. (1997), Parrainage, marrainage et relations familiales dans la société française contemporaine, Lien social et Politiques, RIAC, n° 37, p. 157-170.

Foucault M. (1994), Dits et écrits, Tome IV Paris, Gallimard.

Foucault M. (2001a), Dits et Ecrits II, Paris Gallimard coll. Quatro.

Foucault M. (2001b), L’herméneutique du sujet, Cours au Collège de France 1981-1982, Paris, Gallimard.

James A. (1993), Chidhood Identites : self and social relationships in the Experience of the child, Edimburgh, EUP.

Julien M.-P. (2012a), Sujet, subjectivation, subjectivité et sciences sociales, in Deniot J. et Réault J. (ed.), L’odyssée du sujet, Les cahiers du Lestamp-Habiter Pips, Nantes.

Julien M.-P. (2012b), Quel statut accorder aux savoir-faire dans nos recherches. Réflexions à partir de deux terrains récents, Congrès AFEA, http://afea2011.sciencesconf.org

Julien M.-P. et J.-P. Warnier (ed.) (1999), Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan, Connaissances des hommes.

Kaufmann J.-C. (1992), La trame conjugale, Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Kaufmann L. et Skuza K. (2008), Esquisse d’une sociologie de la première personne, in Giovanni A. et Guilhaumou J., Histoire et subjectivation, Paris, éditions KIME, p. 57-100.

Mauss M. (1924) Essai sur le don, http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

Merleau-Ponty M. (1945), La phénoménologie de la perception, Paris, NRF.

Peatrick A.-M. (2003), « L’océan des âges », L’Homme, vol. 3-4, n° 167-168, p. 7-23.

Prout A. (ed.) (2000), The Body, Childhood and Society, London-New York, MacMillan St. Martin’s Press.

Shilling C. (1993), The Body and the Social Theory, London, Sage.

Simmel G. (1998), La parure et autres essais,Paris, éditions de la MSH [1re éd. 1908].

Sirota R. (1998), Emergence d’une sociologie de l’enfance : évolution de l’objet, évolution du regard, Education et sociétés. Sociologie de l’enfance, 2, 9-34.

Sirota R. (dir.) (2006), Eléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, PUR.

Thiercé A. (1999), Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin.

Thorne B. (2004). Editorial: Theorizing age and other differences in Childhood, London, Thousand Oake and New Delhi, SAGE Publications, vol. 11 (4), 403-408.

Turmel A. (2008), A Historical Sociology of Childhood. Developmental Thinking, Categorization and Graphic Visualization, Cambridge (UK), Cambridge University Press..

Turner B. (1995), Aging and Identity. Some reflections on the Somatization of the Self in Featherstone M., Wernick A. (ed.), Images of Aging. Cultural Representations of Later Life, London-New York, Routledge, p. 245-260.

Veblen, T. (1899/1970), Théorie de la classe de loisirs, Paris, Gallimard.

Vinel V. (à paraitre), Se coiffer et se maquiller entre l’enfance et l’adolescence : la parure comme production des âges et du genre (France), in Mélanie Jacquemin, Enfance et genre, Paris, INED.

Volery I. (2012), L’encadrement territorial des subjectivités juvéniles, SociologieS, URL : http://sociologies.revues.org/402

Warnier J.-P. (1999), Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts,Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 L’identification, entendue ici, est le fait qu’un sujet adopte des comportements, savoir-faire, émotions, façons langagières d’autres personnes qui lui sont proposées comme modèles. Ce processus central de la socialisation a été décrit par différents ethnologues et sociologue depuis R. Bastide (1973) jusqu’à L. Kaufmann et K. Skuza (2010) . Dans l’action, par les objets utilisés et les gens rencontrés au cours de ces activités, le sujet va s’identifier à différents groupes, engageant dès sa naissance sa sensori-motricité et son affectivité dans ce processus social.

2 Un réseau d’action dans le sens foucaldien est un ensemble d’actions de différents individus mais dépendantes entre elles. Ce réseau est à la fois le lieu d’exercice du pouvoir et le lieu de sa résistance au sens où le pouvoir n’est jamais uniquement exercé sous la forme de l’interdit et du châtiment.

3 Par sujet, j’entendrai ici, à la suite de M. Foucault (1994) et d’ethnologues comme S. Fainzang (2001), des individus à la fois acteurs de leurs actes et soumis à des pouvoirs qui les dépassent comme les déterminants socioculturels, un contexte politique, des lois et des règles qui s’imposent à eux. Pour plus de détails sur la notion de sujet en sciences sociales voir Julien 2012a.

4 A propos des normes corporelles et intellectuelles et des mesures qu’elles ont engendrées cf. André Turmel, 2008.

5 Luc, 14 ans, vit avec sa mère dans un appartement du centre-ville de Strasbourg. Entretiens et ethnographies de Chloé Buchmann.

6 Arthur, habite avec ses parents et sa soeur de 13 ans dans un appartement en proche banlieue de Strasbourg. Entretiens et observations Marie-Pierre Julien.

7 Océane, 12 ans, habite avec ses parents et sa sœur 11 ans dans une maison d’un village de la région des Trois Frontières en Alsace. Entretiens et observations de Pauline Michel.

8 Lorraine, 10 ans, habite avec ses parents et sa sœur, 4 ans ½, un appartement en centre-ville Meurthe et Moselle. Entretiens et observations d’Estelle Reinert.

9 Lisa, 10 ans, habite avec sa mère dans un appartement du centre ville d’une petite ville de Lorraine. Elle a 4 frères et soeurs plus agés par sa mère et par son père. Entretiens et ethnographies d’Estelle Reinert.

10 Marie, 11 ans, habite avec ses parents une maison dans un village de Meuse du Nord. Elle a un frère et une sœur plus jeunes qu’elle. Entretiens et ethnographies d’Estelle Reinert.

11 Dadi,10 ans, habite un pavillon dans la banlieue de Mulhouse avec ses parents. Il a un frère et une sœur beaucoup plus âgés que lui. Entretiens et ethnographies de Marie-Pierre Julien.

12 Diva, 10 ans, vit avec sa mère dans un appartement d’un village du Haut-Rhin. Elle a des frères et sœurs beaucoup plus âgés qu’elle. Entretiens et observations de Siar Munckien.

13 Lucie, 11 ans, vit avec des parents et son frère (8 ans) et sa sœur (13 ans) dans une maison dans une zone pavillonnaire d’une petite ville de Lorraine. Entretiens et observations de Niloofar Shariat.

14 Pour nos interlocuteurs, vêtements et accessoires font souvent partie de la même catégorie praxique.

15 Tom, 13 ans, Ibanez, 11 ans et Maxence, 8 ans, vivent dans un maison d’un village de Moselle. Entretiens et observations de Benoit Dejaiffe.

16 Paul, 10 ans, vit dans un appartement dans la périurbanité de Strasbourg avec sa mère et son frère de 5 ans. Entretiens et observations de M.-P. Julien.

17 Magali, 10 ans, habite avec ses parents et ses sœurs (8 ans et 3 ans) dans un appartement HLM dans la périurbanité de Strasbourg. Entretiens et observations M.-P. Julien.

18 Chloé, 12 ans, et Mathieu, 10 ans, vivent avec leurs parents dans une petite ville des Vosges. Entretiens et observations de Nicoletta Diasio.

19 Benjamin, 14 ans, Loïc, de 16 ans, habitent une maison dans un village situé à 10 km de Saint-Dié dans Les Vosges. Entretiens et observations de Louis Mathiot.

20 Maxime, 13 ans vit avec sa mère dans une maison d’une village d’Alsace. Il a une soeur de 22 ans qui fait ses études à Strasbourg. Entretiens et observations de Pauline Michel.

21 Florian 11 ans, Jeff 9 ans et Pikatchu 5 ans, habitent avec leur mère et le père de Pikatchu dans un appartement HLM d’un village de Moselle. Entretiens et observations d’Estelle Reinert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Pierre Julien, « Choisir ses vêtements et questionner l’incorporation des habitus », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 134-143.

Référence électronique

Marie-Pierre Julien, « Choisir ses vêtements et questionner l’incorporation des habitus », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3480 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3480

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Julien

MC Université de Lorraine – 2L2S

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals