Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

La fiction « société civile » et les think tanks bulgares

Ethnographie du discours anti-communiste des think tanks libéraux en Bulgarie (1989-2013)
The civil society fiction and Bulgarian think tanks. Ethnography of the anti-communist discourse in the liberal think tanks of Bulgaria (1989-2013)
Dostena Anguelova-Lavergne
p. 146-157

Résumés

A partir de la fin des années 1970 et surtout après la chute du mur de Berlin, outre un concept d’analyse dans le champ des sciences politiques, la société civile est devenue un instrument théorique et pratique de démocratisation dans les pays de l’Est et dans le monde (des « révolutions de velours » au « printemps arabes »). Partant des observations et d’entretiens d’un terrain anthropologique auprès des think tanks bulgares, l’article propose une analyse critique de la manière dont la société civile bulgare est tenue en otage symbolique par des stratégies d’une nouvelle élite d’activistes d’ONG et de think tanks, financée par des réseaux mondialisés de professionnels de la démocratie. Depuis plus de vingt ans, ils agissent en maîtres du discours anti-communiste en exerçant un monopole sur les idées et sur les formes de la société civile locale, l’objectif étant notamment d’empêcher la naissance d’une société civile de gauche. Leur tentative de transformer les manifestations anti-néolibérales de l’hiver 2013 en happening de sympathisants de la droite est le point de départ de l’article qui ensuite remonte à la construction et aux usages symboliques et politiques du discours anti-communiste depuis le début de la transition démocratique bulgare.

Haut de page

Texte intégral

Le discours de la transition n’est pas en effet un discours scientifique, mais l’acteur du procès qu’il désigne… Présentée comme une décommunisation économique aussi bien que politique, la transition n’est digne de ce nom qu’en tant qu’elle s’oppose à un passé reconstruit et idéologiquement surdéterminé.
N. Guilhot, 1995

  • 1 En 1989 Dr Jelu Jelev devient leader de l’opposition anticommuniste. Exclu du Parti Communiste Bulg (...)

1Depuis la chute du mur en 1989, la naissance de la société civile bulgare a été annoncée à plusieurs reprises : en 1990 avec l’arrivée au pouvoir du premier président anticommuniste Jelu Jelev, issu des clubs dissidents1, en 1997 quand les manifestations de la rue, conjuguées aux efforts des ONG et des think tanks libéraux ont contribué à la chute du gouvernement socialiste de Jean Videnov, puis en 2013 – une année marquée par l’apparition au mois de février des indignados bulgares. Cependant, ces attentes semblent systématiquement déçues par des fausses couches répétitives qui remettent à plus tard la perspective d’une gouvernance démocratique. En 2013, un quart de siècle après la chute du mur, la Bulgarie, membre à part entière de l’Union Européenne, semble à nouveau déchirée par un retour en arrière social et idéologique qui oppose « démocrates » et « communistes » sur fond de misère sociale sans précédent. Elle est devenue le terrain d’un phénomène inédit : la transformation des révoltes populaires contre les monopoles capitalistes en manifestations anticommunistes qui réclament le retour des politiques d’austérité de la droite. Les observateurs occidentaux des évènements semblent déboussolés, d’autres adoptent l’analyse « prête-à-porter » des experts des think tanks, devenus depuis des années interlocuteurs privilégiés de la presse occidentale. Comment expliquer ce phénomène de point de vue de l’anthropologie politique ?

2Présente depuis le début des années 2000 sur le terrain de la société civile bulgare, depuis plus de dix ans je travaille en tant qu’anthropologue politique sur le phénomène des think tanks bulgares – « accoucheurs de la société civile » et « watchdogs » (chiens de garde) des réformes libérales (Lavergne 2009, 2010). Dans ce texte j’argumente que c’est justement à partir de ce rôle, qu’aujourd’hui encore ils interviennent dans la transformation des processus sociaux-politiques bulgares, dont les révoltes de 2013.

La société civile bulgare, un nouvel acteur politique

  • 2 Créé en 1961 durant le mandat de John F. Kennedy, l’USAID a pour mission la prise en charge de l’as (...)
  • 3 A partir de 1984 le financier philanthrope Georges Soros commence à créer un réseau de fondations d (...)
  • 4 Fondée en 1983 par les «faucons» et les cold warriors de la révolution néo-conservatrice, la Nation (...)

3La transition démocratique est le paradigme-clé qui justifie l’apparition des think tanks dans les pays de l’Est et en Bulgarie. Dès le début des années 1990, ces nouveaux acteurs du politique, situés en dehors des partis et de l’administration de l’Etat, bénéficient de l’aide morale et financière de l’Occident, notamment des Etats-Unis. A la frontière entre le monde académique, politique et médiatique, leurs experts, dès le départ, formulent le projet de devenir leaders et accoucheurs de la société civile. Les fonds financiers puissants de l’USAID (Agence américaine internationale pour le développement)2, de la fondation Open Society de Georges Soros3, de la fondation américaine de développement de la démocratie dans le monde NED4 etc., y compris de l’Union Européenne, leur permettent d’exercer une influence sur les programmes politiques nationaux et les processus de prise de décision à travers un travail de conseil politique et économique, des campagnes médiatiques visant l’opinion publique, la rédaction de projets de lois et de rapports sur l’avancée des réformes en Bulgarie. Se situant dans une logique d’internationalisation des réseaux américains de professionnels de la démocratie (Guilhot 2005, Dezelay 2004), leur dépendance financière, mais aussi symbolique, vis-à-vis de ces réseaux pose dès les années 1990 la question de la légitimité et des conséquences à long terme de leur action dans les sociétés locales (Petric, 2007, Lavergne 2009, 2012, Sampson 2003, Verdery, 1996, Wedel 1998, 2009).

4Le texte, qui comporte deux parties, propose une analyse du double positionnement des think tanks bulgares – une stratégie qui leur permet de s’assurer le monopole sur la représentation de la société civile freinant ainsi toute initiative qui ne se conforme pas aux objectifs des réformes libérales, voire ultralibérales, dans le pays. Alors qu’ils se présentent ouvertement, notamment dans les années 90, comme agents d’institutions et de fondations occidentales, chargés par leurs donateurs de l’application des recettes administrées au pays au nom d’un « choix civilisationnel », les experts des think tanks revendiquent aussi le rôle de révolutionnaires et tribuns qui défendent l’idée du local knowledge et de la spécificité du contexte bulgare. L’analyse de leurs discours met en évidence des propos contradictoires : sur les Bulgares, qui sont tantôt des « paysans », forcément arriérés, tantôt des « citoyens », forcément entreprenants ; sur l’Etat qui est tantôt un ennemi à combattre, tantôt un partenaire dont le renforcement doit être un objectif prioritaire ; sur les donateurs et les experts des institutions internationales, qui sont soit des gourous que l’on cite avec admiration, soit « des gens qui n’ont rien compris à la région ».

5Dans la première partie du texte, je propose d’analyser la construction du discours « décommunisateur » des experts – agents de l’Occident. A partir du début des années 2000, la perspective de l’entrée de la Bulgarie dans l’Union Européenne en 2007 affaiblit la fonction politique de celui-ci dans un pays désormais « normalisé » et jugée démocratique. Néanmoins, en juillet 2013 ce discours, qui oppose les rouges (communistes) aux bleues (démocrates), est réactivé et instrumentalisé dans la transformation politique et idéologique des révoltes populaires en révolution morale de l’élite urbaine de droite.

Des manif des indignados « crasseux » au défilé des sofiotes « propres et intelligents »

6En février 2013 une révolte populaire éclate à Sofia et dans les grandes villes de province en Bulgarie. C’est la conséquence d’un appauvrissement sans précèdent accompagné d’un profond sentiment de déception politique et sociale. Comme le note Vasil Prodanov, la « transition démocratique » se révèle plus pénible et destructrice pour les Bulgares que les deux guerres balkaniques et une guerre mondiale l’ont été ensemble (Prodanov, 2012). En 2007, le PNB atteint à peine le niveau de 1989, l’index de la liberté économique selon lequel la Bulgarie tient la 46e position en 1985 s’effondre et en 2000 le pays est classé seulement à la 105e position. L’index de développement de l’ONU (durée de vie, éducation, ressources économiques de la population) classe la Bulgarie en 26e position en 1987 (devant la Hongrie, la Roumanie, la Pologne, mais aussi Singapour ou la Corée de Sud). En 2006, la Bulgarie a perdu trente places dans le même classement et se retrouve en 56e position. Actuellement, la Bulgarie est le pays le plus pauvre de l’Union Européenne.

7Après une longue inexistence politique, une fois descendue dans la rue, la population n’envisage plus le retour en arrière. Les manifestations contre la montée des prix de l’électricité et les monopoles dans la distribution de l’énergie se transforme rapidement en contestation du gouvernement de droite du parti GERB qui porte très mal son nom (Citoyens pour un développement européen de la Bulgarie). Le matin du 20 février 2013, un jeune Bulgare, alpiniste et photographe de 36 ans, s’immole devant la mairie de la ville portuaire Varna. Jusqu’à la fin, il porte dans ses bras un panneau qui appelle à la démission du maire – symbole du pouvoir des oligarques qui asphyxie le pays depuis la chute du mur en 1989. Comparé au Tchèque Jan Palach, au Tunisien Mohamed Bouazizi, en quelques jours, le Bulgare Plamen Goranov devient le drapeau d’un imprévisible et précoce « printemps bulgare » dont les nouvelles ne parviennent guère en France.

8Appauvrie, niée, persuadée qu’elle n’a aucun moyen de se faire entendre en politique, en février 2013, la population bulgare finit par contraindre le gouvernement néolibéral du parti GERB à démissionner. Elle vient enfin de rejoindre les mouvements des indignados, des citoyens révoltés en Grèce, au Portugal, en Grande Bretagne et en France. Ces évènements annoncent dans l’espace public bulgare, mais aussi européen, l’accomplissement de la synchronisation des processus politiques et sociaux entre les anciennes démocraties de l’Ouest et les nouvelles démocraties de l’Est. Plus que cela, ils posent à postériori la question de l’interprétation des « révolutions de velours » et des « transitions démocratiques » dans ces pays. En février 2013, les Bulgares prennent définitivement conscience qu’en 2007 ils n’ont pas rejoint l’Europe de l’Etat-Providence, ni même celle de la justice et des droits de l’homme dont ils avaient tant rêvé à la sortie de quarante-cinq ans de totalitarisme, mais une Europe à plusieurs vitesses qui subit elle-même une profonde crise de souveraineté politique et économique, secouée par les mesures d’austérité, de réduction du secteur public et de scandales de corruption. Une Europe elle-même en transition vers un type de gouvernance où l’Etat n’apparaît plus que comme un des acteurs parmi d’autres (entreprises, organisations internationales, ONG, think tanks, mafias, etc.) dans la négociation des « parts du marché » du politique (Stone, 2001).

9Depuis 2001, les électeurs bulgares privilégient le vote contre l’oligarchie économique et politique en plaçant leurs espoirs dans divers partis qui leur promettent de combattre la corruption et d’instaurer une égalité devant la loi. La grève des professeurs en 2007, « la plus importante dans la nouvelle histoire bulgare » (Mitev, 2007) et celle des policiers en 2008, envoient des signaux de détresse sociale, mais n’aboutissent pas à une mise en cause du système politique et économique. Au contraire, les manifestations du mois de février 2013 expriment la maturation d’alternatives politiques au sein d’une société civile indépendante des ONG et des fondations financées par des réseaux étrangers.

10Sans endosser des couleurs partisanes, pour la première fois dans l’histoire récente de la Bulgare, les citoyens se révoltent contre le capitalisme sans foi ni loi qui s’est servi des partis politiques et des anciennes structures du régime communiste, pour instaurer un Etat corrompu et anti-démocratique dans un pays membre de l’Union Européenne. Pour la première fois, les manifestants de février formulent des slogans contre le néo-libéralisme financier et les monopoles. Des jeunes de la rue se regroupent dans des comités de réflexion et des mouvements tels que « Contrôle citoyen » qui refusent de succomber aux propositions de « rachat » par les grands partis. Ils revendiquent une profonde réforme du système : mise en place de commissions de veille citoyenne sur les organes de l’Etat, modification de la loi électorale, retour de l’Etat dans les secteurs stratégiques de l’énergie, du transport, de l’éducation et de la santé, tout comme la promotion des PME et des producteurs agricoles qui, aujourd’hui, disparaissent asphyxiés par les multinationales.

11Les médias en France n’accordent pourtant pas de tribune à ces jeunes révoltés du « printemps bulgare » par ce que celui-ci ne fait plus sens dans le récit de la transition démocratique. Les évènements de février représentent une rupture, une discontinuité dans ce récit : pour la première fois après 1989, la rue lutte contre un gouvernement de droite, mais aussi contre tout le système ultralibéral en place.

12Les manifestations bulgares franchisent pourtant la barrière du silence médiatique pendant l’été 2013, au moment où elles sont transformées en une confrontation partisane qui réussit à convoquer le fantôme de l’anticommunisme. La « potentialité fondatrice », « la discontinuité subjective », « l’épistèmê alternative » des émeutes sont désamorcées (Bertho 2009 : 38). Le sens des évènements est réinséré dans la continuité du récit de la démocratisation inachevée de l’Est.

13La deuxième vague des manifestations est déclenchée le 14 juin 2013 par la nomination au poste directeur de l’Agence de sécurité nationale (DANS) du député Delyan Peevski – jeune magnat de la presse, lié à une banque puissante et soupçonné de liens avec des cercles économiques oligarchiques. A peine formé suite à la démission du gouvernement GERB et les élections parlementaires extraordinaires, le nouveau gouvernement bulgare rejoint le camp des « tous pareils ». Soutenu par le parti socialiste, il promet de combattre les pratiques anti- démocratiques (corruption, écoutes illégales etc.) du gouvernement précédent, mais procède à la nomination de Peevski dans l’irrespect de la sensibilité de l’opinion. Paradoxalement, alors que les élections en mai 2013 ont affiché des taux record d’absentéisme, l’émotion politique de la rue remonte instantanément.

14La nomination est annulée, mais les manifestations ne cessent pas pour autant et demandent désormais la démission du gouvernement. Au départ, dans les rangs des manifestants se retrouvent aussi les vétérans des manifestations de février, des sympathisants de gauche comme de droite, des citoyens sans couleur politique. Mais progressivement, en juillet 2013, à côté des slogans du février tels que « Mafia ! » et « Démission ! », les manifestants hissent de plus en plus des panneaux « Pourriture rouge ! », « Les communistes en savon ! » et d’autres qui visent directement le parti socialiste comme représentant unique du Mal. A la différence des manifestants de moi de février, ceux de juillet-août, ne revendiquent pas des mesures sociales, ni la levée des monopoles ou des mesures d’austérité. Au contraire, ils s’opposent à l’actualisation du budget 2013 qui prévoit des mesures de sauvetage social de la population en détresse. Menés par des experts des think tanks qui ont rejoint la rue, tel l’économiste de tendance néolibérale Georgi Ganev ou l’historien Evgeni Dainov et d’autres, soutenus officiellement par l’Association des patrons (le MEDEF bulgare) et le parti GERB, les manifestants revendiquent la démission du gouvernement soutenu par majorité socialiste, élections immédiates et changement de la loi électorale afin de faire entrer au parlement les députés de droite restés en dehors du parlement ou provoquer un retour au pouvoir du parti néolibéral GERB. Comment c’est opéré ce changement de paradigme ?

15« Chamans de la démocratie » et « ingénieurs politiques » de la transition, les experts des think tanks libéraux et les cercles médiatiques qui s’y associent y jouent un rôle décisif. Les journaux Dnevnik et Kapital du groupe de presse Iconomedia, qui depuis des années travaillent en équipe avec ces experts, se transforment rapidement en plateforme médiatique et électronique des manifestants. Ils opèrent une sélection des visages et des histoires personnelles qui devraient participer au nouveau storytelling d’une révolte populaire contre l’oligarchie – rouge par définition. Comme par hasard, dans le « peuple » en question se retrouvent que des sympathisants de droite, qualifiés de « beaux », « créatifs », « tolérants », « capables de payer leurs impôts et leurs factures d’électricité », tout à l’opposé de la plèbe mal lavée, insolvable et agressive des manifestations du mois de février.

16La transformation du sens (framing) des manifestations est opéré sans douleur par les spin doctors des think tanks. Leurs experts rejoignent la foule et soutiennent « le peuple », alors qu’en février 2013 ils associent ses revendications de démocratie directe à du « bolchévisme » et au slogan communiste « tout le pouvoir aux soviets. » L’anticommunisme, remis au goût du jour, sert de fumigène pour désorienter et endoctriner, mais surtout pour vider de leur message initial les revendications des manifestants du mois de février. L’oligarchie devient un synonyme univoque du parti socialiste bulgare (PSB) – désigné comme seul responsable de la catastrophe sociale et économique de la transition « démocratique ». Les « remplaçants » des manifestants de février oublient d’inclure dans la liste des responsables l’oligarchie bleue, crée notamment par la privatisation sauvage au temps des gouvernements de l’UDF (1997-2001), le fanatisme du marché qui a liquidé « l’héritage du communisme » dans le domaine industriel et agraire, la dérégulation financière et la baisse drastique des dépenses sociales par le parti de droite Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie – GERB (2008-2013).

17Le bilan de la transition est effrayant par l’injustice sociale, économique et politique qui s’est installée pour durer. La population blâme les élites politiques et leurs cercles oligarchiques. Cependant, la société civile, enfin naissante en dehors de l’ingénierie politique des think tanks subventionnés, peut devenir un facteur de déstabilisation imprévisible. Dans ce contexte, « la société civile » instituée par les donateurs internationaux est mobilisée pour transformer le conflit entre les indignados et l’oligarchie en un conflit entre la « plèbe rouge » et le « peuple démocratique » de droite.

18Telle une muselière symbolique, l’opposition communisme-anticommunisme revient pour empêcher l’expression d’une contestation du système et surtout la naissance d’une société civile de gauche. Divers représentants d’ONGs subventionnées par le même réseau de financement que les think tanks (South East European Trust for democracy ) s’autoproclament porte-paroles du mouvement protestataire. Les activistes de ces ONGs, tout comme certains experts des think tanks, intègrent désormais le Conseil des citoyens qui doit préparer la plateforme d’un nouveau parti de droite : le Bloc réformateur. Son objectif est de fabriquer une alternative politique de droite au parti néolibéral GERB qui a perdu toute légitimité après les révoltes en 2013. La société bulgare semble déchirée, comme dans les années 90’ : bleus contre rouges. Une division pourtant strictement artificielle qui ne correspond pas à la transformation de la réalité sociopolitique dans le pays.

19Afin de comprendre les mécanismes de la résurrection de cette déchirure symbolique et politique, je propose d’observer la manière dont le discours anticommuniste des think tanks bulgares se construit dans le contexte de la transition. Mon analyse s’appuie entre autres sur des entretiens et des documents que j’ai accumulés pendant mon terrain de thèse en Bulgarie entre 1999 et 2006.

Les défenseurs des réformes démocratiques et libérales

  • 5 Entretien E. D Center for Social Practices Sofia 2001.

20Les entretiens que j’ai menés avec les leaders des think tanks sur les origines et les raisons d’être de leurs organisations font tous référence à leur mission d’accoucheurs de la démocratie bulgare. Ils assument cette responsabilité, tels « des voyants parmi les aveugles »5, les aveugles étant à la fois les politiciens, le peuple et les intellectuels, dits traditionnels.

  • 6 Think tank bulgare créé en 1994 avec l’aide de l’Open Society Institute de Georges Soros et la fond (...)

21« Nous sommes une sorte de traducteurs de réalité, on a les clés de compréhension des processus, on explique, mais on agit aussi, ou plutôt on aide à faire », insiste D.K du Center for Liberal Stratégies6 (CLS), un des think tanks les plus actifs dans le domaine de restructuration de l’espace politique des partis dès 1995.

  • 7 Il s’agit du premier think tank crée sur le territoire de l’ex-bloc de Varsovie quelques mois avant (...)
  • 8 Entretien K.S. 2001 Sofia.
  • 9 Créé en 1994, le Center for Social Practice (CSP) est très engagé en faveur de l’UDF et mène divers (...)
  • 10 IRIS (Institute for International and Regional Studies) est crée en 1998 et agit principalement dan (...)
  • 11 Think tank économique d’obédience hayekienne, créé en 1993, membre du réseau de think tanks néolibé (...)

22Déjà en 1990, alors que le Center for the Study of Democracy (CSD)7 est le seul think tank officiellement enregistré en Bulgarie, les futurs leaders des think tanks auraient posé leurs candidatures de « sauveurs de l’agenda démocratique »8. Dans son livre sur la transition bulgare, le directeur du think tank CSP9 Evgeni Dainov situe l’apparition publique des experts des think tanks en 1990 sous l’appellation « politologues » (Dainov, 2000). A la différence des intellectuels, qui se sont révélés « incapables de traduire ce qui se passe du langage des valeurs et des passions dans le langage de la rationalité et de l’agenda démocratique, les « politologues » ont accouché des modèles principaux selon lesquels il faut penser la politique ». Dainov cite ainsi les noms des directeurs des think tanks libéraux : Ivan Krastev (CLS), qui « commence le travail de création de ce qui devait construire le débat politique bulgare et ses agendas » ; Ognian Minchev (IRIS)10 qui pousse à radicalisation du message anti-communiste ; Krassen Stanchev (Institute for Market Economy, IME)11, qui déconseille à tout prix une coalition des forces démocratiques avec les anciens communistes ; Dainov, l’auteur qui appuie lui-même la thèse du cordon sanitaire anti-communiste.

  • 12 Entretien IK dir CLS Sofia 2005.

23D’après Dainov (2000 : 516-517) « les experts des think tanks sont les sauveurs du débat démocratique bulgare », principalement parce qu’ils ont réussi à faire entendre que « la démocratie est quelque chose qui existe ailleurs et que l’on peut importer sans nécessairement essayer d’inventer l’eau chaude à la bulgare ».Il affirme que la faute de certains intellectuels bulgares est de vouloir sans cesse mettre en cause l’applicabilité du modèle démocratiqueuniversel dans le pays. Cela aurait d’après lui pour conséquence « le déplacement du débat de la sphère des mécanismes universels de la démocratie (vers lesquels la transition nous fait transiter) dans la direction de réflexions situées dans la matrice des mythologies nationales ». Dans un entretien12, le directeur du CLS Ivan Krastev (2001), dit que la mission des think tanks bulgares est de travailler au nom du consensus libéral « contre toutesles fausses alternatives populistes qui mettent en question la nécessité des réformes telles qu’elles ont été recommandées par le FMI et la Banque Mondiale » et qui prétendent souvent inventer un modèle national spécifique. Par « populistes », ils entendent toutes alternatives intellectuelles ou politiques (notamment provenant de la gauche socialiste) qui contestent la privatisation sauvage des richesses nationales et du secteur public, tout comme les politiques d’austérité appliquées à la Bulgarie bien avant la crise de 2008.

  • 13 Ouvrage souvent cité comme fondateur de la science de la transition, dont les auteurs ont été solli (...)

24Mis à part les grands classiques de la transitologie américaine souvent cités dans les rapports ou les débats organisés par les think tanks bulgares au cours des années 1990, tels que O’Donnell, Schmitter, Whitehead (1986)13 ou Carothers (2002) etc., les experts ont souvent fait référence, au cours de nos entretiens, aux institutions exportatrices du paradigme démocratique telles la Banque Mondiale, le FMI, l’OTAN et, dans une moindre mesure, l’Union européenne. Comme le note Ivan Krastev (2002) à propos du think tank polonais CASE, les think tanks jouent le rôle d’agents locaux qui remplacent « les conseillers étrangers [de la Banque Mondiale et du FMI] par des brigades locales ».

  • 14 Entertien KS dir IME Sofia 2001.

25Cet extrait d’entretien avec le directeur de l’IME14 Krasen Stanchev illustre parfaitement la revendication par les think tanks d’un rôle de médiateurs-démocratisateurs inspiré par les paradigmes des institutions internationales :

« Notre think tank avait pour mission de produire des technologies de transformation de l’économie de type soviétique en économie du marché, un savoir qui n’existait pas à l’université bulgare où on avait la tête pleine de Marx. C’est pour cela qu’on est devenu un partenaire indispensable dans la conception des lois dans le domaine économique : investissements, commerce, banques, tout ça […] Ce n’est pas seulement le cas de la Bulgarie. Dans tous les pays ex-communistes les think tanks se sont efforcés de préserver le consensus libéral contre le consensus populiste. Et pour cela ils ont été aidés, comme nous, par les experts du FMI, de la Banque mondiale et, dans une moindre, bien moindre mesure, par les experts de l’Union européenne… »

  • 15 Entretien KS dir IME Sofia 2001.

26Les think tanks s’auto-représentent en effet comme des élites, capables de combler, au moins temporairement, la déficience des élites étatiques et économiques post-communistes, « trop liées au passé »15. Ils assument le rôle de contrôleurs locaux au nom des fondations et des institutions internationales, font du monitoring au nom de la Commission européenne, du Forum Economique Mondial, de l’OCDE, de la Banque Mondiale, de la Fondation Open Society, etc. Etant auteurs de rapports avec d’importantes conséquences économiques et politiques, ces experts se sentent investis d’un pouvoir de juges-évaluateurs, même si ce ne sont pas eux qui définissent les critères d’évaluation. L’Institut Européen (think tank fondé par George Soros) prépare un rapport qui évalue l’application des critères économiques de Copenhague fixées par l’UE pour les pays candidats. Comme le constate le bilan annuel de 2002 de l’Institut Européen, « le rapport a été livré au gouvernement bulgare et la Commission Européenne […] et ses conclusions principales intégrées dans le rapport officiel de la Commission Européenne pour l’année 2002 ».

  • 16 Nations in transit, Freedom House. Fondation américaine dont l’objectif est de promouvoir et de «me (...)
  • 17 Think tank economique cree en 1997 avec l’aide d’Open Society de Georges Soros et de la Banque Mond (...)
  • 18 Avec bien souvent des conséquences catastrophiques pour les populations concernées, la « thérapie d (...)

27On pourrait aussi citer le rapport annuel que le think tank CLS réalise pour la publication de la fondation américaine Freedom House16. Celle-ci compare « le progrès et les difficultés dans la réforme politique et économique » dans les pays d’Europe Centrale et Orientale, établissant un democracy score (note globale de l’état de la démocratie dans un pays donné) et produit un classement des « bons » et des « mauvais » élèves de la démocratie. Le rapport annuel sur la capacité concurrentielle de l’économie bulgare, réalisé par le think tank CED17 (Center for Economic Development) aboutit également à un classement qui, en 1999, range la Bulgarie en 56e position parmi 59 autres pays du monde. Ce rapport, commandé au CED par le Forum économique mondial, utilise une méthodologie élaborée par une équipe d’économistes de Harvard présidée par Jeffrey Sachs, le père des thérapies de choc18 dans les pays de l’Est. Le rapport vise notamment la mise en place rapide d’une législation éradiquant toute forme de protectionnisme économique.

Une société face à des « choix de civilisation»

  • 19 Concept développé par le philosophe français Henri Bergson et repris ensuite par le philosophe Karl (...)

28Sous des apparences scientifiques et neutres, derrière les notes chiffrées des rapports que nous venons de citer, le discours des think tanks sur la transition est traversé pourtant par une opposition idéologique souvent résumée en termes de « clash entre deux mondes » (Dainov 2000 : 378) rappelant ainsi la théorie de S. Huntington du « choc des civilisations ». Il s’agit d’une opposition qui en implique d’autres : entre deux mondes géographiques, culturels, politiques et sociaux, entre le passé et le futur, entre communisme et capitalisme, entre l’Est et l’Ouest, entre tradition et modernité, entre Etat et société civile, entre individualisme et collectivisme, entre société ouverte19 et société fermée.

29Voilà pourquoi « le choix » par exemple des think tanks libéraux des années 1990 de soutenir le parti de l’opposition anti-communiste de droite l’UDF (Union des Forces Démocratiques) est représenté non pas comme un choix politique et partisan, mais comme un « choix civilisationnel », un impératif historique dicté par l’idée du progrès. L’histoire de la Bulgarie après 1989 est pensée et décrite comme une hésitation permanente, « une alternative entre deux univers politiques et culturels, deux philosophies sur la nature de l’homme et de la société » : la « bleue » (représentée par le parti UDF) et la « rouge » (représentée par le parti PSB).

30Les think tanks assument donc le rôle de décommunisateurs – « agents des Lumières » de la transition, anges gardiens du passage, qui interviennent activement « à chaque fois que la société bulgare risque de dévier» (Dainov 2000 : 378).

31Je vais présenter ici une analyse plus détaillée des couples d’opposition qui structurent ce discours décommunisateur et situe les experts en arbitres extérieurs de la justesse des choix de la société bulgare.

Passé / futur

32Même si l’année 1989 est considérée dans le pays comme marquant le départ des changements démocratiques, l’opposition entre passé et futur – l’axe temporel de la transition – fonctionne davantage comme une opposition symétrique entre deux états (étapes) de la société, un point de départ et un point d’arrivée. Le groupe de travail du think tank Center for Social Practice (CSP) « La Bulgarie au xxie siècle » (Dainov : 2001) définit le point de départ comme « une société à la fois communiste (non démocratique), traditionnelle (non moderne) et fermée (non ouverte) » et le point d’arrivée comme « une société démocratique fondée sur l’initiative individuelle (non communiste, opposée à l’idée d’individus dissous dans une masse impuissante qui demande la protection), une société ouverte (non fermée) où les individus adoptent des rôles selon leurs objectifs et idéaux de bonheur dans un contexte d’accès à l’information, une société moderne, c’est-à-dire rationnelle et marchande (non traditionnelle et basée sur les relations « chaudes » des groupes pré-modernes) ».

33Au cours des entretiens que j’ai menés, « l’avant 1989 » n’est pas décrit en termes d’une réalité concrète. Mes interlocuteurs évitent d’en parler ou on en parlent uniquement de manière strictement personnelle et atemporelle (famille, amis, etc.). Dès que le passé est évoqué en tant que réalité politique, historique ou sociale, il se transforme en repoussoir idéologique, en fantôme prêt à ressurgir à n’importe quel moment pour inverser « le cours normal de l’Histoire ».

34Ainsi, dès 1989, à peine engagées, les réformes de la transition auraient déjà été menacées par les forces du passé.

  • 20 Entretien D.K., CLS, Sofia 2000.

« On était là pour tenir le cap, la direction des réformes… [suit la question : Qu’est-ce que la direction des réformes ?] Là je ne suis point hésitant. C’est faire que la transition devienne un processus irréversible, là je suis négativiste : c’est le non au passé, le non au communisme idéologique, non à la société d’avant »20.

35Pour les experts des think tanks donc, à partir des premières élections démocratiques de 1990, la transition (imaginée comme un trajectoire idéale) fut menacée par plusieurs événements politiques: l’arrivée au pouvoir du parti socialiste (PSB) en 1995 (qui aurait causé la crise économique et politique de 1996), les élections législatives de 2001 qui ont balayé les deux grands partis politiques au profit du nouveau mouvement politique de l’ancien roi Siméon II, l’arrivée au pouvoir d’une coalition socialiste en 2005 et enfin la chute du gouvernement du parti de libérale, populiste ou ultra-libérale droite GERB en février 2013. En résumé, la transition est menacée à chaque fois que la droite libérale n’est plus au pouvoir. De nombreux entretiens avec les experts représentent les think tanks comme une élite que diverses situations de mise en danger de la démocratie auraient obligée à se substituer aux partis politiques pour sauver le cours des réformes libérales. La crise politique et économique de 1996 est devenue le symbole le plus puissant du dangereux retour du passé évité de justesse grâce aux activistes de la société civile. Dans un entretien en 2000 le directeur de l’ONG-think tank ACCESS V. Roussanov affirme :

« Pendant le gouvernement Videnov [PSB], la seule opposition c’était nous, la société civile, les think tanks… L’UDF avait besoin de notre soutien, il n’avait pas d’autres ressources à mobiliser ».

  • 21 Entretien OM dir IRIS Sofia 2001.

36Pourtant, même si l’arrivée au pouvoir du parti de droite UDF en 1997 a levé le danger du retour des socialistes, la menace du passé aurait ressurgit en 2001 sous une forme de « populisme primaire qui a fait croire les gens au miracle de l’ancien roi Siméon »21. Vingt-trois ans après le début de la transition, en été 2013, les experts, assistés par les médias de leur réseau, tendent à reproduire la même situation idéologique où la démocratie serait menacée par un retour du passé. Cette fois-ci le mot « totalitarisme » est remplacé par le mot « oligarchie », toujours comme synonyme du parti socialiste PSB. Toute alternative de gauche doit être associée au communisme et donc stigmatisée.

Gauche / droite

  • 22 Entretien OM dir IRIS Sofia 2001.

37Jusqu’en 2001-2002, la thèse dominante des experts des think tanks bulgares est qu’ « il n’existe pas de transition de gauche»22, ni de société civile de gauche car, par définition, la société civile bulgare serait née pour défendre la transition démocratique. Cela explique pourquoi tous les think tanks bulgares des années 1990 se définissent comme libéraux de droite. Sociologue et expert invité dans plusieurs projets et débats des think tanks bulgares, G. Fotev résume l’argumentation qui accompagne cette vision de la transition :

« La transition ne peut être que de droite puisqu’il est question de privatisation de la propriété nationalisée, puisqu’il s’agit de mettre fin à la gestion centralisée étatique de l’économie et de l’orienter vers les mécanismes de marché… » (Fotev 2002 : 85)

38Toute politique sociale qui mettrait en cause la thérapie de choc est rejetée comme irréaliste et irresponsable dans les conditions de la transition. Les promesses du parti socialiste (PSB) d’inventer un modèle social de réformes sont accusées de populisme irréaliste, d’une sorte d’égoïsme qui refuse de payer le prix de la démocratie :

« Les gens ne veulent pas comprendre que la démocratie demande des sacrifices. Nous, tout ce qu’on essaie de faire, c’est de leur expliquer qu’ils ont tort d’attendre du PSB et de l’Etat de leur distribuer du pain et de résoudre leurs problèmes […] On n’en est plus là, il faut se prendre en main, il faut croire en soi et plus en l’Etat tout puissant » (Fotev 2002 : 87).

  • 23 Entretien K.S. dir IME Sofia 2001.

39L’ex-parti communiste est tenu pour responsable des retards des réformes par rapport aux autres pays de l’ex-bloc soviétique « qui n’ont pas hésité à faire un choix civilisationnel clair sans se lancer dans des semi-réformes saupoudrées de social »23. Cette situation n’est d’ailleurs pas spécifique à la Bulgarie. Parlant des transitions démocratiques en Europe de l’Est, le politiste et sociologue Nicolas Guilhot (2004) remarque que la théorie de la transition – en réduisant toute transformation politique au passage du totalitarisme vers la démocratie, et en lui assignant un contenu institutionnel à l’avance – rejette tous les partis qui ne s’inscrivent pas dans l’utopie libérale. Ainsi, elle se transforme en « outil de décommunisation théorique (importation d’un modèle libéral, voire ultra-libéral, aussi bien que pratique (mise en place des procédures d’épuration, de lustrations, d’interdictions…) ». Ainsi, le PSB devient le symbole du passé, mais aussi de l’impossible futur de gauche. Les concepts de « capitalisme patriotique » de « capital nationalement responsable », mis en circulation par le président du PSB Alexander Lilov en 1995 (le journal Standard, 15 août 1995), sont sévèrement critiqués par le directeur du CSP, qui dénonce les tentatives des socialistes à critiquer le FMI et la Banque Mondiale. L’idée de l’Etat–nation et de l’intérêt national sont délégitimés et stigmatisés parce que systématiquement confondus avec l’ancien Etat communiste, sa bureaucratie, sa nomenklatura, son dirigisme étatique dans le domaine économique, mais aussi avec la politique nationaliste de transformation des noms turcs du leader communiste Todor Jivkov.

40La politique du gouvernement socialiste, destinée à stimuler un « capital constructif » et non pas « les pilleurs de la nation », masquent d’après Evgeni Dainov (op. cit.) un soutien aux groupes mafieux et aux cercles d’amis des leaders du parti, ainsi qu’une tentative de réinstaurer le modèle de dirigisme étatique. Plusieurs entretiens font référence implicitement ou explicitement aux aspects mafieux de la politique économique du gouvernement socialiste de Jean Videnov. Le PSB incarnerait ainsi l’idée de l’Etat mafieux (les deux termes ont des tendances à se confondre dans le discours) refusant de se soumettre aux exigences des institutions internationales (Dainov 2000 : 377).

« Ce genre de tentatives ferait dévier le débat sur l’importation de mécanismes politiques et d’institutions de prise de décision et en ouvrirait des perspectives d’adoption de la voie « russe » ou « serbe » – c’est-à-dire la construction d’un modèle social sur l’idée du caractère unique de chaque peuple. »

41La citation fait allusion à la politique de Slobodan Milosevic et à au capitalisme autoritaire russe – deux exemples de pays de la zone géopolitique du christianisme orthodoxe qui refuseraient les standards démocratiques et les valeurs de l’individualisme libéral, notamment pour des raisons spécifiques liées à la religion orthodoxe. Le même paradigme est développé par des intellectuels comme Huntington, mais aussi Julia Kristeva pour qui « le drame du Kosovo fait apparaître une division de l’Europe qui remonte au Grand Schisme de 1054 entre Byzance et Rome, entre l’orthodoxie et le catholicisme. » (Le poids mystérieux de l’orthodoxie, Le Monde, 18/19 avril, 1999) Or, la politique du PSB de cette période ne présente aucun rapprochement réel ni avec la Russie d’Eltsine, ni avec le nationalisme serbe de Milosevic.

Est / Ouest

« Là-bas sur la rive d’en face se trouve la démocratie desautres… » G. Fotev (2002 :85)

Choisir entre le passé et le futur, le communisme et le capitalisme, la gauche et la droite, c’est choisir entre l’Orient et l’Occident, l’Orient devenant le symbole d’une société traditionnelle (orthodoxe et balkanique), nationaliste (« serbisante »), voire totalitaire (« russisante »).

  • 24 Entretien ED dir CSP Sofia 2001.

42La prise de décision du gouvernement bulgare, le 4 mai 1999, d’accorder un corridor aérien aux avions de l’OTAN pour bombarder la Serbie est considéré par les experts des think tanks comme une des « fins » présumés de la transition (une fin toujours provisoire avant de « nouvelles attaques contre le modèle démocratique »), justement parce qu’elle « donne un signal clair de rupture avec le passé balkanique »24.

43Cette décision marquerait, selon Dainov (2000 : 666-669), directeur du CSP, la fin de deux siècles d’hésitations identitaires. Au xixe siècle, le débat public bulgare fait émerger selon lui trois visions de l’identité nationale : la vision orientaliste (levantisam), qui cherche un rapprochement avec l’idéologie de l’empire ottoman reformé ; la slavophilie, qui argumente la russophilie avec la proximité culturelle et linguistique entre peuples slaves ; et la troisième, la plus faible parce que représentée par une petite élite formée en Europe occidentale, qui aspire à une appartenance directe à la culture européenne occidentale. Après la chute de l’empire ottoman, la société bulgare au xxe siècle est séparée en russophiles et russophobes. D’après le directeur du CSP, ce partage tourmenterait la vie politique et sociale bulgare jusqu’en 1996 – année qui marque « le début de la fin de l’option russe » avec la chute du gouvernement socialiste de Jean Videnov.

  • 25 Initiative du think tank CSIS à Washington.

44Ainsi, plusieurs think tanks mènent une campagne médiatique et lobbyiste en faveur des bombardements, dans le cadre de projets financés par des donateurs américains.25 Le résultat recherché est le discrédit de toutes identités métissées – telles que « démocrates contre les bombardements ». Tous ceux qui affichent une position contre les bombardements de l’OTAN en Serbie sont accusés explicitement ou implicitement dans les médias d’être communistes, nationalistes, byzantins et supporters de l’axe du Mal orthodoxe (Athènes – Belgrade – Moscou).

45Mais si le conflit au Kosovo permet encore de parler d’un Occident consensuel comprenant à la fois l’Europe et les Etats-Unis, la crise irakienne en 2003 menace de faire exploser l’opposition idéologique Est-Ouest. La « Nouvelle Europe », à l’Est, soutient l’opération militaire américaine, tandis que la « Vieille Europe », à l’Ouest (notamment « le couple franco-allemand »), remet en cause l’idée américaine de démocratisation par la force. Motivés par ce que Michael Herzfeld (1997) désigne sous la formule de practical Occidentalism (occidentalisme pragmatique), les experts des think tanks poursuivent leurs objectifs politiques et aussi leurs intérêts financiers en affirmant clairement leur adhésion à l’idée atlantiste de la démocratisation par la force. Ainsi, le CLS mène une série de projets (2002-2005) sous l’intitulé « L’anti-américanisme dans les Balkans », programme financé par la fondation américaine German Marshall Fund. L’objectif est d’élaborer une carte stratégique de l’anti-américanisme et de répondre à ces questions précises : « Qui sont les personnes qui détestent les Etats-Unis ? Pour quelles raisons ? Avec quelles conséquences ? » L’anti-américanisme est présenté en termes de « risques pour la sécurité des Balkans » et exige, d’après les experts du CLS : « l’élaboration d’une politique pour lutter contre ces phénomènes », la mise en place « de mécanismes institutionnels de lutte contre l’anti-américanisme », « une campagne d’information du public et des élites en Bulgarie, Macédoine et en Serbie ».

46Le choix géopolitique revient encore une fois en termes de choix civilisationnel pendant les manifestations contre le gouvernement socialiste en 2013. A partir du juillet 2013, les slogans des manifestants brandissent la menace d’une « poutinisation » de l’Etat bulgare. Le terme est inventé par le directeur du think tank CSP Evgeni Dainov. Dans son dernier livre (Dainov : 2010), il explique pourquoi le président des socialistes bulgares et du parti des socialistes européens Sergei Stanishev installe un modèle de gouvernance à la Poutine. Le commentaire des décisions politiques du gouvernement soutenu par le PSB, signé par Ivan Krastev dans le journal Dnevnik du 16 juin 2013, dit explicitement que la nomination de M. Peevski « n’a du sens que si le gouvernement est décidé de faire sortir la Bulgarie de l’Union Européenne », ce qui sous-entend que le PSB privilégie « l’option russe » comme le fait le président Loukachenko en Ukraine. La seule alternative démocratique viable qui pourrait garantir le futur européen de la Bulgarie serait, d’après les experts des think tanks, la formation d’une nouvelle droite.

  • 26 Interview avec le dir de l’IME sur le site www.faktor.bg du 27.07.2013.

47Parallèlement aux évènements dans la rue, les experts des think tanks et les activistes des manifestations de juillet se mettent à l’œuvre pour construire le nouveau Bloc réformateur qui d’après le commentaire de I. Krastev dans le journal Trud du 25 juillet 2013, « est la représentation naturelle du mouvement protestataire » et pourrait fonctionner comme « un comité de contrôle étatique et populaire ». Cette nouvelle formation politique annonce immédiatement son opposition au projet gouvernemental de construction de la centrale atomique Béléné en coopération avec des entreprises russes, brandissant une fois de plus la menace d’une poutinisation de la Bulgarie.26

Tradition / modernité

  • 27 Consulter note 18.
  • 28 Entretien ED dir CSP Sofia 2001.

48L’équipe d’experts des think tanks qui signe les conclusions du projet Bulgarie du xxie siècle s’auto-représente comme une « élite responsable », mobilisée suite à la « victoire populiste de Siméon II » sur le bipartisme UDF/PSB en 2001, pour identifier « les ennemis les supporters de l’européanisation ». (Dainov 2002 :4) Le populisme montant, d’après eux, met en danger le choix de la modernisation et de la rationalisation au profit « d’une attente du Messie ». Leur travail vise donc à fournir aux « adhérents du projet de la société ouverte en Bulgarie une carte opérationnelle des lieux [...] extrêmement précise et efficace, ainsi que des stratégies pour défendre ce projet » (ibid. : 5). L’Occident européen des Lumières et la philosophie de la société ouverte poppérienne27 fondent les bases théoriques de ce que les experts des think tanks nomment le « projet civilisationnel pour la modernisation de la Bulgarie ». Ce projet a ses « amis » et ses « ennemis » : parmi ses ennemis il y a « les intellectuels nationalistes », ceux qui affirment l’idée d’un intérêt national compris comme indépendant de l’intégration européenne, mais aussi « la masse des Bulgares passifs et dépendants de l’Etat » qui « habitent la plupart de temps hors de la capitale »28.

49La confrontation idéologique entre les experts des think tanks et les intellectuels « nationalistes » est représentée comme une confrontation entre cosmopolitisme et patriotisme non distinct du nationalisme, entre politique et histoire, changement et stagnation, raison et irrationalité. A la question d’un des illustres historiens bulgares des années 1970-1980, Nikolay Genchev : « Comment peut-on faire de la politique sans Histoire, car on ne peut faire de la politique sans Histoire qu’au Pôle Nord où l’Histoire n’existe pas parce qu’il n’y a pas de vie humaine ? », le directeur du CSP répond que le « retour à l’histoire » brouille « la philosophie du changement d’après laquelle les habitants de la Bulgarie sont avant tout des citoyens et pour cette raison on peut y implanter des mécanismes étrangers de gestion de la société et du pouvoir qui entrent en relation avec les gens dans leur qualité de citoyens et non pas dans leur qualité de produits spécifiques d’une Histoire… » (Dainov 2000:515).

50La démocratie de marché est représentée ici comme un modèle universel et a-historique, capable de pousser partout où on décide de l’implanter. Ce discours est typique de la rhétorique anti-communiste qui, comme le note Edouard Saïd (1996), a donné naissance autant au pragmatisme de l’école de la « fin des idéologies » qu’à son éphémère héritière l’école de « la fin de l’Histoire ». Derrière le refus des références aux traditions historiques et sociales et de l’idéalisation de la politique comme facteur émancipateur, on aperçoit l’idée que « l’économie de marché et la démocratie représentative sont en effet un but naturel du cours de l’Histoire » (Guilhot 2004). L’objectif étant déjà réalisé ou en cours de réalisation, celle-ci n’a désormais plus aucune raison d’être.

51Le thème de la rationalité, par opposition au caractère spécifique et historique de la culture nationale, apparaît en effet dans plusieurs débats culturels et politiques dans lesquels la culture occidentale est représentée comme le choix de la rationalité, de l’universalité et du pragmatisme – le bon « choix civilisationnel ». Certains experts des think tanks déclarent au cours de nos entretiens leur soutien à la thèse du président de la République UDF Petar Stoyanov (1997-2002) énonçant que l’entrée de la Bulgarie dans la société de l’information nécessitera l’abandon de l’alphabet cyrillique au profit de l’alphabet latin. Il s’agirait d’un choix « pratique » qui ne pourrait gêner que « les serviteurs du mythe slave » ou quelques « romantiques qui comprennent mal l’idée de l’intérêt national ». On cite alors des exemples de la réforme modernisatrice de la langue turque menée par Atatürk, mais surtout le progressisme européen des peuples slaves d’Europe Centrale:

« Les Bulgares et surtout certains intellectuels ont tendance à s’accrocher aux reliques du passé et à ce qu’ils appellent Histoire, ou je ne sais quel intérêt national […] Il faut lâcher certaines choses pour en recevoir d’autres…» (Entretien expert de l’IME, Sofia 2001).

  • 29 Entretien OM dir IRIS Sofia 2001.

52Mais si ce « nationalisme latent » nourrit les théories d’une partie des élites intellectuelles, il est surtout « la maladie quotidienne de la culture villageoise et paysanne d’une Bulgarie restée en dehors de la modernité »29. C’est elle qui serait, d’après le directeur du CSP, l’ennemi numéro un de la modernisation de la culture politique bulgare :

« Les paysans sont de mauvais révolutionnaires… Tant que les Bulgares continueront à porter en eux les caractéristiques de la société fermée et traditionnelle, ils resteront vraiment des paysans… Face à une situation qui menace leur existence ou celle de leurs familles, les Bulgares ne se précipitent pas pour chercher une solution sur le terrain de la politique, mais commencent par chercher à résoudre leurs problèmes individuels et familiaux avec des instruments individuels ou familiaux » (Dainov 2000 : 647).

53L’auteur cite ici « l’économie des bocaux » (bourkannata iknomika) des Bulgares qui pendant la crise économique et politique de 1996 font des conserves et congèlent du pain « au lieu de chercher une solution collective à leurs problèmes ». Le directeur de la Nouvelle Université Bulgare, Bogdan Bogdanov, ancien président de la fondation Open Society, fait, lui aussi, référence au manque de culture politique démocratique des Bulgares, enfermés dans la mentalité villageoise :

« Pour pouvoir extérioriser l’être privé, pour que le sujet commence à se transformer en citoyen, pour qu’il échappe au piège de l’existence privée au nom de la survie, il doit devenir le sujet de plusieurs activités à caractère public. » (Bogdanov 2002)

54Cité par Evgeni Dainov, le directeur du CLS Ivan Krastev affirme que « derrière la confrontation PSB/UDF il s’agit d’un clash entre deux cultures : une culture patriarcale villageoise et une culture citadine individualiste » (Dainov 2000 :435). Il nie toute tentative qui pourrait attribuer au communisme un rôle dans la modernisation de la société paysanne bulgare. Au contraire, le socialisme d’après lui s’inscrit dans la continuité de l’archaïsme villageois dans sa manière d’encourager le collectivisme et la passivité citoyenne.

55L’émancipation de l’individu de l’emprise des structures et des modes de pensée traditionnels devient donc un des thèmes récurrents du discours qui oppose passé et futur, totalitarisme et démocratie, etc. L’équipe d’experts autour du CSP (Dainov 2002) conclut que :

« Pour qu’une société civile puisse exister, il faudrait qu’il y ait des individus clairement émancipés de la masse. L’individu comme tel se forme jusqu’à l’âge de quinze ans, en conséquence la plupart des Bulgares ne sont pas des individus parce qu’ils ont atteint leur quinze ans durant le système communiste. »

56Durant les manifestations de l’été 2013, l’opposition entre villageois et citadins est ressuscitée et transposée dans la comparaison entre les manifestants de février et ceux de juin-août. Les premiers sont traités de provinciaux, brutes, vieux et insolvables, tandis que les derniers sont dépeints comme représentants de la classe moyenne, jeunes, beaux, créatifs et capables de payer leurs impôts et leurs notes d’électricité. Les manifestations affichent un air pacifique et joyeux. On y va avec des déguisements, on y présente des performances artistiques, les parents y amènent leurs enfants, les vieux leurs chiens, les adolescents débarquent en rollers, tout se passe comme recommandé par le politologue Gene Sharp dans son manuel du révolutionnaire non-violent « From dictatorship to democracy ». (Sharp :1993)

  • 30 Georgi Gospodinov participe activement aux réseaux culturels et artistiques des ONG et des think ta (...)
  • 31 La transformation de la vague protestataire du février en manifestations des « beaux » de la capita (...)

57« L’homme des manifestations est beau », commente l’écrivain Georgi Gospodinov30 dans le journal Dnevnik du 18.06.2013 et ajoute qu’« on peut toujours distinguer le manifestant qui lit parce qu’il rend l’action protestataire plus lumineuse et sensée ». Les experts des think tanks et leurs associés dans les médias créent l’image des manifestants en sélectionnant sur les pages des journaux Dnevnik et Kapital des histoires et des visages, de la même manière que les spin doctors américains, décrits par Christian Salmon dans son livre « Story telling » (Salmon 2007), fabriquent des scenarii médiatiques avec l’aide de Hollywood. Le scénario de la « révolte de la classe moyenne et des jeunes » comprend par contre un important élément politique: il s’agit de la révolté d’une minorité qui aurait le droit et le devoir de représenter le reste du peuple parce qu’elle est éduquée, composée de consommateurs solvables, de biens et de services31. La logique démocratique recule devant une logique de type aristocratique et méritocratique qui privilégie les élites face au peuple – démuni et mal éduqué. Comme le note Naom Chomsky en commentant la théorie de Walter Lippmann sur la démocratie guidée par une élite restreinte de gens responsables et pensants, il s’agit là d’une conception très léniniste du pouvoir où une avant-garde d’intellectuels révolutionnaires guide les masses ignorantes vers le futur qu’elles n’arrivent pas à concevoir à cause de leur incompétence. (Chomsky : 1997)

Elite / peuple

58L’insuffisance de la culture démocratique du peuple bulgare est la raison pour laquelle la transition, d’après les think tanks libéraux en Bulgarie, est un processus qui doit être dirigé et guidé par l’élite. L’idée du projet Bulgarie du xxie siècle est justement la mobilisation de « l’élite bulgare » contre la dérive populiste et anti-démocratique de la société. (Dainov 2002 : 117)

59L’idée de la division de la société entre élite et peuple est présentée comme une idée du peuple lui-même :

« Les Bulgares s’imaginent la société structurée d’une façon nouvelle et très simple : l’élite et le peuple. Puisque nous avons compris ce qui se passe chez le peuple (passivité, manque d’orientation et de motivation claires, refus d’engagement et de prise de responsabilité), nous avons décidé de rassembler ici une partie de l’élite, autour de cette table-ronde et de voir ce qui fait de lui une élite. » (Dainov 2002 : 108)

A la question de savoir qui désigne l’élite comme telle, les auteurs du texte répondent que « Les gens rassemblés ici sont des personnes qui seules définissent ce qu’elles font et ce qui les définit comme élite. »

60Faisant partie de cette « petite minorité de la capitale », située en haut de la société, au milieu de la « mer provinciale », les experts des think tanks mènent des projets de recherche pour identifier « cette chose qui bouillonne [klokochi] en bas ». Le verbe klokochi est associé à l’Enfer, à la boue et à l’impureté (Dainov 2002 : 26).

  • 32 Entretien GS expert Institute for Market Economy Sofia 2001.

61Cette distance (qui se situe dans l’axe « haut » versus « bas ») les dissocie parfois complètement des Bulgares: « Le vote en Bulgarie est une gestuelle sans contenu… C’est pour cela que les choses qui sont importantes pour nous, ne le sont pas pour le Bulgare… », affirme B. Bogdanov, ancien directeur de la fondation Open Society et directeur de la Nouvelle Université Bulgare (Dainov 2002 : 117); « Je ne me sens ni bulgare, ni balkanique, je n’ai rien en commun avec ce village communiste… » (jeune expert de l’IME32).

62Comment cette élite minoritaire pense-t-elle mener le projet de la modernisation du pays ? Les moyens imaginés varient, mais il s’agit toujours d’une intervention du haut vers le bas. Durant la table ronde qui, en février 2002, commente les hypothèses du projet Bulgarie xxie siècle, le directeur du think tank Institute for Regional and International Studies (IRIS), Ognyan Minchev, défend la thèse que le travail de prosveshtetnie (l’instruction qui caractérise le siècle des Lumières) doit être remplacé par un travail de manipulation de la société :

« Nous [les experts des think tanks…] devons-nous auto-analyser dans notre rôle d’agents des Lumières. […] Nous disons aux gens ce qui est rationnel et raisonnable, nous leur communiquons des choses jamais dites auparavant et nous attendons que les gens changent en appliquant ce qu’ils ont entendu. Cela n’arrivant pas, peut-être devons-nous passer à la manipulation de la société, pour la mener vers l’étape de la modernité et de la post-modernité » (Dainov 2002 : 26).

63Cette concrétisation de la mission des experts et des élites se traduit, d’après Ognyan Minchev, par un objectif qui dépasse le discours culturel et rentre dans la sphère du political engeneering :

« Notre mission dépasse le niveau de l’intervention culturelle, le but étant de reconstruire la réalité sociale à travers une importation d’institutions. Le rôle des élites dans ce type de situations est de prendre à l’étranger des institutions et de les adapter au pays sous-développé de manière à ce que la modernisation puisse advenir » (Dainov 2002 : 38).

64La table-ronde qui, en juillet 2002, clôt le projet Agenda de la société ouverte, parvient également à la conclusion, exprimée par le journaliste K.Valchev, que la Bulgarie n’est pas encore mature pour s’auto-gouverner. Voici un extrait de son discours :

« Les endroits où les choses vont bien en Bulgarie sont ceux où il y a des étrangers : Shell, OMV, Solveij, Vidima Ideal, etc. Là où le Bulgare travaille directement avec des étrangers, il est un très bon exécutant, mais si tu le laisses se débrouiller seul, ça ne marche pas. La tâche de l’élite, dans ce cas- là, est de changer la Constitution : lever les interdictions d’achat de la terre par les étrangers, mettre en place de réformes audacieuses dans le domaine économique pour attirer les investisseurs étrangers, etc. » (Dainov 2002 : 153) .

65Puisque la Bulgarie manque d’impulsion interne pour sa modernisation, elle aurait besoin d’un pouvoir centralisé pour adopter les décisions importantes et c’est seulement à l’étape suivante que le pays pourra s’orienter vers un effacement de la souveraineté étatique (Dainov 2002 : 153). La ressemblance de ces thèses avec les idées léninistes de dictature du prolétariat est évidente et inscrit la théorie de la transition dans la continuité structurelle de la théorie marxiste du passage d’un stade de développement historique à un autre pour arriver enfin à la destruction de l’Etat. Ainsi, l’intégration européenne et l’intégration dans l’OTAN sont perçues, par les participants à cette table-ronde (Dainov 2002), non pas comme une impulsion dans la direction de la décentralisation, mais au contraire comme un « scandale structurant » qui crée et forme des élites capables de diriger les pays dans « la bonne direction » (Dainov 2002 : 150). Conscients que toute tentative de modernisation forcée de ce type produit des rejets et laisse du côté une partie de la population qui s’avère inadaptée et inadaptable, ils se posent la question « Que faisons-nous avec les gens qui ne correspondent pas avec la société ouverte ? » (Vasil Garnizov dans Dainov : 2002). Le directeur de la NUB et ancien président la fondation Open Society, B. Bogdanov répond :

« On les laisse de côté et ainsi, petit à petit, ils crèvent et demeurent à l’extérieur. Qu’est-ce que je fais quand je dois parvenir à un certain résultat ? J’en charge des gens dont je sais qu’ils travaillent beaucoup et je ne fais pas attention aux autres. Voilà comment le travail finit par être fait. Petit à petit, la mentalité changera, le travail sera considéré comme de la joie. Les gens qui éprouvent de la joie par le travail seront de plus en plus nombreux » (Dainov 2002).

Conclusion

66Plus de vingt ans après le début d’une transition imposée par le haut, la majorité de la société bulgare n’est toujours pas considérée par les experts des think tanks comme capable de choisir seule la voie de la modernité et de la démocratie, le paradoxe étant que pendant plus de vingt ans ils ont été payés par diverses fondations et institutions internationales pour éduquer la population en gouvernance démocratique. Le « choix civilisationnel » demeure de la compétence d’une minorité de citoyens « dignes » de ce nom. Dans une interview pour le journal Dnevnik (une des plateformes médiatiques des manifestants de l’été 2013), Alexander Kiossev, explique clairement que sa définition du peuple est « une définition étroite » qui n’inclue pas « tous ceux qui vivent sur un territoire, toute la population, les Bulgares, ou tous ceux qui ont des droits civiques ». Ainsi, l’ancien co-directeur du think tank CAS, professeur en culturologie, institue une opposition entre le « bon peuple » des manifestants contre les socialistes et « tous ces divers petits gens des contre-manifestations qui, d’après moi ne méritent pas de s’appeler peuple. » (Dnevnik, 11 oct. 2013) M. Kiossev fait référence aux manifestations des « laids » et des « provinciaux » qui ont défilé à plusieurs reprises pour manifester leur désaccord avec le tournant idéologique des manifestations des « beaux » sofiotes.! Les techniques des spécialistes en relations publiques et des experts des think tanks flirtent avec les méthodes de l’extrême droite. Le site Internet des manifestants NoOresharski publie au début du mois de novembre 2013 la liste d’une quarantaine de journalistes et intellectuels (dont plusieurs sociologues et politistes reconnus). Ils sont accusés d’être des « commissaires » – ennemies de la démocratie et supporters de l’idée communiste. Sont désignées et même menacées les têtes de ceux qui ont osé publier leurs réflexions démontrant la manipulation des manifestations de l’été 2013, tous ceux qui ont mis en garde le public au sujet du hold-up pseudo-démocratique qui se prépare sous des airs d’initiatives de la « société civile ».

67La construction du discours sur la démocratie des experts des think tanks libéraux à partir des couples d’oppositions idéologiques que nous avons décrit plus haut est actuellement remobilisée au service de divers intérêts politiques (étatiques et privés, internationaux et nationaux) dont je n’ai pas fait état dans cet article. Ce que je remarque cependant c’est que les couples binaires en question, et notamment le nucleus symbolique communisme/anticommunisme, opèrent en déconnexion avec l’évolution de la réalité politique et sociale dans le pays. Projetée à nouveau sur la scène politique comme seul correctif du système parlementaire en crise, la société civile est en même temps prise en otage par une manipulation politique qui délégitime toute initiative civique de gauche. On pourrait parler d’une prise en otage de l’imaginaire politique qui produit de la confusion et empêche la constitution de véritables mouvements alternatifs.

68La confusion des symboles a atteint son paroxysme pendant le concert en Bulgarie de l’ancienne star du groupe Pink Floyd Roger Waters à la fin de l’été 2013. En guise de soutien aux manifestants contre le gouvernement socialiste, il a décidé de projeter sur l’écran pendant le fameux morceau « The Wall » le slogan « Démission ! » provoquant ainsi les applaudissements de la part de ses fans… de droite. Ces derniers ont réagi avec beaucoup moins d’enthousiasme quelques minutes plus tard quand sur l’écran sont apparus des dollars en flammes et d’autres images critiques vis-à-vis du capitalisme et du modèle américain de la gestion des affaires du monde.

69Pourquoi une telle inadéquation de références ? Est-ce que le mur est encore actuel entre l’Est et l’Ouest ? Une partie de la réponse est à rechercher dans la technologie politique à partir de laquelle on a créée, promue et mise sous contrôle la société civile dans les anciens pays de l’Est. Dans une interview pour le quotidien Trud (03.01.2014), l’illustre sociologue bulgare Petar Mitev résume le paradoxe en une seule phrase :

« La contradiction du cas bulgare se niche dans la combinaison d’une subculture hégémonique de droite et des attentes de masse de gauche. »

70Cette combinaison / confusion est en grande partie présente dans le discours des experts des think tanks de droite qui réactualise souvent des manières de parler caractéristiques pour la doctrine trotskiste ou léniniste. Tout en imposant un dogme ultralibérale, ils y associent les symboles de la culture américaine blues et rock de gauche. Tout en jouant aux vigiles des organisations internationales, ils jouent également aux tribuns et aux représentants du peuple opprimé en promettant plus de démocratie et de prospérité matérielle pour tous. Quant au parti socialiste, il apparaît trop souvent comme un parti conservateur dont l’objectif est de garantir le statuquo, parfois en sacrifiant ses ambitions de gauche. Ainsi, le champ politique bulgare paraît encombré de coquilles idéologiques vidées de leur sens initial. Comme nous le verrons dans la deuxième partie de ce texte (qui sera publiée dans le numéro de juin de la Revue des sciences sociales), la transition bulgare peut être comparée à une scène théâtrale où les experts en démocratie jouent plusieurs rôles à la fois, notamment dans l’objectif de se substituer à la diversité des acteurs sociaux et politiques dans le pays.

Haut de page

Bibliographie

Bogdanov B. (2002), Idéologie communiste et existence privée, p.52-73, in : Znepolski, Tchervenkova, Kiossev (dir.), Penser la Transition, Sofia, St Kliment Ohridski University Press, 431p.

Carothers T. (2002), The End of the Transition Paradigm, in : Journal of Democracy, Washington.

Chomsky N, (1997), Media control, Seven stories press.

Dezelay Y. (2004), Les courtiers de l’international, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 151-152, 2004, p. 5-35.

Dainov E. (2000), Политическият дебат и преходът в България [Le débat politique et la transition en Bulgarie], Sofia, Fondation de la science et de la culture en Bulgarie ed., p. 431-437.

Dainov E. (dir.) (2002), България 21 век, на къде отиваме [La Bulgarie au 21e siècle, où allons-nous ?], ЦСП, Sofia.

Dainov E. (2010), Моделът «Станишев» Путинизацията на България [Le modèle Stanishev – la putinisation de la Bulgarie], Sofia, Abagar ed.

Guilhot N. (2001), Les professionnels de la démocratie: logiques savantes et logiques militantes dans le nouvel internationalisme américain, Actes de la recherche en sciences sociales n° 139, p. 53-65.

Guilhot N. (2005), The Democracy Makers, New York, Columbia University Press.

Guilhot N. (2004), La science politique et la démocratisation politique à l’Est, Multitudes Web, multitudes.samizdat.net.

Fotev G. (2002), Le drame de la transition bulgare , in : Znepolski, Tchervenkova, Kiossev (dir.), Penser la Transition, St Kliment Ohridski University Press, Sofia, p. 85-97.

Herzfeld M. (1997), Cultural Intimacy / Social Poetics in the Nation State, New York / London, Routledge 226 p.

Krastev I. (2002), The Liberal Estate : Reflection on the Politics of Think Tanks in Central and Eastern Europe, in: McGann and R. Kent Weaver (dir.), Think Tanks and Civil Society. Catalysts for Ideas and Action, New Brunswick, Transaction Publisher, p. 273-293.

Krastev I. (2001), Post-communist think tanks: making and faking influence, in: Banking on Knowledge, the genesis of the Global Development Network, London/New York Routledge Press, p. 142-162.

Lavergne D. (2010), Експертите на прехода Les experts de la transition, Sofia, ed. Iztok-Zapad.

Lavergne D. (2012), Les think tanks et la transformation du politique, in: Petric B. (dir.), La trans- natinalisation du politique : ONG, fondations politiques et organisations internationales, ed. de la MSH, Paris.

Lavergne D. (2009), Société civile et technologies politiques de la transition démocratique : les think tanks bulgares », Revue de la Société Suisse d’Ethnologie « Tsantsa ».

Mitev P. (dir.) (2007), La Bulgarie en 2007, Sofia, Institut Ivan Hadjiiski ed.

O’Donnel G., Schmitter P.C., Whitehead L. (1986), Transitions from Authoritarian Rule, Baltimore, The John Hipkins University Press.

Pétric B. (2007), Le Kirghizstan, lieu d’expérimentation pour mesurer les nouvelles normes de la mondialisation politique, in: Bellier I.(dir.), La mesure de la mondialisation, Cahier 31, p. 35-52, Paris, GEMDEV.

Prodanov V., Теория на българския преход Théorie de la transition bulgare, 2013, Sofia, p. 455.

Said W. E (1996), Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Editions du Seuil.

Salmon C. (2007), Storytelling, la machine à raconter des histoires et à fabriquer des esprits, Paris, La Decouverte.

Sampson S. (2003), From Kanun to Capacity-Building: The Internationals , Civil Society and Development and Security in the Balkans, in: Davis Siani (ed.), International Intervention in the Balkans since 1995, London, Routledge, p. 136-157.

Sharp G., (1993), From Dictatorship to Democracy, Boston, Albert Einstein Institution.

Stone D., (1996), Capturing the Political Imagination London, Frank Cass.

Verdery K. (1996), What Was Socialism and What Comes Next, Princetonп University Press.

Wedel J. (1998), Collision and Collusion: The Strange Case of Western Aid to Eastern Europe 1989 -New York, Saint Martin’s publisher.

Wedel J. (2009), Shadow Elite: The New Agents of Power and Influence, New York, Basic Books.

Haut de page

Notes

1 En 1989 Dr Jelu Jelev devient leader de l’opposition anticommuniste. Exclu du Parti Communiste Bulgare en 1965 et privé d’allocation de thèse en philosophie pour des affirmations contredisant la définition léniniste de la matière. A partir de 1975, il travaille à l’Institut de la Culture et, en 1982, publie l’ouvrage « Le fascisme », interdit après sa sortie à cause du parallélisme crypté entre l’Etat fasciste et l’Etat socialiste, ce qui lui confère une auréole de dissident du régime. Jelev figure parmi les leaders du Club za glassnost i preustroistvo v Bulgaria créé en novembre 1988 par des intellectuels dont la plupart sont toujours membres du PCB.

2 Créé en 1961 durant le mandat de John F. Kennedy, l’USAID a pour mission la prise en charge de l’assistance étrangère des Etats-Unis en dehors des programmes d’aide militaire. Intégrée dans le State Department après la fin de la guerre froide, l’agence est devenue un des principaux fournisseurs d’expertise dans le domaine des transitions démocratiques dans le monde.

3 A partir de 1984 le financier philanthrope Georges Soros commence à créer un réseau de fondations d’aide à la démocratie en Europe de l’Est e tdans l’ex-Union soviétique. Ces fondations ont joué un rôle important dans la transformation de la sphère politique, intellectuelle et universitaire dans un grand nombre de ces pays. Créé en 1993 à New York, l’OSI a pour objectif de soutenir et coordonner ce réseau de fondations qui s’étend désormais au monde entier.

4 Fondée en 1983 par les «faucons» et les cold warriors de la révolution néo-conservatrice, la National Endowment for Democracy rallie à ses côtés d’anciens trotskistes (les « bolcheviques de droite ») et plus tard même des militants de la nouvelle gauche anti-conformiste issus des area studies en Amérique latine pour devenir ainsi une des institution les plus puissantes dans le dispositif de financement américain des programmes de démocratisation à l’étranger (voir Guilhot 2005: 86-97).

5 Entretien E. D Center for Social Practices Sofia 2001.

6 Think tank bulgare créé en 1994 avec l’aide de l’Open Society Institute de Georges Soros et la fondation américaine National Endowment for Democracy (NED).

7 Il s’agit du premier think tank crée sur le territoire de l’ex-bloc de Varsovie quelques mois avant la chute du mur. A cause de son imposante activité en substitut de l’administration de l’Etat le think tank a été surnommé « Le ministère des reformes ».

8 Entretien K.S. 2001 Sofia.

9 Créé en 1994, le Center for Social Practice (CSP) est très engagé en faveur de l’UDF et mène divers projets militants notamment en tant que coordinateur d’ONG locales et municipales.

10 IRIS (Institute for International and Regional Studies) est crée en 1998 et agit principalement dans le champ de la coopération politique et économique dans les Balkans.

11 Think tank économique d’obédience hayekienne, créé en 1993, membre du réseau de think tanks néolibéraux connu sous l’appellation du réseau de Stockholm.

12 Entretien IK dir CLS Sofia 2005.

13 Ouvrage souvent cité comme fondateur de la science de la transition, dont les auteurs ont été sollicités dès 1989 à reformuler leurs modèles théoriques en tenant compte des changements politiques en Europe de l’Est.

14 Entertien KS dir IME Sofia 2001.

15 Entretien KS dir IME Sofia 2001.

16 Nations in transit, Freedom House. Fondation américaine dont l’objectif est de promouvoir et de «mesurer» la démocratie dans tous les points du globe, Freedom House a été fondée en 1941 pour soutenir la propagande en faveur de l’engagement du pays dans la Deuxième Guerre mondiale, puis l’idée du Plan Marshall et de l’OTAN. A partir de 1982, financée largement par la NED, elle s’intègre dans le dispositif des ONG au service de la politique étrangère des Etats-Unis. Dans les années 1990, elle se positionne comme un des acteurs principaux d’aide à la démocratie dans les Balkans et en Europe de l’Est dont les objectifs sont étroitement liés à la politique de l’administration de l’Etat américain. Elle est actuellement présidée par l’ancien patron de la CIA, James Woolsey.

17 Think tank economique cree en 1997 avec l’aide d’Open Society de Georges Soros et de la Banque Mondiale.

18 Avec bien souvent des conséquences catastrophiques pour les populations concernées, la « thérapie de choc » propose une libération soudaine des prix et des changes, une privatisation rapide des entreprises et services publics, et la libéralisation du commerce extérieur. Jeffrey Sachs en a été le principal promoteur pour les économies de transition d’Europe de l’Est, les pays de l’ex-URSS, ainsi que pour certains pays d’Amérique latine.

19 Concept développé par le philosophe français Henri Bergson et repris ensuite par le philosophe Karl Popper dans « La Société ouverte et ses ennemis » (1945). Le concept a également été développé par le penseur néolibéral Friedrich Hayek dans son ouvrage « Droit, législation et liberté » (chapitre 18). Il est devenu la base idéologique du réseau de fondations philanthropiques de Georges Soros (Open Society).

20 Entretien D.K., CLS, Sofia 2000.

21 Entretien OM dir IRIS Sofia 2001.

22 Entretien OM dir IRIS Sofia 2001.

23 Entretien K.S. dir IME Sofia 2001.

24 Entretien ED dir CSP Sofia 2001.

25 Initiative du think tank CSIS à Washington.

26 Interview avec le dir de l’IME sur le site www.faktor.bg du 27.07.2013.

27 Consulter note 18.

28 Entretien ED dir CSP Sofia 2001.

29 Entretien OM dir IRIS Sofia 2001.

30 Georgi Gospodinov participe activement aux réseaux culturels et artistiques des ONG et des think tanks financés par la fondation Open Society en Bulgarie.

31 La transformation de la vague protestataire du février en manifestations des « beaux » de la capitale a été constatée aussi par l’agence de sondages Gallup : en mars 2013 elle enregistre 76 % de soutien des Bulgares pour les manifestations, contre 47 % en août de la même année.

32 Entretien GS expert Institute for Market Economy Sofia 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dostena Anguelova-Lavergne, « La fiction « société civile » et les think tanks bulgares », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 146-157.

Référence électronique

Dostena Anguelova-Lavergne, « La fiction « société civile » et les think tanks bulgares », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3490 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.3490

Haut de page

Auteur

Dostena Anguelova-Lavergne

Docteur en anthropologie politique

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals