Navigation – Plan du site
Lu – à lire

Janice Buck, L’école centrale du Bas-Rhin (1796-1807), contribution à l’histoire de l’instruction publique

Marie-Noële Denis
p. 174-175
Référence(s) :

Janice Buck, L’école centrale du Bas-Rhin (1796-1807), contribution à l’histoire de l’instruction publique, Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, Bulletin t. CXXXI, CXXXII, 2011-2012, 182 p.

Texte intégral

1En des temps où l’école est au cœur des préoccupations de notre société, il n’est pas inutile de revenir sur l’une des premières manifestations de l’intérêt de l’Etat républicain pour un système d’enseignement public et laïque.

2Dans ce cadre, les écoles centrales constituèrent une innovation de la Révolution française en matière d’éducation. Celle de Strasbourg, que Janice Buck présente en une monographie particulièrement bien documentée, fut l’une des plus prestigieuses.

3Les écoles centrales, héritées de l’esprit des Lumières et instituées par la loi du 3 brumaire an III (25 octobre 1795) étaient conçues dès l’origine en rupture avec l’enseignement traditionnel des collèges d’Ancien Régime. Plus de théories abstraites et de leçons apprises par cœur, mais un système qui donne une importance nouvelle à l’enseignement des sciences (mathématiques, physique, chimie et sciences naturelles), fondé sur l’observation et l’expérimentation, le tout dans un cadre de très grande liberté en ce qui concerne les programmes, les horaires et la progression des études. C’est la fin du système des classes et des cursus progressifs imposés dans les anciens collèges. Les élèves élaborent leur propre parcours en choisissant les cours et les matières qu’ils souhaitent étudier.

4L’école centrale de Strasbourg s’est peu à peu écartée de ce schéma très libéral pour satisfaire à la fois des élèves des classe aisée qui voulaient suivre un cycle complet d’études encyclopédiques, et une clientèle plus modeste, composée d’enfants d’artisans, qui recherchait des connaissances élémentaires, vite acquises, et une formation utile à leur profession. Dans un second temps les professeurs sont revenus à un système hiérarchisé de cours de niveau, dans le cadre de trois sections. De fait, ce sont les cours de dessin et les matières scientifiques (histoire naturelle, mathématiques, physique-chimie) qui eurent le plus de succès.

5Ce succès est dû à quelques particularités en faveur de l’école strasbourgeoise. Tout d’abord, une pléiade de professeurs de réputation nationale et internationale qui avaient enseigné, sous l’Ancien Régime, au Gymnase ou à l’université protestante : Ehrmann puis Herrenschneider en physique-chimie, Hermannn puis Hammer professeurs d’histoire naturelle, Arbogast professeur de mathématiques, sans oublier J. J. Oberlin, frère du célèbre pasteur, bibliothécaire à l’école en même temps que directeur du Gymnase. La plupart étaient aussi des républicains convaincus.

6L’école centrale de Strasbourg bénéficia aussi d’emblée des équipements qui manquaient en bien d’autres villes. Elle s’installa dans les bâtiments de l’ancien collège royal (aujourd’hui lycée Fustel de Coulanges), reconstruit en 1755-1758 par des architectes de renom (dont Massol), qui, bien que déjà fort délabrés et trop exigus, constituaient un ensemble prestigieux au cœur de la ville, entre la cathédrale et le palais Rohan, alors occupé par la mairie. L’école centrale dispose aussi d’une vaste bibliothèque composée d’une centaine de bibliothèques confisquées dans le département au clergé, aux émigrés, à l’ancienne université, au collège et au séminaire épiscopaux, et aux villes de Sarre-Union et de Wissembourg, plus de 40 000 volumes que le bibliothécaire et son adjoint auront bien du mal à classer et à caser dans les locaux.

7L’école centrale de Strasbourg bénéficie aussi d’emblée des instruments nécessaires à l’enseignement des sciences. Le professeur Ehrmann donne ses cours à domicile, dans son cabinet privé de physique et de chimie. Son successeur, Herrenschneider, constituera une véritable collection à l’école, avec nombre d’instruments et de machines provenant des biens du clergé, des émigrés et du collège royal. C’est grâce à leurs professeurs que les élèves de physique-chimie ont profité d’un enseignement expérimental, dans un cabinet privé de l’an VI à l’an VIII et ensuite dans le cabinet de l’école jusqu’à l’an XI.

8Les sciences naturelles ont bénéficié aussi, dès leur création, des équipements nécessaires. Tout d’abord un jardin botanique créé au début du xviie siècle par le Magistrat et l’académie protestante. qui appartient à la fois à la ville et à la faculté de médecine de l’université. A la Révolution, l’ouverture du jardin botanique aux élèves de l’école centrale se fait grâce à J. Hermann, son directeur, professeur à l’école de santé, mais aussi à l’école centrale. Le professeur Hermann donne aussi ses cours à son domicile où les élèves disposent de l’immense collection de son cabinet, constituée depuis les années 1760. Après sa mort, son gendre et successeur, Hammer, continuera de l’utiliser.

9Notons aussi, en incise, que le succès de l’école centrale de Strasbourg se fit malgré les problèmes de langue. La loi du 7 ventôse an III imposait que « dans les écoles centrales, les professeurs donner[aient] leurs leçons en français ». Mais en Alsace le français, langue administrative et judiciaire, n’était parlé que dans le cercle étroit des notables. Tout le petit peuple des villes et la majorité des habitants des campagnes, ignoraient l’usage du français. Les autorités et les professeurs eurent conscience de cet obstacle pour le recrutement des élèves des classes populaires. Des mesures furent prises pour proposer un enseignement spécifique de la langue française, mais l’encadrement des cours de langues vivantes fut toujours insuffisant et contesté. Notons aussi que l’enseignement de l’école centrale, institution intermédiaire entre le collège et l’université, ne concernait pas les filles malgré les principes révolutionnaires d’égalité. Il faudra attendre encore un siècle pour les voir accéder à ce niveau d’études.

10Il serait intéressant d’établir un parallèle entre les méthodes pédagogiques instituées par les Révolutionnaires à Strasbourg, et plus généralement dans les écoles centrales, et celles pratiquées par le pasteur Oberlin auprès des pensionnaires qu’il recevait dans son presbytère de Waldersbach ou des élèves des écoles du Ban de la Roche (J. F. Oberlin, le divin ordre du monde, sous la direction de M. Schneider et de M. J. Geyer, Strasbourg, Ed. du Rhin, 1991). Le pasteur Oberlin, homme des Lumières, curieux de toute pédagogie nouvelle, n’a pu ignorer l’existence et le fonctionnement de l’école centrale de Strasbourg. Son frère, J. J. Oberlin, en était le bibliothécaire. Le professeur Herrenschneider lui a offert un kaléidoscope, considéré alors comme un instrument d’optique. A son échelle le pasteur Oberlin avait constitué les collections nécessaires à un enseignement des sciences par l’observation et l’expérimentation : herbier, instruments d’optique (microscope, boîtes optiques, lanterne magique), modèles de machines complexes employées dans l’industrie (bocard, mécanique de tourneur), collection de minéraux, sans compter de nombreuses planches et notices concernant le règne animal ; tout ceci à l’usage d’une pédagogie nouvelle inspirée, non seulement des pédagogues allemands, mais de J. J. Rousseau et plus généralement de l’esprit des Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Janice Buck, L’école centrale du Bas-Rhin (1796-1807), contribution à l’histoire de l’instruction publique », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 174-175.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Janice Buck, L’école centrale du Bas-Rhin (1796-1807), contribution à l’histoire de l’instruction publique », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3517

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals