Navigation – Plan du site
Lu – à lire

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Paris, quinze promenades sociologiques

Marie-Noële Denis
p. 175-177
Référence(s) :

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Paris, quinze promenades sociologiques, Paris, Bibliothèque Payot, 2013, 335 p.

Texte intégral

1Voici un nouvel ouvrage sur Paris, à vocation sociologique. Il se distingue de toute autre étude urbaine par le fait qu’il se présente sous la forme d’itinéraires dans les quartiers les plus représentatifs des transformations sociales récentes de la capitale. Les considérations statistiques et quantitatives en sont presque absentes, mais elles sous-tendent un discours qui se veut pittoresque et sensible. Nous n’en retiendrons que les éléments les plus significatifs.

2Tout d’abord, malgré les efforts des gouvernements successifs pour revaloriser les friches industrielles et les voies ferrées abandonnées par des bâtiments publics et culturels (tels que la Grande Bibliothèque, le Ministère des finances – 8 000 employés – la Cinémathèque et Bercy) l’est de la capitale reste socialement défavorisé par rapport à l’ouest des beaux quartiers. En témoigne à l’extrême, le contraste entre les îlots populaires du 20e arrondissement et la Villa Montmorency, parc privé et résidentiel, près de la Porte d’Auteuil, qui abrite des villas de 750 m2 de surface habitable et de 200 m2 de jardin. La Villa Montmorency, soigneusement gardée et gérée en copropriété jusque pour les ordures, est inaccessible aux promeneurs ordinaires et les propriétaires font partie des familles les plus fortunées de France. Cet espace hyper-chic contraste même avec d’autres villas du nord et de l’est de Paris, à vocation populaire, aujourd’hui recherchées par les cadres supérieurs et intellectuels pour leur aspect campagnard et leur charme bucolique. Ces maisons ouvrières modestes, à surface réduite et parcellaire exigu, n’ont cependant pas résisté à la pression de la « gentrification ».

3L’industrie automobile a disparu de l’ouest parisien, la métallurgie des 10e et 11e arrondissements. Néanmoins l’activité industrielle subsiste dans le Sentier, sous une forme plus compatible avec la vie urbaine. La localisation y est pourtant peu fonctionnelle. Le quartier, encadré par les grandes percées haussmanniennes, offre un entrelac de rues étroites et de passages couverts où se bousculent les camions et les diables des livreurs. Dans ce labyrinthe, qui est un défi à la circulation pourtant indispensable à son activité, l’industrie du prêt-à-porter s’est développée à partir de la Libération. On y recense plus de 1 200 sociétés et 10 000 salariés se consacrant à la mode, souvent travailleurs précaires, embauchés à la tâche, tels les portefaix décrits par Sébastien Mercier, au xviiie siècle. Cette industrie repose sur trois types d’agents économiques : le grossiste en étoffes, le fabricant qui conçoit les modèles, choisit les tissus, coupe les vêtements qui seront assemblés par les entrepreneurs. La fabrication se doit d’être très réactive, à l’image des changements de mode, et la « vente en gros » se fait sur échantillon, dans de petites boutiques soignées ou sans grâce, selon la qualité de la marchandise. De leur centralité dépend leur survie. La communauté juive, surtout séfarade, est dominante au Sentier. Elle contrôle toute la chaîne, de la conception à la vente du produit. Les Chinois ont renoncé à lui faire concurrence dans le quartier et ont développé un Sentier-bis dans le tout proche 11e arrondissement.

4Deux autres quartiers de Paris présentent aussi un caractère communautaire, le 13e arrondissement et, dans le 18e, le quartier de la Goutte d’Or. Avant la rénovation des années 1960, dans le 13e, où s’étaient implantées les usines Panhard-Levassor en 1872, les ouvriers représentaient 50 % de la population active. Un projet immobilier de grande ampleur, les Olympiades, destiné à une population de cadres moyens et supérieurs, devait renouveler la composition sociale du quartier. Il s’agissait de contrecarrer les processus de ségrégation qui entraînaient une concentration des plus pauvres dans les quartiers où l’habitat était le plus dégradé. Le groupe des Olympiades comprenait des HLM et des ILN, destinés aux populations modestes et moyennes, et des immeubles en copropriété, pour les ménages aisés. Les promoteurs visaient une clientèle de cadres supérieurs et moyens, pour lesquels étaient conçus des équipements collectifs de qualité : terrains et salles de sport, commerces, crèche, lycée.

5Mais les acheteurs ciblés n’ont pas suivi et les réfugiés du sud-est asiatique, souvent d’origine chinoise, ont envahi le quartier. Les tours furent investies et les logements, trop onéreux, surpeuplés. Ni le marché de gros sous la dalle des Olympiades, ni les supermarchés asiatiques, n’étaient prévus par les concepteurs. Le quartier comporte maintenant deux temples bouddhistes, à la fois lieux de réunion, de rencontre et de prière, qui accueillent volontiers les curieux, de même que le Nouvel An chinois, la tradition d’hospitalité étant ici respectée. Les commerces « ethniques » répondent aux besoins liés à la conservation de l’identité culturelle de cette population spécifique. Les boutiquiers affichent leurs origines par des enseignes en langue chinoise et la communauté, très solidaire, fonctionne par le système de la tontine. Le supermarché des frères Tang approvisionne une clientèle asiatique qui vient de toute la région, de toute la France, et même des pays européens limitrophes (Belgique, Allemagne). Les produits proposés nous semblent étranges et les inscriptions indéchiffrables pour un Européen.

6Autre quartier pittoresque, la Goutte d’Or, dans le 18e arrondissement. Hôtels meublés et immeubles de rapport modestes étaient destinés, à la fin du xixe siècle, à une main d’œuvre ouvrière issue de l’exode rural. D’autres immigrations l’ont ensuite remplacée. Le commerce y est très typé : les mercredis et samedis matin, un marché très maghrébin s’installe sous le viaduc du métro aérien. Sur le boulevard Barbès de nombreuses bijouteries offrent aux femmes du Maghreb et d’Afrique des parures de dot. Les tissus et les vêtements « ethniques » proposés constituent aussi une forme d’épargne. Les boutiques de téléphonie mobile, de bagages, prolifèrent, rappelant le statut immigrant des chalands. Les grands magasins à très bon marché, Tati et Kata (chaussures), proposent des articles peu onéreux pour une clientèle pauvre. Le quartier comporte en outre deux hammams et deux mosquées dont la fréquentation déborde largement sur la rue, lors de la prière du vendredi. Et malgré les efforts de nombreuses associations caritatives implantées sur place, la création de pôles culturels, et la rénovation par la ville de la moitié des immeubles vétustes, le quartier de la Goutte d’Or reste le lieu de toutes les immigrations de la misère.

7Mais ces quartiers de Chinatown et de la Goutte d’Or ne sont pas des ghettos. La « Petite Asie de Paris » est largement ouverte sur l’extérieur et accueille quotidiennement un nombre important de visiteurs de toutes nationalités et de toutes origines. On passe insensiblement de la ville européenne à la ville chinoise, qui est immergée dans un environnement parisien ordinaire et qui ne compte pas plus d’étrangers que l’ensemble de la capitale (12 % dans le 13e en 1999 contre 14,5 % pour l’ensemble de Paris). Le quartier de la Goutte d’Or, quant à lui, draine aussi une clientèle bien au-delà de ses limites. Toutes les nationalités et tous les continents s’y croisent. Les immeubles haussmanniens qui bordent le boulevard Barbès sont habités par des membres des classes moyennes et même supérieures. Un certain embourgeoisement se confirme au fil des recensements (42 % de population appartenait aux classes moyennes et supérieures en 1999).

8D’autres quartiers, autrefois populaires, s’embourgeoisent. L’avantage de vivre à Paris intra-muros, des prix encore pas trop élevés, et une certaine mode « rétro » réhabilitent certaines zones en voie de « gentrification ». C’est le cas du Faubourg St Antoine, autrefois fief des artisans du meuble qui jouissaient là, sous l’Ancien Régime, d’un espace hors des contraintes des corporations. Le faubourg comportait des immeubles populaires avec cours intérieures et ateliers jusque dans les étages. La construction de l’Opéra-Bastille, l’aménagement, sous le viaduc de la voie ferrée désaffectée, de locaux pour artistes et décorateurs, et au-dessus en promenade jardinée, en fait un quartier à la mode pour les antiquaires, les artistes et les boutiques de luxe.

9Le quartier St Germain des Prés, autrefois réservé à une élite intellectuelle, aujourd’hui fréquenté par des touristes fortunés, est devenu, de ce fait, une annexe pour les couturiers de l’avenue Montaigne qui fuient la prolétarisation des Champs Elysées. La rue Oberkampf, autrefois populaire et ouvrière, dans le quartier des petites industries métallurgiques, est devenue un haut lieu de la vie nocturne consacré par la mode. Une population qui se veut et se vit d’avant-garde a jeté son dévolu sur ces commerces d’outillage, ces vieux bistrots, conservés en l’état, dans leur décor pittoresque et « rétro ». Rue Jean-Pierre Timbaud, l’immeuble du syndicat des métallos CGT est devenu un centre culturel. Les logements ouvriers, construits à l’économie, avec un confort limité et des surfaces habitables réduites, sont investis peu à peu par des catégories « bourgeoises ». Mais la mixité reste importante, et il n’est pas sûr que cette tendance à la « gentrification » s’accentue, car les noctambules sont des oiseaux voyageurs, qui préfèrent souvent résider ailleurs.

10En conclusion, trois remarques s’imposent :
– La sociologie des quartiers parisiens est imprévisible. Les grands projets d’aménagement peuvent échouer, malgré les plans des architectes, et ne pas satisfaire la population auxquels ils étaient destinés. Des quartiers populaires, aux logements très dégradés et sans confort, peuvent être récupérés, sans logique urbanistique, par les classes bourgeoises.
– Paris ne comporte pas de véritable ghetto. Si certains quartiers peuvent être qualifiés d’« ethniques », ils restent perméables aux apports extérieurs et la population y est très diversifiée, tant au point de vue des origines que de la catégorie sociale.
– Enfin l’extension des moyens de transport publics vers les banlieues modifie l’accès diurne à la ville, à certains quartiers dont des groupes de populations étaient autrefois exclus.

11Il ne nous reste plus qu’à compléter cet excellent ouvrage par des observations personnelles, au fil de nos promenades. Nous regrettons seulement que les plans fournis ne soient pas plus détaillés, et que les nombreuses photos ne comportent pas de légendes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Paris, quinze promenades sociologiques », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 175-177.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Paris, quinze promenades sociologiques », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3528

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals