Navigation – Plan du site
Lu – à lire

Yves Frey, La guerre d’Algérie en Alsace, Enquête sur les combattants de l’ombre, 1945-1965

Gilbert Meynier
p. 177-178
Référence(s) :

Yves Frey, La guerre d’Algérie en Alsace, Enquête sur les combattants de l’ombre, 1945-1965, Strabourg, La Nuée Bleue, 2013, 271 p.

Texte intégral

1Ce livre de Yves Frey ne se réduit pas, comme le laisse entendre son sous-titre, à une « enquête sur les combattants de l’ombre » de la guerre algérienne de libération : l’auteur travaille certes sur l’histoire de l’immigration, mais pas seulement : il s’intéresse plus largement à l’histoire sociale et culturelle du xxe siècle, ce livre en témoigne – il parle des Algériens, mais aussi des Alsaciens et de leurs rapports.

2Yves Frey a eu recours tant à des archives inédites des RG aux archives départementales du Haut Rhin et du Bas Rhin – il y a travaillé notamment sur le fonds Jacques Fonlupt-Esperaber –, aux archives municipales de Mulhouse, à la presse, à quelques témoignages d’acteurs, et à une riche iconographie qui illustre son livre de manière parlante.

3L’Alsace : dans ce contexte brûlant de 1954-1962, une contrée méconnue dans l’hexagone, du grand public et même des férus d’histoire, alors qu’on dispose d’autres études sur l’ensemble de la France ou sur telles régions. De fait, l’Alsace présente des particularités : nombre de soldats algériens de la 1re Division Française Libre participèrent à la libération de l’Alsace en 1944-1945 ; il en fut pour s’y établir et y fonder une famille. Puis, pour les travaux de reconstruction d’un pays ravagé, il fut fait appel à des travailleurs algériens – ils y étaient encore très peu nombreux en 1939. Le livre montre la différence entre le Bas Rhin et le Haut Rhin où les immigrés algériens étaient plus nombreux, dans la citadelle ouvrière de Mulhouse notamment.

4Ce livre, tout organisé chronologiquement qu’il soit, procède en continu à une analyse du cas alsacien en rapport avec l’évolution de la guerre en France et en Algérie. Yves Frey présente ainsi les prodromes du mouvement national algérien avant la thawra de 1954, puis il relate l’implacable lutte entre le MNA messaliste et le FLN, entre les syndicalistes de l’USTA messaliste et l’UGTA frontiste, pour contrôler les Algériens d’Alsace -nombre d’entre eux, notamment ceux qui y avaient fait souche depuis 1945, étaient souvent rétifs à l’un et parfois à l’autre. Ces affrontements connurent leur paroxysme durant les trois premières années de la guerre et ils se conclurent par la victoire du FLN ; mais ils furent moins sanglants que par exemple, dans la région lyonnaise ou en Lorraine, où le MNA ne céda jamais complètement le terrain : en Alsace, le MNA était moins bien structuré pour le combat clandestin et, comme tel, il fut plutôt la victime première de la répression policière.

5Au demeurant, les attentats exécutés par l’OS (Organisation spéciale) de la Fédération de France du FLN visèrent davantage les Algériens rétifs que la population alsacienne ; il n’y eut pas d’ouverture d’un second front – c’était ce qu’avait ordonné la direction du FLN dans l’été 1958 – en Alsace, moins encore que dans le reste de l’hexagone : il n’y eut pas de Mourepiane entre Rhin et Vosges, tout au plus quelques rails déboulonnés. La même année, la Fédération de France, où l’Alsace relevait à l’origine de la région Nord-Est, avec Longwy pour centre, mit sur pied le niẓām (littéralement organisation, le terme connotant la discipline) chargée d’encadrer la population algérienne et du lui faire payer l’ishtirāk -la cotisation, l’impôt patriotique. Une des particularités de l’Alsace, qui ressort bien du livre, est son encadrement frontalier proche qui facilite les échappées vers l’Allemagne et la Suisse d’ouvriers en quête de travail et le transfert en lieux plus sûrs des fonds collectés – rappelons aussi que, en juin 1958, pour échapper à la répression policière française, le comité fédéral de la Fédération de France s’était établi à Cologne. Mais, en 1959-1961, le FLN doit affronter à la fois une offensive policière sans précédents dont il sort délabré, sans compter que la base algérienne, fatiguée et désorientée, ne représente pas un soutien sans failles.

6Le retour en force survient à partir de l’été 1961, moment des contacts sans retour entre le pouvoir français et le GPRA. Le FLN parvient à contrôler la majeure partie des foyers de travailleurs. Mais cela au prix de déchirements qui reflètent, à la base, les horions qui secouent la direction du FLN, entre wilāya(s), entre d’une part le GPRA et d’autre part l’armée extérieure de Boumediene / son « État-Major Général » -ces derniers allaient l’emporter dans le sang dans l’été 1962 sous le fusible présentable Ben Bella. Cette année 1962 est celle d’une mise au pas des Algériens, dans la perspective proche, et après la conquête de l’indépendance : la répression politique contre les politiquement peu sûrs, les règlements de compte, souvent violents – politiques, mais aussi personnels / claniques –, les amendes rétroactives – parfois démesurées – pour refus de s’être acquittés de l’ishtirāk, ne s’y comptent pas. LE FLN, État clandestin, libère ses pulsions dès lors qu’il est s’est mué en État reconnu.

7Quant aux Alsaciens, pèse chez eux le poids encore lourd des Malgré nous quand les appelés sont mobilisés pour partir faire la guerre en Algérie. Le contexte de la guerre explique la régression du MRP démocrate-chrétien : enrôlées sous l’étendard gaullien sont des figures notables telles que Pierre Pflimlin et son puîné André Bord. Ce dernier qui avait, lui, un passé résistant avéré, fut l’un des premiers MRP à rejoindre l’UNR quand Pflimlin fut nommé ministre d’État du premier gouvernement de Gaulle. Mais reste le poids du catholicisme, traversé de courants parfois divergents à propos de la guerre d’Algérie, de l’université de Strasbourg, institution de premier plan, mais – signe des temps –, la position des étudiants s’élabore en contexte de guerre, avec les positions de l’AFGES et avec l’opposition – comme ailleurs en France – entre « majos » et « minos » de l’UNEF.

8La perception des Algériens par les Alsaciens oscille entre le souvenir de 1945 où les tirailleurs libérateurs furent fêtés, l’appréciation souvent méprisante des ouvriers algériens venus par la suite, et le contexte de guerre qui les fait tenir pour suspects. Traqués par la police de 1954 à 1962, les militants algériens sont pourtant soutenus par des intellectuels – on connaît l’engagement de Madeleine Rebérioux, professeur de lycée à Mulhouse de 1945 à 1961 –, épaulés par des militants chrétiens, par des syndicalistes – souvent CFTC –, aidés par des porteurs de valises qui organisent des filières d’évasion et participent au transfert des fonds.

9Certes, s’il faut critiquer, on dira que le livre de Yves Frey est parfois un peu factuel, voire répétitif, mais sans que cela nuise au fond à la valeur de l’analyse. On regrettera l’absence d’un index des noms propres et d’un glossaire des noms arabes – un puriste remarquera que la translittération de l’arabe au français est aléatoire, mais cela est si fréquent dans la littérature ordinaire en français consacrée à l’Algérie qu’on ne peut mettre cela à charge de l’auteur. Il y a bien un glossaire des sigles (p. 236), mais il n’apparaît pas à première vue au lecteur inattentif qui peut ici et là s’interroger au fil de sa lecture sur la signification de SACM, ONCOR, ASANAHR… Enfin, si nombre de spécificités de l’Alsace sautent aux yeux, on est quelque peu déçu de ne voir aucune mention de sa langue et de sa culture : lorsque l’auteur de ces lignes enseignait à l’université de Nancy II, un étudiant d’origine algérienne provenant du bassin de Forbach lui avait confié que, lorsque son père y était arrivé au début des années 1960, il avait été surpris de se trouver en France et de ne guère y entendre parler le français… On excusera de telles petites arguties : on aura compris que, sans conteste, ce livre est de qualité. L’ampleur de la documentation, l’inlassable curiosité scientifique du chercheur, ses exigences d’historien vrai, ses conclusions – sans appel, mais toutes en mesure – en font la richesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Meynier, « Yves Frey, La guerre d’Algérie en Alsace, Enquête sur les combattants de l’ombre, 1945-1965 », Revue des sciences sociales, 51 | 2014, 177-178.

Référence électronique

Gilbert Meynier, « Yves Frey, La guerre d’Algérie en Alsace, Enquête sur les combattants de l’ombre, 1945-1965 », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/3541

Haut de page

Auteur

Gilbert Meynier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals