Navigation – Plan du site
Changer l'image de la ville

La Neustadt de Strasbourg

L’exemple de co-construction d’un patrimoine urbain
The case of Neustadt (Strasbourg), Co-construction of an Urban and Architectural Heritage
Cathy Blanc-Reibel
p. 104-111

Résumés

La Neustadt est un terme allemand qui signifie la « ville nouvelle ». À Strasbourg, elle fait écho à l’extension urbaine mise en œuvre pendant l’Annexion allemande de l’Alsace (1871-1918) suite à l’adoption du plan d’urbanisme daté de 1880. Ces dernières années, les collectivités locales se sont emparées de la patrimonialisation institutionnelle de ce secteur urbain. Plusieurs actions menées par la ville de Strasbourg et la Région Alsace contribuent à la fabrique de ce patrimoine (Heinich, 2009). Depuis l’automne 2010 et sur une durée de six ans, la Neustadt est étudiée par le Service de l’Inventaire et du Patrimoine qui a pour mission de recenser le bâti. En parallèle, la municipalité se porte candidate pour figurer sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le but en est d’élargir le périmètre obtenu en 1988, du centre historique dit de la « grande île » au quartier allemand. (Cassaz, Eberhardt, 2013). Le dossier de candidature a été transmis à l’Unesco par l’état Français en janvier 2016. Dans ce contexte d’institutionnalisation, cet article vise à mettre en lumière le phénomène de co-construction patrimonial entre politique de patrimonialisation et appropriation citoyenne de l’habitat.

Haut de page

Texte intégral

1L’actualité patrimoniale à Strasbourg est marquée par le dépôt de la candidature de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco qui sera arbitrée en juillet 2017. Cette démarche institutionnelle s’inscrit dans une dynamique engagée depuis les années 1980. En effet, la Grande-île du centre-ville médiéval est classée par l’Unesco depuis 1988 et cette seconde initiative a pour but d’agrandir le secteur valorisé en incluant l’extension urbaine réalisée pendant l’annexion allemande (1871-1918), désignée sous la terminologie de Neustadt. Comme d’autres villes, tant au niveau européen que mondial, Strasbourg met en avant son patrimoine et tente de se démarquer d’autres métropoles en s’affichant notamment comme une « scène urbaine européenne », selon le titre du dossier de candidature pour l’extension déposé début 2016 par l’état français. Le patrimoine constitue ainsi une part non négligeable de son identité. Selon les propos de Géraldine Djament-Tran, « La métropolisation enrôle le patrimoine dans la compétition des territoires et fait circuler les modèles d’actualisation du patrimoine » (Djament-Tran 2015). Par cette demande à l’Unesco, Strasbourg marque de manière ostensible sa place en tant que ville frontalière et européenne.

2La valorisation actuelle n’est pas uniquement le fruit d’une politique municipale mais elle résulte d’une imbrication d’actions portées par une pluralité d’acteurs qui sont intervenus et interviennent encore à ce jour dans le processus de patrimonialisation. Toutes ces actions contribuent à la fabrique de ce patrimoine selon la terminologie employée par Nathalie Heinich (Heinich 2009).

3Quelles sont les étapes de cette patrimonialisation et leurs articulations ? Quels acteurs ont participé à la construction de ce patrimoine strasbourgeois et par quelles actions ? Quels registres de communication sont mis en exergue pour quelles finalités ? Et enfin, quelles sont les limites et les tensions que peuvent générer l’engouement patrimonial dans ce cas ? Traiter ces questions permet d’éclairer le processus patrimonial passé et présent ; car c’est bien ce présent qui conditionne la perception patrimoniale. Comme l’explique Michel Rautenberg, dans son ouvrage, La rupture patrimoniale, qui met en évidence les relations entre le passé et le présent : « Une chose semble aujourd’hui acquise : le passé est construit dans le présent, mais aussi pour le présent » (Rautenberg 2003). Pour déconstruire les mécanismes patrimoniaux, nous présenterons tout d’abord la genèse de ce secteur urbain, puis ses reconnaissances citoyennes et institutionnelles jusqu’à nos jours.

Histoire d’une extension urbaine

4Un bref rappel historique est nécessaire pour mieux appréhender la situation actuelle du phénomène de patrimonialisation. La genèse même de l’édification de cet ensemble urbain strasbourgeois explique en partie les tenants et aboutissants actuels. La Neustadt, contrairement à sa traduction littérale la [ville nouvelle] se réfère à une période passée. Elle résulte de l’intervention urbanistique opérée par le régime impérial allemand, lors de l’annexion de l’Alsace entre 1871 et 1918. Rappelons qu’au XIXe siècle plusieurs villes européennes ont mis en œuvre des plans d’extension similaires comme le montrent les travaux menés par Haussmann à Paris (1853), Cerda à Barcelone (1860) ou encore Hobrecht à Berlin (1862). La municipalité de Strasbourg, quant à elle, envisageait l’ouverture des fortifications dès 1840, mais cette nouvelle extension nécessitait de concevoir un nouveau système défensif ce qui empêcha la mise en œuvre de ce projet urbanistique. La guerre de 1870 et ses conséquences eurent alors un impact décisif sur le projet urbain. Suite à la défaite de la France et l’annexion de l’Alsace, l’administration allemande reprit et mit en œuvre ce grand chantier, et ceci à l’appui des plans de l’architecte Jean-Geoffroy Conrath. Le Bebauungsplan, adopté le 7 avril 1880 situe la « nouvelle ville » autour de la grande île – noyau médiéval ; elle s’articule autour de grandes places (l’actuelle place de Haguenau, la Kaiserplatz, aujourd’hui place de la République et la place de l’Université) et de grands axes de circulation reliant la ville à l’Allemagne. À noter qu’un soin est porté aux liens entre le nouveau tissu urbain et le tissu médiéval grâce aux avenues qui mettent en perspective la cathédrale.

5Cet ambitieux projet urbanistique avait une double visée. D’une part, il s’agissait de transformer Strasbourg en une vitrine de l’Empire grâce à son architecture ; d’autre part il fallait loger la population croissante engendrée notamment par la nouvelle vague d’immigration allemande. Entre 1871 et 1910, la population strasbourgeoise passa de 85 654 à 178 891 habitants (Kintz 1977).

6Strasbourg, en tant que nouvelle capitale du territoire impérial d’Alsace-Lorraine, fut rapidement dotée d’édifices officiels et publics. À titre d’exemple, les bâtiments autour de la place Impériale, l’actuelle place de la République, l’université et la gare ont été rapidement construits sur l’ancien système défensif de la ville. Ces bâtiments constituent encore à ce jour un pan de l’architecture monumentale de Strasbourg. Pour mesurer l’ampleur du chantier, il suffit d’avancer que plus de 8 000 constructions ont été érigées à cette période, dont 95 % ont été bâties par des particuliers. Le tissu urbain résidentiel s’est par conséquent largement développé (Rieger et al. 1991).

7Tous ces éléments permettent de comprendre que cet ensemble urbain se réfère à la fois à une zone géographique et à une période historique de la cité. Et pour ces raisons historiques, la Neustadt est aussi connue sous les verbatims : quartier allemand, quartier impérial ou encore wilhelmien/wilhelminien.

8L’histoire même de la réception et de la mise en valeur de cette architecture est complexe pour les raisons suivantes : l’alternance des politiques d’urbanisme portées tour à tour par les autorités françaises et allemandes, les enjeux identitaires de Strasbourg en tant que ville frontière et enfin la qualité architecturale intrinsèque de cet ensemble urbain (Eberhardt 2015).

  • 1 À noter que le premier arrêté d’inscription date de 1977 pour quelques éléments architecturaux avan (...)
  • 2 Klaus Nohlen est architecte, professeur émérite d’histoire de l’architecture à l’Université des Sci (...)

9Tous ces éléments se sont cristallisés autour d’un événement. En effet, évoquer des questions de patrimoine à Strasbourg fait systématiquement écho dans les cercles plus ou moins avertis à un évènement catalyseur : il s’agit de la destruction en 1973 de l’hôtel de la « Maison Rouge » situé sur la plus grande place du centre-ville, la place Kléber. Malgré des mobilisations citoyennes, l’immeuble wilhelminien eut le même destin que les Halles Baltard à Paris en 1971 ; il devint alors le symbole des « erreurs » à ne pas reproduire. Vécue comme un réel traumatisme, cette destruction est encore gravée dans les mémoires et marque un tournant majeur vis-à-vis du patrimoine local. Dès lors l’évolution du regard patrimonial se matérialise dans les classements successifs au titre des monuments historiques. Dans le cas du secteur wilhelmien, la liste des monuments classés ou inventoriés au titre des monuments historiques reflète de manière significative les changements à l’égard de cette architecture. En 1975, des bâtiments de style art nouveau, édifices appartenant majoritairement à des propriétaires privés, ont été les premiers à obtenir une reconnaissance institutionnelle. Les édifices officiels, symboles de l’annexion allemande et de son pouvoir n’ont été classés qu’à partir des années 1990. Parmi eux le Palais du Rhin (ancien palais impérial), symbole de l’annexion qui a échappé à la destruction dans les années 1950, a été finalement classé en 19931 après le Palais universitaire (1990). L’inscription en 2014 du café Brandt montre que le processus se poursuit. De surcroit, les premiers travaux d’universitaires portés par Louis Grodecki en 1968, puis par Klaus Nohlen2, étudiant allemand qui a soutenu son doctorat en 1979 et enfin par Shelley Hornstein-Rabinovitch en 1981 marquent le début d’un intérêt scientifique pour cette période architecturale (Grodecki 1968, Nohlen 1991, Hornstein-Rabinovitch 1981).

Du quartier allemand à la Neustadt, l’évolution d’une terminologie

10Si le monument reste constitutif du patrimoine, d’autres valeurs et définitions alimentent et complètent la notion et ses pratiques, ce qui explique l’inflation patrimoniale au cours des dernières décennies (Poulot 2006). Le patrimoine ne se cantonne plus aux palais, églises et autres édifices monumentaux. Mais l’habitat vernaculaire, les modes de vie, la culture sont autant de dimensions qui s’y agrègent. Le cas de la Neustadt est révélateur de cet intérêt croissant. Plusieurs types d’acteurs se mobilisent de manière plus ou moins visible, peuvent être engagés dans la sphère publique et contribuent tous dans une certaine mesure à la préservation et à la valorisation des lieux. L’étude de leurs actions permet de comprendre leur implication dans le processus de valorisation de ce secteur urbain, les manières dont ils s’approprient cet espace en s’appuyant sur des moyens qui leurs sont propres. Il est pertinent de relever dès à présent que des aires de sauvegarde divergent en fonction du protagoniste qui défend l’extension urbaine wilhelmienne bien qu’elle soit liée à une même problématique patrimoniale. Ces variations de périmètre méritent une attention particulière.

  • 3 Dans son chapitre d’ouvrage paru dans les Émotions patrimoniales (Fabre D., 2013)

11Parmi les acteurs incontournables, l’association de défense et de conservation du patrimoine historique de la ville de Strasbourg, « les Amis du Vieux Strasbourg » a entrepris plusieurs actions pour la mise en œuvre de la protection de cet ensemble urbain. Il n’est pas étonnant que ce patrimoine soit saisi par cette association, en effet les travaux d’Hervé Glevarec et Guy Saez montrent l’impact des actions de ces collectifs patrimoniaux dans les sphères publiques et notamment dans la politique locale (Glevarec et Saez 2002). Déjà en 1989, les Amis du Vieux Strasbourg proposèrent à la municipalité une Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain autour de la place de la République jusqu’à la rue de l’Observatoire. En 2014, un inventaire a été mené par leurs soins et a été relayé via leur publication annuelle dans un numéro intitulé « Strasbourg – Un ensemble à sauvegarder : la Neustadt 1871-1918 » dirigé par Dominique Montanari. Les bâtiments référencés s’étendent au-delà du périmètre proposé en 1989 ; l’inventaire intègre des zones résidentielles et englobe, selon les propres termes des associatifs : « la zone officielle entourant la place de la République et le secteur universitaire ancien (depuis le début de la rue du Fossé-des-Treize jusqu’à la rue de l’Observatoire et depuis le Canal du Faux-Rempart prolongé par le boulevard de la Victoire jusqu’à l’axe avenue des Vosges – avenue de la Forêt-Noire) entièrement urbanisés avant 1914 ». La ligne rédactionnelle est clairement militante comme l’attestent le ton et les adjectifs qualificatifs. Il est représentatif en cela de l’impact émotionnel que Nathalie Heinich énonce comme un élément déterminant du fait patrimonial. Selon ses termes, « l’indignation – émotion négative – est un phénomène fréquent en matière de patrimoine, et significatif : on pourrait même suggérer que c’est l’indignation face aux risques d’altération ou de destruction d’un bien qui atteste son caractère patrimonial3 ».

12Quelques exemples significatifs illustrent le ton employé « Horreur ! Un haut immeuble des années 1960 écrase son voisinage tant sur l’avenue de la Paix que sur le boulevard Gambetta » ou encore « Sans vouloir nous prononcer sur l’esthétique du bâtiment lui-même nous regrettons l’emploi d’un revêtement de plaques de calcaire blond qui tranche avec la palette habituelle des immeubles wilhelmiens » et en conclusion « Les plus graves atteintes, comme nous l’avons constaté, résultent de l’implantation au cours du dernier demi-siècle, d’édifices démesurés tant en volume qu’en hauteur ».

13Malgré son approche partiale, ce premier recensement est désormais considéré comme une référence, ainsi que le soulignent des experts en le domaine dans la récente parution Strasbourg : de la Grande-Île à la Neustadt (Cassaz et Eberhardt 2013).

14D’autres initiatives témoignent la volonté croissante de protéger ce secteur. En 1991, l’historien de l’art Théodore Rieger relève dans son ouvrage que « Le patrimoine wilhelminien est encore conservé à plus de 90 %. Mais il est grand temps de proscrire le mitage désastreux des rues et des avenues et de sensibiliser les habitants à l’héritage de l’éclectisme » (Rieger et al. 1991 : 89).

15Puis, l’Étude préalable à la zone de protection du patrimoine architectural et urbain du Quartier allemand de Strasbourg réalisée en 1992 par la Direction régionale des Affaires culturelles d’Alsace et la Conservation régionale des monuments historiques montre un investissement institutionnel. Au fil du temps, le message patrimonial concernant ce secteur s’est renforcé. Et depuis les années 2010, la ville de Strasbourg et la Région Alsace prennent activement part à la patrimonialisation institutionnelle de ce secteur urbain.

16La dénomination intrinsèque de « Neustadt » pour le projet patrimonial a d’ailleurs été arbitrée par les collectivités locales. La terminologie devait refléter le lien avec l’Allemagne. Mais les termes couramment employés que sont « quartier impérial » ou « quartier allemand » furent évités en raison d’une référence trop étroite à l’annexion. Si la notion de « ville nouvelle » aurait pu marquer l’extension urbaine, l’expression se réfère de facto à une autre période architecturale. Le choix s’est alors porté pour Neustadt, substantif présent sur les plans qui a l’avantage d’atteindre le double objectif, celui de représenter l’origine allemande et l’extension urbaine. Dès lors les projets patrimoniaux et culturels de ce secteur se sont mis au diapason de la Neustadt.

17Comme nous l’avons énoncé en introduction, l’état français a effectué une demande de reconnaissance auprès de l’Unesco ; les démarches portées par la municipalité ont débuté en 2010 dans le but de déposer un dossier en janvier 2016. Le but est d’élargir le périmètre obtenu en 1988 qui inclut le centre historique et médiéval dit de la « grande île » (Ill. 1). En parallèle, le projet de révision-extension du Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) de Strasbourg est mis en œuvre pour intégrer en partie cet ensemble architectural. Il a pour objectif tant « de conserver le cadre urbain et l’architecture ancienne, que d’en permettre l’évolution harmonieuse au regard des fonctions urbaines contemporaines, le tout en relation avec l’ensemble de la ville4 ».

Ill. 1 : Carte de l’Unesco, Mission Patrimoine-GCT, © Ville et Eurométropole de Strasbourg.

18Ces deux projets n’ont pas exactement le même périmètre. D’une part pour la candidature Unesco, il se cantonne globalement à l’axe impérial (Palais du Rhin – Palais universitaire) et à sa parallèle, l’avenue des Vosges – Alsace – Forêt-Noire. D’autre part, la proposition de la Révision-extension du plan de sauvegarde et de mise en valeur de Strasbourg se calque sur l’aire soumise à l’Unesco en incluant la place de Haguenau. Si le projet est adopté à l’horizon 2018, la révision du plan de sauvegarde aura un impact direct sur le bâti. Cette zone bénéficiera en effet d’une protection matérielle, c’est-à-dire que des aides financières pourront être sollicitées et que l’avis préalable des Bâtiments de France (actuellement Unités départementales de l’Architecture et du Patrimoine) sera obligatoire avant toute modification.

19Quant à elle, l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco est certes un label prestigieux au niveau international, mais elle n’apporte pas directement de protection. Cependant, son obtention est conditionnée par la mise en place d’une protection à long terme par les autorités locales (Audrerie et al. 1998). En effet, tout dépôt de candidature nécessite d’expliciter la manière dont le site est protégé juridiquement et de fournir un plan de gestion concernant son entretien. La visée de ce label est une reconnaissance internationale qui permet des retombées touristiques.

20En parallèle à la mise en œuvre de la protection matérielle, la Neustadt est étudiée par le Service de l’Inventaire de la Région Alsace qui a pour mission de recenser le bâti. Cette action a débuté à l’automne 2010 et pour une durée de six ans. Pour leur étude, les chercheurs de l’Inventaire s’appuient sur le plan du Bebauungsplan, la date d’élévation des édifices n’étant pas un critère discriminant. Le quartier allemand a été divisé à cet effet en onze secteurs : Axe impérial, Parc des Contades, île Sainte-Hélène, Orangerie, Gare et boulevards, Place de Haguenau, Marne Forêt-Noire, Quartier des musiciens et Cité Rotterdam, Conseil des Quinze et Bon Pasteur, Hôpital, Quartier Suisse, (Ill. 2). Le travail du Service de l’Inventaire a pour vocation d’offrir à long terme une protection immatérielle ; en effet la connaissance de l’état de l’architecture à un moment précis en est le point central. Pour ce faire, les chercheurs archivent une documentation raisonnée, à partir, entre autres, de photographies et de fiches synthétiques. Ces fiches regroupent des données factuelles sur chaque immeuble et fournissent des indications sur sa catégorie, sa date de construction, son état, son emplacement, son décor. Grâce à ce recensement systématique et détaillée de chacun des bâtiments, l’histoire architecturale du quartier est mieux appréhendée et valorisable. Cette démarche scientifique a permis d’enrichir notamment le dossier de candidature pour l’Unesco. Il faut rappeler qu’aucune protection matérielle supplémentaire n’est mise en place, le Service de l’Inventaire s’emploie à communiquer sur les travaux réalisés ; sa mission est principalement fondée sur la connaissance et sa diffusion. La manifestation intitulée les Rendez-vous de la Neustadt en est le point d’orgue annuel durant la période de l’étude et ceci jusqu’en 2017. Leur mission est de restituer les résultats de leurs recherches au grand public par le biais de conférences, visites guidées, expositions, ateliers à destination des familles, autant d’actions qui contribuent fortement à la médiatisation de ce secteur urbain. Cet événement patrimonial idoine complète l’offre culturelle proposée lors de l’événement que sont les Journées Européennes du Patrimoine.

Ill. 2 : Source : Direction Urbanisme et Territoires – Ville et Eurométropole de Strasbourg.

L’appropriation des habitants

  • 5 Enquête menée par nos soins en collaboration avec Johannes Dahm, doctorant (Lilpa), lors de la rest (...)

21Ces Rendez-vous de la Neustadt ont pour objectif de sensibiliser le « grand public ». Une enquête menée lors de l’édition de 20145 a permis d’identifier de manière fine les populations impactées par cette médiation en déterminant par exemple leur provenance. Sur les 355 réponses obtenues, environ 40 % des personnes ont déclaré habiter la Neustadt. Sur les 146 adresses recensées, quelques personnes résidaient dans le quartier gare, mais la majorité provenait de rues situées non loin de la place de la République et des rues proches où se situent des monuments inventoriés ou classés au titre des monuments historiques. Les rues les plus fréquemment citées sont la rue du Maréchal-Foch, l’avenue de la Forêt-Noire, le boulevard Clémenceau et enfin la rue Wimpfeling. Si la longueur des voiries a une incidence directe sur le nombre de références, il importe surtout de relever qu’elles se situent dans un périmètre restreint de deux kilomètres environ de part et d’autre de la place de la République.

22Cette information permet de constater que la sensibilisation peut avoir des conséquences sur les pratiques des résidents du secteur de la Neustadt. Et démontre également qu’au-delà des acteurs mobilisés et organisés, certes nombreux et variés par leurs différences de statuts, les citadins peuvent participer à titre individuel à la construction patrimoniale de leur environnement, via leurs pratiques quotidiennes dans leur habitat. Moins de 10 % des enquêtés se sont déclarés être membre d’une association ayant comme thématique le patrimoine ou l’architecture et le patrimoine. Par conséquent l’événement des Rendez-vous de la Neustadt peut être un des canaux d’information non négligeable dans la sensibilisation à la question patrimoniale.

23Rappelons que ces bâtiments sont largement habités et relèvent du secteur privé. Et toutes les décisions prises par l’ensemble de ces habitants ont conduit en partie à transmettre à ce jour ce patrimoine dans l’état actuel de conservation. Il est important de porter notre attention sur ce vaste public, moins visible, mais qui contribue également à la mise en œuvre de ce projet patrimonial d’envergure. Leur rôle, qui peut se révéler décisif dans le dispositif patrimonial est relevé dans le Dictionnaire des rues de Strasbourg : « Centenaires pour la plupart d’entre elles, ces constructions nécessitent un entretien attentif qui dépasse parfois les moyens des propriétaires. » Leur état de conservation dépend en effet, d’une part de l’attention et des moyens mis à disposition pour l’entretien, et d’autre part et surtout de leur occupation. Comme l’expliquait déjà Viollet-le-Duc « Le meilleur moyen de conserver un édifice, c’est de lui trouver un emploi » (Choay 2009) ; la Neustadt se caractérise par la permanence de l’emploi des bâtiments résidentiels. Ces immeubles ont été construits par des investisseurs privés et des familles qui peuvent encore être parfois propriétaires de l’immeuble de rapport. Des travaux, aussi mineurs soient-ils, peuvent générer des atteintes à l’aspect du bâti et peuvent contribuer à renforcer ou non son aspect d’origine. Contrairement à d’autres secteurs urbains protégés comme le Vieux-Lyon, dont la population s’est modifiée suite aux effets de gentrification, les édifices ont globalement toujours été occupés par des groupes sociaux homogènes. Mais il existe des différences de pratiques dans cet ensemble urbain qui regroupe des réalités différentes entre des quartiers plus populaires ou plus bourgeois. Dans la version la plus étendue de la Neustadt, les quartiers de la gare assez populaires et ceux de l’Orangerie qui détiennent les revenus les plus élevés de la ville intègrent ce même ensemble architectural.

24Des entretiens auprès d’habitants réalisés dans le cadre de nos recherches doctorales ont permis d’identifier des pratiques ordinaires avec des appropriations hétérogènes. Dans le cas de rénovations, la quête de l’authenticité peut être recherchée de différentes manières. En d’autres termes, les acteurs peuvent souhaiter se rapprocher au plus près de l’état d’origine du bâti. Comme, par exemple, lors du ravalement d’une cage d’escalier, un architecte qui exerce son activité professionnelle dans le périmètre sauvegardé est intervenu dans la décision de la copropriété pour que la couleur de l’époque soit choisie. Pour ce faire, il a fait des recherches dans les archives pour recueillir des informations sur l’édifice. Dans une autre rue, une habitante, qui a grandi et vit toujours dans le même immeuble, s’est souvenue du rouge de son enfance, enduit sur les murs, et l’a proposé aux autres copropriétaires. Qu’il s’agisse de la mémoire liée à l’archive ou de la mémoire affective, dans ces deux cas, la recherche des tons d’origine a été primordiale et a été transmise aux autres copropriétaires. Par ces pratiques et ces interventions dans des groupes sociaux, ces éléments nourrissent la mémoire du quartier (Halbwachs 1976) et participent de la construction mémorielle du bâti. Les habitants, à l’échelle de leur immeuble, ont des pratiques patrimoniales plus anonymes, et plus spécifiquement dans les cas de copropriété. Elles s’échelonnent sur plusieurs niveaux : celui du logement personnel, des communs et de la façade. Ces pratiques peuvent donc varier en fonction des espaces. Le patrimoine ne se résume plus qu’à ses pierres mais aussi à ses habitants et à leurs modes de vie. Cette dimension humaine est mise en exergue dans les travaux de Maria Gravari-Barbas et Daniel Fabre dans leurs ouvrages collectifs respectifs Habiter le patrimoine ou Les monuments sont habités (Gravari-Barbas 2005, Fabre 2010).

25La forte sensibilisation au patrimoine peut s’expliquer par le renforcement du discours patrimonial ces dernières années, grâce entre autres aux manifestations grand public du type des « Journées Européennes du Patrimoine », et aussi à la multiplication des émissions télévisées. D’un point de vue local, le succès d’Archi-Strasbourg devenu Archi-wiki (http://www.archi-wiki.org/​) qui regroupe plus de 11 090 adresses étudiées sur le mode collaboratif est une preuve supplémentaire de l’intérêt pour le patrimoine. 2 045 personnes sont inscrites sur ce site dont 1 611 se sont abonnées à l’alerte mail hebdomadaire (données datées de novembre 2015). Toutes ces personnes manifestent un intérêt pour l’histoire de l’architecture et utilisent les données du site pour obtenir facilement une meilleure connaissance de leur habitat.

Hybridation des acteurs et des actions

  • 6 L’Association de Défense des Intérêts des Quartiers centre-est de Strasbourg (Quinze-Orangerie-Marn (...)

26Les sphères patrimoniales citées sont loin d’être hermétiques. La majeure partie de ces acteurs institutionnels et associatifs échange et se rencontre ; par conséquent les discours s’imbriquent. Un exemple représentatif, où plusieurs de ces arènes se sont réunies, a eu lieu lors de la dernière édition des Rendez-vous de la Neustadt. À cette occasion, un temps d’échange a été mis en place à destination des habitants. Le service de l’inventaire et du patrimoine de la Région Alsace avait souhaité ouvrir l’évènement à une forme d’activité moins classique. Pour ce faire, elle a mandaté l’association de quartier située dans le secteur restitué en 2015, il s’agissait de l’Adiq6 implanté dans le quartier du Conseil des XV et de l’Orangerie pour organiser cette séance inédite. Sollicitée en tant que doctorante spécialiste de la Neustadt, nous avons participé à ce titre à l’événement. Parallèlement aux discours des experts du patrimoine, la parole a été donnée aux habitants et ceci autour d’un café gourmand. Les résidents ont par conséquent été mis à l’honneur et ont fait part de leurs impressions. En tant que locataires ou propriétaires, les résidents de la Neustadt ont raconté la vie de leur immeuble. Ce temps de parole inhabituel dans le dispositif patrimonial strasbourgeois a permis d’imbriquer des discours d’acteurs hétérogènes. Dans un cadre institutionnel, parmi des évènements où d’habitude la parole experte domine, celle des habitants, parole ordinaire, a été entendue. Ceux-ci, par le biais de l’association de quartier, et par cette invitation, ont partagé leurs connaissances ordinaires auprès d’un grand public largement représenté puisqu’au moins 150 personnes se sont déplacées à cette occasion.

27Dans ce cas, l’institution, la caution morale universitaire, la société civile que constitue l’association de quartier, et les habitants, se sont réunis dans un même espace-temps pour partager leur intérêt pour le patrimoine local. Par la présence des principaux protagonistes du patrimoine de la Neustadt, une impression englobante et unanime du patrimoine semblait émerger.

Conclusion : Vers un consensus patrimonial ?

28La Neustadt fait l’objet de différentes formes d’appropriation d’un même espace par une pluralité d’acteurs ayant des enjeux différents. Le patrimoine est souvent perçu du côté du bien commun, du collectif et du lien social. Pour autant sa dimension conflictuelle et non universelle est bien présente « derrière l’idée de consensus, des enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits existent » (Gravari-Barbas et Veschambre 2004).

29Dans ce cas, se pose toujours la question de l’objet même qui est cours de patrimonialisation. S’agit-il de l’architecture de ce quartier allemand, car contrairement à d’autres villes rhénanes et allemandes, Strasbourg n’a quasiment pas été bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale ? Ou bien est-ce l’histoire même de l’Alsace et de ses rapports à l’Allemagne qui est mise en exergue ? L’architecture wilhelmienne serait alors un moyen de faire valoir à l’échelle locale, nationale et internationale l’histoire de la ville de Strasbourg via les dispositifs patrimoniaux.

30L’amitié franco-allemande contribue à permettre d’assumer ce passé. Évoquer ce quartier nécessite de se positionner vis-à-vis du passé et du rapport à l’Allemagne. Ces liens restent complexes, voire antagonistes. D’une part, l’histoire de ces immeubles fait écho aux annexions de l’Allemagne. La période nazie durant la seconde guerre mondiale est notablement évoquée avec vives émotions dans les récits des habitants. D’autre part, l’Allemagne est synonyme de qualité : en effet, la solidité de la facture des immeubles est plébiscitée par les enquêtés. Ce double sentiment est fréquemment formulé dans nos entretiens.

31Depuis 2015, la municipalité établit de nouveaux rapports avec la période annexée de l’Alsace (1871-1918) comme le montre la signalétique urbaine. La mention Kaiserplatz sous le nom de la « Place de la République » reflète ce nouveau temps, celui d’un passé plus qu’assumé car affiché. Cette mention dépasse le cadre de l’identité alsacienne, car contrairement à d’autres rues où le bilinguisme est en vigueur, le nom est en allemand et non en alsacien. Il s’agit vraiment de mettre en valeur le passé de la ville annexée. Cette nouvelle « marque » dans la ville symbolise la récente appropriation de cet espace, et par conséquent la politique actuelle de la municipalité (Veschambre 2008).

32D’un point de vue historique, deux limites majeures au processus de patrimonialisation de ce secteur urbain sont identifiables : d’une part, les rapports à l’Allemagne qui ne sont pas consensuels et, d’autre part, l’hétérogénéité des quartiers relevant de la Neustadt. Ces deux freins ont tendance à s’atténuer ; les tensions vis-à-vis de l’Allemagne se distendent au fil des générations, la mise en place des secteurs sauvegardés permet de préserver la partie la plus emblématique du quartier impérial, enfin l’effet de gentrification du quartier gare contribue à la valorisation du patrimoine bâti qualifié désormais d’ancien.

Haut de page

Bibliographie

Audrerie D., Souchier R. et Vilar L. (1998), Le patrimoine mondial, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », vol. 1, 127 p.

Befort P.-A., Holderbach J.-M. et Jordan B. (2012), Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Barr, Le Verger, 575 p.

Cassaz D. et Eberhardt S. (dir.) (2013), Strasbourg : de la Grande-Île à la Neustadt, Lyon, Lieux Dits Éditions, vol. 1, 256 p.

Choay F. (2009), Le patrimoine en questions : anthologie pour un combat, Paris, Seuil, xlviii+215 p.

Djament-Tran G. (2015), « L’actualisation du patrimoine face à la métropolisation. Le cas de Saint-Denis », L’Information géographique, vol. 79, nº 2, p. 41-54.

Eberhardt S. (2015), Entre France et Allemagne, de la ville ancienne à la Neustadt de Strasbourg : la construction du regard patrimonial, Lyon, Université Jean Moulin.

Eurométropole Strasbourg (2015), De la grande île à la Neustadt, une scène urbaine européenne. Dossier de candidature pour l’extension du bien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, Strasbourg.

Fabre D. et Arnaud A. (dir.) (2013), Émotions patrimoniales, Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 408 p.

Fabre D., Iuso A. et Colloque de Matera (2010), Les monuments sont habités, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France. Cahiers », nº 24, vol. 1, 335 p.

Halbwachs M. et Châtelet F. (1976), Les cadres sociaux de la mémoire, La Haye, Mouton, coll. « Archontes », nº 5, vol. 1, 298 p.

Heinich N. (2009), La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », nº 31, 286 p.

Hornstein-Rabinovitch S. (1981), Les tendances d’architecture Art nouveau à Strasbourg, 2 vol., thèse conduite sous la direction d’Albert Châtelet, Université de Strasbourg, 432 p.

Glevarec H. et Saez G. (2002), Le patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation française, 412 p.

Gravari-Barbas M., Université d’été du Val de Loire Patrimoine mondial, Université d’Angers, Mission Val de Loire Patrimoine mondial de l’Unesco et Saumur (dir.) (2005), Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 618 p.

Gravari-Barbas M. et Veschambre V. (2004), Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits, in P. Melé, C. Larrue et M. Rosemberg (dir.), Conflits et territoires, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Grodecki L. (1968), « Architecture et décoration à Strasbourg vers 1900 », Bulletin de la faculté des lettres de Strasbourg, nº 46, p. 747-761.

Kintz J.-P. (1977), Paroisses et communes de France : dictionnaire d’histoire administrative et démographique, Paris, Laboratoire de démographie historique, 688 p.

Montanari D. (dir.) (2004), Strasbourg –Un ensemble à sauvegarder : la Neustadt 1971-1918, Société des Amis du vieux Strasbourg.

Poulot D. (2006), Une histoire du patrimoine en Occident, XVIIIe-XXIe siècle : du monument aux valeurs, Paris, Presses universitaires de France, 192 p.

Rautenberg M. (2003), La rupture patrimoniale, Bernin, France, À la croisée, 173 p.

Rieger T., Durand de Bousingen D., Nohlen D. et al. (1991), Strasbourg architecture : 1871-1918, Illkirch-Graffenstaden, Le Verger, 175 p.

Veschambre V. (2008), Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 315 p.

Haut de page

Notes

1 À noter que le premier arrêté d’inscription date de 1977 pour quelques éléments architecturaux avant son classement dans son ensemble en 1993.

2 Klaus Nohlen est architecte, professeur émérite d’histoire de l’architecture à l’Université des Sciences appliquées de Wiesbaden – Allemagne.

3 Dans son chapitre d’ouvrage paru dans les Émotions patrimoniales (Fabre D., 2013)

4 http://www.strasbourg.eu/developpement-rayonnement/urbanisme-logement-amenagement/la-formation-du-territoire/psmv/secteur-sauvegarde-document-opposable

5 Enquête menée par nos soins en collaboration avec Johannes Dahm, doctorant (Lilpa), lors de la restitution du quartier des Contades.

6 L’Association de Défense des Intérêts des Quartiers centre-est de Strasbourg (Quinze-Orangerie-Marne/Anvers-Musiciens-Rotterdam-Forêt Noire et quartiers limitrophes).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Carte de l’Unesco, Mission Patrimoine-GCT, © Ville et Eurométropole de Strasbourg.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/355/img-1.png
Fichier image/png, 659k
Légende Ill. 2 : Source : Direction Urbanisme et Territoires – Ville et Eurométropole de Strasbourg.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/355/img-2.png
Fichier image/png, 937k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cathy Blanc-Reibel, « La Neustadt de Strasbourg », Revue des sciences sociales, 57 | 2017, 104-111.

Référence électronique

Cathy Blanc-Reibel, « La Neustadt de Strasbourg », Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/355 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.355

Haut de page

Auteur

Cathy Blanc-Reibel

Doctorante. Amup, DynamE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals