Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

G. Simonnet, B. Laurent, D. LeBreton, L’homme douloureux

Nicolas Naïditch
p. 148
Référence(s) :

G. Simonnet, B. Laurent, D. LeBreton, L’homme douloureux, Paris, Odile Jacob, 2018, 298 pages.

Texte intégral

1Avec L’Homme douloureux, Guy Simonnet, Bernard Laurent et David Le Breton réussissent le véritable pari de présenter une approche transdisciplinaire de la douleur chronique. Grâce au métissage de leurs cultures de neurobiologiste, de clinicien et d’anthropologue, ils nous proposent à travers un cheminement progressif et limpide de découvrir comment les facteurs biologiques, psychologiques et sociaux se mêlent et s’entremêlent, pour finalement définir la douleur comme une expérience singulière.

2La première partie intitulée « du corps douloureux à l’homme douloureux » est un plaidoyer pour le dépassement des frontières disciplinaires, ce qu’ils nomment l’indiscipline. Le cloisonnement professionnel constitue le principal mirage d’une prise en charge de la douleur chronique efficace. Si la douleur physique repose sur des mécanismes neurobiologiques clairement identifiés, une médecine trop focalisée sur son organicité en viendrait à oublier que son ressenti est également influencé par les ressources psychologiques et sociales propres à chacun. L’expérience de la douleur est indissociable du sens qui lui est donné et celui-ci varie en fonction de facteurs biographiques, du contexte d’apparition de la douleur, des vulnérabilités particulières et interindividuelles voire des bénéfices secondaires qui peuvent en être retirés.

3La deuxième partie, « d’où vient notre douleur », a pour objectif d’en cerner les mécanismes. Là encore, cette partition interprétée à trois mains intègre une même perspective et propose une véritable épistémologie des connaissances scientifiques relatives à la douleur et à sa prise en charge. Après avoir décrit le fonctionnement des systèmes facilitateurs et inhibiteurs de la douleur, les auteurs montrent comment les expériences émotionnelles et sociales s’y adossent pour finalement participer à la modulation du message douloureux, battant ainsi en brèche de nombreuses idées reçues. Ce faisant, ils permettent de penser la douleur chronique comme un phénomène pluriel, réaffirmant par la même la primauté de l’approche multidisciplinaire, certes difficile et ambitieuse, mais seule à même de faire face aux challenges qu’elle impose aujourd’hui à nos sociétés.

4« La douleur prise en charge », en dernière partie, est résolument tournée vers l’avenir. Si la douleur chronique constitue toujours un véritable défi pour les chercheurs et les professionnels de santé, il faut bien reconnaître que les progrès réalisés sont réels, et même, dans certains domaines d’application, spectaculaires. Une des pierres fondatrices de cet édifice revient au père de l’algologie moderne : l’anesthésiste américain John Bonica qui publie en 1953 l’ouvrage de référence The Management of Pain dans lequel il développe le concept des Pain Clinics, autrement appelées en France centres anti douleur. Véritable lieu d’indiscipline, ce type de structure propose une organisation originale où des professionnels issus de différents horizons font front commun pour soigner et accompagner l’Homme douloureux.

5En définitive, la lecture de ce livre permet d’appréhender l’étendue des enjeux sociétaux, institutionnels, organisationnels et conceptuels relatifs à l’étude et à la prise en charge de la douleur chronique. Cet ouvrage nous amène à mesurer à quel point ce n’est jamais seulement le corps qui est douloureux, mais l’Homme dans la totalité de son être, c’est-à-dire dans la complexité des relations corporelles, psychologiques et sociales qui l’unissent au monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Naïditch, « G. Simonnet, B. Laurent, D. LeBreton, L’homme douloureux », Revue des sciences sociales, 61 | -1, 148.

Référence électronique

Nicolas Naïditch, « G. Simonnet, B. Laurent, D. LeBreton, L’homme douloureux », Revue des sciences sociales [En ligne], 61 | 2019, mis en ligne le 13 juin 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/revss/3583

Haut de page

Auteur

Nicolas Naïditch

Sociologue
équipe PRISMATICS, CHU de Poitiers
Doctorant en sociologie ED 519 & Euridol
Université de Strasbourg
nicolas.naiditch[at]chu-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals