Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Changer l'image de la villeChanger l’image de la ville

Changer l'image de la ville

Changer l’image de la ville

Le projet de la place d’Intendente à Lisbonne
Changing the Image of the City: the Project of Intendente Square in Lisbon
Hélène Veiga Gomes
p. 112-121

Résumés

FRIntendente est une place de Lisbonne située en lisière du centre historique et dont le nom désigne, par extension, l’aire environnante. Entre 2011 et 2014, un projet urbain de grande ampleur s’y développe : en trois ans, Intendente passe de zone malfamée et stigmatisée au statut de quartier attractif de la capitale portugaise. Autrefois totalement invisible, Intendente entre alors dans le paysage médiatique lisboète jusqu’à devenir hypervisible. À partir d’une enquête de terrain, cet article questionne la fabrique d’une image de la ville du point de vue des concepteurs et des différents acteurs de la sphère publique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La crise qui a affecté le Portugal a été encadrée par la Troika, mot d’origine russe utilisé désign (...)

1Finie l’époque où deux films se battaient en duel pour nous parler de Lisbonne, à travers les déambulations solitaires de leurs personnages principaux. Dans la Ville Blanche (Tanner 1983) et Lisbon Story (Wenders 1994) s’imposent maintenant comme deux monuments datés d’une époque où Lisbonne était encore un secret bien gardé. Pour pallier la récession de la crise de 20101, de nouveaux terrains d’investissement aux retours immédiats doivent surgir : cela se produit non seulement dans la ville mais surtout par la ville, devenue matière première du regain économique. En faisant de la relance urbaine une stratégie municipale, Lisbonne ouvre alors un nouveau chapitre de son histoire. Les quelques flâneurs des années 1980, qui découvraient le Portugal à son entrée dans l’Union Européenne (1986), sont désormais perdus dans un afflux touristique sans précédent.

  • 2 « The post-tourist becomes a new inhabitant of the city; it as a “resident on holiday” and although (...)
  • 3 « Vie nocturne » est une expression généralement employée dans la forme anglaise nightlife pour dés (...)

2En effet, ces cinq dernières années ont fait de Lisbonne l’une des destinations touristiques les plus prisées d’Europe. Les compagnies aériennes se multiplient et proposent des prix au rabais. Les offres d’hébergement temporaire augmentent de façon exponentielle, se substituant au marché locatif. Les objets de la culture matérielle changent de valeur marchande, iconisés autour de quelques emblèmes forts : azulejos [carreaux de faïence décorés], boîtes de sardines, savonnettes rétro, hirondelles en céramique comblent les valises de ces nouveaux visiteurs, les « post-touristes » qui habitent désormais la ville en continu2. Mais au-delà de l’acquisition d’objets-souvenirs, c’est avant tout une expérience spécifique de la ville, une nouvelle culture urbaine qui caractérise ce type de visites : festivals, shopping et nightlife3 font le parcours. Pour en attester, les vues panoramiques de la ville se répètent par clichés, qui se répondent à l’infini sous les gros titres des journaux et sur les réseaux sociaux. Sans ce boom médiatique, la révolution urbaine de Lisbonne n’aurait pas lieu.

3En effet, plus la ville se transforme et plus elle crée d’évènements qui sont autant d’opportunités de médiatisation ; plus elle est visible et plus elle attire ; plus les visiteurs prennent de photos et plus ils en incitent d’autres à faire de même. Aujourd’hui, Intendente est précisément au centre de ce cercle de visibilité intensive. C’est même sans doute, depuis les travaux qui s’y sont appliqués, l’exemple le plus probant de ce virage lisboète. Mais à la base de cette enchaînement, qui aurait tout l’air d’être un cercle vertueux si l’on ne s’en approchait d’un peu plus près, il y règne un vide d’images : une « invisibilité » (Honneth 2004) totale.

4Depuis toujours, Intendente (fig. 1 et 2) a vocation à être un lieu de passage, une plateforme d’échange et de commerce à mi-chemin entre le centre et la périphérie (Veiga Gomes 2015). Flux propices aux mondes interlopes, de nombreuses prostituées y travaillent jour et nuit, entre les nombreux bars, discothèques et pensions qui ouvrent dans les années 1980. À la suite de la démolition du quartier du Casal Ventoso en 1996, qui avait pour but de supprimer la « plaque tournante » lisboète du trafic de drogue, la place d’Intendente représente un lieu idéal pour donner suite au réseau : elle est facilement accessible tout en étant dotée d’un grand nombre de ruelles cachées. Complétant sa dynamique commerciale initiale par une dimension fortement ancrée dans l’informel, la place devient progressivement un lieu indésirable, voire le plus méprisé du centre historique.

  • 4 Au début des années 1990, le maire socialiste Jorge Sampaio lance une politique de réhabilitation d (...)

5Au-delà des groupes sociaux les plus stigmatisés qui occupent à la fois l’espace public et un grand nombre d’immeubles, d’étages ou de hangars des environs, les logements d’Intendente sont en grande partie loués par des personnes issues des classes populaires, plutôt âgées, souvent précaires. De l’intérieur vers l’extérieur, l’aspect « destroy » (Duarte 2000) d’Intendente s’étend aux immeubles abandonnés à toute l’infrastructure urbaine, manifestement délabrée. Saleté et insalubrité sont dès lors associées de manière résiduelle à l’imaginaire négatif d’Intendente. Plusieurs projets urbains tentent d’inverser ces représentations, se concentrant soit sur l’intérieur des foyers soit sur le ravalement des façades4. Cela donne lieu à chaque fois à un certain nombre de déplacements, sans jamais gagner de visibilité médiatique ni provoquer de résistance parmi les habitants : en silence. De plus, aucun de ces plans ne parvient à contredire véritablement l’histoire du lieu, qui reste considéré par les journalistes comme le « point noir » de Lisbonne.

  • 5 Il est important de remarquer qu’à Intendente, les décideurs travaillent sur place et sont donc phy (...)

6En tant qu’anthropologue, j’ai enquêté à Intendente en suivant de l’intérieur ce processus de transformation urbaine. De 2010, soit avant la mise en place du projet urbain, jusqu’en 2015, après que les politiques publiques se soient retirées du quartier, j’ai habité sur place et mis en pratique les méthodes ethnographiques (observation participante et entretiens), jusqu’à produire la monographie de cette place (Veiga Gomes 2016). Dans la mesure où les politiques publiques souhaitent effacer l’image de la ville précédente et attirer le capital économique, culturel et social d’un nouveau type d’urbains, cet article se focalise sur la problématique du projet urbain et s’intéresse spécifiquement aux modes de « faire la ville » à l’intérieur du « faire ville », explorant le point de vue de ceux qui la conçoivent5.

  • 6 À propos du croisement entre culture visuelle et fabrique de la ville, voir notamment deux ouvrages (...)

7Mettant à contribution divers matériaux recueillis de première main sur le terrain, cet article s’attache particulièrement à observer la manière dont les politiques publiques s’appuient sur un ensemble d’outils graphiques et de représentations visuelles pour encadrer la transformation de l’espace et de l’imaginaire urbain. Par l’analyse du cas d’étude d’Intendente, il vise donc à saisir les modalités et les dynamiques d’une culture visuelle de l’urbain contemporain6 impulsée par ses concepteurs, qui adoptent et adaptent l’image de la ville. Que signifie changer l’image de la ville ? En quoi l’image est-elle indispensable au projet urbain ?

Fabriquer le projet

8Cette étude commence au moment où se décide, en coulisses de la vie publique, un grand projet urbain destiné à métamorphoser Intendente. Dans le contexte de récession économique précédemment explicité, la zone d’Intendente représente un enjeu essentiel : cette place et les rues qui en partent n’ont encore jamais capté l’attention des Lisboètes et des visiteurs. Elle ne peut donc plus continuer à freiner l’entreprise de valorisation du centre historique de Lisbonne.

Déclenchement institutionnel

  • 7 Le montant communiqué varie selon les phases du projet, puisque des financements auxiliaires vont ê (...)

9Face à cette situation, la Mairie de Lisbonne parvient à obtenir un important financement7 de la part du QREN [Quadro de Referência Estratégica Nacional/Cadre de référence stratégique national], l’organe national de construction territoriale. Signé à l’automne 2010, le protocole prend le nom de QREN Mouraria – As Cidades dentro da Cidade [QREN Mouraria – Les villes dans la ville] et prévoit de se dérouler sur deux ans. Bien que le projet porte le nom du quartier de la Mouraria, le territoire ciblé par le projet urbain recouvre une zone plus vaste qui inclus celle d’Intendente. Les représentations négatives qui lui sont attribuées à l’époque sont plus marquées qu’à la Mouraria, ce qui explique sa disparition dans le nom du projet urbain. Mais en associant ces deux aires de la ville sur une même carte et dans un même projet, les décideurs peuvent ainsi tirer parti des avantages respectifs de chacune : patrimoine immatériel et legs historique côté Mouraria (Menezes 2004) ainsi qu’espace ouvert de grandes dimensions et architecture noble du bâti d’Intendente.

10Ce pacte initial déclenche immédiatement la prise de décision suivante, à la fois premier signe probant et évènement décisif de l’histoire récente de cette transformation : António Costa, alors maire de Lisbonne (PS) et aujourd’hui Premier Ministre, fait le choix stratégique de déménager son cabinet de travail de la place des Paços do Conselho, où il se trouve historiquement situé, à Intendente même. Prenant le risque d’échouer à la suite de ses prédécesseurs, celui-ci décide de relever le défi et s’installe au début du mois d’avril 2011 dans un bâtiment de la place rénové à cet effet.

  • 8 Largo signifie « place » en portugais, dans le sens d’une ouverture créée par l’embranchement de de (...)

11Placé aux premières loges du Largo do Intendente8, António Costa organise peu de temps après son arrivée une conférence de presse (Público 2011 ; Jornal de Notícias 2011). Conduisant en personne une visite guidée à travers les nouveaux locaux, il annonce l’intervention à venir : celle-ci sera « minimaliste » du point de vue du bâti et de l’espace public et conçue dans le sens d’une « intégration » sociale et communautaire. Afin d’être précis, le Maire ajoute encore que son occupation est temporaire : au terme du projet de requalification, il devrait regagner ses anciens bureaux et confier ces locaux à d’autres services municipaux. Ainsi, une première projection apparaît, qui découvre alors les prévisions d’une temporalité et d’une logique de transformation à venir touchant à la fois l’esthétique et le social.

12En attendant les travaux, la présence du maire a pour effet direct de pacifier la zone alentour, puisque des policiers surveillent dorénavant l’entrée du bâtiment municipal de jour comme de nuit. En accomplissant le geste symbolique fort d’être « sur place », António Costa veut montrer l’exemple à ses concitoyens, qu’il invite ouvertement à rejoindre les lieux. Dans un reportage qui le filme en train de se promener sur le Largo, il dit à haute voix :

Il faut rompre le stigmate et dire à tout le monde que la place d’Intendente fait partie intégrante de la ville, que c’est sans risque de vivre ici, de travailler ici, d’investir ici, que ça vaut la peine de profiter de cette place que nous avons en plein milieu de la ville de Lisbonne (Sapo 2011).

13Entre les anciennes et les nouvelles fréquentations encore clairsemées, le contraste est saisissant. « Cette place n’est plus la-même », titre un article du quotidien Público (2011a), qui poursuit : « ce n’est plus la place de la drogue et de la prostitution, c’est aussi celle de personnes comme ce monsieur qui arrive en cravate, sur un scooter bleu, qu’il gare contre le parking à vélo récemment créé juste à côté de l’ancienne usine de céramique de la Viúva Lamego, réhabilitée pour accueillir le nouveau cabinet d’António Costa ».

14Face à la volonté d’ouverture prônée par le maire, les médias sont à la fois des vecteurs de son invitation et un baromètre de choix pour prendre la température du quartier : que se passe-t-il sur place, peut-on enfin s’y rendre ? Si les avis sont encore partagés, c’est qu’il manque encore un élément indispensable au changement : la communication du projet urbain à venir.

Deux volets complémentaires

  • 9 En 1992, le Gabinete de Reabilitação Urbana da Mouraria [Cabinet de réhabilitation urbaine de la Mo (...)

15Pour exécuter le projet sur le terrain, le Maire commence par réactiver un cabinet local d’action publique fermé depuis presque dix ans9 qui prend dorénavant le nom de GABIP [Gabinete de Apoio aos Bairros de Intervenção Prioritária/Cabinet de soutien aux quartiers d’intervention prioritaire], établissant dès lors une double présence sur le territoire par collaboration directe de deux échelles politiques, celle de la ville par le maire et celle de la carte du projet par le GABIP. Le GABIP est coordonné par un homme d’une quarantaine d’années, occupant précédemment le poste de directeur municipal de l’Action sociale. Avec son équipe, il détermine un plan d’action [Plano de Acção] qui se divise en deux axes principaux : un « hardware » et un « software », selon ses mots. La spécificité de ce projet est donc de reposer sur une complémentarité entre rénovation du bâti (hardware) et requalification du tissu social (software).

  • 10 Il est intéressant de noter que, pour des raisons éthiques, d’autres associations refusent, à l’inv (...)

16Le hardware fait référence aux travaux infra-structurels à venir : rénovation de la voirie de la place et des rues adjacentes, transformation de plusieurs édifices publics en équipements sociaux, création d’un jardin d’enfants, réhabilitation d’habitations publiques pour en faire des logements à loyers modérés, construction d’une maison de fado, d’un supermarché, d’un parking et d’une résidence pour étudiants Erasmus. Son pendant social, le software, est plus connu sous l’acronyme PDCM [Plano de Desenvolvimento Comunitário da Mouraria / Plan de développement communautaire de la Mouraria]. Ce projet dans le projet repose sur la volonté de dynamiser le tissu associatif local. Parmi les bénéficiaires, certaines travaillaient déjà sur place : les Irmães Oblatas, cette confrérie religieuse de sœurs qui propose des cours gratuits d’informatique ou de couture pour les femmes prostituées ou le GAT, association de lutte pour la réduction des risques associés à la consommation de drogue, qui peut à présent ouvrir une antenne locale et renforcer ses équipes de rues10.

17La mise en place du PDCM produit surtout un mouvement centripète, attirant un réseau d’acteurs exogènes au quartier. Évalués par la commission exécutive du GABIP, les aspirants doivent soumettre un projet pour bénéficier des financements. Avec ces nouveaux médiateurs locaux, le GABIP met progressivement en œuvre divers projets culturels tels que l’édition d’un journal local, le développement de résidences artistiques, l’organisation de visites touristiques thématiques ou de visites du quartier au chant du fado, une carte et un label qui recensent les restaurants. Ces nouvelles initiatives sont les plus médiatisées, notamment lorsqu’elles créent des évènements publics afin de lancer leur projet ou d’attester du résultat. Ainsi, ce groupe d’acteurs de la transformation en constitution commence à générer une première vague positive à l’intérieur du lieu. Toutefois, le mouvement est encore restreint à un petit nombre d’avertis. Aux yeux des décideurs, il convient donc d’élargir au plus vite le cercle des fréquentations de la place.

Visualiser le futur

18Dans cette phase encore préliminaire, le GABIP lance alors un plan de communication du projet urbain. L’analyse de celui-ci montre à qui ils ont mis à profit tous les outils possibles : création d’une carte du territoire et organisation de visites guidées dans une intention pédagogique, affichage d’outdoors [panneaux publicitaires extérieurs] et diffusion d’un corpus d’images de synthèse, mais surtout création d’une marque pour « vendre » le projet.

19Le point commun aux différents points de cette panoplie réside dans l’utilisation transversale d’images : le sens de la vue est sollicité en première ligne afin de catalyser l’imaginaire de la ville à venir. Dans leur démultiplication polymorphe, ces différentes techniques ont pour objectif de stimuler la réceptivité au changement, superposant dans un même espace le futur et le présent. À quels destinataires ces images s’adressent-elles ? Que racontent-elles de la conception du projet urbain ?

La nouvelle carte

  • 11 Les points rouges concernent les apports du PIPARU, un organe municipal qui co-finance la réhabilit (...)

20Pour l’instant, les transformations à venir ne sont encore que des points sur une carte (fig. 3). Celle-ci permet de localiser en dix points les futures interventions, regroupant les éléments du software et du hardware. Si nous découvrons que certaines institutions publiques municipales investissent également dans le montage de projets culturels11, la légende de la carte laisse apercevoir les projets de travaux de la voirie et de la rénovation de plusieurs équipements sociaux prévus par le financement national du programme QREN Mouraria. En plus d’être distribuée sous forme de tract et d’être accessible sur le site internet du projet urbain, cette carte de la transformation apparaît sur des affichages outdoors (fig. 4). Annonçant le chantier à venir, ceux-ci jalonnent stratégiquement la zone d’intervention en trois emplacements orientés vers des axes majeurs de circulation. Bien que les détails ne soient pas lisibles, ces cartes en grand format permettent ainsi de communiquer le périmètre du projet et la quantité d’interventions prévues vers le dehors.

  • 12 À la fin des travaux, ce parcours sera balisé par une série de présentoirs intégrés dans le design (...)

21Visant justement à attirer et à orienter cette population exogène dans le territoire de la transformation, un axe transversal se calque au maillage urbain ancien et annonce la zone piétonne concernée par la rénovation à venir : les petites pierres blanches des trottoirs vont être lavées, le goudron de la chaussée substitué par de gros pavés ou des dalles rectangulaires de pierre blanche et le mobilier urbain entièrement actualisé, comptant de nouveaux bancs, piliers, éclairages. Cette rénovation correspond au futur « parcours culturel touristico-piétonnier », selon les termes du projet. Ce parcours a pour particularité de traverser le territoire de la rénovation d’un bout à l’autre : il permet donc de prendre connaissance de son étendue mais peut aussi servir de point de départ pour s’aventurer de part et d’autre du tracé. Plus tard, une signalétique sera installée le long de cet axe, informant des toponymes et de l’histoire urbaine des lieux12.

22Le chantier est en train de commencer et, pour l’instant, ce ne sont que des visites projectives qui sont organisées par le GABIP. Dans une succession de transferts urbains (« à la place de ceci, à la place de cela, bientôt, après »), chaque élément clé des futures opérations est désigné et imaginairement décrit devant l’élément actuel condamné à disparaître. Ce type de visite participe à étendre la capacité de projection des visiteurs, de par son ancrage dans le concret, le contact direct avec la matière urbaine. De plus, elle crée une attente, voire un désir de changement auprès des visiteurs. Enfin, notons que le déroulement de ce parcours s’effectue toujours dans la même direction : le point de départ est convenu au Largo Adelino Amaro da Costa, à l’extrême sud de la carte, entre ces deux points notoires que sont la Baixa et le Castelo São Jorge, et se termine toujours de l’autre côté, sur le Largo do Intendente. C’est un parcours du centre vers les marges, dans le sens de l’extension urbaine de la ville. Mais c’est également une façon de mener progressivement les visiteurs de la zone la plus noble du territoire du projet jusqu’à la place la plus crainte, où nombre d’entre eux ne s’étaient probablement jamais rendus auparavant.

La marque urbaine

23Au vue de la production de cette carte, de ces visites et de leur adresse à un public externe au quartier, il n’est pas surprenant de voir la question de l’image apparaître telle quelle au cœur même des principes du projet écrit : « requalification de l’image urbaine », « valorisation patrimoniale », « retrouver l’auto-estime des habitants » reviennent dans les listes des objectifs fixés par le GABIP. Dans ce sens, l’image de la ville fonctionne sur le même principe que l’image de soi : un détail de l’apparence, un élément visible renvoie une image, dans le sens d’une idée, de soi. Il est donc important de rappeler que perception et représentation fonctionnent en corrélation (Merleau-Ponty 1945), sans que l’on ne puisse pour autant établir une frontière entre les deux (Belting 2004). De manière générale, l’idée politique d’une « image de la ville » relève d’une histoire de l’esthétique urbaine. Comme le précise Maria Gravari-Barbas (1998 : 177), cette notion se développe dans le sens d’une esthétique de l’ordre et du propre, engagée par les stratégies municipales des métropoles européennes dans les années 1980 afin d’attirer la fréquentation touristique dans leurs villes.

  • 13 Comparant les contextes, les moyens, les étapes, les défis et les objectifs atteints, deux quartier (...)

24La production d’une nouvelle imagerie composée d’objets ou de figurations plastiques permet donc le renouvellement de l’imaginaire collectif de la ville. À ces images publicitaires (dans le sens où elles ont été conçues pour être vues par un grand public) s’ajoutent également les textes promotionnels et les événements médiatisés. Cet « ensemble des moyens mis en œuvre pour promouvoir l’image de la ville » (Rosemberg 1997) relève du « marketing urbain ». Dans ce sens, la méthode du PDCM utilise également les techniques du benchmarking pour mettre au jour des critères d’appréciation de la qualité de vie en ville, mesurés à l’aune d’autres quartiers ou d’autres villes aux problématiques similaires13.

25Peu de temps après surgit une formule qui fait à la fois office de titre, de slogan et de logotype du projet urbain. C’est la marque du projet : AiMouraria (fig. 5), qui vient se substituer aux intitulés administratifs précédents, trop divers et trop longs pour être facilement identifiables, mémorisés et renvoyer aux différents axes du projet urbain. Le temps des travaux et du déroulement du projet, le nom d’Intendente disparaît donc temporairement, subsumé au quartier voisin. Contenant en elle-même un grand nombre de références, l’analyse de cette formule souligne deux dimensions principales. Tout d’abord, Ai Mouraria est le titre d’un célèbre morceau de fado de la chanteuse Amália Rodrigues. Cette référence introduit la volonté du GABIP de promouvoir la Mouraria comme le « berceau du fado », transformant l’image liée aux bas-fonds et aux tavernes décadentes en contexte pittoresque, vecteur d’un genre musical internationalement reconnu. Ensuite, l’évocation phonétique de l’expression se traduit, elle, comme une invitation à s’installer dans le quartier : aí moraria, dont la prononciation est très proche de l’expression précédente, signifie en français « j’y vivrais bien » ou « je pourrais y vivre », dont la forme conditionnelle renforce l’intention performative d’attirer de nouveaux habitants dans le quartier.

26À travers cet intitulé, deux dimensions du patrimoine sont invoquées : l’immatériel avec le fado, renversant l’ancienne « bohème » de la vie nocturne de la Mouraria en un facteur positif et le matériel, correspondant au besoin d’investissement dans le parc immobilier local. Placé en guise de sous-titre intentionnellement bilingue, le slogan Requalificar o passado para construir o futuro/Redeveloping the past to build the future [Requalifier le passé pour construire le futur] renvoie à deux projections : dans le temps, mettant en évidence l’articulation jouée par le projet entre un avant et un après, ainsi que dans l’espace, télescopant cette localité microscopique à l’échelle globale de potentiels destinataires internationaux. Enfin, le regard se porte sur les arabesques multicolores placées au-dessus du texte. Elles simulent, sans beaucoup d’hésitations pour l’interprétation, l’effervescence et le mode festif sur lequel la transformation se veut orchestrée. En utilisant le logotype comme une synthèse visuelle des différents paradigmes de la requalification qui s’annonce, le logotype de la marque AiMouraria parvient donc à réunir le passé du fado, la requalification du bâti, l’articulation temporelle avant/après, l’extension des usagers et du public ainsi que l’esprit festif qui va soutenir la transition en cours.

En devenir

27Après l’exposé de cette mise en condition préliminaire, par quels moyens la communication du projet peut-elle encore se déployer ? À quoi ressemblera la future place d’Intendente ? Dans quelles sphères imaginaires peut-on encore se projeter ?

L’éternel été

28Pour clore la production de ce dispositif, le GABIP investit finalement dans la production d’images de synthèse, plus réalistes que n’importe quel autre outil graphique. Automatiquement publiées dans le journal papier de la mairie locale et dans des articles en ligne, ces images proposent une certaine vision de la future place en calquant un nouveau décor sur l’actuel paysage (fig. 6). Que nous disent-elles de la direction engagée par cette transformation ? Et de l’idéologie du projet qui la conduit ?

29Du point de vue matériel, une dominante claire et minérale s’affirme. Le « minimalisme » annoncé par le maire se confirme apparemment. Au deuxième plan, des terrasses et des vitrines commerçantes blanches et brillantes apparaissent (fig. 7). Ainsi présentés, ces lieux évoquent une alliance entre activités de détente – la promenade, l’allée piétonne centrale – et de consommation boutiques et cafés. À l’image, ce sont finalement les éléments naturels qui occupent le plus d’espace et définissent le cadre général de l’ambiance à venir : un ciel dégagé, des arbres couverts de feuilles, l’eau de la fontaine, les jeux d’ombres sur le sol (fig. 8).

30Ces codes répondent à ce que l’on appelle « l’éternel été » de la représentation urbanistique et architecturale, cet état de vacances et leur bien-être supposé qui, sans comparaison aucune avec une mi- ou une basse saison, garantit l’adhésion de celui qui la voit. Il manque un dernier élément à l’analyse : un thème général. Le projet d’Intendente choisit pour cela le thème de l’eau, invoquant le principe du flux pour créer une unité spatiale (Gomes 2014 :11). À ce titre, l’agencement des bancs en quinconce évoque les courbes d’une onde. L’ancien abreuvoir est réactivé (fig. 9), orné d’une citation poétique de l’écrivain et poète Fernando Pessoa gravée au sol : Meu pensamento é um rio subterrâneo. Para que terras vai e donde vem ? [Mon esprit est un fleuve souterrain. Vers quelles terres court-il et d’où vient-il ?].

31Après un an et demi de travaux, le Largo do Intendente est inaugurée à l’été 2012 (fig. 10). Alors que la place était auparavant une vaste aire de stationnement à l’air libre, elle se transforme maintenant en zone majoritairement piétonne : « une sorte de jardin-promenade », résume l’un des ouvriers du chantier. Une unique voie à sens unique longe désormais la périphérie de la place. À partir de ce moment-là, qui traverse le Largo entre dans un espace visiblement propre et neuf, dont les larges dalles blanches luisent au sol. Sur les bancs disposés en quinconce, la pierre est chaude et les jeunes arbres récemment plantés n’ont pas encore assez de feuilles pour faire de l’ombre. Au milieu, une sculpture-jardin conçue par Joana Vasconcelos, l’artiste portugaise qui a exposé au château de Versailles, offre une attraction à mi-chemin entre l’œuvre d’art et le mobilier urbain. En quelques mois, plusieurs lieux emblématiques ouvrent sur la place : un immeuble d’hébergement touristique, plusieurs cafés avec terrasses, un club nocturne et une boutique d’objets de décoration portugais.

32Le Largo do Intendente doit « renaître » à la ville, comme l’annoncent déjà les affiches qui surgissent le long des façades et des luminaires : un nouveau festival urbain doit inaugurer les lieux. Le titre, Um Largo renasce para a cidade [Une place renaît pour la ville], proclame en effet la « renaissance » de cette aire de la ville et officialisant la mise à mort symbolique de l’état urbain précédent. Pour attirer le public, le cabinet d’action publique installe à l’entrée de la place un écran géant qui transmet les concerts en direct. Tout le monde est convié à entrer. Ce festival se reproduit les années suivantes. L’organisation se modifie chaque fois, inversant les proportions en termes de responsabilité institutionnelle et associative. Car dès la deuxième édition de 2013, le GABIP fait appel à des associations locales afin de gérer une partie de la programmation. Les travaux de la Mouraria sont finis, le festival emprunte alors son nom et invite cette fois-ci à venir inaugurer les Largos da Mouraria. Toutefois, le Largo do Intendente offre la place la plus spacieuse et continue, pour cette raison, à recevoir la grande scène et à attirer la foule.

Transitions

33Les années passant et la proximité géographique aidant, les liens se resserrent entre certains acteurs de la transformation et les politiques publiques, qui se font de plus en plus confiance. Alors que les budgets rétrécissent dans une logique d’émancipation financière des associations liées au GABIP, les entités locales ont déjà pris l’habitude de fonctionner en réseau, obligées de se coordonner entre elles afin d’anticiper le futur évènement.

34Pour cette troisième édition de 2014, ce groupe d’une dizaine d’habitants et d’associations impliquées dans le processus de transformation doit justement décider d’un nom pour intituler la nouvelle édition du festival. Après concertation générale, un vote sera tenu et le nom définitif choisi : le Bairro Intendente [Quartier Intendente, fig. 11]. Pour la première fois, l’idée de « quartier » est projetée sur Intendente, qui n’avait jamais été plus qu’une zone de la ville jusque-là. Le logotype associé reprend d’ailleurs le cadre d’une plaque de rue pour y graver le nouveau nom. Par ailleurs, les deux initiales de cette dénomination sont exactement les mêmes que celles du sigle portugais du Bilhete de Identidade [Carte d’identité], que l’on désigne couramment par « B.I. ». L’officialisation du nouveau statut territorial et la légitimation identitaire concourent, ensemble, à consacrer la nouvelle ère d’Intendente promue par le collectif d’habitants, résidents et commerçants qui ont pris le relais de l’action des politiques publiques. Depuis, le festival Bairro Intendente continue à se reproduire tous les ans, à l’orée de l’été. Le succès se confirme.

352014 est également l’année du recul institutionnel, proportionnellement au flux grandissant d’habitants et de visiteurs qui fréquentent et s’approprient ces lieux depuis un an déjà. Des associations ont été montées, des lieux ouverts, des bâtiments restaurés. Faut-il évoquer ceux qui croulent encore, leurs propriétaires en fuite ? Comment regarder les derniers trafiquants, toxico-dépendants et prostituées qui résistent à cette nouvelle vague et continuent, malgré la restriction spatiale qui leur est imposée, d’exercer leurs activités ? Au détour d’une ruelle, dans la perspective d’un escalier, au sortir d’un bar : le passé interlope pré-chantier n’a pas disparu dans les brèches de la ville. Et lorsque les nouveaux bars ferment, ce sont eux qui restent sur place, éteindre les dernières lumières de la nuit.

Conclusion

36Du côté des décideurs, la mission est accomplie. Le maire quitte Intendente pour retourner dans son bâtiment officiel et devient, peu de temps après, Premier ministre du Portugal. Il appelle d’ailleurs le directeur du GABIP à le rejoindre dans son gouvernement. L’épisode d’Intendente leur a permis de faire leurs preuves et de consolider leurs carrières politiques. Ils peuvent se targuer d’avoir effectivement transformé la zone, désormais reconnue comme « quartier » : pour sûr, Intendente est métamorphosé. Le renversement symbolique de l’espace paraît avoir eu lieu.

37La méthodologie de ce projet urbain repose sur plusieurs paramètres dont la conjugaison a été décisive : la proximité géographique des institutions et l’immersion des décideurs sur le territoire, la corrélation entre traitement de l’espace physique et de l’espace social, la gestion combinée du territoire de la Mouraria et d’Intendente, l’articulation institutionnelle entre la mairie et le cabinet d’action publique locale, le recours à une pléthore d’organes de financements publics, ainsi que le travail de collaboration entre la municipalité et les acteurs locaux, propriétaires, investisseurs, associations et habitants inclus.

38Au-delà de cette série de paramètres, la stratégie de communication représente sans doute le principe actif le plus puissant de tout le projet. Faisant de l’espace rejeté un espace désiré, elle a pu renverser l’imaginaire précédent et instaurer un nouvel ordre de représentations. Images de synthèse, logotypes, intitulés spécifiques, évènements… la médiatisation multiforme de la ville par les acteurs urbains n’est pas qu’un instrument au service du projet : c’est aussi le projet en lui-même. Le dispositif visuel n’est donc pas seulement le vecteur mais aussi la matrice du changement. Grâce à cette place prépondérante, les images permettent de composer un nouvel imaginaire urbain et d’attirer, par adhésion culturelle et symbolique, ceux qui peuvent être susceptibles d’en devenir résidents, à court ou long terme.

39Tandis que certains commerçants et habitants se sont retrouvés économiquement et symboliquement « sous pression » (Marcuse 1985) pour partir d’Intendente, de nouveaux habitants sont arrivés au fil du projet urbain et ont participé à lui donner une visibilité à l’échelle de la capitale et des réseaux touristiques. Ce n’est alors pas un tourisme massif qui débarque à Intendente, qui ne compte ni musée ni monument historique. Ce n’est pas non plus une gamme de marques de luxe ou de chaînes de prêt-à-porter qui s’y installent. Ce sont des commerces et des lieux à l’esthétique calibrée, correspondant aux codes de la classe moyenne qui y est espérée.

40Les images n’ont donc pas pour seule vertu de communiquer le socle du projet à la population locale mais aussi de mettre en place une nouvelle « image de la ville », au sens de monde de références partagées au sein d’un même groupe socio-culturel. Elles permettent, avant tout, d’atteindre ce type de résidents de la classe-moyenne, au mode de vie de plus en plus nomade ou à la permanence réduite. Au sein d’une culture visuelle globalement partagée, elles répondent donc à l’impératif de circulation d’une nouvelle culture urbaine, dont elles attestent et reconnaissent, à distance, l’existence.

Haut de page

Bibliographie

Belting H. (2004), Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard.

Cócola-Gant A. (2015) « Tourism and commercial gentrification », in RC21 International Conference on “The Ideal City: between myth and reality”, Urbino (Italy), 27-29 August 2015.

Duarte P. (2000), « Les représentations de la dévalorisation urbaine », Les Annales de la recherche urbaine, 88, Des métiers qui font la ville – Puca, p. 30-38.

Gomes P. (2014), Differing approaches to public space and the multicultural in the (re)making of a strategic place: Mouraria in Lisbon, Portugal (2007-present), http://www.academia.edu/9148178/Differing_approaches_to_public_space_and_the_multicultural_in_the_re_making_of_a_strategic_place_Mouraria_in_Lisbon_Portugal_2007-present_

Gotham K. (2005), « Tourism Gentrification: The Case of New Orleans’Vieux Carre », Urban Studies, n° 42, p. 1099-1121.

Gravari-Barbas M. (1998), « Belle, propre, festive et sécurisante : l’esthétique de la ville touristique », Norois, n° 178 Villes et tourisme, avril-juin 1998, p. 175-193.

Honneth A. (2004), « Visibilité et invisibilité : sur l’épistémologie de la « reconnaissance » », Revue du MAUSS, n° 23, De la reconnaissance, 2004/1, p. 137-151.

Jornal de Notícias (2011), « António Costa mudou gabinete para o Intendente », 15/04/2011.

LAUA (2008), Cultures visuelles de l’urbain contemporain, Lieux communs (LAUA) n° 11, numéro dirigé par Laurent Devisme, Nantes, École nationale supérieure d’Architecture de Nantes.

Marcuse P. (1985), « Gentrification, abandonment, and displacement: Connections, causes, and policy responses in New York City », Journal of Urban and Contemporary Law, 28, p. 195-240.

Menezes M. (2004), Mouraria, Retalhos de um Imaginário: significados urba- nos de um bairro de Lisboa, Oeiras, Celta Editora.

Merleau-Ponty M. (1945), Phénoménologie de la Perception, Paris, Gallimard.

Murteira M. (2008), « A praça na Lisboa Seiscentista e Setecentista: função, desenho e simbologia », in Figueiria Da Faria, Miguel, Praças Reais. Passado, Presente e Futuro, Lisboa, Livros Horizonte.

Nahrath S., Stock M. (2012), « Urbanité et tourisme : une relation à repenser », Espaces et sociétés, 3/2012, n° 151, p. 7-14.

Nofre J. (2013), « “Vintage Nightlife”: Gentrifying Lisbon downtown », Fennia 191 : 2, p. 106-121.

Pousin F. (dir.) (2005), Figure de la ville et construction des savoirs : Architecture, urbanisme, géographie, Nouvelle édition [en ligne], Paris, CNRS Éditions.

Público (2011), « Mudança de António Costa custa 672 mill euros », Inês Boaventura, 16/04/2011, http://www.publico.pt/local-lisboa/jornal/mudanca-de-antonio-costa-custa-672-mil-euros-21854594#/1, consulté le 20/04/2011.

Público (2011a), « Este Largo já não é o mesmo », Claúdia Sobral, 19/06/2011, http://www.publico.pt/temas/jornal/este-Largo-ja-nao-e-o-mesmo-22304409, consulté le 20/06/2011.

Rosemberg-Lasorne M. (1997), « Marketing urbain et projet de ville : parole et représentations géographiques des acteurs », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 32, mis en ligne le 23 octobre 1997, http://cybergeo.revues.org/1977 .

Sapo (2011), « António Costa com nova casa no Intendente para mudar a fama do bairro », D. Soares et C. Santos, http://rr.sapo.pt/informa-cao_detalhe.aspx?fid=25&did=8706, consulté le 20/04/2011.

Tanner A. (1983), Dans la ville blanche, Channel Four Films, Filmograph S.A., Metro Filmes, Télévision suisse romande, Suisse/Royaume-Uni/Portugal, 107 minutes.

Veiga Gomes H. (2015), Des images dans la ville : chronotopie de la place d’Intendente à Lisbonne, in La Mouraria à Lisbonne : les usages du patrimoine et de la mémoire dans les quartiers populaires centraux, Cahiers n° 4 - Construction politique et sociale des territoires, Université de Tours, Éditons CITERES/Cost.

Veiga Gomes H. (2016), Des images de la ville aux imaginaires urbains. Représenter la transformation du paysage d’Intendente à Lisbonne, thèse de doctorat en Anthropologie, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Paris.

Wenders W. (1994), Lisbon Story, Bac Films, Allemagne/Portugal, 100 minutes.

Haut de page

Notes

1 La crise qui a affecté le Portugal a été encadrée par la Troika, mot d’origine russe utilisé désignant l’équipe chargée de la restructuration économique des pays les plus affectés (Irlande, Grèce, Chypre et Portugal).

2 « The post-tourist becomes a new inhabitant of the city; it as a “resident on holiday” and although its visit could last shortly, the presence of these temporal inhabitants are permanent », affirme dans ce sens le géographe A. Cócola-Gant (2015:6) [traduction de l’auteure : « le post-touriste est devenu un nouvel habitant de la ville ; cela en tant que « résident en vacances » et dans la mesure où, même si sa visite est plus courte, la présence de ces habitants temporaires est permanente »].

3 « Vie nocturne » est une expression généralement employée dans la forme anglaise nightlife pour désigner le développement d’une culture urbaine nocturne et invoquée afin de renvoyer aux caractéristiques spécifiques de celle-ci. À propos d’un autre quartier lisboète, J. Nofre (2013) l’utilise notamment pour encadrer son étude du Cais do Sodré, dont la redéfinition urbaine passe notamment par la transformation de sa vie nocturne.

4 Au début des années 1990, le maire socialiste Jorge Sampaio lance une politique de réhabilitation de l’intérieur des édifices publics, délogeant plusieurs familles populaires de la Mouraria et d’Intendente vers les banlieues nouvelles de la périphérie. Puis Pedro Santana Lopes, maire de centre-droit qui gouverne dans le courant des années 2000, inverse le paradigme et focalise l’attention sur le ravalement des façades de la ville, tout en concevant un programme à l’intention unique d’Intendente : Intendente ganha vida nova [Intendente gagne une nouvelle vie]. On en retient l’intervention d’équipes de rue à l’intention des prostituées et des toxico-dépendants, premiers pas d’une politique de gestion sociale de l’urbanisme.

5 Il est important de remarquer qu’à Intendente, les décideurs travaillent sur place et sont donc physiquement accessibles par les autres acteurs de la transformation. Tous sont d’autant plus proches qu’il s’agit d’un territoire relativement étroit, parcouru d’un bout à l’autre à pieds en dix minutes maximum. Dans la rue, le contact peut donc être immédiat entre le maire et les habitants, commerçants, post-touristes, artistes, acteurs du monde associatif, etc.

6 À propos du croisement entre culture visuelle et fabrique de la ville, voir notamment deux ouvrages collectifs : Cultures visuelles de l’urbain contemporain (LAUA 2008), ainsi que Figures de la ville et construction des savoirs (Pousin 2005).

7 Le montant communiqué varie selon les phases du projet, puisque des financements auxiliaires vont être additionnés. Le total final de ce budget est estimé à 14,5 millions d’euros.

8 Largo signifie « place » en portugais, dans le sens d’une ouverture créée par l’embranchement de deux rues : « les largos s’ouvraient généralement dans la confluence de deux voies, ou s’établissaient simplement dans des aires plus amples du parcours d’une rue » (Murteira 2008 : 246, traduction de l’auteure). À l’inverse, les dites praças [places] sont conçues dans un souci de cohérence architecturale pour signifier un effet de pouvoir institutionnel.

9 En 1992, le Gabinete de Reabilitação Urbana da Mouraria [Cabinet de réhabilitation urbaine de la Mouraria] avait déjà vu le jour sur la place voisine de Martim Moniz. Ce cabinet local d’action publique, délégué par la Mairie, travaille à l’intérieur d’un périmètre alors qualifié d’« aire critique » qui s’étend du Castelo São Jorge [le Château Saint Jorge] jusqu’au Largo do Intendente [Place d’Intendente]. Pour la première fois, Intendente se trouvait détaché de son aire d’ancrage administratif [la Junta de Freguesia de Anjos] pour être symboliquement rattaché au quartier de la Mouraria. Dans la pratique, le travail de ce cabinet local se concentre principalement sur le recensement de variables territoriales et sur l’accompagnement d’un certain nombre de travaux de réhabilitation en cours. Il ferme au début des années 2000.

10 Il est intéressant de noter que, pour des raisons éthiques, d’autres associations refusent, à l’inverse de celles ci-dessus citées, d’entrer dans le cycle des subventions du GABIP. Peu à peu, elles se retirent d’ailleurs d’Intendente.

11 Les points rouges concernent les apports du PIPARU, un organe municipal qui co-finance la réhabilitation d’immeubles résidentiels dans le but de créer des foyers à loyers modérés. Le vert clair signale, lui, les lieux financés par le BIP/ZIP [Bairro de Intervenção Prioritária Zona de Intervenção Prioritária / Quartier/Zone d’intervention prioritaire], un programme municipal qui vient d’ouvrir un premier concours de subventions publiques destinées aux « quartiers d’intervention prioritaire ». Plusieurs entités locales en sont bénéficiaires, dont le LARGO Residências [LARGO Résidences] à Intendente. Cette association culturelle entend atteindre une forme de complémentarité économique et symbolique entre deux types de publics qu’elle entend accueillir en ces lieux : elle propose de mettre en place des « résidences artistiques » économiquement viabilisées par la location temporaire de chambres sous forme de « résidences touristiques ».

12 À la fin des travaux, ce parcours sera balisé par une série de présentoirs intégrés dans le design urbain fonctionnant comme signalétique du paysage, à propos desquels Maria Gravari-Barbas (1998 : 186) discerne deux types de lecture : « L’histoire de la ville et de ses différentes richesses est présentée sur des supports (panneaux, cartels, bornes, pupitres) dont le rôle est multiple : isolés, ils constituent le support de présentation ; à plusieurs ils télescopent le visiteur en l’incitant à suivre les itinéraires qu’ils matérialisent ».

13 Comparant les contextes, les moyens, les étapes, les défis et les objectifs atteints, deux quartiers du centre de Lisbonne sont notamment cités pour la « réussite » de leur processus de transformation : le Bairro Alto et le Cais do Sodré. Leur point commun ? Avoir réussi, au milieu d’une population vieillissante et de commerces de proximité peu lucratifs, à devenir des pôles d’attraction pour un public jeune et touristique en y favorisant l’ouverture de nouveaux établissements commerciaux et de lieux nocturnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Veiga Gomes, « Changer l’image de la ville »Revue des sciences sociales, 57 | 2017, 112-121.

Référence électronique

Hélène Veiga Gomes, « Changer l’image de la ville »Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/revss/359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.359

Haut de page

Auteur

Hélène Veiga Gomes

Maîtresse assistante associée en anthropologie et sociologie
École nationale supérieure d’Architecture de Paris Malaquais – Laboratoire LAA
heleneveigagomes@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search